Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome

1 Décembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

La Roque-Gageac  Compte moins de 500 habitants.

En arrivant on découvre le château de la Malartrie, qui loue des chambres. Créé au XIIè siècle, La Malartrie était un hôpital pour lépreux mais il a subi de nombreux changements depuis. A la fin du XIXè siècle le Comte de Saint-Aulaire, Ambassadeur de France en Angleterre fit transformer le château dans le style renaissance qu'il arbore aujourd'hui.

 

Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome

Vous apercevez un joli manoir du XVème siècle, dit le Manoir de Tarde.

Si ce nom n’évoque rien pour vous, un petit tour sur internet vous expliquera cette célébrité (En résumé, né en 1561, il est philosophe, mathématicien, linguiste, archéologue, cartographe et surtout astronome ( ami de Galilée) et homme d’église.Encore un village classé, blotti au creux de la falaise, les rues piétonnières montent, dans une végétation exotique.

Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à DomeQue la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome
Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à DomeQue la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome

Jolie chapelle où s’arrêtent de nombreux touristes étrangers.

Et en bas la Dordogne où on vous propose des petites balades en gabarre.

Nous y retournerons.

 

Et si vous y passez par hasard ! Souvenez-vous de cette citation de Jean Tarde :

«  le hasard, c’est l’involontaire simulant le volontaire  »

Domme : est une bastide :

"L'Acropole du Périgord", c'est ainsi que l'on surnomme Domme.

Il faut dire que, surplombant de 150 m la vallée de la Dordogne percée de grottes et avec ses petites rues qui descendent vers le sud, cette bastide est unique!

En 1283 Philippe III le hardi décide de créer Domme, pour surveiller la vallée de la Dordogne cité prospère, traversant les troubles de la réforme, Domme résiste aux huguenots et compte aussi sa période difficile.

 Profitons du petit train pour visiter  les fortifications qui ferment la cité,  ainsi que les petites rues et les portes de la ville.

 

Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à DomeQue la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome
Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à DomeQue la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à DomeQue la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome
Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à DomeQue la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome

L’Eglise Notre-Dame de l’Assomption de Domme date du XVIIe siècle. Elle est construite avec les pierres de l’ancienne église, détruite pendant les guerres de Religion en 1589. Reconstruite en 1622 elle est dotée  d’un remarquable clocher-mur.

 

Le panorama derrière l’église est exceptionnel

Que la France est belle : le Périgord noir 4 - De la Roque-Gageac à Dome

A suivre.... Retrouvons nous à Sarlat!

Lire la suite

Que la France est belle : le Périgord noir 3- du Bugue à Cadouin, puis Beynac

25 Novembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest, #Randonnée-Week-end

Passage dans la ville se nommant : Le Bugue… la ville est arrêtée aux décorations du Tour de France de juillet 2017, les bords de la Vézère sont toujours aussi jolis.

Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis BeynacQue la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac

Poursuivons vers Limeuil qui n’a pas à rougir d’être classé dans la liste des plus beaux villages de France. C’est ici que la Vézère et la Dordogne se rencontrent. Originalité de cette petite cité de caractère les deux ponts

et ce village  médiéval avec ses ruelles escarpées, qu’il faut visiter bien chaussé car cela monte beaucoup ! Un petit coup d’œil à la chapelle  romane St Martin : pure, dépouillée et d’extérieur massif.

Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis BeynacQue la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis BeynacQue la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis BeynacQue la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac

Les « andronnes » passages étroits entre deux maisons servaient à l’époque à récupérer les eaux usées des latrines ou des éviers.

 

Direction Cadouin.  C’est dans la rue principale du centre ville que la façade de l’abbaye (et de l’église) de Cadouin s’impose.  Elle fut un lieu de passage du pèlerinage de Compostelle.L’église a la sobriété des églises abbatiales.

Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis BeynacQue la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac

La partie de l'abbaye: église est de style roman. sa façade est austère. On est interpellé par sa voûte en coupole décorée.

Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis BeynacQue la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac

Vierge de Cadouin remontant à la guerre de 100 ans et restaurée en 1891.

 

 

 

 

 

 

 

 

Notons au passage que cette abbaye cistercienne est classée au Patrimoine de l’Unesco.

Le cloître est admirable …Toute la richesse du style gothique.

Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac
Que la France est belle : le Périgord noir 3-  du Bugue à Cadouin, puis Beynac

Un petit passage à Belvés, cité médiévale en haut de son rocher.

et  nous voici repartis vers les gigantesques falaises où coule en aval la Dordogne, bordées de chênes verts et où émergent de superbes châteaux.

Un nouveau retour dans l'histoire du moyen-âge : châteaux, villages, églises romanes et abbayes vous invitent au voyage avec une grande émotion.

Castelnaud la Chapelle et Beynac .

Voyez ces deux châteaux de chaque côté de la Dordogne qui se défient. Ils contrôlent la vallée de la Dordogne.  Côté anglais à 70 m de haut le château de Castelnaud et son donjon , devenu le musée de la guerre médiévale. De l’autre côté : les Français à 150 m de haut , le château de Beynac et son charmant village aux nombreuses maisons coiffées de toits de lauzes.

Château de Castelnaud Château de Castelnaud

Château de Castelnaud

Château de Beynac
Château de BeynacChâteau de BeynacChâteau de Beynac

Château de Beynac

Non loin de Castelnaud, le château de Milandes qui appartenait à Joséphine Baker.

 

A suivre....

Lire la suite

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

16 Novembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest, #Randonnée-Week-end

C’est à Montignac que se situe la fameuse grotte de Lascaux découverte par hasard. 1940 : Un arbre tombé et déraciné, le chien d’un jeune court après un lapin  et tombe dans ce qui semble être un souterrain.  Jacques Ravidat décide de revenir avec 3  de ses amis afin d’y descendre munis de  lampes électriques  et là c’est un spectacle inouï qui s’offre à leurs yeux !

