Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2

11 Novembre 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 2 Nord Normandie

Georges vient nous faire vivre, ici,  la Normandie su XIXéme siècle, à travers ce reportage sur une exposition où il participa à SAINT HILAIRE DU HARCOUET.... Etonnant! passionnant! ....

La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2

Habits et costumes

Les costumes comme ceux présentés sont pour la majeure partie apparus au 19 éme siècle

C’est en effet à cette période   (vers  1825) que les habits de base se différencieront par régions, hormis les vêtements de travail qui resteront sensiblement les mêmes.

La composition du costume reste cependant la même partout avec jupe,  corsage, tablier, fichu de cou.

En Basse-Normandie, le droguet est le tissu le plus courant, uni ou rayé avec la couleur rouge dominante.

La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2
La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2
La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2

L’indienne plus légère se porte l’été. 

Très répandu   le châle est tissé en indienne, en cretonne en soie,  où en toile. C’était le cadeau traditionnel offert par le fiancé à sa promise. Il est de taille variable et peut être imprimé ou broché de fleurs.

En ce qui concerne les grands châles en cachemire, inconnus avant la campagne d’Egypte, et qui étaient portés en cape leur mode est apparue vers 1830 – 1840.

Aux débuts réservés aux dames de l’aristocratie de par leur coût (la première à le porter fût l’impératrice Joséphine), celui–ci devint plus abordable quand il fût fabriqué en série à Reins et Amiens notamment.

La Normandie  porte aussi un tablier, avec ou sans bavette appelé «  devantier » ou « devanteau ».

 La coiffe

L’accessoire le plus symbolique de la tenue est la coiffe qui varie d’une région à l’autre.

Avant elle, donc avant la révolution, le bonnet porté  au niveau  national  s’appelait : la Cornette.

La façon dont la coiffe est ornée, avec plus ou moins de dentelle, de broderie, de bijou, indique le rang social de la femme qui la porte.

La coiffe de  notre  région (d’Avranches) était « le Papillon d’Avranches.

Les coiffes
Les coiffes
Les coiffes
Les coiffes
Les coiffes

Les coiffes

Les formes de base sont les mêmes pour toutes les coiffes : Pour certaines, un fond monté sur une passe avec des barbes  (pans  qui retombent de  haut de la coiffe) qui peuvent, parfois être repliées sur le dessus ce sont alors des coiffes dites «  à rencontres » ou bien,  fond et passe avec des ailes pour d’autres.

Les matériaux employés sont :   La toile, le carton,

Le fil de cuivre,  avec  suivant le modèle : de la mousseline brodée ou non, du velours, de la dentelle, des rubans, du tulle.

S’ajoutent à cela : des fleurs en bouquets, en guirlandes, des bijoux : broches au milieu des rencontres et épingles, parfois  elles aussi, ont parfois la forme de fleurs  (souvent des pensées)

Après le deuil national de la guerre de 1870 pendant lequel on a porté des vêtements austères, le plus souvent noirs, tout a changé.

En  effet, les coiffes ont été remplacées par des bonnettes. 

Les dentelles

C’est Colbert, alors ministre des Bâtiments, Arts et Manufactures qui dès 1664 fait venir des dentellières  vénitiennes   à Alençon, Argentan, Bayeux- Venise étant considéré comme le berceau de la première véritable dentelle.

Sous Louis XV  le dentelle est toujours très   en vogue  et s’améliore pour devenir plus fine et plus légère notamment avec l’utilisation du tulle.

A la révolution beaucoup de manufactures devront fermer, mais la dentelle réapparaît sous Napoléon. Le point d’Angleterre est de plus en plus utilisé de même que le point «  Blonde de Caen » pour la confection des grands châles  très à la mode à cette époque.

Au 19 ème siècle, les  machines apparaissent au détriment de la dentelle à main qui subsiste cependant dans certaines villes comme Bayeux.

