Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

ALIENOR D’AQUITAINE ET LES BARONS BERRICHONS par Martine Mallein-Leguédois

16 Janvier 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres, #Livres et poésies

Vous aimez l’Histoire de France…Vous connaissez le Berry  ou vous êtes un passionné d’Aquitaine… Ce livre est fait pour vous.

Nous avons déjà édité des articles sur notre collègue Martine Mallein Leguédois, et  en ce début d'année nous venons la féliciter car elle manie la plume à la perfection!

Martine vient de publier son nouveau Carnet d’histoire : Aliénor d’Aquitaine et les Barrons Berrichons. Elle nous relate l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine dans la première partie de sa vie…. Chut !...

Martine va vous narrer quelques passages de ce carnet… que vous aurez envie de lire. (90 pages)…. La suite, on vous en reparlera.

ALIENOR D’AQUITAINE ET LES BARONS BERRICHONS

Deux cents ans après l’écroulement de l’Empire bâti par Charlemagne, la France comprend une dizaine de grands fiefs, un assemblage disparate lui-même fragmenté et morcelé. Entre 1122 et 1126, Louis VI sort du cadre de sa principauté capétienne, franchit la Loire et mène une première campagne contre Guillaume IX d’Aquitaine. Cette équipée, après l’incendie de Montferrand, sera un échec. Louis VII, son fils, va poursuivre la même politique, son mariage avec la jeune héritière, Aliénor, en 1137, permettra au souverain d’agrandir son territoire jusqu’aux Pyrénées avec l’assujettissement des fiefs de Limoges, Poitiers, Angoulême, Bordeaux et des droits sur le comté de Toulouse.

Ce succès ne sera qu’éphémère car au retour de la deuxième Croisade, les époux se séparent, décision actée au concile de Beaugency en 1152.

La partie occidentale du royaume, soit environ un tiers de sa superficie, est perdue au profit des Plantagenêts. Le remariage d’Aliénor a lieu à Poitiers le 11 mai 1152 avec Henri et le couronnement des époux à l’abbaye de Westminster en 1154. L’empire d’Henri II d’Angleterre s’étend désormais de l’Ecosse jusqu’aux Pyrénées. Le souverain anglais devient vassal du roi de France pour ses possessions françaises.

Quelle sera alors la position d’Aliénor vis-à-vis de ses terres françaises, quelle sera l’attitude adoptée par ses Barons Berrichons, nous le découvrirons lors de la sortie prochaine d’un nouvel ouvrage en cours de rédaction.

Pour l’heure, prenons connaissance de cette princesse devenue Reine de France.

Une si belle princesse, la plus riche, la plus spirituelle du royaume !

Son héritage est énorme.

Il faut le découvrir et prendre connaissance de l’immense étendue de ses fiefs.

Si l’on confiait la parole à Aliénor, elle aurait certainement une faiblesse pour le comté de Poitou intimement lié à l’Aquitaine, avec sa capitale, Poitiers.

Elle rappellerait que, de 828 à 902, le comté de Poitiers était disputé entre les deux familles des Guilhelmides et les Ramnulfides. Ce sont finalement ces derniers qui parviennent à conserver le comté et à le réunir au duché d'Aquitaine. Ramnulf ler de Poitiers est le premier à cumuler les deux titres : Poitou-Aquitaine.

Cette carte donne la dimension des territoires d’Aliénor.

ALIENOR D’AQUITAINE ET LES BARONS BERRICHONS par Martine Mallein-Leguédois
  • Il faut noter le Bas-Berry qui comprend les seigneuries de Déols et d’Issoudun qui lui appartiennent, face aux terres franques, en bleu, de Bourges et Dun-le-Roi.

Aliénor connut l’amour, le pouvoir et le désamour !

Son  père est le duc Guillaume X (1099-1137), marié, à Aénor de Chatellerault (1103-1130).

Quant à sa grand-mère maternelle, Amauberge de l’Isle Bouchard  surnommée, la Dangereuse, femme de tempérament à qui l’on donna ce sobriquet en faisant allusion à son charme. Elle fut la maîtresse de Guillaume le Troubadour. Ne cherchons pas plus loin, on comprendra qu’Aliénor ait pu lui ressembler.

Aénor donna naissance, quelques années plus tard, à Pétronille en 1125, puis à un fils, Guillaume Aigret mort à 4 ans. Elle décèdera à Talmont-sur-Gironde.

Le lieu de naissance d’Aliénor reste un mystère. Dans la région bordelaise, très certainement, au château de Belin-Béliet peut-être, ce qui est avéré, c’est qu’elle a favorisé ce village en lui octroyant une charte avantageuse. On évoque une autre possibilité, le Palais de l’Ombrière à Bordeaux, palais détruit aujourd’hui. Sa date de naissance est vague 1122 ou 1124.

La jeune aristocrate fut intronisée héritière à 12 ans. A la mort de son père, elle n’a que 15 ans.  Elle reçoit une excellente éducation à la cour d'Aquitaine, l'une des plus raffinées de son époque, celle qui voit naître l’amour courtois (le fin amor)[1].

Les troubadours, à sa cour, seront les chantres d’une véritable religion de l’amour en langue occitane, il va se diffuser à la cour des ducs d’Aquitaine.

Pour l’heure, Aliénor est belle, enjouée, pleine d’esprit, cultivée, avec des goûts luxueux. Elle plaît aux hommes[2] de son entourage et à ses vassaux de l’Aquitaine.  Elle va faire preuve d’un tempérament de feu, d’une volonté de fer.

Ci-contre, seul portrait d’Aliénor représenté sur un vitrail de la cathédrale de Poitiers

Aliénor va apporter une dot très particulière à Louis VII. Il était écrit que le duché aquitain ne s’absorberait pas immédiatement dans le royaume de France. L’union devait rester purement personnelle, le duché ne revenant à la Couronne qu’à la génération suivante.

Le jeune Louis a quitté Paris pour Bordeaux à la tête de 500 chevaliers pour rejoindre le bordelais. Les Barons Berrichons prendront le même chemin.

Le mariage entre Aliénor et le prince héritier, Louis, le 25 juillet 1137 se déroule publiquement dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

 Suger conduit le jeune Louis vers sa future épouse.

La grande nef, de style gothique angevin, est plus que remplie, l’autel est merveilleusement fleuri.

Ce mariage est un événement. Vont suivre, comme de coutume, les festivités profanes de mariage et durer plusieurs jours. Barons et chevaliers participent à cette cérémonie et seront invités au palais de l’Ombrière pour participer à des banquets pantagruéliques.

Ils jugent leur princesse magnifique.....

[1] Il consiste pour un homme de se comporter de belle façon avec une dame pour laquelle on éprouve du désir et des sentiments, il s’agit là d’une attitude tout à fait conventionnelle. La littérature et la poésie évoquent cet amour qui se vit hors mariage où la vénération de la dame conduit le chevalier à se dépasser pour sublimer son désir

[2] Elle saura se montrer fort jalouse lorsque son époux, Henri II, la trompera avec Rosemonde de Clifford.

Martine présente ses vœux de bonheur et santé à tous les membres du réseau.

Martine nous en dira plus dans quelques semaines!

Merci Martine

CD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article