Les enfants se confient à leur instituteur qui préviendra l’abbé Breuil spécialiste de la préhistoire.  Ces fresques remontent de 15 à 18000 ans et le fait d’être restées enfermées à l'abri de l'air, ont permis leur conservation; Ne dirions-nous pas une peinture toute récente!

Les hommes ont utilisés le relief de la grotte afin de créer des perspectives, la peinture : des pigments naturels trouvés sur place  le rouge, l’ocre jaune…(oxyde de fer, de manganèse..) et des moyens : leurs doigts, des tampons de peau, des silex et des pinceaux.  

Un  bestiaire impressionnant où les chevaux dominent, suivis de bisons, bovidés, aurochs, cervidés et, 35 bouquetins.

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux EysiesQue la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

Dans la salle des Taureaux les peintures sont immenses avec d’autres animaux de plus petite taille.  Des signes sont aussi portés, sans que l’on ait découvert leur signification.

 

Montignac est jolie vue du bord de la Vézère

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux EysiesQue la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux EysiesQue la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

mais lorsque vous arrivez par la rue principale , vous faîtes là, un retour dans le temps d’environ 60 ans en arrière, à l'époque où le marketing et la décoration en étaient à leurs balbutiements.

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux EysiesQue la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

Poursuivons vers Thonac et le château de Losse :

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux EysiesQue la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

Forteresse médiévale transformée en 1576 sous l'influence de l'architecture italienne en un château Renaissance par un certain  Jean II de Losse

 Grand stratège et militaire, fidèle serviteur de la Couronne, il  décide à la fin de sa carrière de revenir en Périgord.

  La forteresse  est enserrée de murailles et bordée de douves profondes. A l’arrière,  sur la grande terrasse on retrouve la Vézère.

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

 Entrons par le Chatelet,

dans la cour d’honneur se dresse le château, on y trouve un mélange de décors  classiques de la Renaissance : La porte d'entrée est flanquée de deux pilastres d'ordre toscan, 

la Corniche en saillie, les croisées à meneaux plats et encadrement géométrique sculptées de  frises à denticules.

L’intérieur n’est pas autorisé à la photographie, il comporte de jolies cheminées, de beaux meubles anciens et d’anciennes tapisseries.

Sur le Chatelet, une citation de Montaigne.

 « L'homme fait ce que peut, la fortune ce que veut»  (la fortune étant le destin) .

Vue de l'arrière du Château

Continuons par Saint Léon de Vézère, encore un classé « des plus beaux villages de France ».

Avec sa remarquable  église romane du XIIème siècle et son village charmant.

Reprenons la route en longeant la Vézère, le spectacle est sublime, la vallée regorge d’abris creusés naturellement dans les falaises. La vie des premiers hommes est omni présente… la Roque saint Christophe  … et sa grande terrasse connue sous le nom de Boulevard de l’humanité.

 

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

Puis, vous arrivez aux  Eysies de Tayac, « Capitale Mondiale de la Préhistoire ».

De nombreuses grottes à visiter pour les passionnés dont celle de l’homme de Cro-Magnon ;

Non située en Centre ville l’église romane  St Martin de Tayac , construite en magnifiques pierres blondes Curieuse avec son caractère défensif  entre deux donjons et sa couverture de lauzes. Son plafond est en charpente et ses fenêtres : des meurtrières ;

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

Faisant partie des Eysies : la jolie petite église romane  Saint Marcel à Sireuil .

Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies
Que la France est belle : le Périgord noir 2- de Montignac aux Eysies

A suivre...

Lire la suite

Que la France est belle : le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

9 Novembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

Pendant quelques semaines, je vais partager avec vous, quelques visites dans une partie du Périgord... De quoi, vous donner quelques idées de weekend pour les mois à venir!

La vallée de la Vézère  est une région du Périgord noir, riche de beauté et d’histoire.

Depuis 400 000 ans l’homme y a trouvé sa place. Le long de cette rivière qui serpente entre de hautes falaises s’est créé le berceau de l’humanité. Je vais vous donner quelques idées pour des prochaines vacances 2017 ou 2018....

C'est en commençant par ce joli coin que nous poursuivrons sur Montignac, St Léon de Vézère, le Bugue, Limeuil, cadouin, Castelnaud la chapelle, Beynac, la Roque Gageac, Domme et bien sûr Sarlat la Canéda.

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

Terrasson Lavilledieu ,

Sur la colline s'offre à nous,  la falaise de Malpas . Découvrons l’ancienne ville, son église, bâtie par des moines et ses belles maisons médiévales aux toits d’ardoise et en bas…. Coule une rivière : la Vézère. . Le vieux Pont du XIème siècle  104 m de long) fait l’admiration des touristes, regardez la forme de ses arches les ogivales sont les plus anciennes. (Photo 4)

La vieille ville comporte :

De nombreuses fontaines fortement appréciées du temps des gaulois 

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

Les jardins de l’imaginaire qui étaient fermés (Mardi).

Les ruelles sont escarpées et on monte aussi par de vieux escaliers.

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly
Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

 

Une très jolie église « St Sour »  qui nous dévoile ses secrets.Nous sommes sur la place du Fort

l’origine, l'église était  romane, édifiée au Xème siècle en hommage au moine Sorus : Sour, qui s’installa en ermite au VIème siècle et y créa un monastère.

Je vous passerai sous silence les effets des guerres de religion pour reprendre  sur l’église rénovée de style gothique (Rare exemple dans cette région).

 

L’église est claire, les vitraux racontent l’histoire de Terrasson.

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

Originalité : les lustres proviennent de l’Hôtel  Royal Monceau.

Dans une chapelle latérale une jolie chasse reliquaire abrite des ossements de Saint Sour, à côté de sa statue.

