Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

Lu dans la presse pour vous : le Bordelais Michel Ohayon reprend 22 magasins en province

14 Avril 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Lu dans la Presse

Lu pour vous : Actualités de la franchise, le 21 février 2018

Une vingtaine de magasins du réseau Les Galeries Lafayette passe sous l’égide de la Financière Immobilière Bordelaise.

Au cours du mois de novembre 2016, le syndicat des salariés des Galeries Lafayette a annoncé la validation de l’opération d’affiliation de 22 magasins du réseau qui passeront chez la Financière Immobilière Bordelaise, le partenaire choisi pour ce projet de reprise d’une partie du réseau Les Galeries Lafayette.

Un passage qui ne modifiera ni l’activité ni l’identité visuelle des magasins affiliés

22 points de vente sont donc concernés par ce projet d’affiliation qui émane d’une collaboration entre les Galeries Lafayette et la Financière Immobilière Bordelaise, qui s’est procurée les murs et les fonds des magasins d'Agen, Amiens, Angoulême, Bayonne, Beauvais, Belfort, Besançon, Caen, Cannes, Chalon-sur-Saône, Chambéry, Dax, La Roche-sur-Yon, La Rochelle, Libourne, Lorient, Montauban, Niort, Rouen, Saintes, Tarbes et Toulon.

Il a été annoncé que ces magasins maintiendront la même activité et la même identité visuelle et bénéficieront toujours de l'accompagnement de leur groupe d'origine. Ce dernier continuera également de les soutenir au niveau de l'animation commerciale.

Cette opération devrait se conclure avant la fin de l'année 2018. La Financière Immobilière Bordelaise est un sérieux partenaire qui dégage plus de deux milliards d’euros d’actif. La principale activité de ce groupe est la location d’espaces et de surfaces pour des activités commerciales.

A la finalisation de ce projet d’affiliation le réseau, Les Galeries Lafayette, réseau spécialisé dans la mode et le commerce depuis 120 ans et reconnu dans le monde entier, aura à son actif 28 magasins en propre et 27 en affiliation.

Patrick Rucart observatoiredelafranchise.fr


 

Galeries Lafayette : le Bordelais Michel Ohayon reprend 22 magasins en province

 Sud-Ouest : Publié le 06/02/2018 

Michel Ohayon, a fait fortune à Bordeaux, via ses magasins de prêt-à-porter et sa holding Financière Immobilière Bordelaise. Il est notamment propriétaire du Grand Hôtel de Bordeaux. 

22 magasins " Galeries Lafayette" vont être repris par l’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon dont ceux de Agen, Angoulême, Bayonne, Dax, La Rochelle et Libourne dans la région. 

Les Galeries Lafayette ont annoncé mardi la reprise par la Financière Immobilière Bordelaise, holding de l’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon, des 22 magasins de province qui seront cédés en franchise.

L’opération, qui devrait être finalisée "au second semestre 2018", "n’aura pas d’impact sur l’emploi des 900 collaborateurs concernés", assurent dans un communiqué les Galeries Lafayette qui exploiteront alors 28 magasins en propre et 27 en franchise en France. Le projet garantit "le maintien de la majorité des conditions et avantages sociaux" des collaborateurs concernés, ajoute l’enseigne.

L’annonce a été faite aux représentants du personnel à l’occasion d’une réunion, mardi, du comité central d’entreprise de l’entité MGL, qui regroupe tous les magasins hors celui du boulevard Haussmann à Paris, selon des sources syndicales. L’opération vise à "poursuivre la transformation du modèle économique de l’entreprise", en s’appuyant sur un spécialiste de l’immobilier commercial pour "redonner une dynamique commerciale locale d’envergure", explique l’enseigne qui veut conserver un maillage territorial dense.

Agen, Angoulême, Bayonne, Dax, La Rochelle, Saintes et Libourne concernés

L’enseigne avait annoncé fin novembre son intention de céder en franchise 22 sites, dans des villes moyennes en région. Fin décembre, un accord prévoyant de garantir l’emploi pendant deux ans, avait été conclu entre la direction et trois des quatre syndicats représentatifs.

Les établissements concernés sont ceux d’Agen, Amiens, Angoulême, Bayonne, Beauvais, Belfort, Besançon, Caen, Cannes, Chalon-sur-Saône, Chambéry, Dax, La Roche-sur-Yon, La Rochelle, Libourne, Lorient, Mautauban, Niort, Rouen, Saintes, Tarbes et Toulon.

Ces magasins vont continuer à "bénéficier d’un accompagnement de l’entreprise", au niveau des achats, de l’identité visuelle ou de l’animation commerciale, selon le communiqué.

 

Michel Ohayon, via la Financière Immobilière Bordelaise, est très impliqué dans l’immobilier commercial et hôtelier puisque sa holding est notamment propriétaire du Grand Hôtel à Bordeaux, du Waldorf Astoria – Hôtel Trianon Palace à Versailles et du Sheraton à Roissy.

Michel Ohayon avait fait une entrée fracassante dans le classement des 500 plus grosses fortunes françaises en 2005 à la 79ème place avec 350 millions d’euros. 

Il occupait la 130ème place de ce classement en 2017 avec 650 millions d’euros.

Lire la suite

Dans le Berry le 14 avril, un crochet à Henrichemont s'impose.

