Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Mémoires du BHV : Mon premier job, par Alain Dégranges 2/5

30 Janvier 2013 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier


Combien de cadres sont passés par le 3éme étage... Revêtement de sol, Mur, Bâtiment, Peinture...Vendeurs, secrétaires de rayons, ils ont évolué par la promotion intérieure au statut d'encadrement, par leurs compétences et leur savoir-faire. Alain est l'un d'entre eux. 

En 1954 mon premier emploi sera vendeur au sous rayon « Toiles cirées », alors placé 

Dégranges Alain 2011

au 3éme étage entre le revêtement de sol, le bâtiment, et le meuble de cuisine. (Actuellement occupée par une partie du Rayon Ménage). Le rayon Bâtiment était alors dirigé par un homme petit, trapu et costaud : Monsieur Poutier, alors que le revêtement de Sol : (Linos et moquettes) l’était par Monsieur Collignon qui gérait aussi la toile cirée aidé de Monsieur Pérènes.

C’est en vendant de la toile cirée que je rencontre pour la première fois le grand comédien : Jean Marais. C’était pendant l’heure de table et le rayon était peu fréquenté :

jean_marais_.pngJe reconnais Jean Marais au milieu d’une demi-douzaine de jeunes hommes. Il est grand, les épaules larges au milieu de sa cour. Je m’approche et propose mes services à ces messieurs qui regardent les toiles cirées. L’un d’entre eux me dit qu’il cherche un joli nappage pour sa péniche. Je me mets en quatre afin de leurs proposer quelques dessins originaux. A chaque instant Jean Marais s’adresse à sa garde qui me répète ses propos avant de lui répéter ce que je viens de dire à voix haute. Curieux personnage ! Jamais la vedette ne m’a adressé la parole en direct. J’ai tout de même fini par leur vendre 1,30 m de toile cirée et j’attends encore aujourd’hui le simple merci que j’étais en droit d’espérer ! Personne n’est parfait !

En décembre 1955, je pars au service militaire pour 18 mois.

C’est en février 1958 que je retrouve mon rayon et suis affecté au rayon revêtement de sol.

L’acheteur n’est plus le même et c’est Monsieur Foury qui en est l’acheteur, sa secrétaire s’appelle Madame Pierrard. Le Père de Monsieur Foury travaille également au magasin, d’abord à Ivry puis à la réception de la rue du Temple.

Je me souviens encore de ce matin à 9h où,  alors que les clients n’avaient pas encore pénétrés dans le magasin, une annonce forte par la sonorisation générale nous annonce le décès de Monsieur Marchand, Directeur Commercial, l’émotion fut vive.

M-Marchant-Legion-d-honneur.jpgPhoto (1953-1954) de J Delefosse: "Maurice Marchant recevant la légion d'honneur ."

A gauche Georges Lillaz(DG), de dos H Viguier(PDG), Maurice Marchant et son épouse.

Monsieur Clavel le remplacera et quelques années plus tard, il sera remplacé à son tour par Monsieur Gaudin.

Au  Revêtement de sol, on commence à vendre les carreaux de Gerflex et les dalles Nairn.

Après quelques semaines, me voilà affecté à la seule Bergerie du rayon, à la vente des dalles, des colles et accessoires nécessaires à la pose des revêtements. Notre concurrent en ce domaine  est «  la Pointe Rivoli » où je pars souvent en comparaison.

Au bout d’une année, me voici proposé pour suivre le stage de la promotion intérieure.

A suivre.... 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article