Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

1969 à 1989 : 20 ans avant...la chute du mur!...

4 Novembre 2009 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

Le 9 novembre nous célébrerons les 20 ans de la chute du mur de la honte à Berlin.Tous les médias vont en parler

1989 David Hasselhoff, star emblématique d’"Alerte à Malibu" et de "K 2000", grimpe sur une partie détruite du mur et entonne "Looking for Freedom", un hit allemand des années 1970. les milliers d’Allemands de l’Est et de l'Ouest, euphoriques, reprennent la chanson avec lui. Cliquer pour entendre



Pour mémoire : Avant la construction du mur (1945-1961)

Après la capitulation le 8 mai 1945, l’Allemagne est divisée en trois puis quatre zones d’occupation (Soviétique, Américaine, Britannique et Française. Berlin d’abord occupée par l’armée rouge est aussi partagée en 4 secteurs répartis entre les divers alliés. Les soviétiques laissent aux occidentaux l’Ouest de la ville ainsi enclavée dans la zone d’occupation.

Entre juin 1948 et mai 1949, Staline instaure le blocus de Berlin. La capitale ne pourra survivre à ce Blocus que grâce au Pont aérien organisé sous l’égide des USA. En 1949 la RFA : République fédérale d’Allemagne est créée dans les zones américaine, britannique et Française. La RDA : république démocratique Allemande contrecarre en sécurisant et fermant les frontières. La douane et la Milice sont mises en place sur ces frontières érigées par de solides clôtures en fil de fer barbelé

Entre 1949 et 1961une émigration de plus de 3 millions d’hommes de Sciences, cultivés, matière grise et main d’œuvre s’active vers la RFA. Cela pose un problème économique majeur à la RDA.

 La construction du mur

C’est alors qu’un secret d’état bien gardé est mis à exécution sur ordre de la Direction du Parti Communiste: La construction du mur est commencée dans la nuit du 12 au 13 août 1961 par des maçons réquisitionnés sous la surveillance de policiers et de soldats. Démarré en soubassement avec du fil de fer barbelé, il est complété dans les semaines qui suivent par :

- un mur de béton muni de dispositifs de sécurité :

- Une barrière anti-véhicule, bande de contrôle ou bande de la mort.

- une route d’accès, chemin de ronde, avec chien de garde éclairé la nuit

- Des Miradors (environ 300)

- une barrière de surface avec « chevaux de frises »

- une clôture d’alarme et

- un mur intérieur en grillage coté Berlin Est.





Il fera 140 kilomètres dont 43 sur sa longueur intra Berlinoise. Il coupait, pas loin de 200 rues.

 Le mur de Berlin devient le symbole de la guerre froide. Ce mur donne une image très négative au Bloc Soviétique de l’est et s’apparente à un échec économique. Près de 1200 personnes se feront tuées en voulant fuir.

Pour les allemands ce mur est une humiliation, un déchirement dans les familles, une seule idée germe dans les esprits : Comment réunifier les 2 Allemagnes.










1969 vécu par Myriam L. et Christine D. : Nous avions eu la chance de partir en voyage d’études avec la Chambre de Commerce.
Nous avons traversé  l’Allemagne de l’est…Morne plaine... d’Iéna où il neigeait… Leipzig et sa foire internationale et la jolie ville de Weimar, où tout était silence et tristesse… avant d’arriver à Berlin Ouest tout éclairé de publicités lumineuses. Ce soir d’avril 69, on se sentait revivre !

Le cœur de Berlin Ouest, l’église :avec sa dent creuse, son poudrier et son bâton de rouge est exceptionnel et l’accueil extraordinaire. Au restaurant, un violoniste vient nous jouer « sous les ponts de Paris » en nous entendant parler Français.

Reçues au Journal Axel Springer, 60 Kochstrasse où s’élevait un immeuble de 78 m de haut  dominant une partie qui longeait le mur, nous avons pu prendre quelques photos. C'était impressionnant.

Les deux parties de la ville ne vivent pas de la même manière : c’est la joie à Berlin Ouest où la ville prospère.
A Berlin-Est, vous ne voyez que des immeubles repeints en jaune, rose ou vert pâle, laissant des traces d’impact sur les murs. Lorsque nous avons pris l’avenue Karl Marx en 1969 pour un permis à pied de 2 h, c’était une ville froide, triste aux fenêtres murées, sans animation, sans voiture, sans publicité , avec des personnes tristes n’osant  qu’à peine parler, de peur que cela soit répété avec le risque de finir en prison le soir même.

L’anecdote fait qu’avec mes amis nous avions dépassé les deux heures accordées.  A pied, c’est vite passé ! Nous nous demandions, comment serait l'accueil à Checkpoint Charlie, coté Est : « Françouses, toujours indisciplinés ! Vous : avoir dépassé le temps » un regard très sévère sur nous et nous sommes passés du coté américain, après une petite suée !...

Les années ont passé, mais les souvenirs de ce contraste de joie de vivre est ineffaçable au fond de notre cœur !

La première brèche!
Quand le 10 novembre 1989, au matin, j’ai entendu sur les ondes en me levant le matin que le mur était tombé, j’aurais voulu tout lâcher et y courir, tant ma joie était intense. Après 28 ans d’existence les Berlinois RDA et RFA pouvaient se revoir, tomber dans les bras des uns et des autres. Aussi vite les Berlinois commencent la destruction du mur par tous les moyens : d’abord la porte Brandebourg.
 Les Berlinois étaient profondément émus et heureux. Cette situation de réunification inespérée fut le plus beau cadeau qui puisse exister cette année là.

C’était il y a 20 ans, pour moi, je ressens encore cette immense émotion.

Autant vous dire que pour les Berlinois l’anniversaire de ce 9 novembre 1989 estmarqué d’une joie sans limite : Les  cris de "Wir sind ein Volk", "Nous sommes un seul peuple", résonne encore pour clamer une seule Allemagne.

 

Il ne faut jamais rater une chance de paix et de réunion des peuples.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Francois de montpeûl 15/11/2009 18:44


Ah ,les nanas,elles avaient loupé 1968 elles sont allé se faire photographiées au pied du mûr en 1969 et en plus elles ont fichu le bazaren1970 dans les deuxiéme stage de Beaujoin et
Bourdy,heureusement que nous étions la...!!!!