8 Avril 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres, #Randonnée-Week-end

Vous voyagez en France pendant les vacances scolaires, vous êtes invitée par notre Historienne Martine Mallein Leguédois  à une sympathie conférence culturelle dans le Berry.

Martine vous parlera de Charles de Gonzague et ses voyages.

Samedi 14 avril à 17 h à la Mairie de Henrichemont

 

Martine Mallein Leguédois vous fera voyager de Constantinople  (Istanbul aujourd’hui) à  la Principauté de  Boisbelle et d’Henrichemont dans le Berry, et la ville de Mantoue (Mantova en italien).

Mantou est située en Lombardie, dans le nord de l’Italie Joyau inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, réputée par son architecture de la Renaissance, ses églises dont la  basilique  St André dans laquelle seraient conservées des reliques du « Précieux Sang de Jésus », sa tour de l’horloge, son théâtre de style baroque et le palais Ducal décoré de fresques, mosaïques et  tapisseries....

Lire la suite

Visiter la Cathédrale de Reims.

30 Mars 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #France 1 Est

Reims : Plaisir pétillant, historique et religieux.

Nous voici à la fête de Pâques, jour d’allégresse qui est très  important pour les chrétiens. Elle célèbre la Résurrection du Christ, sa victoire sur la mort qui est l’élément central de la foi chrétienne.

Les derniers événements interpellent les Français, ravivent un sentiment patriotique et rappellent aussi nos racines.

C’est pourquoi, je vous propose de faire un petit tour, en images, à la Cathédrale de Reims qui devint le siège du sacre des rois de France, pendant de longs siècles!

Visiter la Cathédrale de Reims.

 Juste quelques dates :

En 498, Rémi, évêque de Reims baptise Clovis roi des Francs, ce baptême scellera le rapprochement de l’Eglise et de l’Etat.

Une trentaine de rois furent sacrés dans cette cathédrale (Tous, sauf Louis VI et Henri IV). Pour mémoire :

En 816, le premier sacre royal de Louis le Pieux.

En 1429, Charles VII, conduit par Jeanne d’Arc

En 1515, François 1er

En 1825, le dernier : Charles X.

Créée au IIIe siècle, cette église évoluera jusqu’au Ve siècle ou un incendie la ravagera.

C’est seulement à partir de 1211 que la cathédrale fut rebâtie.

La guerre de 1914 a détruit en partie cette merveille : 300 obus ! L’armée allemande repliée autour de la ville bombarda celle-ci pendant 3 ans ½..

En 1962, la cathédrale fut le théâtre de la réconciliation entre l’Allemagne et la France (Chancelier Adenauer et le général De Gaulle)


 

Visiter la Cathédrale de Reims.

La cathédrale de Reims et un chef d’œuvre de l’Art gothique

Ses dimensions : 138m de long, largeur de la nef centrale : 12,50m,  hauteur des voûtes : 38 m.

Sur les plus de  2300 figures sculptées, l’ange au sourire, sur le portail principal étonne toujours; comment les sculpteurs de cette époque ont pu oser exprimer la joie !

Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.

On peut lire ce texte dans la Cathédrale:

 

Toi l'ange du sourire, le messager de Dieu, les tailleurs de pierres ont su si bien exprimer sur ton visage, le sourire même de Dieu, pour dire à tous ceux qui te contemplent, combien Dieu les aiment, combien Il leur est proche.

Toi, l'ange au sourire, tu as bravé toute les destructions pour devenir au milieu de nous le signe d'une espérance joyeuse et tenace: la réconciliation entre les peuples

Je ne vous donnerai pas un cours d'architecture, je vous laisse découvrir.

Sa façade est de style gothique rayonnant

La galerie de rois domine

Ci dessous le portail de gauche

Visiter la Cathédrale de Reims.Visiter la Cathédrale de Reims.

Le portail de droite avec à gauche les apôtres et à droite les prophétes.

Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.

Quelques détails : Chimères et gargouilles

Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.

Le portail central était en travaux, mais lors d'un passage à Reims précédemment, j'avais pris en photo la rosace et le couronnement de la Vierge.

Visiter la Cathédrale de Reims.

En haut du portail droit de la façade : le jugement dernier.

 

Sur le côté de ce portail : L'apocalypse

 

Sur le contrefort de la nef : la garde celeste.

Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.

La façade Nord du transept, le portail des saints

Au centre en bas : St Calixte

A droite Clovis, St Rémi et un ange

A gauche : Ange, Dt Nicaise et St Eutropie

Au milieu en haut : le Christ

2ème niveau : Résurrection d'une jeune fille, miracle du tonneau

3ème niveau : Histoire de Job

4ème niveau : Guérison de l'Ermite et Saint Rémi exhorte les démons.

5ème niveau : Martyr de St Nicaise et Baptême de Clovis

 

Un des portails, façade Nord.

Visiter la Cathédrale de Reims.Visiter la Cathédrale de Reims.

Admirons à présent l'intérieur:

La rosace du revers de la façade, la Nef , ses piliers, les grandes arcades, les fenêtres et vitraux très hauts,  le chœur et son autel.

On ne peut rester insensible à l' envolée de ses lignes qui s'élancent vers le ciel!

Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.

