Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles avec #echos des membres tag

Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin

27 Janvier 2017 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin

C'est un article bien sympathique, comme on les aime, Nadine a accepté de nous parler de sa nouvelle passion. Lors de sa longue carrière au BHV, on lui connaissait ses goûts artistiques, mais aujourd'hui .... C'est une révélation!

 

Nadine, comment es-tu devenue, une véritable artiste ?

"Je me suis lancée dans la sculpture et la peinture par envie. Envie de m’exprimer, d’extérioriser, ce que j’aimais et que je n’avais jamais pu réaliser !

J’ai toujours été attirée par le dessin et la peinture. J’avais choisi, après mes études en secondaire, de m’ orienter vers un métier artistique et je voulais faire du dessin publicitaire, malheureusement les cours dans ce domaine coûtaient très chers et mes parents ne pouvaient pas assurer financièrement leurs coûts,

j’ ai donc décidé d’ arrêter mes études et de travailler dans le commerce."

 

"Je ne regrette pas, j’ai aimé ma carrière au BHV et les années passant,  j’ ai pu m’ épanouir dans diverses fonctions commerciales au sein du magasin.

Lorsque l’heure de la retraite a sonné, j’étais très disponible !!!

Je me suis alors inscrite à divers cours, réservés aux retraités, que nous proposait ma ville.

Aussi, j’ ai choisi diverses activités : Arts plastiques, Sculpture , Anglais et Espagnol, je donne également des cours d’ informatique pour aider les retraités débutants qui se retrouvent avec un ordinateur, offert par leurs enfants, et qui ne savent pas s’ en servir !!! (Messagerie, internet, photos)

Ces cours me permettent de rencontrer beaucoup de personnes"

 

 

"Je peins à l'huile, ci-joint quelques unes de mes toiles.

après le phare, voici : le clown, l'apocalypse,abstrait,  les "Cappados." et un autre monde,

Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-FortinUne artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin

"Je fais aussi de la sculpture : en terre" 

Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-FortinUne artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin

"... Et aussi en fil et cire ... Ce sont les sculptures de Giacometti qui m'ont inspirées.

Comme l'homme qui marche ....

Le chat, le chien, la main.....  et je continue et j'ai créé un Don Quichotte."

Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin
Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin

Nadine, t'arrive t'il d'exposer ?

"Pour le moment, c'est déjà passé ....C'était la première quinzaine de Janvier...

mais, il y aura sans doute d'autres expositions!"

 

Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin

Merci Nadine, d'avoir  partager avec nous cette merveilleuse expérience enrichissante. Nous sommes heureux de voir ton épanouissement dans cette passion et nous serons heureux de te retrouver dans quelques mois.

Félicitations pour tes œuvres ! 

Une artiste à découvrir : Nadine Pignol-Fortin

Je présente mon bon souvenir à tous ceux qui me connaissent !

Amicalement 

                                                 Nadine

Lire la suite

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

3 Mars 2016 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Une exposition passionnante  à ne pas manquer où participe Alain Dégranges

Le thème est original : le bistot d'autrefois! avec des objets d'avant 1940

Du vendredi 18 mars au dimanche 3 avril 2016

Hôtel Anne de Pisseleu à Etampes 

du lundi au samedi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h,

les dimanches de 10h à 18h, sauf  jours fériés

 

 

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

Mais quel est l'élément commun entre: l'association Collection Passion et le Réseau-Bazar ?

Et bien, chers amis lecteurs, il s'agit de notre membre passionné du réseau  :

Alain Desgranges.              

Collection passion, quand tu nous tiens par JP FranssensCollection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

Alain œuvre depuis ces 22 dernières années à  l'organisation de plusieurs expositions, sous le thème « collectionneurs » (250 thèmes répertoriés) qui se déroulent et se sont déroulées fréquemment dans les locaux de  l'Hôtel Anne de Pisseleu d'Etampes.

(Hôtel sur la place -de l'hôtel de ville et des droits de l'homme-à Étampes où François 1er rejoignait une galante nommée Anne de Pisseleu dont la grande chambre est devenu un célèbre atelier de peinture...mais ceci est une autre histoire.)

