Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n° 8

14 Mars 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Hélas à  l’automne 1870, la France entre en guerre, Paris est assiégé par les Prussiens.

C’est la défaite et Napoléon III. Il est fait prisonnier à Sedan le 1er septembre 70.

PARIS :

« Des forces révolutionnaires hostiles à la capitulation souhaitent alors instaurer à Paris une Commune insurrectionnelle. Celle-ci va naître peu après l’armistice, le 18 mars 1871.» (Citation Lettre du BHV)

En 1871, des élections pour une nouvelle assemblée constituante sont organisées. Les résultats sont clairs : les Français majoritairement ruraux votent pour les monarchistes et la paix. Adolphe Thiers devient le chef du nouveau gouvernement, s’installe à Versailles bien que le parti de Gambetta souhaitait continuer la guerre.

C’est la révolte entre les conservateurs et monarchistes de Province et les républicains de Paris, le peuple de la Capitale qui dénonce l’Armistice avec l’Allemagne, se révolte

Les ouvriers souffrent de la famine pendant le siège de Paris, ils ont beaucoup de difficultés à trouver des vivres.

1871 Entrée des légumes venant de banlieue

 

1871 Boucherie Canine et féline Quartier St Germain

Ils ont résisté aux attaques prussiennes et veulent : continuer la guerre et s'opposer à la nouvelle assemblée.

Ils se cotisent pour s’armer et défendre Paris, ils achètent des canons.

Thiers pressent la  révolte des Parisiens et veut les désarmer. Mais les Parisiens « communards » vont se battre contre l’armée de Thiers. Ils montent des barricades.

1871 Mars Construction d'une barricade
1871 Barricade fermant la rue de Rivoli à la Concorde

Pendant une semaine Paris est en feu et à sang.  (Bombardement des Versaillais sur le Champ de Mars et sur le Ministère des Finances). 

Les magasins sont brûlés, mais le Bazar de l'Hôtel de ville est épargné.

L’Hôtel de Ville est incendié par les Communards.

1871 Hôtel de Ville incendié (Marville)

Après une semaine sanglante, (massacres, condamnation à mort, déportations) du 21 au 27 mai 1871, la Commune fut renversée.

 C’est terrible : 25 000 parisiens fusillés, plus de 10 000 condamnés ou déportés.

La période  du siège de Paris et de la commune 1871 est une époque  difficile.

Xavier Ruel, homme philanthropique qui se souvient de son enfance, fait distribuer chaque matin 1000 livres de pain aux indigents de son quartier.

Il organise des caisses de prêts de secours et de retraite pour ses employés.

Xavier Ruel s’occupe des déshérités, il s’intéresse aux familles de ses employés, il fait des dons pour les naissances et les mariages.

Il fera distribuer aux nécessiteux de nombreux secours : charbon, couvertures, vêtements et chaussures.

En France :

Nous sommes dans une France  ébranlée par cette succession de conflits. La population parisienne est humiliée et affamée. Paris est endommagé,  les Tuileries furent incendiées et la colonne Vendôme abattue, les travaux d’embellissements d’Haussmann, arrêtés

La colonne Vendome détruite

 

 

 

 

 

 

 

Le 10 mai 1871, le traité de Francfort oblige le pays à abandonner l’Alsace et la Lorraine.

Le 4 septembre 1871 le député républicain Gambetta proclame la fin de l’empire et proclame la 3ème République.

En 1873, le Maréchal  Mac Mahon succède à Thiers (décédé le 24 mai,) pour une durée indéterminée

Son mandat de Président de la république sera prolongé le 20 novembre 1873.

Les Républicains reviennent en force et ils pousseront le Président Mac Mahon à démissionner en 1879 !

 

 

A Paris :

1875 : L'opéra Garnier est inauguré par le président Mac Mahon. L'opéra choisi est La Juive, opéra en cinq actes dont l'air le plus connu est "Rachel quand du Seigneur" 

1877 L'hôtel de ville de Paris est en reconstruction depuis 1874 (Il sera achevé en 1882).

1877 : Dans les mairies Françaises, le buste de Napoléon III est remplacé progressivement par notre "Marianne". Avec son bonnet phrygien : Elle symbolise la Liberté comme l'esclave libéré dans l'Antiquité.

 

Xavier Ruel

Le 5 novembre 1877, Xavier Ruel  ouvre,  rue de la Verrerie,  une  pension alimentaire pouvant accueillir 400 personnes où l’on paie 40 centimes (6 euros environ en 2012) le repas à 4 plats. On achète le ticket chez les buralistes.  Après enquête, il faisait distribuer aussi des cartes gratuites.

(Connu aujourd'hui comme atelier pour le couturier Alaïa)

 

 

 

 

Pendant des mois, à grands frais, il la maintient, mais les commerçants du quartier se plaignent et la pension ferme.

Une cantine est ouverte pour les employés « Pension des Dames »

Une Société Sportive est créée à l’usage de ses employés.

En 1877, le 16 décembre, les Ruel perdent Marie Louise, leur fille de vingt-deux ans, d’une tuberculose à Cannes.

 

Aristide Boucicaut, créateur du Bon Marché décède; Ce fut un homme remarquable, simple avec un esprit analytique.

Il chercha quelles étaient les réformes qui pouvaient être utiles d'apporter dans les habitudes commerciales et, les changements qu'il fallait opérer dans le commerce de cette période : Comment attirer la clientèle, mais surtout la fidéliser...

 

 En 1878, Les acquisitions de Xavier Ruel  s’accélèrent….

De locataire, Xavier Ruel devint propriétaire de tout l’immeuble du 54 rue de Rivoli et du 1 rue des Archives.

 

 

1878 :  Paris ouvre une nouvelle exposition universelle . Elle eut un immense succès et marqua le relèvement de la France dans tous les domaines.

 
Exposition Universelle 1878
Exposition Universelle 1878Exposition Universelle 1878

Exposition Universelle 1878

Paris change, Paris se reconstruit.Quelques rues de Paris de notre quartier Hôtel de Ville .

 

 

 

 

A suivre...

CD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean-pierre franssens 22/03/2019 16:10

Merci Xavier Ruel, ce bienfaiteur nourrissant les pauvres, devenu ce Monsieur propriétaire du futur lieu ou s'éleva "notre" BHV et quelle année....Monsieur Boucicaut se retire....Bonjour Grands Magasins et merci a toi Christine de nous remémorer ces grands moments . Beau travail
Mes commentaires ne correspondent pas toujours aux dates de prise de connaissance; -un Belge a besoin de réfléchir.....une fois....- mais il a toujours, la frite. Amitiés et Bises
JiPé.fr

Georges Guyot 15/03/2019 15:16

Bonjour eh oui comme le dit Sylvie toujours aussi passionnant et instructif que ce récit sur le Paris de cette époque et la naissance des grands magasins et leur histoire leur évolution. Quand l'on sait le travail de recherches et le temps passé à les acquérir en essayant de rien oublier , nous ne pouvons qu'être admiratif et respectueux de ce travail comme le dit encore si bien Sylvie mériterait d'être relié en un seul document et le faire connaître , pourquoi pas dans les écoles où autres centres d'intérêts culturels et historiques ( car le savoir est le contraire de l'oubli) Merci Christine amitié Georges

costenberg sylvie 15/03/2019 13:17

toujours aussi passionnant tes articles et cela donnerait envie de retrouver l'ensemble sur un document unique afin de pouvoir les relire ultérieurement bravo et merci