Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

17 Avril 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #France Ile de France

Besoin de sortir : Une petite sortie visuelle à Soissons, Ville  de 28000 habitants, sympathique à découvrir et ses anecdotes...

Nous pensons tous à la célèbre phrase : « Mais qui a cassé le vase… » et bien.... suivez-moi...

Cette ville est entourée d’espaces verdoyants, champs et forêts Vous aurez plaisir à faire une petite ballade en forêt de Retz.

C'est une ville tranquille, comme on les aime!...

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Cette ville existait déjà à l’Antiquité.

Étonnant ; elle devint le première Capitale des Francs en 486, grâce à Clovis après avoir gagné la victoire contre les Romains !

On retrouve en visuel, l’anecdote du vase. sur la place Fernand Marquigny, depuis 1935.

Mais, j'ai pu retrouver la version historique de l'Historien Grégoire de Tours  et je vous la livre ci-après.

Reims: Clovis baptisé par Saint Rémi

"Dans ce temps, l'armée de Clovis pilla un grand nombre d'églises, parce que ce prince était encore plongé dans un culte idolâtre.

Des soldats avaient enlevé d'une église un vase d'une grandeur et d'une beauté étonnante, ainsi que le reste des ornements du saint ministère.

L'évêque de cette église envoya vers lui des messagers pour lui demander que, s'il ne pouvait obtenir de recouvrer les autres vases, on lui rendit au moins celui-là. Le roi, ayant entendu ces paroles dit au messager :

« Suis-moi jusqu'à Soissons, parce que c'est là qu'on partagera tout le butin; et lorsque le sort m'aura donné ce vase, je ferai ce que demande le pontife. »

Étant arrivés à Soissons, on mit au milieu de la place tout le butin, et le roi dit  :

« Je vous prie, mes braves guerriers de vouloir  bien m'accorder, outre ma part, ce vase que voici » en montrant le vase dont nous avons parlé ci-dessus.

Les plus sages répondirent aux paroles du roi :

« Glorieux roi, tout ce que nous voyons est à toi, nous- mêmes, nous sommes soumis à ton pouvoir. Fais  donc ce qui te plaît car personne ne peut résister  à ta puissance. »

Lorsqu'ils eurent ainsi parlé un guerrier présomptueux, jaloux et emporté, éleva sa francisque et en frappa le vase s'écriant :

 « Tu ne recevras de tout ceci rien que ce que te donnera  vraiment le sort.».

A ces mots tous restèrent stupéfaits.

Le roi cacha le ressentiment de cet outrage sous un air de patience. Il rendit au messager de l'évêque le vase qui lui était échu gardant au fond du cœur une secrète colère.

 Un an s'étant écoulé, Clovis ordonne à tous ses guerriers de venir au Champ-de-Mars revêtus de leurs armes, pour faire voir si elles étaient brillantes et en bon état. Tandis qu'il examinait tous les soldats en passant devant eux, il arriva auprès de celui qui avait frappé le vase, et lui dit :

« Personne n'a des armes aussi mal tenues que les tiennes, car ni ta lance, ni ton épée, ni ta hache, ne sont en bon état.» et lui arrachant sa hache il la jeta à terre.

Le soldat s'étant baissé un peu pour la ramasser, le roi levant sa francisque, la lui abattit sur la tête en lui disant :

 « Voilà ce que tu as fait au  vase à Soissons. » !

 Celui-ci mort, il ordonna aux autres de se retirer. Cette action inspira pour lui une grande crainte. Il remporta beaucoup de victoires dans un grand nombre de guerres. …"

Voici le Bas-relief du vase

Voici le Bas-relief du vase

Ce bas relief se situe sur le monument aux morts que je préfère appeler Monument d’Histoire, car s'il porte la liste des morts, il évoque bien d'autres signes des temps. ( sur la place Fernand Marquigny au centre de la ville.)

En haut, 4 allégories portent une flamme

Au centre une femme ailée protège 2 poilus

Sur 2 angles des poilus, un Carolingien de l'an 923 défenseur de la ville et un homme avec un parchemin (1181 abolition des servitudes féodales)

Les autres bas reliefs présente Jeanne d’Arc

ou les Soissonnais en peur, pendant la guerre.

La dernière façade présente non photographiée, la commémoration des morts de la guerre 14-18.

Mais souvenons-nous, de la première Guerre Mondiale dont je vous ai parlé.

Ci-dessous le monument des anglais.

Les bombardements étaient incessants dans cette région, Soissons en subira les préjudices, car détruite aux trois-quarts.

La ville sera reconstruite laissant apparaître ça et là, des façades Arts-Déco.

 

Pour les gourmets : Il existe le fameux haricot de Soissons connus depuis longtemps.

En effet, pendant la guerre de 100 ans, (1337- 1453) , lorsqu’une terrible épidémie de peste (1349-1355) arrive, les Soissonnais s’enfuient rapidement, en emportant leur récolte… mais des graines tombent au sol  et l’humidité du sol les fera germer. Ces haricots permettront de nourrir la population à leur retour !

Autre anecdote : Une légende d'un livre de Soissons  : «  Au siècle dernier, le guetteur de la Cathédrale, nommé le Paon, égaya le haut de la tour en semant des haricots. » Il surveillait la ville et les incendies. Comme il s’ennuyait, il sema dans des caisses des haricots . Ses plantations volubiles s’accrochèrent aux garde-fous de la Cathédrale. Les gens voulaient voir de plus près cette couronne de verdure en haut de ce lieu saint.

Il distribuait ainsi quelques graines aux touristes. Il disait avec humour : « Dieu créa la fleur et lui dit Sois Rose !... Il créa le haricot et lui dit Sois Son ! et va en Paix (Pets) »

Les jardins de Pontarcher à Ambleny

Les jardins de Pontarcher à Ambleny

Vous voulez en cueillir où en acheter en bocaux, pour un repas

ou pour l'apéro ... c'est original et très bon! : Haricot de Soissons apéritif harissa, au vinaigre de cidre et pommes, au piment d'Espelette, ail et fines herbes ou paprika et colombo.