 Beaucoup d'autres salles, tant à Étampes que dans les communes du Sud Essonne dans un rayon proche de 50 kms ont souhaité recevoir "Collection passion".

Certains thèmes sont même réédités à la demande de communes....tel -par exemple-un thème sur la guerre 14/18.

Il s'agit là d'un énorme travail ; choix du lieu, choix du thème à exposer, sélection du ou des collectionneurs, choix de la période et de la durée. Il restera, le besoin en matériel, vitrines, supports, tables, socles.....et ensuite, transport, montage, installation. Invitation, promotion, vernissage...et ce 5,6, 7...fois dans l'année. Sans oublier, la présence, la réception durant les ouvertures et suivant le cas, une protection des locaux hors ouverture.

Alain n'est pas seul ; il a une structure associative avec bureau, une présidente dynamique, Andrée Philippe, un secrétariat tenu par mon ami Michel, lui-même collectionneur et un bon nombre de bénévoles dévoués.

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

 Vous pouvez retrouver l'extraordinaire collection d'Alain de coquetiers sur ce Blog. Texte diffusé le 15 avril 2012.

Le vendredi 5 février est paru « Collectionneur & chineur », la passion et le prix de vos objets.

Sur ce N°215 les pages 48 et 49 sur Multi thème/Rencontre, le journaliste Claude Franck s'est penché sur « Collection passion ». Reçu par Alain et Andrée, il y met en avant, la diversité et la qualité de cette dynamique association qui propose au plus grand nombre de objets du vécu, divers et anciens pour la plupart non connus ou non pratiqués.

Chaque fin novembre se déroule la bourse multi collection d’Étampes et "Collection passion" y présente quelques thèmes. L'an passé, ont été proposé, entre autres, Mickey, les cannettes de boisson, objets en aluminium, les verreries roses...

Il y est aussi précisé qu'il y a un déplacement important à la grande brocante de Chambord pour chineurs de qualité.

Ci-après, quelques photos de collections passées sur ces deux pages, photos appartenant à Collection passion. 

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens
Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

Et puisque vous me posez la question, je vais y répondre.

«  Et bien non je ne suis pas collectionneur et je n'expose pas, alors me direz vous, où est le lien ?

Deux amis, Michel et Jean-Jacques faisaient partie du groupe cyclotouristes du BHV et participaient aux organisations du dimanche et aux brevets inter-magasins. Oui et alors ?

J'y arrive, Michel est un superbe collectionneur de petites voitures et accessoires autos avec + de 5000 pièces (après quelques modèles en taille réelle) et Jean-Jacques un collectionneur exceptionnel de chopes...

Vous sentez que le lien se précise ?

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens
Collection passion, quand tu nous tiens par JP FranssensCollection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens
Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

Un jour, Michel m'a « présenté » Monsieur Alain Desgranges dont il était et est secrétaire et bénévole actif en expositions. Jean-Jacques était et est toujours exposant actif.

Voilà les liens BHV>USBHV>Collection passion>Rézo Bazar.

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens
Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens
Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

Depuis tout de même, Lucie, mon épouse a exposé ses poupées de porcelaine et Théo le petit-fils, plus récemment a exposé une collection (déjà bien entamée) de ses chats.

Beaucoup d'entrenous,  sommes un peu collectionneur...on garde, on range, on classe et à mon exemple, on se retrouve avec un certains nombre de pièces, lampes à pétrole, des chevaux, qui avec les opportunités vont se renforcer...Mais ce n'est rien en comparaison des « vrais» passionnés de "Collection passion".

Et voici maintenant l'actualité, le communiqué de presse, l'affiche de la nouvelle expo

« Le bistrot d'autrefois »

à l'Hôtel Anne de Pisseleu

à partir du 19 mars 2016.

Vous, membres du réseau et autres, habitants d’île de France et départements environnants, selon vos possibilités, venez honorer de votre visite ces expositions, qui témoignent de notre passé et rencontrer notre collègue Alain, ainsi qu'Andrée, la présidente, Michel et les adhérents, bénévoles et collectionneurs.

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

Pour en savoir plus, visitez le blog de l'association :

collection-passion-etampes.overblog.org    pour joindre press « contact » sur la page d'accueil.

