Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

7: Le BHV de sa naissance à nos jours : 1973-1974

21 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 

H1973: Ouverture du BHV Rosny au Centre Commercial Régional de l’Est Parisien à Rosny sous Bois.  13 600 m², 300 personnes.

Directeur : Monsieur Touzé. 05 rosny 01

                                             Image d'époqueRosny-ouverture.jpg

1973 Grâce à l’informatique nouvelle, le BHV développe l’approvisionnement centralisé. Des documents de réassorts sont envoyés vers les magasins, les responsables notent leurs besoins, et Ivry envoie la marchandise sur le magasin. Nous avons là une amélioration de la connaissance des stocks. (En particulier, pour les stocks lourds création du système PPP dont Jacques Boissin était le chef de projet)

H1974  Ouverture de la Vente sur Entrepôt sur 2500 m²

1974 : Une grande étude avec le cabinet Mac Kinsey permettra d’orienter différemment la Politique Commerciale du BHV.  C’est ainsi qu’on vit se dessiner une nouvelle stratégie avec la création de BHV spécialisés dans le Bricolage.

 

H1974  septembre : Ouverture du BHV de Créteil au Centre commercial de Créteil Soleil sur 19 000 m².  En face dans la Galerie : le plus beau Printemps d’Europe ! Il ne survivra pas et sera remplacé par Carrefour.

Directeur : Alain Queroy. ( debout et JM Lepermentier, Suzanne Gayot et Rémi Lacointa)

Creteil équipe

 

07 créteil

Centre commercial Créteil Soleil

Creteil 1

 

Creteil 2    creteil 3

creteil 4 creteil 5

 

1974 : Gérard Boulot revient au BHV, il est réélu président du BHV

A ce moment là,  André Benoit prend les fonctions de Secrétaire Général adjoint : Plan Budget, Contrôle, Contrôle de Gestion, Immobilier qu’il gardera jusqu’en  1982.

   

 A suivre....

Lire la suite

6: Le BHV de sa naissance à nos jours : 1971-1972

17 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 

H1971: Ouverture de Belle- Epine  à Thiais. Directeur : Monsieur Lambert. Le  Concurrent grand Magasin des galeries Lafayette ne résistera pas et fermera rapidement ses portes, il sera remplacé par Carrefour. 

BE 1r     BE-40-ans.jpg

BE-Noel-1.jpg BE-Noel-2.jpg

 

BE-St-Valentin.JPG

 

BE-FMeres.jpg DSCN0239.jpg

 

1972 : Création du Gidep, GIE qui gérera les démonstrations pour le compte des fournisseurs. La demande des directeurs de département : Messieurs Pautrot et Charrois est pressante, avec le démarrage de l’expansion des magasins.

Les fournisseurs ne pouvant pas supporter des frais de démonstration dans les magasins pouvaient ainsi, peu importe leur taille, bénéficier des avantages d’un personnel formé et qualifié représentant leur marque.

Ce système à permis d’accroître le personnel dans les BHV et clients, magasins, fournisseurs et employés en étaient satisfaits. Le système étant très bien géré.

Martine Mallein reprendra le Gidep en 1982. Le Gidep deviendra GD en 1985 et la dissolution du GIE aura lieu en 1992.

1970- 1972 Tout fonctionne correctement, le groupe Nouvelles Galeries présent partout en France à l’exception de la région Parisienne détient 57 magasins  et 116 affiliés. L’intégration du BHV dans le groupe NG conduit cette dernière a utilisé les services de la Centrale pour la Nouveauté. La Centrale NG saura profiter de l’expérience du BHV dans le secteur Equipement de la Maison et Bricolage.

Au NG l’informatique fonctionne bien, on passe déjà des commandes sur bordereaux en lecture optique. Je me souviens en 1970-1971 avoir porté mes commandes au Siège des Nouvelles Galeries pour les articles Gros-Ménager de marque propre NOGAMATIC. Encore fallait-il apprendre à bien écrire ses chiffres !...  (Auparavant le BHV avait utilisé aussi un nom de marque propre avec l’électroménager RIVOLIA.)

Nogamatic.jpg

Les marques propres ! En plus de Nogamatic nous connaissions Modus pour la Maison et Donatella et Jean Dejay pour la nouveauté.

 

Les NG :  véritable empire de la Distribution :

C’est en 1884 que le neveu du fondateur  Aristide Canlorbe crée « Les grands Bazars » qui donnera naissance à la Société des Grands Bazars Réunis en 1891 ; Le siège est alors rue des grands Chantiers qui donnera son nom à la rue des Archives,  Vous qui passez au 66, regardez cet immeuble!

NG 02 66-rue-des-Archives

 Les Nouvelles Galeries sont un ensemble de Sociétés spécialisées avec :

 COFINOGA : (Un aparté : COFINOGA veut-il dire quelque chose pour vous? :)  COmpagnie FInancière des NOuvelles GAleries ! Voila un nom qui n’est pas prêt de disparaitre …du Vocabulaire BHV ou GL et qui n’a pourtant plus de signification à ce jour !

