Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

6 Septembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

La lumière est revenue sur Saintes et sur l’abbaye aux Dames.

Merci chers amis, ex collègues et fidèles lecteurs d’arriver avec moi a ce sixième et dernier épisode.

Poursuivons la visite de ce quartier ouest de la Charente, toujours en cours,,,, et découvrons un espace tout proche, un espace réservé aux magnifiques chevaux tous appartenant à des particuliers.

Je vais vous présenter le Haras National de Saintes et il était grand temps d’en parler, car, comme tous les autres Haras nationaux dont (IFCE ; Institut Français du Cheval et de l’Equitation). Propriétaire et gérant. Il fut vendu au printemps 2019.

A  un acquéreur détenteur d’une entreprise de publicité.

En voici « à titre posthume », une présentation.

Les haras Nationaux ont été créés par Colbert -sous Louis XIV- afin d’organiser une expansion de l’élevage équin et ainsi assurer les réserves en chevaux des armées du roi.

Napoléon après la révolution en a fait la continuité.

Le haras de Saintes a été créé en 1846. Il a été longtemps destiné au développement et a la sauvegarde de races d’équidés donc, reproduction et identification.

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Ce site classé de 10 hectares, haut lieu du patrimoine architectural, culturel et hérité du XIXème siècle, est situé à deux pas du centre-ville

Le Haras aura contribué à la professionnalisation des activités de la filière du cheval et de l’équitation Il appartiendra à son nouveau propriétaire d’écrire une nouvelle page de son histoire en lien avec son territoire. A Suivre…..

Formation « initiation au travail a pied : longe et longues rênes »

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Tous les étalons séjournant en ce lieu appartenaient à des particuliers donc repris en charge et bien traités.

Ces magnifiques quadrupèdes rejoindront-ils ? Un jour leurs ancêtres attelés à  un char votif de tradition gauloise du 1er siècle après J,C.  trouvé dans une fosse et patiemment reconstitué par les archéologues.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Un p’tit mot sur la gare de Saintes

 Le rail a eu une influence importante sur le développement de Saintes Le rail devient un centre d’attractions et entraîne la naissance de nouveaux quartiers pour les cheminots.

La gare : Sa mise en service est de 1867 par la compagnie des chemins de fer des Charentes, avant de devenir une gare de l’administration des « chemins de fer de l’État en 1878 ».

Puis, une gare de la SNCF -1937-1938-, desservie par des trains de grandes lignes et des trains express régionaux, TER.

Cette gare est desservie par des trains « Nantes-Bordeaux » et  dessert Rochefort, La Rochelle, Angoulême, Royan…..

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Je vais essayer en quelques lignes de vous retracer l’historique de ce secteur devenu SNCF en 1938.

Saintes est donc placée au centre d’une importante étoile ferroviaire presque égale à une étoile routière.

En 1935 Saintes voit passer: 

le « Manche-Océan » (Dieppe- Rouen-Le Mans-Nantes-Saintes-Bordeaux),

le « SBH » (St Malo-Saintes-Bordeaux- Hendaye), 

le « La Rochelle-Saintes-Genève (via Limoges) et les nombreux trains de pèlerins pour Lourdes.

La gare de Saintes était aussi la plaque tournante du trafic ostréicole.

100 circulations jour, 24 h sur 24 et 500 agents en service.

Depuis 1877 sur les terrains de l’état, constructions de bâtiments pour le petit entretien, l’atelier des machines et l’atelier des voitures et wagons et c’est en 1938 que le dépôt évolue en matériels, machines et chauffage et sanitaires pour le personnel.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

La guerre et le bombardement de 1944 ont obligé la reconstruction des ateliers et le travail a repris. Jusque dans les années 1960 l’effectif s’est maintenu autour de 1250 personnes, puis par des prises en charge des ateliers par le privé les ateliers redeviennent « entretien » et ne concerne que les révisions.

