Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Charbon de Bois, extrait de Souvenirs d'une famille Bornoise...par Martine Mallein.

22 Novembre 2012 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 5 Centre

Je viens aujourd’hui vous parler d’un sujet étonnant, traité dans le nouveau livre en préparation de Martine Mallein. Vous avez rangé vos barbecues et pourtant, un seul d'entre-vous, s’est-il posé la question comment fabrique t'on du charbon de bois ?

Je vous avoue que ce sujet, à partager en famille, qui intéressera petits et grands, m’a beaucoup appris.

Un deuxième article suivra sur la Borne, ce petit village du Berry où il se passe tant de choses.

Bonne lecture

Livre.jpg

 Extrait du livre : Souvenirs d'une famille Bornoise de la Belle-Epoque de Martine Mallein Leguedois

On construit la meule

Alexandre va jouer l’instituteur, il fait un clin d’œil à Léon, pour expliquer à sa famille comment il construit une charbonnière. Les fillettes Jeanne et Anita écoutent attentivement, Léon, Marie et la grand-mère Eugénie Thirot en font autant. Il insiste bien, il est le maître du feu qu’il domine avec dextérité.

D’une manière simple, nous allons retranscrire ses propos. C’est une véritable alchimie dont il faut parler car il détient le pouvoir de transformer le bois en charbon. La technique de fabrication du charbon de bois est connue depuis l'Antiquité. Elle a peu évolué au cours des siècles, excepté qu'avec la modernité, des fours démontables en fer se sont substitués aux meules en bois.

 Le premier travail d'Alexandre est de trouver un bon emplacement qu'il défriche avec sa pioche, nivelle avec son râteau à longues dents en bois. Il tasse le sol, prépare une surface circulaire horizontale de 4 à 6 mètres de diamètre. Il élimine toute végétation sera systématiquement laissant la terre complètement à nu. Cette aire où la charbonnière est installée sera réutilisée indéfiniment.

 La méthode très ancienne adoptée à cette époque pour faire du charbon de bois est donc celle de la charbonnière en meule qui constitue un système très adaptable et qui correspond à la nature du sol. Le bois à carboniser est enfermé dans un espace clos dont l'étanchéité est assurée par de la terre. Première étape, le bois qui sera carbonisé, châtaigner, chêne, charme, noyer sera récolté par Alexandre petit à petit au fil des mois. Il l’empilera sur place, regroupé en stères et séché pendant deux à trois mois. Cela s'accorde bien avec le mode de vie de notre charbonnier qui peut ainsi ramasser pendant plusieurs mois des déchets de bois, des branches. Il fera naturellement appel aux bûcherons, ses collègues, pour les grosses pièces, les grumes.

Le boisCommence alors la construction de la meule. Sur le sol, Alexandre plante un piquet d’environ 2 mètres au centre de l’aire pour aider à l’empilage du bois. Il dépose des copeaux sur le sol. Il dispose une claie formée de rondins entrecroisés d'une dizaine de centimètres de diamètre sur le sol pour former un cercle. Il monte tout autour une sorte de cage en croisant des morceaux de bois d’environ 50 centimètres, la charbonnette. Les bois, les plus longs, sont alors disposés verticalement.                    

La meule de bois ainsi construite mesure un mètre cinquante à deux mètres de hauteur et revêt une forme hémisphérique. Bien plantée, il retire alors le piquet central et ouvre ainsi une cheminée d'environ 20 cm de diamètre au sommet par laquelle il jettera la braise brûlante qui enflammera copeaux et rondins. Cette cheminée permettra à la fumée de s'échapper lors de la carbonisation, ouverture qu’il complètera par six à dix entrées d'air « les évents » ménagées à la base de la meule pour pouvoir surveiller la  cuisson. L’ensemble est alors recouvert de feuillages, d'une épaisse couche de terre, de mousse pour empêcher toute prise d’air. 

Fumée Bleue

Fumées bleues sortant du renard (trou)

 On lance la calcination

Alexandre explique encore qu’il s'efforcera que tout son bois brûle, bien caché sous les rondins de la charbonnière, à une température s’élevant autour de 300 °.

Il va procéder à l’allumage tôt le matin, aux premières lueurs de l'aube. Il monte par une échelle sur la meule et jette une pelletée de bois et de charbon enflammés dans le trou laissé par le piquet ôté du sommet de la meule. Des braises bien rouges coulent par la cheminée et enflamment les copeaux et les petits bois qui ont été posés au sol.

