Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Questions pour un champion ! soulac...suite

23 Février 2011 Publié dans #France 4 Sud-Ouest

Reprise de l'article au complet. 

Quel est le plus vaste estuaire d’Europe ?

Quel est le plus grand département en France ?

Quelle est la presqu’île où l’esprit  se traduit par Océan, Estuaire et Terre ?

Quel est le plus beau phare du monde ?

Quelle est la plus ancienne station balnéaire de cette presqu’île ?

 

Si vous avez répondu : Gironde (2 fois) :
10 000 km² et estuaire de 70 km de long sur 12 km de large  au plus large),
le Médoc, le phare de Cordouan et Soulac, vous avez gagné !

Pour les autres, il est grand temps de découvrir cette merveilleuse région !...

 

Après la côte d’Azur et la côte d’Emeraude, lors de cette Belle Epoque, naîtra la Côte d’Argent, (début 1900, le tourisme et l’automobile se développent. L’Aquitaine, région immense comprend 5 départements dont 3 donnent sur la façade Atlantique : La Gironde, les Landes, et les Pyrénées Atlantiques

De la pointe de l’estuaire à Biarritz en passant par Arcachon : 220km d’étendue de plages de sable blanc, fouettées par la vigueur océane, de dunes de lacs naturels : Hourtin, Carcans, dans un paysage bucolique au milieu de ces immenses forêts.

J’y ai rencontré des gascons maritimes heureux car ces hommes pratiquent un art de vivre insulaire, amoureux de la nature ; Ils se plaisent à conserver ce patrimoine exceptionnel  à caractère sauvage où se côtoient mille et un paysages. Ils sont comme autrefois chasseurs, pêcheurs(bateaux ou carrelets sur la Gironde) et cueilleurs. Notre préférence se porte donc sur cette pointe du Médoc et en particulier Soulac et ses environs.

 

Soulac, est située au bout du monde,  sur la presqu’île Médocaine, blottie entre l’océan atlantique et l’estuaire de la Gironde. Ici, la nature a su conservé ses droits : la plage et ses senteurs océanes, les sentiers pédestres et ses parfums des pins, sa faune, et sa flore…

Soulac seule véritable ville littorale du Médoc dont l’étymologie viendrait du latin in « médio aquae », (au milieu des eaux), est la plus ancienne station balnéaire de la presqu’île du Médoc. Soulac viendrait du latin «  solus, » : « seule », sans doute parce que, longtemps, elle  fut perdue tout là-haut, à la pointe du Médoc…

Soulac et ses environs

1-L’histoire : Au 14ème siècle le port et la paroisse étaient très fréquentés : Capitaines, Rois ou pèlerins anglais y débarquaient pour rejoindre Bordeaux ou le chemin de St Jacques de Compostelle.

C’est en 1874, que la ville de Soulac, située à 90 km au nord de Bordeaux, bien visitée  grâce aux chemins de fer du Médoc, devient Soulac sur Mer au lieu de Soulac les Bains. C’est alors, la plage la plus renommée de la côte d’Argent Nord.

 Grâce au développement du Tourisme et aux congés payés, au début du 20ème siècle, alors que la mode des bains prenait place dans ce coin du Médoc, les voyageurs, touristes et pèlerins découvraient la renaissance de Soulac, sa plage et sa villégiature.

Encouragée dès son origine par la prescription médicale, l’historien Michelet attribuait à la mer des effets bénéfiques revigorants sur les organismes fragiles et déprimés et toniques sur les organismes sains, lors des «  bains à lames ».

Soulac vit de son histoire, ce n’est pas une station balnéaire sans âme.

Ses trésors se révèlent : Sa basilique N.D de la fin des terres : pureté de l’art Roman du 12 ème siècle et haut lieu de pèlerinage, ses villas néocoloniales, édifiées d’une maçonnerie mixte : briques rouges et pierres taillées, aux avant-toits sculptés  comportent des pignons et des tourelles ou sont coiffées de superbes marquises


 







2-L’estuaire- La Gironde révèle des poissons surprenants et très recherchés : la pibale, la lamproie et l’alose.

La luminosité, même par temps gris sur la Gironde est extraordinaire à la pointe du Médoc ; Le sol sableux recouvert d’une immense forêt de pins maritimes, est prolongé par des milliers d’hectares de prairie et de mattes (polders), refuge de milliers d’oiseaux qui abritent :

- grives et colombidés,

-des oiseaux sauvages, des canards : colverts, sarcelles, hérons et huppes fasciées, oies, petits et grands échassiers migrateurs

- des grenouilles rousses, agiles, rainettes vertes et crapauds communs ou des joncs, chantent  par milliers les nuits de printemps,

- plus loin des chevaux dans un paysage de steppes.

C’est notre Camargue Girondine.

- Enfin, vous arriverez dans les vignobles pour apprécier les plus grands crus Bordelais.

Le gastronome découvre l’univers gourmand de la cuisine médocaine : de la crevette blanche à la lamproie, de l’agneau de Pauillac à l’entrecôte grillée aux sarments… Passant de la table à la vigne, il déguste « des yeux ! »...les grands crus, du Médoc, Haut Médoc, St Estéphe, Pauillac, St Julien, Moulis, Margaux…

 

3-La mer : Soulac possède une magnifique plage de 7 km de sable fin, baignée par une eau vivifiante avec ses belles vagues qui peut atteindre 22 à 23° l’été.

  « El arena rediviva surgit » : elle surgit des sables et revit, telle est la devise de cette ville dont l’extraordinaire histoire est marquée par la lutte incessante, contre la mer ou l’ensablement, par ses habitants.