 

Collection passion, quand tu nous tiens par JP Franssens

Plus qu'une collection, une passion, on est heureux de voir que vos liens d'amitié perdurent malgré l'éloignement. Bravo Alain et bravo Jean-Pierre.

Lire la suite

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes

17 Septembre 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Je reprends la plume (ou plutôt le clavier !) pour continuer à vous parler de cette belle journée du 7 juin et du rassemblement de voitures anciennes de Croissy.

Précédemment je vous avais présenté quelques-unes des autos parmi la petite « soixantedizaine », (je prends peut être une petite liberté de langage avec ce mot …) inscrite, aujourd’hui je vous parle de l’ambiance générale qui régnait autour des chevaux vapeur, ambiance dont le thème était, je le rappelle : les Impressionnistes.

Toute la journée, des milliers de visiteurs sont venus assister, en famille, au spectacle permanent qui leur fut proposé.

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes

Il y en avait pour tous les goûts ou toutes les curiosités, et pour tous les âges. Les grands ont pu mesurer le certain courage que nos ancêtres avaient en montant sur un « grand bi ».

 Inventé en 1871, il possède une roue avant d'un très grand diamètre et une roue arrière plus petite. L'intérêt de la grande roue avant est d'augmenter la distance parcourue pour un tour de pédale.

 Il connaît une grande popularité parmi les sportifs pendant les années 1870 et 1880, mais est relativement peu utilisé par les amateurs et le public à cause de sa dangerosité. Il est supplanté à partir de 1890 par les « bicyclettes de sécurité », ancêtres de la bicyclette moderne.

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes

Les plus jeunes ont pu se mesurer dans des courses de sulkys anciens à pédales dans la cour d’honneur du château. Le sulky (mot anglais qui signifie maussadeboudeur, parce qu'il est conçu pour une personne seule) est unevoiture hippomobiled'origine américaine.

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes

Pendant que des artistes de renommée peignaient des œuvres en profitant de la lumière qui inspira tant de peintres de la fin du 19ème siècle, à l’occasion d’un concours qui fit l’objet d’une remise de prix en fin de journée.

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes

Et bien sûr, une guinguette avait été installée en bord de Seine, où chacun pouvait venir danser au son du bal musette, en costume d’époque ou non.

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes

Mais le point fort de cette journée, outre bien sur les voitures anciennes, fut le spectacle vivant proposé par l’association « Arts et Chiffons », qui s’est spécialisée dans la reconstitution de vêtements de l’époque Impressionniste, essentiellement fin 19ème siècle.

 Pour ce seul groupe, ce fut une vingtaine de personnes, femme, hommes et enfants qui nous enchantèrent par la qualité de leur travail et la beauté du spectacle ambulant. De plus l’association de ces personnages hauts en couleur et des voitures pétaradantes et si typiques de fin 19ème / début 20ème siècle nous a donné le sentiment d’avoir été transporté plus de 100 ans en arrière.

Ces personnes ont ensuite participé au concours d’élégance, mais ça se sera pour un autre article à suivre.

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes

Merci François pour ce bien sympathique article, sur cette si belle journée

Les tenues vestimentaires de cette époque étaient assez jolies pour se promener dans ces voitures anciennes!  Au plaisir de te lire.

Prochain rassemblement organisé par François : le 27 septembre 2015 à Clamart.

Contactez-le pour en savoir plus ou par l'intermédiaire de ce blog et je lui ferai suivre. 

CD

François Clerget et la fin de la journée des voitures anciennes
Lire la suite

Rencontre inattendue par Georges Guyot

26 Août 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Georges

Georges

Quand le téléphone sonne, on a parfois de bonnes surprises
Et ce n'est que du bonheur ... de retrouver un collègue !
 En ce samedi 25 juillet, le téléphone sonne
-Bonjour c'est André (je reconnais de suite cette voix. Et oui ! cette voix je l'ai entendu pendant des années car c'était celle de mon responsable à Rivoli )
-Tu es là  vendredi prochain ?
- Oui mais pas avant 17 heures car je devais m’absenter ce jour là
- Alors samedi
- Oui bien sûr samedi ! avec le plus grand plaisir.
- Mais tu es où ?????
- Je suis chez  mon ami Michel ????
- Oui mais où ???
- A Isigny le Buat  (50 Manche)
- Mais,  moi j'habite à 3 km d'Isigny. Je vais y chercher mon pain tous les  jours
Nous  convenons de nous  voir le samedi après midi, la semaine fut longue de cette  attente. J'attendais avec impatience de le retrouver ce samedi.
Samedi 1 er Août 14h 45 : André est  là avec son ami Michel
André n'a pas  changé toujours  aussi alerte.

