Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

Philippe Besson … « Retour parmi les hommes » avec interview

10 Février 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

 

 

Philippe Besson, nous l’avons connu comme ancien RRH  au BHV de 1989 à 1994.

 2011 01 Besson P 015

 

Nous l’apprécions et nous avions déjà eu l’occasion de publier un article lors de la sortie de son roman la Trahison de Thomas Spencer

 ( Blog  : 15 janvier 2009 :  livres-nouvelles ou par l'historique).2011 01 Besson P 009

 

Parution de son livre :

 Retour parmi les hommes.

 

 

2011 01 Besson P 007

 L’histoire :

Voici dix ans que l’histoire de Vincent, héros de son premier roman, n’est pas terminée.

Les lecteurs avaient envie d’une suite et Philippe nous fait la joie de donner une suite à son roman. Qu’est donc devenu le héros de ce grand prix littéraire : Vincent de l’étoile ?

Sept années d’exil vagabondant l’Italie, l’Afrique, la traversée de l’Amérique dans les années folles et le retour en France en 1923, c’est là qu’il rencontre Raymond Radiguet le jeune auteur du"diable au corps"…. Chut…. A vous de découvrir la  suite de ce roman qui fera certainement l’objet d’un nouveau prix littéraire… En tout cas le réseau-bazar le souhaite.

Que penser du livre ?

« Vincent me ressemble beaucoup dans sa façon d’être itinérant, de vagabonder, de passer d’un pays à l’autre. … Mon mouvement naturel, c’est toujours de partir, ne pas rester, il me faut mettre de la distance » dira t’il dans une émission littéraire télévisée sur la 2.

2011 01 Besson P 003

C’est cette idée qu’on retrouve dans son livre, avec aussi un sentiment d’angoisse de la disparition ou de la séparation.

Toute la première partie du livre parle de l’exil. Philippe aime les voyages, l’exil, les pays marqués par la modernité et les mouvements. Il sait que l’on en revient un jour!

Comme toujours, Philippe Besson est surprenant, il étonne par ces personnages littéraires qui arrivent naturellement dans son roman que ce soit Proust dans « En l’absence des hommes » ou « Radiguet » dans celui-ci « Retour parmi les hommes ».

Bel exercice de style, Philippe, Chroniqueur et Critique littéraire, sait manier le verbe et les mots. Le style est construit et équilibré.

Rappelons qu’  « en l’absence des hommes », livre culte,  s’est vendu à plus de 80 000 exemplaires.  

Dans le cadre du réseau,  nous avons interviewé Philippe.

Bonjour Philippe, pouvez-vous nous dire un petit mot sur votre dernier roman ?

  « Que vous dire ? Ce roman ne marque pas seulement le retour de Vincent, héros de mon premier roman publié en 2001 ("En l'absence des hommes"), il marque aussi le renouement avec une certaine innocence. Probablement parce que je l'ai écrit loin de Paris, dans le décalage horaire, cerné par une langue qui n'était pas la mienne, déraciné en quelque sorte.

J'ai voulu raconter la tentation de l'exil, ce désir de tenir la douleur à distance. Mais on finit toujours par revenir et par affronter ses fantômes. C'est ce que fait Vincent, c'est que j'ai fait moi aussi. »

Merci Philippe  de votre simplicité et d’avoir pris le temps  de nous écrire ce message.

Nous souhaitons un très vif succès à votre nouveau roman : « Retour parmi les hommes. »Nous espérons ne pas attendre dix ans pour une suite... Vincent est encore jeune!2011 01 Besson P 017

 Bonne lecture à tous.

 

 

Pour mémoire livres de Philippe Besson:

-          2000 En l’absence des hommes. (repris en film)

-          2001 Son frère (repris en film)

-          2002 L’arrière saison.

-          2003 Un garçon d’Italie (repris en film)

-          2004 Les jours fragiles (repris en film)

-          2005 Les amants.

