Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Le Marché aux fleurs par Antoine Eminian

9 Juin 2012 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end

 C'est avec plaisir que nous retrouvons Antoine sur un sujet passionnant qu'est le marché aux fleurs dans l'Ile de la Cité. C'est avec joie que Parisiens ou provinciaux nous savourons les lignes de cette description du Paris Magique. Merci Antoine.

Si je m’épanouis sur mes terres des Yvelines, je goûte volontiers un retour aux sources en retournant parfois traîner mes guêtres dans la capitale. Instinctivement mes pas retrouvent les vieilles pistes souvent arpentées, les rues mille fois parcourues, des lieux connus de tous même des touristes. Je ne recherche pas particulièrement le Paris secret, pour preuve ma dernière balade qui m’a mené en plein cœur de la ville, là où tout a commencé pour elle, l’Île de la Cité.

Sortie thématique néanmoins, puisque dans la grande métropole je recherchais la nature, flore et faune regroupées.

 

Pour la flore, c’est le Marché aux fleurs qui me l’a donnée. Installé dans l’île depuis 1808, sur ce qu’aujourd’hui on nomme place Louis Lépine (du nom du préfet de la Seine père du fameux concours d’inventions de la foire de Paris), le marché est coincé entre les bâtiments, du Tribunal de Commerce, de la Préfecture de Police et de l’Hôtel-Dieu.

Marche-aux-fleurs 3148

Plusieurs alignements de pavillons aux armatures métalliques couverts de verrières, abritent des marchands de fleurs, plantes et arbustes. Végétaux en pots, bouquets ou graines, du banal géranium aux orchidées en passant par les plantes carnivores. Sur une surface somme toute assez réduite, s’ajoute un bric-à-brac façon marché aux puces d’accessoires de décoration pour le jardin et de souvenirs pour touristes.

Marche-aux-fleurs 3149

Entre les parisiens venus dénicher une plante pour leur balcon, les touristes l’appareil photo en main et les simples badauds comme moi aujourd’hui, les allées étroites peinent à accueillir les visiteurs qui trouvent pourtant ici, une sorte de calme ombré et frais, oasis de sérénité dans l’épuisante ville. C’est ici aussi que plusieurs fois durant mes années BHV, je suis venu chercher le sapin qui décorait notre bureau durant la période de Noël.

  Marche-aux-fleurs 3155

Le dimanche, les fleurs accueillent les oiseaux ; le Marché aux fleurs devenant aussi Marché aux oiseaux. Dans des cages de toutes sortes, en bois à l’ancienne ou en métal forgé, plumages multicolores et ramages divers enrichissent le secteur qui devient un réel petit bout de paradis, peuplé d’oiseaux rares ou communs.

Le promeneur ne négligera pas pour autant de remarquer une fontaine Wallace, ce point d’eau potable public en fonte dont on trouve aussi des exemplaires dans plusieurs villes dans le monde, mais c’est à Paris qu’elles furent implantées en premier et qu’on en trouve le plus grand nombre.

Marche-aux-fleurs 3162

Dessinée par Charles-Auguste Lebourg, elles tiennent leur nom du philanthrope britannique Richard Wallace qui finança leur édification. Elles sont reconnues dans le monde entier comme un des symboles de Paris.

Autre trace du Paris de jadis, la bouche du métro « Cité » avec son arche d’autrefois.

Marche-aux-fleurs 3146

J’ai dit que j’étais venu pour la flore et la faune. Pour les animaux, il suffit de passer le pont, comme chantait Brassens, et de la place du Châtelet remonter la rue qui surplombe la Seine en direction du Louvres. Les animaleries succèdent aux animaleries, échoppes plus ou moins grandes et plus ou moins bien tenues. Dès qu’on en franchi le seuil, une bouffée de chaleur et des odeurs acides comme des sueurs nauséabondes vous agressent les narines.

Marche-aux-fleurs 3165

Dans des cages ou des aquariums des animaux divers attendent. Des chats et des chiens, vautrés dans la paille comme résignés à leur sort, ou bien affalés contre les grilles de leurs prisons cherchent à vous retenir par leurs mines ou leurs cris. Des cochons d’Inde indifférents tournent en rond tandis que des souriceaux font une masse rosâtre et grouillante dans un coin. Les oiseaux s’égosillent dans leurs volières, les serpents immobiles semblent figés dans les vivariums et seuls les poissons exotiques sont une touche de couleur gaie et silencieuse dans ces officines de traite animale qui sent la mort. Il n’y a que l’innocence des enfants pour s’émerveiller devant les vitrines, chiots et chatons leurs font envie, les reptiles attirent et repoussent tout à la fois en un délicieux tourment. 

Mais il est déjà l’heure de rentrer, la marche est encore longue jusqu’à la gare Saint-Lazare et les occasions de s’arrêter en chemin nombreuses, de la pyramide dans la cour du Louvres, aux jardins du Palais-Royal en passant par l’avenue de l’Opéra où les dorures restaurées de l’académie de musique luisent au soleil comme le trésor de l’Inca, sans oublier les Grands Magasins du boulevard Haussmann et enfin, last but not least, le chocolatier de Bayonne où je ne manque jamais de passer acheter une bouchée, que je savourerai tranquillement dans le wagon du train du retour.   

 Bientôt nous retrouverons les voyages de Sylvie Costenberg. Je fais un appel, à vous lecteurs de ce blog, anciens collègues BHV,  soyez sympas! envoyez moi un article sur une passion, votre job, un lieu charmant! (sur mon mail personnel,) avant de manquer d'articles! Merci de votre aide. CD.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

M.F. LELONGT 07/07/2012 21:28

Bien agréables ces voyages "parisiens" ou outre-atlantique, sans se déplacer, les informations viennent à vous.
Pour ma part, je ne suis pas allée si loin, encore que, à 70 km. de chez moi ! soirée à l'Opéra Garnier pour voir le ballet "La fille mal gardée".
Ce ballet a été crée à la fin du 18ème siècle et peu joué depuis, c'était la 37ème représentation !
L'histoire : en été au moment des moissons, une jeune fille aime un garçon.... naturellement la "mère" n'est pas d'accord, et a prévu un autre prétendant, sa famille est riche, mais le garçon un
peu bénét..., la jeune fille ne veut rien entendre et l'amoureux ne veut pas être éconduit par la "mère"...il passe par la fenêtre etc....mais tout fini par s'arranger, la "mère" danse en sabots
avec 4 danseuses aussi en sabots, tout est prétexte pour des ballets.
C'était charment, frais, sans prétention mais très bien réglé, le corps de ballet et les protagonistes bien mis en valeur.
Une très bonne soirée en définitive car je ne savais pas du tout ce que j'allais voir !
Prochaine sortie : les contes d'Hoffmann, mais après les vacances.