 Les enfants suivent attentivement la préparation, aident au passage et retiennent leur souffle lors de la mise à feu. Que c’est beau cet embrasement de la meule ! La famille repartira ensuite pour laisser Alexandre et sa femme en toute tranquillité poursuivre leur ouvrage

 Toute la journée, toute la nuit, comme les autres ouvriers du feu, Alexandre et sa femme pendant quasiment une petite semaine veilleront en continu sur leur précieuse charbonnière, en se relayant et entendant « ce grillotement imperceptible, ce pétillis follet qui jouait aux entrailles de la meule et cet élan de flamme qui jaillissait dans le jour » (Maurice Genevoix). C’est Antoine, son père, qui  lui a transmis le savoir pour obtenir un beau charbon bien dur, compact et sonore comme du cristal.

OutilsLa combustion sera complète au bout de 18 heures environ lorsqu’une fumée blanche se dégage après rechargement régulier de  bois par la cheminée. Toute fuite d’air se remarque par l’éruption d’une fumée bleue qu’il faudra immédiatement colmater, arrêter en projetant de la terre dessus. Au fur et à mesure que la charbonnière cuit, elle s’enfonce, s’écrase et prend de plus en plus la forme d’un œuf au plat. « Après une journée de cuisson Alexandre, le charbonnier, monte alors sur la meule avec son échelle pour la piétiner. Il détecte les zones cuites, les zones restées en bois et tasse la couverture » et quand le feu sort des trous faits au ras du sol, la cuisson est achevée. Il aura fallu 48 heures pour que la masse de bois soit en incandescence. (Ci-dessus les outils, brouette, râteau, pelle, échelle …)

C'est un moment crucial. Un coup de vent violent peut tout embraser, finie la meule. La cuisson se poursuivra encore trois jours et trois nuits.

La combustion achevée, le travail se fait alors au râteau, pour enlever la terre. Alexandre doit éteindre le feu et l’étouffer définitivement. Lorsque la meule est refroidie, il peut l'ouvrir en veillant à ce que le feu ne se rallume pas. Les morceaux de charbon carbonisés sont extraits et roulés dans la terre, puis séparés du poussier et des charbons mal carbonisés. Dès qu’ils seront froids, les enfants l’aideront pour s’amuser à les trier puis les adultes le chargeront jusqu'à la gueule dans des sacs en jute. Le charbon de bois est enfin prêt à être livré.

Alexandre explique aux enfants que, pour être de bonne qualité, le charbon de bois doit bien sonner, être irisé et cassant. Il ajoute qu’il pèse cinq fois moins que le bois dont il provient.

Phase finale : extinction de la meule et récupération du charbon de bois

Prépa Charbon de Bois

Les deux fillettes se divertissent avec le charbon, se barbouillent, le tout dans un grand éclat de rire. Attention les parents vont leur tirer les oreilles si elles salissent leurs vêtements !               

  La fumée bleue est signe de flamme, la jaune, la paille prend feu et la blanche, la bonne fumée est signe de vapeur d’eau.

Epatant, cette description dans ce cadre de petit village du Berry que nous découvrirons ensemble prochainement avec Martine. Inutile de répéter que le style est agréable à lire.... Merci beaucoup Martine Mallein

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

M.F. LELONGT 30/11/2012 21:35

Merci Martine pour ce palpitant reportage.
A la lecture on a l'impression que c'était facile ....pourtant, c'était un métier très dur, qui ne payait pas beaucoup, enfin, pas en proportion du travail. Il y a encore des "charbonniers" je
crois dans le centre de la France et pour pouvoir fournir tous les amateurs de "barbecue" ils peinent et vivent dans la poussière noire. M.F. Lelongt

costenberg Sylvie 24/11/2012 15:57

merci de nous faire partager et mieux comprendre les techniques de ces anciens métiers. amitiés à vous deux

Jean de Nerville 24/11/2012 11:45

Bonjour monsieur et madame Mallein

Avec un groupe d'amis et sur recommandations d'un sénateur, j'ai visité récemment le Sénat.
Pour préparer cette visite, je me suis plongé à nouveau avec bonheur dans votre ouvrage au chapitre concernant ce monument et son architecte : Salomon de Brosse.Ainsi grâce à vous j'ai pu suivre
cette visite plus intensément.

Pendant la guerre, j'avais un oncle dont la voiture roulait au gazogène comme beaucoup d'autocars à l'époque.
Je le vois encore en combinaison de charbonnier, verser des sacs de charbon de bois dans sa chaudière, mettre un allume feu et partir prendre un bain alors que le système montait en pression.
Ensuite nous partions sur les routes de campagne et je ne peux pas m'empêcher de dire " au train d'un sénateur".

JC.Charmoy 23/11/2012 14:14

Très bel article.Martine
@+
JCC