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

Du haut de la falaise la ville et la Vézère s'offre en spectacle.

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly
Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

Direction Saint Amand de Coly :

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

 

Petit village de moins de 400 âmes ! Vue étonnante sur les murs d’enceinte et l’abbatiale. Fondée sur le sanctuaire où saint Amand était venu évangéliser la région, vers 431, elle abrita une communauté de chanoines réguliers de Saint-Augustin à partir du XIe siècle et au XIIème siècle l’abbaye était très prospère. Ruinée et désertée par la guerre de Cent-Ans, transformée au XVIe siècle en forteresse protestante, elle fut rendue aux religieux aux XVIIe et XVIIIe siècles et comme beaucoup de monuments, après les ravages et les destructions commencent les restaurations.- L'abbatiale est devenue ensuite  église paroissiale

Nous sommes impressionnés par l’imposante et puissance de sa tour-donjon de 30 m de haut et la restauration du toit en cours.

On refait à l’ancienne le toit de lauzes (environ 1 tonne au m2.) sur une  charpente en châtaigner qui se doit d’être très solide !

Entrons, rien ne ressemble à cet édifice d’Art roman, la pureté des lignes, les restes de fresques, le sol réalisé de petites pierres qui grimpent sensiblement dégage un sentiment de haute spiritualité. 

A l’entrée, le vieux Baptistère

En levant les yeux : de somptueuses voûtes…

Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly
Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly
Que la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de ColyQue la France est belle :  le Périgord noir 1 -de Terrasson à St Amand de Coly

A suivre....

Lire la suite

Visites sur Paris avec notre guide Didier Bouchard

4 Novembre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #France Ile de France

Découvrir des sites historiques, artistiques ou des expositions commentées à Paris avec notre guide Didier Bouchard, est une chance.

Parisiens ou Provinciaux de passage à Paris , saisissez votre chance.

 

Conférences Didier Bouchard

Conférencier national, diplômé de l’institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne

Ancien élève de l’école du Louvre

Boite 17 bât. D,

8, rue Cannebière 75012 Paris.

Tel: 01.43.07.09.69

 

Mardi 14 novembre

 

14h30 : le site Richelieu de la Bibliothèque Nationale : restaurations et nouveaux aménagements, aperçus des salles de lecture (salle Labrouste, manuscrits), petit musée des Arts du spectacle.

Rendez-vous : 58 rue de richelieu. 12€ entrée comprise. 25 pers.

Inscription : 01 43 07 09 69

 

Jeudi 16 novembre

14h50 l’atelier de la sculptrice Chana Orloff par Auguste Perret(1927) : un atelier  d’artiste des années 20 et son musée privé.(découverte d’une grande artiste des années folles, dont le fond d’atelier est conservé in situ).  Puis quelques adresses voisines : Soutine, H. Miller, N. De Staël. 

 Rendez-vous : angle rue de la tombe-Issoire et villa Seurat.

(20 pers.)Carte d’identité. 11€+entrée. Inscription : 01 43 07 09 69

 

Jeudi 23 novembre

14h15 : exposition « Derain, la décennie radicale 1904-1914» au centre Georges Pompidou (musée national d’Art Moderne).

Sur inscription préalable avant le 10-11, au 01 43 07 09 69

15 pers. 11€+entrée

 

Vendredi 24 novembre

15h :  l’Hôtel de Vendôme, siège de l’école des mines : bibliothèque, escalier du musée (décor peint), terrasse.

 Petite exposition « les Femmes et la Science » puis quelques curiosités autour des jardins de l’observatoire.

 

 Rendez-vous : devant le 60 boul. Saint-michel. 11€. Carte d’identité.

Nombre limité. Sur inscription au 01 43 07 09 69

 

Mardi 28 novembre

 

14h30 : deux collèges et un couvent de la montagne Sainte-Geneviève. (Bâtiments 18e  des anciens collèges des Trente-trois et des irlandais, et du couvent des Spiritains. Cours-jardin, chapelles, réfectoire).

 

Rendez-vous : à l’angle de la rue des écoles et de la rue de la montagne Sainte-Geneviève. 11€. Inscription : 01 43 07 09 69

 

Jeudi 30 novembre

16h : Exposition «Rubens, portraits princiers», au musée du Luxembourg.

Il reste deux places :

Sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée (unique visite)

 

Vendredi 1er décembre

14h30 : Les classiques de l’Art Moderne, de Matisse à Nicolas de Staël, au centre Georges Pompidou.

Quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69. 11€+entrée

 

Samedi 2 decembre

14h30 : Les Salons du Conseil d’Etat.

(Sous réserve de confirmation et sur inscription préalable au 01 43 07 09 69). 11€+entrée) carte d’identité.

 

Mercredi 6 décembre

 

 

15h : Exposition Monet Collectionneur

Une exposition inédite avec la collection personnelle de Monet

Tableaux signés Delacroix, Corot, Boudin, Jongkind, Manet, Renoir, Caillebotte, Cézanne, Morisot, Pissarro, Rodin ou encore Signac, peintures, dessins, sculptures révèlent une part cachée de la vie de l’artiste. 

Musée Marmottan

  (quelques places : tel 01 43 07 09 69).

 

Jeudi 7 décembre

15h exposition : les impressionnistes (et les Gauguin) de l’Ordrupgaard Muséum de Copenhague, au musée Jacquemart-André. Groupe complet, inscription sur liste d’attente au 01 43 07 09 69

 

Avant-programme 2018  (inscriptions ouvertes)

Vendredi 12 janvier

14h30 : Exposition Monet Collectionneur.

Quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69,

 Rendez-vous : 2 rue Louis Boilly. 11€+entrée

 

Vendredi 26 janvier

15h : La dernière œuvre de Gustave Eiffel : le Laboratoire Aérodynamique d’Auteuil.

