Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°18 1906-1909 partie 1

13 Septembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

J'ai divisé cette période en trois partie, la première traite de la politique et du social base de nos conditions d'aujourd'hui,  la deuxième partie sera consacrée en partie au commerce et aux loisirs.

La 3e partie vous emmènera aux objets vendus au Grand Bazar de l'Hôtel de Ville.

 

En France 1906 :  La population s’élève à 39,252 millions habitants

Politique :

Dès 1905 un homme d’origine bourgeoise se distingue : Jean Jaurès. Il crée la SFIO. Jaurès père du socialisme souhaite la réconciliation Franco-Allemande ; il se fera assassiner par un nationaliste le 31 juillet 1914 dans un restaurant non loin du Journal l’Humanité qu’il avait créé en 1904.

En 1905 le temps passé au  service militaire fut réduit passant de 3 à 2 ans.

Le président Fallières Élu le 17 janvier 1906 succède à Emile Loubet. en remportant la victoire face à Paul Doumer. Il devient ainsi le 9e président de la IIIe République. Il cherche à se faire l'arbitre des classes politiques et souhaite rapprocher la fonction présidentielle des Français.

 

C’est cette année là que Dreyfus est réintégré partiellement dans l'armée, au grade de chef d'escadron (commandant).  L'écrivain Émile Zola, le plus illustre défenseur de Dreyfus mort en septembre 1902, verra en juin 1908, ses cendres  transférées au Panthéon

Fallières est un opposant à la peine de mort. En 1908, un projet de loi visant à l'abolition de la peine capitale est soumis à la Chambre des députés par le Garde des Sceaux Aristide Briand. La loi ne sera finalement pas votée, les députés et l'opinion publique y étant hostiles.

Il faudra attendre 1981, soit 73 ans pour que la peine de mort soit abolie en France, sous François Mitterrand et le garde des Sceaux (Robert Badinter).

1906 : La relation difficile, sur le régime de séparation entre l’église et l’état, se calme et est appliquée sauf dans les départements de l’Est de la France.

Social en France :

Sur le plan social : 2/3 des travailleurs sont des hommes et 1/3 des femmes et des adolescents. La mortalité est forte dans ce milieu travailleur : Tuberculose, syphilis et alcoolisme…

La vie à la campagne s’améliore aidée par les engrais et la mécanisation. Les paysans consomment davantage de produits alimentaires.

1906 verra un nombre de jours de grève considérable en France.

Une des premières causes fut une explosion violente, le  10 mars : coup de grisous dans les mines de charbon du Nord, à Courrières faisant 1 100 morts.

Le peuple proteste afin d’améliorer la sécurité et réduire le temps de travail; de 10 000 grévistes le 13 mars (80 000 mineurs), on en comptera 50 000 le 18 mars. La crise reste difficile à régler!

Plus tard dans le domaine industriel de la chaussure à Fougères, la grève sera très suivie. Mais c’est surtout le 1er mai que les travailleurs descendront dans la rue pour obtenir la journée de 8h.

En ville, la CGT instigue des mouvements sociaux. Clémenceau, chef de gouvernement (1906/1909) maintient une politique de répression. La Police ira jusqu’à tirer sur la foule en 1908 à Draveil.

Repos Hebdomadaire :

Si les employés ont obtenu 1 jour de repos par semaine, ils n’ont toujours pas de congés annuels ; néanmoins ce jour de repos favorise l’expansion des salles de Cinéma et distractions populaires.

Que dit cette loi, maintes et maintes fois remise en cause !...

La loi  du 13 juillet 1906 sur le repos hebdomadaire est définitivement promulguée. Cette loi accorde à tous les salariés de l’industrie et du commerce un repos de 24 heures après six jours de travail par semaine. Comme on le voit, c’est l’article 2 de cette loi qui stipule que le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche. Mais on y lit beaucoup de dérogations .

LOI du 13 JUILLET 1906 :

LE SÉNAT ET LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS ONT ADOPTÉ,

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE PROMULGUE LA LOI dont la teneur suit:

ARTICLE PREMIER. — Il est interdit d'occuper plus de six jours par semaine un même employé ou ouvrier dans un établissement industriel ou commercial ou dans ses dépendances, de quelque nature qu'il soit, public ou privé, laïque ou religieux, même s'il a un caractère d'enseignement professionnel ou de bienfaisance.

Le repos hebdomadaire devra avoir une durée minima de vingt-quatre heures consécutives.

ART. 2. — Le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche.

Toutefois, lorsqu'il est établi que le repos simultané, le dimanche, de tout le personnel d'un établissement serait préjudiciable au public ou compromettrait le fonctionnement normal de cet établissement, le repos peut être donné, soit constamment, soit à certaines époques de l'année seulement, ou bien:

a) Un autre jour que le dimanche à tout le personnel de l'établissement;

b) Du dimanche midi au lundi midi;

c) Le dimanche après-midi avec un repos compensateur d'une journée par roulement et par quinzaine;

d) Par roulement à tout ou partie du personnel. Des autorisations nécessaires  devront être demandées et obtenues, conformément aux prescriptions des articles 8 et 9 de la présente loi.

ART. 3. — Sont admis de droit à donner le repos hebdomadaire par roulement, les établissements appartenant aux catégories suivantes:

1° Fabrication de produits alimentaires destinés à la consommation immédiate;

2° Hôtels, restaurants et débits de boissons; 

3° Débits de tabac et magasins de fleurs naturelles;

4° Hôpitaux, hospices, asiles, maisons de retraite et d'aliénés, dispensaires, maisons de santé, pharmacies, drogueries, magasins d'appareils médicaux et chirurgicaux;

5° Etablissements de bains;

6° Entreprises de journaux, d'informations et de spectacles, musées et exposition;

7° Entreprises de location de livres, de chaises, de moyens de locomotion;

8° Entreprise d'éclairage et de distributions d'eau ou de force motrice;

9° Entreprises de transport par terre autres que les chemins de fer, travaux de chargement et de déchargement dans les ports, débarcadères et stations;etc….

Progrès social pour les femmes : il n’y a que 110 ans !

En 1909 : La loi autorise 8 semaines de congés Maternité (Non rémunérées), aboutissement de 3 ans de discussion.

Que d'évolution sur un siècle!

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°18 1906-1909 partie 1

Pour le plaisir deux photos de catalogues de cette époque, avant de nous retrouver la semaine prochaine!

 

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°18 1906-1909 partie 1

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article