Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

2012 02 16 Les Galeries Lafayette face à la question de l'avenir du BHV

22 Février 2012 Publié dans #Lu dans la Presse

16.02.2012, source : Les Echos de la franchise.com  Philippe BERTRAND

 Le groupe de grands magasins a confirmé vendredi le projet de fermeture de deux unités pour des raisons économiques. La chaîne de bricolage et d’aménagement de la maison ne comptera bientôt plus que quatre unités contre dix-huit il y a huit ans.

 

Le BHV va-t-il disparaître ? L’enseigne mythique du Bazar de l’Hôtel de Ville, aujourd’hui propriété du groupe Galeries Lafayette, va-t-elle péricliter à petit feu pour finir par disparaître du paysage commercial français ? Certains le craignent depuis qu’ils ont appris, le 9 février, que deux nouveaux points de vente allaient fermer, à Montlhéry, dans l’Essonne, en région parisienne, et à Saint-Genis-Laval, dans la banlieue de Lyon. Ces fermetures porteront à quatre le nombre d’unités restant de ce qu’il devient difficile d’appeler une chaîne de magasins. On en dénombrait dix-huit en 2004. Il y a quelques jours, en outre, « Les Echos » révélaient que le site Internet marchand du BHV fermait, pour se concentrer sur les seuls conseils en bricolage...

 

Au siège des Galeries Lafayette, on conteste cependant formellement cette vision pessimiste de l’avenir de l’un des emblèmes du grand commerce français. « Il ne s’agit pas d’annoncer la fin du BHV », affirme aux « Echos » un porte-parole qui ajoute : « Le groupe est attaché à l’enseigne.» La direction confirme cependant que le 9 février, au cours d’un comité central d’entreprise, le projet de fermer les deux points de vente a été engagé. « La consultation a débuté avec les partenaires sociaux, elle peut durer plusieurs mois. »

 

RAISONS ÉCONOMIQUES Concrètement, le projet de fermeture s’accompagne d’un plan de sauvegarde de l’emploi touchant 65 personnes à Montlhéry et 44 dans le Rhône. « Le reclassement de tous les salariés est proposé, précise-t-on au siège des Galeries. Dans les autres unités du groupe, c’est-à-dire, en Ile-de-France, les BHV de Parly 2, de Rivoli, à Paris, ainsi que les différents Galeries Lafayette, et dans la région de Lyon, au BHV ou aux Galeries Lafayette du centre commercial de Lyon-Part-Dieu ou dans le BHV de Limonest. »

Reste le cœur du problème : c’est bien pour des « raisons économiques » que ces décisions ont été prises. Les deux BHV concernés, plus petits que la moyenne, ont subi la concurrence croissance des enseignes spécialisées dans le bricolage et la décoration comme Castorama et Leroy Merlin.

 

« Nous avons beaucoup travaillé pour faire évoluer l’offre et tenter de sauver ces points de vente », explique le porte-parole des Galeries Lafayette. « A Montlhéry, nous avons essayé de nous diversifier dans la mode et à Saint-Genis-Laval dans le bagage. » Cela n’a visiblement pas suffi à enrayer un déclin qui ne date pas des derniers mois et du regain de la crise financière. Ce n’est apparemment pas non plus le marché qui est mauvais. En 2011, le marché du bricolage a progressé de 1 % à 2 % , selon les premières estimations du syndicat professionnel Unibal, et les grandes surfaces spécialisées ont fait mieux encore.

 

Pour le BHV, la question est de savoir si avec quelques magasins seulement on peut encore aborder avec pertinence, sur le plan économique, un secteur où l’on gère des centaines de milliers de références. La fermeture du site marchand du BHV ainsi que la diversification du site historique de Rivoli dans l’habillement pour hommes laissent à penser que c’est difficile.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article