Quelques places, sur inscription au 01 43 07 09 69.11€+entrée

 

Mardi 6 février

 

15h15 : Exposition l’Art du pastel, de Redon à Degas, au musée du Petit-Palais.

Quelques places, sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée.

Rendez-vous : à l’entrée des groupes (Rez-de-chaussée, à droite du grand escalier)

 

Jeudi 15 février

14h30 une visite par an : les salons de l’Arsenal, Hôtel du Grand-Maître de l’Artillerie.

Rendez-vous : métro Sully-Morland, côté rue de Sully.

15 pers. (15€ entrée comprise). Sur inscription confirmée par l’envoi du règlement.

Lire la suite

Jean Novosseloff : Résistance et timbres

29 Octobre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Membres info, #Livres et poésies

En cette période de vacances de la Toussaint, nous souhaitons de bons moments à ceux qui vont profiter de leurs enfants ou petits-enfants.

Nous aurons aussi une pensée pour ceux qui nous ont quittés.

 

Jean, lors de la rencontre de 2014

Jean Novosseloff nous a fait parvenir un sujet, fort intéressant et difficile, qui concerne notre histoire : la Résistance.

Cette résistance qui fut la mémoire de l’occupation, une réaction patriotique face à l’ennemi. Cette période de guerre fut marquée par des hommes de l’ombre, ils agissaient en silence, souvent sous un pseudonyme. Ces hommes et femmes de la guerre 1940-1945 avaient une double vie, ils devaient se méfier et ne connaissaient pas toujours les membres de leur propre réseau. Ils revêtaient plusieurs identités selon leurs besoins d’avancement.

 

Jean nous dit :

J’ai toujours été passionné par l’histoire et entre-autre, celle de la Résistance.

Il y maintenant plus d’une dizaine d’années,  j’ai rejoint l’Association des Amis de la Fondation de la Résistance et après en avoir été le secrétaire général, j’en pris la présidence.

Cette association a un site, qui explique le but de l'association et qui accueille les bras ouverts, toutes celles et tous ceux qui partagent « le travail de mémoire » qui guide les Amis de la Fondation de la Résistance. 

 

Passionné aussi par les timbres je viens de coécrire un livre avec l’historien Laurent  Douzou : « La Résistance oblitérée - sa mémoire gravée par les timbres ».

 

 

En un mot « Cet ouvrage n’est pas une histoire de la Résistance mais bien un examen de sa mémoire dans l’espace public telle que l’émission des timbres commémoratifs la donne à voir. Il accorde une attention particulière aux cinq séries dites des « héros de la Résistance » (1957-1961) qui constituent une remarquable anomalie. 

Depuis la Libération, la Résistance a été chichement célébrée par les timbres, avec de longues éclipses.

À sa manière, la politique d’État conduite pour les émissions de timbres aura ainsi vérifié la difficulté extrême de trouver le registre approprié pour évoquer la mémoire de la Résistance.

Comment transposer en images simples la réalité cachée et complexe de l’univers de la lutte clandestine ? 

Au fil de leur recherche, les auteurs ont eu accès aux archives postales, aux maquettes et projets élaborés pour réaliser les timbres ainsi qu’aux demandes d’émissions postales venues de tous les horizons ».

 

Pour ce livre qui vient de sortir le 19 octobre 2O17, j’ai créé un site : www.la-resistance-obliteree.com qui permet de commander ce livre paru aux Ed. des Félin.

J.N

Autour du « Livre Résistant »

Samedi 2 décembre 2017 à partir de 14 heures

 Écrivains et historiens dédicaceront leurs derniers livres parus sur la Résistance.

 Le Timbre est l’invité d’honneur de cette 14ème édition

 Salon des Fondations de la Résistance et pour la Mémoire de la  Déportation

 

30, BOULEVARD DES INVALIDES PARIS 7ème

Métro : ligne 13 – station : Saint-François Xavier

 

Réservation par mail : memoresistance@gmail.com

Par téléphone : 01 45 66 92 32

Merci beaucoup Jean pour cette information qui est très intéressante.

Au plaisir d'accueillir d'autres articles.

 

Lire la suite

Adieu Jean Pieters

20 Octobre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Membres info

Jean Pieters, notre doyen, vient de nous quitter,

Jean avait eu 97 ans, le 4 mai dernier, cet homme courageux qui commença à travailler à l'âge de 14 ans n’avait qu’un rêve en tête : sa  «  petite reine. »

Jean n’était que sourire ! C’était un sportif de haut niveau :

 

Sa vie: 

Il débute sa carrière cycliste  en 1936, il n’a alors que 16 ans en participant à l'Etoile du Cyclisme des Buttes Chaumont. En 1937, il termine 6ème en finale dans le Premier Pas Dunlop
Après un STO en Allemagne, il  reprendra les courses en 1944. 
En 1946, Il termine 2ème du Prix de la France Libre Au fil des années, Jean Pieters étoffe son palmarès : 7 victoires en 1947, 7 autres en 1948 dont le Grand Prix Nélaton, le Grand Prix d'Europe, 4ème du Grand Prix de Berlin et 12ème des 6 Jours de Paris.

En 1950, il remporte le championnat des Porteurs de Journaux, sous les couleurs de France Soir. Après 55 victoires et 38 places de deuxième, Jean Pieters met un terme à sa carrière en 1960

Engagé au BHV, à l'issue de sa carrière pro, il a remporté de nombreuses victoires sous les couleurs de l'entreprise. Beaucoup de ses amis proches Jacques R, André C, Aimé C et mêmes les mordus de l’US BHV Cyclisme se souviennent.

En 1960, il est devenu directeur sportif de « l'Equipe », tout en poursuivant sa carrière au Bazar.

Il avait pris sa retraite depuis, le début des années 80, et après avoir coulé une retraite tranquille chez lui, il avait rejoint depuis 18 mois une maison de retraite près de sa famille.