A Saintes dans les années 1930/40 presque la moitié de la population était « cheminote » et le rail faisait vivre environ 2500 familles sans compter les retraités

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Avant de retrouver nos cheminots d’aujourd’hui, voyons ce projet de « Tramway à vapeur » de Saintes à  Mortagne (sur la côte) 44kms » reconnu d’utilité publique - JO du 21 janvier 1893- C’était le début des « chemins de fer économiques de Charente » Jusqu’en 1924, moment où l’on parle « électricité », et autorail. Puis les cars en 1947 ont remplacés définitivement ces petits tronçons.

Le service urbain, c’était tout un réseau distribuant un maximum des bourgades et villes de Charente ; il n’allait pas vite 15 à 20 km/h de moyenne et les petites locomotives à 3 essieux vont tirer des convois composés de wagons et souvent une seule voiture.

 

 

Aujourd’hui, les ateliers d’entretien » devenus, pompeusement « Technicentre » sont encore dans « l’évolution ». 130 sont à l’œuvre pour la confection de pièces et levage .

Des activités nouvelles sont apparues et la SNCF annonce un regain d’activités pour le « technicentre » et la formation et emploi de 228 cheminots sur le site et à la maintenance.

A cela s’ajoute un engagement SNCF via l’Ecole des Nouvelles Compétences sur l’accompagnement et la création en 3 années de 100 emplois en CDI sur le bassin de Saintes.

Elle n’est pas belle la vie ?

La grande zone d’activités commerciales s’agrandit encore, le tourisme va bien.

L’avenir de Saintes est devant nous : Le haras se transformera certainement  en entreprise publicitaire et zone d’habitations et le bassin d’emploi est préservé et ceux-ci se développeront encore avec la SNCF !

Tout va bien !...

C’est dans cet esprit positif qu’il me faut terminer ces 6 épisodes reflétant partiellement  la vie d’une ville d’environ 25 000 habitants située sur une aire urbaine de 60 000 habitants avec les autres communes.

J’en terminerais donc par là ou j’ai commencé…..les Romains.

Il était une fois…..

Le musée est installé, à la place d’une faïencerie du 18ème, devenue  abattoirs au 19ème.

Le musée occupe les locaux et les extérieurs depuis 1931.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Ce musée de Saintes, est du point de vue de l’archéologie gallo-romaine, un des plus riches de France. Il est cerné par des colonnes antiques. Vous trouverez à travers les quelques images jointes, des blocs sculptés provenant des monuments antiques et des collections d’objets, mobiliers illustrant la vie quotidienne et éclairant sur la vie des Santons.

En voici, modestement quelques images...

Le buste présenté ci-dessous est en marbre de carrare du 1er siècle (découvert en 1957) Claude ou Tibère ??  Et un personnage de haut rang à cheval.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Chapiteaux qui ornaient le plus ancien temple connu de « Médiolanum » édifié dans la deuxième décennie avant notre ère.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Stèles à quatre faces et quatre personnages

Femmes au tissage

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Blocs de la frise du mausolée d’un homme d’affaires.

-à gauche : Un homme portant un sac de monnaies.

-au centre : Un homme devant un bureau sur lequel, un employé verse un autre sac.

-à droite : Un homme, la main posée sur un sac de monnaies,

L’expression de cette « scène de comptes » vient de Trèves comme sans doute le défunt lui-même.

Première moitié du IIIème siècle.

En cette rentrée de 2019 j’envoie cette pensée à tous les lecteurs du Rézo- Bazar.

Et si vous avez encore soif, retournez en partie 1, l’eau arrive à Saintes.....

Avec mes remerciements et mes amitiés, à bientôt sur la toile….si vous le voulez bien.

Jean-Pierre

Bravo et merci Jean-Pierre pour ce magnifique récit sur Saintes, bien documenté! Nous savons qu'il t'a demandé beaucoup de recherches !

Nous avons beaucoup apprécié. Au plaisir de te lire. 

CD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article