Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

Antoine Eminian : Exit le fantôme

17 Octobre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

 

"Les choses les plus utiles sont les choses les plus évidentes ". Citation de Philip Roth

Antoine nous présente un roman .... un héros qui affronte la dernière partie de sa vie. Excellente analyse.... à lire.

 

Eminian AntoinePhilip Roth : Exit le fantôme

 

Philip Roth est né à Newark, aux Etats-Unis, en 1933 aujourd’hui il vit dans le Connecticut. Son œuvre a été couronnée de multiples prix à travers le monde, en France il a reçu le Médicis étranger en 2002 pour son roman La tache.

 

Roth PhilipLa première fois que j’ai lu un roman de Philip Roth, j’ai bien aimé mais sans plus, heureusement je ne me suis pas arrêté à cette première impression et j’ai poursuivi mon exploration avec un plaisir plus intense à chaque fois. Une fois encore je ne suis pas déçu par cet Exit le fantôme paru en 2009 en France.  

Nous retrouvons le héros emblématique de Philip Roth, son double littéraire, Zuckerman. Désormais âgé, il a plus de soixante-dix ans et s’est fait opéré d’un cancer de la prostate avec les conséquences qui en découlent, perte du désir sexuel et incontinence. Après onze ans de solitude dans sa maison perdue dans la campagne du Massachusetts, il revient à New York pour une intervention bénigne devant soulager son incontinence.

Plusieurs rencontres vont remettre en cause son choix de vie et son exil.

Il y a Richard Kliman, un jeune homme enthousiaste décidé à écrire une biographie de Lonoff, l’écrivain décédé depuis quarante ans, qui fut un modèle et un mentor pour Zuckerman dans sa jeunesse, sauf que ce bouquin va révéler des faits cachés de la vie de cet écrivain, à savoir un inceste.

Il y a aussi Amy Belette, aujourd’hui mourante d’une tumeur au cerveau, c’était la muse de Lonoff et Zuckerman la trouvait particulièrement attractive lui aussi. Enfin, il y a un couple de jeunes écrivains, Jamie Logan et Billy Davidoff avec lesquels il envisage un échange de logement pour une durée déterminée.   

P-roth-2.jpg 

Philip Roth fait feu de tous bois, après son long exil, le retour à New York est déstabilisant comme on peut l’imaginer et sa critique de la société américaine plutôt acerbe. George W. Bush vient d’être réélu à la Maison Blanche au grand désespoir de l’intelligentsia qui voit en lui « Des aptitudes intellectuelles déficientes. Dogmatique. Un illettré notoire qui allait ruiner quelque chose de grand » ; dans les rues, c’est nouveau, tout le monde est pendu à son téléphone portable, ce qui nous vaut des pages savoureuses d’humour. 

Mais ce retour dans « sa » ville est aussi l’occasion de ranimer les forces qui lui manquent. La colère et l’indignation face à Kliman qui voudrait détruire la réputation d’un écrivain qui ne peut plus se défendre puisqu’il est décédé. Tout le monde a un cadavre dans son placard, doit-on pour autant tout révéler, l’écrivain Lonoff qui est aussi Zuckerman et donc Roth lui-même, subira-t-il le même traitement après sa mort ? Le vieil homme sent son sang bouillir une fois encore « Quand avais-je connu pour la dernière fois l’excitation de m’en prendre à quelqu’un ? ».

Mais ce sursaut de vitalité n’est pas qu’intellectuel, sa rencontre avec Jamie Logan réveille la pauvre chose qui pendouille entre ses jambes depuis si longtemps, « les pulsions sexuelles stimulées par la rencontre avec Jamie avaient follement ressurgi comme puissant moteur ». Une dernière fois le vieux Casanova tentera de séduire une jeune femme et il y parviendra mais sous une forme que je vous laisse découvrir.

Roth Exit le fantômeRoman sur la vieillesse et le délabrement des corps, le sexe en berne, la vessie qui fuit, la mémoire qui fait défaut, on dirait une chanson d’Ouvrard, Philip Roth nous décrit sans complaisance, mais non sans humour, la décrépitude de Zuckerman, autant dire qu’il nous livre sa propre vie en pâture, consciemment afin de couper l’herbe sous le pied de ceux qui voudraient plus tard, le faire à sa place ?

Un très beau livre, magistralement écrit, qui nous met face à nos destins à venir.

 

« Comme si l’incontinence, ça ne suffisait pas, en tant qu’humiliation, il fallait maintenant qu’on s’adresse à vous comme si vous étiez un gosse de huit ans récalcitrant qui refuse de prendre son huile de foie de morue. C’est comme ça que ça se passe, quand un patient âgé refuse de se résigner aux épreuves inévitables et de trottiner bien poliment jusqu’à sa tombe. Les médecins et les infirmières ont sur les bras un enfant qu’il faut calmer et embrigader pour qu’il défende la cause perdue qui est la sienne. C’est en tout cas l’idée que je me faisais quand j’ai raccroché, lessivé de tout orgueil et conscient des limites de mes forces, l’image même de l’homme qui échoue quoi qu’il fasse, soit qu’il résiste, soit qu’il se soumette. »

  

Philip Roth  Exit le fantôme  Folio

 

"Un très beau livre, magistralement écrit, qui nous met face à nos destins à venir" :

Peut-être un peu sévère cette phrase d'Antoine, mais après-tout.... Vous pouvez saisir la rubrique commentaire pour en discuter.

En tout cas, Antoine nous analyse ce roman d'une manière remarquable. le style est excellent et... je crois qu'on peut lui faire confiance... A lire absolument.

Merci Antoine

 

Lire la suite

Rencontre Parisienne du Reseau-Bazar

9 Octobre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news

Vous êtes membre du réseau BHV, vous avez reçu ce mail.

Vous avez répondu et nous vous en remercions.

Vous n'avez pas encore répondu:

merci de nous faire part de votre intention sur rezobazar@gmail.com

Au plaisir de vous revoir

Lundi 14 novembre 2011

 

De 17h 45 à 20h15.

Restaurant  Le GRAND BLEU

Port de l’Arsenal

Face au 46 Boulevard de la Bastille

Métro Bastille

Parking Bastille

Consommation individuelle à régler sur Place.

Afin de nous aider dans l’organisation, nous vous remercions de nous faire part de votre intention d’y participer ou non. Vous nous éviterez  ainsi des relances inutiles.

 (Réponse à votre ambassadeur de votre département.)

 

20h15 : Facultatif : Dîner complet  (Entrée, plat, dessert et boisson) pour 25€ par personne.

Réservation : Le règlement par chèque sera libellé à l’ordre de Philippe Benadiner

Vous l’adresserez au plus tard  pour le 26 octobre à :

Philippe BENADINER

1 bis rue Boileau

92500 Rueil-Malmaison

 

14h30 : Pré- rencontre : Rassemblement pour tous ceux qui sont libres l’après-midi.

Croisière commentée du Vieux Paris Canal St Martin

14h45 : départ à l’heure u bateau ! Au Bassin de la Villette

Adresse : 13 quai de la Loire  75019 Paris

Métro Jaurès à 100m.

Arrivée : Port de l’Arsenal sur le lieu de rencontre.

Tarif : 11€ par personne.

Chèque à l’ordre de Philippe Benadiner à envoyer à :

Philippe Benadiner 1 bis rue Boileau 92500 Rueil-Malmaison

Au plus tard le 26 octobre.

 

Tout le monde connait la place de la Bastille, mais savez-vous que  504 victimes des trois glorieuses reposent sous  cette place et que la momie que Bonaparte ramena d’Egypte s’y trouve également…..

N'hésitez pas à contacter votre ambassadeur.

 

 

Lire la suite

Mémoire du BHV : Mai 68 par Jean de Nerville

2 Octobre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 

La France  paralysée par les grèves, le magasin Rivoli occupé par le personnel et son accès contrôlé par des piquets de grève.

Depuis quelques jours, on sentait monter une certaine tension dans le magasin.

Des cortèges de vendeurs grévistes parcouraient bruyamment les couloirs du 7ème étage et l’écho de leurs revendications me parvenait à travers la cloison qui séparait mon bureau du couloir.

de-Nerville.jpgUn matin, en arrivant à la porte du 15 Verrerie, porte d’entrée des services à cette époque, nous avons été accueillis par un piquet de grève.

On apprenait que le magasin était sous le contrôle du personnel et que le mieux que nous avions à faire, était de retourner chez nous et d’attendre la suite.  

 

Ce jour là, pour la même raison, la Direction s’était vue interdire l’accès de ses bureaux du 7ème étage. Elle s’était alors repliée dans un local situé dans un bâtiment annexe dont l’entrée donnait sur le square Sainte Croix de la Bretonnerie, là où se trouve actuellement le Département médical, car personnel gréviste campait dans le magasin.

 Pour garder le contact avec ses cadres, la Direction avait organisé dans cette pièce une permanence tenue par des cadres supérieurs. Chacun pouvant venir s’informer sur l’avancement des discutions sur les revendications du personnel gréviste et aussi, pour ceux qui pouvaient se trouver en difficulté financière, toucher une avance sur salaire en  espèces.

 

Un beau matin, je reçois chez moi un appel de cette permanence me demandant de venir la rejoindre rapidement au square Sainte Croix de la Bretonnerie ce que je fis promptement en enfourchant mon Solex.

Très rapidement, je fus mis au courant de la raison de mon déplacement.

 

À cette époque, les mots «  bureautique et reprographie » n’avaient pas encore franchi les portes du B.H.V. Un petit atelier de reproduction de documents comprenant une Ronéo, un massicot et l’unique photocopieuse du magasin avait été installé au Service des Stocks.

C’était les tous premiers débuts de la photocopie et notre machine de marque Rank Xerox avait la fâcheuse habitude de bourrer et de prendre feu lorsque les feuilles de  papier s’accumulaient à l’entrée d’un four, chargé de fixer le tuner sur le papier.  

Son maniement était donc délicat, mais je savais la mettre en route et surmonter ses humeurs incendiaires. J’étais donc l’homme de la situation !

Il s’agissait de  photocopier en plusieurs exemplaires,  un document faisant le point sur l’avancement des discutions entre la Direction et les délégués du personnel pour être ensuite distribué aux cadres à l’occasion d’une réunion d’informations prévue peu après, par la Direction, à la Maison de la Chimie.

 

Un accord étant passé avec les grévistes afin de m’autoriser à entrer dans le magasin pour gagner mon service.

Avec mon dossier sous le bras, je me présente donc au 15 Verrerie où m’attend une délégation chargée de m’accompagner jusqu’au Service des Stocks-Calcul des Prix situé au 7ème étage.

En pénétrant dans le magasin, j’ai la curieuse impression que le temps s’est brusquement arrêté et qu’un mauvais sort a pétrifié le magasin. Sous l’éclairage blafard des lampes de secours règne un oppressant silence. Les comptoirs sont recouverts de leurs housses ainsi qu’il était d’usage à cette époque à la fermeture des portes, pour les mettre à l’abri de la poussière et des tentations du personnel d’entretien. C’était aussi un signal, une manière de signifier aux clients retardataires qu’il était temps de prendre le chemin de la sortie !...

 Encadré de mes 2 accompagnateurs, j’emprunte les escalators alors à l’arrêt.

Au passage, à un étage, dans une semi-obscurité, je crois apercevoir quelques lits de camp recouverts de duvets et un groupe tapant la carte sur une table empruntée comme les lits et les duvets au rayon Sport-Camping. Le magasin est bien sous contrôle !

 Après avoir parcouru des couloirs déserts et obscurs, nous pénétrons dans le service. Là aussi, le mauvais sort a frappé. Sur les bureaux, à coté des machines à calculer, des petits objets familiers : photos ou bibelots ; dessous,  des paires de souliers attendant leurs propriétaires ; accrochées aux dossiers des chaises : des vestes ou des blouses.  Service figé dans l’attente du  retour…. d’une éventuelle heure de table.

Sous le regard intéressé de mes gardiens, je mets la photocopieuse en route. Indifférente aux mots d’ordre de la rue, après un temps de chauffage, la machine se met tout naturellement au travail

Une main sur l’extincteur pour répondre à un éventuel bourrage et son départ de feu, je vois défiler sans incident les rames de papier.

Dans le carton vidé du papier vierge avalé par la machine , je range les photocopies. L’opération est terminée, la machine est débranchée en attendant des jours meilleurs !

Notre petite troupe reprend le chemin du retour. Même itinéraire, même impression pénible d’un magasin à la dérive.

Pas tout à fait, car ce petit campement que j’avais observé de l’escalator à l’aller s’est transformé en une joyeuse assemblée autour d’une table où trônent quelques bouteilles.   

On se quitte sur le trottoir... Le bruit, les odeurs, le soleil…. la vie !

Je dépose mon carton dans le bureau du square Sainte Croix, mission accomplie.

Je récupère mon Solex et rentre chez moi...

 

 

Lire la suite

Culture pour tous : ROSH HASHANAH

29 Septembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

 

Les communautés juives vont fêter le 8 octobre prochain, la journée du Pardon (Yom Kippur) par lequel se termine une période de 10 jours de repentir et de retour vers l’Eternel, ouverts par la fête du nouvel an Juif :

Ce soir et demain: 29 & 30 septembre :

 ROSH HASHANAH.

NAJ 02

Ces moments exceptionnels dans la vie religieuse juive permet aussi au peuple Chrétien de prendre conscience de l’importance pour leur foi, de la relation au peuple juif et au judaïsme.

Le pape Jean-Paul II et le pape Benoît XVI se sont inscrits dans cette dimension profonde de relation avec la communauté Juive.

Je citerai simplement le site de l’AJClibac : « Le début de l'année juive célèbre l'anniversaire de la création et plus précisément de la création de l'homme. La fête du nouvel an juif  dure 2 jours qui sont chômés.  On n'y fait aucun travail et on se consacre à la convocation divine » pour en savoir plus :

http://ajclibac.over-blog.com/article-chana-tova-bonne-annee-5772-85150836.html

Bonne année à nos collègues ou amis Juifs.

 

Lire la suite

Michel Papet : Un petit tour à l'Ile Maurice

22 Septembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages

Un petit coucou de Chantale Dautrey et Michel Papet!....    

 

Une des plus grandes richesses de  l’île Maurice réside dans son peuple : sa mixité ethnique lui confère une identité culturelle unique
Située au sud-ouest de l’océan Indien, au cœur de l’archipel des Mascareignes entre La Réunion à l’ouest et l’île Rodrigues à l’est, elle a appartenu jusqu’en 1968 à la France : année de son indépendance.

DSC05364

La population : plus de 1,2 million d’habitants est le résultat de plusieurs vagues d’immigrations : d’abord les colons français et les esclaves venus d’Afrique, ensuite les Britanniques, puis les Chinois et les Indiens venus d’Inde pour travailler dans les champs de canne à sucre. Les Indo-Mauriciens sont majoritaires : hindous, musulmans.

 DSC05378

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue!.... 

DSC05371 

 

 

 

 

 

 

 

L’arrivée à Port Louis, île Maurice (photo DSC05103) DSC05103La capitale : Port-Louis. 

Nous étions chez l’habitant 

   DSC05117 DSC05125

près de l’aéroport Plaisance (dans le sud) et près de la ville de Mahébourg.

 Géographie : L’île Maurice mesure tout au plus 65 km de longueur et 45 km de largeur. Le point culminant est le Piton de la Petite Rivière Noire, à 828 mètres.

D’origine volcanique, l’île ne compte cependant plus de volcan en activité.

Le climat y est agréable et  la température varie entre 20 et 35 degrés.

Comparée à la Réunion, l’île Maurice a un relief peu accidenté.

Culture : la canne à sucre et du thé.  DSC05358

Les langues parlées: principalement : l’anglais, le français, le créole mauricien.

Tradition :

 le rhum  DSC05170

  Le Dodo

DSC05173 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 et les tortues géantes  importées des Maldives

 DSC05249DSC05250

Le Dodo est l’animal emblématique de l’île Maurice. L’île abritait un animal aujourd’hui disparu : le dodo. C’était un oiseau coureur de la taille d’un dindon, pesant environ 20 kg et mesurant à peu prés 1 mètre. Découvert par les marins Hollandais au XVIème siècle, ils crurent voir des cygnes et nommèrent l’ile « l’île des cygnes ».  Cet échassier n’arrivait pas à voler et devint un gibier facile à chasser. Très vite, il disparut.

Jouets en peluche, décoration en bois ou  souvenir en porcelaine, en impression sur les vêtements, le dodo plait…car pour les grands et les petits, il se conte comme une légende et est décrit comme nos oursons : doux et gentils

A Voir :
Dans le sud de l'île,  il faut s’arrêter pour voir les 7 couleurs de Chamarel 

DSC05415

 DSC05162A

  et son excellent restaurant à Chamarel où j’ai fêté mes 69 ans avec la langouste du Pays 

Musique (mélange  d’Afrique et d’Amérique latine) et danse : le Séga  est celle que vous danserez sur l’île.

La monnaie est la Roupie billet 25 roupies

qui n’a qu’une très faible valeur par rapport à l’euro, on peut facilement changer dans les grandes villes.

La cuisine Créole, Hindou et un peu musulmane est délicieuse et pas cher hors des circuits touristiques, où l’on retrouve la cuisine Européenne, sinon il reste les Punchs Créoles délicieux pas trop chers.

DSC05413 Punchs Créoles

Avant Maurice, nous avions passé  10 jours chez mon fils à la Réunion, bananiers dans son jardin et caméléon (l'endormi).

DSC04882 DSC04935 

nous y avons fait le cirque de Cilaos

DSC04887 DSC04893

DSC04902

                                               ( case où l’on a couché),

1 (6)puis sommes partis pour Maurice par bateau pour 10 jours.

 

 

Besoin de conseils… Précautions à prendre... c’est avec plaisir que je vous conseillerais.

 Chantal et moi, envoyons notre bon souvenir à tous ceux qui nous ont connus.

  Merci Michel et Chantal pour ce partage culturel et vos jolies photos.

Voilà, un guide tout trouvé ....pour votre prochain voyage hivernal.

Au plaisir de vous lire!....

     

Lire la suite

Monique Lahoste : Tout en poésie … « Automne »

18 Septembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

 

Le  23 septembre sera l’automne…

Nous sommes heureux de retrouver, notre poète « 4 Saisons », Elle est toujours présente, auprès de nous, avec sa sensibilité.

Ses quelques vers sont plein d’émotion et nous les ressentons…. Car Monique nous le rappelle….  " Que le temps sera long à devenir l'été !"

  Automne-2011 4406

                 AUTOMNE

  

Sur la pointe des pieds l'été s'est fait la belle.

L'espace d'une nuit, il a bouclé bagages

Et déjà le matin il avait effacé

La couleur des jours, l’insolence des fleurs.

 

L'été voleur s'est fait la malle,

L'espace d'un instant il a semé l'orage,

Ébouriffé les arbres et éteint la lumière.

 

Je n'aime pas l'automne

Et ses sanglots de pluie

Et ses semblants de brume.

 

Je n'aime pas l'automne

Et ses faux airs de beau

Et ses petits airs de rien.

 

J'entends le vent souffler les bougies des ramées

Et tisser tapis rouge à l'hiver embusqué.

 

J'ai envie de dormir,

J'ai besoin d'oublier

Que le temps sera long à devenir l'été.

 

MIKENO 

(Oct 2000)

 

Automne-2011 4350 

Que le temps sera long, Monique, jusqu'au prochain poème.....

Lire la suite

Important : Personnel d’encadrement, actifs et retraités

15 Septembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Infos Générales

 

  

Aucun d’entrevous, ne se moque de son régime de retraite !

 

Alors votez !

 

Votez avant le 6 octobre 2011, date limite de réception des votes par internet ou par correspondance.

Vous relevez de l’institution Novalis Retraite Argirc, vous avez certainement reçu un courrier, afin de participer aux élections qui constitueront le collège participant du Conseil d'administration de l'institution NOVALIS Retraite Agirc.

 

En consultant  les listes de candidatures et les professions de foi, je vous signale que nos 2 collègues du BHV se présentent sur la liste  CFE-CGC

 

- Yolande PASQUIER,  Retraitée BHV RIVOLI, Administratrice sortante dont vous connaissez le sérieux et qui est membre de notre réseau.

- Régis DELARY, BHV MONTHLERY toujours en activité

Vous pourrez lire les engagements  de la CFE-CGC sur les documents reçus.

 

Pour en savoir plus :

http://www.e-novalis.com/magazine/articles/42_14_pret_a_voter.html

 

 

 

Lire la suite

Quand Cabourg rime avec toujours

9 Septembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end

 

Se préparer un week-end  à Cabourg, en réel ou en rêve

Difficile de classer cet article entre le tourisme, la littérature, la poésie et même la peinture. Antoine Eminian nous fait vivre des instants sublimes. Vous allez adorer ! Surtout prenez le temps de le lire jusqu’au bout….

  Cabourg gd hotel 1

Quand la question du voyage de printemps s’est posée, Cabourg s’est imposée, comme une évidence. Nous n’allons pas faire la visite pas à pas, d’ailleurs il y a si peu à voir ici. Je parle de « voir » dans le sens où l’entend le touriste lambda, pas de monuments incontournables où de lieux dits époustouflants, les cartes postales de la Maison de la Presse en témoignent, le Grand Hôtel et les jardins fleuris devant la porte d’entrée à tambour, la Promenade Marcel Proust le long de la mer, le Casino qui s’appuie sur le Grand Hôtel et c’est tout….

Cabourg gd hotel côté plage

Je vais régulièrement à Cabourg et j’écris qu’il n’y a rien à voir… Justement, c’est exactement ça l’intérêt du séjour ! Une expérience mystique, en plus modeste, comme une retraite laïque dans un monastère, un long arrêt dans un jardin minéral zen tel que ceux que vous trouvez au Japon…

Imaginez que vous êtes à Cabourg : voici le programme de votre journée idéale. Après une bonne nuit au calme – tout est calme ici, c’est même le maître mot – vous allez chez Dupont « avec un thé » prendre un petit-déjeuner complet, chocolat onctueux, viennoiseries et tartines, confitures et jus d’oranges pressées, tout est fait maison et dire que c’est fameux n’est rien dire. Comme vous êtes dans la rue de la Mer, la seule rue commerçante de Cabourg vous en profitez pour flâner devant les boutiques de souvenirs ringards et les restaurants pour vous faire une idée des menus avant de faire votre choix à midi.

Cabourg église

Vous descendez la rue jusqu’à la mairie, ses jardins et l’église (Citant Marcel Proust dans Balbec ouCabourg) - Selon Swann « L’église du XIIème et XIIIème siècle, encore à moitié romane, est peut-être le plus curieux échantillon du gothique normand, et si singulière ! On dirait de l’art persan. » - sur un trottoir ; Et vous la remontez en sens inverse jusqu’au Grand Hôtel par l’autre trottoir.

Cabourg maison 1 Cabourg maison 2

Ici une pause, pour admirer les belles demeures à colombages qui ceinturent la place et l’hôtel lui-même, d’un blanc immaculé. D’un pas hardi vous y entrez, un œil désabusé sur les salons aux baies vitrées immenses donnant sur la mer puis vous ressortez par l’autre côté, directement sur la Promenade Marcel Proust.

Cabourg maison 3 Cabourg maison 4

La mer s’étale sous vos yeux éblouis par le soleil, le port de lunettes est recommandé. Si vous empruntez la Promenade par la droite, vos pas vous mèneront vers l’estuaire de la Dives ; la Promenade Proust s’arrête là mais vous pouvez continuez dans les dunes jusqu’à la pointe de Cabourg et la Dives, au-delà c’est Houlgate.

Cabourg dunes 1 Cabourg dunes 2

Inversement, si vous aviez décidé de partir à bâbord, en sortant du Grand Hôtel, la Promenade est plus longue et s’achève abruptement. Au loin Ouistreham et certainement à quai, un monstrueux navire blanc, le car-ferry pour l’Angleterre qui attend la marée haute pour s’éloigner de la côte. Il est alors bien temps de retourner en ville.

Cabourg promenade

Je vous conseille pour ceux qui aiment, le Casino ouvert toute l’année et l’hippodrome en saison.

Chaque jour ce même rituel se répétera plus ou moins, mais chaque jour inévitablement vous arpenterez la Promenade Proust, car Cabourg c’est cela, le bord de la plage et les longues marches aller et retour qu’on y fait à longueur de journées.

Les yeux rivés sur l’étendue à trois bandes, le sable, la mer et le ciel. Selon les heures la largeur des bandes, évolue, selon les heures les éléments se mêlent et s’emmêlent en une fresque impressionniste faite de nuances de bleus, de verts et de gris doux.

Parfois il m’est difficile de distinguer la ligne d’horizon, confondant un nuage avec la côte ou m’étonnant de percevoir une voile dans ce qui me paraissait le ciel. Le spectacle ne s’interrompt jamais et comme de nombreux bancs sont semés sur la Promenade, vous vous asseyez de l’un à l’autre, le temps de vous rassasier de cette vue,  pensiez-vous avant de reprendre votre marche ; Mais bien vite, vous succombez : une forme nuageuse, un dégradé de couleurs sur la mer étale, un navire qui passe au large, un rien qui attire votre regard et à nouveau, une pause.

Une longue plage de sable quasiment déserte de monde, une mer toujours calme quand je suis de passage au printemps. Les vagues modestes s’échouent langoureusement sur le sable. Mêmes les mouettes ne se font pas nombreuses et restent discrètes, quelques groupes à marée basse qui picorent à la lisière de l’eau et de la terre. L’oiseau marin ne vit pas à Cabourg, il y passe. Un peu comme la majorité de ses habitants semblerait-il quand je constate la quantité impressionnante de logements ou maisons fermés. Parfois des immeubles entiers paraissent inhabités ! Pour en revenir aux oiseaux, vous verrez quelques mouettes et aussi des cormorans près de l’estuaire de la Dives où le limon et le flux marin sont plus propices à leur alimentation. Les seuls volatiles réellement en grand nombre, ce sont les merles et les moineaux auxquels j’ajouterai quelques pies et tourterelles...

Sur la plage, toujours aux époques de printemps, quelques inconditionnels du bronzage, des enfants en bas âge qui barbotent dans les flaques sous le regard des parents attendris, mais jamais de baigneurs, l’eau étant trop froide. A marée basse, les pêcheurs de crevettes s’activent dans les vagues, poussant leur filet comme les techniciennes de surface leur balai-éponge. De la Promenade, assis sur les bancs, nous les contemplons d’un œil amusé, tandis que de l’autre nous lorgnons un couple de jeunes amoureux accotés à la rambarde de pierre.

Le plus souvent pourtant, le paysage seul suffit à mon bonheur simple ! Couleurs changeantes de l’eau et du ciel, alternance de plein soleil et de nuages blancs créant des ombres mystérieuses sur les flots, curiosité éveillée par une voile ou un petit bateau qui passe à l’horizon. Une douce brise agite les drapeaux en haut de leurs mâts plantés sur la Promenade, juste assez forte pour que l’effet esthétique soit parfait.

Cabourg ChevalMais ce que j’attends avec impatience, c’est la sortie du matin le long de la plage avec l’espoir de voir des chevaux courir sur la grève. Ils entrent sur la plage par l’extrémité de la Promenade Marcel Proust – vers Ouistreham – le plus souvent des chevaux attelés d’un sulky, mais parfois simplement montés d’un cavalier, pour de longues chevauchées sur le sable humide et dur de la plage ou bien dans les premières vagues pour se muscler les jambes. Le spectacle est magnifique, les bêtes sont superbes lancées dans un trot régulier sans excès de vitesse. Tout le monde les regarde passer, comme on ne peut s’empêcher d’admirer une Ferrari qui circule en ville même quand on n’est pas connaisseur.

La beauté pure n’a que faire des mots ou des appréciations : Elle est, c’est tout.

Plusieurs allers-retours sur la plage et les purs sangs rejoindront leurs écuries, sans un regard sur nous, la piétaille des badauds admiratifs.

Les heures s’égrènent  et les vacances se terminent sans qu’on sache très bien ce qui s’est passé durant ce séjour dans la quatrième dimension. Un matin, on se réveille, il faut faire ses valises et partir… C’est dans l’ordre des choses ! Mais Cabourg rimant avec toujours, on sait qu’on y reviendra un jour. 

 

Merci Antoine pour ce week-end  à Cabourg, l'analyse du paysage est si belle que nous ressentons les couleurs... Une fresque se projette dans notre esprit et nous sentons presque l'air marin! Bravo! 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Lire la suite

Caroline Kerlau vous propose....

4 Septembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

 

Tout d'abord, bonne rentrée à toutes et tous!

Les Fédérateurs espèrent que cette période estivale vous a permis de vous reposer et que vous avez tous pris une réserve de soleil et de santé pour affronter les prochains mois. Bon courage à tous!!!

Caro KerlauBonjour, me revoilà, c'est moi, Caroline Kerlau,

Certains se souviennent de moi  en tant que chef de rayon  à Villeneuve la Garenne, à Parly et à Rivoli. Ma vie privée un peu difficile, m’a obligée à m’arrêter quelques années  pour élever mes 2 enfants, Lukas 10 ans et Telmo : 6 ans.

 

Je travaille à présent comme Commerciale dans une jeune société de signalétique publicitaire, tenue par des amis, depuis février 2011.

Aujourd’hui, je serais heureuse de retrouver des Anciens et toujours actifs afin de m’aider à développer l’activité. Vous connaissez mon sérieux et rassurez-vous : j’ai toujours le sourire !...

 Notre société implantée dans la vallée de Montmorency(95) est spécialisée dans l’impression numérique et le marquage adhésif.

Nous proposons nos services dans différents domaines : tous types de panneaux, enseignes, bâches, stands, flyers, Cartes de visite, plaquettes, marquage des véhicules......

Nos principaux clients sont des références sérieuses et nous les remercions de nous avoir fait confiance : Petit Bateau, Groupe Colas Aximum, agence de Communication Venise, Mondadori, CNRS...

C’est pourquoi, je me propose avec plaisir, si certains d’entre-vous ont besoin de ce type de services de me contacter, afin de vous présenter plus en détail notre activité et j’espère de travailler ensemble.

Société 2DK

9 Bd de l’orangerie 95160 Montmorency

Tel: 06.75.22.54.52

Site : http://www.2dk.fr

 

  Quelques exemples:

DSC00470

Entreprise-2DK 0176   P1030018

 

 

P6270034

Et pour conclure quand même quelques nouvelles de Mr Kerlau Christian:

Apres 3 ans passés à Nice, il est revenu vivre en région parisienne pour être plus proche de ses petits enfants et de sa fille. En bonne santé et toujours “nounours”, il profite avec maman de sa retraite pour visiter nos belles régions de France, prochaine destination en septembre : La Dordogne.

 

Merci à tous ceux qui pourront aider Caroline, n'hésitez pas à faire appel à Elle. 

Lire la suite

Michel Bindault :Voyages à Dresde 1991-2006 et 2011 ou la renaissance d'une ville prestigieuse...

29 Août 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end

 

 

Michel vient nous inviter à découvrir Dresde, « La Florence de l’Elbe » nous dit-il. Célèbre pour sa culture et ses Arts, Michel a parcouru avec Doris cette capitale de la Saxe. (Il faut se souvenir que la ville détruite en février 45 avait laissé 300 000 morts par les bombardements sur une population de 630 000 habitants)

 

 DresdeA 00001

 

 

Dresde ( Dresden ), ville martyre, anéantie par les bombardements de février 1945, sous domination soviétique ( D.D.R ), jusqu'à la chute du mur de Berlin fin 1989, progressivement renaissante, reconstruite à l'identique et à nouveau joyau baroque du Land de Saxe dans l'Allemagne réunifiée.

 Dresde 00000

Dresde 00001

Des liens anciens nous relient à Dresde. A la fin des années 1950  Doris, mon épouse, qui à l'époque habitait Cologne, avait une amie à Dresde.Dresde 00002

Elles se rencontrèrent fréquemment lorsque la liberté de circuler entre les deux Allemagnes était tolérée. L'édification du mur en 1961 mit fin à ces contacts.

Cependant les deux amies ne cessèrent de correspondre par courriers et photos.

Aussi lorsque la réunification de l'Allemagne fut effective,  elles purent se revoir, la première visite eut lieu à Dresde en septembre 1991.

 Voici la ville telle que nous l'avons découverte encore meurtrie et partiellement reconstruite 46 ans après le terrible bombardement.

L'influence russe est encore présente car des troupes sont toujours stationnées

 Dresde 00003

Dresde 00006 Dresde 00005  Dresde 00004 

 Les bâtiments et monuments sont imprégnés du style et des symboles de l'Est.

 

 Les véhicules sont d'une autre époque...

 Dresde 00007

Retrouvailles avec nos sympathiques amis allemands.

Dresde 00009

En 2006 nous sommes revenus à Dresde puis tout récemment en mai 2011. La ville s'est métamorphosée et retrouvé son lustre d'antan, comme l'illustrent les photos qui suivent :

 dresden 8 au 13 mai 20113

dresden 8 au 13 mai 20114

 DSCF5067 DSCF5064

 DSCF5027

DSCF5026 

dresden 8 au 13 mai 20115

dresden 8 au 13 mai 20116

dresden 8 au 13 mai 20117

 

dresden 8 au 13 mai 20118

A-travers ces quelques commentaires et photos, j'ai eu plaisir à vous faire partager le renouveau d'une cité détruite puis occupée et enfin délivrée.

De longues années ont été nécessaires pour parvenir à ce redressement mais aujourd'hui Dresde a retrouvé son rayonnement culturel et économique.

Très proche de Berlin et Prague, elle symbolise l'ouverture entre l'Europe de l'Ouest et l'Europe continentale, l'espoir de temps meilleurs.

Aussi c'est à bord de la mytique " Trabi " que je vous dis au revoir et à bientôt.

DSCF0705

Avis aux amateurs de tourisme d'Art, y aviez-vous pensé?

Merci Michel et à bientôt

 


Lire la suite