Nous étions heureux de le revoir aux rencontres des anciens.

Il est parti avec sa passion du vélo, dans un monde où il sera encore le meilleur...

 

Contact :

Si vous souhaitez envoyer des condoléances à sa famille, faîtes vous connaitre par l’intermédiaire de ce blog (ou en commentaire en me laissant votre mail ou votre n° de tel).

La levée du corps aura lieu à 14 h au funérarium de Vitry sur Seine 49 quai Jules Guesde puis, Jean sera incinéré au Crématorium d’Arcueil  à 15h,  8 rue du Ricardo 94110 Arcueil

 

Ceux qui veulent en savoir plus sur Jean Pieters peuvent lire le livre de son ami Dominique Grandfils : "Au temps du Vel d'Hiv", aux éditions Gremese. (ou me contacter, je vous mettrai en relation avec l'auteur).

Christine D

Lire la suite

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ 2/2

19 Octobre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages

Palmyre

 

Sur la route allant à Palmyre, une étape incontournable le « Bagdad Café »

Le lieu nous a servi de bivouac pour la nuit.

Palmyre, témoignage d'un passé florissant à l'est du pays, était la fin de la route de la soie. Nous y avons admiré les restes d'un temple  dont on pouvait imaginer les façades cloutées de feuilles d'or, un théâtre antique qui accueillait plus de 1000 spectateurs, et une allée de colonnades sublimes en plein désert.

Les médias se sont largement fait l'écho de la destruction au canon de ce site archéologique par les troupes djihadistes, et de la reconquête «des ruines de ses ruines» par les troupes gouvernementales.

 

Le temple de Bel n'existe plus

Photo internet du temple détruit

 Plusieurs mois de combats dans les ruines du site

 

 

 La demeure de l'illustre reine Zenobie (début IIIème siècle)


 

Le théâtre (détruit depuis) a servi de lieu d'exécution par DAECH

Le théâtre (détruit depuis) a servi de lieu d'exécution par DAECH

La porte de la ville

La porte de la ville

 L'artère principale

A posteriori, il est un peu difficile de refaire ce voyage en pensée.

Il ressemble désormais à un «chemin de croix» que nous n'avons pas vécu certes, mais dont on a presque quotidiennement suivi le cours. Tous les lieux où nous sommes passés ont été saccagés, meurtris par 7 années d'une guerre qui n'est pas encore terminée.

 Et que dire des gens?

Nous en avons rencontré, de tous milieux et de toutes confessions.

Il faut reconnaître que Bachar al Assad avait laissé une grande liberté aux différents cultes et les syriens, qu'ils soient  chrétiens ou musulmans,  vivaient en parfaite harmonie.

Les croix et les statues de la vierge étaient choses courantes dans les rues ou sur les églises de la ville, et à Alep au moment de Noël, les crèches étaient  aussi belles que dans tous les pays catholiques.

L'hospitalité et la générosité:

Ce ne sont pas de vains mots dans l'ensemble des pays du Moyen-Orient et notamment en Syrie, nous en avons eu maintes fois le témoignage.

Prendre le thé est une véritable cérémonie  avec toute la famille et les voisins réunis, et il y a toujours un ou une jeune appelé à la rescousse pour tenir la conversation en anglais. Quant à l'heure de se quitter, des gens visiblement modestes venaient nous offrir deux tomates, trois œufs, un concombre, comment ne pas  être émus?

Une famille Druze, le père colonel en retraite tenait une petite épicerie sur le bord de la route. Nous y sommes restés plus de 2 heures, la fille, institutrice, et le gendre ont été appelés pour pouvoir communiquer en anglais. Magnifique souvenir.


 

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ  2/2

Sur la terrasse du château :la curiosité insatiable d'une classe de jeunes kurdes Irakiennes en visite à Alep !

Elles rencontraient pour la première fois une française et voulaient tout savoir, et les questions fusaient, futiles ou sérieuses au point d'estomaquer leur professeur confiant à Pierre «mais celle-ci, désignant une jeune fille, elle est incapable de sortir une phrase en anglais en classe !» Sans doute que les commentaires d'une française étaient plus distrayants!

Petite anecdote:

Lorsque nous arrivions le soir dans un village pour y passer la nuit, nous avions établi entre nous, une sorte de rituel, tant en Turquie qu'en Syrie : Pierre allait à la rencontre des hommes pour demander à quel endroit stationner, et il ne revenait souvent qu'une heure après, passée à bavarder...

Moi, je m'installais sur une chaise devant le véhicule avec un ouvrage, tricot, broderie, et je surveillais du coin de l’œil.

J'attendais que la plus curieuse et la plus hardie des femmes pointe son nez à l'embrasure d'une porte...Cela ne manquait pas d'arriver.

 A son retour, Pierre me trouvait avec une «ruche» autour de moi qui était venue voir ce que je faisais et me montrait ses travaux en cours. C'était tout simplement le comble du bonheur!

Scènes de la vie quotidienne

 

 Précieuses vaches, soigneusement habillées pour l'hiver

 Promenade de dromadaires en 4X4

Et du mouton à mobylette

Bus à Damas

L'heure de la tétée dans le théâtre de BOSRA

Nous n'avons pu que penser à eux.

Dans tout le pays durant nos deux séjours, nous n'avons jamais eu l'ombre d'une inquiétude, mais plutôt ressenti une curiosité envers nous français, parés d'une aura flatteuse de citoyens du pays des Droits de l'Homme.

Nous n'avons à aucun moment suspecté les prémices de la guerre.

Sortie d'école à DEIR EZ ZOR comme dans beaucoup de pays du monde, uniforme obligatoire

Une sorte «d'omerta» ne permettait pas d'aborder certains sujets avec les gens avec qui nous pouvions parler. Mais ce malaise était perceptible, sans plus.