La dentelle au fuseau : Elle apparaîtrait pour la première fois au Puy en Velay et on la doit à Isabelle Mamour, jeune brodeuse, qui sollicitée pour le grand jubilé du 25 mars 1407, à (l’idée d’attacher à des épingles plusieurs navettes de fils d’où finesse et transparence.

Au 17 éme  siècle la dentelle connait un succès considérable. On la trouve sur les vêtements, sur les meubles, dans les carrosses etc…. et  son usage est tel que Louis XIII le réglemente par édits en 10 ans (de 1629 à 1639) peu respectés mais repris par le parlement de Toulouse.

Les dentellières s’en plaignent auprès du père Jean François  REGIS DES PLAS qui les prend sous sa protection. Lors de sa canonisation, les dentellières le prennent pour Saint Patron. 

 

La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2
La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2
La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2
La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2

Les différents styles de dentelles :

La Blonde, dentelle au fuseau du 18 ème siècle, réalisée de fils de soie écrue ou de fils d’or ou d’argent très fins pour donner de la brillance aux fleurs et aux feuilles.

Elles étaient destinées à la confection de cols et de châles. 

Le Chantilly, dentelle noire ou blanche faite au fuseau à fils continus avec un fil de soie dont les motifs représentent des corbeilles, des vases ou des fleurs  Le Cluny  fils continus aux dessins géométriques.

C’est la dentelle la plus connue.

La dentelle chimique,  apparue au XIX ème siècle par brûlure de certaines fils à la soude caustique imite la dentelle à l’aiguille.

Régions françaises connues pour les dentelles : Dentelle d’Alençon, d’Argentan, de Bayeux.  Blonde de Caen.  Dentelle de Calais, Chantilly, Luxeuil, Lunéville, Mirecourt.   Neuchâtel, du Queyras, Sedan, Valenciennes,  du Puy  en Velay où deCluny. 

La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2La Normandie rurale au XIXème siècle par Georges Guyot 1/2

A suivre pour la deuxième partie de cet article , impressionnant par sa richesse et ses photos.

" Chapeau! Georges"

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Parent 14/11/2015 09:02

Bravo
J'adore la dentelle
Beau reportage

JC.Charmoy 13/11/2015 05:33

Superbe reportage
Amities JC.Charmoy

Bindault Michel 12/11/2015 16:31

Bonjour Georges. Voici un beau reportage et une documentation intéressante sur des costumes et arts régionaux un peu oubliés aujourd'hui et pourtant pas tellement anciens.
Attendons le 2e épisode et les aspects de la vie rurale dans la Normandie du 19e siècle.
Félicitations pour ce travail de recherche et des photos qui l'illustrent.
Amitiés.

JiPé.fr 12/11/2015 10:52

Salut Georges,
Toujours précis et clair , tout dans la dentelle. A lire et relire, a voir et a revoir.
Merci Georges Le Normand et vite le 2/2...et ça.....j'achèèèète.....
Amitiés.

Casanova Monique 12/11/2015 10:24

Article très intéressant

Kerzerho Nicole 12/11/2015 00:31

Bonjour monsieur Guyot,
Bien joli reportage.Que de beaux costumes et surtout les coiffes.J'ai eu l'opportunité d'aller voir les dentellières à Alençon.Quel beau travail et quelle patience.Dans le club ou je suis à Boissy nous avons un atelier ou les dames font de la dentelle du Puy et d'autres régions.
Nous faisons une expo de tout ce qui est réalisé au club,l' année prochaine c'est au mois de mai, et la dentelle et la marqueterie ont un grand succès.Mais nous ne vendons pas nos oeuvres.
Cordialement

Georges Guyot 12/11/2015 01:14

Bonjour Nicole Merci pour le compliment . j'apprécie beaucoup tout ce qui touche l'artisanat grâce à un savoir faire particulier et hors contexte industriel c'est bien continuez amitié .