La mer continue toujours son travail d’érosion du littoral. Toutes les belles plages d’Aquitaine doivent investir dans la défense. De 1840 à aujourd’hui, la défense de la dune a été mise en place. On construit des brises lames,  des épis, une grande digue de protection en maçonnerie nous assurant une belle promenade sur l'esplanade, telles les grandes plages françaises du Touquet, Berck, la Baule, ou st Jean de Luz.

 

4- Le climat- Si la côte Aquitaine s’inscrit dans la zone du climat océanique par excellence, c’est  la pointe du Médoc, comme nos voisins Charentais de Royan qui reçoit le plus grand nombre d’heures d’ensoleillement de l’Atlantique sur une année.

 

5- La dernière guerre- Bien sûr, on retrouvera les traces du mur de l’Atlantique édifié par l’armée allemande d’occupation (1941-1944), particulièrement à l’entrée de l’estuaire : vous y verrez de nombreux blockhaus au  Verdon et à Soulac. (Les allemands s’y installèrent en juin 1940 et Soulac fut libéré en avril 45).

 

6- Phares- Amoureux des phares :
 vous trouverez le plus ancien phare de France à l’embouchure de la Gironde : Cordouan (63m).








Il est considéré comme le plus beau du monde: Sa construction en pierre de Saintonge ne fut terminée qu’en 1611, l’intérieur est aussi beau que l’extérieur : 301 marches, 7 étages, la salle du roi, la Chapelle, etc. mais l’Aquitaine vous fera découvrir d’autres phares plaisants à regarder : Cap-Ferret (52m), Contis (38 m) et enfin Biarritz (44m).


 
7- La basilique et le culte de Sainte véronique.  

L’église : Notre –Dame de la fin des Terres (11éme au 14éme siècle) fut ensevelie par les sables, puis  en partie dégagée. Elle deviendra basilique en 1859 lors du retour des reliques de Sainte Véronique  gardées précieusement à Saint Seurin de Bordeaux. ( aujourd’hui classée au Patrimoine de l’Unesco.)

Le lieu était au Moyen Age le passage obligé pour les Jacquets de Saintonge en route vers Saint-Jacques de Compostelle, mais cette église repose sur un ancien oratoire, certainement le plus ancien lieu de culte dédié à la sainte Vierge qui existe en Aquitaine.

Tous les étés,  la ville organise un son et lumières  sur la Basilique de Soulac, appelé « le chant de l’Etoile », expliquant aux vacanciers, ce chemin qui passait par Soulac et qui était l’un des 4 chemins reconnus pour aller en pèlerinage à St Jacques de Compostelle.

Véronique de son véritable nom Bérénice serait née en Gironde et aurait été jusqu’à Jérusalem. Elle aurait en essuyant le visage du Christ sur un linge, marqué son visage sur ce saint Suaire.

Elle devint alors Véronique (vera iconica "la véritable icône").

A sa mort, son époux devenu Amadour, (ex Zachée) part  évangéliser sur le rocher du Quercy qui deviendra Rocamadour.

8-Une superbe abbaye des moines bénédictins remplaça la première. On y fabriquait : un élixir revigorant, une eau de toilette, du savon et un dentifrice connu en France et à l’étranger. (Nous sommes là, à l’origine des premières publicités sur l’hygiène dentaire : environ 1870).

 

 

9- Chasse à la tourterelle ou chasse… et pêches… vous en avez tous entendus parler !

 10- La forêt de pins et de chênes verts, qui vous offre à l’automne des promenades tranquilles où vous rencontrerez des chevreuils et où vous pourrez ramasser les cèpes et les girolles.

 

11 – Et si vous aimez le vélo, les pistes cyclables vous emmèneront jusqu’à Arcachon.

Enfin, Soulac bénéficie d’un Casino,  d’un centre culturel, d’un complexe sportif et même d’un aérodrome !

 

Comment venir à Soulac :

En venant de Paris : vous devez prendre le Bac à Royan pour traverser l’estuaire ou faire 180 km de plus en passant par Bordeaux et en remontant la N 215. (Le TGV et un ter vous amèneront aussi)

 

Laissez-vous porter par le charme de Soulac ! C’est un véritable paradis !

 

Dans ce bout du monde, tout est fait pour retrouver les valeurs du rapprochement de l’homme avec la nature…

-          Le silence et le murmure léger de l’océan

-          Le bruissement de la petite brise frémissant dans les pins, les genêts et les arbousiers.

-          L’isolement, loin des villes et des cités !

Vous permettent le recueillement ! C’est une invitation à se « retrouver »,  faire le vide dans sa tête, perdre son stress et fortifier son âme.

Lorsque je travaillais au BHV, je disais toujours qu’un week-end de 3 jours à Soulac me laissait l’impression d’avoir enfilé  un « Ciré » pendant 3 semaines, rien ne pouvait m’atteindre ou m’agacer, j’étais d’une sérénité à toute épreuve.

Chacun devient artiste de cœur, en regardant ces lieux incomparables.

Le pinceau ou l’appareil photo, vous brule les doigts.

Impossible de rester insensible :

- à  ce bleu saphir de la mer se confondant à l’horizon,

- à ses plages de sable de couleur argentée,

- à sa forêt d’émeraude de pins droits s’élançant vers le ciel, qui font la joie des écureuils, et qui s’ouvrent sur quelques clairières

- à ses dunes aux herbes multiples : giroflées des dunes, roses pimprenelles, joncs maritimes,  choux maritimes ou chatons, liserons des sables et mûriers sauvages,

- à ses parterre de bruyères rosées à la fin de l’été et ses couleurs d’or : genets éblouissants au printemps.

Tout est enchantement !...

Christine Douchet

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article