Il est compréhensible, qu'à notre retour en France, alors que le carnage commençait, notre cœur ait souvent saigné pour toute cette population, en particulier pour tous ceux qui nous avaient reçus et dont nous n'avons plus eu de nouvelles.

Nous sommes rentrés fin janvier 2011, la guerre a éclatée un mois après. Comme nous avons été bien inspirés de suivre les conseils de ces amis de rencontre un soir à Chimerea.

 En septembre 2012, nous avons pris une autre direction, qui elle aussi nous a marquée mais de façon différente: l'Amérique du Sud. Nous y avons vagabondé du nord au sud et d'est en ouest pendant presque une année. Mais c'est autre histoire.

Merci Marie-Jo et Pierre pour tous ses témoignages, toutes ses remarques. Vous avez fait un voyage superbe, et ce que vous avez vu, nul ne pourra le revoir.

Les photos sont superbes !

On aura plaisir à vous retrouver pour un autre voyage... Amérique du sud peut-être.

En attendant profitez de votre belle région du Périgord !

Lire la suite

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ 1/2

13 Octobre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages

Pourquoi une guerre dans ce pays que Marie-Jo et Pierre avaient trouvé si beau en 2010 ? Je ne suis pas une spécialiste, mais rappelons-nous quelques faits.

Printemps 2011 :  Des manifestations d'opposants, réclamant plus de démocratie au Président Bachar Al-Assad, éclatent. Les rebelles au régime commencent à entrer en conflit armé contre les pro-Assad. Profitant de ce conflit, trois  mouvements islamistes armés dont Daech , tentent eux aussi de de s'emparer du pouvoir.

Cette guerre entraîne l’exode de la population. On pense que  + de 10 millions de Syriens ont fui la guerre.

Perte irréversible d’un patrimoine de l’humanité :

La presse nous signale que 300 sites du patrimoine culturel syrien ont été détruits totalement ou partiellement, particulièrement à Alep, 7 000 ans d'histoire, de même pour les temples romains de Palmyre ou des statues assyriennes  à Hassaka.  Démolis par la guerre, parfois détruits pour des raisons religieuses, auxquels  s’ajoutent le pillage des sculptures, poteries, mosaïques…

Pierre et Marie-Jo, conservez dans votre mémoire ces souvenirs inestimables d’une Syrie en paix. Merci pour ce magnifique article qui passera en deux fois sur le blog, afin d'apprécier pleinement les photos.

Évoquer les souvenirs d'un voyage en Syrie revient à se demander si nous n'avons pas rêvé cet épisode de notre vie.

Cela remonte, déjà, à 2010 avec notre premier camping-car.

De fil en aiguille!

Deux ans auparavant un jeune couple de néo-zélandais nous avait dit, alors que nous visitions le site de Delphes en Grèce: « surtout, allez en Turquie c'est magnifique!»

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ  1/2

L'année suivante, nous y étions.

D'Istanbul au Lac de Van, de la Mer noire au plateau Anatolien et à la Cappadoce, nous avons pris tout notre temps pour découvrir le pays.

En fin de périple, il est une plage magnifique où viennent pondre les tortues, au pied de la montagne Chimerea. Le village s'appelle Cirali.

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ  1/2

Nous y avons rencontré des nantais, revenant de Syrie. Une soirée de conversation sous les étoiles nous a donné l'envie d'aller voir ce qu'ils avaient vu!

En septembre 2010, nous prenons donc la route avec pour destination finale Aqaba en Jordanie (la ville sur la mer rouge prise par Lawrence d'Arabie).

 Sur place:

Nous avons effectué deux séjours en Syrie l'un à l'aller, l'autre au retour de Jordanie.

Après la dernière ville turque Antioche, le premier choc, une fois passé la frontière, a été de découvrir  la ville portuaire de Lattaquié.

 

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ  1/2

Elle nous a laissé une impression bien peu séduisante avec son urbanisme désordonné, ses trottoirs défoncés, ses poubelles débordantes et, accroché à tous les lampadaires le visage de «bon père de famille» de Bachar Al Assad.

 

 Le président veille sur vous!

 Le président veille sur vous!

Nous y avons passé deux bonnes heures à tenter de tirer en vain des £ syriennes aux distributeurs de banques, jusqu'au moment où nous avons compris que l'équivalent de 300€ représentait une somme bien trop importante pour un DAB local !

Nous nous sommes donc contentés de 50€ avec nos cartes respectives...!

C'était encore la paix, mais quelques mois plus tard Lattaquié allait connaître le déferlement d'un demi-million de réfugiés fuyant Alep, et les autres zones en guerre.

Les lieux qui suivent, parmi tant d'autres, restent gravés dans nos mémoires.

Apaméa, où nous  avons passé ensuite, notre première nuit syrienne dans la plus grande tranquillité avec pour cadeau un coucher et un lever de soleil sur ses antiques colonnes. 

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ  1/2

La plus longue des colonnades antiques 1,850 km,  où Cléopâtre  aurai traîné  ses cothurnes sur un dallage de mosaïques!

 

Apaméa pour nous seuls

Apaméa pour nous seuls

Le gardien de nuit du site, trop heureux de passer une soirée avec nous,

Le gardien de nuit du site, trop heureux de passer une soirée avec nous,

Hama la douloureuse, et ses norias sur l'Oronte. Cette ville a souffert par deux fois, avec le père Assad (30 000 morts en 1982), et avec le fils puisque la ville a été assiégée pendant plusieurs mois, avant qu'une partie de  la population affamée puisse être évacuée par bus humanitaires.

Depuis le début de la guerre, Hama a été l'enjeu de cinq batailles et cela continue encore.

 (Autrefois 30 norias comme celle-ci brassaient l'eau de l'Oronte, il n'y en avait plus que 8 lors de notre passage , Sans doute n'en reste t- il aucune aujourd'hui.)

