Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Que la France est belle : Avignon

16 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #France 6 Sud-Est

En période de congés scolaires, faire découvrir à vos enfants ou petits enfants : Avignon.

En weekend au printemps un petit séjour culturel ou en plein été avec le Festival.

Voici une ville qui mérite un arrêt.

Avignon : Célèbre pour son pont et son festival

Passez voir le Pont Bénezet connu pour sa chanson.

Construit au XIIIème siècle, il ne résista pas aux caprices du Rhône.

Ce pont tire son histoire d’une légende : Un jeune homme Bénezet avait entendu des voix qui lui demandaient de construire un pont sur le Rhône, la légende dit que Bénezet fut conduit à l’évêque par un ange. Mis à l’épreuve, par l'ecclésiastique, il dut soulever une pierre que 30 hommes réunis n’auraient pu soulever ; Bénezet fut alors pris d’une force miraculeuse, il prit la pierre et la déposa à côté du fleuve. C’est ainsi que le pont fut commencé en 1177 et terminé en 1185.

Que la France est belle : Avignon

La ville dont une partie est inscrite au Patrimoine de l’Unesco est impressionnante par ses remparts, ses petites rues et son palais des Papes qui en a fait la Capitale de la Chrétienté au Moyen-âge.

Que la France est belle : AvignonQue la France est belle : AvignonQue la France est belle : Avignon

Les remparts d’environ 5 km sont superbes avec leurs tours, leurs meurtrières …

Les remparts
Les rempartsLes remparts

Les remparts

passage creusé dans la roche

S’il y a un événement  important dans l’histoire de la Provence au Moyen-âge, c’est l’installation des papes à Avignon ; les papes , les cardinaux, les évêques avaient le goût des grandeurs et de l’Art.

En toute logique, les papes depuis les origines siègent à Rome, mais au XIIIème siècle Rome n’était pas sûr.

Le 1er pape Clément V s’installe en 1305, il s’agit d’un archevêque de Bordeaux : Bertrand de Got…. La suite est à découvrir dans l’histoire des papes d’Avignon.

Avignon est l’exemple même de la place Forte du XIVéme siècle : remparts, palais fortifiés et enfin la cité des papes, véritable citadelle ;

Impressionnant le palais des Papes !

avec son allure de forteresse avec ses hautes tours carrées et ses hauts murs appuyés de contreforts ;

Que la France est belle : Avignon

Un coup d’œil sur ce grand édifice gothique avec ses 6000 m² de superficie au sol

(et 15 000m² au total).

Cours intérieures
Cours intérieures
Cours intérieures

Cours intérieures

A l’intérieur, tout a été aménagé pour en faire l’habitation du pape et les occupations liées au sacerdoce du pape : salle d’audience, de justice, chapelle, Consistoire, salle de festins...  

Quelques papes....

de gauche à droite : Clément V, Jean XXII, Benoit XII, Clément VI et en dessous : Innocent VI, Urbain V, Grégoire XI et Benoit XIII

 

Certaines salles sont très originales,avec des fresques intéressantes.

Fresques de Simon Martini

Superbe aussi : la chapelle, la chambre du pape…difficile de tout vous dire sur ce palais incomparable !

Tinel Salle des festinsTinel Salle des festins

Tinel Salle des festins

Salles des conclaves et Chambre du papeSalles des conclaves et Chambre du pape

Salles des conclaves et Chambre du pape

Fresques décoration de chambres
Fresques décoration de chambres
Fresques décoration de chambres

Fresques décoration de chambres

La chapelle et la grande chapelle ClémentineLa chapelle et la grande chapelle Clémentine

La chapelle et la grande chapelle Clémentine

Curiosité : dans la salle des cuisines, une hotte de 18 m de haut !

Salle de la Grande audience

Que la France est belle : AvignonQue la France est belle : Avignon

En face du Palais des Papes, l’hôtel des monnaies avec une décoration de sa façade qui vaut le détour ! et à gauche : le Petit Palais.

