Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°15 1900 Décès de Xavier Ruel

7 Juin 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

J'aurais aimé vous proposer un article plus court! Mai j'ai préféré garder les beaux témoignages sur Xavier Ruel!

Alors, prenez le temps!...

La belle-Epoque est cette période qui commence en 1900 pour se terminer e 1913, veille de la grande guerre mondiale. Cette période se révèle économiquement et financièrement stable, après la succession de progrès scientifiques, physiques et économiques de cette fin du XIXe. Tous les signes nous permettent d’être optimistes : La fée Electricité arrive dans les foyers, le cinéma vient nous distraire tandis que les transports, tels l’automobile et l’aviation, semblent prévoir des lendemains heureux.

Véritable révolution féministe, en cette année avec les deux premières femmes avocates qui plaideront au Tribunal ! La révolution artistique et musicale sera dense.

-----------

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°15 1900 Décès de Xavier Ruel

Pourtant le BHV est saisi d’une grande tristesse,en ce début d'année 1900;  Xavier Ruel décède. Nous sommes le 31 janvier à 4 h et demi du matin. Ce père, fondateur du BHV, conseiller municipal, homme discret, bon, philanthrope vient de s’éteindre à Cannes à la villa des Enfants.

-----------

Le 5 février 1900 eut lieu à Notre-Dame de Paris, une impressionnante cérémonie où les 800 employés du BHV assistaient, dont Monsieur Capoulin doyen des employés. Bien sûr le préfet de Police, les conseillers municipaux et généraux de Paris  et les Hauts fonctionnaires de la Préfecture assistèrent à ses obsèques.

On peut lire dans l’Echo de Paris:

" Monsieur Ruel, conseiller municipal de Paris, propriétaire du Bazar de l’Hôtel de Ville, vient de mourir à Cannes, dans une de ses fondations philanthropiques, la « Villa des Enfants ».

M. Ruel, qui avait à Paris, une haute situation commerciale avait eu des débuts forts modestes ; il fut placier en article de Bazar et sa femme tint une échoppe foraine dans un terrain vague du quartier de l’Hôtel de Ville.

Monsieur Ruel avait été élu conseiller municipal du quartier de Notre-Dame le 4 mai 1884.

Démissionnaire le 19 février 1886, il fut réélu  le 17 mai 1887 et son mandat fut, depuis toujours renouvelé.

Il avait fondé un réfectoire populaire dans la rue de la Verrerie, un dispensaire dans l’île Notre-Dame et une maison d’hivernage pour les jeunes filles poitrinaires à Cannes."

On peut lire aussi dans le petit Journal.

"Monsieur Ruel, qui  depuis seize ans représentait au conseil municipal de Paris, le quartier Notre-Dame est mort d’une pneumonie, la nuit dernière dans sa villa de Cannes.

Xavier Ruel était né en 1822 à Annonay ; il avait débuté dans le commerce par les emplois les plus modestes. Avec quelques économies péniblement amassées, il ouvrit en 1846 à Lyon un petit établissement qui prospéra.

En 1854, Monsieur Ruel installait à Paris dans une boutique louée à la journée, un petit déballage qui réussit au point de devenir le Bazar de l’Hôtel de Ville"

 Les différentes éloges et lectures lues à son enterrement en disent  long, sur l’homme et sa personnalité.

 Notre-Dame avait revêtu la grande toilette de deuil qu’elle arbore pour pleurer, avec le bronze de ses cloches, les voix de sa maîtrise, les psalmodies de ses chanoines… On enterrait un "Bazardier."

 

"Ruel avait débuté sans le sou. Et, par la force de la volonté et du poignet, il était arrivé à la notoriété d’abord, aux honneurs ensuite. Il avait fondé une maison de commerce populaire, un bazar grand comme une petite ville…

La vie de Ruel, le fondateur du Bazar de l’Hôtel de Ville, ne doit pas seulement servir à encourager les imitateurs, à prêcher les beautés de l’effort et les splendeurs de l’énergie aux individus. Elle doit servir aussi à justifier à défendre, un peu de notre société calomniée et à rassurer, ceux qui se demandent s’ils accomplissent le devoir social…. "

 

Son corps avait été déposé dans les caveaux de Notre-Dame.

"Ce matin, on l’a placé dans un catafalque immense élevé au milieu du Chœur, entouré de milliers de cierges. La nef tout entière a été tendue de draperies noires ; de place en place, on a déposé des torchères… Puis le cortège s’est formé devant la cathédrale, sur le parvis de Notre-Dame, envahi par la foule des assistants qui n’avaient pas pu trouver place dans l’église. Deux chars de couronnes envoyées par le Conseil Municipal et le Conseil Général des Employés du bazar, la société de secours mutuel, l’école Braille… Puis les délégations des élèves des écoles communales, de l’Orphelinat du dispensaire Ruel se sont placées en tête devant le char funèbre….