Le Krak des Chevaliers, classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco, cette merveille d'architecture militaire a été édifiée par les croisés au sommet d'une colline. La forteresse, pouvait à son apogée, au début du 12ème siècle, accueillir une garnison de 4000 soldats et de 400 écuyers.

Elle aussi a  souffert de bombardements et d'une occupation militaire.

( Lawrence d'Arabie écrivait en 1908 « Sans doute le mieux conservé et le plus admirable château du monde)   

( Lawrence d'Arabie écrivait en 1908 « Sans doute le mieux conservé et le plus admirable château du monde)  

Tunnel d'entrée et les écuries longues de 80 m
Tunnel d'entrée et les écuries longues de 80 m

Tunnel d'entrée et les écuries longues de 80 m

 Sur une colline, lui faisant face à quelques kilomètres à vol d'oiseau: la vierge Marie,

 Sur une colline, lui faisant face à quelques kilomètres à vol d'oiseau: la vierge Marie,

*Mar moussa Al Habachi ( en français: Le monastère de Saint Moïse l'Abyssin)

Le monastère et la montée pour y accéder.
Le monastère et la montée pour y accéder.

Le monastère et la montée pour y accéder.

Ce monastère a été fondé au XIème siècle, il est perdu dans le désert à 90 kilomètres au nord de Damas.

Ses bâtiments accrochés à la montagne ont été restaurés à partir de 1988 par un jésuite italien le Père Paolo.

Figure charismatique, prônant le rapprochement entre les syriens catholiques et les musulmans, ses positions courageuses face au régime en place lui ont valu d'être expulsé du pays en 2011. De retour pour négocier la libération d'otages, il a été enlevé dans un bus par Daech le 28 juillet 2013 à Raqqa.

Quatre ans plus tard il est toujours porté disparu et l'espoir de le retrouver vivant est bien faible.

 

Nous ne reverrons pas la Syrie par Pierre GÉRARD-DEPREZ  1/2

 La chapelle, reflet de la chrétienté orientale qui animait le Père PAOLO, cet «amoureux  de l'islam» comme il se définissait lui-même.

 LE DJEBEL DRUZE,

Curieuse région où le basalte a servi à la construction de PHILIPPOPOLIS au IIIème siècle par l'empereur Philippe l'Arabe. Nous nous y trouvons le jour de la grande fête de l'Aïd (fin du ramadan).

Les filles rivalisent d'élégance, jeans et sacs à mains, les gamins, histoire de s'amuser,  nous balancent d'énormes pétards sous le camping-car. Nous n'apprécions guère le jeu,  à cause de  la bonbonne de GPL, viatique indispensable pour la vie à bord!

A noter que chez les druzes, magnifique peuple, les femmes ne portent pas le voile

Un groupe de jeunes filles

 

Belle sculpture en Basalte

C'est un policier qui nous fait la visite de sa ville

 

 

 

 

 

 

 

 

​​​​​​​Philippopolis est un musée à ciel ouvert, le site archéologique est toujours habité

​​​​​​​Philippopolis est un musée à ciel ouvert, le site archéologique est toujours habité

*Damas avec sa vie trépidante, ses rues, ses boulevards, son souk, ses boutiques minuscules en bois sculptés et ses ruelles tenant du labyrinthe.

 L'entrée de la Grande Mosquée des Omeyades

La cour pavée de marbre  est un magnifique terrain de jeux !

 

 

 

 

 

 

 

 

<---La salle de prières

 Police « Elle est pas  belle ma moto ?»

 

 

 

 

 

 

 

Scène de la vie quotidienne : la fabrication du pain dans la rue.

 Le souk et ses minuscules échoppes pleines à craquer de marchandises

Alep deuxième ville du pays avec 2,5 millions d'habitants, son château sur une colline offrant une vue sur la ville à 360°, son souk, classé au Patrimoine mondial de l'Unesco  le plus grand marché couvert du monde dont la majeure partie remontait au XIVème siècle. Dès septembre 2012, il a été détruit par des bombardements suivis d'incendies dévastateurs.

A la fin de l'année dernière, il a été fait état que plus de 700 échoppes n'étaient plus que cendres.

Nous stationnons pour la nuit au pied de l'hôtel Sheraton. Nous n'avons pas  pu trouver mieux comme adresse!

L'entrée de la citadelle

Le salon de réception du château où ont été reçus nombre de chefs d'états notamment européens.

13 kilomètres d'allées comme celle-ci, dans le souk d'Alep

un vestige de la présence française

Pierre et Marie-Jo vous retrouveront la semaine prochaine à Palmyre ... Bonne semaine !

Lire la suite

PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2

5 Octobre 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest, #Randonnée-Week-end

 

« La halte, l'hospice, c'est par là »...Nous dit ce pèlerin. Nous allons le suivre et nous y rendre, mais auparavant faisons un petit tour au long des jardins et murailles, découvrons Saint Martin et Saint Gilles et un autre personnage célèbre, en ce fief protestant resté longtemps le premier en ce Saintonge et Aunis.

Au IXème siècle, PONTUS revit grâce à ses coteaux de vignes et ses prés et

avec la construction de l'église Saint Martin pour les prieurs bénédictins devient une des plus anciennes paroisses chrétiennes de la Saintonge.

Son histoire sur 10 siècles serait bien longue, mais en voici quelques éléments

Edit de Nantes 1598, les protestants réquisitionne la chapelle.

En 1629 reprise par les catholiques pour les récollets.

Les deux vues sont, la chaire et le baldaquin et la chapelle de la vierge.

Elle a été consacrée en 1834 suite a des travaux réglés par la Duchesse de Berry, de passage à Pons. La cloche de 1849, les orgues 1855, les vitraux posés en 1935.

