Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Une nouvelle d'Antoine Eminian : Ne t’inquiète pas Fripon

23 Mars 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Antoine, nous surprend toujours par son style. On apprécie la richesse des descriptions.

Lisez ce teste calmement et vous vous y croirez... 

Le soir commençait à tomber, déjà le soleil refluait lentement laissant la place libre aux ombres de la nuit qui ne tarderaient pas à recouvrir le paysage. La route de caillasses grises disparaissait à l’horizon, déserte de toute vie, les criquets abrégeaient leur concert, de rares oiseaux noirs regagnaient leurs nichées dans les arbres feuillus de la forêt proche.

Un mulot qui logeait dans un trou en lisière du champ aurait pu en témoigner si on devait l’interroger, la petite fille et son chien n’avaient pas bougé de leur place depuis le milieu de la matinée.

Il en était certain car dès qu’il avait émergé de son terrier ce matin pour aller quérir son déjeuner, il avait était très étonné, voire contrarié, d’apercevoir des intrus aussi près de son domicile alors qu’il se hâtait de dégotter sa pitance.

Oreilles aux aguets, narines frémissantes, moustaches fébriles, il avait longuement étudié la situation avant d’en conclure qu’il n’y avait aucun danger, la voie étant libre il était parti vaquer à ses petites affaires.

Plus tard, les criquets corroborèrent les dires du mulot mais n’étant eux-mêmes arrivés sur les lieux que lorsque le soleil fût à son zénith, ils étaient incapables de préciser vers quelle heure l’enfant et son chien étaient arrivés. Beaucoup d’autres étaient dans le même cas, les papillons et la majorité des insectes du secteur ne se risquaient dehors qu’après que le soleil se soit imposé. Tous avaient été étonnés par cette présence incongrue, mais tous en avaient déduit qu’aucun péril n’était à craindre, donc chacun s’était livré à ses occupations favorites.

C’est alors que le mulot se permit une intervention. Il suggéra d’interroger le hibou qui nichait dans le chêne à l’entrée de la forêt, oiseau de nuit, il avait certainement des informations de bonne qualité à fournir sur l’activité nocturne des environs.

Un murmure d’approbation flatteuse gonfla d’orgueil notre souris des champs, tout ouïe d’entendre la suite des événements. D’un commun accord il fut décidé de se déplacer au pied du chêne, question de protocole et de confort pour le vieux sage qui n’aurait certainement pas accepté de se déranger pour venir témoigner au milieu d’une maigre clairière faite d’épis de seigle piétinés par un sanglier de passage.

Le recueil de la déposition du hibou ne fut pas une affaire simple. D’abord il fallut le sortir de sa torpeur car à cette heure et à son âge, pépère somnolait yeux ouverts rêvant à quelques agapes passées ; ensuite, expliquée la présence de cet aréopage au pied de l’arbre et le but de leur assemblée interrogative, passé le temps de reprise de ses esprit par l’antique rapace nocturne, évacués les préambules bavards et quelques effets de plumes posant un notable, notre hibou en vint au fait, au soulagement audible de tous les auditeurs. Effectivement, il avait tout vu, certainement il savait tout de cette histoire aussi étrange que mystérieuse qui agitait le petit monde de ce modeste territoire. Enhardi par une intervention précédente, le mulot se risqua à une question brutale, « Et alors ? ».   

Coupé dans son témoignage, le hibou gonfla ses plumes, tournant la tête de droite à gauche, signes évidents d’une contrariété qui se reporta sur l’assemblée et par ricochet sur notre mulot qui aurait souhaité à cet instant – car il l’avait oublié - être une petite souris pour disparaître dans le moindre trou. Dieu merci, car il y a un dieu des mulots – du moins l’avons-nous appris à cette occasion – le hibou profita de cette interruption pour se rengorger et repartir de plus belle dans son discours logorrhéique qui se résumait à ceci, à peu de chose près : le hibou avait passé une mauvaise nuit, la chasse n’avait pas donné, il était rentré assez tard (pour lui) et vraiment tôt (pour vous) et alors qu’il se préparait à se coucher, le bruit de la voiture avait attiré son attention.

 

« Ne t’inquiète pas Fripon, il va revenir. » La petite fille à la natte, assise sur une mauvaise valise en carton, abritait sous son bras frêle un jeune chien qui n’en menait pas large, inquiet pour ne pas dire effrayé, scrutant l’horizon où avait disparu la voiture de son maître. Depuis dix jours ils étaient en fuite, lui au volant, la barbe lui mangeant le visage chaque jour un peu plus, cramponné à son volant, un œil dans le rétroviseur et l’autre sur un gros sac plein d’on ne savait quoi, posé sur le siège avant à ses côtés. La petite et le chien, recroquevillés à l’arrière de la voiture, ne pipaient mot devinant inconsciemment qu’au moindre borborygme ils en pâtiraient.

Refaire l’historique ne changerait rien à l’affaire, les dés avaient été jetés il fallait continuer la partie, même si la petite savait très bien qu’elle ne maîtrisait rien, qu’elle n’était pour rien dans ce drame mais qu’elle en était un élément central néanmoins.

Le chien en savait encore moins, il n’avait retenu que quelques mots, divorce, chômage, expulsion, précarité, ces derniers mois les mots répétés ad libitum s’étaient introduits dans son cerveau, remplaçant caresses, gamelle, sortir pisser qu’il avait eu pourtant beaucoup de mal à assimiler. Tout s’était précipité avec les mots banque et police, depuis ils n’avaient plus quitté la voiture, roulant sans cesse de nuit et de jour, ne s’arrêtant que dans des endroits déserts, comme ici, pour une pause. 

« Ne t’inquiète pas Fripon, il va revenir » répétait la petite fille, tel un mantra devant porter bonheur.

Calmer le chien évacuait ses angoisses, son père allait revenir, il lui avait juré ; il s’absentait le temps de conclure une affaire en ville et il reviendrait aussitôt la chercher, elle et Fripon son chien adoré ; elle devait être forte et confiante, après ils pourraient espérer un bout de ciel bleu. Il préférait lui laisser une valise avec ses maigres effets, au cas où. Une précaution inutile ma chérie, mais papa doit penser à tout. La voiture s’était éloignée rapidement au petit matin pour disparaître à l’horizon.

 

« Je n’en sais pas plus » conclut le hibou, épuisé par son long discours devant la docte assemblée et pressé de retrouver le calme et le sommeil d’où on l’avait tiré. Le mulot, les criquets, les papillons, tous se retirèrent dans le plus grand silence, troublés par cette révélation qui au final n’aurait aucune répercussion sur leurs propres vies. Entre les herbes folles et les plants de seigle, la vie reprit ses droits, les papillons reprirent leur butinage, les criquets leur concert et notre mulot ses vagabondages en quête de nourriture.

 

Sur la route toujours déserte, la petite fille à la natte, la valise en carton et le chien apeuré, guettaient encore et encore, le retour de la voiture. « Ne t’inquiète pas Fripon, il va revenir ! »       

Tout est bien qui finit bien... nous espérons une fin heureuse.

Antoine nous laisse imaginer la fin!...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bindault Michel 26/03/2018 11:17

Très beau texte où l'homme vient perturber un instant le bon ordonnancement de la nature par une intrusion soudaine.
Histoire difficile d'une enfant subissant les conséquences de problèmes de la vie des adultes.
Espérons une suite heureuse pour la petite fille à la natte et Fripon.
Amicalement

costenberg sylvie 25/03/2018 10:10

merci pour ce joli message que de tristesse entre ces lignes