Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Le 6 Juin 1944 par Jean-Claude Charmoy

5 Juin 2013 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Jean-Claude, notre ambassadeur mi-parisien et mi-normand a plaisir à nous rappeler cette journée dite : "Le jour le plus long".

Normands ou normands de vacances, n'hésitez pas à contacter Michel Bindault (ambassadeur : Est Nord, normandie) et Jean-Claude pour les rencontres de l'été sur place. Vous avez perdu la liste? envoyez un commentaire ci-dessous et je vous la renvoie sur votre mail perso.

Un week-end en Normandie ! Des vacances en Normandie ! bien agréable ballade et pourtant.... cette région est chargée d'histoire…

C’était, il y a presque 70 ans : En 1944, l’armée allemande occupe la France depuis déjà quatre ans. Les Alliés : les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni,  préparent en secret une opération pour libérer notre pays.

Le 6 juin 1944 : 130 000 soldats et 22000 parachutistes,  américains, canadiens et britanniques débarquent en Normandie.

 Chaque année nous rendons hommage à ces 2500 hommes tués et  9000 autres blessés, pour que vive notre France.

Le 6 juin 1944 : Américains, Britanniques, Canadiens, Polonais, Tchèques ,ainsi que 150 Français du Cdt Kieffer, débarquèrent le matin du 6 Juin sur les plages Normandes, d’Utha, d’Omaha, de Gold, de Juno et de Sword, pour libérer la France.

 6h.30 c’est l’opération Overlord  !!! (Nom de code de la Bataille de Normandie)

Batterie de Merville Allemande Blauckauss de repos

1/ Blochauss de la Batterie de Merville

2/ Blockauss de repos de Francevile-plage

Blockauss Merville pégasus le vrai 1944

3/ Blockauss de repos de Francevile-plage

4/ Pegasus-Bridge (pont de Bénouville) : le nom donné au pont qui enjambe le canal de Caen à la mer sur la commune de Bénouville.

 Mais pour que se soit une réussite, dans la nuit du 5 entre 22h et 6h.15  trois opérations aéroportées secrètes sont lancées l’une à 0h.10 sur Sainte Mère l’église (pour la préparation du port d’Arromanches, l’autre sur Pegasus-Bridge à 0h13, le pont qu’il faut tenir pour acheminer les différents ravitaillements, et l’autre sur la Batterie de Merville 0h15 qu’il fallait « Neutraliser » pour ne pas détruire les Bateaux en mer. 6h.18 Mission accomplie.

 Bunker Hilmann Juno

1/ Blockauss de commandement de la toute la côte ouest (de Ouistreham à St Mére l'église)

2/ Blockauss de la plage de Juno pris d'assaut le 6 juin 44 à 6h.30

Ohama-Beach

3/ Hommage aux troupes sur la plage d'Oahama-Beach

 4/ Prise d'assaut de la fameuse "Point du Hoc !!!

Pointe du Hoc

 Arromanches-Port

1/2-  reste du Port artificiel d'Arromanches

Port d'Arromanche

- 3/ L'église de Sainte Mère l'eglise et son para de la 101ème airborne qui fit le mort !!! après avoir reçu une rafale de mitrailleuse !!!

Sainte Mère l'église

 Souvenons-nous !!!

 Merci, Jean-Claude de ta fidèle participation.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

costenberg sylvie 08/06/2013 16:56

souvenirs, souvenirs chacun de nous gardons au fond de nous bien des souvenirs de moments difficiles qui parfois se brouillent en fonction de l'âge que nous avions mais il est vrai que le bruit de
ces avions rasant nos maisons, et les pertes qui s'en suivaient restent des moments que nous n' oublierons jamais merci de nous faire revivre tout cela

J;de Nerville 07/06/2013 08:30

Le 6 juin 1944 : mon baptême du feu.

Ce matin là nous étions dans le train pour gagner Angoulême et le lieu de nos vacances où nous attendaient du beurre, du lait, des œufs et du pain, toutes choses dont nous avions été privés pendant
de longs mois à Paris.

Premier mitraillage en passant la gare de triage de Trappe :spectacle gigantesque de grosses locomotives à vapeur entassées les unes sur les autres.
Nous stationnons dans cet endroit peu fréquentable en attendant une autre loco, la nôtre étant criblé de balles.

Deuxième mitraillage en rase campagne avant Orléans. A nouveau changement de locomotive puis un dernier avant Blois qui décide mon père de chercher à faire la suite par la route.

Nous allions aller de village en village, de ferme en ferme nos valises à la main à la recherche de camionnettes (nous étions 8 !)couchant dans des hôtels crasseux ou chez des fermiers
accueillants.

Nous avons traversé des maquis, croisé des colonnes de soldats allemands et abandonné peu à peu nos bagages pour alléger la charge des camionnettes à gazogène.

7 jours après notre départ matinal de Paris nous sommes enfin arrivés à notre petit paradis de vacances où j'ai passé les plus belles vacances de mon enfance.

M.F. LELONGT 07/06/2013 00:40

Oui, c'est un souvenir triste, il a fallu en passer par là :
3 cousins germains tués dans les bombardements de Lisieux, dont 2 qui s'étaient mariés en février 1944....comme j'étais à Caen depuis le mariage, j'ai encore en tête le bruit des bombardements
(avant les avions que l'on entend au loin, qui se rapprochent, qui lâchent leurs bombes et le bruit qui s'éloigne) le tout accompagné par les tirs de la marine qui débutaient le matin et qui
duraient toute la journée sans discontinuer. Heureusement il faisait beau mais je me demande toujours pourquoi une telle pluie de bombes alors que les troupes allemandes ne pouvaient pas, les
premiers jours, résister à la marée d'alliés débarquée sur les plages.Je me souviens des paroles de mon grand-père à 8h.1/2 le 6 juin: les alliés sont à Bayeux, ils seront ici à midi !!! pour les
pauvres survivants restés dans Caen, ils ont dû attendre 1 MOIS ! et dans quelles conditions...
Marie-Françoise

BENADINER 06/06/2013 16:20

Bravo jean claude pour ce rappel historique Amitiés Philippe Benadiner