Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2

28 Septembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest, #Randonnée-Week-end

Retrouvons Jean-Pierre dans cette description de Pons, avec quelques notes humoristiques, comme on le connait. Il nous partage ce reportage, se basant comme toujours sur des faits historiques.

N’oublions pas, et Martine Mallein vous en parlerait mieux que moi, que l’Aquitaine devint anglaise par le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri II de Plantagenêt (1152), et que 52 ans plus tard Philippe-Auguste reprendra l’Aquitaine aux anglais. La Guerre de Cent ans (1316-1353) qui opposa les Français aux Anglais, Catholiques aux Protestants, nous laisse des marques visibles dans notre panorama régional et c’est seulement à la bataille de Castillon que Jean-Pierre évoque dans cet article que l’armée anglaise sera vaincue et notre Aquitaine redeviendra Française.

PONS, oui PONS, y'a PONS

Et  PONS, ce 25 juillet, jour de la Saint Jacques, puis ce 15 Août a déployé ses festivités et ses animations. Nous y étions en famille et je vais essayer de vous en faire profiter.

Tout d'abord, et pour la bonne lecture il me faut préciser que PONS se dit PON sans prononciation du S. Ceci tient a son origine en latin PON (sans T), au pluriel PONS ce qui traduit « les ponts » tout simplement.

Mais patientons...comme beaucoup de villes avant d'être PONS, de l'eau a coulé sous les

PONTS de la SEUGNE. Et il y en a 3....à suivre...

 

 

 

 

 

Toute l'animation médiévale s'est déroulée sur la grande esplanade du haut de la

Ville sur laquelle s'élève le vestige du château-fort, un donjon de 30 mètres élevé par Geoffroy de Pons, seigneur de la ville en 1185 -avec l'assentiment de Richard de Cœur de Lion qui avait curieusement 6 ans auparavant fait raser la citadelle.

 

 

Celui ci était a la tête du duché d'Aquitaine (franco-anglais), étant le fils de Henri III- Plantagenet - roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine, de Normandie et comte d'Anjou.

 

 

 
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2

Les jeux battent leur plein ; tourniquets du chevalier, combats a l'arme blanche avec heaume, vol du faucon et autres espèces et bien d'autres jeux d'adresse que nous découvrirons tout au long de notre déambulation animée.

Les enfants et grands enfants ont de quoi se défouler et pour une grande partie de la population active de la ville la possibilité de se vêtir. Compte tenu de la foule, la montée des 136 marches de la tour est condamnée, probablement pour des raisons de contrôle et de sécurité. Par contre l'entrée et les salles de base ont été aménagées en stand et en présentation-vente- en accessoires évoquant le Moyen-âge et bien entendu en textile.

A savoir que PONS s'est accru en population courant XIXéme siècle ce qui lui a permis de développer des industries telles des filatures, des tanneries et la fabrication d'étoffes diverses et de draps, grâce aux moulins œuvrant sur la rivière. Ces tanneries et draperies le long de la Seugne, sont exploitées dans la tradition qui remonte au Moyen Age.

 

 

 

La pierre en extraction, comme à Thénac ou Crazannes, permet l'édification de la plupart des bâtiments de la ville « la pierre de PONS »....et non pas la pierre ponce ! Une nouvelle halle aux grains est édifiée « Halle du Minage » en 1845 après la destruction de la précédente 10 ans auparavant.

 

C'est à cette période que sont construits 3 ponts de pierre sur la Seugne en lieu et place des 3 ponts construits en lieu et place des 3 ponts édifiés par les colonisateurs romains issues de « la technique des chaussées sur pilotis et madriers de bois »...dispositif appelé « Pontes ». Le nom romain attribué à ce moment était « Pontus » ou aussi en mémoire du petit-fils de Pompée, Aélius Pontus.

 

 
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2

Un premier Historique rapide : PONS pour n'employer que ce nom actuel, a connu des populations fixées sur son promontoire durant le néolithique, des fouilles l'affirme.  Ce promontoire de 60 hectares était un site défensif dès le Second Age du Fer, Vème siècle avant JC et ce sont jusqu'à l'ère chrétienne, les Celtes-Santons qui établirent un Oppidum dans cette  capitale présumée du peuple Santon. Les santons se sont soumis aux armées de Jules César en 58 avant JC pour se protéger des invasions Vénètes et Helvètes.