Hôtel de la Monnaie et Petit Palais
Hôtel de la Monnaie et Petit Palais

Hôtel de la Monnaie et Petit Palais

Quelques photos vues d’en haut…. le toit de la cathédrale: Notre-Dame des Doms, petit Palais, Hotel de la Monnaie et toits de la Cité des Papes.

Lieu fascinant ! et pourtant...

La cité des Papes fut transformée en caserne pour le 7ème régiment du Génie en 1810. Certains bâtiments furent rasés, abîmés,  jusque l'année 1906 où la ville d'Avignon construit une caserne de taille équivalente en échange de la restitution des lieux.

Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon

Si l'un d'entre vous pouvait nous parler  du reste de la ville ou du Festival… ce serait sympathique!

CD

Lire la suite

Eric Faye : Eclipses japonaises lu par Antoine Eminian

9 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Les XXIIIième Jeux olympiques d'hiver s’ouvrent à Pyeongchang, en Corée du Sud, Ils se déroulent du 9 au 25 février 2018.

 Antoine nous parle d’un roman qui se déroule en Corée du Nord. Il nous en fait une brillante analyse et une critique étonnante. Voici un livre qui va vous passionner.

 

Eric Faye : Eclipses japonaises

 

L’auteur :

Eric Faye, né en 1963 à Limoges, est un écrivain français. Il publie nouvelles et romans depuis 1991. Nagasaki, roman paru en 2010, a obtenu le Grand prix de l’Académie française. Eclipses japonaises, son dernier roman, date de 2016.

Des années 1960 à 1980, la Corée du Nord enlevait des étrangers pour les obliger à former de futurs espions. Les kidnappés devant transmettre leur culture autant que leur langue à des Coréens afin de faciliter leur immersion en pays ennemi. De ces faits avérés et cités en postface avec leurs sources, Eric Faye a tiré une fiction, ce très beau roman.

Le roman :

Pour servir son projet l’écrivain orchestre magistralement une série d’enlèvements ou de faits divers mêlant plusieurs personnages, la trame du roman s’ingéniant à les relier adroitement les uns avec les autres pour créer une émotion démultipliée tout en restant sobre dans la forme. Nous suivrons donc, entre autre, les destinées de Naoko une fillette japonaise enlevée près de chez elle au Japon ou bien, autre cas de figure, le sort réservé à Jim, un soldat américain en poste en Corée du Sud, déserteur de l’armée US en passant au Nord pour s’éviter une mutation au Vietnam alors en pleine guerre…

 

La critique :

Construction habile alliée à une remarquable écriture. Dès les premières pages le lecteur est pris par le rythme paisible, l’empathie de l’auteur pour ses acteurs, sa douce bienveillance, ce style qu’on associe volontiers aux écrivains japonais classiques. Eric Faye aurait pu s’étendre plus longuement sur certains passages, s’attarder sur des scènes, engluer ses lecteurs dans un pathos lourd, non, il préfère nous laisser imaginer ce qui tombe sous le sens. J’appelle ça de la délicatesse car le fond du roman est effroyable : ces gens kidnappés durant plusieurs dizaines d’années, rebaptisés d’un nom coréen pour leur faire oublier leur propre personnalité, leur culture.

Au début des années 2000, la Corée du Nord a reconnu après des années de dénégation, l’enlèvement de treize citoyens japonais, un chiffre sans doute largement sous-estimé et qui n’a cessé d’être contesté depuis. Pour ceux qui seront libérés, le plus dur peut-être ( ?) reste à venir, quand on a vécu toute sa vie (mariage, enfants) dans un pays en tant que captif, est-il possible de revenir auprès des siens dans son pays natal ? Et les vôtres, peuvent-ils vous accueillir comme si de rien n’était ?

Un roman étourdissant et poignant à voir ces vies confisquées, falsifiées, pour les victimes des rapts ; vies en suspension éternelle à ne pas savoir ce qui est arrivé, pour leurs proches. Un roman en apesanteur dont on redoute à chaque instant qu’elle ne cesse, ce qui serait synonyme de chute brutale.