Je vous recommande l'adresse :  les jardins de Pontarcher à Ambleny, mais vous en trouverez aussi en ville!

l'abbaye saint jean des Vignes

l'abbaye saint jean des Vignes

A Soissons en dehors de la Cathédrale pour laquelle je vous dédierai un article, deux tours s’élancent dans le ciel, ce sont celles de l’abbaye Saint Jean des Vignes.

 

A côté l’Arsenal  L'arsenal témoigne de la présence militaire .

Revenons, au centre près du monument aux anglais, on aperçoit la vieille église Saint Pierre qui a fait partie de l'abbaye Notre-Dame de Soissons. La 2e photo nous montre les ruines de l'abbaye.

 
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Intéressant dans ce centre ville, un marché couvert bien actif le samedi où se mêlent sur les étals beaucoup de produits de la région ainsi que des volatiles.

 

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Ancien Palais de l'intendance, de  style néo-classique construit entre 1774 et 1775, il est devenu l'Hôtel de ville de Soissons en 1834. puis vous vous découvrez les berges de l'Aisne.

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

En parcourant la ville vous passerez devant l'abbaye St Léger.

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Bien sûr la région Soissonnaise est le pays de la pomme de terre, des chips Vico, de la betterave et de ses fabriques de sucre! (Blé, orge...)

 

Une sucrerie

Une sucrerie

Vous découvrirez la vallée d'Automne, le château d'Alexandre Dumas, Notre-Dame du Lieu restauré, qui cache quelques mystères!.... 

Château d'A. Dumas et abbaye du lieu restauréChâteau d'A. Dumas et abbaye du lieu restauré

Château d'A. Dumas et abbaye du lieu restauré

PierrefondsPierrefonds

Pierrefonds

Nous nous retrouverons prochainement pour visiter la Cathédrale et son quartier! 

Profitez bien de cette sortie en photos...

CD

Lire la suite

Aliénor d'Aquitaine et son divorce de Louis VII par Martine Mallein Leguedois

10 Avril 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres, #France 5 Centre

Martine et Gérard vous souhaite un excellent weekend de Pâques, malgré le confinement.

Petit repas sans doute amélioré, pour ce dimanche Pascal, après avoir célébré, pour les Catholiques la messe célébrée en Eurovision sur France 2, à 11 h, suivie de la bénédiction Urbi et Orbi par le pape François à 12 h. 

Nous retrouvons donc ce récit historique d'Aliénor qui reprend le jour de Pâques...

LE DIVORCE DE LOUIS VII ET D’ALIENOR

Pâques, le 3 avril 1149 : adieu Jérusalem !

Le couple royal a rejoint le port de Saint-Jean d’Acre. Leurs nefs les attendent, mais ils ne partiront pas ensemble.

Ils rejoindront le Saint-Père qui les attend à Monte Cassino.

Le pape Eugène III (1145-1153), ancien moine cistercien, avait reçu de son ami, Bernard de Clairvaux, un courrier le félicitant pour son accession au trône de Saint-Pierre, soulignant qu’il devait être : « l’ami de l’époux, le tuteur de l’épouse, la règle du clergé, le maître d’école des ignorants, l’avocat des pauvres, l’espoir des malheureux… ».

C’est dans ce sens qu’il avait, avec une très grande sollicitude, reçu au Mont-Cassin, haut lieu de la Chrétienté, terre de Saint-Benoît, les deux époux lors de leur retour vers Paris. Il semblait les avoir réconciliés.

De retour en France, où l’abbé Suger (1081-1151) surnommé par Louis VII « le père la Patrie » avait pendant deux ans assuré la régence en absence du Capétien. Le couple royal reçut le meilleur accueil au Palais de l’ile de la Cité, en novembre 1149. L’abbé a cherché à rajeunir la vieille demeure pour répondre au désir d’Aliénor.

La princesse Alix de France naît en 1152, mais rien n’est gagné.

Suger ne veut pas entendre parler de ce divorce, mesurant les conséquences qu’une telle décision aurait sur le devenir du royaume franc, la reine récupérant alors tous les fiefs qu’elle avait apportés dans sa dot et annulant ainsi l'influence des Capétiens dans la France méridionale.

La partie occidentale du royaume, soit environ un tiers de sa superficie, allait être perdue!

 Il tente d'en dissuader le roi. Ce n'est qu'après la mort  de Suger en 1151 que Louis VII met son idée à exécution s’en rapportant à l’archevêque de Paris.

Il faut chercher à mieux comprendre le caractère de Louis pour expliquer sa décision.

D’une part, il est le deuxième fils de Louis VI et d'Adélaïde de Savoie.

-Il a reçu une sévère éducation religieuse, élevé dans le cloître de Notre-Dame de Paris.

-A la mort de son frère aîné, Philippe, en 1131, tué accidentellement dans les rues de Paris, après avoir été désarçonné de son cheval par un cochon traversant inopinément la chaussée, il est sacré immédiatement roi et couronné, à Reims, dès le 25 octobre 1131, par le pape Innocent II.

-Plus tard, en 1137, à la mort de son père, il sera couronné roi de France, à Bourges. Voulant asseoir l'autorité royale, il s’appuie principalement sur les évêques, ce qui faisait dire à Aliénor qu’elle avait épousé : un moine !

D’autre part, les folles rumeurs qui avaient couru sur un possible amour charnel entre Aliénor et son oncle, Raymond de Poitiers, largement diffusées par l’évêque, historien de la Croisade, particulière mauvaise langue, Guillaume de Tyr, n’ont pu qu’humilier profondément l’homme dans sa chair et l’homme pieux dans les principes religieux qu’on lui avait enseignés et par conséquent l’amener à cette idée d’annulation de son mariage.