Les vitraux anciens,

Les vitraux modernes:

Les vitraux de la chapelle St Joseph dessiné par un artiste allemand : Knoebel, aux 4 nuances de bleu, trois de rouge, deux de jaune et un blanc.

Puis les vitraux de Marc Chagall. C'est superbe!

Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.

 

 

Voici Jeanne d'Arc,

son visage est en ivoire,

son armure en bronze argenté et

sa tunique de marbre jaune.

 

Chapelle du Rosaire, le retable de la mort et de la résurrection,

En bas la Vierge reçoit son fils,

En haut : le Christ ressuscité.

 

Le grand orgue avec sur le sommet, le Christ Ressuscité, entouré de deux anges.

 

 

 

L'horloge Astronomique :

Buffet du XVe siècle :

11 m de haut et

3,30 m de large.

 

Bien sûr, il y aurait beaucoup d'autres choses à dire sur cette Cathédrale de Reims, mais je vous laisse le soin de faire un tour en Champagne pour ceux qui le peuvent.

Vignobles et dégustations de Champagne! ... avec modération !

La ville est agréable à découvrir.

Pour l'Art... Je vous recommande la basilique Saint Rémi, lieu extraordinaire, je vous en parlerai une autre fois, ainsi que le Palais de Tau, qui abrite des statues originales, les tapisseries de la Cathédrale et le trésor des sacres...

A ne pas manquer.

 

 

Visiter la Cathédrale de Reims.Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.Visiter la Cathédrale de Reims.

Si vous êtes plutôt " shopping", Un petit tour aux Galeries Lafayette, cela vous dit!...

Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Visiter la Cathédrale de Reims.
Lire la suite

Une nouvelle d'Antoine Eminian : Ne t’inquiète pas Fripon

23 Mars 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Antoine, nous surprend toujours par son style. On apprécie la richesse des descriptions.

Lisez ce teste calmement et vous vous y croirez... 

Le soir commençait à tomber, déjà le soleil refluait lentement laissant la place libre aux ombres de la nuit qui ne tarderaient pas à recouvrir le paysage. La route de caillasses grises disparaissait à l’horizon, déserte de toute vie, les criquets abrégeaient leur concert, de rares oiseaux noirs regagnaient leurs nichées dans les arbres feuillus de la forêt proche.

Un mulot qui logeait dans un trou en lisière du champ aurait pu en témoigner si on devait l’interroger, la petite fille et son chien n’avaient pas bougé de leur place depuis le milieu de la matinée.

Il en était certain car dès qu’il avait émergé de son terrier ce matin pour aller quérir son déjeuner, il avait était très étonné, voire contrarié, d’apercevoir des intrus aussi près de son domicile alors qu’il se hâtait de dégotter sa pitance.

Oreilles aux aguets, narines frémissantes, moustaches fébriles, il avait longuement étudié la situation avant d’en conclure qu’il n’y avait aucun danger, la voie étant libre il était parti vaquer à ses petites affaires.

Plus tard, les criquets corroborèrent les dires du mulot mais n’étant eux-mêmes arrivés sur les lieux que lorsque le soleil fût à son zénith, ils étaient incapables de préciser vers quelle heure l’enfant et son chien étaient arrivés. Beaucoup d’autres étaient dans le même cas, les papillons et la majorité des insectes du secteur ne se risquaient dehors qu’après que le soleil se soit imposé. Tous avaient été étonnés par cette présence incongrue, mais tous en avaient déduit qu’aucun péril n’était à craindre, donc chacun s’était livré à ses occupations favorites.

C’est alors que le mulot se permit une intervention. Il suggéra d’interroger le hibou qui nichait dans le chêne à l’entrée de la forêt, oiseau de nuit, il avait certainement des informations de bonne qualité à fournir sur l’activité nocturne des environs.

Un murmure d’approbation flatteuse gonfla d’orgueil notre souris des champs, tout ouïe d’entendre la suite des événements. D’un commun accord il fut décidé de se déplacer au pied du chêne, question de protocole et de confort pour le vieux sage qui n’aurait certainement pas accepté de se déranger pour venir témoigner au milieu d’une maigre clairière faite d’épis de seigle piétinés par un sanglier de passage.

Le recueil de la déposition du hibou ne fut pas une affaire simple. D’abord il fallut le sortir de sa torpeur car à cette heure et à son âge, pépère somnolait yeux ouverts rêvant à quelques agapes passées ; ensuite, expliquée la présence de cet aréopage au pied de l’arbre et le but de leur assemblée interrogative, passé le temps de reprise de ses esprit par l’antique rapace nocturne, évacués les préambules bavards et quelques effets de plumes posant un notable, notre hibou en vint au fait, au soulagement audible de tous les auditeurs. Effectivement, il avait tout vu, certainement il savait tout de cette histoire aussi étrange que mystérieuse qui agitait le petit monde de ce modeste territoire. Enhardi par une intervention précédente, le mulot se risqua à une question brutale, « Et alors ? ».   

