Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Livre : Mes ports d’attache de Louis Nucéra

8 Janvier 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

 Un peu de retard en ce début d'année, mais les 536 membres du rezo-bazar devaient recevoir  nos voeux, le bulletin et la nouvelle liste par courrier... étaient la priorité!...

En ce début 2011, recevez les voeux les meilleurs de tous nos ambassadeurs; en fins gourmets, nous vous offrons la recette du gateau 2011 et vous laissons le soin d'y apporter la cerise!           Ingrédients :

- 1 louche de joies et de rires,

- 1 cuillère de santé,

- 1 zeste d'humour,

- 1 pincée de tendresse,

mélangez le tout avec un peu de bonne humeur et appréciez!...

Heureusement notre critique littéraire  :Antoine Eminian, vient régulièrement animer ce blog et il nous parle ici d'un livre "attachant"!... Je crois que vous allez le commander très vite chez votre libraire!....

Louis Nucéra : Mes ports d’attache

Ports d'attache

 

Louis Nucéra est né le 17 juillet 1928 à Nice et mort le 9 août 2000 à Carros. Ecrivain français, il reçoit le Prix Interallié en 1981 et le Grand Prix de Littérature de l'Académie Française en 1993 pour l’ensemble de son œuvre. Après avoir pratiqué différents métiers tels que employé de banque, journaliste, attaché de presse dans une maison de disques (Philips), directeur littéraire chez Lattès, il se consacre enfin à l’écriture et publie son premier roman L’obstiné en 1970. Mes ports d’attache date de 1994. Passionné de vélo, on en trouve de multiples traces dans son œuvre, c’est cette passion qui le tuera, fauché par un chauffard.

Je ressors de la lecture de ce livre subjugué, ce roman n’est pas un vulgaire bouquin, il dépasse complètement ce concept, en fait c’est un trésor, le genre d’objet qu’on voudrait garder à ses côtés perpétuellement pour pouvoir s’y ressourcer à loisir, y puiser des forces pour vivre, s’y alimenter comme le prêtre étaie sa foi en lisant et relisant son missel. L’expression consacrée serait d’écrire qu’il restera l’un de mes livres de chevet.

NucéraQuand Nucéra parle de ses ports d’attache, il évoque les amitiés qu’il a entretenues durant toute sa vie avec d’illustres inconnus tout autant qu’avec des écrivains, des poètes ou des chanteurs qui étaient l’un et l’autre. Tous amoureux de la langue française et portant aux nues des valeurs fortes comme l’amitié. Chaque page de ce livre sue l’amour du prochain et ces serments « à la vie à la mort » qu’on ne dit pas mais qui n’en ont que plus de valeur.

Quel diable d’homme que ce Louis Nucéra ! Quel parcours ! Grand ami de Joseph Kessel, il croisera les vies de Jean Cocteau, Cioran, Henry Miller, Romain Gary, André Hardellet entre mille autres. Nous sommes à ses côtés quand il raconte des dîners avec René Fallet, Antoine Blondin, Alphonse Boudard et Georges Brassens ; on respire l’odeur des cuisines familiales et l’on entend le bruit des bouteilles de vin qu’on débouche, mêlé aux conversations qui dureront jusqu’à pas d’heure. Ce Georges Brassens auquel il consacre de très longues pages passionnantes et émouvantes. Louis Nucéra dévoile des moments d’intimité avec tous ces illustres, comme des secrets qu’on ne révèle qu’à ses amis, nous ses lecteurs. Le livre est une longue litanie d’hommes aussi grands par le talent que par leur modestie.

Ecrit avec beaucoup d’élégance et de style, le livre regorge de citations qui sont autant de renvois à des hommes ou des œuvres qu’on a envie de mieux connaître, donc autant d’autres livres qu’il me faudra aborder un jour ou l’autre. Un bijou. « Lire est un artisanat. Il tombe en désuétude » constatait Cocteau, alors si vous ne devez lire qu’un seul livre dans les mois à venir, lisez celui-ci.

  « Les choses ont bigrement changé depuis les années où ma mère me tenait la main pour traverser l’avenue des Diables-Bleus. L’homme s’est promené sur la lune. Il greffe des cœurs, des hanches. Il s’expose au sida quand naguère quelques gonocoques se chargeaient d’effaroucher. On étale dans des livres ou sur des écrans ce que l’on osait confier à un calepin intime. On fait de la laideur et de la grossièreté des buts. On conchie la langue française. Moi aussi j’ai changé. Mes journées me paraissent galoper de plus en plus vite. Le regard des filles ne me prodigue plus aucune promesse. Je conçois que, sans hypocrisie, le monde ne serait plus vivable. Que voulez-vous ! Le coup de poing a quitté ma panoplie d’arguments. Les temps de l’école communale sont bien révolus. »

 

Louis Nucéra  Mes ports d’attache  Les Cahiers Rouges  

 

Bravo pour cet article et merci Antoine! 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-France 10/01/2011 10:11


Oups !

AcheteR et non é ! o;)


Marie-France 10/01/2011 10:08


Coucou Antoine et bonne année sans oublier Annette.
Une envie de lire ce livre que je vais acheté pendant ma pose déjeuner.
Bien amicalement


ph BENADINER 09/01/2011 13:04


Très bonne idée , que de recommander un livre appréciépar son lecteur , nous devrions ouvrir une rubrique chaque semaine , une recommandation ouvert a tous . Personnellement lisez de Claude
Lanzmann , Le lIÉVRE DE PANTAGONIE ;on suit les aventures de l'auteur comme on lirait un roman de London , Kessel, Hemingway Un livre porté comme SHOAH , par le jaillissement de la vie. philippe
Benadiner