 

Je ne sais si vous l'avez remarqué mais nous sommes passés au 15 août et le Moyen Age a disparu de la place, mais pas de l'Histoire.

Pons est extraordinaire à ce sujet.

 

Au siège de Pons en 1372 et après le retour des Anglais sous Edouard III en 1360, des résistances se sont organisées et c'est à ce moment que notre connétable Bertrand Du Guesclin avec Renaud VI , sire de Pons rendent la Saintonge aux français ; Renaud VI obtient là, l'île d'Oléron et Marennes en baillage.

Terminons cet épisode, en même temps que la guerre de cent ans avec

Jacques, alors seigneur de Pons, qui se bat jusqu'à Castillon 1453, nommé depuis Castillon la Bataille, va chasser les Anglais hors de France.....sauf....Calais.

Pons s'est trouvé affaibli par toutes ces luttes…

 

Passons à son réveil sous un autre jour au XVIème siècle.

Notre déambulation continue et, curieux nous empruntons une ruelle nommée « Passage sous les murs » pour rejoindre les bords de la Seugne et la base de place forte, puis nous remonterons par le « passage du milieu de la tour » .

 

PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2

Sur le haut de ce mur se place la porte d'accès Ouest de l'esplanade. On peut apercevoir sur la droite le faîte de la chapelle Saint Gilles. En 2008, une recherche a été effectuée sur ce secteur et cette chapelle. Une première porte avec une date 1067 est retrouvée, puis des réfections milieu du XIIème siècle. Il reste beaucoup de questions aujourd'hui seul un classement en 1879 a provoqué des réfections....

 

 

   En voici les images actuelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et nous voici avec Antoine de Pons, qui sera le dernier Pons comme sire. Il est marié à Anne de Parthenay en première noce et séjourne auprès de Renée de France- une des 10 enfants d'Aliénor d'Aquitaine – qui a hébergé et protégé Calvin- . Antoine va devenir un ardent propagateur des idées Calvinistes. Et, vous l'avez compris, c'est a ce moment que PONS devient une citadelle protestante.

N’oublions pas que la fille d’Antoine, Antoinette, s’est marié à un cousin de Jeanne d'Albret ...

Les d'Albret reprennent les rennes de PONS derrière Antoine.

Mais revenons a ce personnage du square.....

Il se nomme Théodore Agrippa D'Aubigné il est né a 4kms de PONS et il a été une figure particulièrement active du protestantisme.

Il a écrit entre autres, « le printemps » et « les tragiques ».

 

Antoine de Pons en se remariant va changer de camp et se battre contre les Calvinistes, mais Agrippa et les d'Albret sont là et Antoine est emprisonné à La Rochelle.

Guerres de religion, Saint Barthélémy, tout y passe à PONS. Plusieurs attaques des papistes refoulées par notre poète Agrippa. François de la Noue, s'en mêle, il est chef des protestants pour l'Ouest.

Jusqu'en 1621, nouveau siège de Pons, la ville est reconquise par les armées du Roi, qui fait tout raser, sauf le donjon. Et tout le monde revient et rebâti, les Récollets, les cordeliers et avant de suivre les pèlerins, après avoir été un des chefs-lieux de district de la Charente-inférieure à la fin du XIXème siècle, passons par Saint Vivien.

Sur la « VIA TURONENSIS »

Passage obligé a Saint Vivien, église construite en style Roman au XIIème siècle et remaniée au XVème siècle.

Elle est placée en bas de village, le long de la Seugne et en direction de l'Hôpital des

pèlerins. Classée aux monuments historiques depuis 1912.

La nef est à 4 travées avec 5 fenêtres sur les bas-côtés et 3 dans la nef. Les plafonds sont en bois et plans.

A l'origine une seule nef sans bas-côtés, ceux-ci ont été ajoutés au XVIIIème siècle.

L'église abrite la statue moderne de Notre Dame de la Recouvrance, vierge vénérée sous ce vocable depuis le XIIIème siècle. La dévotion à cette Notre Dame date de 1252, découverte d'une statue de la très Sainte Vierge. Celle-ci semble être liée aux chapelles « Saint Vivien » de PONS, BROUAGE, SAINTES, entre autres.

 

  

Comme nous l'avons lu précédemment, PONS est une place forte importante et accueille un flot croissant de pèlerins en route vers Saint- Jacques de  Compostelle.

 

Le vieil Hôpital (dont il ne reste que le nom de la rue) n'est guère fiable dans le sens où les portes de la ville sont fréquemment fermées et surtout la nuit.

Geoffroy III de Pons ou Pontes (déjà cité) va en 1160 fonder un Hôpital en bas de la ville et hors murailles afin de recevoir jour et nuit les pèlerins, mais aussi les nécessiteux qui trouvaient nourriture, soins et réconfort.

Ces locaux étaient tenus par des prieurs sous l'évêché de SAINTES, des sires de PONS et dédiés à Notre Dame.

Geoffroy III y est enterré.

PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2

Ce que nous avons découvert lors de cette visite, en ce 15 août sont visibles sur les photos.  En effet les guerres de religion ont fait leurs lots de destruction, Hôpital saccagé, chapelle détruite et reconstruite à l'économie, puis désaffectée au XVIIIe. Au XIXe la salle remise en état accueille une école gratuite pour enfants pauvres dont l'éducation est assurée par les sœurs de l'ordre des Ursulines « Les Dames Hospitalières de PONS ».

Tout est abandonné pour vétusté en 1818.

Une partie des bâtis sont transformés en logements sociaux et en exploitation agricole et il faut attendre 1998 pour que cet Hôpital soit classé (affichette ci-dessus).

Le jardin médicinal est refait en 2000, une restauration en 2004 et voilà…aujourd'hui, la salle sert de cadre à diverses manifestations culturelles.

 

PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2
PONS en Aquitaine par Jean-Pierre Franssens 2/2
Lire la suite