Coupé dans son témoignage, le hibou gonfla ses plumes, tournant la tête de droite à gauche, signes évidents d’une contrariété qui se reporta sur l’assemblée et par ricochet sur notre mulot qui aurait souhaité à cet instant – car il l’avait oublié - être une petite souris pour disparaître dans le moindre trou. Dieu merci, car il y a un dieu des mulots – du moins l’avons-nous appris à cette occasion – le hibou profita de cette interruption pour se rengorger et repartir de plus belle dans son discours logorrhéique qui se résumait à ceci, à peu de chose près : le hibou avait passé une mauvaise nuit, la chasse n’avait pas donné, il était rentré assez tard (pour lui) et vraiment tôt (pour vous) et alors qu’il se préparait à se coucher, le bruit de la voiture avait attiré son attention.

 

« Ne t’inquiète pas Fripon, il va revenir. » La petite fille à la natte, assise sur une mauvaise valise en carton, abritait sous son bras frêle un jeune chien qui n’en menait pas large, inquiet pour ne pas dire effrayé, scrutant l’horizon où avait disparu la voiture de son maître. Depuis dix jours ils étaient en fuite, lui au volant, la barbe lui mangeant le visage chaque jour un peu plus, cramponné à son volant, un œil dans le rétroviseur et l’autre sur un gros sac plein d’on ne savait quoi, posé sur le siège avant à ses côtés. La petite et le chien, recroquevillés à l’arrière de la voiture, ne pipaient mot devinant inconsciemment qu’au moindre borborygme ils en pâtiraient.

Refaire l’historique ne changerait rien à l’affaire, les dés avaient été jetés il fallait continuer la partie, même si la petite savait très bien qu’elle ne maîtrisait rien, qu’elle n’était pour rien dans ce drame mais qu’elle en était un élément central néanmoins.

Le chien en savait encore moins, il n’avait retenu que quelques mots, divorce, chômage, expulsion, précarité, ces derniers mois les mots répétés ad libitum s’étaient introduits dans son cerveau, remplaçant caresses, gamelle, sortir pisser qu’il avait eu pourtant beaucoup de mal à assimiler. Tout s’était précipité avec les mots banque et police, depuis ils n’avaient plus quitté la voiture, roulant sans cesse de nuit et de jour, ne s’arrêtant que dans des endroits déserts, comme ici, pour une pause. 

« Ne t’inquiète pas Fripon, il va revenir » répétait la petite fille, tel un mantra devant porter bonheur.

Calmer le chien évacuait ses angoisses, son père allait revenir, il lui avait juré ; il s’absentait le temps de conclure une affaire en ville et il reviendrait aussitôt la chercher, elle et Fripon son chien adoré ; elle devait être forte et confiante, après ils pourraient espérer un bout de ciel bleu. Il préférait lui laisser une valise avec ses maigres effets, au cas où. Une précaution inutile ma chérie, mais papa doit penser à tout. La voiture s’était éloignée rapidement au petit matin pour disparaître à l’horizon.

 

« Je n’en sais pas plus » conclut le hibou, épuisé par son long discours devant la docte assemblée et pressé de retrouver le calme et le sommeil d’où on l’avait tiré. Le mulot, les criquets, les papillons, tous se retirèrent dans le plus grand silence, troublés par cette révélation qui au final n’aurait aucune répercussion sur leurs propres vies. Entre les herbes folles et les plants de seigle, la vie reprit ses droits, les papillons reprirent leur butinage, les criquets leur concert et notre mulot ses vagabondages en quête de nourriture.

 

Sur la route toujours déserte, la petite fille à la natte, la valise en carton et le chien apeuré, guettaient encore et encore, le retour de la voiture. « Ne t’inquiète pas Fripon, il va revenir ! »       

Tout est bien qui finit bien... nous espérons une fin heureuse.

Antoine nous laisse imaginer la fin!...

Lire la suite

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

16 Mars 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news, #Art & Culture

La Fondation d’entreprise des GL  a ouvert ses portes le 10 mars.

Définie comme un lieu de création, de production et d’expositions dédiées à l’Art.

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

C’est un lieu bien connu des membres du Réseau, le « 9 rue du Plâtre » !

L'ancien bâtiment fut acquis par Xavier Ruel en septembre 1889, mais ce n’est que le 25 mars 1891 que le Permis de construire pour un nouvel immeuble  au 9 rue du Plâtre par l'architecte Samuel-Jean-Edmond Menjot de Dammartin  fut accordé.

Nombreuses formations furent dispensées de 1970 au  début des années 2000.

C’est au 2éme étage que vous étiez accueillis. La cuisine vous attendait avec un café ou jus de fruit. C’était un moment convivial et de contacts, avant de suivre la formation aux amphis Marine, Corail du 2éme étage ou Soleil du 4éme étage. Ce dernier plus grand était un lieu privilégié pour les CCE.

Au Rez-de- Chaussée les cadres et secrétaires, aux achats ont davantage œuvré dans la partie basse ou la  partie surélevée en bois où s’étalaient les collections que nous préparions,  sur de grandes tables. Le calendrier de réservations,  était très serré!

Ce fut aussi un lieu de rencontres : jeux de cartes  ou bridgeurs, le midi.

Au 1er étage se trouvait un Institut supérieur de Gestion.

Au 3éme étage : des bureaux.

Derrière le Service «  comparaisons »,en principe fermé :  un passage permettait d’ accéder au Service Technique du BHV, dont l’entrée principale était  face au Restaurant d’entreprise, rue Sainte Croix de la Bretonnerie.

Je citerai ce commentaire , Souvenir d’Alain B, responsable du Service Formation.

