Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Annette nous fait découvrir le Marquenterre!

18 Octobre 2009 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 2 Nord Normandie

Plaine maritime de Picardie, dont la  côte, ourlée de dunes, est jalonnée de célèbres stations balnéaires : Le Crotoy, Berck, Le Touquet. Cette région attire les pêcheurs et les chasseurs.

Aller dans le Marquenterre en passant par RUE qui fut un port de mer au Moyen-âge et une place forte jusqu’au XVIIème siècle.  RUE est la capitale du Marquenterre. La chapelle du Saint-Esprit d’art gothique flamboyant du XVème siècle est d’une finesse exceptionnelle. Alors après avoir vu le beffroi de la ville prenez la direction de la Manche au nord de la réserve naturelle (3000 ha) de la Baie de Somme afin de découvrir ce lieu magique consacré à la découverte de la nature. Son parc ornithologique, site de nidification ou de passages d'oiseaux migrateurs, accueille quelques milliers de visiteurs chaque année.

Profitez de passer un week-end ou des congés en Baie de Somme . Notre amie Annette Rénosi, qui a fait sa carrière à l’informatique et a travaillé sur les grands projets qui ont bouleversé le BHV nous en témoigne, ci-après.
La carte que j'ai reçue d'Annette cet été

Le parc du Marquenterre

Le parc du Marquenterre dont l’origine du nom signifie « la mer qui rentre dans la terre» est une halte privilégiée entre Scandinavie et Mauritanie pour des milliers d’oiseaux. Le parc de 200 hectares, réserve naturelle de la baie de Somme, propose trois parcours en fonction de vos envies ou possibilités de marche, une, deux ou quatre heures. Merveilleusement agencée la promenade permet de parcourir des prairies humides, des bosquets, des dunes et des lagunes et tout du long, des abris de bois percés d’ouvertures vous livrent à leur insu, les oiseaux dans leur milieu naturel, sur les mares et les étangs.
Au cours de notre périple, grâce aux jumelles louées à l’entrée et indispensables pour profiter pleinement de la visite, nous avons réussi à identifier au moins une dizaine de volatiles, des cigognes au nid avec leur petit, des aigrettes garzettes et spatules, des avocettes, des cormorans, des cygnes blancs et noirs, des tadornes de Belon, des grues cendrées, des vanneaux huppés, maints canards et oies cendrées. Je n’avais jamais tant vu d’oiseaux de races différentes en si peu de temps et surtout jamais vu autant de si gros oiseaux en vol comme les cigognes, les grues et hérons qui traversaient l’espace nonchalamment.







Au détour d’un chemin un groupe de chevaux superbes, des Henson, crinières au vent, robe caramel, se met à courir dans les hautes herbes alors que deux cigognes les rasent et se posent un peu plus loin. Sur les plans d’eau, oies cendrées et fuligules alors que dans la vase errent des chevaliers sous l’œil éteint des cygnes sauvages à bec jaune et des cygnes tuberculés à bec rouge.
Spectacle final, une héronnière, un ensemble de nids dans les arbres, genre d’HLM pour volatiles. Les cigogneaux sautent sur place dans leur nid pour fortifier leurs ailes, alors que les petites aigrettes sautent de branche en branche pour le même motif.
Quand une buse est passée au-dessus de la colonie, ce fût un beau tohu-bohu dans les branchages
!
Si vous ajoutez à tous ces oiseaux, les papillons et nombreuses variétés de libellules qui virevoltaient dans l’air odorant, vous comprendrez facilement que je me sois juré d’y revenir équipé d’une matériel photo de qualité. Les animaux ne sont pas les seuls attraits de ce parc puisqu’on y voit aussi des plantes de toutes sortes comme l’orchidée des marais.
Une visite extraordinaire qui mérite d’être renouvelée, car chaque saison ou heure de la journée, change radicalement le paysage et surtout la faune identifiable. Au printemps c’est la saison des amours, l’été on pense au retour et les petits échassiers quittent l’Europe du Nord pour l’Afrique, en automne les migrations se poursuivent et en hiver canards et pluviers dorés se régalent de l’herbe devenue rase.

Enfin je connais la réponse à la question posée par Holden Caulfield, le héros de l’Attrape-Cœur, roman de J.D. Salinger : « Vous ne savez pas, par hasard, où ils vont les canards, quand c’est tout gelé ? »  

Nous vous remercions tous les deux pour cet article qui doit donner envie, à bien des familles du réseau d'aller y faire un tour! 
A découvrir aux congés de la Toussaint....


Rendez-vous Annette le21 au pot amical! 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie-France 19/10/2009 12:52


Quel plaisir Annette de te lire. Lors de la mythique course de la transbaie j'aurai de bonnes raisons de m'y attarder. Grosses bises Marie-France