21 mars 1152, le second concile de Beaugency

Le concile se déroule dans l’église abbatiale Notre-Dame, située tout à côté de l’austère château, dominant la Loire. Pourquoi ce lieu, il semblerait que Beaugency ait été spécialisé dans les problèmes matrimoniaux, cas du grand-père de Louis, Philippe ler.

Sous l’autorité suprême de l’archevêque de Bordeaux, le concile rassembla nombre d’évêques du royaume ainsi que les principaux barons du côté laïc, pour statuer sur le sort de ce mariage mal assorti.

Une faille avait été trouvée motivant la désunion, la consanguinité : l’arrière-grand-mère d’Aliénor, Audéarde de Bourgogne, était la petite-fille de Robert ler le Pieux, arrière-arrière-grand-père du roi (au 5e degré).

Le verdict décisif : l’indissolubilité du mariage résultait des réformes du pape Grégoire VII, pour la séparation des époux : « l’impedimentum cogniationis », c’est-à-dire l’empêchement de parenté permettant l’annulation du mariage.  

Intérieur
Le déambulatoire

 

Aliénor d'Aquitaine et son divorce de Louis VII par Martine Mallein Leguedois

Ci-dessus l’abbatiale, extérieur et intérieur. A l’intérieur une plaque commémorative du concile

 

Au moment de la délibération, Aliénor reste dans le sombre château de Beaugency, Ce n’est pas la grande flambée qui pétille dans la cheminée de la salle austère où la reine attend qui va réchauffer son âme glacée. Elle joue un moment important de sa vie.

Les 15 ans de mariage avec Louis vont être gommés, malgré les deux filles qu’ils ont eues. Apparemment son ambition, sa forte personnalité, l’ont conduite à cette décision finale. 

On vient lui annoncer la nouvelle, rapportée par Boucher, dans les Annales d’Aquitaine : « Ils en prirent la charge à grand regret car bien savaient que la chose serait fort déplaisante à la pauvre reine, laquelle incontinent qu’elle en fut par eux avertie tomba évanouie d’une chaise où elle était assise et fut plus de deux heures sans parler pouvoir pleurer ou desserrer les dents » (Château de Beaugency, donjon ci-contre).

Peut-on le croire, car l’ambitieuse duchesse savait dès lors qu’elle pouvait épouser rapidement Henri Plantagenêt, l’héritier du trône d’Angleterre.

Elle semble avoir quitté ses deux filles sans avoir montré un réel chagrin. Quant au roi qui lui reprochait de ne pas lui avoir donné un héritier mâle, de sa troisième épouse, Adèle de Champagne, il aura comme successeur, Philippe-Auguste en 1165.

Et maintenant, le Mariage, très vite avec Henri Plantagenêt, futur roi d’Angleterre ! C’est une autre histoire.

Martine reviendra vers nous à l'automne pour la suite de cette belle histoire!

J'avoue que cette femme Aliénor m'interpelle . Depuis le Concile de Paris en 829, l'église interdit à un homme d'épouser une autre femme en dehors de la non consommation sexuelle du mariage.

Aliénor étonnante possède des pouvoirs étendus à l’égal d'un homme. Elle administre sa maison, ses domaines et ses terres. Elle participe avec d'autres femmes de son entourage aux croisades, comme guerrière, on la retrouve au Siège de St Jean d'Acre. Elle trouve le moyen de divorcer...

Elle va à l'encontre de l'image médiévale qu'on en imagine où la femme de la Chanson de Geste attend son amour chevaleresque, ôte l'armure de son chevalier, soigne ses plaies et s'occupe de la famille.

La réalité féminine d'Aliénor est surprenante, par les libertés qu'elle prend; Ne faudra-t'il pas attendre la révolution Française , pour parler de réforme du mariage et pour que la femme puisse jouir de ses biens propres.

Je suis étonnée de ne pas avoir trouvé Aliénor,  dans les deux tommes du Féminisme Français que mes collègues du rayon MN m'offrirent à un anniversaire...  pour me taquiner. ( Clin d’œil à Myriam, Martine, Raoul et Jean-Claude).

Joyeuses fêtes de Pâques!

Prenez bien soin de vous

 

Christine D

Lire la suite

ALIENOR D'AQUITAINE et la deuxième croisade par Martine Mallein-Leguédois

3 Avril 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

La semaine sainte débute le dimanche des Rameaux 5 avril et se termine le dimanche de Pâques 11 avril où les Chrétiens célèbrent la résurrection de Jésus. Cette période est très différente des autres années.

Les familles ne se retrouveront pas et pourtant chacun dans son foyer, en maison de retraite ou seul à la maison aura une pensée pour ceux qu’ils aiment.

L’après confinement sera différent d’hier et on peut espérer que les vraies valeurs reprendront place pour l’humanité : La famille, la fraternité, la sagesse, la patience et la foi.

Martine Mallein nous livre un  deuxième épisode sur la deuxième croisade. Cette épopée narrée par Martine agrémentée de l’histoire de la belle Aliénor, a toute sa place cette semaine.

Voici les Croisés en marche pour Jérusalem...

Nous sommes ravis de retrouver notre historienne Martine Mallein  et la remercions. 

Ceux qui ont manqué le premier article du 16 janvier, peuvent le lire en ouvrant le lien ci-dessous.

LES CROISES EN ASIE MINEURE

(Deuxième croisade)

19 mars 1148 : ANTIOCHE, le renoncement

Après la décision du roi d’éclater ses troupes en deux directions différentes, abandonnant les plus faibles au comte de Flandre et à Archambault VII de Bourbon qui seront massacrés par les Turcs, de Chypre, les plus vaillants partirent sur plusieurs nefs, emportant Louis et Aliénor.

Ils mouillèrent enfin avec les chevaliers et les troupes d’élite à Saint-Siméon, port d’Antioche.