« En 1970, la direction décide de créer un véritable service Formation qui succède au service des Stages. ….

Un nouveau  projet fut accepté par tous et le Président proposa de l’installer au 9 rue du Plâtre qui était occupé  par des ateliers des services techniques. C’est ainsi que je découvrais une véritable petite usine du XIXe siècle avec des machines-outils reliées à un unique moteur par des arbres de transmissions. Je me souviens qu’au 4e étage il y avait un atelier de peinture avec de véritables artistes.

Le nouvel ensemble s’appela l’INSED, institut de formation de droit privé qui compta pendant plusieurs années plus de 50 collaborateurs. »

 

Retour aux sources !!! Nous voici, à nouveau, avec un atelier d’artistes !

C’est un concept étonnant où l’architecte Rem Koolhass et son agence OMA, ont réalisé un  lieu lumineux, à dimensions variables, aux nombreuses possibilités (49 configurations possibles).

Derrière la façade inchangée, car protégée, (Quartier du Marais oblige !) Nous ne pouvions imaginer la découverte de cette  surprenante cage de verre et de métal, la tour de verre de 18 m de haut, en son cœur et le plancher mobile.

Le bâtiment  consacre 875 m2 pour ses expositions.

 

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

 

 

 

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

Rem Koolhaas : Un architecte et urbaniste néerlandais, dont les œuvres sont reconnues dans le monde entier.

A Floirac près de Bordeaux, on connait «  la maison Lemoine », construite selon Rem Koolhaas. JF Lemoine ancien PDG du Sud-ouest, blessé  et devenu handicapé à la suite d’ un accident de voiture fait appel à l’architecte afin de lui construire une maison facile à vivre ! voir la vidéo à la fin de cet article.

La Fondation d’Art  n’est pas un musée comme les autres, car le rez -de -Chaussée permet à des artistes de réaliser leurs œuvres, sur 350 m2.

Première Exposition : Celle de Lutz Bacher (américaine)  avec des photos et vidéos sonores des plages de la côte atlantique ; vous y entendrez le vent … Là, pour l’exposition « The silence of the sea » les photos sont projetées sur les trois niveaux

Une mini- exposition avec vidéos et bruit des vagues, d'un autre artiste, avait déjà surpris, à l’Institut Bernard Magrez, en septembre 2015.

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

Un café-Snack vous permettra de faire la pause .

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

Un passage vers la rue sainte croix de la Bretonnerie

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...
Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

 

Et, côté service Technique disparu, rue Sainte Croix de la Bretonnerie, une boutique très particulière s’est implantée : A REBOURS.

Je citerai le magazine AD : rédactrice Marina Hemonet, qui en parle aisément.

« Le propos d’À Rebours ? Dénicher des objets rares imaginés par des créateurs qui envisagent leur métier et leurs pratiques différemment, dans une démarche de proximité et de petites séries. Pensé par l’agence Ciguë, l’espace de 100 mètres carrés propose des objets contemporains drôles, poétiques ou franchement décalés…., on trouve les bougies-glaciers de l'Islandais Brynjar Sigurðarson, les cuillères en bois gougé de Ferréol Babin, les pochettes en cuir d’Isaac Reina ou encore les séries limitées d'artistes éditées par We do not work alone. La boutique est également dotée d’un espace livres, avec une sélection autour de l'art contemporain, du design et de la mode du libraire Yvon Lambert. De quoi satisfaire toutes les envies. »

Voilà, qui mérite votre détour, que vous habitiez la région Parisienne ou la Province ! Un petit tour au 9 rue du Plâtre,  vous plongera dans un nouvel univers.

Tous mes remerciements à O.B et M.B  pour les photos accompagnant cet article.

CD

Vous connaissez Lafayette Anticipations ?!...

Vidéo de la maison Lemoine à Floirac.

Lire la suite

Découvertes culturelles avec Didier Bouchard

9 Mars 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #Art & Culture

Retrouvons avec plaisir notre guide Didier Bouchard, pour des visites, comme toujours hyper bien commentées et intéressantes.

Didier bouchard

Conférencier national, diplômé de l’institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne

Ancien élève de l’école du Louvre

Boite 17 bât. D, 8, rue cannebière 75012 paris. Tel: 01.43.07.09.69

 

Mercredi 14 mars

14h30 : Après-midi à Senlis : cathédrale, musée d’art et d’archéologie rénové dans l’ancien évêché, château capétien, musée de la Vènerie (peintures de Desportes et Oudry) : 

 16€ + entrée.

Quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69. (Et renseignements sur les modes de transport, autocar depuis Rueil-Malmaison ou SNCF)

 

Vendredi 16 mars

15h45 (visite à 16h) exposition Mary Cassatt, une impressionniste américaine, au musée jacquemart-André.

Quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée. Rendez-vous :158 boul. Haussmann.

Très belle exposition à découvrir : Repérée par Degas , Mary Cassatt est l’unique  peintre,  féminine américaine du mouvement  Impressionniste.

Découvertes culturelles avec Didier Bouchard

Mercredi 21 mars

15h50  : exposition Corot, le peintre et ses modèles, au musée Marmottan.

Quelques places seulement, sur inscription au 01 43 07 09 69.

(Autre date : le  4-04) Rendez-vous :2 rue louis Boilly. 11€+entrée

Je cite le journal La Croix du 3 mars 2018, qui exprime avec grâce ce beau tableau. 