La joie de se retrouver fut grande. Jamais, je n'aurais pensé revoir André chez moi, ce fut une belle surprise.
Tous les  souvenirs, les  bons moments, les  anecdotes vécues nous ont replongés dans notre BHV….
Le temps passe trop vite !... Une chose est sûre, aujourd’hui,  je ne peux qu’apprécier cette amitié qui dure depuis si longtemps!
Merci André pour cette agréable visite surprise.

Soyez patient voici André !

Bien beaux, nos deux compères!

Bien beaux, nos deux compères!

Lire la suite

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

20 Août 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Si vous aimez la campagne, le calme, le charme de la province anglaise avec ses habitants aimables, courtois et bien élevés, ne manquez pas de vous rendre à Salisbury, cité du Wiltshire au sud-ouest de l’Angleterre.

Salisbury se trouve à environ 150 km de Londres (un train direct peut vous amener en 1 h 20 à Waterloo Station).Elle compte 50.000 habitants et  est très étendue car lors de la Peste Noire, les habitants sont allés s’installer plus loin et ensuite tous les petits villages ont été regroupés.

La ville remonte à l’âge du fer et les Romains l’appelaient « Sorviodunum ». La ville est dévastée par les invasions des Angles et des Saxons. Elle serait, selon quelques légendes arthuriennes, le lieu appelé « Camlann » où le roi Arthur aurait reçu un coup mortel. Elle est donnée en 1067 à un compagnon de Guillaume le Conquérant, roi d’Angleterre et duc de Normandie. Elle connaît alors une expansion continue jusqu’au XIVe siècle. C’est un important marché local où les éleveurs de moutons viennent vendre les toisons de leurs bêtes.

 

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

Elle possède une très belle cathédrale gothique (contemporaine à la cathédrale d’Amiens) avec une flèche de 123 m de haut,, la plus haute du Royaume Uni.

On peut y trouver une horloge qui date au plus tard de 1386, et qui est probablement la plus ancienne horloge existant encore en état de marche. Cette horlogue n’affiche l’heure sur aucune de de ses faces, les mécanismes d’horloges de cette époque sonnant l’heure sur une cloche. Elle était à l’origine située dans le clocher, démoli en 

1792.

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

Son cloître est le plus vaste d’Angleterre et on peut également y voir une des quatre copies originales restantes de la Grande Charte (charte de 63 articles arrachée par le baronnage anglais au roi Jean Sans Terre le 15 juin 1215 après une courte guerre civile).

La cathédrale de Salisbury est nommée au générique et a inspiré les décorateurs 3D dela mini-série « Les piliers de la terre « , adaptée du best-seller de Ken Follett.

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

Vous pourrez assister dans cet endroit majestueux à un office religieux anglican à 17 h 30, accompagné d’une chorale d’une cinquantaine de personnes, magnifique… Nous avons été autorisés à prendre place à l’endroit ci-dessus.

Vous pourrez vous promener (parfois sous la pluie mais après la canicule ça fait du bien ! et c’est le charme de l’Angleterre …) dans les rues typiques du quartier médiéval.

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

Vous pourrez visiter le musée « King’s House », maison médiévale faite de silex et de brique, baptisée ainsi en raison des séjours qu’y a  fait Jacques 1er, et qui renferme une collection d’objets trouvés à Stonehenge   (monument mégalithique composé d’un ensemble de structures circulaires, érigé entre -2800 et  -1100, du Néolithique à l’âge du bronze) une maquette et des reliques de Old Sarum ainsi qu’une section porcelaines et poteries.

