Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Fabuleux Fabuliste Jean de Nerville !

22 Novembre 2009 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Jean de La Fontaine (1621-1695) poète fabuliste et moraliste est l'un des plus grands auteurs de Fables connu dans la littérature Française.

J’ai travaillé avec Jean de Nerville dans les années 77 à 80. Il n’y avait pas mieux au BHV pour éditer une note de service claire et précise. Mais cela ne lui suffisait pas, il vérifiait son application, car disait-il, (Je cite de mémoire) : sur 10 personnes qui vont recevoir la note

- 1 dira ne jamais l’avoir reçue.

- 1 la jettera à la corbeille à papier.

- 1 la posera dans un coin et ne la lira pas.

- 1 la classera dans le classeur à notes, sans la lire.

- 1 la lira, mais ne la comprendra pas…

- 1 la lira et croira la comprendre

- 1 l’interprétera !

- 3 la liront, et peut-être l’appliqueront !....

Jean avait raison !

 Mais aujourd’hui, il écrit toujours…à la manière de l'autre Jean...
Jean de Nerville écrit des fables pour ses petits enfants.
En voici une…très jolie :

À mon petit fils Pierre      

La couleuvre           

      
 



La gente serpentine est d’humeur vagabonde

L’envie souvent lui vient de parcourir le monde

Ma sœur la couleuvre un jour se réveilla

Et de son vivarium voulu franchir le pas

 

« Assez ! dit l’animal, cet espace est réduit

Mon esprit est ailleurs, rien ici me séduit

Et je veux visiter les pays d’alentours

Qu’à travers le verre, j’aperçois les contours. 

Je veux partir d’ici et manger à mon goût.

Des souris, non-merci, c’est un piètre ragoût

Qu’on me sert chaque jour et je n’en suis pas fol

Ha ne plus jamais voir souris dans ma casserole !

 

A moi les musaraignes, je veux leur chercher noise

Et si par aventure je croise une gerboise

J’en ferais un festin, à ce point que je l’aime

Et j’en aurais fini de ce temps de carême.»

 

L’animal rampant après ce beau discours

Quitta son vivarium pour une chasse sans retour

Il partit droit devant sans faire de crochets.

Pourquoi en ferait-il, puisqu’en bouche en n’avait ?

 Pour son premier gibier, ce fut un campagnol.

« Pour moi c’est trop rustique, le vilain en raffole

Je veux manger plus fin, savourer le meilleur

Courons en d’autres lieux, mes délices sont ailleurs. »

 

Un mulot passait là ; il ne le toucha point.

« Un mulot ! Quel horreur ! Allons chasser plus loin. »

Ainsi passa le temps sans manger un morceau

Pas le moindre rongeur, pas même un souriceau

 

Enfin la pauvre bête, ventre creux s’en revint

Penaude et fatiguée d’avoir chassé en vain.

Dans sa cage en silence se glisse et se replie

Ventre creux, affamée et quelque peu marri

 

Alors l’invertébré intérieurement se dit :

« Pourquoi chercher ailleurs, ici tout me sourit ! »

 

Février 2002    
Dans l’avion en revenant de Jordanie         
      
Bon Papa

Bravo et Merci Jean pour cette excellente fable.
qui mérite d'être lue aux grands et aux petits!...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lahoste Monique 03/12/2009 09:24


cher Jean
j'avais mis un petit mot à votre intention le jour de la parution de votre fable sur le blog mais j'ai du faire une fausse manœuvre car il n'est pas sorti alors je récidive. Je vous félicite donc
pour cette jolie fable et j'espère qu'il y en aura d'autres. J'apprécie d'autant plus que, comme vous le savez, je taquine aussi la muse et c'est avec plaisir que je vous lis. A bientôt donc avec
de nouvelles aventures fabuleuses.
M Lahoste


Maddy Verdon 24/11/2009 11:11


Je découvre ce matin ce bien joli texte !! merci de nous le faire partager. Quel âge a Pierre ? Qu'en a-t il pensé ?
Avoir un grand père poète c'est merveilleux et si réconfortant les jours sombres...
Merci Jean et peut-être à dimanche prochain au marché de Noël à Saint Molf


Annette Renosi 23/11/2009 16:34


Ainsi , Jean , depuis ton retour de Jordanie en 2002 tu ne manges que dans ta gamelle située rue de Charenton ? à qui veux-tu le faire croire ?


Michel Bindault 23/11/2009 13:30


le meilleur n'est pas toujours ailleurs. Il faut voyager pour le constater. Mais l'esprit de découverte et d'aventure est dans la nature de l'Homme.
Bravo, Jean, pour cette délicieuse fable. Ton petit-fils Pierre a de la chance d'avoir un Bon papa poète !


F.Paris 23/11/2009 07:11


Quelle delicatesse pour ce conteur de serpent à sornette.Bravo jean ,Amitié cordiale. François Paris