« La Dame en bleu, peinte par le vieux Corot, à 78 ans, est l’un de ses plus beaux tableaux. On y reconnaît Emma Dobigny, son modèle favori, vêtue d’une robe de jour à la mode, dont l’artiste a retiré les manches pour dévoiler, en dépit des usages, la courbe sensuelle de l’épaule. Le chignon aux mèches un peu folles, la cascade du nœud bleu soulignant la chute des reins trahissent la liberté de ce tête-à-tête intime.

« Dans la pénombre de la vie humaine, une couleur silencieusement fleurie a eu le don de révéler le présent miraculeux d’un beau corps et d’un beau visage, même si, en son for intérieur, l’artiste sait que, pour ce qui est de lui-même, tout est désormais hors d’atteinte », écrit l’académicien François Cheng . Aux détracteurs de Corot, qui lui reprochaient de ne peindre que des paysages et de « ne faire vibrer qu’une corde à sa lyre », La Dame en bleu oppose son éblouissant démenti.

Photo Internet La Croix

Photo Internet La Croix

Mardi 27 mars

15h15 (visite à 15h30) exposition Foujita, les années folles : 1913-1931,

Au musée Maillol.

Rendez-vous :61 rue de grenelle. 20 pers. Inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

 

Mercredi 28 mars

 Inscription à la visite du 12 avril (van Dongen et le bateau-lavoir) :

Tel : 01 43 07 09 69

 

Mercredi 4 avril

14h50 (visite à 15h) exposition Corot, le peintre et ses modèles, au musée Marmottan. 20 personnes, inscription au 01 43 07 09 69

Confirmée par l’envoi du règlement.

Rendez-vous :2 rue louis Boilly. 11€+entrée

 

Vendredi 6 avril

15h15 (visite à 15h30) exposition les Hollandais à paris : Van Gogh, van Dongen, etc. Au musée du petit-palais.

Quelques places seulement, sur inscription préalable au 01 43 07 09 69.

Rendez-vous : entrée des groupes, rez-de chaussée bas, à droite de l’escalier extérieur.

11€+entrée

 

Mercredi 11 avril

14h30  : la maison de Gustave Caillebotte entièrement remeublée, à Yerres.

Rare mobilier empire préempté en vente publique et créé par l’orfèvre Biennais ; nombreux dépôts du mobilier national : meubles et objets d’art  ayant figuré sous Louis-Philippe à  Trianon, et aux Tuileries. Chapelle de l’abbé caillebotte restaurée dans le parc paysager. Evocation de l’œuvre de Gustave caillebotte, et de celle de photographe et compositeur de son frère martial.

Accès : RER yerres.  13€+ entrée.

 Quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. (Autre date : le 8 juin)

 

Jeudi 12 avril

14h30 : exposition Van Dongen et le bateau-lavoir, au musée de Montmartre (œuvres de van Dongen, Modigliani, Picasso) + la chambre de Maurice Utrillo, l’atelier de Suzanne Valadon, et un aperçu de la collection permanente dans la plus vieille maison de Montmartre.

Photo internet Moulin rouge

Sur inscription au 01 43 07 09 69, de préférence avant le 28-03.

Confirmée par l’envoi du règlement.

 Rendez-vous :12 rue Cortot

 

Avant-programme mai et juin

Mercredi 30 mai

15h exposition le Tintoret, au musée du Luxembourg.

La renaissance à Venise : Tintoret, Titien…quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69,

Rendez-vous : Entrée, 19 rue de Vaugirard. 11€+entrée

 

Vendredi 8 juin

14h30 la maison de Gustave Caillebotte remeublée, à Yerres

(voir annonce du 11-04)

Nous vous souhaitons d'agréables moments.

Lire la suite

Que la France est belle : Avignon

16 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #France 6 Sud-Est

En période de congés scolaires, faire découvrir à vos enfants ou petits enfants : Avignon.

En weekend au printemps un petit séjour culturel ou en plein été avec le Festival.

Voici une ville qui mérite un arrêt.

Avignon : Célèbre pour son pont et son festival

Passez voir le Pont Bénezet connu pour sa chanson.

Construit au XIIIème siècle, il ne résista pas aux caprices du Rhône.

Ce pont tire son histoire d’une légende : Un jeune homme Bénezet avait entendu des voix qui lui demandaient de construire un pont sur le Rhône, la légende dit que Bénezet fut conduit à l’évêque par un ange. Mis à l’épreuve, par l'ecclésiastique, il dut soulever une pierre que 30 hommes réunis n’auraient pu soulever ; Bénezet fut alors pris d’une force miraculeuse, il prit la pierre et la déposa à côté du fleuve. C’est ainsi que le pont fut commencé en 1177 et terminé en 1185.

Que la France est belle : Avignon

La ville dont une partie est inscrite au Patrimoine de l’Unesco est impressionnante par ses remparts, ses petites rues et son palais des Papes qui en a fait la Capitale de la Chrétienté au Moyen-âge.

