Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

La petite histoire du BHV 10/12

27 Mai 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Pauvre Pauline…

Cette femme, mère d’Yvonne et May est la victime de ses deux gendres dont je vous laisse découvrir la suite.

Pendant ce temps-là, la vie suit son cours au BHV…qui se modernise, crée des réclames et des catalogues

 

Mode et Evolution du grand Bazar de l'Hôtel de Ville 1904
Mode et Evolution du grand Bazar de l'Hôtel de Ville 1904
Mode et Evolution du grand Bazar de l'Hôtel de Ville 1904

Mode et Evolution du grand Bazar de l'Hôtel de Ville 1904

1904 intérieur du BHV et Calendrier1904 intérieur du BHV et Calendrier

1904 intérieur du BHV et Calendrier

1912

1912

Pauvre Pauline…

La presse de 1920 : le « courrier Français » décrira les actions des deux frères Lillaz : invraisemblables à l’égard de leur belle-mère. … »

Les deux gendres,  Paul  qui a son entreprise de tunnel en faillite et Henri  noceur et joueur qui a emprunté à la Banque Nationale de Crédit,  font  tout pour la faire passer pour folle et ainsi récupérer le patrimoine et la fortune !

Les deux frères ont été jusqu’à la  faire séquestrer, l’enfermer, lui voler son journal intime, violer sa maison, espionner ses conversations téléphoniques ; Ils achetaient la justice et le silence de la presse.

Cette même presse qui finira par comprendre et dira de Pauline Becker : « L’inouï calvaire gravi par la pauvre Madame Becker est bien une des pages les plus dramatiques que pourra jamais concevoir un romancier. Car se représente-t-on l’angoisse de cette âme, seule au monde, trahie par les siens….. »

Pauline se remariera une troisième fois avec Paul Laveau, un de ses filleuls de guerre qui la soutiendra et l’aidera dans cette période difficile où elle écrira un livre pour expliquer ce qu’elle a vécu : « L’interdite ».

 

 

Dans une plaidoirie de juillet 1922 d’Albert Bourgoint déclame : « Mme Becker est préoccupée du bien qu’elle peut faire, elle a hérité d’une fortune considérable…. Elle a des filleuls dans les camps de prisonniers, elle en a qui sont dans les tranchées ; Elle correspond avec eux ; elle leur envoie à tous de l’argent, des lettres réconfortantes et des colis. Elle cherche, Messieurs par tous les moyens à ; leur remonter le moral et c’est ce qui va déclencher contre Madame Becker, les colères de ses enfants. Madame Backer…..a eu l’imprudence d’installer dans ce Bazar Paul et Henri Lillaz…. »

 

La petite histoire du BHV 10/12
Lire la suite

La petite histoire du BHV 9/12

21 Mai 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

L’étrange destin de Pauline née Ruel

 

Sa fille Pauline, vivra une étrange destinée.

Elle se marie à Henri Sunant (employé d’agent de change en 1876), qui décède en 1878. Sa fille Renée voit le jour en 1878  la même année que le décès de son père. Sa vie sera courte car elle ne vivra que jusqu’à l’âge de 11 ans.

 Entre temps, Pauline se remariera avec Alfred Becker, artiste-peintre en 1880, un ami de son défunt mari. Yvonne nait en 1885 et Marguerite dit « May » naît en 1890. Pauline se retrouve à nouveau veuve en 1902, à l’âge de 46 ans.

Pauline dont la vie n’est pas loin de ressembler à « l’affaire Bettancourt de nos jours », décrira son père (Xavier Ruel) comme : « Un homme économe, autoritaire et têtu… Il affichait une extrême simplicité…. Nombreuses sont les œuvres charitables qu’il a fondées…. Et cette maison hospitalière de Cannes, dénommée « Villa Louise Ruel » en souvenir d’une de mes sœurs, morte jeune où de pauvres ouvrières parisiennes venaient au soleil du midi, rétablir leur santé. »

Sa fille Yvonne était : « Brusque et autoritaire, May : plus mondaine et plus câline. »

Yvonne épousera Paul Lillaz et May, en deuxième noces : « l’ambitieux et jouisseur » : Henri Lillaz.

Henri et May auront un fils dont le caractère sera aux antipodes  de celui des parents : Georges.

Georges Henry Lillaz  est né le 12 mars 1911 au domicile de ses parents, rue Galilée dans le 18éme: Henri est âgé de 30 ans et May Becker, âgée de 21 ans.  Aimée de sa grand-mère qu’il chérira, il lui sera reconnaissant.  

 

 

 

BHV 1910

BHV 1910

Lire la suite

2014 05 19 Surprenant BHV!

20 Mai 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Lu dans la Presse

Voici 2 articles de presse que vous retrouverez dans la rubrique des pages

"Lu dans la presse"

Le premier article m'a surpris car l'article de ce blog  : "côté maison de l'Express", comporte un langage pro, presque BHV.

Un peu plus... je l'aurais cru écrit par l'un d'entre-vous.

Le deuxième ...Gagner des places de cinéma dans un "dortoir-Cinéma-BHV "et en Pyjama, svp!... A suivre

Bonne Lecture !

CD

Mon coup de gueule

au BHV

LExpressCôté Maison/ La déco de Félicie

Le 14 mai 2014 7H52 | par  Félicie Le Dragon

2014 05 19 Surprenant BHV!

Le bricolage une religion? Le BHV son temple… oui, c’était ce que je croyais et revendiquais. AVANT.

Mais la nouvelle communication du BHV… pondue par un stagiaire de com qui n’a pas dû mettre les pieds au sous-sol du BHV depuis son rachat, déclenche juste une grande colère en moi.

Car oui, pour mon magasin CULTE, mon magasin PREFERE, ma seule raison de vouloir revenir vivre à Paris… a vendu son âme au Diable (entendez les acheteurs qui réfléchissent en terme de marge et non en terme de produit)

Oui, avant le BHV était LA référence de bricolage dans Paris. On y trouvait TOUT. Du papier-peint haut de gamme à la vis improbable pour une serrure XVIIIème.

 Aujourd’hui on y trouve des chaussures et des sacs à 2000€ pour séduire les touristes.

Ne nous leurrons pas, le virage que prend le BHV est d’être une Galerie Lafayette du dimanche pour les touristes en goguette.

 Plus le temple du bricolage. C’est fini ça!

1- changement du nom: BHV Marais au lieu de BHV Rivoli

 Une belle stratégie pour négocier à terme une ouverture le dimanche car la zone du Marais est considérée comme touristique et les commerces peuvent ouvrir le dimanche. Contrairement aux  grands magasins des  grands boulevards. Imaginez la manne financière des Japonais déversés par cars entiers aujourd’hui frustrés par la fermeture des Galeries de dimanche.

2- le déréférencement systématique des produits (le cœur du problème, car l’ouverture du dimanche m’arrangerait bien, s’il y avait toujours le rayon brico!)

 Prenons au hasard les ampoules d’applique de salle de bains. Il reste au BHV 2 références fluorescentes à 19.90€

La référence à incandescence coûtait 5€ (désormais interdite pas les lobbys industriels)

La référence halogène (qui donne un bien meilleur teint) coûte entre 7 et 9€

Oui mais voilà… La marge sur 19.90€ est bien meilleure que sur 9€, c’est mathématique.

Donc le produit n’est pas référencé.

Pourquoi est-ce un mauvais calcul?

Parce qu’on ne vient pas au BHV acheter UNE ampoule.

 On achète un luminaire, des rideaux et on passe se faire un petit plaisir au rayon parfums et on en profite pour refaire sa garde-robe.

Si le BHV ne cible que les touristes japonais qui se fichent des ampoules halogènes de salle de bains et si les parisiens découvrent d’autres lieux mieux dotés, le rayon bricolage verra son CA en baisse.

 J’imagine le Conseil d’Administration: « le rayon bricolage ne marche pas, supprimons-le et remplaçons le par des corners à loyers fixes pour assurer la rentabilité »

J’ai pris l’exemple des ampoules parce que cela m’est arrivé le week-end dernier. En demandant la référence halogène, le vendeur m’a dit qu’il ne savait même pas qu’elle existait. Et que désormais les acheteurs commandaient des choses invendables (des lucioles en porcelaines trônaient pas dizaines sur une table de soldes).

 Je vais faire le coup de « c’était mieux AVANT » car autrefois, les vendeurs pouvaient commander un produit qu’on leur demandait. C’était CA la valeur ajoutée du BHV. On y trouvait tout, et si le produit n’était pas dispo, le vendeur le commandait et vous le réservait.

Aujourd’hui, c’est: « Il devrait y avoir un arrivage dans 15 jours, repassez. »

Comment voulez-vous que les vendeurs soient motivés?

Comment voulez-vous que l’on ait ENVIE de venir au BHV?

En tant que professionnel, que pensez-vous que je préfère dire à mon client?

- La commande a été passée et le produit sera livré dans 15 jours.

- Je dois repasser dans 15 jours pour vérifier si le produit est arrivé. (et s’il ne l’est pas… je fais quoi?)

Autre exemple?

 Les stickers et le papier-peint en rouleaux.

 Vous aviez envie un week-end de refaire la déco de la chambre des gamins?

 Direction le BHV, dans le panier, le papier-peint, la colle, des accessoires rigolos, des patères, des coussins et un jouet!

Ah oui, on trouve encore la colle à papier-peint au sous-sol, mais plus le papier (uniquement sur commande) difficile pour une envie pressante de déco.

 Vais-je acheter la colle au BHV, me charger pour aller chercher le reste chez Leroy Merlin?

 Non, je me simplifie la vie. J’achète tout au même endroit.

Voilà pourquoi le BHV est en train de mourir et de devenir un Disneyshop pour touristes…

Nous n’irons plus prier temple de la déco et du bricolage…

Non, nous n’irons plus…

http://blogs.cotemaison.fr/ladecodefelicie/2014/05/14/mon-coup-de-gueule-contre-le-bhv/

En Pyjama au BHV

Lu dans : Sortir à paris

 

Publié le 19/05/14 Par Maïlys C.

Regarder un film depuis un lit douillet : vous en rêviez, le BHV l'a fait ! Du 30 juin au 12 juillet 2014, 20 personnes pourront chaque soir s'installer dans les lits  du cinéma du BHV pour regarder un film... gratuitement !

Le BHV Marais fait le buzz en proposant un cinéma éphémère où les spectateurs ne seront pas dans des sièges mais dans... des lits ! Du 30 juin au 12 juillet, par 2 ou par 4, vous pourrez vous allonger dans des lits et regarder des films, et ce, comble du rêve, gratuitement. Les invitations sont à gagner dès le 26 mai sur le site du BHV : préparez-vous à cliquer, car attention, les places sont peu nombreuses, 20 par soir !

Chaque été, à Paris comme dans de nombreuses villes du monde, c'est le même esprit : aller au cinéma, oui mais pas dans une salle banale ! Profitons de la légèreté des beaux jours pour aller voir des cinémas en plein air, comme à la Villette (voir notre article sur le programme de l'édition 2014), ou au parc du Domaine national de Saint Cloud pour le festival Films sous les étoiles. Gratuits, amusants, ludiques, on aime tous les cinémas en plein air.

D'autres idées fleurissent, comme pour le Cinéma Paradiso qui avait eu lieu en 2013 au Grand Palais : un drive-in géant dans l'un des plus beaux monuments de Paris, on croyait rêver. Cette année, ce sera donc le BHV Marais la star, avec son cinéma en forme de pyjama party. Oui, le pyjama sera la tenue obligatoire : si vous n'en apportez pas, on vous en prêtera un à l'entrée !

Alors n'oubliez pas de noter : le 26 mai, on s'inscrit et on croise fort fort les doigts pour être tirés au sort !

Informations pratiques :

Invitations pour 2 à 4 personnes à gagner dès le 26 mai sur le site du BHV
Du 30 juin au 12 juillet
Au
BHV, 14 rue du Temple, Paris 4ème.

 

http://www.sortiraparis.com/loisirs/cinema/articles/72668-en-pyjama-au-cinema-du-bhv

Lire la suite

La petite histoire du BHV 8/12

13 Mai 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar

Evolution du BHV, avec la veuve de Xavier Ruel

Le 24 janvier 1901 est créée la société Veuve Ruel et Cie : Société en nom collectif au Capital de 11 millions de Francs, composée de :

 son épouse Marie-Madeleine Ponducery-Ruel,

sa fille Françoise et son gendre Georges Viguier,

son autre fille Pauline et son deuxième mari Henri Becker,

ainsi qu’un neveu Henri Ruel.

En mai 1901 : Acquisition du n°5 rue des Archives.

 
La petite histoire du BHV 8/12La petite histoire du BHV 8/12
1904 : Le BHV
1904 : Le BHV
1904 : Le BHV

1904 : Le BHV

La porte du 48 rue de Rivoli

La porte du 48 rue de Rivoli

Alfred Becker, l’époux de Pauline meurt en 1902. Georges Viguier, Me veuve Ruel et son neveu Henri restent seuls à la tête du Grand Bazar, jusqu’au 1er janvier 1911.

Nous voyons apparaître alors, une nouvelle société en nom collectif : Madame Veuve Ruel, sa fille Françoise et sa petite fille Alice, son petit-fils Henri, ainsi que les gendres de Pauline Becker Henri Lillaz (époux de sa fille Marguerite et Paul (époux de sa fille Yvonne).

Cette année-là le n° 64 Rue de Rivoli et le 2 de la rue du Temple sont achetés à Monsieur Allez (Angle où il y eut le Restaurant « les Armes de la Ville », aujourd’hui devenu tristement une restauration rapide).

 

1907 La rue de Rivoli1907 La rue de Rivoli

1907 La rue de Rivoli

En 1911, dans le commerce, la journée de travail est de 11 h à 11h30 par jour.

De 1911 à 1913, les divers permis de construire permettent alors au nouveau projet d’aboutir sur un magasin flambant neuf avec charpente métallique et la rotonde surmontée d’un dôme et de sculptures.

 

 

1912 - 1913 :  Les travaux
1912 - 1913 :  Les travaux
1912 - 1913 :  Les travaux
1912 - 1913 :  Les travaux
1912 - 1913 :  Les travaux
1912 - 1913 :  Les travaux

1912 - 1913 : Les travaux

Les architectes en sont Granon et Roger. Le terrain mis à nu est creusé de 13 m en dessous du niveau de la chaussée, un système de pompage à air comprimé, est installé afin d’éviter les remontées des eaux de la Seine.

Pendant les 21 mois de travaux dirigés par l’architecte : A Roy, le magasin est resté partiellement fermé.

1913 BHV : Invitation

1913 BHV : Invitation

Le 6 octobre 1913, c’est l’inauguration du Grand Bazar de l’Hôtel de Ville.

Au moment des travaux sera retrouvée, dans le sous-sol, une stèle funéraire hébraïque du XIII ème siècle. (Visible au Musée Carnavalet)

 

A suivre...

Lire la suite

La petite histoire du BHV 7/12

6 Mai 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Décès du Fondateur du BHV : Xavier Ruel 

Le 30  janvier 1900 à 4h1/2 du matin, Xavier Ruel meurt à Cannes à la Villa des Enfants.

Le 5 février 1900 eut lieu à Notre-Dame de Paris, une impressionnante cérémonie où les 800 employés du BHV assistaient, dont Monsieur Capoulin doyen des employés. Bien sûr le préfet de Police, les conseillers municipaux et généraux de Paris  et les Hauts fonctionnaires de la Préfecture assistèrent à ses obsèques.

Xavier Ruel repose au Père Lachaise auprès de sa fille, sa femme et une de ses petites filles.

On peut lire dans l’Echo de Paris

« Monsieur Ruel, conseiller municipal de Paris, propriétaire du Bazar de l’Hôtel de Ville, vient de mourir à Cannes, dans une de ses fondations philanthropiques, la « Villa des Enfants ».

M. Ruel, qui avait à Paris, une haute situation commerciale avait eu des débuts fort modestes ; il fut placier en article de Bazar et sa femme tint une échoppe foraine dans un terrain vague du quartier de l’Hôtel de Ville.

Monsieur Ruel avait été élu conseiller municipal du quartier de Notre-Dame le 4 mai 1884.

Démissionnaire le 19 février 1986, il fut réélu  le 17 mai 1887 et son mandat fut, depuis toujours renouvelé.

Il avait fondé un réfectoire populaire dans la rue de la Verrerie, un dispensaire dans l’île Notre-Dame et une maison d’hivernage pour les jeunes filles poitrinaires à Cannes. »

On peut lire aussi dans le petit Journal.

« Monsieur Ruel, qui  depuis seize ans représentait au conseil municipal de Paris, le quartier Notre-Dame est mort d’une pneumonie, la nuit dernière dans sa villa de Cannes.

Xavier Ruel était né en 1822 à Annonay ; il avait débuté dans le commerce par les emplois les plus modestes. Avec quelques économies péniblement amassées, il ouvrit en 1846 à Lyon un petit établissement qui prospéra.

En 1854, Monsieur Ruel installait à Paris dans une boutique louée à la journée, un petit déballage qui réussit au point de devenir le Bazar de l’Hôtel de Ville. »

 

A sa mort, le BHV comptait 800 employés.

 

Notre-Dame

Notre-Dame

Le petit journal

Le petit journal

Le petit  journal suite

Le petit journal suite

Cimetière du Père Lachaise : Tombe de Xavier Ruel (photo MFL)

Cimetière du Père Lachaise : Tombe de Xavier Ruel (photo MFL)

 A suivre.... 

1900 : Quelques mois après le décès de Xavier Ruel, le monde entier a les yeux tournés sur la Capitale. Le 14 avril le président E. Loubet inaugure l’Exposition Universelle. Paris s’affirme comme la Capitale de l’Art et du Progrès Technique. Une foule de curieux du monde entier découvre Paris.
Lire la suite