Une grande animation régnait dans le petit port. En pénétrant dans la ville, les uns et les autres furent frappés d’admiration. Ils découvraient une ville éblouissante avec sa cathédrale Saint-Pierre[1], les dômes de ses multiples églises, ses monastères, ses riches demeures, des thermes, des fontaines, des jardins aux plantes finement odorantes.

Un peu d’histoire

Antioche, sur la rivière l’Oronte, avait été créée vers 300 avant JC. C’était une ville clé, sur la route de la soie qui rattachait principalement Xi’An (en Chine) à Antioche...charnière entre l’Anatolie, la Mésopotamie et la Judée.

Conquise par les Romains à partir de 64 av JC, elle fut la capitale de la province de Syrie.

A partir de 614, les Perses Sassanides s’en emparèrent, la transformèrent et l’embellirent. Elle fut surnommée la « Couronne de l’Orient ».

Le 2 juin 1096, (première Croisade) après un siège de 8 mois, Godefroy de Bouillon et ses Croisés enlevèrent la ville. Le frère de Godefroy, Beaudoin devint le ler comte d’Edesse.  

Ci -contre  Antioche  : église primitive

 

Épuisés, les chevaliers laissant beaucoup de morts sur le terrain, vont rester une dizaine de jours à Antioche, accueillis par Raymond de Poitiers, prince d’Antioche, l'oncle d’Aliénor d'Aquitaine et sa très jeune épouse, Constance[2].

Aliénor est émerveillée, après des mois de peur, de sang, elle jouit pleinement des fêtes données par son oncle en leur faveur.

Elle retrouve sa cour d’Aquitaine, car autour de Raymond sont regroupés en majorité des Croisés aquitains et poitevins. Ce sont des explosions de joie, des rires, mais aussi un relâchement général après la tempête, des beuveries, des danses, des chants, la débauche.

Dans les frais jardins dominant l’Oronte, Aliénor retrouve son oncle.

Une amitié peut-être trop tendre les réunit. Ils ne se quittent plus. Il a 50 ans, elle en a 25. Tous deux parlent politique et stratégie pour reconquérir le comté d’Edesse et cherchent à convaincre Louis VII.

Celui-ci rejette les précieux conseils de Raymond de Poitiers, de passer à la contre-attaque de Nûr-al-Dîn[3]. Il préfère continuer son pèlerinage vers Jérusalem bien que la ville ne soit aucunement menacée.

Les époux royaux ne s’entendent plus. Aliénor, légère et dissipée, s’amuse de toute évidence.

Dans une atmosphère et un chaud climat sensuel, Aliénor a-t-elle eu une aventure avec son oncle ? Guillaume de Tyr, va insidieusement rapporter des médisances sur le couple.

Le roi, dépité et courroucé, peut-être jaloux, renonce à reprendre le comté d’Edesse et décide de se rendre à Jérusalem pour accomplir le pèlerinage qu’il s’était imposé et exige d’Aliénor de le suivre.

Elle refuse, pensant qu’il ne devrait pas délaisser Edesse, il l’enlève, une nuit !

 

Avril 1148 : Enfin Jérusalem

Le St sépulcre Photo Alain Hanquez

Louis VII y retrouve Konrad et est accueilli par la reine Mélisende et son fils Beaudoin III.

Une armée languedocienne arrive à Acre avec à sa tête Alphonse Jourdain, comte de Toulouse, qui sera empoisonné dès son arrivée, affaire de jalousie.

<--- Le Saint Sépulcre –

 

 

 
Le saint Sépulcre, photos Marie- Françoise W (02/2020)
Le saint Sépulcre, photos Marie- Françoise W (02/2020)Le saint Sépulcre, photos Marie- Françoise W (02/2020)

Le saint Sépulcre, photos Marie- Françoise W (02/2020)

         De Tibériade en allant vers la Mer Morte

Capharnaum (photo Alain Hanquez)Capharnaum (photo Alain Hanquez)Capharnaum (photo Alain Hanquez)

Capharnaum (photo Alain Hanquez)

  • 24 juin 1148 : Assises d’Acre, dissensions entre les Croisés occidentaux et les barons de Jérusalem discutant sur l’occupation des armées stationnées à Jérusalem.
  • 24 juillet 1148 : Attaque du seul allié des Croisés, le régent de Damas, Nahr al-Sâbiran. Abandon de la position stratégique de la Ghouta (oasis proche de Damas). Le siège de Damas est levé.
  • 28 juillet : retraite des Francs vers Jérusalem.
  • Début septembre 1148 : embarquement à Acre, départ de Konrad III qui rejoint Constantinople.
  • Pâques 1149 : départ de la Palestine de Louis VII et d’Aliénor, restés sur place comme pèlerins, visitant les lieux Saints et les églises. Ils prendront le chemin du retour en empruntant deux navires distincts.

La galère d’Aliénor sera capturée par des navigateurs byzantins lors d’une bataille engagée entre Roger II de Sicile et le Basileus, Manuel Comnène.

 et lac de Tibériade vu du Mont des béatitudes photo Alain Hanquez

et lac de Tibériade vu du Mont des béatitudes photo Alain Hanquez

Le lac de Tibériade : photos Marie-Françoise W  Le lac de Tibériade : photos Marie-Françoise W

Le lac de Tibériade : photos Marie-Françoise W

Conclusion

Cette croisade souhaitée par Louis VII, dont il était le chef avec le germanique Konrad III ne fut pas une réussite. Elle s'acheva en 1149 par un échec total pour les Croisés, qui rentrèrent sans avoir remporté de victoire militaire en Orient, abandonnant aux Turcs le comté d’Edesse sans avoir cherché à le reprendre aux Turcs.

Le comportement du souverain franc peut être qualifié comme celui d ’un « roi pèlerin » qui n’avait pour objectif que d’expier son péché après avoir occis la population de Vitry-en-Champagne. Aliénor prétendait, elle, avoir épousé « un moine » !

Lois VII ne s’impliqua pas dans les affaires politiques de Jérusalem et laissa se dégrader les relations entre les barons syriens et occidentaux.