-          2005  48 heures au Lutétia

-          2005 Un instant d’abandon

-          2006 L’enfant d’octobre

-          2007 se résoudre aux adieux

-          2008 Un homme accidentel

-          2009 La trahison de Thomas Spencer

-          2011 Retour parmi les hommes (chez Julliard paru le 06 01 2011)

 

.

 

Lire la suite

C.Oui solde!

10 Février 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

 

C’est le moment d’en profiter !

Une collection de sacs sympas et d’un bon rapport qualité prix !

Notre collègue Isabelle Dastroy nous envoie ce petit message.

Je vous rappelle que vous pouvez commander par correspondance.

Les parisiens peuvent faire un saut au magasin.

Bon shopping !

 fille-esprit

Bonjour à tous,

profitez de la dernière semaine de soldes, pour vous offrir un sac C oui, à petit prix.

et spécialement pour vous, bénéficiez de 15 % supplémentaires sur les soldes, en utilisant le code promo : SOL15.


jusqu'au mardi 15 février à minuit.
livraison sous 48 heures.

l'équipe C OUI

 

www.c-oui.fr/Soldes/Voir-tous-les-produits.html?orderby=product_list

C.OUI  IDNCO SARL

5, rue Pierre Picard 75018 Paris09 51 94 68 03

06 87 90 18 17

 

WWW.c-oui.fr

 

 

Lire la suite

Bonny vous raconte la rencontre du réseau Bazar à Coubert

6 Février 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Animaux

   

Bonny-1--portrait.jpgJe m’appelle Bonny

Je suis née le 9 Mars 2006.

J’ai 4 ans 1/2
Flat-Coated noire de race Anglaise.

Signe particulier : beau poil noir et brillant.

Profession = Chien Guide d’Aveugles

 

J’ai rencontré des amis le 17 janvier, ils avaient un lien avec mon maître, ils appartiennent au réseau-bazar. Cela s’est passé au centre d’éducation des chiens guide d’aveugles le 17 janvier 2011

DSC05660

 Vous le connaissez mon maître, il a été acheteur au BHV !

Un article est déjà paru sur mon école et  j’en suis très fier.

Vie-quot-Ph---Bonny-13.jpg  (Vous pouvez retrouver les anciens article dans la Rubrique Animaux des articles publiés)

 Mon maître, Philippe Renard, se prépare de bonne heure ce matin !!!  7 h ?

Il paraît que l’on va se promener et qu’aujourd’hui je suis en RTT !!!  Nous avons rendez-vous avec ses amis et anciens collègues du BHV pour visiter le Centre de Coubert, où j’ai été formée à mon métier de chiens guides d’aveugles.

 Après les présentations, les responsables de ce superbe établissement nous invitent à assister à la projection d’un petit film présentant le fonctionnement de ce centre depuis l’arrivée et la prise en charge des chiots labrador et golden labrador jusqu’à la « remise » à leur maître, après réussite de l’apprentissage et un très bon bilan de santé.

  DSC05656

En route pour la visite!

 Première étape, la nurserie, hé oui ! Les nouveaux chiots, âgés de  3 à 6 semaines sont pris en charge pour la « pré-formation ». Ils sont logés dans des box individuels chauffés, tout près de l’infirmerie où le vétérinaire les consulte régulièrement, les vaccine et soigne les petits bobos éventuels. Il arrive que si l’un d'entre-nous s’ennuie, il déménage son couffin près de son copain voisin. En continuité, nos salles de bains/douches avec la lingerie attenante où rien ne manque pour notre beauté !

 

Ensuite, passage à la salle de jeux et d’éveil, aménagée à l’identique d’un espace pour enfant, avec svp :  radio, TV et objets divers pour nous habituer à la vie quotidienne !!! Puis, nous passons dans la salle à manger où nous prenons nos repas en collectivité, repas servis par une « Animalière », notre nounou en quelque sorte.

 

Tiens! A l’étage où est située la partie administrative, la porte d’un bureau est ouverte. Je peux faire un petit coucou à mes amis : deux beaux matous bien installés sur des dossiers. Face à ce bureau, se trouve une pièce aménagée, tout exprès, pour nous familiariser très tôt avec la gente féline !

Visite Coubert.17 Janv 011 015

Nous gagnons l’extérieur des bâtiments : différents terrains sont réservés pour nos récréations. Parallèlement, sur un très grand espace, est reconstitué un site urbain pour nous habituer à la promenade « en ville ». C’est à l’âge d’un an que nous débutons cette étape de formation : feux rouges, passages piétons, trottoirs, …..bref TOUS les obstacles qu’il est possible de rencontrer dans la vie quotidienne.

Nous sommes formés aussi aux différents types d’escaliers auxquels nous seront confrontés ; même un escalator montant/descendant, comme dans les centres commerciaux, est là pour notre entraînement. Pour vous dire ! Mon école est la seule en France à en posséder un.

Entre-temps, nos « nounous » nous emmènent en promenade à l’extérieur pour nous familiariser avec toutes sortes d’environnement, sonores notamment.

Visite Coubert.17 Janv 011 004 

Tous ces exercices sont obligatoires avant d’être confié à une «  famille d’accueil » ou « famille de tutelle » dès  8 semaines et durant 10 mois. Pendant cette période nous portons un uniforme : un gilet bleu avec l’inscription « élève chien guide ».

Toutes les dépenses occasionnées (nourriture, vétérinaire, etc…) sont prises en charge par l’Association, Ils sont formidables!

 

Puis vient le moment décisif (environ 1 an) où nous allons être confiés à nos futurs maîtres. Mais, ultime étape  avant le départ définitif du Centre: nous restons au Centre en formation de « situation réelle ».

 Dans un appartement bien aménagé, nous allons tous deux, durant 10 à 15 jours, apprendre à nous connaître parfaitement l’un et l’autre, répondre aux demandes du maître 24 h/24 en situation réelle, avec tous les éléments et objets de la vie quotidienne dont nous disposons. Rien ne manque.

Bonny-30-10-07--2-.jpg

Pour ma part, examen de passage réussi ! Diplôme de Chien Guide dans la poche de mon maître à qui je donne bien des satisfactions. Il faut dire que tout est à notre portée pour réussir au mieux notre mission. Bravo l’équipe du  Centre.

J’ai été très heureuse de vous rencontrer et partager cette journée de visite bien sympa.

Merci à tous, sans oublier les membres de l’Ecole pour leur accueil.

Après avoir reçu vos câlins et nombreuses caresses, je vous donne la patte.

A bientôt le plaisir de vous rencontrer pour ceux que je n'ai pas vus.

 Bonny   Visite Coubert.17 Janv 011 032

"Il est bien sympathique ce Jean-Claude qui m'a prêté sa voix!..."

Nous tenons à féliciter Jean-Claude pour  ce superbe et tendre article ainsi que pour l'organisation de cette journée dont nous publierons d'autres photos dans le prochain bulletin.

Merci aux ambassadeurs Madeleine Suchaud et Gérard Strobel de s'être joints à Jean-Claude. Merci aux membres qui sont venus à cette rencontre très enrichissante et sympathique.

PS/ Prochain Rendez-vous du Rezo-Bazar pour les aider une matinée à «  la mise sous pli » et envoi de courriers aux futurs donateurs….

Nous remercions l'équipe du Centre de Coubert qui  a reçu le réseau.

 

Lire la suite

Une escapade Syro-Libanaise 4/4 par Claude Habert

31 Janvier 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages

   

Nous l'attendions, la voici  : Zénobie reine très belle, cultivée, et très ambitieuse.

Elle prend le pouvoir et se fait même appeler « illustrissime reine ».

Profitant de l'anarchie du monde romain, elle décide de prendre les choses en main en poursuivant, elle même, les objectifs décidés  par son défunt mari, afin d'assurer la sécurité de sa nation, sans compter sur Rome. Pour cela elle n'hésita pas à envoyer ses troupes en Anatolie jusqu'au Bosphore !

Sous le regard perçant de Zénobie...487px-PalmyraWoman

nous prenons la direction d'Alep citée multimillénaire puisque habitée depuis + 3000 ans av JC avec son   imposante citadelle de 2km de circonférence

100 3319 100 3320

 100 3322 100 3335

100 3337 100 3347

100 3336 100 3338

 

100 3334  ses immenses souks+ de   10km

            100 3314    100 3307

 100 3308 

de quoi se perdre sans difficulté, un vrai labyrinthe, mais une ville agréable, propre, avec des transports en commun moderne, et de très grands parcs au centre de la ville qui est très étendue.

 Liban 3705

On peut y découvrir de très belles anciennes demeures

ainsi que le réputé savon du même nom.

 

Liban 3701 100 3299

100 3288 100 3289

100 3294 100 3296

 

100 3300 100 3302

 

Notre séjour à Alep a été hélas trop court car il y a tant à visiter. Il en est de même pour les environs (autour des 40 à 50km. )

Il faut bien en garder.... pour un autre voyage!

 Liban 3897

Nous sommes rentrés nous reposer dans une petite crique Libanaise et avons dégusté un excellent poulet rôti agrémenté d'un majestueux mezzé, avis aux amateurs.

 

Liban 3489 Liban 3490

La cuisine libanaise ou syrienne est délicieuse !

 

A  bientôt pour d'autres aventures!

 

Merci Claude, dans cette période hivernale, ton voyage est un rayon de soleil qui vient nous évader!

Bien entendu... on termine sur la gastronomie!...

Les photos que tu nous as envoyées sont dignes d'un grand reporter ....sans frontière!

Encore Bravo!Attention si tu rencontres une Zénobie!...

Liban 3503

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

2009 05 GL PARIS Paris : le travail dominical doperait les ventes de 10%

30 Janvier 2011 Publié dans #Lu dans la Presse

 

[ Source 06/05/09   Les échos]

L'ouverture tous les dimanches du grand magasin Galeries Lafayette boulevard Haussmann à Paris permettrait d'augmenter son chiffre d'affaires de 10% et de créer 300 à 400 emplois, a annoncé mercredi Philippe Houzé, son président du directoire.
Le classement de ce magasin en "zone touristique exceptionnelle" permettrait de "faire une centaine de millions d'euros en plus et d'embaucher entre 300 et 400 personnes qui travailleront trois jours par semaine et seront payées double", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.
Les Galeries Lafayette du boulevard Haussmann ont réalisé en 2008 près d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, ce qui en fait le plus important grand magasin du monde en terme de ventes.
Situé juste à côté du Printemps, son concurrent historique, ils attirent 150.000 clients par jour, dont 45% de touristes.
Les grands magasins de province devraient avoir l'autorisation d'ouvrir huit dimanches par an au lieu de cinq actuellement, selon M. Houzé.
La loi interdisant le travail salarié le dimanche est rendue compliquée par les nombreuses dérogations (180).
Les commerces alimentaires sont autorisés à ouvrir dimanche jusqu'à midi. Les magasins d'ameublement peuvent le faire toute la journée. Les boutiques d'habillement doivent fermer, y compris dans les zones dites touristiques où, en revanche, les commerces de loisirs peuvent ouvrir.
Le ministre du Travail, Brice Hortefeux, a annoncé fin avril qu'une nouvelle proposition de loi sur le travail du dimanche serait "déposée dans les toutes prochaines semaines" et "débattue en juillet" par le Parlement.
Le texte avait été reporté sine die en décembre face aux milliers d'amendements déposés par l'opposition mais aussi face à la forte division de la majorité.

Lire la suite

2009 12 Noël , le « vaisseau de lumière » signé Castelbajac

30 Janvier 2011 Publié dans #Lu dans la Presse

Extrait lu sur le Webzine du BHV

 

Noël Noël, le « vaisseau de lumière » signé Castelbajac

Avec un enthousiasme créatif, moderne et généreux, JC de de Castelbajac raconte «Noël Noël ». Un spectacle original pour la fin d'année, imaginé par le créateur en partenariat avec le BHV.
C'est l'histoire d'une tradition réinventée sous les lumières du futur, d'un Noël électro et poptissime. « La Madeleine de Proust de la génération 30 ans » révèle Jean-Charles de Castelbajac.

 « Je voulais un Noël fort, ultra-contemporain, à l’inverse des Noël nostalgiques et passéistes qui ne parlent pas de demain ; je voulais un Noël comme projet de poptimisme, dédié particulièrement à une génération en devenir. Un Noël électro, un Noël technicolor, un Noël Noël. Joyeux Noël à tous ! », raconte Jean-Charles de Castelbajac.

Pourquoi avez-vous eu envie de travailler avec le BHV ?

Je suis provincial, originaire du Sud-Ouest et lorsque je suis arrivé à Paris en 1968, le BHV est le premier endroit que j’ai visité.
Il avait pour moi quelque chose de rassurant. Et même il était mythique, c’est là que se fournissaient tous les artistes : Marcel Duchamp y a récupéré de la céramique pour son urinoir, Miro y a trouvé des fils de fer pour ses sculptures… On pouvait aussi y dénicher des blouses, des ceintures, du matériel et des accessoires de travail.
Pour moi, le BHV avait alors autant d’importance que le Musée du Louvre, de l’Armée ou le Musée Carnavalet. Ce n’était pas un grand magasin parisien comme les autres, il avait gardé la proximité et la personnalité des magasins populaires de la fin XIXè.

Et aujourd’hui, quelle est votre relation avec le BHV ?
Le BHV, c’est la pierre angulaire de l’entrée dans Paris. Et en même temps, c’est la frontière avec le quartier du Marais, un lieu où tout s’invente et se réinvente. 
Le BHV fait le lien entre l’Histoire et la modernité, il a cette capacité à se renouveler sans perdre son identité.
On a cela en commun : ce lien avec l’Histoire, le passé, que l’on réussit à moderniser. C'est ainsi que l'on donne du sens à la création contemporaine….
Dans mon travail d’artiste, je suis passionné par la lumière et la musique, j’ai envie de donner beaucoup de sensorialité à chaque création.
Ainsi quand j’ai rencontré le BHV, j’ai eu l’idée tout de suite ! J’ai choisi un élément emblématique du BHV et je l’ai installé dans une mise en scène à grande échelle.
Le néon, cet objet usuel, a été démultiplié dans les différentes couleurs de l’arc-en-ciel, pour créer le spectacle. Il fait revivre cette fête dans un univers émotionnel, sensoriel, chromatique immense. Comme une magie qui réinvente Noël !

 Comment le néon est-il mis en scène exactement ?
Noël au BHV, je l’installe comme une scène avec l’omniprésence du néon sur toute la façade du BHV Rivoli. Les couleurs chaudes sont davantage présentes sur la façade côté Concorde, et les couleurs froides vers la Bastille. Les vitrines sont remaniées comme des décors de concert.
C’est un immense festival qui naît lorsque l’on remonte la rue de Rivoli ! Une immense frange de néons, sur laquelle on surfe comme sur une vague… Mon installation transforme le BHV en un « vaisseau de lumière du XXIème siècle ».
Avec le néon, je donne une intensité nouvelle à Noël… et comme ça, je fais naître un  « Noël électro ».
Et les objets déco de Noël, que vous avez dessinés ?
Pour la fin d’année, l’intérieur des magasins BHV baigne dans l’univers néon de Noël. Chacun peut en emporter une partie chez lui grâce à une série d’objets, que j’ai créés dans le même esprit. Des symboles du luxe accessible, qui irradient la fête de leur optimisme.

Très importantes aussi pour moi : les
ampoules Ithemba que j’ai dessinées et qui sont proposées pour Noël au BHV. JC smiles et JC cries : les deux faces de l’ampoule sont à mon effigie, et déclinées en quatre couleurs.
Elles sont vendues au profit de
l’association « Dessine l’espoir », qui soutient les victimes du virus du Sida en Afrique australe. Grâce à ce projet, Noël vit autour d’un projet caritatif. Je suis très heureux d’y participer….

 

Lire la suite

2009 05 Les Galeries Lafayette dans la spirale du petit prix

30 Janvier 2011 Publié dans #Lu dans la Presse

Source: La Tribune 11 05 09 Juliette Garnier
La rentabilité du distributeur aux 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires s'est érodée en 2008.

Philippe Houzé ne manque jamais l'occasion de vanter les performances du groupe Galeries Lafayette qu'il préside. « 2008 a été l'année du début de la crise. Le groupe y a bien résisté grâce à la mobilisation de ses équipes », a-t-il assuré hier en présentant à la presse des résultats du distributeur.

De fait, le chiffre d'affaires du groupe qui détient les Galeries Lafayette, le BHV et 50 % de Monoprix ainsi que Laser, filiale de services aux distributeurs, a enregistré une progression de 1,9 %, à 5,05 milliards d'euros. Toutefois, sa rentabilité s'est érodée. Son résultat opérationnel est en recul de 4,4 %, à 413,4 millions d'euros. Bien qu'encore coquette, sa marge opérationnelle, de 8,18 %, est en recul de 0,54 point. Et le BHV est retombé dans le rouge, malgré une marge opérationnelle de 4,2 %.

Le groupe est donc loin des performances de l'année 2007 qui s'était soldée par une hausse de 9,4 % de résultat opérationnel pour un chiffre d'affaires en progression de 6,5 %. Bref, comme beaucoup de ses concurrents, en 2008, Galeries Lafayette a sacrifié un peu de ses marges pour maintenir son activité. Les ventes des Galeries Lafayette en ressortent en progression de 1,4 %, à 2,55 milliards d'euros. Et c'est une vraie performance. Car, en moyenne, les ventes d'habillement ont chuté de 3,2 % en 2008.

Prêt à des acquisitions

Le diktat du petit prix et de la promo devrait se faire plus intense encore en 2009. Pour preuve : fin avril, seuls les rabais de 30 % à 50 % proposés lors de la semaine de soldes flottants ont permis aux Galeries Lafayette de boucler le mois d'avril sur un recul de 1 % de chiffre d'affaires, après les chutes de 6 % à 7 % constatées en début de mois. « C'est un chiffre d'affaires qu'il faut maintenant acheter. Car les clients sont très sensibles aux prix. Il nous faut sans cesse leur accorder quelque chose », indique à regret Philippe Houzé.

Cet écueil l'oblige à trier dans ses investissements en 2009. Cependant, le groupe, qui affiche un endettement équivalent à 50 % de ses fonds propres, se dit prêt à des acquisitions. Mais les KaDeWe, les grands magasins que l'allemand Arcandor veut vendre, ne sont pas dans son radar
.

 

 

 

Lire la suite

2009 05 Le Groupe GL perçoit une baisse de la consommation

30 Janvier 2011 Publié dans #Lu dans la Presse

Source de l'article:
Antoine Boudet : du 07 05 2009 Les échos

Le groupe de grands magasins, de magasins de centre-ville (via Monoprix) et de crédit à la consommation (via LaSer) a, jusqu'ici, bien résisté à la crise. Il n'a pas l'intention de réduire ses investissements.

La reprise ? Au contraire des responsables politiques qui veulent bien voir ici ou là des signes macro-économiques d'une relative embellie, Philippe Houzé, président du directoire du groupe Galeries Lafayette, perçoit plutôt ceux d'une baisse de la consommation en France.

En marge de la présentation des résultats annuels du groupe de grands magasins (Galeries Lafayette et BHV), de magasins de centre-ville (Monoprix, détenu à 50-50 avec le groupe Casino) et de crédit à la consommation (LaSer, filiale à 50-50 avec BNP Paribas) en 2008, il a commenté les chiffres des activités distribution du groupe au premier trimestre. « A fin mars, notre chiffre d'affaires est en retrait de 0,4 %, un peu en dessous de notre budget », a indiqué Philippe Houzé, avec les Galeries Lafayette à + 2 %, Monoprix à + 1 %, Europaquartz et Louis Pion (horlogerie) étales et le BHV en recul de 4,6 %. Quant au mois d'avril, il a été sauvé aux Galeries Lafayette par la semaine de soldes « flottants » qui « ont fait gagné 5 points de progression de chiffre d'affaires ».

Mais, pour le patron du groupe familial, si, jusqu'à maintenant, on pouvait dire que la consommation des ménages tenait, des signes de faiblesse laissent à penser qu'elle s'installe à son tour dans la crise. La deuxième partie de l'année laisse toutefois espérer des comparaisons plus flatteuses, les premiers signes de ralentissement remontant à l'été dernier. Au total, Philippe Houzé table tout de même sur une légère croissance du chiffre d'affaires du groupe. Et milite pour l'ouverture du dimanche, boulevard Haussmann à Paris, qui créerait, dit-il, 300 à 400 emplois à temps partiel (trois jours payés cinq), et apporterait une centaine de millions d'euros de ventes supplémentaires.

Pression sur les marges

Quant à l'année passée, le président du directoire la résume ainsi : « Nous avons constaté une dégradation continue de la situation après un bon premier trimestre, un deuxième moyen, un troisième médiocre et enfin un mauvais quatrième trimestre. » Le chiffre d'affaires hors taxes du groupe a néanmoins progressé de 1,9 %, à 5,05 milliards d'euros, pour des ventes TTC au détail de 5,1 milliards (+ 1,6 %). Une bonne résistance donc, malgré tout, mais qui a un coût. La marge opérationnelle est ainsi passée en un an de 8,72 % à 8,18 %, tandis que le résultat opérationnel courant s'est inscrit en retrait de 4,4 %, à 413,4 millions. Le résultat net courant part du groupe, lui, s'est établi à 245 millions, en baisse de 4 %.

Cette tendance ne devrait pas s'inverser pour l'exercice en cours, tandis que les frais augmentent un peu plus vite que l'activité, et la pression sur les marges s'accentue pour aller chercher ce chiffre d'affaires dans lequel le poids des ventes en solde et en promotion augmente.

Pour 2009, les objectifs prioritaires sont donc de renforcer la structure financière - saine, avec un ratio dettes nettes sur fonds propres de 50 %, mais qui pourrait être mise à mal par la réduction des délais de paiement -, d'améliorer la génération de cash, afin notamment d'alléger la dette de la société mère Mottier, holding familial détenu à 100 % depuis le reprise du solde de la participation de BNP Paribas, et d'accentuer la différenciation commerciale de ses enseignes, tout en restant sélectif dans les investissements.

Le groupe a prévu une enveloppe quasiment identique à celle de 2008 (non précisée), mais fera preuve d'une vigilance accrue dans ses choix. Il doit, en effet, préparer une échéance de remboursement de prêts importante en 2010.

 

Lire la suite

2009 05 Galeries Lafayette maintient sa marge au delà des 8%

30 Janvier 2011 Publié dans #Lu dans la Presse

Entreprises / Distribution

grands magasins La Tribune.fr - 06/05/2009

 

Galeries Lafayette maintient sa marge au delà des 8%

Le chiffre d'affaires consolidé s'élève à 5,053 milliards. Il enregistre une légère progression de 1,9 % par rapport à 2007 grâce notamment aux bons résultats des grands magasins Galeries Lafayette, de Monoprix, de l'activité horlogerie (enseigne Louis Pion-Royal Quartz).

Le chiffre d’affaires consolidé s’élève à 5,053 milliards. Il enregistre une légère progression de 1,9 % par rapport à 2007 grâce aux bons résultats des grands magasins Galeries Lafayette, de Monoprix, de l’activité horlogerie (enseigne Louis Pion-Royal Quartz), et de LaSer, malgré un marché du crédit à la consommation en crise.

Le résultat opérationnel courant est en décroissance de 4,4 % à 413 millions, produisant une légère baisse de la marge opérationnelle de 0.54 point à 8,18 % du chiffre d’affaires HT. Le résultat opérationnel courant se situe à hauteur de 147 millions  pour la Branche Grands Magasins,  de 157 millions pour Monoprix et de 110 millions pour LaSer. L’EBITDA est en baisse de 3,6 % à 551 millions.

Ces résultats ont été obtenus grâce à la poursuite des ouvertures et rénovations de magasins Galeries Lafayette, BHV, Monoprix et Louis Pion-Royal Quartz, l’acquisition de Naturalia, la poursuite des gains de parts de marché dans l’habillement femme, l’acquisition de nouveaux partenariats et des alliances dans les services chez LaSer,  - la poursuite du développement des marques propres, et enfin la poursuite de l’optimisation du parc immobilier.

Afin de réaliser ses objectifs en 2009, le Groupe se focalise sur ses objectifs prioritaires: la maîtrise des coûts, l’accroissement du free cash flow, la systématisation de l’innovation, l’accentuation de la différenciation, la spécialisation sur les cœurs de métiers.

latribune.fr

Lien permanent vers cet article :
http://www.latribune.fr/entreprises/services/distribution/20090506trib000373908/galeries-lafayette-maintient-sa-marge-au-dela-des-8-.html

Lire la suite

2009 01 Décembre « très mauvais » pour les grands magasins

30 Janvier 2011 Publié dans #Lu dans la Presse

22.01.09 par minute.fr

Un mois de décembre catastrophique. Hier, le centre régional d'observation du commerce de l'industrie et des services (Crocis) de la CCIP a rendu son indicateur de l'activité des grands magasins d'Ile-de-France pour le dernier mois de 2008.
Soit les Galeries Lafayette, le Printemps, le Bon Marché et le BHV. Et il révèle que leur chiffre d'affaires s'est effondré de - 7,8 % en décembre 2008 comparé à décembre 2007, et de - 3,4 % entre décembre 2008 et novembre 2008.

« C'est un mois très mauvais comparé à décembre 2007, qui avait fait de très bons chiffres. En 2007, il y avait eu des grèves des transports en octobre et novembre, et beaucoup d'achats de Noël avaient été effectués en décembre. Cela explique aussi en partie cette baisse importante », explique Mickaël Le Priol, chargé d'étude conjoncture au Crocis. Mais selon lui, d'autres éléments sont à prendre en compte.

L'alerte à la bombe du 16 décembre au Printemps Haussmann avait « fait chuter les ventes dans les deux ou trois jours suivants, ainsi qu'aux Galeries Lafayette toutes proches ».
Il note aussi la chute de la livre sterling « qui a perdu 20 % de sa valeur en quelques mois et a découragé les touristes britanniques qui avaient l'habitude de venir à Paris pour faire leurs courses de Noël ». Contacté par 20 Minutes, le Printemps ne souhaitait pas commenter ces chiffres.
 Magali Gruet

 

Lire la suite