Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

8 Décembre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest, #Randonnée-Week-end

Voici une ville intéressante, surprenante que Jean-Pierre Franssens, nous invite à découvrir.

Située en Charentes Maritimes à 90 km de Bordeaux ou 40 km de Saintes.

Merci Jean-Pierre pour cette belle invitation au voyage dans notre belle France.

 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3
 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

Cette superbe station thermale décidée, projetée en 1986 a le bénéfice d'une eau géo thermale puisée a 1800 mètres : une eau qui, dans sa composition comporte 3 agréments ; ORL, rhumatologie, phlébologie. De plus, celle ci est à l’ origine  de la création d'un réseau de chaleur urbain.

Cette eau est en effet a 62 degrés centigrades ce qui a permis de reproduire un climat tropical sous la vaste toile du complexe aquatique.

Et juste en face, en sortant du bain, surmontant la colline, un des deux moulins restants,

« Le Chatelet », moulin a vent qui produit encore la farine de blé, a l'ancienne.

Le second, un moulin a eau « chez Bret »,produit l'huile de noix. Il se trouve sur la Seugne : 

Un affluent de la Charente de 80 kms qui a vu en ses courbes l'implantation de diverses peuplades au rythme des siècles et que nous rencontrerons....

 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

L'aménagement des « Antilles » et du casino le jouxtant, lors de fouilles en sous-sol ont offert  l'occasion en cette boucle de  « la Seugne » de découvrir l'existence passée d'une « villa » de riches propriétaires terriens Gallo-Romains, « le Dominus ».

 

 

« La Villa »,-type- une propriété ferme comportant  3 bâtiments résidentiels d'environ 2100 m² avec jardin de 5000 m², une partie agricole de 16 500m² et plusieurs hectares de parcelles cultivées.

Pars Urbana, Rustica et Fruxtuaria

Les fouilles ont commencées en 2003.

Histoire :

Les cours d'eau étaient navigables grâce a des  bateaux maniables. De ce fait, de nombreux ports existaient. Les cultures, arboriculture, viticulture,

Le territoire pratiquait l'élevage et produisait huile, vin et bijoux.

Il y avait extraction de calcaire, le marbre, fabrication de minerai de fer et enfin exploitation de la

 Forêt qui, a cette époque était très dense.

Le commerce se pratiquait vers Saintes par le fleuve, mais aussi par les voies romaines Médiolanu…,Aginum (Saintes-Pons-Agen-Cahors) de largeur 5,70 m en gros cailloux «  damés », bombées au centre pour chasser l'eau vers des fossés latéraux pouvant être existants.

 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

Seuls les romains, mis a part quelques abris grottes du paléolithique,  ont laissé des traces de leur passage.

Entre autre Jonzac, nom issu d'un quelconque consul romain « Juventius », puis, au IXème « Jovanciacum » nom consacré a Jove/Jupiter, déjà a la mode,  au Xème siècle.

On désigne la ville sous le nom de « Joenzacus ». Ac  signifiant habitation et lieu rempli de joncs, marécages existants, puis je suppose  : le raccourci actuel Jonzac.

 

 En ère mérovingienne, au temps de Clovis, tous  les « Jonzacais » et toutes les « Jonzacaises », vivaient sur les deux collines dénommées « Montguimar » et « Balaguier ».

Sur le mont Guimar, en 2009, lors de travaux sur le parvis de l'église actuelle « Saint-Protais »

Une importante nécropole mérovingienne fut mise a jour avec grand nombre de richesses.    Un tracé sur le parking actuel indique les lieux des divers sarcophages.

 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

« Le Pseudo Turpin »   (document historique (qualifié de vrai ou faux),ou légende?) demandé par les Rois d'Espagne Alphonse VI et de France, Louis VI aux pape Calixte II, l'abbé de Saint Denis et l'évêque de Compostelle : Un évêque nommé Turpin est chargé de rédiger la manière dont Charlemagne et ses chevaliers vinrent délivrer le tombeau de Saint Jacques ( de Compostelle) des mains des infidèles.

Le pape en profita lors de son pontificat pour instituer le fameux pèlerinage.

Lors de sa campagne espagnole, passa à Jonzac vers 812 et rencontra une troupe de Sarrazins. Beaucoup d'hommes périrent sur les deux monts de Jonzac.

Son fidèle chapelain Anthème -évêque de Poitiers- serait enterré sur le Mont Guimar, suite a son décès en Espagne.

 

L'église  se nomme Saint Protais et est classée XIIème siècle. 

Ce fait lié au pseudo Turpin laisserait penser que sur ce Montguimar un édifice religieux a précédé l'actuel et il a été baptisé Saint Gervais.  (Saint-Gervais et Saint Protais martyrisés en l'an 170 à Milan, sous l'empereur Néron).

L'église de pur style roman saintongeais nous propose son portail avec ses trois pleins cintres bordés de cordons sculptés et dessus ses quatre baies aveugles. Chose rare en ce style, les arcs reposent sur des colonnettes, avec sous les pinacles des lanternes qui abritent des visages humains.

Au XVème siècle, l'église connut un agrandissement sur les deux côtés.

Les guerres de religion ont laissé quelques traces et le clocher fut reconstruit en 1847/54

 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

L'intérieur de l'église ordonnancée avec ses 3 nefs organisées en 5 travées séparées par des colonnes. L'abside propose une décoration ogivale a 3 lobes et les vitraux qui la compose laissent passer quelque lumières.

 

 Les vitraux de Saint Jean et Saint Louis y  figurent aux côté de Saint Anthème -évêque  

 de Poitiers- précité et un chanoine de Jonzac, Antoine Beaupoil de Saint-Aulaire (né en 1765)  martyrisé lors de la Révolution.

L'orgue dit « de tribune » œuvre du grand facteur Gaston Maille, conçu en 1889  est inscrit a l'inventaire des Monuments historiques. Restauré récemment il est utilisé aujourd'hui à des concerts.

Rappelons que Gaston Maille est à l’origine de construction ou restauration de nombreuses orgues en Aquitaine.

 

Les Halles « à la Baltard » jouxtant curieusement l'église ont été construites en 1888/89.

Historique : C'est en 1759 que Pierre Bouchard d'Aubeterre décida de déplacer les vieilles halles de 1475 placées devant l'entrée du château sur le Mont Baliguier en face sur le Mont Guimar près de l'église, en lieu et place du cimetière Protestant.

Ce transfert rapportait au seigneur en avantage supplémentaire le renouvellement des droits de banc octroyés aux commerçants autorisés.

Dégradé au fil du temps, en 1888 la municipalité décida de son remplacement par une construction en fer et fonte style à la mode Baltard.

Ce marché a servi de salle des fêtes, aux réunions jusqu'en 1962 , puis ces réunions se virent transférées  côté château...en face, sur le Mont Balaguier ou je vous emmènerais très prochainement.

 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3
 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

Nous  allons emprunter cette porte de la ville ouverture sur le  Montbalaguier.

Un vestige intact de l'enceinte fortifiée qui, au XVIème siècle, protégeait le château et la cité.

On y voit quelques traces de la herse et les deux tours rondes qui l'encadraient ont disparu.

Cette porte est depuis le 25 novembre 1926 classée aux Monuments historiques.

Nous déboucherons sur la place, en pente douce vers le château, place où se déroulaient au Moyen- Age, foires et marchés.

Alors ?.....a très bientôt.....

 

 Ville de Jonzac, vue et racontée par Jean-Pierre Franssens 1/3

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article