Quant à son couple, l’homme pieux s’était détaché de son épouse, trop volage, chacun souhaitant divorcer.

 

[1] Saint-Pierre a vécu 7 années à Antioche dont il fut le premier évêque. Une fête de « la chaire de Saint Pierre à Antioche » est célébrée le 22 février depuis le IVè siècle.

[2] Il épousa en 1136 Constance âgée de 10 ans, fille et héritière de Bohémond II et d’Alix de Jérusalem

[3] Zengy, dignitaire de Mossoul (1127-1146) et d’Alep (1128-1146)

 Nour ad Din, son fils, qui décapitera Raymond de Poitiers et rapportera sa tête dans un panier , le 30 juin 1149.

Aliénor est à la fois une reine influente et opiniâtre, et de l'autre côté elle incarne la femme libre, séductrice, intelligente et cultivée. Son charme  et sa beauté inspireront de nombreux historiens. Elle fut aussi mère de 8 enfants : 2 avec le roi de France et 6 avec le roi d’Angleterre, dont le plus célèbre sera Richard  (Cœur de lion)

Bien sûr, nous retrouverons Martine Mallein pour un 3éme chapitre dans quelques temps avec le divorce d'Aliénor.

Bravo, pour ce récit riche en recherche historique et très intéressant.

CD

Lire la suite

Corona virus.Vous pouvez aider aujourd’hui !

28 Mars 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Mickael Introligator que beaucoup connaissent, je rappellerai son expérience en fin de cet article, vient nous solliciter :

Ensemble, nous pouvons l'aider!

 

J'ai reçu son message :

« Nous avons lancé une campagne de dons pour soutenir la production de masques anti-projections pour le personnel médical.

Si tu veux participer c'est super.  Merci pour eux.

Et fais suivre au réseau stp.

Mike. »

Vous pouvez faire un don de 5, 10, 20 € et plus.

Merci pour votre participation.

Site https sécurisé

Cliquer sur le lien et à droite en ouvrant le site : "Contribuer"

 

Sa start-up fabrique des masques de protection en 3 D.

 

Aujourd’hui, sa société  travaille 24 h sur 24  afin d’assurer la fabrication des masques pour les hôpitaux et autres, ayant absolument besoin de travailler en sécurité.

Vous pouvez l’aider à fournir à prix coûtant ou gratuitement des masques.

Le CHU de Tourcoing vient de lui passer une commande.

 

 

Qui est-il ?

 

Michael Introligator est le Fondateur de CEO de United 3D Makers.

Aujourd’hui, il fabrique des masques en 3 D

 

Mickaël et son éternelle bonne humeur est entré au BHV en 1994, (au PPP),

il a travaillé au mobilier de jardin, au chauffage, puis au déploiement de la VAO,

il a poursuivit sa route comme sous-Directeur Supply Chain BHV puis,

Directeur adjoint à la logistique BHV-GL de Bussy st Georges,

puis il continua ses missions au sein des GL en tant que responsable e-logistique.

Il en est parti fin 2016 et a créé cette start-up.

 

Un exemple de message reçu (par discrétion, j’ai retiré les n° de tel)

Un grand merci à vous tous de la part de l’ensemble de l’équipe !

Vous pouvez me les adresser dans le service de réanimation du CH de Tourcoing.

Ci-joint l’adresse : Dr Vanessa Jean-Michel Service de Réanimation Centre hospitalier Gustave Dron (Tourcoing) 155, rue du President Coty 59208 Tourcoing cedex Si besoin : - mon numéro : XXX- numéro supplémentaire  XXX  Dr Georges : XXX numéro du service de réanimation : Encore merci, À bientôt, Vanessa

Transmis  le 28 mars à 08:53

Merci de votre soutien.

Christine D

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°39 en 1925 (2e Partie)

26 Mars 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Bonjour à tous.

En cette période de confinement, j'ai été très heureuse d'avoir de nombreux contacts avec nos retraités, bien portants, souffrants, solitaires, ou dont le conjoint est souffrant et bien sûr, nos Actifs plus disponibles que jamais. Certains ambassadeurs ou collègues du réseau ont aussi appelé des anciens et cela confirme que cette grande chaîne humaine du réseau existe à fond. Je les en remercie. Nous vous encourageons à multiplier vos contacts téléphoniques.

N'hésitez pas à me redemander la liste si vous l'avez égarée ou si vous n'arrivez pas à joindre quelqu'un, signalez le moi, j'ai peut-être un autre numéro.

Prenez bien soin de vous.

Christine D

Arts, Spectacles, Littérature

Le 5 novembre 1925 , la radio, TSF,  diffusera son 1er journal parlé .

Remarquable progression, après des balbutiements en décembre 1921 où Radio Tour Eiffel diffuse un premier concert,  puis fin 1922 des concerts de musique classique sur les ondes.

( Il faudra attendre les années 30 pour entendre des variétés.)

Lancement des disques vinyles Colombia : Une branche française de la firme britannique. - s'installe à Paris à la fin de l'année 1924. Elle adopte le procédé d'enregistrement électrique en 1925  et les premières gravures françaises datent de 1926. 

Artistique

On découvre Joséphine Baker, Mistinguett (jeanne Bourgeois) et Maurice Chevalier qui sera une véritable star de son époque ; C'est le grand succès de la "Revue Nègre" , on découvre aussi Sydney Bechet et sa clarinette.

Social :

Un problème crucial en France: La crise du logement.

A Paris par exemple 400 000 ménages vivent dans une pièce et 350 000 vivent à l'hôtel.

 

1925-L'Exposition des Arts Décoratifs de Paris et les Grands magasins

Reprenant les articles développés par notre collègue JP Franssens, ( en février 2016),nous ne citerons que l’essentiel.