P.S. : On notera que l’écrivain semble connaitre parfaitement la culture japonaise et sa langue, et par ailleurs qu’il avait déjà utilisé des sources réelles pour écrire Nagasaki.

  « Revoir le Japon ! Une sensation de malaise innerve ce commencement de joie. Comment ferai-je pour leur expliquer, là-bas au Japon, la vie que j’ai menée ici tout le temps, se dit-elle. Oui, comment comprendront-ils ? Ils ne comprendront pas. Ceux qui nous attendent, préféreraient sans doute que nous revenions décharnés, dans la tenue rayée des survivants des camps, marchant comme des automates… Mais voilà, ils nous ont bien nourris, ici, ils nous ont même mariés, Jim et moi, ils ne nous ont pas fait de mal ; nous étions un peu leur trophée de chasse, qui plus est utiles ; (…) Comment expliquer, au retour, que nous n’avons pas été malheureux tout le temps ? »

Eric Faye  Eclipses japonaises  Seuil – 225 pages -

 

Nous remercions Antoine pour ses critiques littéraires toujours excellentes.

 

Lire la suite

Adieu Hélène, précisions

6 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar

Il y 4 jours, je vous annonçais, sur ce blog, la disparition

de notre collègue et amie Hélène Zipfel- Juzan

vous avez été nombreux à vous manifester.

Je vous précise maintenant, comme promis :

Une messe de recueillement aura lieu :

le mardi 13 février à 10h.

En l’église de la sainte Trinité, 

place d’Estienne d’Orves à Paris (75009)

Transport :

Métro ligne 12 Trinité- d’Estiennes d’Orves, RER E : Hausmann-St Lazare

Bus : Arrêt Trinité : 26, 32, 43, 68, 81.

Ses obsèques seront célébrées

en la Cathédrale de Bayonne

le jeudi 15 février à 10h.

Par discrétion l’adresse, pour envoyer vos condoléances, n’est pas portée sur cet article. Vous la recevrez par mail, n'hésitez pas à me la demander si vous ne recevez pas de courriel. 

Les petits mots et courriels reçus seront transmis à ses enfants.Nous pensons bien à eux.

Christine D.

Lire la suite

Adieu Hélène !

3 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Membres info

 

Nous sommes très attristés aujourd'hui. Nous venons d'apprendre la disparition de notre amie et collègue Hélène Zipfel.

Nous l’avons connue, sportive, dynamique, courageuse, disponible, souriante. Elle aimait à se ressourcer dans les voyages et au pays basque.

 

Hélène Zipfel, 54 ans, heureuse avec ses trois enfants vient de nous quitter en ce 2 février 2018.

Jour de la chandeleur : Fête de la lumière ! Elle, qui était un véritable rayon de soleil.

 

Son message du 26 janvier à ses amis :

 

 

 

Qui veut dire : Paix ! (1er cours de calligraphie chinoise)

 

Sa vie au BHV :

Hélène est entrée en 1988 comme Chef de département mode au BHV, successivement dans les magasins de Belle Epine, Parly 2 et Flandre,

Hélène a ensuite rejoint Montlhéry comme sous-directrice Mode et  Equipement Ménager.

En 1999, elle devient acheteuse-chef de rayon du secteur femme.

En 2001, sous-directrice univers Décoration du magasin Rivoli.

De 2005 à 2007, elle est Chef de projet pour Rivoli, ensuite de la Direction Réseau.

Elle fut très active et participa aux ouvertures des deux BHV Déco de Rives d’Arcins et Rosny, des évolutions de Parly 2 et du pilotage du chantier Veille Concurrentielle pour la Centrale d’Achats.

 

Hélène Zipfel  est promue au poste de Directeur de Département du Lafayette Maison d’Haussmann au 1er décembre 2007 où elle restera jusqu’à ce jour.

 

Hélène restera présente au fond de nos cœurs.

Je ne manquerai pas d'ajouter le lieu et la date de ses funérailles dès que j'en aurais pris connaissance. Pensons et prions pour sa famille.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite