Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Quand Cabourg rime avec toujours

9 Septembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end

 

Se préparer un week-end  à Cabourg, en réel ou en rêve

Difficile de classer cet article entre le tourisme, la littérature, la poésie et même la peinture. Antoine Eminian nous fait vivre des instants sublimes. Vous allez adorer ! Surtout prenez le temps de le lire jusqu’au bout….

  Cabourg gd hotel 1

Quand la question du voyage de printemps s’est posée, Cabourg s’est imposée, comme une évidence. Nous n’allons pas faire la visite pas à pas, d’ailleurs il y a si peu à voir ici. Je parle de « voir » dans le sens où l’entend le touriste lambda, pas de monuments incontournables où de lieux dits époustouflants, les cartes postales de la Maison de la Presse en témoignent, le Grand Hôtel et les jardins fleuris devant la porte d’entrée à tambour, la Promenade Marcel Proust le long de la mer, le Casino qui s’appuie sur le Grand Hôtel et c’est tout….

Cabourg gd hotel côté plage

Je vais régulièrement à Cabourg et j’écris qu’il n’y a rien à voir… Justement, c’est exactement ça l’intérêt du séjour ! Une expérience mystique, en plus modeste, comme une retraite laïque dans un monastère, un long arrêt dans un jardin minéral zen tel que ceux que vous trouvez au Japon…

Imaginez que vous êtes à Cabourg : voici le programme de votre journée idéale. Après une bonne nuit au calme – tout est calme ici, c’est même le maître mot – vous allez chez Dupont « avec un thé » prendre un petit-déjeuner complet, chocolat onctueux, viennoiseries et tartines, confitures et jus d’oranges pressées, tout est fait maison et dire que c’est fameux n’est rien dire. Comme vous êtes dans la rue de la Mer, la seule rue commerçante de Cabourg vous en profitez pour flâner devant les boutiques de souvenirs ringards et les restaurants pour vous faire une idée des menus avant de faire votre choix à midi.

Cabourg église

Vous descendez la rue jusqu’à la mairie, ses jardins et l’église (Citant Marcel Proust dans Balbec ouCabourg) - Selon Swann « L’église du XIIème et XIIIème siècle, encore à moitié romane, est peut-être le plus curieux échantillon du gothique normand, et si singulière ! On dirait de l’art persan. » - sur un trottoir ; Et vous la remontez en sens inverse jusqu’au Grand Hôtel par l’autre trottoir.

Cabourg maison 1 Cabourg maison 2

Ici une pause, pour admirer les belles demeures à colombages qui ceinturent la place et l’hôtel lui-même, d’un blanc immaculé. D’un pas hardi vous y entrez, un œil désabusé sur les salons aux baies vitrées immenses donnant sur la mer puis vous ressortez par l’autre côté, directement sur la Promenade Marcel Proust.

Cabourg maison 3 Cabourg maison 4

La mer s’étale sous vos yeux éblouis par le soleil, le port de lunettes est recommandé. Si vous empruntez la Promenade par la droite, vos pas vous mèneront vers l’estuaire de la Dives ; la Promenade Proust s’arrête là mais vous pouvez continuez dans les dunes jusqu’à la pointe de Cabourg et la Dives, au-delà c’est Houlgate.

Cabourg dunes 1 Cabourg dunes 2

Inversement, si vous aviez décidé de partir à bâbord, en sortant du Grand Hôtel, la Promenade est plus longue et s’achève abruptement. Au loin Ouistreham et certainement à quai, un monstrueux navire blanc, le car-ferry pour l’Angleterre qui attend la marée haute pour s’éloigner de la côte. Il est alors bien temps de retourner en ville.

Cabourg promenade

Je vous conseille pour ceux qui aiment, le Casino ouvert toute l’année et l’hippodrome en saison.

Chaque jour ce même rituel se répétera plus ou moins, mais chaque jour inévitablement vous arpenterez la Promenade Proust, car Cabourg c’est cela, le bord de la plage et les longues marches aller et retour qu’on y fait à longueur de journées.

Les yeux rivés sur l’étendue à trois bandes, le sable, la mer et le ciel. Selon les heures la largeur des bandes, évolue, selon les heures les éléments se mêlent et s’emmêlent en une fresque impressionniste faite de nuances de bleus, de verts et de gris doux.

Parfois il m’est difficile de distinguer la ligne d’horizon, confondant un nuage avec la côte ou m’étonnant de percevoir une voile dans ce qui me paraissait le ciel. Le spectacle ne s’interrompt jamais et comme de nombreux bancs sont semés sur la Promenade, vous vous asseyez de l’un à l’autre, le temps de vous rassasier de cette vue,  pensiez-vous avant de reprendre votre marche ; Mais bien vite, vous succombez : une forme nuageuse, un dégradé de couleurs sur la mer étale, un navire qui passe au large, un rien qui attire votre regard et à nouveau, une pause.

Une longue plage de sable quasiment déserte de monde, une mer toujours calme quand je suis de passage au printemps. Les vagues modestes s’échouent langoureusement sur le sable. Mêmes les mouettes ne se font pas nombreuses et restent discrètes, quelques groupes à marée basse qui picorent à la lisière de l’eau et de la terre. L’oiseau marin ne vit pas à Cabourg, il y passe. Un peu comme la majorité de ses habitants semblerait-il quand je constate la quantité impressionnante de logements ou maisons fermés. Parfois des immeubles entiers paraissent inhabités ! Pour en revenir aux oiseaux, vous verrez quelques mouettes et aussi des cormorans près de l’estuaire de la Dives où le limon et le flux marin sont plus propices à leur alimentation. Les seuls volatiles réellement en grand nombre, ce sont les merles et les moineaux auxquels j’ajouterai quelques pies et tourterelles...

Sur la plage, toujours aux époques de printemps, quelques inconditionnels du bronzage, des enfants en bas âge qui barbotent dans les flaques sous le regard des parents attendris, mais jamais de baigneurs, l’eau étant trop froide. A marée basse, les pêcheurs de crevettes s’activent dans les vagues, poussant leur filet comme les techniciennes de surface leur balai-éponge. De la Promenade, assis sur les bancs, nous les contemplons d’un œil amusé, tandis que de l’autre nous lorgnons un couple de jeunes amoureux accotés à la rambarde de pierre.

Le plus souvent pourtant, le paysage seul suffit à mon bonheur simple ! Couleurs changeantes de l’eau et du ciel, alternance de plein soleil et de nuages blancs créant des ombres mystérieuses sur les flots, curiosité éveillée par une voile ou un petit bateau qui passe à l’horizon. Une douce brise agite les drapeaux en haut de leurs mâts plantés sur la Promenade, juste assez forte pour que l’effet esthétique soit parfait.

Cabourg ChevalMais ce que j’attends avec impatience, c’est la sortie du matin le long de la plage avec l’espoir de voir des chevaux courir sur la grève. Ils entrent sur la plage par l’extrémité de la Promenade Marcel Proust – vers Ouistreham – le plus souvent des chevaux attelés d’un sulky, mais parfois simplement montés d’un cavalier, pour de longues chevauchées sur le sable humide et dur de la plage ou bien dans les premières vagues pour se muscler les jambes. Le spectacle est magnifique, les bêtes sont superbes lancées dans un trot régulier sans excès de vitesse. Tout le monde les regarde passer, comme on ne peut s’empêcher d’admirer une Ferrari qui circule en ville même quand on n’est pas connaisseur.

La beauté pure n’a que faire des mots ou des appréciations : Elle est, c’est tout.

Plusieurs allers-retours sur la plage et les purs sangs rejoindront leurs écuries, sans un regard sur nous, la piétaille des badauds admiratifs.

Les heures s’égrènent  et les vacances se terminent sans qu’on sache très bien ce qui s’est passé durant ce séjour dans la quatrième dimension. Un matin, on se réveille, il faut faire ses valises et partir… C’est dans l’ordre des choses ! Mais Cabourg rimant avec toujours, on sait qu’on y reviendra un jour. 

 

Merci Antoine pour ce week-end  à Cabourg, l'analyse du paysage est si belle que nous ressentons les couleurs... Une fresque se projette dans notre esprit et nous sentons presque l'air marin! Bravo! 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fargier 17/09/2011 12:00


Se souvenir des belles choses,le temps d'un beau rêve,merci.