Par la rue de Rivoli, la rue de Turbigo, et l’avenue de la République le convoi a gagné le Père Lachaise. Devant la tombe, plusieurs discours furent prononcés."

Un homme cita Xavier Ruel, dans un de ses discours :

"  Pour obéir, disait M. Ruel, à la tradition qui me confère le droit de vous donner des conseils, qu’il me suffise de vous dire : Continuez votre œuvre. 

Assainissez, embellissez Paris, abordez et résolvez dans la mesure du possible les questions sociales. Nous sommes tous en effet d’accord sur ce point que le but de la politique doit d’être d’alléger les douleurs de ceux qui souffrent et les charges de ceux qui travaillent. Si nos efforts tendent vers ce double but, nous sommes sûrs que notre œuvre sera féconde »…

Un conseiller déclara :

"Pendant les années qu’il passa au milieu de nous, il ne compta que des amis. C’est que sous une écorce un peu rude, Ruel cachait une grande aménité de caractère et une grande bonté.

Il était notre doyen d’âge et il me plaît de rappeler ici avec quel accent convaincu,  il nous parlait, dans sa dernière allocution de la justice et de la solidarité sociale qui sont disait-il la caractéristique d’un gouvernement vraiment républicain. Ses idées, il les mettait en pratique depuis longtemps.

Son âme bienfaisante et généreuse aller comme par instinct à tout ce que l’âge ou la maladie condamnait au repos et à la misère ; et les habitants du 4e arrondissement ne sauraient oublier combien il en fut secourable à tous et avec quelle discrétion et quelle affabilité il savait dispenser ses largesses. Il donnait avec son cœur.

Il aimait les petits enfants et les faibles, et vous savez ce qu’il faisait pour eux à Paris et dans sa maison de convalescence de Cannes.

Aussi, Ils ont eu sa dernière pensée et ses dispositions testamentaires ont assuré un lendemain aux œuvres philanthropiques qu’il avait fondées.

Ce qu’il faut surtout retenir de cette vie simple, si honorable et si bien remplie, c’est l’exemple des résultats obtenus par le travail, l’ordre et l’économie, mais c’est aussi l’usage judicieux qu’il fit de sa fortune.

Nul plus que Ruel n’a eu à lutter contre les difficultés de la vie, nul mieux que lui n’a su les surmonter, non par des concours bienveillants qu’il n’avait jamais rencontrés, mais par la force naturelle d’une volonté puissante et par le travail de tous les instants.

N’est-ce pas aussi, Messieurs, pour notre démocratie un spectacle réconfortant de voir un homme, né dans des conditions plus que modeste, arriver par son intelligence et son travail à cette grande situation commerciale qu’occupait  notre collègue dans la ville de Paris ?

Ruel, tes collègues du conseil général te garde leur sympathie et leur estime profonde ; tes concitoyens tiendront à honorer, à perpétuer le souvenir des vertus que tu as pratiquées. Adieu !"

 

Puis ce fut le discours de Monsieur Fallot maire du 4e arrondissement.

"Mesdames, Messieurs

Au nom de la municipalité du 4e arrondissement de Paris, je viens accomplir un douloureux devoir. J’apporte sur la tombe de cet homme de bien le précieux dépôt de souvenirs émus et d’éternelle reconnaissance des petits, des laborieux qui viennent de perdre un bienfaiteur est un ami.

C’est, Messieurs, toute une population souffrante, qui  se presse derrière moi et qui avec moi dépose un tribut de larmes et de regard sur le cercueil de Monsieur Ruel. Et, en ce moment solennel, sa tombe ne me paraît pas à sa taille.

Ruel, né pauvre, meurt riche sans avoir jamais su ce qu’était le luxe. Travailleur obscur d’abord, il débute chez les canuts, à Lyon vers 1840; mais pressée dans les règlements d’atelier, son activité est mal à l’aise : il s’en échappe et vient à Paris où les ressources de sa vaste intelligence commerciale trouve bientôt l’aliment nécessaire.

En 1854 il débute seul sur un terrain vague ou s’élève aujourd’hui l’immeuble du numéro 54 de la rue de Rivoli ; il sent bientôt le besoin des classes laborieuses de trouver des boutiques ouvertes à leur choix et à leurs modiques ressources ; il inaugure le magasin à  « entrée libre ». Il crée le « Bazar » ; dès lors sa vogue devient prodigieuse et de 1855 jusqu’à ce jour, la fortune l’emporte dans un tourbillon vertigineux jusqu’au sommet des affaires parisiennes.

Mais il refuse de la suivre, cette fortune. Il reste l’homme des premiers jours de misère  et dès qu’il peut songer, c’est aux autres qu’il songe.

C’est pour les travailleurs qu’il crée en 1876 sa « pension alimentaire ». Dix ans, à grands frais, il la maintient ; mais elle devient nuisible aux intérêts des petits commerçants de son quartier, il la supprime.