L'occupation romaine va constituer un castrum, un camp au sein duquel ils construisirent des temples et créèrent deux grandes voies, une vers « Bordeaux » et l'autre vers « Périgueux ».Il s'agissait de voies de 3 à 5 mètres de large, empierrées et jalonnées de bornes. Dénommées voies militaires, c'est « de la Saintonge que provient le plus ancien témoignage de l'emploi par l'autorité de la LIEUE, en Gaule.

PONTUS, capitale en Saintonge est supplantée par (Médiolanum Santonum) SAINTES en l'an 20 avant JC.

Dès lors, la ville va décliner, sauf en ce qui concerne les voies romaines qui vont faciliter les nouvelles invasions, à savoir, Vandales, Alamans qui ont brûlé Saintes, et au VIIIème siècle, les Sarrazins.

Mais rassurons-nous, le réveil de Pons ou Pontus va avoir lieu au début du Moyen Age, grâce à l'essor étonnant du Christianisme en Saintonge

Et pendant ce temps là, au XXIème siècle, le défilé des seigneuries et du bon peuple se prépare.....

 

 
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2

Nous voici arrivé au milieu du Moyen Age et la petite cité s'est ouverte et plusieurs implantations se concrétisent, telles, des monastères Dominicains, puis les «frères» Franciscains, ordre des frères mineurs fondé par Saint François d'Assise en

1210, des couvents pour les Cordeliers, les Jacobins et les Récollets qui, pour ces derniers, vogueront vers la Nouvelle France et œuvrèrent à la propagation du catholicisme.

A ce sujet, l'un des couples du défilé, Antoine de Pons marié à Marie de Montchenu (catholique du parti de Guise) eurent une fille, Antoinette de Pons, marquise de Guercheville, qui a soutenu des expéditions Nouvelle France et des missions « Jésuites ». Elle fut Dame d'Honneur de Marie de Médicis et honorée du titre : « Souveraine du Canada » par le Roi Henri IV. Celle ci épousa Henri d'Albret-Miossens, futur seigneur de Pons, cousin de Jeanne d'Albret que nous retrouverons comme Chef du parti protestant.

Peut-être allez-vous les reconnaître dans le défilé qui va suivre ?

 

 
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2

 

1242 Traité de PONS : Les Anglais d'Henri III s'installent à Pons avec la complicité de Renaud de Pons qui par cette action, pense calmer le conflit. Mais Saint Louis, le IX,n’est pas d'accord et défait les Anglais à Saintes, à Taillebourg et à Pons.

 

Les sires de Pons vont alors se rallier aux Capétiens et deviennent les seigneurs les plus puissants de Saintonge.

Mais en 1286, la Saintonge va être coupée en deux et le sud de la Charente est restitué au Roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine...

PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 1/2

Des sièges pour PONS, (avec encerclement),

PONS sur la « Via Turonensis »

ville étape avec Hôpital sur un des chemins du pèlerinage de St Jacques de Compostelle,

Saint Vivien,

Saint Gilles et

Théodore Agrippa d' Aubigné et

les Pons et

les d'Albret .

Les archers se préparent et les descendants s'entraînent activement à cibler la suite du sujet..... quant au scribe..............., il glissss ….ssse vers les lignes suivantes... pour la suite de cet article; A bientôt.

                                                            Jean-Pierre

Merci Jean-Pierre Très intéressant article, cela donne envie d' aller! on lit la suite prochainement!...

Lire la suite

Lus pour vous dans la Presse : Les Galeries Lafayette et la Redoute.

21 Septembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Lu dans la Presse

Voici quelques articles reprenant le nouvel accord entre les Galeries Lafayette et La Redoute

Une analyse différente dans ces 4 articles, où nous voyons que la Redoute va apporter sur le plan numérique et logistique un fabuleux avenir aux GL .

 Nous  sommes heureux de voir également que La Redoute qui a eu de grosses difficultés en 2014  ne va pas sombrer, bien au contraire.