« Lorsque s'ouvrit l'Exposition, les Grands Magasins pouvaient être fiers d'eux. Ils présentèrent leurs réalisations au sein de la construction de quatre superbes pavillons, Primavera, Pomone, Studium et Maîtrise, sur l'esplanade des Invalides.

 

Ils représentaient la Mode et l'Art de vivre à la française.

Le Bon Marché, Les Galeries Lafayette, le Louvre et le Printemps mirent en place des ateliers.

Une fois créés, les Ateliers d'Art prirent des directions différentes mais tous avec un seul but ; rendre accessible à toutes les couches de la population française, les objets d'Art.

 

Le Bon Marché, « Pomone », Paul Follot est en charge de sa direction  l'Art devait être répandu à profusion, il fallait industrialiser la beauté  et la mettre à la portée de tous. Pour satisfaire la clientèle aisée « Pomone » faisait illusion en notifiant « Chaque modèle est répété dans les conditions les plus avantageuses ».

 

La « Maîtrise » des Galeries Lafayette avec Maurice Dufrêne, proposa des produits accessibles à tous, mais pour se distinguer, il appliqua une patine particulière.

Le souci était de séduire une clientèle populaire tout en conservant sa clientèle huppée. Comme il fallait conserver une dimension de luxe. La « Maîtrise » créera « Rusticana » une ligne de produit avec publicité à l'appui.

 

Au Printemps, l’Atelier « Primavera » ne faisait travailler que  des Ateliers situés en France. Il avait son propre site de fabrication des meubles à Montreuil sous bois. Son but : le retour à la tradition. Il a contribué à relever bien des ateliers d'art et les industries artistiques provinciales.

Il fallait mettre à la portée du plus grand nombre, des objets, des étoffes, des meubles, des bibelots qui ne pouvaient jusque là être acquis que par des gens aisés.

 

Le « Studium » du Louvre, dont l'un des créateurs Djo Bourgeois, était un atelier d'Art de luxe qui visait « les femmes si possible riches et dépensières ».

En 1926, on parlait, « d'impérieux besoin de confort », d'une « intimité chez soi » et il était dit « nous possédons en France une élite de créateurs, élites d'artisans...à l'esprit toujours en mouvement et à l'affût des réalisations complètes et définitives »

 

Citroën utilise l'exposition des Arts Déco et surtout la Tour Eiffel pour faire connaître sa marque ! Pour l'époque, c'est révolutionnaire.

Tour_Eiffel_illuminée_Citroën Agence_de_btv

 

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°38 en 1925 (1ère partie)

20 Mars 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

En 1925-1926, la France verra passer huit ministres des finances. Raymond Poincaré à nouveau président du Conseil  va mettre en place un plan de stabilisation.

Je vous emmène faire un tour au BHV par l'image !

 

 

BHV : Esprit maison!

 

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°38  en 1925 (1ère partie)
Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°38  en 1925 (1ère partie)

Ici, le Bazar de l'Hôtel de ville communique  dans la presse sur la mode et sur la maison, le sport et les loisirs.

Et la Saga Pauline Lavau-Becker née Ruel, continue dans la Presse

Le 26 décembre 1924 , on pouvait lire dans l'écho d'Alger, journal républicain :

Le 6 novembre 1925, dans l’ »Action Française »  (article)

 

Commerce

1924, 1925  continuent sur de grands lancements que l’on retrouve en Grands magasins : Bibliothèque verte, exploitation de la fermeture Eclair (crée en 1851), le balai à franges o’Cédar, la cocotte en fonte le Creuset, le ruban adhésif Scotch, le poste TSF Philips.

1925 : La commercialisation des premières machines à coudre électriques.

 

 

On se retrouve la semaine prochaine pour la suite 1925  !...

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°37 en 1924

13 Mars 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar

Chers collègues, Une petite pensée pour vous tous dans la crise sanitaire que nous traversons.

Bien sûr, il y a les bien-portants parmi vous, mais nous en connaissons tous dont la santé ou celle de leur conjoint est affaiblie.

 Je pense aussi à tous ceux qui doivent s’organiser en travaillant, lorsqu’ils ont des enfants, aux nombreux collègues qui travaillent en prenant les transports en commun et qui s’inquiètent chaque jour. 

Je pense aussi à ceux qui ont des postes à responsabilité et dont l’entreprise est très impactée par cette crise et enfin à tous nos retraités à qui on demande de faire attention en les privant de visite d’un conjoint, d’un parent en Ehpad ou en les éloignant de la garde de leurs petits enfants.

Je vous souhaite beaucoup de courage. Prenez bien soin de vous ! Gardez votre bonne humeur. Amicalement. CD

1924 Politique et Economie

L'industrie Française se redresse en particulier l'industrie automobile.

L'aéroport est construit et fonctionnel.

Le  14 juin 1924, Gaston Doumergue remplacera le président Millerand. Sans être un homme de parti ,il est reconnu comme courtois et souriant. Il réduit les coûts de transports attaché à son service pour montrer l'exemple. 

Il est le 1er président à assister à la finale de la Coupe de Foot. C'est un président modèle durant son septennat.

Commerce:

On lance dans les grands magasins la vente des aspirateurs traîneau. Ci-dessous une sympathique illustration.

Pendant ce temps là au BHV

Le magasin reçoit une forte fréquentation


 

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°37  en 1924

 

BHV 1924 (Agence Rol)

 

La concurrence  se porte bien et multiplie ses annonces publicitaires dans les quotidiens.

 

 

 

 

 

 

La samaritaine se distingue ici, avec une animation pour Noël

 

 

Saga BHV : Pauline Becker-Ruel ou la suite d’un feuilleton !...

Un article dans l’écho d’Alger journal républicain du 23 janvier 1924, est rédigé sur le l’Interdite  et annonce même un film qui ne verra jamais le jour. 

