Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

11 novembre et histoire des coquetiers militaires

5 Novembre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

11 novembre et histoire des coquetiers militaires

Dans quelques jours nous célébrerons le 11 Novembre 1918 : Armistice qui célèbre la fin de cette guerre meurtrière commencée il y a 100 ans, qu’ont connu nos aïeux.

Enfin : « cessez le feu » crie-t-on à 11h en forêt de Compiègne, c’est la capitulation, c’est la délivrance !

Paris tire un coup de canon, les cloches des églises retentissent; La foule est en liesse... On chante, on danse, on s’embrasse, on hurle de joie des « Vive la France »….

Horrible guerre ou sur une soixantaine de millions de soldats mobilisés, on dénombrera plus de 15 millions de blessés et 9 millions de morts (1 394 000 Français sur 8,5 millions mobilisés).

Emouvant : le 10 novembre 1920, André Maginot demande à un soldat de déposer sur un des huit cercueils de soldats inconnus un bouquet de fleurs tricolores. Le jeune soldat (le plus jeune engagé de 1918) dépose le bouquet sur le 6éme cercueil. Le cercueil fut d’abord emmené au Panthéon puis à l’Arc de Triomphe en janvier 1921.

Le 11 novembre 1923, André Maginot, ministre de la Guerre allume le 11 novembre 1923, cette flamme éternelle ravivée chaque année à l’Arc de Triomphe : Flamme du souvenir, flamme de l’espérance.

Voyons à présent, un côté plus sympathique avec Alain Dégranges  qui possède une collection de coquetiers impressionnante et vient nous parler de ceux de cette guerre.

 

Coquetiers faits à partir d'amorce d'obus.

Coquetiers faits à partir d'amorce d'obus.

réalisé avec l'aluminium des ceintures d'obus

réalisé avec l'aluminium des ceintures d'obus

« Des commémorations nationales et internationales du centenaire de la première guerre mondiale se sont déroulées tout au long de cette année et je vais vous parler de ces  coquetiers à connotation militaire ou patriotique, souvent marqués « objet de tranchée ».

Certains furent réalisés par les poilus dans les tranchées, d’autres le furent à l’occasion des permissions, par des décorateurs de céramiques ou bien furent réalisés à l’arrière de la ligne de front.

Pourquoi les soldats de la Grande guerre se mirent-ils à fabriquer des objets ? La réponse est évidente, même derrière les premières lignes, on finit par s’installer et le courrier terminé, on s’ennuie ferme. Alors ceux qui se sentent un peu artistes vont s’occuper en fabriquant des objets décoratifs pour les offrir à leur famille, leurs enfants, leur fiancée à la première permission. C’est ce qui explique que de très nombreux objets de tranchée sont surtout des objets souvenirs, souvent gravés d’un nom de femme ou d’un lieu.

coquetier en faïence réalisé par un soldat lord d'une permission : le message complet sur cette oeuvre : "Ne vous en faîtes pas, on les aura "!

coquetier en faïence réalisé par un soldat lord d'une permission : le message complet sur cette oeuvre : "Ne vous en faîtes pas, on les aura "!

Les soldats récupéreront tout ce qu’ils peuvent trouver sur les champs de batailles : aluminium, cuivre des étuis de balle ou douilles d’obus, sabots de chevaux morts pour en faire des encriers.

Ainsi les objets les plus divers furent fabriqués : crayon, porte-plume, couvertures de carnet, boîtes, avions miniatures etc…

Mais la guerre de 1914-1918 n’a pas eu le monopole des coquetiers patriotiques, comme nous le voyons sur ces 2 coquetiers datant de la seconde guerre Mondiale.

En ces temps de restrictions, un œuf à la coque bien frais était un festin pour les gamins dont j’étais. »

Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.
Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.
Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.

Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.

En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent   et le dernier présenté ici comporte  la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent   et le dernier présenté ici comporte  la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent   et le dernier présenté ici comporte  la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.

En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent et le dernier présenté ici comporte la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

AUPECLE Catherine 31/12/2014 18:37

Excellente initiative pour faire mieux connaître l'Histoire mais également faire partager sa passion pour les coquetiers. Merci

Christine D 06/01/2015 12:52

Merci de votre commentaire. Bonne année

Marie-Françoise 11/11/2014 21:28

Merci Alain d'avoir extrait de votre immense collection ces objets insolites.
Pour moi, la guerre de 14 a toujours été présente dans la famille, le frère de ma mère y est décédé et il a fait partie de nos conversations, un tableau le représentant, en pied, est sur le mur de mon séjour.
Pendant le débarquement de Normandie il a eu un parcours original, mais c'est une autre histoire.
Bonne chasse, Alain, vous fouillez toujours ?
Amicalement. Marie-Françoise

PARIS François 07/11/2014 20:29

Quel bel approche que ce 11 Novembre vu sous les cocotiers et merci à Alain de nous d"montrer lpartie historique de sa belle collection de coquetiers.

costenberg 07/11/2014 11:54

merci à vous pour ce bel article!!que de souvenirs, difficile d'imaginer nos braves soldats recherchant ces distractions au milieu des champs de bataille mais tout ceci devient pour nous une émotionnelle collection .

Michel Bindault 07/11/2014 09:23

Félicitations , Alain , pour cet intéressant article illustré par cette originale collection de coquetiers.
Je suis surpris par l'emprise de l'actualité, en l'occurrence la guerre à l'époque, sur des objets aussi usuels et inattendus.
Ils sont devenus " objets d'art " car exprimant les ressentis des acteurs d'une période dramatique.
Mais comment t'es venue l'idée de constituer cette collection et où trouves tu ces coquetiers qui, souvent, doivent être des pièces uniques difficiles à localiser et se procurer ?
Amicalement

JiPé.fr 06/11/2014 15:44

Merci Alain pour cette superbe et émouvante sélection de coquetiers guerriers, coquetiers extraits de ta splendide collection. Je profite de cette lecture pour te transmettre nos cordiales et sincères amitiés, ainsi qu'à madame. Jean-Pierre et Lucie.
Il est bien aussi de rappeler l'origine de la flamme à l'arc de triomphe. J'ai vécu quelques cérémonies avec mon grand père, grand mutilé,-mauvais souvenir d'un obus-et qui faisait partie de "la flamme".