Les autres…. La SONAC(Import-export), Unicofra (Financier), Soditour pour les Voyages : 60 bureaux en France, Noghotel (Genre de DHC ou Kyrielle),  DEP (pour le dépannage et le SAV) qui deviendra BHV service n°1 ou SN1, Réaltec et Crip-Crop (Restau rapide), Oui encore une fois nous étions là en France avant Mac’Do !

Enfin, le centre commercial de Cap 3000 (dont les murs furent vendus par les GL en 2010),  57 magasins et 116 affiliés. Uniprix à 75%, Magmod de Strasbourg à 23% et enfin la part BHV passe de 38 à 43%.

Séphora ! Le saviez-vous ?  Les NG ouvrent à Paris une enseigne Séphora de 1000 m² de produits de Beauté et de soins, 10 autres ouvertures sont alors programmées !...

 

Le personnel NG: 40 000 personnes dont 20 000 dans les magasins.  Il faut songer à la formation !

INSED : C’est là que naîtra dans les locaux de la Formation de la rue du Plâtre : l’Insed (Institut National Supérieur d’Enseignement de la Distribution). Alain Bourdy vous en parlerait plus savamment que moi. Tout ce que je sais, c’est que plus de 5000 stagiaires NG et BHV y étaient formés.

1972 : Le BHV ajoute un entrepôt à Alfortville ; (27 000m² de plancher en 2 étages environ). Cet entrepôt est utilisé pour le gros ménager et la Télé.

L’emplacement proposé  plus tard pour préparer des collections n’a jamais eu de succès auprès des Acheteurs. Il faut dire que l’emplacement lugubre entre le Gazomètre et le cimetière aurait pu servir de décor à un thriller !

A suivre...

Lire la suite

5: Le BHV de sa naissance à nos jours : 1968-1970

14 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 Cet article a été enrichi de quelques photos sur Parly et GargesIvry

Les entrepôts : A Ivry, je découvre « Zébulon » ! Encore une réussite du BHV, toujours précurseur! Un tracteur électronique télé programmé, avançant tout seul dans Ivry et capable de fonctionner sur 2 niveaux.  Des ingénieurs du monde entier venaient visiter les entrepôts pour découvrir ce fabuleux tracteur capable de s’arrêter devant un obstacle.

D’autres que moi pourront vous parler de cet homme prodigieux : Bruno Lussato qui inventa ce projet plein d’audace et fit avancer à grand pas la gestion de l’Entrepôt.  B.Lussato fut recruté dans les années 60 par Roger Staffe et Monsieur Grouillier qui dirigeaient Ivry, sur les recommandations de Georges Lillaz, PDG du BHV qui fut le Mécène de SOS amitié.

DSCN4195

 

Commentaire de Jean de Nerville réintégré :

 Zébulon était filoguidé c'est-à-dire qu’il était suivi et guidé par un fil noyé dans le sol. Sa programmation c'est-à-dire sa destination finale était faite à partir du tableau de bord du tracteur.

Sa vie à l’entrepôt fut relativement courte car il portait en germe dans son principe 2 handicaps majeurs : conçu au départ par les Allemands pour circuler sur un seul niveau, on lui demandait de franchir des rampes à la montée et à la descente. Un convoi trop chargé stoppait le tracteur à la montée et à la descente les roulants trop lourds se mettaient en accordéon derrière lui et le faisaient dérailler.

Son autre handicap était qu’il se mettait en concurrence avec la confrérie des caristes dont il été chargé de diminuer les effectifs.

Au rez-de-chaussée de l’entrepôt, avait été aménagé un centre de contrôle qui permettait de suivre le trafic des tracteurs dans l’entrepôt sur un tableau pourvu de petites lampes vertes correspondant aux différentes sections du circuit. Elles se mettaient à clignoter dès qu’un incident se manifestait sur le circuit : déraillement sur une rampe dû à des roulants accordéonistes, arrêt devant un obstacle malencontreusement placé sur son trajet, soupentes arrachées par un chargement débordant.

Il y a des jours où ce tableau se transformait en arbre de Noël.

En fin de compte ces handicaps ont eu raison du système. Il a fallu ranger le petit train qui avait promené tant de personnes pour sa promotion.


 1968 Novembre : Georges Lillaz vend ses actions Aux Nouvelles Galeries . Celles-ci détiennent désormais 38 % du Capital.

NG 05 66-rue-des-Archives

 Boulot-G-copie-1.jpg

  

 La  Société des Nouvelles Galeries nomme Gérard Boulot à leur tête pour présider les NG, aidé d’Alfred Lombard Directeur général.

 Jean-Paul Piedelièvre devient Président du BHV. Il sera secondé par Jean-Pierre Boulot comme Directeur général et Jean-Bernard Noyère comme Directeur Administratif.

 JPP-etJPB.jpg

 

André Benoit Directeur de la Chaîne, responsable de l’expansion prépare les grandes ouvertures du BHV.  Michel Bigey, avec qui il avait ouvert les premiers magasins dits : A (Flandre et Parly) et B (Garges et Montlhéry) passe Directeur de la Publicité.

1969   Le BHV qui ouvrait 5 jours par semaine décide d’ouvrir le lundi.

1969 : Le BHV crée une Direction de l’informatique : Yann de Lambilly ajoutera cette fonction à celles de responsable Directeur de la Comptabilité et de FIGEST, Les ordinateurs Bull sont des machines immenses, impressionnantes au dernier étage du Bâtiment Marchand.

H1969: Ouverture de Parly II , un BHV tout beau de 11 000 m² dont l’ouverture est prévue pour le printemps 1970, est avancée à novembre 1969.

Directeur: Michel Bigey

                                                 Images d'époque.

 

 

Parly-1969.jpg

01 Parly 1979 E 01 Parly 1979 Fjpg

01 Parly 1979 C 01 Parly 1979 D

 

P2 AE004

 

P2 AE 001b   P2 AE002

 

P2 AE 002b      P2 AE003

A droite la porte entrée du personnel

P2 AE006   P2 AE008

 

P2 AE009   P2 AE010

P2 AE007

H1969: Ouverture de Garges lès Gonesse au Centre Commercial du Pont de Pierre (fermé), sur 5500 m² et un « garden-center » qu’on nommera « l’anneau » : On y vend des tentes de camping et autres produits de jardin. Le Bhv offre 1350 places de Parking.

Vu de l'escalator central qui montait au Bricolage et Meubles sur 1/2 étage en mézanine.

garges les G 60's

Directeur : Monsieur Touzé. Le centre fonctionnait avec Carrefour et Mammouth.

garges les g2 60'sLa clientèle locale n’était pas très aisée. Or, Carrefour partit pour ouvrir à Parinor Aulnay sous Bois, Cora le remplaça ; Mammouth fut remplacé par Conforama, un inconditionnel de l’ouverture du Dimanche. Des mouvements importants eurent lieu le dimanche pour interdire l’accès aux Clients de Confo. Le BHV périclita et finit par fermer.

Garges 10001

Garges 10002

 

Ceci-dit la transaction de fin fut bonne pour la trésorerie du BHV.

03 garges 01

H1969 : Agrandissement du BHV Montlhéry, la surface passe de 2500 à 5300 m2.

1970 Les travaux d’un nouveau Parking : Lobau, avec accès direct au Métro débuté avec retard en février 1969 est ouvert. Encore une fois, le BHV se distingue dans son innovation !

 

A suivre....

Lire la suite

Parution chez L'Harmattan : "L'Architecte et sa Reine", de Martine Mallein

11 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

 

Le livre : "L'Architecte et sa Reine", de Martine Mallein Leguédois, parait « en GRAND » ! Le livre comprend 240 pages, au format 15x24  et est enrichi de nouvelles photos. Nous vous en avions parlé, il y a quelques mois. Aujourd’hui, le livre de Martine que nous avons bien connue au BHV, paraît chez l’éditeur l'Harmattan.

C’est un vrai plaisir !

Martine Mallein

Martine peut vous l'envoyer avec dédicace personnalisée (Bonne idée pour Noël), au prix de 25€,  port compris en lui envoyant un mail, ou en écrivant au blog rezo-bazar. A commander rapidement pour ceux qui voudraient l’acheter à la réunion du 14 novembre 2011. Conditions de commande chez l’éditeur en bas de cet article.

  Roman

Voici ce qui est dit par l’éditeur :

Blotti sous la colline verdoyante où le château de Verneuil est en cours de construction, le petit hameau de Mont-la-ville, pendant les guerres de religion, se révèle un havre de paix à quelques lieues de Paris où vit, la famille huguenote des Androuet du Cerceau, architectes de père en fils, des reines et rois de France.

Salomon de Brosse, l'un des petits-fils, est attaché au service de Marie de Médicis toute sa vie durant. Cette reine florentine unie à Henri IV, à l'esprit capricieux, versatile, impérieux, dominateur, nous entraîne, pendant sa régence dans de folles tribulations aux côtés des Concini, de Richelieu et de son fils, le mal aimé Louis XIII.

Amis un jour, ennemis le lendemain. La souveraine, ambassadrice de l'art italien, confiera pour sa plus grande gloire, à Salomon, la construction du Palais du Luxembourg que toutes les cours d'Europe vont lui envier. Les princes proches de la famille royale reconnaîtront l’immense talent de l'architecte. Il deviendra alors incontournable pour théâtraliser leur appétit de grandeur.....

Verneuil en HalatteVerneuil en Halatte le chateau de S de Brosse

L’Auteur

Martine Mallein nous présente son premier livre. Passionnée par l'art italien des Quattrocento et Cinquecento, étonnée par le parcours auprès des rois de France de cette famille protestante des Androuet du Cerceau, elle a cherché à mieux les connaître par l'intermédiaire de Salomon de Brosse, le fils de Julienne Androuet.

Elle a voulu ainsi rendre hommage à celui qui a construit le Palais du Luxembourg et dessiné les maisons de la cité de Sully, Henrichemont (Cher).

Le Thème:

 « Trois femmes prestigieuses feront la carrière de Salomon de Brosse. Elles sont libres, célèbres et illustres. C’est tout d’abord Marie de Medicis avec le Palais du Luxembourg, Répondant aux souhaits de la régente pour lui bâtir « sa maison », Salomon de Brosse « conçut une résidence urbaine, d’une apparence très proche du palais Pitti de Florence .....

. C’est « Charlotte de Vieuxpont qui appartient à ces premiers cercles artistiques et raffinés où l’on rencontre des représentants d’une société civile qui se cherche et se veut spirituelle, galante et cultivée, avec Blérancourt (Aisne).....

C’est enfin Catherine de Gonzague, cousine d’Henri IV, qui possède d’immenses domaines et est assurée de revenus considérables...Elle bâtira un château aux mille statues à Coulommiers.

« Toutes trois vont faire confiance à Salomon afin de réaliser leur rêve de luxe, de grandeur, d’éclat, de gloire, de puissance, se bâtir un palais répondant à leurs aspirations profondes de distinction et de beauté architecturale… »

« En quinze ans, Salomon, architecte à la mode...... joue avec la superposition des trois ordres, abandonnant l’ordre colossal, il ornemente les murs entre les pilastres par de simples trumeaux. Il crée des galeries en demi-cercle, surmontées de terrasses, invente le pavillon d’entrée qui devient porte cochère dans ses réalisations parisiennes. Progressivement, il voudra oublier la brique au seul profit de la pierre qui sera le matériau privilégié utilisé à l’époque de Louis XIV. »

Salomon de Brosse

S de Brosse palais luxembourg

 

COMMANDES chez l’éditeur :

- au Comptoir Harmattan :

7, rue de l’École-polytechnique

75005 Paris

Tél. : 01 40 46 79 20

Fax : 01 4 3 25 82 03

- sur le site web :

http://www.harmattan.fr

Prix : 24 €

Frais de port : 3 € pour le premier ouvrage + 0,80 € par ouvrage suivant

 - ou chez votre libraire

 

 

 

Lire la suite

4 : Le BHV de sa naissance à nos jours : 1968

10 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1968 : Année  révolutionnaire !...

Les Petits anges de la façade veillent!

Histoire-BHV-2 0712Le magasin est climatisé, de nombreux travaux de rénovation sont entrepris dans le magasin. Pour une surface au sol de 6000m², la surface de vente passe à 32 000 m² et les cours intérieures ne sont pas encore fermées… La modernisation des locaux, de la sécurité, de l’éclairage en font un beau magasin ! Histoire-BHV-2 0714

Le magasin comme tous les magasins parisiens a subi une grève de 3 semaines perdant ainsi un chiffre de 30 millions de Francs. Cette perte avec l’augmentation des charges aurait pu faire mal augurer les résultats du BHV. En réalité la reprise générale s’est accompagnée d’une forte demande de la clientèle.

Pour y faire face, la Direction :

1 Boulot GérardGérard Boulot (Ci-contre) et Georges Lillaz,  comptait sur la collaboration de ses cadres et du personnel avec lesquels, elle s’efforçait de tenir un dialogue confiant et ouvert.

Le rendement au m² est alors le meilleur du monde : environ 16000F de l’époque du m². (Le meilleur bradeur aux USA, n’y arrive pas !)

Personnel : 2700 personnes dont 1400 vendeurs auquel vient s’ajouter 80 à 200 débiteurs par jours : « les extras » ( : souvent des étudiants) payés à raison d’une enveloppe à 30F par jour. Le personnel est encore payé en espèces, les chèques sont édités à partir de 1000F.

Positionnement BHV :Le BHV traite alors l’équipement de la maison, cuisine, sanitaire, cave, grenier, loisirs, sports et même la chasse, le plein air, jardinage, outillage et bricolage  qui représentait alors 80% de son chiffre d’affaires et 20% pour la nouveauté.

Les autres Grands magasins : Samaritaine, Bon Marché, Louvre, Printemps, Galeries Lafayette réalisaient alors 33 % de leur CA en Bazar et 67% en Textile, confection etc…

Je me souviens encore du rayon BD où on exposait des fenêtres, des persiennes, des portes et des portails  au 3éme étage du magasin! Dans le brouhaha de la scie à découper le bois, la poussière du Carrelage, la déco-maison à la mode; aujourd’hui presque disparus : les stratifiés Polyrey et  Formica, les panneaux de Panolac offrant un revêtement isorel décoré bois ou carrelage, les carreaux en plastique Nonyplast, les revêtements et dalles plafond en Robex… Les éviers en grès, en inox, les siphons, les portes de placards Western ou accordéons KZ lancé par le BHV et tout cela sur un ton marketing de l’époque :

« Faîtes-le, vous-mêmes ! »

A cette époque, le BHV avait la réputation justifiée d’offrir l’assortiment le plus large et de vendre des articles insolites qu’il était difficile de se produire ailleurs. Plus de 300 000 articles différents étaient alors offerts à la vente.

La gestion sur le terrain : Pas d’informatique ! Les cartons de stock : Manuels dit cartons roses et les Taverniers (du nom de celui qui l’a créé) ou Cadenciers étaient tenus par des secrétaires de rayon. Tout était écrit à la main : les stocks et les cadences de vente, nos secrétaires savaient comptés, sans machine à calculer !

Les bons de commandes étaient tapés dans un service au 7éme étage. Bien sûr, il ne fallait pas être trop pressé, mais une solution manuelle alternative : «  la note de commande » existait pour les urgences.

Et, enfin ne vous méprenez-pas, la Gestion était rigoureuse et nos crédits étaient suivis  tous les jours !

Parking : Les clients du BHV disposent alors de 2 parkings : 1 en colimaçon au 34  Verrerie et un à Pont-marie.

La rénovation du magasin s’achèvera cette année là avec la création d’un second escalator et le remplacement de trois monte-charge.

Cette période  de l’après 68 permettra au personnel de bénéficier d’une salle de repos.

Le restaurant d’entreprise en libre-service remplacera la cantine semi-self.

 

A suivre... (Si l'un d'entrevous a encore un tavernier, un carton rose ou document nomenclature d'époque, merci de m'en informer. Christine D)

Lire la suite

3 : Le BHV de sa naissance à nos jours : 1963 à 1968

7 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1963 Le 6 mars, le BHV ouvre ses portes le mercredi jusqu’à 22 heures. Les clients  se bousculent, malgré l’action syndicaliste. Ces premières nocturnes témoignent d’un immense succès.

chouette BHV

 

 On pouvait entendre le hululement d’une chouette avec la sono du magasin à 22 h… Ce fut longtemps l’emblème du magasin et sa sérigraphie était apposée sur les vitrines opaques des 4 rues, ou sur les camions de livraison.

Vehicule BHV 5

Il faut dire que dans cette période qui va de la Libération à 1963, année d’ouverture des premiers hypermarchés, le BHV Rivoli est le Grand magasin qui a le plus progressé en CA. Il passe à la 3éme place en 1963.

1963 : Le département médical (créé en 1925) quitte le magasin pour rejoindre le 42 rue de la verrerie. La clientèle est composée des clients de médecine libérale et de particuliers.

 

H1964: Ouverture du BHV Flandre rue de Flandre à Paris. Cette rue étant appelée a devenir les Champs Elysées du Nord de Paris. (Fermé en 2008)

  flandres 1964

 Ce magasin fonctionnait très fort en nouveauté, parfumerie et articles peu encombrants achetés par le personnel des administrations locales (Caisse vieillesse....) Ces clients des bureaux étaient nombreux à fréquenter le magasin aux heures de table et ves 17 h.

Les produits ménagers et de bricolage attiraient la clientèle du quartier le matin, le soir tard et le samedi.flandres 2 1964

1965 : Début des grands travaux à Rivoli avec le comblement de la verrière centrale.

1966 : Surélévation du magasin de Rivoli libérant 5400 m² de surface de vente complémentaire

Montlhéry anc marché

H1967 mars: Ouverture de Montlhéry, l’emplacement est une Halle aux Quadrants pour les ventes de fruits et légumes, sur un terrain acheté par la commune de Montlhéry (Sorte de Ventes aux enchères). Le BHV peint les murs en blanc, récupère quelques gondoles et s’installe sur 1200 m2. Claude Bourgeac assure l’ouverture. Après avoir passé la saison jouets de fin d’année les résultats sont surprenants. André Benoit et Michel Chammah créeront un nouveau projet sur 2500 m2avec un maximum de rayons traditionnels.

 

Montlhéry 1 Mont M Chammah

1967 Henri Viguier décède au mois d’août. Georges Lillaz le remplace comme PDG, Gérard et René Boulot sont alors attachés à la Direction Commerciale du BHV

Mars 1968 Fermé pendant 2 mois pour travaux le magasin de Montlhéry ré ouvrira en mars 1968. Même s’il ressemblait fort à un entrepôt, ce magasin resta longtemps la poule aux œufs d’or du BHV. Une clientèle locale fidèle avant que la concurrence n’arrive : Carrefour, Castorama, Leroy Merlin, Monsieur Bricolage etc…

André Benoit Directeur réussit un tour de passe-passe exceptionnel : la station service du Parking a réussie a être réapprovisionnée des entrepôts de Gennevilliers.  Les 60 000 litres d’essence permettront de livrer les clients, au personnel de se déplacer et comme nous dit-il « d’aider la Mairie… en cas de besoin : Pompes Funèbres… Urgences…  Le personnel ne fait pas grève.


A suivre.....

Lire la suite

2 B : Le BHV de sa naissance à nos jours : 1930-1955

4 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 

  Cet article 2 modifié a été coupé en 2 parties  (ici 2éme partie).

   

 1930 Catalogue 1930

 

1930jouetsetrennes 

 

1930  ENTREPOSER: toutes les réserves qui sont disséminées un peu partout sont rassemblées à Ivry. La Société y a acheté un vaste terrain sur lequel, elle fait édifier des bâtiments conçus spécialement pour entreposer les marchandises, les livrer à Paris, en banlieue et en Province. La gestion des entrepôts est alors confiée à une société du groupe : la société de magasinage et d’expéditions.

Ces entrepôts représentaient un domaine immobilier important et une partie essentielle de l’exploitation lorsqu’ils furent détruits en août 1944 par un bombardement allemand.

Dès 1946, les entrepôts renaissent de leurs cendres, d’autres bâtiments y seront ajoutés progressivement jusqu’aux années 1960-70.

1931 : Le Bazar change de Statut et devient Société Anonyme

1932 : Le caractère social se renforce afin de pouvoir aider les employés.

 

 

livraison 1

1931- 1932

1931jouetsetrennes  1932fermesetjardins

 

En 1932 le caractère social se renforce afin de pouvoir aider les employés.

1936 : Le climat social est tendu, tous les grands magasins sont ébranlés par la crise. Comme on le sait la grève de juin est liée à des revendications syndicales et salariales. (Le magasin est occupé le 5 juin, il semble qu’un accord fut trouvé vers le 20 juin)

Dans une revue de l’époque on peut lire que l’accord  reproduit les clauses de l’accord de Matignon : contrats collectifs du travail, libre exercice du droit syndical, institution d’élections pour les délégués du Personnel.

Une page de l’histoire a été tournée, nous sommes entrés à l’ère nouvelle politique sociale et salariale.

1938 : Première fête de Noël avec un sapin de Noël, instituée par la Direction pour les 295 enfants du personnel. (Tous les jouets avaient une valeur unitaire de 30 francs), un goûter d’une valeur de 2 francs était alloué à chaque enfant. 450 personnes participèrent à cette fête.

 

 1939-1945 : Difficile de s’approvisionner. Les acheteurs parcourent les routes de France et de Navarre afin de trouver des produits à mettre à la vente. Ces produits étant payés au comptant à la livraison.

Liberation paris 1

BHV 26 août 1944

 

Liberation Paris 3

BHV 3

 

1942  Création du service médical par le Docteur Sicard.  Pendant les 37 ans qui vont suivre cette femme médecin du travail organise les dons du sang  le dépistage du cancer chez la femme et un suivi de la santé des cadres et employés.

1946 : La Sécurité Sociale est instaurée. Le comité d’entreprise est créé. Le personnel bénéficie d’avantages lors d’une naissance, de colonie de vacances (Maisse à côté de Milly la forêt)., bibliothèque, d’une salle de repos etc…

1948 : les actions du Bazar de l’Hôtel de Ville furent introduites en bourse.

Dans cette période les véhiciles de livraison évoluent....

 

Vehicule BHV 3 Vehicule BHV 4

Vehicule BHV 1950

1953 : Création du Service Clientèle.

 

bhv 

1954 : L’hiver est rude, Georges Lillaz Directeur Général, travaille aux cotés d’ Henri Viguier, PDG. Il aide et prête des camions pour livrer des dons du magasin et extérieurs, à  Henri Grouès" : « Abbé Pierre » qui deviendra le créateur du mouvement humanitaire Emmaüs. (http://www.emmaus-international.org/)

Ci-dessous Georges Lillaz

Georges Lillaz

1954 : Le BHV, toujours le premier en matière d’innovation inaugure son premier escalator.

1955 : Premier standard téléphonique à fil.


  A suivre...

CD

 

 

 

Lire la suite

2 A: Le BHV de sa naissance à nos jours : 1900-1929

4 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

2 : Le BHV de sa naissance à nos jours : 1900-1929

Aff 19281900 Janvier : après 47 ans d’une activité commerciale très active, Xavier Ruel meurt. On fonde alors une Société au Capital de 12 millions de F : La société Veuve Ruel et Cie, qui sera, elle-même transformée en Société anonyme en janvier 1931.

Que devient le Bazar ?

Dès 1901, l’organisation intérieure de la maison se transforme et aux rayons typiquement Bazar furent ajoutés des rayons nouveautés, ayant à leur tête pour la première fois des Chefs de Rayon.

A partir de 1901 également, le personnel est guelté et travaille tous les jours, dimanche compris de 9h à 19h30 avec un jour de congés par roulement tous les 10 jours ; à l’approche des fêtes : Pâques et Noël, notamment, l’heure de la fermeture du magasin est retardée jusqu’à 22h. Le magasin commence à vendre de la Mode

  

1904calendrier

1904 -1911 : Travaux importants.

 

Calendrier 1912

1912calendrier

1912 le 15 janvier commencent les travaux de sous sol, en avril le terrain est nu sauf, sur la rue de Rivoli où la vente continue. 13 m ont été creusé au dessous du niveau de la chaussée. Difficile de mettre hors d’eau et chacun se rappelle des inondations de 1910. Il faut drainer l’eau, la conduire dans des puisards, il faut éviter toute infiltration.

1912etrennesLe 1er décembre : le rayon jouet prend sa place au rez-de-chaussée et les premiers rayons s’installent dans les sous-sols.

1913 le 6 janvier, alors que la charpente en fer  sur et la toiture avait été conçue dans les mois précédents, on ferme une partie du magasin jusqu’au 6 octobre, les murs sont alors montés.

 

vue 2 du BHV   

 

vue 1 du BHV  vue 3 du BHV

 

Le BHV a été réaménagé, la superbe rotonde apparait !

vue 4 du BHV

Le développement du Bazar de l’Hôtel de Ville permet en 1915 de construire l’angle de la façade qui donne sur la place de l’Hôtel de Ville, puis de surélever en 1932 la partie centrale du magasin.

1920 : Création de l’Union Sportive. Elle fut déclarée au ministère de la Guerre et obtint l’agrément du gouvernement en 1954.

Dans le premier article des statuts on peut lire : « Il est fondé à paris au grand Magasin du Bazar de l’Hôtel de Ville, qui prend le titre d’Union Sportive du Bazar de l’Hôtel de Ville. Le but de cette société est de pratiquer les exercices physiques et de préparation militaire et d’entretenir entre les employés des relations d’amitié et de bonne camaraderie. ». US BHV se devait de pratiquer le sport aux couleurs du magasin. Il était ainsi précisé dans l’article 21 que : « Les couleurs de la Société sont Vert et Blanc ».

L’US BHV ne pouvait utiliser qu’une salle de musculation au 1 rue des Archives et un terrain d’athlétisme à Bourg la Reine avec une baraque comprenant : un salon de réception, un bain douche, et quelques vestiaires hommes et femmes.

US BHV s’arrangeait avec l’équipe de Football du Red Star qui lui prêtait son stade.

  A ces chevaliers de l’époque : rien d’impossible, donc on louait par ci-par là des installations sportives. Les récompenses : des médailles, des coupes ou des maillots !

   

1922 le Magasin organise une grande fête pour son personnel avec un orchestre : membres du personnel, et donne un bal.

 Le BHV par l'image.... Affiches illustrant la période :

1922 et 1924

1922meretcampagne 1924fermesetjardins

1925

1925ete 1925fermesetjardins

1925hiver 1925jouetsetrennes

 1926  et 1927

1926jouetsetrennes 1927fermesetjardins

1927

1927hiver 1927nouveautesdhiver

1928 

1928menage 1928fermesetjardins

 1929 : C’est la crise ! Dès 1930 se met en place au BHV une législation du travail et des accidents du travail.  1929hiver

 

 1930 Catalogue 1930

 

1930jouetsetrennes 

 

  A suivre...

CD

 

 

 

Lire la suite

1 : Le BHV de sa naissance à nos jours: 1850- 1900

2 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1 : Le BHV de sa naissance à  nos jours : 1850- 1900

Le grand magasin a vu le jour en France vers 1850 à Paris avec Monsieur Aristide Boucicaut, au plus grand bonheur de ces dames !...  Le Bon Marché s’apprête à fêter ses 160 ans.

Aux  USA,   il verra le jour à Philadelphie avec John Wanamaker.

Xavier Ruel vint à Paris en 1853 et un autre marchand forain M Godard créa en 1860 une petite centrale d’Achats (future Nouvelles Galeries) pour ses collègues. En bref … la vie du BHV dont je vais vous raconter l’histoire  a été une fabuleuse épopée. Son mariage de raison en 1968 avec les Nouvelles galeries créa les bases d’un partenariat aux relations cordiales.

1bhv cpa2   Histoire-BHV-2 0716

Le fondateur :

Xavier Ruel, vint à Paris en 1853. né le 13 novembre 1822, dans une famille pauvre d’Annonay, il fut très jeune colporteur sur les routes de l’Ardèche. A 14 ans il vendait des allumettes et des cartes sur les ponts de Lyon.

 

              Me-X-Ruel.jpg    XRuel-portrait.jpg

 

 

  En 1849 il épouse une jeune Brodeuse : Marie Madeleine Poncerry. Cet homme d’origine Lyonnaise débuta comme commerçant ambulant, vendant sur les marchés et dans les passages fréquentés, de la mercerie, de la bonneterie et de la bimbeloterie. Puis il achète un commerce à Lyon qu’il transformera en quincaillerie. Il a 30 ans  lorsqu’il arrive à Paris, avec son épouse et ses deux enfants. Il loge au 12 rue de la rue du Bourg Tibourg. C’est là qu’il achète un stock de bonneterie et recrute des camelots pour vendre la marchandise. Au bout de quelques mois, désirant accroître son activité, il chargea cinq à six vendeurs « au panier » ou au « parapluie » d’écouler la marchandise qu’il se procurait lui-même chez des fabricants de la région parisienne. Il fut rapidement amené à augmenter le nombre de camelots et pensa alors à s’établir d’une façon définitive. C’est alors qu’il tenta une expérience originale qui devait lui permettre de savoir où se fixer.


BHV 2

 

 

Une surprenante étude de marché :

Réunissant ses vendeurs ambulants, il leur remit à chacun une quantité semblable de marchandise, de qualité identique, puis il leur assigna un emplacement déterminé de vente dans chaque quartier de Paris.

Au bout de quelques temps, il remarqua que le vendeur placé près de l’hôtel de ville au coin de la rue des archives et de la rue de Rivoli revenait s’approvisionner beaucoup plus souvent que les autres. Voulant s’assurer que c’était la place qui était bonne et non l’habileté du vendeur qui le faisait surclasser ses concurrents, il changea ses camelots de place et les fit passer tour à tour à l’angle Rivoli-Archives. Confirmation fut faîte que l’endroit était remarquable.

BHV R Archives

rue des archives, à droite diligence Bazar : pour livraison

… du camelot… au Commerçant

Fort de la certitude acquise sur la valeur de l’emplacement, Xavier Ruel acheta en 1856 l’échoppe qui se trouvait à l’angle des deux rues et y installe son commerce. La petite boutique fut très vite trop petite et il fallut agrandir.  La légende raconte que pour la bonne fortune du fondateur, les chevaux de la voiture de l’impératrice Eugénie s’étaient emballés, rue de Rivoli et ils auraient été maitrisés par Xavier Ruel. A titre de récompense, l’impératrice lui aurait fait remettre une forte somme d’argent qui lui aurait permis de donner à son affaire un essor plus rapide. Le fait est en tout cas que le  Bazar s’appela « BAZAR NAPOLEON », ce qui semble accréditer cette légende.

En 1866, il prend le bail du 54 rue de Rivoli.

Affic Calend BHV

Le premier Restau du cœur !

XR 18 verreie Pension

1877 :

le 5 novembre. Se souvenant  des difficultés qu’il avait connues, Xavier Ruel décide d’ouvrir une pension alimentaire au 18 rue de la verrerie : « L’établissement est un vaste hangar, à couverture vitrée, aux murs ornés de cartes géographiques, et où quatre cents consommateurs peuvent prendre place ensemble…. Il n’y a pas de garçon de salle et chaque consommateur va chercher son assiette et sa consommation… ». Un repas « substantiel et  abondant » coutait 40 à 50 cts.

Les commerçants du quartier soucieux de protéger leur commerce se manifestèrent et Xavier Ruel dut fermer la pension quelques mois plus tard.

1884 : Xavier Ruel est élu conseiller municipal dans le quartier Notre-Dame.

1893, le 23 juin  Xavier Ruel demande l’autorisation de construire un bâtiment au 6 ter rue du cloître Notre-Dame, sur 800 m². Le projet prévoit : un abri pour les voitures de livraison, les écuries, la grange pour le fourrage et enfin au RDC une salle des fêtes et un dispensaire à l’étage.

XR écurie disp 1893

Dans cette même période et petit à petit, le pâté de maisons longeant la rue de Rivoli fut acheté par Xavier Ruel, mais il devint nécessaire de coordonner et d’aménager ces locaux disparates. Vers 1900, fut entreprise la transformation de la façade. Sur la rue de Rivoli, la vente continuait encore sur le trottoir à l’aide des comptoirs qui étaient rentrés chaque soir....Encore existants de nos jours !

En même temps qu’il étendait son magasin, Xavier Ruel avait lancé l’idée des comptoirs à prix fixe, où tous les articles présentés étaient vendus à 0.05F…0,10 F etc… Il avait remarqué que la clientèle faisait partie des classes laborieuses et il voulut ainsi proposer à cette clientèle des articles courants, à la portée de tous et qu’on pouvait avoir pour 1 sou, 2 sous… L’idée des comptoirs à prix fixes fut géniale et fit fortune. L’idée sera reprise bien plus tard par les Prisunic et les Monoprix.

livraison 2

1896etechapeaudepaille Affiche 1896.

 

A suivre....

CD

 

 

Lire la suite

L’histoire du BHV : Chronologie d’un Bazar inoubliable !

31 Octobre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 Pendant quelques semaines vont paraître sur ce blog, des articles qui seront décrits comme un résumé chronologique de l’histoire du BHV, de 1850 à nos jours.

Chacun y retrouvera : un peu de  la mémoire de cette entreprise et une période de son passage.  

Difficile à reconstituer et avant de  classer définitivement cet article dans la base de ce blog, je remercie ceux qui m’enverront des informations ou des photos, pour compléter ou corriger ce texte.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Christine Douchet

Affiche 1895

 

      Aff 1895

Ce poème illustre bien ce Grand Magasin

BHVrotonde-LG.jpg

Émile VERHAEREN(1855-1916 Recueil : Les villes tentaculaires)

Le bazar

C'est un bazar, au bout des faubourgs rouges :
Etalages toujours montants, toujours accrus,
Tumulte et cris jetés, gestes vifs et bourrus
Et lettres d'or, qui soudain bougent,
En torsades, sur la façade.

C'est un bazar, avec des murs géants
Et des balcons et des sous-sols béants
Et des tympans montés sur des corniches
Et des drapeaux et des affiches
Où deux clowns noirs plument un ange.

On y étale à certains jours,
En de vaines et frivoles boutiques,
Ce que l'humanité des temps antiques
Croyait divinement être l'amour ;
Aussi les Dieux et leur beauté
Et l'effrayant aspect de leur éternité
Et leurs yeux d'or et leurs mythes et leurs emblèmes
Et les livres qui les blasphèment.

Toutes ardeurs, tous souvenirs, toutes prières
Sont là, sur des étaux et s'empoussièrent ;
Des mots qui renfermaient l'âme du monde
Et que les prêtres seuls disaient au nom de tous
Sont charriés et ballottés, dans la faconde
Des camelots et des voyous.
L'immensité se serre en des armoires
Dérisoires et rayonne de plaies ;
Et le sens même de la gloire
Se définit par des monnaies.......
........
C'est un bazar tout en vertiges
Que bat, continûment, la foule, avec ses houles
Et ses vagues d'argent et d'or ;
C'est un bazar tout en décors,
Avec des tours, avec des rampes de lumières ;
C'est un bazar bâti si haut que, dans la nuit,
Il apparaît la bête et de flamme et de bruit
Qui monte épouvanter le silence stellaire.

  aff Bhv 2

A suivre .....

Lire la suite