Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 17/22 par JP Franssens.

15 Octobre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Pour mémoire : 1936, année de crise, de nombreuses inondations dans toute la France et Paris n'est pas épargné. Mais place à Jean-Pierre....

Janvier 1936

Janvier 1936

Je terminerais cette présentation sociale, par les extraits de textes écrits par Jean-Damien dans son exposé de 2011. Ses conclusions me semblent correctes et elles comportent une certaine logique.

1936, année fatale, année de bouleversements. Le climat social devient tendu. Le patronat, la gestion paternaliste des entreprises étaient menacés par une volonté manifeste de changement qui vint du bas de l'échelle, des employés et ouvriers. C'est la crise...Les principales causes du déclenchement de la grève de juin 36 sont liés à des revendications salariales et syndicales. La demande est ; hausses de salaires, élaboration de contrats collectifs, liberté syndicale et absence de sanctions pour faits de grèves...

« En juin 36, les directeurs de magasins virent, sidérés, leur monde s'effondrer. Depuis des dizaines et des dizaines d'années, rien n'avait changé dans leur monde. Le modèle patronal de leurs pères et grands-pères était le leur, ce qui leur semblait fort naturel et dans l'ordre des choses. Ils aimaient leur personnel, leurs employés, ils avaient pour eux une certaine affection....et jusque- là, les problèmes s'étaient réglés en interne...une grève...pas vu depuis 1869.

Tout cela leur semblait appartenir au  passé, mais le régime politique du front populaire et l'arrivée au pouvoir de Léon Blum allaient changer l'ordre des choses ».

Il ne faut pas ignorer que les patrons des Grands Magasins n'aimaient pas beaucoup les syndicats et des sanctions directes ou indirectes étaient prises à l'encontre du personnel qui s'engageait dans cette voie.

L'après-grève va apporter la victoire syndicaliste alors....Conséquence indirecte, l'abandon par les directions de leur politique paternaliste envers leurs employés. Un désengagement par rapport à la vie sociale.

En 1928, la Loi Loucheur (Habitation Low Cost… pardon à Bas-Coût), en 1930 les parlementaires mettent en place les Assurances Sociales et un Ministère de Santé Publique est mis en place (déjà en 1920 existait un ministère de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance).

En 1932, le patronat doit verser 4% des salaires à une caisse d’Allocations familiales. Octobre 1935, par décret-Loi, l’État s'engagea à garantir une assistance hospitalière communale. Ce qui pouvait dès lors dégager les magasins de cette assistance).

1939, les Assurances Sociales devraient être généralisées et une prime de salaire unique devait être  créée.

L'état  était donc amené par diverses mesures à remplacer les initiatives privées.

L'ère du paternalisme est révolue. La politique a fait brutalement irruption au sein des magasins et désormais, ce sont les syndicats qui vont plus ou moins orienter les mesures sociales prises par les diverses directions.

Vous ne trouverez ici aucun commentaire personnel...je laisse chacun réagir selon sa sensibilité. Il y aurait bien sûr matière à un passionnant débat.

 

Georges Duhamel : congrés

Georges Duhamel : congrés

Additif : La France s'interroge sur l'avenir de sa jeunesse.

La session de médecine de 1936, présidée par Georges Duhamel, homme de lettres eet médecin,  s'interroge sur un très gros problème : l'enfant à l'âge scolaire et la double orientation qu'il peut subir entre onze et treize ans au moment où on l'aiguillera soit vers une profession intellectuelle , soit vers un métier dont il commencera l'apprentissage.

Un arrêté de septembre 1933 complété en février 34 prescrit un exament en fin de septième : CM2: l'élève qui n'a pas la moyenne ne passe pas dans le secondaire.

Cet examen divise l'opinion médicale car trois causes peuvent influencer les résultats de l'enfance : la croissance, le surmenage les maladies (endocriniens, cardiaques insuffisances alimentaires, les pulmonaires, les sourds et les insuffisants visuels)  ....

On créera les ateliers- école où des enfants de 12 à 16 ans pourront découvrir différents métiers de la vie courante :vendeurs, tailleurs, ajusteurs, carrossiers, cuisiniers...En cinq ans 15 000 enfants de région Parisienne sont passés par ces ateliers,beaucoup ont postulés à un emploi.

Voici un sujet de presque 80 ans....

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article