Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Jacques Bouloc : Ruée sur l’or en Guyane Française 2/3

21 Février 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages

 

Suite de cette frissonnante aventure pour certains  ou extraordinaire et à faire ... pour les "routards" en bonne santé. Nous rappelons que Jacques cherche une personne de confiance pour retourner en Guyane, conditions en bas de l’article.

  «  L’étendue à exploiter est dénudée en totalité. L’extraction de la terre est réalisée à l’aide de tuyaux de 180mm, projetant une masse d’eau décapant le sol. Cette boue suit un cheminement pour être aspirée et déversée sur une trémie sur laquelle est fixé un tapis piégeant toute masse d’or, de la paillette à la pépite.

JB 01 

   Un garimpeiro lavant la terre à l’aide d’une puissante lance.

Cette boue sera acheminée sur un tapis piégeant l’or.

  La puissance du jet est telle que le garimpeiro est constamment en déséquilibre précaire à  maintenir le jet sur la surface à décaper. Son travail est de 12 heures, l’amplitude horaire étant nulle sous l’équateur, nuit et jour étant à peu près équitables. Le travail cesse dès la nuit et le site est gardé. Tous les 8 jours, la levée s’effectue et la récupération de l’or se fait avec minutie, en y prélevant en moyenne 1 kg d’or. 

  JB 02

Jacques à l'oeuvre. il faut creuser 2 tonnes de terre par jour pour récupérer 7 à 8 grammes d’or.

Tout se paye en or. Toutes les transactions se réalisent en poudre d’or, en paillettes, en pépites ou amalgame (or impur dont il faudra éliminer les résidus de roche et mercure par électrisation de la chaleur à l’aide d’un chalumeau.)  

Tout y est hors de prix. Le café : 1 gramme d’or les 250 g ; le riz : 0,4g le kg ; les 10 œufs : 1gramme

Le gibier : 1 g le kg = pécari, tatou, singe, hocco, agamis, toucan, caïman. Le tapir, quant à lui, n’est apprécié que par les Guyans Le gibier, protégé ou pas, il n’y a pas de règle pour survivre. Il est chassé surtout la nuit ou il est plus facile à localiser avec la lampe frontale

  Plus à l’écart, un carbet avec joaillier transforme l’or brut en bijouterie fine.  Tout y est fabriqué à la main : bagues, chaines, colliers, à des prix défiant toute concurrence.

  Plus loin, toujours plus loin, c’est le même scénario : des trous béants, des arbres abattus et une profondeur avoisinant les 3 m.

Les clandestins venant d’arriver sont reconnaissables aux plaies diverses : piqûres d’insectes, malaria et autre fièvre. Ils ont parcourus 200 voire 300 km à travers le Brésil et la Guyane dans des conditions extrêmes, dans une souffrance quotidienne. Ne les appelle-t-on pas « les chiens de la jungle »

  JB 08

 Mon carbet et un deuxième en construction.

Le village est constitué d’une vingtaine de carbets (maisons en bois sur pilotis). Il regroupe  les principaux chercheurs d’or dans quelques carbets et des vendeurs de produits alimentaires acheminés par pirogue, dans les autres carbets.

Tout le matériels lourd, moteur 400 kg est transporté en partie par pirogue, ensuite par porteurs à l’aide de perches jusqu’au site a travers l’encombrante végétation.

Les tribus du fleuve, Boni, Saramaka, Djouka sont les plus expérimentées pour mener à bien ce convoyage périlleux.

A suivre

 Jacques va retourner là-bas en septembre, il cherche un membre du réseau ou un ami de confiance présenté, pour 2 mois : septembre et octobre. Qualité requise obligatoire : avoir l’esprit aventurier.

« Recherche compagnon ou compagne pour vivre 2 mois en Amazonie. Le carbet est gratuit (construction amérindienne sur Pilotis). Prévoir un billet d’avion seulement. Je garantis la nourriture : chasse et pêche. L’or étant au plus haut, une grande partie des frais sera récupérée par la vente de celui-ci.  Attention vaccination indispensable et anti-paludisme »

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ph BENADINER 23/02/2011 10:07


Bonjour Mister Jack

Si vraiment tu trouves un homme ou une femme dans notre rezeau BHV
tu me le fais savoir , a mon avis vu les descriptions de tes récits cela m'étonnerait fort ou alors c"est moi qui suis fou Bon courage Philippe Benadiner