Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Mémoires du BHV : La mécanographie par Michel Massun.

23 Février 2012 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

L’informatique, toujours l’informatique mais qui connaît son aïeule « la mécanographie ».

Remontons à 1955. A cette date le BHV, toujours à la pointe du progrès, décide de s’équiper de machines « électro comptable », auprès de la compagnie des machines BULL, machines utilisant des cartes perforées.

Le service employait un technicien BULL (M Herckel) deux opérateurs (M meunier-

Rivière et moi-même Michel Massun) et 4 opératrices chargées de perforer les cartes et de les vérifier.

Le matériel était composé de perforatrices, vérificatrices, d’une trieuse, d’une calculatrice, d’une interclasseuse et d’une tabulatrice pour les éditions maintenant appelée « imprimante » associée à un bloc de perforation pour de nouvelles cartes perforées (photo n° 1, au fond M. Meunier Rivière sur la trieuse, un technicien d‘entretien BULL sur la calculatrice, au premier plan Me Tessier et une interclasseuse).

Service Mécano 2 blog

Une anecdote : Mon collègue Meunier-Rivière sur la trieuse a eu sa cravate happée par la machine, pour le dégager nous avons utilisé la manière de PATACHOU, les ciseaux.

La carte à perforer était constituée de 80 colonnes.

Chaque colonne était numérotée de 9 à 0 plus 2 codes de fonction.

Pour les chiffres il n’y avait pas de problème, 0 à 9, mais pour obtenir des lettres il fallait associer deux perforations.

Exemples : (7 et un code de fonction = A) (7 et 0 = B) (7 et 1 = C) etc. (7 et 6 = H) (8 et un code de fonction = J) etc. (8 et 6 = R) (9 et un code fonction = S) etc. jusqu’à

9 et 6 = Z.

Le principe de lecture de la carte était simple. Le matériel était équipé d’une case pour le chargement des cartes, d’une piste de lecture avec des galets d’entrainement et d‘une case de réception. La carte passait entre un galet alimenté par du courant et une rangée de 80 balais; 1 impulsion correspondait à un chiffre, deux impulsions correspondaient à une lettre.

Carte mécano2 Blog

Pour le fonctionnement des machines nous avions pour chaque travail,  un tableau de connexion (l’équivalant aujourd‘hui d’un programme) qui représentait toutes ses fonctions, lecture de la carte, niveaux de contrôle, niveaux de calcul (sous-total, total et cumul), zone d’édition pour la tabulatrice. Pour relier ces différentes fonctions entre elles nous utilisions des fiches de connexion de différentes couleurs et de longueurs, 10cm, 20cm, 30cm, 40 et 50 cm; certains tableaux étaient de véritables écheveaux.

Notre premier travail mécanographique a été le Chiffre d’affaires du magasin. Dans un premier temps il a fallu codifier le magasin : le groupe, le rayon et le sous-rayon puis modifier les feuilles de guelte (individuelle, générale et démonstration). Ensuite créer les états du chiffre d’affaires.

Petite anecdote : je me souviens de l’édition du premier chiffre d’affaires devant Mrs Lillaz, Guillemin, Boulot et bien d’autres qui s’extasiaient sur la rapidité de l’édition :  150 LIGNES MINUTES.

Notre deuxième travail a consisté à enregistrer les factures des fournisseurs. Il a fallu codifier tous les fournisseurs (code du comptable, code et raison sociale du fournisseur, et conditions de paiement), ensuite saisir les factures au jour le jour pour éditer le journal des factures.

Petite anecdote : un comptable ne faisait pas confiance à la machine, il refaisait de tête toutes les additions pour ensuite ne pas trouver d‘erreur. Ce n’est qu’au bout d’un certain temps qu’il nous a fait confiance.

Ensuite tout s’est enchaîné très vite, fin des années 1950 et début des années 1960 : augmentation du personnel et du matériel demandant un changement de local, 3 trieuses, 3 tabulatrices, 2 interclasseuses, une unité supplémentaire de calcul

Service Mécano Blog


(photo n° 2, je suis à gauche et devant Me TESSIER), 1 reproductrice et plusieurs perforatrices et vérificatrices.

Nouveaux traitements, paye du personnel, paiements des fournisseurs, comptabilité générale, inventaire etc. Une nouveauté, la bande perforée qui devait se substituer aux cartes perforées mais rapidement abandonnée par manque de fiabilité.

 Nous étions en avance sur cette période !.... que de chemin parcouru…jusqu’à nos jours, demandant constamment une remise en cause de notre savoir-faire.

Nous étions une équipe forte au service du magasin et il y régnait un climat serein.

 Merci Michel pour cet effort de mémoire, les plus jeunes sont loin d’imaginer l’Informatique BHV, comme cela à ses débuts!  

On adore le record de 150 lignes à la minute !

Mais qui nous répondra sur les possibilités d'impression d’aujourd’hui ? 1200 à 1500 lignes ?Merci d’avance.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Annette Renosi 26/02/2012 15:52

Tu ravives mes souvenirs Michel. Je suis arrivée dans le service informatique fin 1970 et les choses n'avaient pas vraiment évolué : on perforait toujours les cartes manuellement , une carte par
ligne de programme. Une fois par jour ces paquets de cartes était descendus par nos soins à la salle ordinateur sur un charriot. Malheur à celui qui manquait la petite marche : les paquets d'au
moins une centaine de cartes se retrouvaient par terre , il fallait alors les reclasser à la main.

Costenberg sylviane /scellos 25/02/2012 17:30

Merci de nous faire revivre ces moments si particuliers qui peuvent paraitre d'un autre monde. Nous avons profité d'une telle évolution dans toutes les methodes de travail. Ce fut formidable de
pouvoir participer à tout cela. Amitiés

paris françois 24/02/2012 18:43

Arrivé 10ans avant Martine en 1962, je me souviens très bien de ces cartes à remplir pour l'inventaire avec quantité et prix de chaque article. Tout ceci en respectant le plan d'inventaire et les
n° de meubles attribués à chaque vendeur.
Etant dans un rayon à long assortiment, il nous fallait plusieurs jours pour préparer nos cartes. Précieusement gardées, nous les récupérions le jour de l'inventaire pour déposer chaque carte après
comptage sur l'article présent en rayon.
Lorsque les meubles étaient prêts, les chefs de rayons appelaient le service contrôle qui déléguait un contrôleur pour vérification. Puis ramassage des cartes dans l'ordre des N° dans les boites et
nous montions au service informatique pour traitement immédiat.
Et gare à celui à qui il manquait une carte ou qui avait oublié de cocher une case( dans le prix ou quantité).
S’'il manquait une carte à l'un d'entre nous, tout le monde était sur le pont pour rechercher la carte et la remonter au service Mécanographie.
Personne ne pouvait quitter le rayon temps que toutes les cartes n'avaient pas été répertoriées au service mécanographique.
Ce fut la fin des inventaires faits sur listing.
Cela représentait un énorme progrès.
Michel , Merci pour ce souvenir, reçois toute mon amitié . Fr. PARIS

parent martine 24/02/2012 10:04

Bravo , bel effort de mémoire et les photos reflêtent bien l'ambiance de l'époque
je suis arrivée en 1972 mais je me souviens des cartes
Flicitations