J’ai pu voir aussi une exposition du peintre William Turner, c’était très intéressant.

Dans les alentours, beaucoup d’autres sites à visiter : Abbaye de Mottisfont, Bath, Stonhenge … et partout de beaux jardins, sans oublier des randonnées dans les collines pour les sportifs (et même les autres…)

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova
Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

Vous aurez sans doute, tout comme moi (mais c’est aussi pour rendre visite à ma correspondante anglaise au lycée que je connais depuis que nous avons 15 ans..), envie de revenir dans cet endroit vraiment charmant et où vous serez très bien accueillis.

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

Une jolie véranda avec vue sur Salisbury ...

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

et un jardin à l’anglaise, très fleuri....

Quelques jours de dépaysement à Salisbury par Monique Casanova

Presque 60 ans d’amitié franco-anglaise avec  Irene…

 

Monique et sa correspondante anglaise.

Monique et sa correspondante anglaise.

et j'ajouterai! ...

Autre personnage célèbre (à part Irene) : Ralph Fiennes (Le patient Anglais) y a fait ses études, ainsi que d’autres un peu moins connus en France.

Merci Monique d'avoir partager ces magnifiques photos et ce reportage, on réverait de retrouver sa correspondante anglaise!

Lire la suite

Voitures anciennes par François Clerget

14 Août 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Me revoici, après une petite absence sur ce blog, avec un article un peu plus long, mais tellement intéressant que je vous laisse découvrir. Merci François !  et que les mordus de voitures anciennes n'hésitent pas à assister aux prochains événements....

Sollicité par la Municipalité, je dois organiser pour le 7 juin le 1er rassemblement de voitures anciennes à Croissy sur Seine, la ville où j’habite, dans le cadre de la traditionnelle fête de la Grenouillère et sur le thème des Impressionnistes. Nous sommes dans le haut lieu des impressionnistes, il fallait être à la hauteur car ici on ne plaisante pas avec cette référence culturelle !

La difficulté essentielle par rapport à l’organisation d’un rassemblement normal de voitures anciennes est donc la nécessaire forte présence d’autos de la fin du 19ème et début du 20ème siècle. Car elles sont peu nombreuses à rouler, ne peuvent faire que de courts trajets et sont très capricieuses coté mécanique ! La plus ancienne des voitures inscrites date de 1898, et roule toujours gaillardement, au grand plaisir des spectateurs.

C’est devant la cour d’honneur du château Chanorier que seront alignées ces vénérables ancêtres, tandis que les voitures après-guerre (jusqu’à 1985 puisque la règle veut qu’une voiture soit considérée comme « de collection » à partir de 30 ans d’âge) seront disposées dans le parc à l’arrière.

Voitures anciennes par François Clerget
Voitures anciennes par François Clerget

A part les voitures, d’autres animations pour petits et grands sont prévues, toujours sur le thème des impressionnistes : ateliers peinture et concours, danse quadrille et polka, animation théâtrale, croisière sur la Seine, « silhouettiste », jeux anciens (course en sac, tirage de corde, pèche a la ligne, etc.), voitures à pédales, sulkys, ateliers de maquillage, carrousel retro, ambiance jazz musette.

Voitures anciennes par François Clerget
Voitures anciennes par François Clerget
Voitures anciennes par François Clerget

Dès 9h30 les 1ères voitures inscrites arrivent, et je reste en même temps attentif à la grille d’entrée pour voir les arrivées et accroché à mon téléphone pour recevoir les appels de ceux qui seraient tombés en panne, dont la voiture n’aurait pas démarré ou qui se sont perdus. Au final, sur les 15 voitures fin 19ème jusqu’aux années 20 inscrites, 13 arriveront à bon port. Coup de chance !

Par contre, 1ère anecdote de la journée, une des toutes premières voitures à arriver, une superbe De Tomaso Panthera, va tomber en panne juste devant le château, soit à quelques mètres de son point d’arrivée final. On finira par pouvoir la faire rouler jusqu’à son emplacement pour la journée, mais ensuite c’est sur une dépanneuse qu’elle quittera Croissy le lundi matin.