Dans la « Grimace » de janvier 1924, une critique du livre l’Interdite :

A propos du livre l’Interdite de Pauline Ruel Becker

Cette œuvre sincère et bien documentée avec une évidente probité et une totale impartialité, pourrait s’appeler, indifféremment : « Le calvaire d’une mère » ou «  la Magistrature et les deux gendres complices de deux gendres et de deux filles dénaturées »

Dans L’Interdite, Mme Pauline Lavau-Becker née Ruel, fait passer les profils balzaciens d’une collection d’aigrefins coalisés avec les deux couples filiaux pour la dépouiller : un quintette de médecins d’affaires, un duo d’avoués canailles, des procureurs, des avocats, au nombre desquels nous avons eu le regret de voir M de Monzie jouait un rôle qui parait en désaccord avec son caractère …..

Ce livre doit être lu. Il jette sur les mœurs d’un certain monde politique, médical, judiciaire (l’un des gendres fut attaché au cabinet Barthou, l’ancien ministre de la justice qui qualifia de pourrie une partie de la Magistrature dont il était le chef), un jour édifiant.

Nous adressons ici à Mme Pauline Lavau-Becker née Ruel, l’expression de notre pitié profonde et à ses adversaires celle de notre mépris attristé.

Littérature

En 1924 un roman, triomphera : « Génitrix » de François Mauriac et Thérèse Desqueyroux (1927.)

Disparitions de 3 écrivains qui ont marqué ce début de siècle : Marcel Proust(1922), Pierre Loti (1923) et Anatole France (1924)

A bientôt .

CD

Lire la suite

Alfred Andrieu nous a quittés, le 6 mars.

8 Mars 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Comme il est difficile de m’adresser à vous, pour vous annoncer la disparition d’un homme formidable.

Alfred Andrieu, nous a quittés le 6 mars.

Il a fait une longue carrière au BHV et a laissé une empreinte inoubliable, dans les secteurs : maison, Arts Ménagers, Bricolage et le magasin de Rosny.

Chacun de nous se souviendra son côté humain, de son écoute pour chacun d'entre nous et son sourire.

Vous étiez très nombreux à le connaître et il m’est plus aisé d’utiliser cette triste nouvelle, par le blog.

Alfred venait d'avoir 85 ans en octobre dernier, et jusqu’au bout, malgré sa maladie, il a gardé bonne humeur et le sourire.

Une célébration religieuse aura lieu

le Vendredi 13 mars à 10h,

en l’église Sainte Catherine. (Place Sainte Catherine)

à  Honfleur

Son épouse Danielle sera heureuse de recevoir vos petits mots.

Je ne peux indiquer l’adresse sur ce blog par discrétion. Je la communiquerai aux personnes qui le souhaitent, vous avez mes coordonnées ou vous pouvez me la demander en commentaire.

Christine D

Je laisse ici la place à Marie-Anne, sa fille pour ce bel hommage à notre ami. Nous la remercions.

« Andrieu!...    Alfred!....  Monsieur Andrieu !

Plusieurs se reconnaîtront dans la façon qu'ils avaient de s'adresser à lui avec humour, sérieux ou amitié. Il avait quitté le BHV il y a 23 ans alors qu'il souhaitait profiter de sa petite fille installée trop loin de lui. Mais peut-on vraiment laisser derrière soi une telle partie de notre vie? Je crois sincèrement que la réponse dans son cas était: pas tout à fait.

Il avait grandi avec son entreprise, beaucoup appris, beaucoup donné, généreux de ses idées, talentueux et parfois même avant-gardiste, toujours ouvert et attentif aux autres, attaché à ses collaborateurs, tous ceux et celles qui ont cheminé à ses côtés au fil du temps. Je ne vous nommerai pas ici de peur d'oublier l'un d'entre vous, il ne l'aurait pas fait lui. Souvent, il nous partageait: "Te souviens-tu de..., on avait...", et nous revisitions son passé à coup d'anecdotes ou d'événements du quotidien dont il gardait encore un très clair et très précieux souvenir. 

Il ressentait un pincement au cœur à chaque disparition d'un collègue qu'il avait connu ou côtoyé.

Il nous en parlait et nous racontait son parcours avec lui ou elle dans un ultime hommage.

Aujourd'hui, peut-être ferez-vous de même en pensant à lui. 

Pardonnez-moi si ce message qui se voulait succinct s'étend finalement en longueur, mais pouvait-il en être autrement pour un si grand homme et un si bon papa. 

En guise de salut, à cette partie de sa vie qu'il chérissait encore. 

Marie-Anne Andrieu, sa fille. »

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°36 en 1923

6 Mars 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°36  en 1923

1923 : Economie :

L’économie  tarde à redémarrer. En 1923 Poincaré lance une politique de rigueur budgétaire et augmente les impôts de 20%.  Lorsque les socialistes soutenant les radicaux  veulent un impôt sur le capital, les gens retirent leur argent pour le placer à l’étranger. On ne sort pas de cette impasse le pouvoir d’achat baisse et la monnaie faiblit.

1er mars 1923 : Premières 24 h du Mans avec une vitesse très importante…

Ne riez pas : 80 km/h.

Sur le plan automobile, Renault, Citroën modernisent leurs usines pour produire davantage.

Vers 1923 Citroën invente le système de ventes par concessionnaires.

Retrouvons ces nouveautés qui ont fait l’essor des grands magasins.

Du 18 octobre au 04 novembre, par un temps froid et pluvieux, a lieu à Paris :

Le premier « Salon des Appareils Ménagers » (et non "Arts ménagers)

Il fut  créé  à l’initiative de Jules-Louis Breton pour récompenser par un concours  les meilleurs  inventeurs des meilleurs appareils ménagers.

Ce premier salon de 1923, connut de suite un grand succès .Cette manifestation regroupa  200 exposants dans deux baraquements du Champs de Mars sur 5000 m² et elle reçut 100.000 visiteurs.

L’électricité accompagne une forte mutation des modes de vie.

Pour la première fois 1923 marque un tournant dans le modernisme des tâches domestiques. Les femmes sont très intéressées, même si les prix leur paraissent élevés.

Alors on se lance à fond dans les bouilloires, fers, chauffe-plats, grille-pain, aspirateurs, sèche-cheveux, fers à friser , ventilateurs et chauffages !

Ce n’est qu’un début. Calor et Paris-Rhône seront les entreprises vedettes de ce salon. On assistera aux premières ventes de réfrigérateurs!

Quelle aubaine pour nos grands magasins ! Et pour le BHV qui deviendra dans les années 90 le plus grand point de vente de France, en terme de Chiffre d'affaires.

1923 c’est aussi le développement des plats Pyrex Chez Saint Gobain à Bagneux.

Dans le secteur Beauté :

Loréal  lance ses premières publicités sur les shampoings colorants.

 

 

Côté Saga de Pauline Ruel-Becker 

Malgré une procédure de saisie, Pauline Becker parvient à faire publier en 1923 un livre " L'Interdite" dénonçant les agissements de son gendre auquel la justice finira par retirer toute prise sur l’administration de sa fortune.

Et le feuilleton sur Pauline Becker continue, on lit  le 23 décembre 1923 dans les « petits Potins de Paris »  la sortie du Livre : « L’interdite » écrit par Madame Pauline Ruel Becker expliquant le drame qu’elle vient de vivre. Le journal "les Potins" explique que l'édition a failli être saisie .

 

A bientôt.

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°35 de 1921 à 1922

28 Février 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Nous avançons dans le temps .....nous voici en 1921 ....

Un additif à 1920 sur  le BHV :

1920 : Création de l’Union Sportive. Elle fut déclarée au ministère de la Guerre et obtint l’agrément du gouvernement en 1954.

Dans le premier article des statuts on peut lire : « Il est fondé à paris au grand Magasin du Bazar de l’Hôtel de Ville, qui prend le titre d’Union Sportive du Bazar de l’Hôtel de Ville. Le but de cette société est de pratiquer les exercices physiques et de préparation militaire et d’entretenir entre les employés des relations d’amitié et de bonne camaraderie. ». US BHV se devait de pratiquer le sport aux couleurs du magasin. Il était ainsi précisé dans l’article 21 que : « Les couleurs de la Société sont Vert et Blanc ».

L’US BHV ne pouvait utiliser qu’une salle de musculation au 1 rue des Archives et un terrain d’athlétisme à Bourg la Reine avec une baraque comprenant : un salon de réception, un bain douche, et quelques vestiaires hommes et femmes.

US BHV s’arrangeait avec l’équipe de Football du Red Star qui lui prêtait son stade.

A ces chevaliers de l’époque : rien d’impossible, donc on louait par ci-par là des installations sportives. Les récompenses : des médailles, des coupes ou des maillots !

1921 Au BHV

Très beaux catalogues!

 

1921- 1922

Nous venons de voir, en ce début des Années Folles que la crise sociale de 1920 avec ses grèves est passée, mais que l’inflation continue de s’accélérer. Le parti socialiste a éclaté et le parti Communiste a pris vigueur

Sciences :

Découverte  du bacille de Koch par Calmette et Guérin. Les premiers enfant seront vaccinés l’été 1921  de la tuberculose par le BCG.

Le commerce :

Finissons cette année 1921 avec un moment grave dans  le commerce des grands magasins :

Un incendie a ravagé le printemps,  en 1921, un an après la mort de Monsieur Laguionie en mars 1920 à l’âge de 78 ans . Extrait de sa vie lu, dans le journal :

 
Incendie Printemps 1921 Ph agence Rol
Incendie Printemps 1921 Ph agence Rol
Incendie Printemps 1921 Ph agence Rol
Incendie Printemps 1921 Ph agence Rol
Incendie Printemps 1921 Ph agence Rol

Incendie Printemps 1921 Ph agence Rol

Il semble que l’incendie soit dû à un court-circuit.

 

Extrait du Petit Parisien

Commencé très tôt le matin «  l’incendie atteignit sa plus grande violence vers 11 h du matin.  C’est  Seulement vers 16 h , que l’on pu découvrir le spectacle de désolation.  Il ne restait que les quatre murs avec au milieu l’escalier dont le bas s’était affaissé mais dont les paliers avaient tenus et restaient suspendus au milieu du vide…. … »  Les magasins  ont pu rouvrir le 29 septembre.

 « En moins de 48 h les rayons ont été réorganisés, regroupés : deux étages des anciens magasins, jusqu’alors occupés par des services seront affectés à la vente ainsi qu’une partie de l’annexe de la rue de Provence. Les services de livraison  et d’expédition n’ont pas été interrompus. Les réserves de marchandise sont intactes et permettent de satisfaire toutes les commandes »…

Voici un exemple extraordinaire de solidarité du personnel, dans un terrible événement.

1922 le Grand Bazar de l'Hôtel de Ville,  organise une grande fête pour son personnel avec un orchestre : membres du personnel, et donne un bal.

Le nouveau portail

Les activités sont prospères, les catalogues se multiplient. On a parfois du mal à suivre ...

Tel ce courrier envoyé à certains clients.

(Document Archives de Paris)

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°35 de 1921 à 1922

 

 

Comment trouver vos jouets ... Un plan vous aidera !

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°35 de 1921 à 1922
Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°35 de 1921 à 1922

Et aux Galeries Lafayette, le 22 mars, on inaugure sur la terrasse, un monument pour célébrer l’atterrissage de Jules  Védrines  sur la terrasse du magasin.

 

Littérature :

1922 va laisser paraître le livre à scandale de Victor Margueritte : la Garçonne.

Monique, indépendante, athée, mariée, trompée, chef d’entreprise, bisexuelle, avait de quoi choquer hommes, femmes, clergé… pour l’époque.

Hachette refuse de l’éditer et il sort chez Flammarion.

Automobile

1922 : Naissance du premier code de la route.

Création de passages pour piétons.

 

A bientôt !.... en 1923

CD

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>