Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

4 : Le BHV de sa naissance à nos jours : 1968

10 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1968 : Année  révolutionnaire !...

Les Petits anges de la façade veillent!

Histoire-BHV-2 0712Le magasin est climatisé, de nombreux travaux de rénovation sont entrepris dans le magasin. Pour une surface au sol de 6000m², la surface de vente passe à 32 000 m² et les cours intérieures ne sont pas encore fermées… La modernisation des locaux, de la sécurité, de l’éclairage en font un beau magasin ! Histoire-BHV-2 0714

Le magasin comme tous les magasins parisiens a subi une grève de 3 semaines perdant ainsi un chiffre de 30 millions de Francs. Cette perte avec l’augmentation des charges aurait pu faire mal augurer les résultats du BHV. En réalité la reprise générale s’est accompagnée d’une forte demande de la clientèle.

Pour y faire face, la Direction :

1 Boulot GérardGérard Boulot (Ci-contre) et Georges Lillaz,  comptait sur la collaboration de ses cadres et du personnel avec lesquels, elle s’efforçait de tenir un dialogue confiant et ouvert.

Le rendement au m² est alors le meilleur du monde : environ 16000F de l’époque du m². (Le meilleur bradeur aux USA, n’y arrive pas !)

Personnel : 2700 personnes dont 1400 vendeurs auquel vient s’ajouter 80 à 200 débiteurs par jours : « les extras » ( : souvent des étudiants) payés à raison d’une enveloppe à 30F par jour. Le personnel est encore payé en espèces, les chèques sont édités à partir de 1000F.

Positionnement BHV :Le BHV traite alors l’équipement de la maison, cuisine, sanitaire, cave, grenier, loisirs, sports et même la chasse, le plein air, jardinage, outillage et bricolage  qui représentait alors 80% de son chiffre d’affaires et 20% pour la nouveauté.

Les autres Grands magasins : Samaritaine, Bon Marché, Louvre, Printemps, Galeries Lafayette réalisaient alors 33 % de leur CA en Bazar et 67% en Textile, confection etc…

Je me souviens encore du rayon BD où on exposait des fenêtres, des persiennes, des portes et des portails  au 3éme étage du magasin! Dans le brouhaha de la scie à découper le bois, la poussière du Carrelage, la déco-maison à la mode; aujourd’hui presque disparus : les stratifiés Polyrey et  Formica, les panneaux de Panolac offrant un revêtement isorel décoré bois ou carrelage, les carreaux en plastique Nonyplast, les revêtements et dalles plafond en Robex… Les éviers en grès, en inox, les siphons, les portes de placards Western ou accordéons KZ lancé par le BHV et tout cela sur un ton marketing de l’époque :

« Faîtes-le, vous-mêmes ! »

A cette époque, le BHV avait la réputation justifiée d’offrir l’assortiment le plus large et de vendre des articles insolites qu’il était difficile de se produire ailleurs. Plus de 300 000 articles différents étaient alors offerts à la vente.

La gestion sur le terrain : Pas d’informatique ! Les cartons de stock : Manuels dit cartons roses et les Taverniers (du nom de celui qui l’a créé) ou Cadenciers étaient tenus par des secrétaires de rayon. Tout était écrit à la main : les stocks et les cadences de vente, nos secrétaires savaient comptés, sans machine à calculer !

Les bons de commandes étaient tapés dans un service au 7éme étage. Bien sûr, il ne fallait pas être trop pressé, mais une solution manuelle alternative : «  la note de commande » existait pour les urgences.

Et, enfin ne vous méprenez-pas, la Gestion était rigoureuse et nos crédits étaient suivis  tous les jours !

Parking : Les clients du BHV disposent alors de 2 parkings : 1 en colimaçon au 34  Verrerie et un à Pont-marie.

La rénovation du magasin s’achèvera cette année là avec la création d’un second escalator et le remplacement de trois monte-charge.

Cette période  de l’après 68 permettra au personnel de bénéficier d’une salle de repos.

