Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Dominique nous parle d'un film : L'île...

30 Mai 2009 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture

" L’Ile " de Pavel LOUNGUINE, film sorti en janvier 2008 sur les écrans, est confiné depuis aux salles d’art et essai .

MAIS, s’il passe près de chez vous, ne le ratez surtout pas, vous éprouveriez bien des remords d’être passé à côté d’un tel chef d’œuvre.

Quand on dit Ile, on pense tout de suite au sud, au soleil, aux vacances… et bien dans ce cas précis, l’action se situe sur une île en mer Blanche, à cheval sur le cercle polaire arctique, à l’est de Mourmansk et au sud de la mer de Barents… dans un tout autre univers.

Ce film, réalisé dans une Russie post communiste qui se cherche au-delà d’un consumérisme et d’un passé pesant, montre bien ce qui manque à tout Homme du nord au sud et de l’est à l’ouest.

Ce film parle de l’existence de Dieu; il arrive un moment dans la vie où cela devient une question primordiale. Mais il n’est pas besoin d’être croyant pour entrer, s’asseoir, écouter et voir.

Ce film mystique nous immerge dans un silence qui enrichit et agrandit notre quête de l’invisible et nous fait entendre la grande Voix salvatrice.

" L’île " d’une profondeur bouleversante, éblouit et dérange, nous fait passer du rire aux larmes, nous plonge dans le questionnement et l’émerveillement. Emprunt d’absolu, de grâce de pêché, de pardon, de compassion et empli d’icônes; l’univers compassionnel et mystique Russe orthodoxe prend notre âme.

C’est l’histoire d’un moine, le Père Anatoli (interprétation magnifique de Piotr Mamonov) chargé pour un monastère d’alimenter celui-ci en charbon afin d’y maintenir un  peu de chaleur. Il possède quelques dons de guérisseurs qui amènent à lui les rares personnes qui habitent « L’Ile ».
Cet homme plein de repentir après avoir trahi son compagnon pendant la guerre par lâcheté humaine, a échoué blessé sur " L’Ile".

Recueilli et soigné par les moines du monastère, il vit dans une ascèse très dure de rédemption. L’action consciente ou inconsciente du Père Anatoli consiste à opérer chez ceux qui l’entourent dans le monastère et chez ceux qu’il peut côtoyer sur « L’Ile » des retournements du cœur et de l’esprit, à tenter de leur faire prendre conscience de ce qui est éphémère  et de ce qui doit rester essentiel.

La photographie, la musique, les personnages de ce film soulignent une atmosphère où la Lumière existe; elle est là pour qui veut bien se trouver lui même.

Course poursuite circulaire et bien rythmée entre le bien et le mal, entre le blanc et le noir, entre la lumière et les ténèbres, entre la pureté et la saleté spirituelle et physique, tel est le scénario de « L’Ile ».

Dans la troïka du film, le Père Philarète représente la hiérarchie; il n’arrive pas à se libérer d’une forme de religiosité qui l’empêche d’aller vers la vraie dimension spirituelle de l’être et de l’existence.

Le Père Job, troisième personnage est l’intendant du monastère, il représente l’institution; il fait tout comme le lui ont appris les canons de l’église, en privilégiant la Loi sur l’esprit..

La scène la plus expressive, point culminant de la conscience de pêcheur par le Père Anatoli est certainement celle où il récite le psaume 50: « Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta miséricorde efface mon péché, lave-moi tout entier de ma faute, purifie moi de mon offense. Oui je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi… ».

Et si « L’Ile «  c’était soi même, l’Homme ?

« Le critère en est, non la beauté - bien que celle-ci existe évidemment - mais la vérité ».

En sortant de ce film, on a l’impression  d’avoir fait un passage douloureux mais pascal et on a envie de dire comme lors de la messe du dimanche pascal: le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité.

 Filmographie: "Taxi blues "

N’oubliez pas que ce « blog culturel » est aussi le votre… J’attends donc vos commentaires et appréciations sur ce que vous avez lu, vu, entendu… sur ddaffos@free.fr

A bientôt, la joie de vous lire…


Merci pour ce commentaire, Dominique, ce film a l’air impressionnant… j’espère que nous serons nombreux, à pouvoir le voir.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

François Paris 30/05/2009 19:54

Merci Dominique ,de ton dinamysme à faire vivre notre blog, et en ce qui concerne ce film ;je m'occuperai de rechercher ou nous pourrions aller le voir à Montpeller.Cela ne devrait pas être trop difficile à trouver. Amitiés FRANCOIS