Que la France est belle : AvignonQue la France est belle : AvignonQue la France est belle : Avignon

Les remparts d’environ 5 km sont superbes avec leurs tours, leurs meurtrières …

Les remparts
Les rempartsLes remparts

Les remparts

passage creusé dans la roche

S’il y a un événement  important dans l’histoire de la Provence au Moyen-âge, c’est l’installation des papes à Avignon ; les papes , les cardinaux, les évêques avaient le goût des grandeurs et de l’Art.

En toute logique, les papes depuis les origines siègent à Rome, mais au XIIIème siècle Rome n’était pas sûr.

Le 1er pape Clément V s’installe en 1305, il s’agit d’un archevêque de Bordeaux : Bertrand de Got…. La suite est à découvrir dans l’histoire des papes d’Avignon.

Avignon est l’exemple même de la place Forte du XIVéme siècle : remparts, palais fortifiés et enfin la cité des papes, véritable citadelle ;

Impressionnant le palais des Papes !

avec son allure de forteresse avec ses hautes tours carrées et ses hauts murs appuyés de contreforts ;

Que la France est belle : Avignon

Un coup d’œil sur ce grand édifice gothique avec ses 6000 m² de superficie au sol

(et 15 000m² au total).

Cours intérieures
Cours intérieures
Cours intérieures

Cours intérieures

A l’intérieur, tout a été aménagé pour en faire l’habitation du pape et les occupations liées au sacerdoce du pape : salle d’audience, de justice, chapelle, Consistoire, salle de festins...  

Quelques papes....

de gauche à droite : Clément V, Jean XXII, Benoit XII, Clément VI et en dessous : Innocent VI, Urbain V, Grégoire XI et Benoit XIII

 

Certaines salles sont très originales,avec des fresques intéressantes.

Fresques de Simon Martini

Superbe aussi : la chapelle, la chambre du pape…difficile de tout vous dire sur ce palais incomparable !

Tinel Salle des festinsTinel Salle des festins

Tinel Salle des festins

Salles des conclaves et Chambre du papeSalles des conclaves et Chambre du pape

Salles des conclaves et Chambre du pape

Fresques décoration de chambres
Fresques décoration de chambres
Fresques décoration de chambres

Fresques décoration de chambres

La chapelle et la grande chapelle ClémentineLa chapelle et la grande chapelle Clémentine

La chapelle et la grande chapelle Clémentine

Curiosité : dans la salle des cuisines, une hotte de 18 m de haut !

Salle de la Grande audience

Que la France est belle : AvignonQue la France est belle : Avignon

En face du Palais des Papes, l’hôtel des monnaies avec une décoration de sa façade qui vaut le détour ! et à gauche : le Petit Palais.

Hôtel de la Monnaie et Petit Palais
Hôtel de la Monnaie et Petit Palais

Hôtel de la Monnaie et Petit Palais

Quelques photos vues d’en haut…. le toit de la cathédrale: Notre-Dame des Doms, petit Palais, Hotel de la Monnaie et toits de la Cité des Papes.

Lieu fascinant ! et pourtant...

La cité des Papes fut transformée en caserne pour le 7ème régiment du Génie en 1810. Certains bâtiments furent rasés, abîmés,  jusque l'année 1906 où la ville d'Avignon construit une caserne de taille équivalente en échange de la restitution des lieux.

Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon
Que la France est belle : Avignon

Si l'un d'entre vous pouvait nous parler  du reste de la ville ou du Festival… ce serait sympathique!

CD

Lire la suite

Eric Faye : Eclipses japonaises lu par Antoine Eminian

9 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Les XXIIIième Jeux olympiques d'hiver s’ouvrent à Pyeongchang, en Corée du Sud, Ils se déroulent du 9 au 25 février 2018.

 Antoine nous parle d’un roman qui se déroule en Corée du Nord. Il nous en fait une brillante analyse et une critique étonnante. Voici un livre qui va vous passionner.

 

Eric Faye : Eclipses japonaises

 

L’auteur :

Eric Faye, né en 1963 à Limoges, est un écrivain français. Il publie nouvelles et romans depuis 1991. Nagasaki, roman paru en 2010, a obtenu le Grand prix de l’Académie française. Eclipses japonaises, son dernier roman, date de 2016.

Des années 1960 à 1980, la Corée du Nord enlevait des étrangers pour les obliger à former de futurs espions. Les kidnappés devant transmettre leur culture autant que leur langue à des Coréens afin de faciliter leur immersion en pays ennemi. De ces faits avérés et cités en postface avec leurs sources, Eric Faye a tiré une fiction, ce très beau roman.

Le roman :

Pour servir son projet l’écrivain orchestre magistralement une série d’enlèvements ou de faits divers mêlant plusieurs personnages, la trame du roman s’ingéniant à les relier adroitement les uns avec les autres pour créer une émotion démultipliée tout en restant sobre dans la forme. Nous suivrons donc, entre autre, les destinées de Naoko une fillette japonaise enlevée près de chez elle au Japon ou bien, autre cas de figure, le sort réservé à Jim, un soldat américain en poste en Corée du Sud, déserteur de l’armée US en passant au Nord pour s’éviter une mutation au Vietnam alors en pleine guerre…

 

La critique :

Construction habile alliée à une remarquable écriture. Dès les premières pages le lecteur est pris par le rythme paisible, l’empathie de l’auteur pour ses acteurs, sa douce bienveillance, ce style qu’on associe volontiers aux écrivains japonais classiques. Eric Faye aurait pu s’étendre plus longuement sur certains passages, s’attarder sur des scènes, engluer ses lecteurs dans un pathos lourd, non, il préfère nous laisser imaginer ce qui tombe sous le sens. J’appelle ça de la délicatesse car le fond du roman est effroyable : ces gens kidnappés durant plusieurs dizaines d’années, rebaptisés d’un nom coréen pour leur faire oublier leur propre personnalité, leur culture.