Le restaurant d’entreprise en libre-service remplacera la cantine semi-self.

 

A suivre... (Si l'un d'entrevous a encore un tavernier, un carton rose ou document nomenclature d'époque, merci de m'en informer. Christine D)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BENADINER 12/11/2011 15:54


n'empêche que l'année 1968 est vraiment l'année révolutionnaire vu le nombre de commentaires , a quand la prochaine révolution ,??? Philippe Benadiner


Fargier 12/11/2011 07:41


Moi aussi je voudrai bien la revoir,mais je ne sais rien.Je suis entrée au B.H.V. en 1959,cette femme je la trouvais si joile,toujours belle et sérieuse.Il faut la retrouver,à vos ordinateurs!!!


BENADINER 11/11/2011 20:32


Merci francois Paris pour ta mémoire Prétolansky , peut être que Michel Bigey qui sera présent Lundi pourra te répondre a ta question A bientôt philippe Benadiner


paris François 11/11/2011 14:02


étant entré en 1962 au BHV au rayon BN (au rez de chaussée),je me souvient très bien de Mme Prestolansky que je recherche depuis 4ans bientôt 4 ans pour lui demander de faire partie de notre
réseau.Toute personne qui me donnerai des informations sur sa situation géographique ou N° de tel,voir amis qui pourrait être de connaitre un contact possible(famille,frère ,lieu de vacances voir
de retraite) serait la bienvenue. Amitiés à tous et à bientôt sur le canal de l'Ourq. F.Paris


BENADINER 11/11/2011 10:44


AH AH Fargier je vois que tu as connu l'acheteuse du rayon disques, qui répondait a un nom en SKY si ma mémoire est bonne , c'est vrai qu'elle était plus que jolie A bientôt on en reparle Philippe
Benadiner


BENADINER 11/11/2011 10:39


Bien sur qu'il existait un rayon chasse qui a perduré assez longtemps ;fusils de chasse , cartouches , et tapettes pour attraper les souris ce qui faisaient rire nombre d'entre nous et puis aussi
le rayon pêche avec SVP vente d'asticots a la louche , entreposé dans le rayon avec réfrigérateur , ne pas oublier également les poissons rouges de toutes especes , chaque matin c'étaient la pêche
aux poissons qui n'avaient pu passer la nuit PH? Benadiner a l'époque héroique responsable du rayon


Les federateurs du reseau Bazar 11/11/2011 10:41



Tu en as des souvenirs....bien vivants, Philippe à ce jour!



Fargier 11/11/2011 09:42


Oui j'ai vraiment vécu ces années,j'ai été détachée au rayon "Disques"pour voir toules les possibilitées de faire un meilleur C.A.,avec 6 mois de stages en + de mon travail au rayon P.E.M.Une
aventure innoubliable,physiquement et moralement ,mais quel plaisir.En faites tout était parfait,la seule chose les clients ne savaient pas que nous avions les mêmes prix que la F.N.A.C,nous avons
augmenté les P.V. de 10%.Il y avait une acheteuse aussi jolie qu'efficase .


EMINIAN Antoine 11/11/2011 08:28


La paye versée en liquide, je m'en souviens. Effectivement, les premiers temps de mon entrée au BHV, il fallait aire la queue au 6ème étage, Service des Caisses, pour prendre possession de son
enveloppe. Mine de rien, on mesurait ainsi concrètement, le salaire de sa peine!


Les federateurs du reseau Bazar 11/11/2011 10:44



C'est vrai que les banques étaient moins nombreuses qu'aujourd'hui. Tu as raison sur cette notion de "salaire de sa peine".



fargier 11/11/2011 00:27


A les cartons roses et les tarverniers quelle aventure,mais quelle excatitude,c'etait réellelement efficace.Et chacun se sentait concerné.


Les federateurs du reseau Bazar 11/11/2011 00:29



Chère Josiane, je vois que tu revis un peu de ta vie à chaque article.... A bientôt