Place aux articles :

  • Le plan économique
  • La stratégie avec l’interview de Nathalie Balla et Nicolas Houzé,
  • L’immobilier
  • L’ avancement des GL sur le plan technologique et digital.

http://www.immoweek.fr/wp-content/uploads/2017/09/2017-09-01.jpg

Econostrum : 31/08/2017  Eric  Apim

Les Galeries Lafayette prennent une participation majoritaire dans La Redoute

FRANCE. Le groupe Galerie Lafayette (3,8 mrds€ de chiffre d'affaires et 14 000 salariés) annonce, jeudi 31 août 2017, son rapprochement avec La Redoute (750 M€ de chiffre d'affaires et 1 70 salariés). Le groupe parisien prend, via sa holding  Motier, une participation majoritaire (51%) dans le spécialiste du prêt-à-porter et de la décoration basé à Roubaix. L'objectif affiché est de monter à 100% à terme. 

Par cette acquisition, il met notamment la main sur La Redoute.fr - et ses plus de neuf millions de visiteurs uniques par mois - qui représente 85% du chiffre d'affaires France du vépéciste. Selon un communiqué, ceci va "notamment permettre au groupe Galeries Lafayette d'accélérer sa transformation digitale, et à La Redoute de consolider son avenir et un développement rentable et durable en s'adossant à un groupe familial, actionnaire de long terme". 

Présent dans une vingtaine de pays, La Redoute a
 connu de grosses difficultés avant de se redresser grâce à un plan de transformation initié en 2014 et incluant un resserrement des références et l'abandon du sacro-saint catalogue papier fin 2015. Les deux co-présidents de La Redoute, Nathalie Balla et Eric Courteille, restent en poste. Ils envisagent d'"atteindre un milliard d'euros de chiffre d'affaires à horizon 2021".

 

France Info : publié le 01/09/2017  Jean Leymarie

Nathalie Balla, coprésidente de La Redoute, et Nicolas Houzé, directeur général du groupe Galeries Lafayette. (RADIO FRANCE)

Les Galeries Lafayette vont racheter La Redoute, pour profiter de sa réussite sur internet. Les deux entreprises n'ont pas divulgué le prix de la transaction. Ces deux enseignes ont des histoires très différentes, mais ont trouvé un terrain d'entente, pour "imaginer une complémentarité dans l'univers du digital et dans l'univers du physique avec les magasins des Galeries Lafayette" a déclaré vendredi 1er septembre sur franceinfo Nicolas Houzé, directeur général du groupe Galeries Lafayette.

" Ensemble on sera plus forts demain" a ajouté Nathalie Balla, coprésidente de La Redoute. "On touchera 20 millions de clients et c'est ça qui est intéressant" s'est enthousiasmé, le directeur général du groupe Galeries Lafayette.

France info : qu'est-ce qui vous a poussé à ce rapprochement ?

Nicolas Houzé : C'est une histoire humaine, une histoire de rencontres entre les dirigeants des deux entreprises, une histoire de complémentarité pour nos deux entreprises. On a voulu imaginer une complémentarité dans l'univers du digital et du physique avec les magasins des galeries Lafayette. C'est le digital qui est fondamental pour nous, pour le futur du commerce et c'est bien évidement cette aventure qui nous a intéressés.

Nathalie Balla : Ce que ça va nous apporter, c'est la présence physique de la marque. La Redoute, c'est 750 millions d'euros de chiffres d'affaires dont les trois quarts réalisés avec nos propres marques. Pouvoir donner plus de visibilité à nos marques en ayant une présence physique, c'est essentiel pour développer La Redoute pour le futur.

Quelle est votre stratégie ?

NB : On a la conviction qu'il y a une convergence entre le monde du commerce digital et du commerce physique. Il y a une expérience-client qui doit être unique pour les clients et qui passe par cette convergence.

NH : C'était notre conviction. On a un site internet mais on doit aller encore plus loin. Le digital est fondamental pour les clients des Galeries Lafayette, pour les clients de La redoute. Ensemble on sera plus forts demain.

Qu'est ce qui va changer pour votre offre commerciale ?

NH : Ce sera une offre nouvelle, plus accessible que celle des Galeries Lafayette que l'on va pouvoir proposer grâce à La Redoute. Ce sera des marques également et un développement dans l'univers de la maison beaucoup plus fort chez La Redoute que chez Galeries Lafayette. C'est une vraie complémentarité. Aujourd'hui, on développe nos propres marques Galeries Lafayette dans les accessoires textiles dans la maroquinerie, ils auraient tout à fait leur présence sur le site de La Redoute.

NB : On a déjà une expérience très fructueuse, puisqu'on vend notre marque de mobilier haut de gamme au BHV du Marais. On a déjà des expériences communes qui nous confortent dans ces objectifs.

Ne redoutez-vous pas de perdre l'un et l'autre vos clients ?

NB : On a une vraie volonté de maintenir ces deux marques iconiques, de garder leur positionnement. On a lancé une boutique de luxe avec des grandes marques et les Galeries Lafayette avec leur offre de marques nationales importantes pourront nous aider à développer et aller encore plus dans ce sens.

NH : On a cherché la complémentarité non pas la substitution. Les deux marques sont très différentes, complémentaires et donc vont permettre d'élargir le spectre. Demain ensemble on touchera 20 millions de clients et c'est ça qui est intéressant dans le mariage, des galeries Lafayette, du BHV Marais et de La Redoute.

L’immobilier de La Redoute entre aussi dans le giron des GL

Le 01/09/2017 à 12h15 - par Catherine Bocquet  Immo-week

Les Galeries Lafayette ont annoncé, jeudi 31 août, une prise de participation majoritaire de 51 % dans La Redoute, « avec l’objectif d’en réaliser l’acquisition à 100 % à terme » et de créer ainsi « le premier acteur français de l’habillement en valeur ».

Sur le plan immobilier, ce rachat a des implications limitées pour les Galeries Lafayette. En effet, si la Redoute a investi dans une plate-forme logistique de 40 000 m2 et développe des magasins AMPM, cela ne représente pas un changement important au niveau du groupe Galeries Lafayette, puisque Citynove, la société en charge de son immobilier, présidée par Eric Costa, détient et valorise déjà plus de 800 000 m2 de commerces et gère environ 250 000 m2 supplémentaires de baux externes… "

 

Galeries Lafayette veut rattraper son retard en e-commerce en rachetant La Redoute

Publié le 31/08/2017 : la Revue du Digital

Le groupe Galeries Lafayette annonce ce jour son projet d’acquisition de La Redoute. Dans un premier temps, les Galeries Lafayette vont acquérir 51% de La Redoute avec l’objectif d’en posséder 100% à terme.

Leader du commerce omni-canal

L’objectif est de créer un leader du commerce omni-canal, physique et digital, spécialiste de la mode et de la maison, aux racines françaises et au rayonnement international.  L’opération se réalise via la holding familiale Motier, propriétaire du groupe Galeries Lafayette et investisseur sur le long terme, de quoi aider au développement des initiatives de La Redoute.

En valeur, la nouvelle société deviendrait le premier acteur français de l’habillement en valeur selon les Galeries Lafayette. Les Galeries Lafayette entendent se doter d’un canal Web de vente plus performant en rachetant La Redoute.

La plateforme de La Redoute a été refondue à partir de 2014 afin de monter en puissance dans la vente sur le Web des produits de la mode et de la maison. La Redoute annonce un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros, et 9 millions de visiteurs uniques par mois. Son positionnement est de proposer des produits au style français plus accessibles que le site Web marchand des Galeries Lafayette positionné sur des produits plus haut de gamme et coûteux.

Autre talon d’Achille des Galeries Lafayette ces dernières années : avoir trop souvent modifié le management de son informatique tout en accumulant les objectifs à atteindre à la fois en magasin et sur le Web, sans donner suffisamment de ressources face à des objectifs business erratiques.

Optimiser les achats et l’usage de la donnée

Cette acquisition doit aider les Galeries Lafayette à accélérer leur transformation digitale assurent les dirigeants du groupe. En particulier, ils souhaitent bénéficier de l’expérience de la Redoute et collaborer sur les sujets des achats, de la data et du réseau de magasins. Des réductions de postes sont en vue, des synergies étant également attendues. Nathalie Balla et Eric Courteille, co-Présidents de La Redoute, continueront de diriger l’entreprise avec l’équipe en place.

Nicolas Houzé, Directeur général des Galeries Lafayette et du BHV Marais souligne qu’il partage la vision et les valeurs des dirigeants de La Redoute. “Sous leur impulsion et grâce à la contribution de l’ensemble des équipes, La Redoute a initié un redressement spectaculaire que nous souhaitons accompagner sur le long terme,” déclare le DG.