Au début des années 2000, la Corée du Nord a reconnu après des années de dénégation, l’enlèvement de treize citoyens japonais, un chiffre sans doute largement sous-estimé et qui n’a cessé d’être contesté depuis. Pour ceux qui seront libérés, le plus dur peut-être ( ?) reste à venir, quand on a vécu toute sa vie (mariage, enfants) dans un pays en tant que captif, est-il possible de revenir auprès des siens dans son pays natal ? Et les vôtres, peuvent-ils vous accueillir comme si de rien n’était ?

Un roman étourdissant et poignant à voir ces vies confisquées, falsifiées, pour les victimes des rapts ; vies en suspension éternelle à ne pas savoir ce qui est arrivé, pour leurs proches. Un roman en apesanteur dont on redoute à chaque instant qu’elle ne cesse, ce qui serait synonyme de chute brutale.

P.S. : On notera que l’écrivain semble connaitre parfaitement la culture japonaise et sa langue, et par ailleurs qu’il avait déjà utilisé des sources réelles pour écrire Nagasaki.

  « Revoir le Japon ! Une sensation de malaise innerve ce commencement de joie. Comment ferai-je pour leur expliquer, là-bas au Japon, la vie que j’ai menée ici tout le temps, se dit-elle. Oui, comment comprendront-ils ? Ils ne comprendront pas. Ceux qui nous attendent, préféreraient sans doute que nous revenions décharnés, dans la tenue rayée des survivants des camps, marchant comme des automates… Mais voilà, ils nous ont bien nourris, ici, ils nous ont même mariés, Jim et moi, ils ne nous ont pas fait de mal ; nous étions un peu leur trophée de chasse, qui plus est utiles ; (…) Comment expliquer, au retour, que nous n’avons pas été malheureux tout le temps ? »

Eric Faye  Eclipses japonaises  Seuil – 225 pages -

 

Nous remercions Antoine pour ses critiques littéraires toujours excellentes.

 

Lire la suite

Adieu Hélène, précisions

6 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar

Il y 4 jours, je vous annonçais, sur ce blog, la disparition

de notre collègue et amie Hélène Zipfel- Juzan

vous avez été nombreux à vous manifester.

Je vous précise maintenant, comme promis :

Une messe de recueillement aura lieu :

le mardi 13 février à 10h.

En l’église de la sainte Trinité, 

place d’Estienne d’Orves à Paris (75009)

Transport :

Métro ligne 12 Trinité- d’Estiennes d’Orves, RER E : Hausmann-St Lazare

Bus : Arrêt Trinité : 26, 32, 43, 68, 81.

Ses obsèques seront célébrées

en la Cathédrale de Bayonne

le jeudi 15 février à 10h.

Par discrétion l’adresse, pour envoyer vos condoléances, n’est pas portée sur cet article. Vous la recevrez par mail, n'hésitez pas à me la demander si vous ne recevez pas de courriel. 

Les petits mots et courriels reçus seront transmis à ses enfants.Nous pensons bien à eux.

Christine D.

Lire la suite

Adieu Hélène !

3 Février 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Membres info

 

Nous sommes très attristés aujourd'hui. Nous venons d'apprendre la disparition de notre amie et collègue Hélène Zipfel.

Nous l’avons connue, sportive, dynamique, courageuse, disponible, souriante. Elle aimait à se ressourcer dans les voyages et au pays basque.

 

Hélène Zipfel, 54 ans, heureuse avec ses trois enfants vient de nous quitter en ce 2 février 2018.

Jour de la chandeleur : Fête de la lumière ! Elle, qui était un véritable rayon de soleil.

 

Son message du 26 janvier à ses amis :

 

 

 

Qui veut dire : Paix ! (1er cours de calligraphie chinoise)

 

Sa vie au BHV :

Hélène est entrée en 1988 comme Chef de département mode au BHV, successivement dans les magasins de Belle Epine, Parly 2 et Flandre,

Hélène a ensuite rejoint Montlhéry comme sous-directrice Mode et  Equipement Ménager.

En 1999, elle devient acheteuse-chef de rayon du secteur femme.

En 2001, sous-directrice univers Décoration du magasin Rivoli.

De 2005 à 2007, elle est Chef de projet pour Rivoli, ensuite de la Direction Réseau.

Elle fut très active et participa aux ouvertures des deux BHV Déco de Rives d’Arcins et Rosny, des évolutions de Parly 2 et du pilotage du chantier Veille Concurrentielle pour la Centrale d’Achats.

 

Hélène Zipfel  est promue au poste de Directeur de Département du Lafayette Maison d’Haussmann au 1er décembre 2007 où elle restera jusqu’à ce jour.

 

Hélène restera présente au fond de nos cœurs.

Je ne manquerai pas d'ajouter le lieu et la date de ses funérailles dès que j'en aurais pris connaissance. Pensons et prions pour sa famille.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite