Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°19 1906-1909 partie 2

20 Septembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

source Bnf

Ah …la belle vie !

Paris s’étend vers la périphérie , les lampadaires ont remplacé les réverbères depuis quelques années .Les kiosques à journaux s’implantent par-ci, par-là dans la ville, puisque la presse s’est démocratisée.

N’oubliez pas que le journal est la seule source d’information : « Le petit journal, le petit Parisien, l’Aurore… »

Commerce :

Dans ce tournant du XXe siècle, les changements technologiques vont avoir une répercussion très importante sur la vie quotidienne « domestique » et la vie sociale s'améliore pour les employés.

C’est la grande époque des innovations majeures. Les nouveaux objets industriels autant qu’ils peuvent être utiles devront être esthétiques, séduire la clientèle. L’objet doit être beau, fonctionnel et simplifié !

L’objet se mécanise grâce à l’électricité le moteur remplace la manivelle et  les appareils deviennent « Domestiques »… Fers à repasser électrique.

En 1907 : Création de Loréal par Eugène Schueller  pour les colorants à cheveux.

1908 verra les filtres à papier MELITTA du prénom de la femme qui les inventa.

1909 Révolution pour les ménagères avec la 1ère lessive en poudre Persil.

Et pour  vous …messieurs l’aspirateur balai Hoover !

Grands magasins et BHV

Les grands magasins étendent leurs gammes

On voit apparaître le 1er escalier mécanique en 1906 au Bon Marché.

Le Printemps inaugurera son escalier monumental le 19 mars, jour du Printemps.

De grands travaux sont effectués à la Samaritaine entre 1906 et 1907, du côté de la rue de la Monnaie.

1907, bouge du côté Galeries Lafayette avec la fin de l’extension de sa première partie.

1907, Decré à Nantes devient Grand Magasin, il deviendra BHV quelques temps avant de devenir Galeries Lafayette.

Revenons au Grand Bazar de l'hôtel de ville en 1906, Georges Viguier, Me Veuve Ruel et son neveu Henri gèrent seuls le magasin depuis  1901.

Les clients sont heureux de découvrir la variété des produits que nous apprécierons en 3 e partie.

De 1904 à 1905, une partie du magasin a été reconstruite, mais nous ne savons pas grand-chose. En 1907 le 4 rue du Temple est acheté .

 

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°19  1906-1909 partie 2

Nous assistons à la révolution des transports urbains, avec le métro et surtout le Tramway qui permet au peuple de la Banlieue de venir à la Capitale.

Loisirs :

En 1908 à Paris un cirque est transformé par Charles Pathé en salle de Cinéma avec le plus grand écran du monde. En 1909 Il crée le 1er journal d’Actualités au cinéma : « le Pathé Journal » !

Que lit-on ?

Pour les enfants : la semaine de Suzette, Bécassine (1905), Cri-Cri (1907)

Les pieds Nickelés avec Croquignol, Ribouldingue et Filochard seront un succès. (1908)

Pour les adultes : Arsène Lupin de Maurice Leblanc (1905), Rouletabille (1 907) détective de Gaston Leroux et le Mystère de la Chambre Jaune !

1908 verra la sortie du journal « Les échos ».

Les femmes suivent la Mode!

1906  Première édition de : l'Echo de la mode, pour les femmes.

Cela coïncide avec le lancement d'une nouvelle mode féminine de la robe sans corset lancée par le Créateur Paul Poiret ... Il libère la femme!...

Lancement du 1er grand prix de l’auto, qui deviendra par la suite les 24 h du Mans.

Louis Blériot réalise un exploit en traversant la manche avec son aéroplane! Ce qui n’est pas sans nous rappeler 110 ans plus tard l’exploit de Zapata l’homme volant.

31/07/1909 Génie Civil

31/07/1909 Génie Civil

Sur le plan artistique :

La musique est omniprésente : des musiciens jouent sur les trottoirs ou dans les kiosques à musique créés à cet effet. Des cafés-Concerts émergent un peu partout. Tout est bon pour danser et les bals se multiplient.

On écoute des disques musicaux sur un gramophone, La voix de son maître !

Les grands peintres  font toujours parler d'eux.

Cézanne meurt à l’âge de 67 ans (1906).

Monet expose les Nymphéas (1909).

Prochainement nous découvrirons ensemble des produits vendus

au Grand Bazar de l'hôtel de Ville

à travers un catalogue 1906-1907.

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°18 1906-1909 partie 1

13 Septembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

J'ai divisé cette période en trois partie, la première traite de la politique et du social base de nos conditions d'aujourd'hui,  la deuxième partie sera consacrée en partie au commerce et aux loisirs.

La 3e partie vous emmènera aux objets vendus au Grand Bazar de l'Hôtel de Ville.

 

En France 1906 :  La population s’élève à 39,252 millions habitants

Politique :

Dès 1905 un homme d’origine bourgeoise se distingue : Jean Jaurès. Il crée la SFIO. Jaurès père du socialisme souhaite la réconciliation Franco-Allemande ; il se fera assassiner par un nationaliste le 31 juillet 1914 dans un restaurant non loin du Journal l’Humanité qu’il avait créé en 1904.

En 1905 le temps passé au  service militaire fut réduit passant de 3 à 2 ans.

Le président Fallières Élu le 17 janvier 1906 succède à Emile Loubet. en remportant la victoire face à Paul Doumer. Il devient ainsi le 9e président de la IIIe République. Il cherche à se faire l'arbitre des classes politiques et souhaite rapprocher la fonction présidentielle des Français.

 

C’est cette année là que Dreyfus est réintégré partiellement dans l'armée, au grade de chef d'escadron (commandant).  L'écrivain Émile Zola, le plus illustre défenseur de Dreyfus mort en septembre 1902, verra en juin 1908, ses cendres  transférées au Panthéon

Fallières est un opposant à la peine de mort. En 1908, un projet de loi visant à l'abolition de la peine capitale est soumis à la Chambre des députés par le Garde des Sceaux Aristide Briand. La loi ne sera finalement pas votée, les députés et l'opinion publique y étant hostiles.

Il faudra attendre 1981, soit 73 ans pour que la peine de mort soit abolie en France, sous François Mitterrand et le garde des Sceaux (Robert Badinter).

1906 : La relation difficile, sur le régime de séparation entre l’église et l’état, se calme et est appliquée sauf dans les départements de l’Est de la France.

Social en France :

Sur le plan social : 2/3 des travailleurs sont des hommes et 1/3 des femmes et des adolescents. La mortalité est forte dans ce milieu travailleur : Tuberculose, syphilis et alcoolisme…

La vie à la campagne s’améliore aidée par les engrais et la mécanisation. Les paysans consomment davantage de produits alimentaires.

1906 verra un nombre de jours de grève considérable en France.

Une des premières causes fut une explosion violente, le  10 mars : coup de grisous dans les mines de charbon du Nord, à Courrières faisant 1 100 morts.

Le peuple proteste afin d’améliorer la sécurité et réduire le temps de travail; de 10 000 grévistes le 13 mars (80 000 mineurs), on en comptera 50 000 le 18 mars. La crise reste difficile à régler!

Plus tard dans le domaine industriel de la chaussure à Fougères, la grève sera très suivie. Mais c’est surtout le 1er mai que les travailleurs descendront dans la rue pour obtenir la journée de 8h.

En ville, la CGT instigue des mouvements sociaux. Clémenceau, chef de gouvernement (1906/1909) maintient une politique de répression. La Police ira jusqu’à tirer sur la foule en 1908 à Draveil.

Repos Hebdomadaire :

Si les employés ont obtenu 1 jour de repos par semaine, ils n’ont toujours pas de congés annuels ; néanmoins ce jour de repos favorise l’expansion des salles de Cinéma et distractions populaires.

Que dit cette loi, maintes et maintes fois remise en cause !...

La loi  du 13 juillet 1906 sur le repos hebdomadaire est définitivement promulguée. Cette loi accorde à tous les salariés de l’industrie et du commerce un repos de 24 heures après six jours de travail par semaine. Comme on le voit, c’est l’article 2 de cette loi qui stipule que le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche. Mais on y lit beaucoup de dérogations .

LOI du 13 JUILLET 1906 :

LE SÉNAT ET LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS ONT ADOPTÉ,

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE PROMULGUE LA LOI dont la teneur suit:

ARTICLE PREMIER. — Il est interdit d'occuper plus de six jours par semaine un même employé ou ouvrier dans un établissement industriel ou commercial ou dans ses dépendances, de quelque nature qu'il soit, public ou privé, laïque ou religieux, même s'il a un caractère d'enseignement professionnel ou de bienfaisance.

Le repos hebdomadaire devra avoir une durée minima de vingt-quatre heures consécutives.

ART. 2. — Le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche.

Toutefois, lorsqu'il est établi que le repos simultané, le dimanche, de tout le personnel d'un établissement serait préjudiciable au public ou compromettrait le fonctionnement normal de cet établissement, le repos peut être donné, soit constamment, soit à certaines époques de l'année seulement, ou bien:

a) Un autre jour que le dimanche à tout le personnel de l'établissement;

b) Du dimanche midi au lundi midi;

c) Le dimanche après-midi avec un repos compensateur d'une journée par roulement et par quinzaine;

d) Par roulement à tout ou partie du personnel. Des autorisations nécessaires  devront être demandées et obtenues, conformément aux prescriptions des articles 8 et 9 de la présente loi.

ART. 3. — Sont admis de droit à donner le repos hebdomadaire par roulement, les établissements appartenant aux catégories suivantes:

1° Fabrication de produits alimentaires destinés à la consommation immédiate;

2° Hôtels, restaurants et débits de boissons; 

3° Débits de tabac et magasins de fleurs naturelles;

4° Hôpitaux, hospices, asiles, maisons de retraite et d'aliénés, dispensaires, maisons de santé, pharmacies, drogueries, magasins d'appareils médicaux et chirurgicaux;

5° Etablissements de bains;

6° Entreprises de journaux, d'informations et de spectacles, musées et exposition;

7° Entreprises de location de livres, de chaises, de moyens de locomotion;

8° Entreprise d'éclairage et de distributions d'eau ou de force motrice;

9° Entreprises de transport par terre autres que les chemins de fer, travaux de chargement et de déchargement dans les ports, débarcadères et stations;etc….

Progrès social pour les femmes : il n’y a que 110 ans !

En 1909 : La loi autorise 8 semaines de congés Maternité (Non rémunérées), aboutissement de 3 ans de discussion.

Que d'évolution sur un siècle!

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°18 1906-1909 partie 1

Pour le plaisir deux photos de catalogues de cette époque, avant de nous retrouver la semaine prochaine!

 

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°18 1906-1909 partie 1
Lire la suite

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

6 Septembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

La lumière est revenue sur Saintes et sur l’abbaye aux Dames.

Merci chers amis, ex collègues et fidèles lecteurs d’arriver avec moi a ce sixième et dernier épisode.

Poursuivons la visite de ce quartier ouest de la Charente, toujours en cours,,,, et découvrons un espace tout proche, un espace réservé aux magnifiques chevaux tous appartenant à des particuliers.

Je vais vous présenter le Haras National de Saintes et il était grand temps d’en parler, car, comme tous les autres Haras nationaux dont (IFCE ; Institut Français du Cheval et de l’Equitation). Propriétaire et gérant. Il fut vendu au printemps 2019.

A  un acquéreur détenteur d’une entreprise de publicité.

En voici « à titre posthume », une présentation.

Les haras Nationaux ont été créés par Colbert -sous Louis XIV- afin d’organiser une expansion de l’élevage équin et ainsi assurer les réserves en chevaux des armées du roi.

Napoléon après la révolution en a fait la continuité.

Le haras de Saintes a été créé en 1846. Il a été longtemps destiné au développement et a la sauvegarde de races d’équidés donc, reproduction et identification.

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Ce site classé de 10 hectares, haut lieu du patrimoine architectural, culturel et hérité du XIXème siècle, est situé à deux pas du centre-ville

Le Haras aura contribué à la professionnalisation des activités de la filière du cheval et de l’équitation Il appartiendra à son nouveau propriétaire d’écrire une nouvelle page de son histoire en lien avec son territoire. A Suivre…..

Formation « initiation au travail a pied : longe et longues rênes »

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Tous les étalons séjournant en ce lieu appartenaient à des particuliers donc repris en charge et bien traités.

Ces magnifiques quadrupèdes rejoindront-ils ? Un jour leurs ancêtres attelés à  un char votif de tradition gauloise du 1er siècle après J,C.  trouvé dans une fosse et patiemment reconstitué par les archéologues.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Un p’tit mot sur la gare de Saintes

 Le rail a eu une influence importante sur le développement de Saintes Le rail devient un centre d’attractions et entraîne la naissance de nouveaux quartiers pour les cheminots.

La gare : Sa mise en service est de 1867 par la compagnie des chemins de fer des Charentes, avant de devenir une gare de l’administration des « chemins de fer de l’État en 1878 ».

Puis, une gare de la SNCF -1937-1938-, desservie par des trains de grandes lignes et des trains express régionaux, TER.

Cette gare est desservie par des trains « Nantes-Bordeaux » et  dessert Rochefort, La Rochelle, Angoulême, Royan…..

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Je vais essayer en quelques lignes de vous retracer l’historique de ce secteur devenu SNCF en 1938.

Saintes est donc placée au centre d’une importante étoile ferroviaire presque égale à une étoile routière.

En 1935 Saintes voit passer: 

le « Manche-Océan » (Dieppe- Rouen-Le Mans-Nantes-Saintes-Bordeaux),

le « SBH » (St Malo-Saintes-Bordeaux- Hendaye), 

le « La Rochelle-Saintes-Genève (via Limoges) et les nombreux trains de pèlerins pour Lourdes.

La gare de Saintes était aussi la plaque tournante du trafic ostréicole.

100 circulations jour, 24 h sur 24 et 500 agents en service.

Depuis 1877 sur les terrains de l’état, constructions de bâtiments pour le petit entretien, l’atelier des machines et l’atelier des voitures et wagons et c’est en 1938 que le dépôt évolue en matériels, machines et chauffage et sanitaires pour le personnel.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

La guerre et le bombardement de 1944 ont obligé la reconstruction des ateliers et le travail a repris. Jusque dans les années 1960 l’effectif s’est maintenu autour de 1250 personnes, puis par des prises en charge des ateliers par le privé les ateliers redeviennent « entretien » et ne concerne que les révisions.

A Saintes dans les années 1930/40 presque la moitié de la population était « cheminote » et le rail faisait vivre environ 2500 familles sans compter les retraités

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Avant de retrouver nos cheminots d’aujourd’hui, voyons ce projet de « Tramway à vapeur » de Saintes à  Mortagne (sur la côte) 44kms » reconnu d’utilité publique - JO du 21 janvier 1893- C’était le début des « chemins de fer économiques de Charente » Jusqu’en 1924, moment où l’on parle « électricité », et autorail. Puis les cars en 1947 ont remplacés définitivement ces petits tronçons.

Le service urbain, c’était tout un réseau distribuant un maximum des bourgades et villes de Charente ; il n’allait pas vite 15 à 20 km/h de moyenne et les petites locomotives à 3 essieux vont tirer des convois composés de wagons et souvent une seule voiture.

 

 

Aujourd’hui, les ateliers d’entretien » devenus, pompeusement « Technicentre » sont encore dans « l’évolution ». 130 sont à l’œuvre pour la confection de pièces et levage .

Des activités nouvelles sont apparues et la SNCF annonce un regain d’activités pour le « technicentre » et la formation et emploi de 228 cheminots sur le site et à la maintenance.

A cela s’ajoute un engagement SNCF via l’Ecole des Nouvelles Compétences sur l’accompagnement et la création en 3 années de 100 emplois en CDI sur le bassin de Saintes.

Elle n’est pas belle la vie ?

La grande zone d’activités commerciales s’agrandit encore, le tourisme va bien.

L’avenir de Saintes est devant nous : Le haras se transformera certainement  en entreprise publicitaire et zone d’habitations et le bassin d’emploi est préservé et ceux-ci se développeront encore avec la SNCF !

Tout va bien !...

C’est dans cet esprit positif qu’il me faut terminer ces 6 épisodes reflétant partiellement  la vie d’une ville d’environ 25 000 habitants située sur une aire urbaine de 60 000 habitants avec les autres communes.

J’en terminerais donc par là ou j’ai commencé…..les Romains.

Il était une fois…..

Le musée est installé, à la place d’une faïencerie du 18ème, devenue  abattoirs au 19ème.

Le musée occupe les locaux et les extérieurs depuis 1931.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Ce musée de Saintes, est du point de vue de l’archéologie gallo-romaine, un des plus riches de France. Il est cerné par des colonnes antiques. Vous trouverez à travers les quelques images jointes, des blocs sculptés provenant des monuments antiques et des collections d’objets, mobiliers illustrant la vie quotidienne et éclairant sur la vie des Santons.

En voici, modestement quelques images...

Le buste présenté ci-dessous est en marbre de carrare du 1er siècle (découvert en 1957) Claude ou Tibère ??  Et un personnage de haut rang à cheval.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Chapiteaux qui ornaient le plus ancien temple connu de « Médiolanum » édifié dans la deuxième décennie avant notre ère.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Stèles à quatre faces et quatre personnages

Femmes au tissage

L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 6 et fin par Jean-Pierre Franssens

Blocs de la frise du mausolée d’un homme d’affaires.

-à gauche : Un homme portant un sac de monnaies.

-au centre : Un homme devant un bureau sur lequel, un employé verse un autre sac.

-à droite : Un homme, la main posée sur un sac de monnaies,

L’expression de cette « scène de comptes » vient de Trèves comme sans doute le défunt lui-même.

Première moitié du IIIème siècle.

En cette rentrée de 2019 j’envoie cette pensée à tous les lecteurs du Rézo- Bazar.

Et si vous avez encore soif, retournez en partie 1, l’eau arrive à Saintes.....

Avec mes remerciements et mes amitiés, à bientôt sur la toile….si vous le voulez bien.

Jean-Pierre

Bravo et merci Jean-Pierre pour ce magnifique récit sur Saintes, bien documenté! Nous savons qu'il t'a demandé beaucoup de recherches !

Nous avons beaucoup apprécié. Au plaisir de te lire. 

CD

Lire la suite

L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens

30 Août 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens

Le pont traversé, nous voici sur les extensions de la ville à l’est, ou nous allons découvrir au rythme de la grande avenue, face au cours National, et nommée Gambetta.

Sur cette partie à l’est, se trouve, le musée, le grand parc, la prison, l’abbaye aux Dames, le Haras national et la gare.

Notre priorité sera l’abbaye, mais rien ne nous empêchera de regarder autour et préciser quelques historiettes.

Commençons dans la bonne humeur par le parc, car là, debout, statufié sur cette allée publique, un personnage considéré comme faisant partie du patrimoine local, nommé Goulebenéze avec un accent aigu car il n’y a rien de grave, en lui.

Il est né en 1877, fils d’Eugène et Néhomaîe Poitevin, à Burie tout près.

Il fait ses études à Saintes et entre-autre, il part à la conquête de toutes les scènes charentaises. Il est chanteur à voix profonde avec des intonations comiques. Il remporte un vif succès.

Il brosse le saintongeais, l’écrit et son pseudo vient du fait local : « avoir la figure réjouie de l’épicurien », soit, la « Goule bien aise » Monsieur Evariste Poitevin dit « Goulebenéze » est mort en 1952, honoré par la ville et statufié en parc et a la villa Musso vue précédemment en partie 4.

PH 95 PH 96

« Noute patois o faut pas avouère j’honte de l’causer pac’qui vint d’loin et o l’est c’qui zi doune sa nobiesse.

Dans la goule de noute Grand Maître à teurtous, Goulebenéze ! Y l’a fait la glouère et la r’noummée de noute Sainthonjhe. »

Après cette amusette, passons le seuil de l’abbaye aux Dames toute proche.

Saint Pallais, l’un des évêques du diocèse de Saintes à ses origines-au VIème siècle- et est celui qui aurait découvert la sépulture de Saint Eutrope (cité en partie 4 précédemment). Son nom fut donné a un faubourg qui accueillera l’abbaye aux Dames.

L’église Saint Pallais jouxte ces bâtiments et l’abbatiale Notre Dame présente un mélange de roman et de gothique. Elle est l’héritière du sanctuaire funéraire de saint Pallais enterré dans la nécropole antique (VIème) au bord de la voie romaine menant au pont.

La place St Pallais servait encore de cimetière au XVIIIème siècle.

La nef se l’église a reçu deux voûtes d’ogives alors que ses piliers du XIIème siècle étaient destinés à recevoir une voûte en berceau romane. Le chœur gothique à chevet plat est du XIIIème siècle.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens

 

 

Nous sommes en 1047 et Geoffroy Martel, fils du comte d’Anjou Foulque Néra qui gérait la Saintonge et Agnès de Bourgogne son épouse, vont s’investir depuis 1030 en la restauration d’édifices et fondations, dont l’abbaye aux Dames. Elle sera consacrée solennellement le 2 novembre 1047.

Les droits et possessions ont été confirmés par une bulle du pape Léon IX en 1049.

Ce fut la plus grande communauté de femmes dans la France du Sud-ouest en cet espace soumis a la règle bénédictine. Elle conservera son indépendance de tout temps.

C’est la révolution qui mit un terme à plus de 7 siècles d’histoire monastique.

Nous trouverons quelques étapes lors de notre visite, a commencer par l’abbatiale Notre-Dame.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens

1- Main divine cernée d’un disque bénissant le fidèle et adorée par les anges.

2- Agneau portant la croix encadré par les quatre symboles des évangélistes.

3- Le massacre des innocents.

4- Les vieillards de l’Apocalypse tenant des coupes et instruments de musique.

 

 

L’abbatiale consacrée en 1047 était une église en forme de croix latine, dotée d’une nef, d’un transept muni d’absidioles et d’un chevet plus court terminé par une abside en hémicycle. Des transformations ont eu lieu au XIIème.

Une nouvelle façade ajoutée en avant de l’ancienne, au début du XIIe.

La nef et le transept conservent pour l’essentiel leurs élévations d’origine, par contre la longueur est passée à 25 mètres et la largeur à plus de 15 m. Les calottes des deux coupoles couvrant la nef ont disparu au XVIIème et furent remplacées par deux plafonds en bois.

A la fin du XIXème : transformation du chevet

L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens

 

 

 

 

 

Dans l’abbatiale romane l’art contemporain se manifeste à travers un ensemble de 13 tapisseries sur le thème de la création du monde...appelées ; « La Tapisserie de la Genèse ». Celle-ci est l’œuvre de l’artiste Jean-François FAVRE et, pour la réalisation, celle de la communauté Chrétienne de l’Abbaye aux Dames.

Une rencontre harmonieuse et vibrante entre la musique et les arts plastiques et un souhait du directeur du festival de musique ancienne...du textile sur les murs. Ce choix date de 1982 préparé et choisi par le prêtre Michel Fournier.

L’achèvement et la mise en situation s’est faite en 1996.

Ces tapisseries sont en laine sur canevas de lin.

18 000 heures de travail pendant 14 années à plus de 700 personnes en relais et en collectif. 12 tapisseries de 3m sur 1,60 m et 1 de 6 m sur 3,60 m.

Travail suivi par Madame Favre, le père de François, Georges Favre a créé 14 pièces pour orgue en 1987 et une œuvre du compositeur Y, claqué pour l’inauguration de juin 1991.

 

 

 

 

Je me suis permis de prendre en photos quatre des 13 tapisseries afin, par cette sélection vous présenter une humble partie de ce travail gigantesque et qui vaut d’être évoqué pour l’esprit, la beauté, la patience et le don aux visiteurs de l’abbatiale. Famille FAVRE ...Merci.

Revenons maintenant sur cette cour de l’abbaye où nous découvrons l’aile monastique qui a connu tout au long des siècles des occupations et des incidents divers. En voici quelques époques….relatées succinctement ….

Capétiens et Plantagenets se battent pour la ville au XIIIème, au XIVème des destructions au sein de l’abbaye par des anglo-saxons. La restauration est terminée au XVème à la faveur d’une reprise économique du Moyen Age.

Au XVIème siècle, une Françoise de la Rochefoucault va protéger l’abbaye de la guerre civile.

Au XVIIème, les bâtiments monastiques furent touchés par deux incendies.

A ce moment là se tenait une école tenue par des femmes de grandes familles et fréquentée par des jeunes filles de la noblesse, dont une entre autre, nommée Françoise Athénaîs de Mortemart de Rochechouart devenue Marquise de Montespan.

De 1597 à 1663 une nommée Françoise de Foix dirigeait la communauté des Moniales selon la règle bénédictine ; 66 années de rigueur, dévouement et habit noir.

Mais nous l’avons vu ci-dessus, la révolution va bouleverser 7 siècles, l’église devient communale, la communauté dispersée et le lieu devient une prison pour prêtres réfractaires, puis 1808, Napoléon en fit une caserne et plusieurs régiments, infanterie ou cavalerie jusqu’au XXème siècle vont y séjourner.

De ce fait,  tous les locaux marqués "cloître"vont être détruits afin de libérer l’espace central pour entraînements hommes et chevaux.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens

L’église, classée aux monuments historiques en 1840 en 1 ère liste, donc entretenue, a été rendue au culte en 1939.

1944, bombardement et nouvelle restauration qui va servir d’asile aux familles bombardées et enfin 1972, des bénévoles lancent l’entretien des locaux et créent le festival de juillet, de musique ancienne et qui aujourd’hui s’est ouvert sous le slogan « Cinq siècles de musique contemporaine ».

1988 Inauguration nouvelle pour la réhabilitation des bâtiments monastiques en présence du Président François Mitterrand.

Entrons, si vous le voulez bien…. par la porte maniériste du XVIIème siècle …..

 

 

 

 

 

 

 

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 5 par Jean-Pierre Franssens

Et voilà qu’ils m’éteignent la lumière…alors quelques vues en nocturne, merci pour votre visite et les lumières reviendront certainement …. Bientôt

 

N'oublions pas le guide ! un commentaire lui sera agréable!...

Nous retrouverons jean-Pierre la semaine prochaine pour la fin de ce super feuilleton! Si vous passez en Charentes, Vous ne visiterez pas Saintes par hasard!

Lire la suite

L’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre Franssens

23 Août 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

Nous retrouvons l'épisode 4 sur Saintes raconté par Jean-Pierre, toujours aussi bien documenté!

Bravo JP.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre Franssens

Lors de notre promenade précédente « partie 3 », nous nous trouvions, face à l’échevinage sur la voie piétonnière du centre-ville, nommée, Alsace-Lorraine.

Comme prévu nous allons nous diriger vers notre nouveau but, l’Abbaye aux Dames mais, auparavant nous ne pourrons ignorer l’ancien couvent des jacobins, ici, tout proche, derrière l’échevinage. Celui-ci a été construit par les dominicains, arrivés en 1293. Au cours des siècles ces bâtiments comme souvent, connurent des mouvements. Entre autre une ouverture en salle d’asile, ancêtre de l’école maternelle et tenue par des sœurs aidées de femmes de charge.

Le couvent a été vendu à la révolution et début du XXème siècle un riche mécène, négociant en Cognac plus une donation dite Martineau en 2000, ont permis la restauration de ce couvent en bibliothèque municipale « François Mitterrand » et la création d’une médiathèque contemporaine en ses ailes.

Les décors intérieurs, vitraux, peintures murales du fin XIXème ont été classés aux monuments historiques.

La chapelle des jacobins XIIIème siècle. Le prieuré rebâti au XIVème. Cette chapelle a été ruinée en 1570 et a nouveau pendant la révolution.

Subsistent, au sein d’un décor Art Nouveau, la salle capitulaire et le chevet plat de la chapelle, éclairé par cette verrière gothique flamboyante.

 

Entrons au couvent, je veux dire dans l’ancienne cour du couvent, pour découvrir la façade
intérieure de la chapelle. J’ai pu constaté que la bibliothèque avait été déplacée.

Il faut suivre à Saintes car les sites évoluent constamment…entretien ou réhabilitation... attendons pour voir le siècle prochain. ! 

 

 

En son aile, disons nord, voici la médiathèque « François Mitterrand ».

 

Continuons notre progression rue Alsace Lorraine et...tiens ? Une rue Victor Hugo….Et oui en l’an 1843, Victor Hugo était à Saintes et il écrivit une critique sur le déplacement de l’arc de Germanicus du pont sur la Charente, et sa reconstruction sur les berges et ce, grâce à Prosper Mérimée alors inspecteur des monuments historiques.

« Le vieux pont de Saintes a perdu tout son caractère….on démolit en ce moment l’arc de triomphe pour le transporter ailleurs…..opération barbare et dérisoire... », extraits Victor Hugo France et Belgique. Alpes et Pyrénées 1843.

 

Sur cette voie Victor Hugo, juste avant la Maison ,dite du Présidial, sur une petite voie
perpendiculaire, découvrons l’église Sainte Colombe ; fin du Moyen Age, citée en 1340, puis
en travaux au XVIIème siècle. Les carmélites la détiennent au XIXème. Elle sera ensuite
désaffectée au cours du XXème et entrepôt coopérative Saintaise.
Aujourd’hui cette église gothique, latino grégorienne procéderait a un office une fois la semaine
et jours de fêtes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours sur cette voie, en retrait la maison Henri IV appelée aussi à tort Maison du Présidial construite au tout début du XVIIème (par un inconnu). Cette superbe maison n’a jamais abrité cette juridiction mais a été habitée par le président du présidial au XVIIIème siècle.

Il devint en 1967, Musée des Beaux-Arts protégeant ainsi les collections d’Art ancien de la ville.

Aujourd’hui cette demeure est vide car le musée a été déplacé sur un autre site.

La seconde photo avec son arbre en fleurs représente la cour arrière du bâtiment avec a sa droite, en retour-photo suivante- un ancien mur dont un élément en pierre comporte la date de 1605.

Nous parvenons enfin sur le cours National et là juste en face de cette ancienne porte Aiguière, à l’emplacement du couvent des cordeliers, le palais de justice. Celui-ci a été construit de 1859 à 1864.

En L’an 1790, année des départements français, Saintes devint préfecture de la Charente inférieure et donc, la cour d’assises devait se tenir en son centre. Mais….

Début du XIXème, monsieur le Maire de La Rochelle intervint, jusqu’à déranger Napoléon en Belgique à cet instant, sur la demande de transfert de la préfecture en sa ville.

Et, voilà comment Saintes devint sous-préfecture mais tout de même en conservant le siège de la cour d’assise.

Profitons du lieu pour découvrir le théâtre sur le trottoir d’en face.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le théâtre municipal, sur le cours impérial a été construit en 1852 par l’architecte A.Bourla. Des troupes originaires de la région l’ont animé ainsi que des artistes « parisiens » tels Brasseur, Coquelin cadet...et même en conférence Alexandre Dumas père ainsi que le poète Déroulède.

Baptisé Gallia, ce théâtre a connu diverses conditions. Il y avait à cette époque 7 salles, soit spectacle, soit cinéma -Dont l’Olympia Palace, puis Olympia 2000- et la vie artistique à Saintes ne pourrait que faire l’objet d’un seul écrit tellement il est copieux. Restons donc sur Gallia qui en 1998 a subi des aménagements, une salle de 510 places et une de 96 et un écran de 12m réservé aux Arts et Essais, en activités à ce jour.

 

Sur le même trottoir que le palais de justice, la « Villa Musso ». Construite, moitié XIXème par le Docteur Musso de la bourgeoisie Saintaise. Agrandie par Anatole Huet, négociant en cognac elle est notifiée comme style rococo. En 1894, lui est adjoint une orangeraie et après diverses actions est devenue « Office de Tourisme » jusqu’en 2018.

Aujourd’hui comme bien des pierres revenues à la commune, on ne sait si la transformation ira vers, encore un musée ou habitations…. ?

L’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre Franssens

PH80 PH 81

PH 82 PH 83

PALISSY approche et là, au nord un appel retentit. Et alors ?….moi Saint Vivien, on m’oublie … ?

Lors du premier exposé je vous ai emmené tout au long de l’aqueduc auprès de

Saint Saloine ou s’étaient édifiés le Thermes romains nommés St Pierre et St Vivien, évêque de Saintes.

En ce faubourg Saint Vivien une nouvelle église a été édifiée sur les ruines d’une précédente, dévastée par les protestants, totalement détruite et rasée au XVIIIème.

L’église actuelle (Photos ci-dessous) a été édifiée entre 1840  et 1845.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre Franssens

Le chœur et la nef en référence strictement gréco-romaine. Les vitraux ont été réalisés 40 ans après la fin de la construction et, avec l’apport de l’autel de la Vierge, son tabernacle plus la chaire à prêcher du XVIIIème siècle, créant ainsi un superbe lieu du culte.

Un p’tit coup d’œil aux Galeries successives de Saintes ; la Maison universelle édifiée en 1904, premier grand magasin Saintais.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 4 par Jean-Pierre Franssens

Nous traversons enfin le pont de la Charente et….. Bonjour Monsieur Palissy.

La statue est due au sculpteur Ferdinand Taluet, élève de David d’Angers. Elle fut inaugurée le 2 août 1868.

La statue est due au sculpteur Ferdinand Taluet, élève de David d’Angers. Elle fut inaugurée le 2 août 1868.

PALISSY Bernard, la céramique en Saintonge.

Originaire de l’agenais, Bernard vécut à Saintes de 1540 à 1565. Ce Maître verrier était un touche-à- tout génial. C’est donc à Saintes qu’il mit au point sa fameuse technique de céramique en recherchant le secret des émaux.

La Chapelle aux Pots est un petit village jouxtant Saintes qui est dépositaire d’une longue tradition de poterie et qui a du profiter à notre Maître Palissy.

Celui-ci fut un savant, chimiste et géologue reconnu comme un des précurseurs de la paléontologie par ses études et observations sur les fossiles. Il a légué plusieurs traités dont : « Le discours de l’art de la terre, de son utilité, des émaux et du feu » ainsi que « Le discours de la nature des eaux et des fontaines ». (Ci-dessous un plat avec reptiles attribué à Bernard P.)

Outre son talent qui le mena jusqu’à Paris, au service et sous la protection de Catherine de Médicis, notre Bernard s’était engagé politiquement en faveur des idées de la Réforme ; ce qui lui valut, malgré ses protections d’être embastillé en 1589 où il mourut l’année suivante.

A Saintes vers 1530 il avait été le chef de file actif de la communauté protestante.

La vie de Bernard Palissy est passionnante de par ses techniques, ses œuvres, ses connaissances et appuis et il mériterait bien plus de présentation. Mais, fasse, chers lecteurs et lectrices que cette (peut-être) découverte vous ouvre « l’appétit » et que les moyens actuels vous permettent de prolonger sa découverte.

Je stoppe donc cette quatrième promenade à Saintes pour prendre de l’élan sur l’autre rive. Le but, rappelez-vous, l’Abbaye aux Dames avec tout autour des connaissances, des historiettes, des histoires et croyez-moi, Saintes en possèdent...alors ?….A bientôt ? « si vous le voulez bien... »

Jean-Pierre

Lire la suite

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

15 Août 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

Nous quittons  le secteur de Saint Eutrope par la porte Miegeville et ce pour rejoindre le centre de la ville. Rappelons-nous, que ce centre de 18 hectares a été ceinturé de remparts.

Il y a plusieurs lunes, il nous aurait fallu emprunter la porte nommée « Evêque » pour emprunter la voie, nommée ce jour, Saint Maur qui nous conduisait sur les quais de la Charente, place Blair. (Du nom d’un intendant du XVIIIème.)

 Au 17  Rue Saint Maur, que nous découvrons sur les photos, se tenait le siège de la Juridiction Consulaire depuis 1763.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

Ci-contre : l’Hôtel construit par François Mossion de la Gontrie en 1731 côté quai de la Charente.

Ce corps consulaire tenait audience  à l' échevinage, que nous découvrirons très vite, jusqu’au second Empire. Ce sont eux qui en 1775 ont fait édifier le portail et la façade aux 6 pilastres ioniques.

A noter que c’est en cette rue que de nombreux membres de la cour audience, conseillers, substituts, greffiers, lieutenants avaient élus domiciles au XVIIème siècle.

Place Blair, 1791, un 1er juillet, la société des amis de la constitution œuvra à l’édification d’une pyramide nationale.

Celle-ci fut édifiée avec des frises, des chapiteaux tambours et colonnes d’ordre dorique, vestiges Gallo-romains. Une bouteille contenant la déclaration des Droits de l’homme fut enfouie en fondation.

Inauguration le 14 juillet 1791.

Sur la photo nous pouvons distinguer la flèche de Saint Eutrope.

L’hôtel Monconseil- du nom de Monsieur le Marquis Etienne Guinot de...- de l’aristocratie de Saintonge, fit bâtir en 1738 un somptueux hôtel, (photo6) sur les bords de la Charente.

En vue depuis la démolition des remparts.

Avant d’être un musée en 1992, nommé Dupuy-Mestreau, en collection d’Art régional,

Cet Hôtel abrita en 1810, le siège de la préfecture de la Charente Inférieure (future Maritime)

Suivons les quais rive gauche  et nous atteignons les abords de la cathédrale Saint Pierre, trônant en ce centre-ville que nous allons parcourir.

Un nommé Pallais, premier évêque avait impulsé une première église au VI ème siècle. Au XIème un incendie va ravager et ruiner cet ouvrage. Reconstruite courant XIIème au terme de la guerre de cent ans, par des évêques de la famille Rochechouart.

Le clocher -Porche date de cette époque mais sa flèche prévue à 100 mètres n’a jamais été possible et ce, dû aux guerres de religion.  Approchons…

Nous longeons le marché couvert récent et arrivons sur la place Saint Pierre sur les arrières et les flancs de l’église.

 

Cette place est aujourd’hui un parking et deux fois la semaine un marché jouxtant le bâtiment récent construit entre la cathédrale et la Charente (dommage !)

Auparavant comme vu sur la photo 11 il y avait arbres et maisons.

Et…..comme par hazard….la maison visible au premier plan était celle d’un nommé Joseph Guillotin, Docteur, né le 28 mai 1738 à Saintes. Il était professeur d’anatomie et député de Paris aux Etats Généraux.

Concernant la machine qui porte son nom, son projet de Loi était très clair ;

Joseph Ignace Guillotin, Musée Carnavalet

« Dans tous les cas où la loi prononcera la peine de mort, le supplice sera le même...le criminel sera décapité...par l’effet d’une simple mécanique ».

La machine va se nommer au départ Louison, mais, malgré ses vives protestations son nom lui sera attribué.

Docteur Guillotin s’est éteint à Paris en 1814 et sa maison fut démolie en 1962. 

Pour la petite histoire (triste), la dernière femme guillotinée suite à un meurtre sur enfant, en France le fut à Saintes en 1943.

La Cathédrale Saint Pierre,  entrons en ce lieu….

 

Aujourd’hui sur un bâtiment gallo-romain s’élève une cathédrale gothique flamboyante de 100 mètres de long dont le chevet repose sur des pieux de chêne.

Elle porte le titre de basilique mineure ce qui en fait la seconde basilique Saint Pierre du monde, après celle de Rome.

Comme cité précédemment la flèche de 100 m projetée a été remplacée par un dôme métallique à environ 65 mètres de haut.

Le portail, restauré au printemps 2002, est un ensemble de sculpture flamboyante. Les quatre voussures sont ornées de quarante-quatre statues qui représentent huit anges musiciens à l’intérieur, des saints et des prophètes de l’Ancien Testament sur la voussure extérieure.

Les quatorze niches vides le sont depuis les destructions des  guerres de religion du XVIème Siècle,

 

PH19     PH20     

Le chœur date du XVIIème et il est aussi grand que la nef. Le maître-autel est recouvert de marqueterie de marbres polychromes.

Le Cymborium porté par quatre colonnes de marbre a été amené de l’Abbaye aux Dames -dont nous parlerons prochainement-  et offert par Napoléon.

Le déambulatoire permettra la découverte de la chapelle du XVIème, Notre Dame des victoires, puis 3 chapelles de style gothique renaissance, elles aussi du XVIème siècle.

Au retour vers le porche, d’autres chapelles, la chapelle des fonds baptismaux (fermés d’une grille) et en fond un tableau du baptême du christ par une artiste de Saintes du XIXème siècle.

Et pour terminer, les deux bénitiers, coquilles d’huîtres géantes apportées du pacifique par l’Amiral Léopold Pallu de la barrière et offertes a la cathédrale en 1858.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

Les orgues situées au-dessus du portail ouest, furent commandées au XVIIème siècle à Jean Oury de Poitiers. Il est, entre autre, orné de bouquets, d’un ange a la trompette et en haut, du roi David avec sa harpe.

Nous remarquerons, en fin de visite, une grande statue de St Pierre, réplique de la statue à Rome. Cette statue en plâtre peint, est au centre des listes de tous les évêques de Saintes, parmi lesquels on ne compte pas moins de onze saints. Cette liste est close car le siège de l’évêché a été transféré à le Rochelle en 1801.

Le cloître, accolé au mur sud de la cathédrale, est longé par une galerie couverte de style ogival. A noter : un édicule de style Renaissance à l’angle Nord-Est de la galerie.

En levant les yeux vers le toit de la cathédrale nous pouvons voir les arcs-boutants du XVème siècle témoignant de la hauteur qu’atteignait la nef, (non rebâtie), avant sa destruction.            

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

Face à la sortie du cloître, entre les deux grilles ouvertes, la sous-préfecture bâtie sur la place du synode en 1846.

Tout à côté l’hôtel de ville, inauguré en 1874 suite à la reconstruction après l’incendie en 1871 de l’ancien doyenné au chapitre épiscopal où depuis 1830, siégeait le pouvoir municipal transféré de l’échevinage.

Nous retrouvons la face nord de la sous-préfecture donnant sur une parcelle arborée qui comporte elle aussi une Histoire.

Tout d’abord, suivant les photos, le logement du gouverneur  dominant la ville. Érigé en 1600-1610, il abrita l’administration de l’hôpital St Louis et est aujourd’hui  « disponible » aux projets….à suivre.

Sur ces hauts de Saintes en place des châteaux et citadelles successives dont il ne reste que quelques longueurs de remparts, s’est construit dernièrement l’agrandissement de l’Epahd. 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

Sur cette hauteur, hors remparts, un nommé Bernard Palissy « chef » du mouvement y fonda en 1544 la première petite église protestante avec quelques fidèles. Saint Barthélémy, temples rasés, persécutions et il a fallu attendre 1898 pour que décision soit prise, sur l’élévation d’un Temple en lieu et place des premières constructions.

Le Temple érigé en 1905-1906 possède une façade qualifiée romano-byzantine avec des motifs rappelant l’Art nouveau et l’Art déco.

Le Temple  sur le cours du nom de Reverseaux* se trouve dans la prolongation du bâtiment de la Banque de France.

*Jacques Guéau de Reverseaux dernier intendant ordonné en 1781 à qui l’on doit l’esquisse de la ville moderne.  Il a été guillotiné à Paris en 1794.

PH42         PH43

Nous voici revenus sur le square au fond duquel nous voyons un portail. Il s’agit du portail de l’ancienne chapelle des jésuites attenante au collège créé en 1610 et confié aux jésuites. En 1782 une chapelle bénédictine remplace celle des jésuites. Tout cela détruit dans les années 60 pour création d’un lycée.

Sur les photos jointes vous pourrez voir le fronton aux pilastres ioniques en harmonie avec la chapelle qui lui fait face en façade XVIIIème, aujourd’hui transformée en salle municipale.

Nous allons quitter cette place et rejoindre la rue piétonnière principale, nommée Alsace-Lorraine sur laquelle nous découvrons enfin « l’échevinage » tant de fois cité précédemment.

Sa partie la plus ancienne est du XVème, mais la façade est de 1761. La serrurerie est du XVIIIème. La tour,  le beffroi élevé en 1552, à moitié détruit par un boulet au siège de 1570 et restauré plusieurs fois. Le beffroi symbolisait la puissance municipale face au pouvoir de l’église.

Aujourd’hui, en sa cour pavée nous pouvons nous détendre en consommant sous les parasols et visiter l’un des musées des Beaux-Arts.

Quoi de mieux pour clore cette partie 3. Terminons cet épisode par des photos de cet ensemble et je vous en promets encore de nombreuses anecdotes.

Bientôt nous traverserons la Charente par le pont Palissy.

Mais qui était donc ce Palissy ??? A bientôt… si vous le voulez bien...

L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 3 par Jean-Pierre Franssens

 

Lire la suite

L’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre Franssens

7 Août 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

Et voici la suite de ce reportage étonnant sur la ville de Saintes!

L’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre Franssens

Santonum  : SAINTES

Le développement important de cette cité a bien entendu, attiré des « visiteurs » et à cette époque : an 270, des « barbares se plaisaient » à envahir ce qui se stabilisait….éternel réflexe….Wisigoths aryens, puis Francs, Musulmans jusqu’à Poitiers-Vouneuil sur Vienne, fin 732, les vikings sur la Charente jusqu’à Taillebourg, et les Normands en 845.

Il fut donc décidé de se protéger. Pendant les années 284 à 476 un rempart défensif fut édifié avec comme entrée principale ce fameux pont déjà décrit et la porte, arc de Germanicus.

La cité s’était étendue sur une surface proche de 100 hectares mais elle n’était ceinturée que sur 18 hectares.

En même temps, le Christianisme est arrivé et nous allons découvrir, même hors muraille, les édifications de lieux de culte ainsi que le développement de la rive droite de la Charente.

Notons que c’est au cours de ces événements des IIIe et IVe siècles que le nom de SAINTES apparaît, remplaçant Santonum.

La visite commence par les monuments édifiés au début du deuxième millénaire

La basilique Saint EUTROPE est fondée en 1081 à l’instigation du duc d’Aquitaine et du Comte de Poitiers (sous le nom de Guillaume VIII). Elle est confiée à une vingtaine de moines de l’abbaye de Cluny qui y implantent un prieuré.

Cette basilique est classée en 1998 au titre des monuments historiques et au patrimoine mondial de l’humanité, par l’UNESCO.

 

La longueur actuelle du bâti est de 42 m avec une hauteur de voûte de 10 à 14 m  sous la coupole de la croisée.

En 1803, l’église, considérée comme vétuste par le préfet, Guillemardet, est amputée de sa nef.

La longueur de l’église est de 75 m, c’est le plus grand édifice de la région et sa flèche s’élève à 80 mètres de haut.

Celle-ci construite pour la dévotion aux reliques du Saint par les foules de pèlerins de Compostelle, est considérée comme la crypte romane la plus grande d’Europe.

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 2 par Jean-Pierre Franssens

Au centre, le tombeau avec son inscription « EVTROPIVS » (forme d’écriture type IIIème siècle) (mais est-ce un cénotaphe ? (tombeau vide). A suivre… pages  suivantes…..

A noter, sur les chapiteaux, le thème ornemental végétal d’inspiration gallo-romaine.

Sur 53 motifs aucun n’est semblable à un autre.

 

Au XVème siècle la construction d’une grande chapelle flamboyante dans le prolongement de la nef du chœur roman a fait perdre à celui-ci son abside et son déambulatoire. Le bras nord du transept a été remonté au XVème siècle à partir de ses fondements au niveau de la crypte afin de supporter le superbe clocher, gothique flamboyant, de 80 m, en place du clocher roman, grâce à la générosité de Louis XI.

Cette basilique conserve, le chœur gothique qui date du XVIe et sa façade actuelle, pastiche roman très sobre datant du XIXe. Ses vitraux sont issus des ateliers en la Maison du Verrier, Castel Gesta, « villa castellisée » édifiée par le peintre verrier Louis-Victor Gesta, fin XIXème au faubourg Arnaud Bernard de Toulouse et inscrite aux Monuments Historiques.

 

 

 

 

 

 

 

La légende de la fontaine d’Eustelle. Situé dans l’enceinte des arènes avec un très faible débit ne servant pas à l’entretien des arènes.

La légende dit, que Eustelle disciple de Saint Eutrope, l’aurait enterré non loin de l’amphithéâtre et depuis une fontaine coule et son eau aurait des vertus miraculeuses.

« Si une jeune fille parvenait à former une croix avec des épingles à cheveux lancées dans le bassin, elle se marierait ... dans l’année »

 

 

PH 47

ph 48

PH 49

Voyons si la réalité a rattrapé la légende….

Les textes rapportent que Eutrope 1er évangélisateur du 1er siècle aurait subi le martyre pour avoir converti la fille du gouverneur romain de la ville et d’une mère d’une antique famille de druides, baptisée et nommée Eustelle : Estelle (étoile) en latin.

Condamnée à être lapidée, puis à être décapitée à la hache et enterrée par des fidèles non loin de l’amphithéâtre. Il est dit que ce serait Eustelle qui aurait géré cette affaire et refusé l’apostasie.

De ce fait, elle aussi, condamnée à être décapitée à son tour et, par son père.

Eustelle aurait donc rejoint, nous allons le voir, Saint Eutrope en son caveau.

J’ai retrouvé un mémoire 1845 sur « La découverte d’une sépulture chrétienne dans l’église de St Eutrope à Saintes . (*1)A-J Letronne nous dit, après les découvertes sous des pièces de monnaie or et argent, d’un sarcophage lors de travaux de restauration de l’église souterraine en l’année 1843.

Ce sarcophage porte toujours en la crypte, aujourd’hui le nom "EVTROPIVS" sur le petit côté du couvercle.

La recherche et les conclusions reposent sur des déductions plausibles. Le travail est énorme et je m’en tiendrais donc, après quelques précisions, qu’aux conclusions énoncées.

Ce sont Saint Palladius, évêque et Grégoire de Tours qui, après diverses invasions de ce 1er siècle auraient « récupérés » le caveau caché près d’Estelle et construit une première basilique pour honorer  Saint Eutrope.

Hommage suivi en l’an 1096 lors de la prise en charge des clunisiens.

Ce sarcophage est un monument les plus anciens du christianisme.

Lors des guerres de religion, des fanatiques ont exhumés le corps du Saint et l’ont brûlé….y avait-il le corps d’Estelle ? Estelle a-t-elle réellement existé ?

Pour se soustraire de ces différentes profanations, quelques reliques furent  déposées en 1040 par Geoffroy Martel à la trinité, abbaye de Vendôme. Le chef et divers os ont été déplacés à Bordeaux en 1571 à la cathédrale St André . Le 19 avril 1602  le chef et la relique reviennent à Saintes.

 

Au XIIe siècle cette église apparaît comme étant une importante halte « Jacquaire» sur la « via Turonensis » qui est la voie la plus occidentale conduisant a St Jacques de Compostelle.

Sur le guide des pèlerins il est écrit ; « Sur le chemin de St Jacques, à Saintes, les pèlerins doivent dévotement rendre visite au corps du bienheureux Eutrope, évêque et martyr ».

 

Pour la suite de notre visite, cette fois vers le "centrum de SANTONUM" nous allons emprunter la porte « MIEGEVILLE » « Miejo Vilo » en occitan, porte principale face au centre ville. 3e étape « Entrons en Saintes »

 

(*1) Sur « Persée » ,Mémoires de l’Institut National de France (pages 75 a 101) 

Lire la suite

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

31 Juillet 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest

Nous sommes heureux de retrouver Jean-Pierre. Il nous emmène à la découverte de la ville de Saintes en Charente.C'est une recherche remarquable que nous allons suivre pendant quelques semaines.

Dans bien des provinces nous retrouvons nos racines, romaines, gauloises, Judéo-chrétienne, à travers différents monuments antiques ou religieux. Jean-Pierre nous fait voyager dans le temps…  de  -20 avant Jésus-Christ, où la cité fut créée par Agrippa gouverneur sous l'empereur Auguste et devint pour  quelques temps la capitale de l'Aquitaine gallo-romaine avant de devenir au IIIe-IVe siècle une petite ville chrétienne…

Merci à Jean-Pierre de nous faire connaître et apprécier la science et l'immense talent des architectes que Rome envoya en Aquitaine.

Chut !... Place à notre aimable collègue !

CD

L’eau coule sous le pont de SAINTES, Médiolanum-Santonum

Ça coule de source...là et par là, et aussi ici, n’est-ce pas...PALISSY … ? Bernard. 

 L’eau, source de vie, source de conflits, de survie, l’eau indispensable de tout temps et en tout lieu….Sources, vous allez être fortement sollicitées au rythme des lignes suivantes……...

Lorsque les romains au cours de leurs conquêtes en Gaule vinrent s’installer en Aquitania, les occupants « Santons »  pour la plupart originaires de l’est subirent l’invasion et réussirent à s’intégrer et coopérer avec l’envahisseur. Un Empire Gallo-Romain se forma et, en ce qui concerne notre récit, une communauté importante se développa sur les bords de la  « Carentonus»  ou Charente : la « Civitas »-cité nommée  « Médiolanum » (centre du territoire) dans un premier temps, puis, « Médiolanum Santunum » (devenu Saintes) aux alentours du IIIème siècle.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

« Médiolanum »  était devenue capitale d’un immense territoire qui s’étendait des Pyrénées aux  rives de la Loire. Un réseau de voies romaines, reliait cette nouvelle capitale aux autres centres urbains. Nous avons vu et lu précédemment, les accès sur Pons et Jonzac vers les Pyrénées sans oublier la voie Agrippa (du nom du gendre de l’Empereur Auguste), qui partait de « Lugdunum » : Lyon, pour rejoindre notre « civitas Médiolanum »  en Gaule « Aquitania », l’une des 4 grandes régions conquise par César avec, la lyonnaise et la Belgique. (La Narbonnaise était conquise depuis le 1er siècle avant J.C)

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

L’eau, jusqu’à l’arrivée de romains provenait de la rive gauche du fleuve et alimentait des puits et des fontaines de la communauté « Santonnaise »..  Celle-ci provenait de la seule source située en amont du village au lieu-dit Lucérat. Cette source ne permettait plus l’alimentation de cette nouvelle population car son altitude à  4,72 m et son débit, ne pouvait œuvrer par gravité. Surtout que vous allez le voir, nos romains étaient des  grands consommateurs d’eau pour les bains et thermes.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

Les ingénieurs romains se mirent donc à l’ouvrage et nous pouvons constater leurs techniques durables et efficaces au niveau de la conception d’aqueducs.

Tout d’abord trouver les sources et là, sur la rive droite, ils furent gâtés.

Le premier aqueduc (il y en eut 3) construit à la fin du 1er siècle avant J.C, aurait, d’après un archéologue : Jean Louis Hillairet, spécialiste des aqueducs de Saintes et toujours en cours de recherches, nécessité 4 années de travaux et 1100 ouvriers.

 

La première source de captage était située au lieu-dit FontMorillon, à Fontcouverte (6kms à l’est de Saintes). Cet aqueduc comprenait plusieurs ouvrages, le pont des arcs (sur le terrain du golf actuel), le tunnel nommé « les 9 puits »,  (qui en compte treize après recherches !), le pont de Haumont et à l’entrée de Saintes, un siphon.

La voie Agrippa, du nom de son concepteur, Marcus Vipsianus Agrippa, général et politique romain : de -63 avant J.C à -12 avant J.C, pénétrait en cette nouvelle « civitas » devenue première capitale de la Gaule-Aquitaine.

 Mais il fallait traverser le cours de « Carentonus » et là, un notable « santon » romanisé, Caius Julius Rufus, fit édifier les deux arcs du pont en l’an 18, à ses frais. Il était dédié à l’Empereur Tibère, son fils Drusus et son neveu, fils adoptif,  Germanicus.

L’arc est classé au titre de Monument historique par arrêté au 5 juillet 1905.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

 

Les 3 sources……

Le sujet est vaste et toujours en cours, (par la société d’archéologie de Saintes avec J. L Hillairet),  je resterais très modeste en vous amenant par voie d’eau sur notre programme Histoire avec au passage, quelques éléments permettant de cadrer la technicité et les magnifiques ouvrages de ces hommes, Celtes, Santons, Romains, aux environs des 2000 ans.

Ci-dessus, la première source, en l’an 20 avant J.C qui passait la Charente en siphons de plomb après un parcours de 6kms, un débit de 3000m3 jour et son arrivée à la cote 31m, lui permettant de fournir les fontaines et les espaces comme les Thermes que nous retrouvons ci-après.

 

Au début du siècle après J.C, le débit de ce 1er aqueduc s’est avéré très vite insuffisant par rapport a l’extension, je dirais « à la romaine « de Médiolanum », l’élue capitale.

Des nouvelles recherches en sources furent entreprises au Nord.

Par hauteurs, par fissures, ils trouvaient ces sources à des 6 à 8 m en nappes souterraines.

Le niveau  au lieu-dit « la grand font » à Le Douhet, à 12 km de Saintes  étaient à la cote 43 m, et l’aqueduc élaboré arrivait devant Saintes à 35 m soit une pente moyenne pour ce second circuit de 0,67 mm par mètre, et rappelons nous, il s’accroche et se dédouble sur le bois de la Tonne à la sortie du Golf de Saintes après les Arcs. Il fallut donc deux conduits de taille différente, compte tenu que le débit passe de 3 000 à 12 000 m3  par jour. 

Non, je n’ai pas oublié la troisième source : « Vénérand »  se situe entre Fontcouverte et Le Douhet, plus à l’Est, sa cote est de 47m environ, donc bonne pente, et son aqueduc va se raccorder au bois de la Tonne sur celui du Douhet..

Au total l’eau va parcourir 17 km en viaducs, surface couverte, ou en sous-sol en éléments maçonnés de moellons et couverts de dalles plates ou en briquettes en voûtes.

Précisons, comme vous pouvez le constater sur les photos jointes, que de grandes parties étaient creusées a la taille d’homme debout et que pour s’aérer tous les 16 à 32 m, des puits étaient creusés qui permettaient le transfert matériaux et outils et bien entendu, la descente et la remontée des piocheurs et maçons...

Dès lors, l’aqueduc alimentait tout « Médiolanum », fontaines, bassins, villas…..mais aussi, sur la butte au nord, trois thermes, dont il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges de Saint Saloine. L’aqueduc resta en service, plus de trois siècles.

Le développement, rive gauche à travers l’artisanat semble avoir été important si on en juge les pièces retrouvées en verrerie, poterie, métallurgie.

La ville va s’étendre jusqu’à 100 hectares et sa population fut supposée de 15 000 âmes, ce qui correspondait au remplissage de l’amphithéâtre construit sous le règne de Tibère et achevé sous le règne de Claude, environ l’an 40 après J.C.

La civilisation romaine a apporté ce nouvel art de vivre, hygiène et hydrothérapie. Un lieu de détente qui jouait un rôle social.

Saint Saloine, édifié sur un hectare environ, a été abandonné au déclin de la ville au IIIème siècle. La partie visible actuellement correspond au « caldarium » ou salle de bains chauds. Une église édifiée sur ce lieu a totalement été détruite et rasée au XVIIIème siècle.

Les thermes de Saint Vivien et de Saint Pierre ont totalement disparus. Seul un modeste mur reste près de la nouvelle église de St Vivien, sur laquelle nous reviendrons.

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

L’amphithéâtre, achevé sous Claude en l’an 40 a été construit, adossé au vallon appelé : « des arènes ».  Les gradins sont en appui d’un côté et de l’autre ils ont nécessité la construction de murs d’appui. Ce système mixte est à rapprocher de ceux de Pompéi et Fréjus.

Sa dimension est de 126 m grand axe et petit axe 102 m.

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

En même temps que la cité, il fut abandonné au cours du III ème siècle car il se retrouvait hors des remparts de protection, que nous découvrirons très prochainement

 

L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens
L’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre FranssensL’eau coule sous le pont de SAINTES 1 par Jean-Pierre Franssens

Bientôt, cher lecteur, nous connaîtrons l’extension politique et religieuse de cette ville qui porte bien son nom, avec dès le deuxième millénaire ses édifices, ses monuments et la suite de son histoire qui, j’espère vous passionnera autant que moi…difficile de faire court sur le sujet...alors ? A bientôt !

Jean-Pierre

Lire la suite

Les visites de notre guide Didier Bouchard

22 Juillet 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #Art & Culture

Vivre à Paris ou en région Parisienne Paris, et découvrir des lieux méconnus ou des expositions de peintres célèbres avec toutes les explications nécessaires. S'ajoute une sortie à Dijon exceptionnelle!

Tout vous sera révélé grâce à notre guide : Didier Bouchard. 

Conférences Didier Bouchard

Conferences.bouchard@orange.fr

Conférencier national, diplômé de l’institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne

Ancien élève de l’école du Louvre

Boite 17 bât. D, 8, rue Cannebière    75012 Paris.   Tel: 06 43 63 35 73

 

Mardi 30 juillet

15h : les salons de l’hôtel de Lauzun : le plus beau décor 17ème de Paris

(1660). Lambris et plafonds peints, histoire de l’hôtel : Lauzun et la grande Mademoiselle, Baudelaire au club des Haschichins.

Rdv. 17 quai d’anjou.11€+entrée. (15 pers.)Inscr. 06 43 63 35 73

Lundi 5 août

15h : une visite par an : les salons de l’hôtel de Ganay (intérieurs):un

Palais de la belle époque près des Champs-Elysées, et son quartier. (Les Hôtels de Caraman et de Wagram).

Rdv. angle av. George v et rue de la Trémoïlle.

Carte D’identité.11€. Inscription au 06 43 63 35 73

 

Vendredi 30 août

15h : salons et jardins des hôtels de Varangéville et Amelot, escalier d’honneur de l’hôtel de Tavannes, promenade vers l’atelier de Gustave Doré.

(Une visite par an). Trois hôtels particuliers du faubourg saint-Germain (avec visite intérieure

Et celle de leurs 2 jardins, évocation de JM. Charcot qui y vécut, et y reçut S. Freud…

Rdv. 217 boulevard .Saint-Germain. 11€.

 Carte d’identité inscription au 01 43 07 09 69

Samedi 31 août

14h30 : Chapelle et parc privé du couvent de Picpus, cimetière Révolutionnaire et tombe de la Fayette.

Rdv. 35 rue de picpus.11€+entrée

 

Dimanche 1er septembre

15h : Folies Art nouveau du quartier du Gros Caillou, nouvelle église

Russe, écuries impériales et ancien dépôt des marbres (Rodin, Camille

Claudel), hôtels particuliers de la belle époque.

 Rdv. angle rues Saint- Dominique et Sédillot. 11€

 

 

Avant-programme automne et hiver 2019 (inscriptions ouvertes)

Mercredi 9 octobre

16h40 exposition Toulouse-Lautrec au grand palais. Unique visite

(12 places) sur inscription préalable, confirmée par l’envoi du règlement.

11€+entrée. Tel. 06 43 63 35 73.

Rdv. entrée des groupes.

 

Jeudi 10 octobre

13h45 : après-midi à Dijon : le puits de Moïse dans l’ancienne chartreuse de Champmol, puis le palais des états et des ducs de Bourgogne et le Musée des Beaux-arts restauré. (Tombeaux de Jean Sans Peur et Philippe le Hardi, retables de la chartreuse de Champmol, cuisines médiévales, salle des gardes etc.)

 Inscription au 06 43 63 35 73

20€ (pas de droit d’entrée).

Rdv. gare Sncf de Dijon, sortie Albert 1er

 

Mardi 22 octobre

15h10 : Exposition MONDRIAN figuratif au musée Marmottan.

Unique visite Mondrian avant l’abstraction : un maître du symbolisme et du fauvisme.

Rdv. 2 rue louis Boilly. 11€+entrée. Inscription au 06 43 63 35 73

 

Jeudi 24 octobre

14h30 : Décor classé d’une ancienne maison close, hôtel de Saint-Chamond,

Passage du Caire, maison égyptienne.

Quelques places sur Inscription au 01 43 07 09 69. 11€+entrée

 

Vendredi 25 octobre

15h salon impérial, chapelle et jardin de la fondation Eugène napoléon,  ou « le collier d’Eugénie ». et cour de l’industrie Restaurée.

Architecture d’Hittorff (1856), mobilier, portraits de napoléon III et Eugénie, fresque

De Barrias, histoire de la « maison du collier »

Rdv. 254 rue du faubourg-Saint-Antoine. 11€+entrée.

Carte d’identité.

 

Mercredi 6 novembre

15h40 : Exposition le Greco au Grand-Palais.

Unique visite. Sur inscription au 06 43 63 35 73, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée.

Rdv. entrée/groupes

J'apprécie beaucoup cet artiste et partage avec vous quelques photos:

Domenikos Theotokopoulos est nommé « Greco » à Tolède, en Espagne.

undefined

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Assomption, 1577-1579, huile sur toile, 403,2 x 211,8 cm, Chicago, Art Institute

Saint Martin partageant son manteau avec un pauvre, 1597-1599, huile sur toile, 193 x 103 cm, Washington, National Gallery of Art.

 

L'ouverture du 5e sceau dite la vision de saint Jean vers 1609-1614
huile sur toile, 222,3 x 193 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art.

 

 

Vendredi 8 novembre

15h30 les fastes de l’hôtel Gaillard (1882) et la cite de l’économie de la

Banque de France. Décors intérieurs (boiseries gothiques et renaissance en remploi, salle des coffres entourés de douves etc.)

 Et muséographie de Citeco+ collection numismatique de la Banque de France. Sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement.

11€+entrée.

Rdv. 1 place du général Catroux (par le m° Malesherbes)

 

Samedi 9 novembre

15h :  le château de Saint-Ouen : une villa Palladienne aux portes de

Paris (1821, décor intérieur). Evocation de Zoé du Cala, la dernière

Favorite royale. L’affaire Favras : un secret de louis XVIII.

Rdv. sortie du Métro mairie de Saint-Ouen, côté mairie.

11€. Sur inscription au 01 43 07 09 69

 

Mardi 19 novembre

14h30 la maison de Louis Pasteur (visite du musée Pasteur par sa conférencière ;

Mobilier, objets d’art, tableaux, tombeau de pasteur.)

Sur inscription au 06 43 63 35 73.

 

Mardi 26 novembre

16h exposition « l’Age d’or de la peinture anglaise – le siècle de Reynolds et de Gainsborough » au musée du Luxembourg.

Quelques places sur inscription au 06 43 63 35 73, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

Vendredi 29 novembre

14h30 exposition « la collection Weisman-Michel de New-York » au Musée de Montmartre (Steinlen, Valadon, Bonnard, Rouault…), puis l’atelier de Valadon, la chambre de M. Utrillo, et quelques œuvres de la Collection permanente du musée. 11€+entrée.

Rdv. 12 rue Cortot

Sous réserve de confirmation et sur inscr. Au 06 43 63 35 73.

 

Mardi 3 décembre

16h : Chefs d’œuvre de la collection Alana au Musée Jacquemart-André.

(Primitifs italiens, et maîtres de la renaissance et du Seicento dans une Grande collection privée).

Quelques places sur inscr. Au 06 43 63 35 73, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée.

Rdv. 158 boul. Haussmann.

 

Lire la suite

Adieu, Kenavo Guy LAENNEC

10 Juillet 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Chers collègues,

C’est avec une vive émotion que nous apprenons le décès de Guy LAENNEC,

Il nous a quitté lundi 8 au soir, dans sa 76e année.

Il avait passé quelques années de sa carrière à Eurogros, puis comme chef de département à la périphérie. Nous avions travaillé ensemble avec Jean-Claude L. au rayon Petit électroménager.

 Guy était parti vivre des jours paisibles à Saint-Cast le Guildo, pour sa retraite, là où il avait plaisir à passer ses vacances en famille.

Il nous avait écrit 3 articles, pour notre réseau, sur « sa Bretagne » qu’il aimait tant! Et un article sur Bali.

(Vous retrouverez les liens des articles) un peu plus bas.

Guy était fier de ses quatre enfants et 14 petits enfants, il éprouvait toujours une grande joie à en parler.

Je l’avais eu récemment au téléphone, à l’occasion de son anniversaire ; nous savions qu’il n’y aurait pas d’issue à sa longue maladie, tout en refusant d’y croire…

Une cérémonie religieuse sera célébrée le :

samedi 13 juillet 2019

en l’église de Saint Cast.

Je vous propose de donner l’adresse de Joëlle son épouse, à ceux qui m’en feront la demande.

 

Que Guy repose en paix, nous pensons bien à Lui et sa famille.

Christine D

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>