La Redoute et les Galeries Lafayette existent respectivement depuis 180 et 120 ans. Des développements sont prévus en France et à l’international pour La Redoute avec l’objectif de réaliser 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2021, déclare Nathalie Balla.

3,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires chez les Galeries Lafayette

La finalisation de la transaction devrait avoir lieu dans les prochains mois, et reste soumise à la consultation du Comité d’entreprise de La Redoute et à l’approbation des autorités réglementaires.

Les Galeries Lafayette réalise un chiffre d’affaires de 3,8 milliards d’euros de vente au détail avec 14 000 employés. Le groupe comprend les Galeries Lafayette, le BHV Marais, RQZ-Royal Quartz Paris, Louis Pion, Guérin Joaillerie, InstantLuxe.com et BazarChic. La Redoute a 10 millions de clients actifs dans le monde et réalise 85% de son chiffre d’affaires en France sur internet.

L'ascenseur doré

Une belle aventure à suivre!..... CD

Lire la suite

Une petite virée en Sud Gironde !

15 Septembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end

En ce weekend de découvertes du patrimoine, comment ne pas faire un petit tour au sud de Bordeaux .... au moins en images!

Retrouvez, évidemment les vignobles … Nous voici dans  «l' Entre deux mers » .

Le paysage est vallonné....

L’abbaye de la Sauve Majeure, « Silva Majore » ou Grande forêt,  Lieu de pèlerinage  de st Jacques de Compostelle  avec son petit bourg.

(Classé par l'Unesco).

Une petite virée en Sud Gironde !Une petite virée en Sud Gironde !

Langoiran, et son vieux château,

Une petite virée en Sud Gironde !

 Rions : l’une des plus ancienne villes de Gironde,  beaucoup de maisons médiévales  autour d’une église romane et gothique, on s’arrête à la Halle aux petits pois !...

Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !

Au XIIème siècle s’est développée la cité de Cadillac, son château reconstruit sur le château féodale  au XVII ème siècle  domine sur la ville.

Il incarne la toute puissance du premier duc d'Epernon. Édifié à partir de 1599 c'est l'un des premiers exemples d'architecture à la Française.

Son histoire n’est pas commune car il fut :  maison de correction pour femmes, puis école de préservation pour jeunes filles; après un incendie, le centre fermera ses portes.

 

Les remparts achevés en 1370 et le centre ville avec sa mairie jouxtée à la grande Halle est agréable à s'y promener.

 

Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !

Loupiac, la réputation de son vin n’est plus à faire et les vignobles viennent caresser l’église.

Ste croix du Mont : le vin blanc liquoreux comme le Loupiac possède aussi en plus de ses vignobles, un château, une belle église et surtout un beau point de vue.

Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !

Verdelais ou le "Petit Lourdes Girondin" repérable par le clocher de l’église : « Notre-Dame des Affligés »  de style Néo-Renaissance, surmonté d’une vierge dorée.

La ville trouve son origine au XIème siècle avec un chevalier Géraud de Graves qui de retour de Croisades se fixe pour mener une vie d'ermite et attire les foules lors de la création d’un premier sanctuaire. On y invoquait la vierge qu’il avait sculpté en terre Sainte

 Après des périodes de troubles et de luttes religieuses, 1295 à 1604, l'église est pillée et brûlée mais la statue est cachée.

En 1627 des moines Célestins : ordre italien vinrent restaurer et agrandir l’église; puis les pères maristes prirent le relais.

Son chœur d’art baroque est une merveille.

 

Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !

 

Les vitraux racontent l’Histoire de Verdelais.

A côté du cimetière où repose

Toulouse-Lautrec,

est aménagé un immense chemin de Croix et

son Calvaire en haut du Mont Cussol.

Quittons la petite ville  de Verdelais pour découvrir un peu plus loin au bord de la route 

le domaine de Malagar à Saint Maixant,

qui a appartenu à François Mauriac.

On y retrouve les bases de son inspiration  qui illustrent bien ses livres entre les vignes et le domaine.

Juste un petit saut dans le Sauternais pour faire une pause devant 2 magnifiques châteaux à Sauternes.

Commençons par le Château d' Yquem: Vin prestigieux.

Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !
Une petite virée en Sud Gironde !

Et le château Guiraud,  autre grand cru célèbre  qui cultive un jardin  en "biodiversité"; Elle représente la pluralité des êtres vivants et des écosystèmes : Méthode où les espèces végétales et animales peuvent cohabiter ensemble

 

Une petite virée en Sud Gironde !Une petite virée en Sud Gironde !

N'hésitez pas à nous envoyer vos reportages photos du weekend "patrimoine". Merci.

CD

Lire la suite

Chatou, La Maison Fournaise sortie racontée par Alain Dégranges

8 Septembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Merci Alain pour ce gentil reportage, bien détaillé et merci à Bernard Gallet pour tes photos qui nous ont permis d'illustrer cet article.

C'est toujours avec plaisir que nous diffusons vos articles.

 

Cette année, c’est à Chatou que nous avons fait notre sortie du CE.

Dès 8h du matin, devant la mairie du IVème, les anciens employés du magasin, dont quelques cadres et contrôleurs attendaient le car qui devait nous emmener à Chatou. Les retrouvailles étaient chaleureuses et les « Tu te souviens » fusaient de partout avec des grands sourires et beaucoup d’embrassades.

Enfin, à l’heure prévue ou presque, le car démarre en direction de la «  maison Fournaise », haut lieu des guinguettes des bords de Seine, à la fin du XIXème siècle.

Après une heure et demi de route, nous arrivons dans un site enchanteur devant une superbe Villa, aujourd’hui auberge et Musée qui fut le haut-lieu des canotiers et des impressionnistes.

Devant la Maison Fournaise :

La Seine où ils restent quelques Canotiers passant sous le pont de Chatou

 

La Maison Fournaise a conservé son charme du XIXème siècle avec ses balcons en fer forgé et sa terrasse ensoleillée

La Maison Fournaise a conservé son charme du XIXème siècle avec ses balcons en fer forgé et sa terrasse ensoleillée

Petit déjeuner offert en arrivant. Nous sommes invités par les patrons à suivre le guide pour visiter les jardins. Nous sommes bientôt rejoints par un couple de jeunes comédiens qui s’introduit dans le groupe et commencent à jouer avec beaucoup de convictions la grande scène de la rupture, comme s’ils étaient des touristes de passage. C’était amusant et ils nous ont fait bien rire !

Nos deux jeunes comédiens jouent la rupture avec sérieux devant la reproduction du célèbre tableau de Monet : Les Canotiers

 

 

 

Après cette visite extérieure du site nous sommes invités à entrer, avec la possibilité pour ceux qui avaient soif de déguster une boisson apéritive tandis que nos comédiens achevaient leur numéro, avant de se présenter enfin...

Un bon repas copieusement servi au 1er étage de la « Maison Fournaise » nous permet même entre les plats de danser au son d’un sympathique orchestre. Ou « Guincher » : l’origine du mot vient de Guinguette : lieu à la mode où l’on dansait !

Après le repas, nous allons visiter, dans un bâtiment juste à côté : le Musée des Impressionnistes.

<--La visite du Musée commence par le 1er étage ou un canot d'époque est suspendu au plafond . Chacun peut s'acheter un canotier " à sa taille", en souvenir . (Ci-dessous)

 

 

 

 

 

Nombreuses peintures (originaux et reproductions) du mouvement Impressionnistes, sont exposés permettant de découvrir ceux que l’on appelait : "les Canotiers" et qui ont donné son nom au chapeau de paille que portait Maurice Chevalier et qui l'a rendu célèbre.

Ces peintures dont certaines prêtées par des Musées ont un charme fou dans ce cadre où elles furent peintes et hissent ce petit Musée sans prétention au rang des musées les plus grands !

 

 

 

 

Chatou, La Maison Fournaise sortie racontée par Alain DégrangesChatou, La Maison Fournaise sortie racontée par Alain Dégranges

La journée s’achève, les petits groupes regagnent le car, pour un retour place Lobau. Ce fut une journée magnifique dans un site enchanteur où nous trouvons du plaisir à y retourner.

Je souhaite un petit bonjour à tous ceux qui me connaissent.

Alain Dégranges

Lire la suite