Il tourne ses vues vers une fondation meilleure, celle qui sera son œuvre de prédilection, « le Dispensaire Ruel », qu’il ouvre en 1887 et où, depuis, il reçoit chaque jour plus 100 enfants, sans distinction, ceux qui s’offrent, et à  qui à l’aide de médecins dévoués et de soins assidu, il rend la santé et quelques fois la vie, pendant qu’il rend aux familles l’espérance et le courage. Et tous ceux qu’il a secourus pendant ces 12 années témoignent de leur reconnaissance pour cette œuvre maîtresse, à laquelle la ville de Paris a rendu hommage.

Mais ce n’est pas assez. Ruel qui avait dès la guerre de 1870 commençait des distributions de secours en nature et en argent, les continuera infatigablement chaque année pour tous ceux qui s’adressent à lui ou que sa sollicitude découvre. Mais aussi il n’est pas dans notre arrondissement un seul ménage pauvre où sa bonté ne se soit pas fait sentir.

À Cannes en 1892, il fonde la « villa Louise Ruel »ou 40 à 50 jeunes filles malades vont chaque année reprendre la santé et la vie.

Son mandat de conseiller municipal qui lui étaient confié pour la première fois en 1884 par le quartier Notre-Dame et qui lui fut renouvelé quatre fois depuis, lui donne une nouvelle autorité, et avec ce mandat il entre de plein droit dans toutes nos grandes commissions de mairie, ne s’en regardant que comme plus obligé encore à s’occuper de ceux qui souffrent.

Lorsqu’en 1893 l’armée de son personnel fêtait au Casino Notre-Dame sa nomination de chevalier de la Légion d’honneur la joie de tous, lui fut certainement plus sensible que le ruban de sa boutonnière.

Et c’est ainsi que, pendant 20 ans, la municipalité du 4e arrondissement marche côte à côte avec cet homme de bien, resté humble dans la fortune et dont la personnalité bienfaisante toutefois nous fut quelques fois, préjudiciable ; lors ce que nous faisions appel à la charité publique ou à la générosité municipale pour nos œuvres de mairie nous nous attirions invariablement cette réponse « vous avez Ruel. »

 

On peut dire qu’il vient de mourir au champ d’honneur car c’est en venant de Cannes le mois dernier, pour présider lui-même à sa dernière distribution de secours, qu’il remporta le germe du mal qui devait nous le ravir.

Messieurs, aussi longtemps que les «  Caisses de retraite pour la vieillesse » que les « Sociétés de secours mutuel et de prévoyance » n’auront pas garanti efficacement le travailleur contre le retour offensif des âges ; aussi longtemps que les efforts de notre société n’auront pas conquis le droit à la vie pour l’enfant le droit au travail pour l’adulte,  le droit au repos pour le vieillard, aussi longtemps nous devrons nous incliner devant cette grande vertu chrétienne : « la charité », et honorer ceux qui la pratiquent. Ruel était de cela, au premier rang.

Il eut toutefois deux faiblesses, il ne croyait pas à la mort possible et i il ne méprisait pas la calomnie.

N’acceptant pas la possibilité de la mort bien, il se croyait la source éternelle de vie qu’il répandait autour de lui, et qui, lui disparu, s’arrête inquiète du lendemain.

Ne pouvant se résoudre à mépriser les calomnies, il regardait avec amertume le mal qu’on lui rendait parfois pour le bien qu’il faisait.

Aussi trouvons nous Ruel, dans sa longue carrière, heureux du bien qu’il avait fait,  mais hésitant pour le bien qu’il allait faire ; et c’est là le secret de cette grande inquiétude du lendemain qui hante les travailleurs dont il avait pris la garde.

Heureusement, sa veuve, sa famille héritière des grands principes d’humanité de leur chef ne voudront pas j’en ai eu la confidence, laisser périr les œuvres que Ruel a fondées et c’est par sa famille encore que sa personnalité, dans les bonnes actions à venir revivra éternellement parmi nous.

Et cet homme qui n’acceptait pas la mort avait raison ; vous qui le pleurez avec nous. Madame qui avait été sa compagne de travail et la confidente de ses succès et de ses peines ; Vous ses fils et ses filles dont il aimait à parler comme les dignes successeurs de sa vie toute de labeur, vous aurez souci de perpétuer la mémoire de cet homme de bien que nous retrouvons en vous."

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°15 1900 Décès de Xavier Ruel

Xavier Ruel repose au Père Lachaise auprès de sa fille.

A sa mort le BHV comptait 800 employés. Quelques mois après le décès de Xavier Ruel, le monde entier a les yeux tournés vers la Capitale pour l’ouverture de l’Exposition Universelle dont nous avons parlée précédemment.

A suivre...

CD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article