Voitures anciennes par François Clerget

Dans le parc, les voitures arrivent en bon ordre et vers 11 heures le spectacle commence à être magnifique. En tout une petite centaine de voitures de toutes sortes (populaires, sportives, prestigieuses) et de toutes origines (France, GB, Allemagne, USA, Italie, …) prend place sur la pelouse, face à la verrière du château.

Voitures anciennes par François Clerget

Coté grille et cour d’honneur, les ancêtres arrivent également régulièrement, soit sur des remorques pour celles qui viennent de loin, soit en roulant, au grand plaisir visuel et sonore des spectateurs.

Voitures anciennes par François Clerget
Voitures anciennes par François Clerget

Les applaudissements les plus nourris ont été pour cette Clément de 1898. Elle appartient à un docteur à la retraite qui l’a reçue de son oncle lorsqu’il avait 14 ans, il y a une cinquantaine d’années, et l’a précieusement gardée et entretenue depuis plus de 50 ans.

Voitures anciennes par François Clerget

Parmi la centaine de voitures exposées, je vous en présente quelques-unes parmi celles qui nous ont fait rêver ou qui sont exceptionnelles :

Bugatti type 37 Grand Prix de 1926 : fabriquée de 1926 à 1930, développée par le constructeur automobile français Bugatti, elle est une variante de la 35, conçue à partir de 1924.

 Forte d'un palmarès toujours inégalé, avec plus de deux mille victoires en compétition dont cinq succès consécutifs à la Targa Florio, elle est non seulement la Bugatti la plus célèbre mais compte également parmi les voitures ayant le plus marqué l’histoire de l’automobile. La naissance du mythe des « Pur-Sang » Bugatti date d’ailleurs de cette époque.

Aujourd’hui, une Bugatti de ce type se négocie au prix d’un très bel appartement dans les quartiers très chics de Paris …. Et pourtant la plupart des propriétaires roulent souvent et vite avec, il y a même des courses organisées au cours desquelles ils pilotent toujours à la limite de la voiture, et n’hésitent pas à prendre des risques incroyables ! Des passionnée de voiture avant-guerre, de vitesse et de sensations …. et au portefeuille bien garni !

Voitures anciennes par François Clerget

Cette Talbot K78 de 1930, surement moins sportive, mais peut être plus belle, est arrivée sur un plateau mais fonctionne à merveille. La souplesse et le silence de son moteur sont justes incroyables, le tout dans un luxe et un confort typique « années folles ».

Les voitures françaises construites à Suresnes deviennent suite au rachat par Anthony Lago, des Talbot-Lago.

Voitures anciennes par François Clerget

LA fameuse Aston Martin DB5, celle de James Bond ! Voiture mythique, qui n’a pas rêvé d’en conduire une un jour !

L'Aston Martin DB5 est produite de 1963 à 1965 et réalisée par le carrossier Italien Touring Superleggera. Remplaçante de la DB4, sa devancière, elle est plus connue pour être la voiture de James Bond dans GoldfingerOperation Tonnerre ou plus récemment dans GoldeneyeDemain ne meurt jamaisCasino Royale et Skyfall. La DB5 se décline en coupé ou en cabriolet dès sa sortie en 1963, et une série très limitée en version break est proposée plus tard. 1 021 exemplaires en ont été vendus.

Si cette auto vaut aujourd’hui une petite fortune, il faut savoir que dans les années 90’s, donc il n’y a pas si longtemps, on pouvait s’en offrir une pour le prix d’une voiture neuve haut de gamme française. Certains passionnés ont fait de belles plus-values ….

Voitures anciennes par François Clerget

Jaguar Type E, la encore nous avons tous rêvé un jour devant cette voiture au capot impressionnant et à la ligne intemporelle. Dotée d'un fort tempérament grâce à ses moteurs à fort couple, elle représentait l'archétype des voitures de sport des années '60'.

La Jaguar Type E est présentée au Salon international de l’automobile de Genève de 1961, elle succède à la série des XK. La production s’étend de 1961 à 1975 et se décline en trois modèles (cabriolet, coupé et 2+2), trois séries et deux éditions limitées.

La Type E, bien que rappelant la Jaguar D-Type du point de vue de sa ligne, est pour l’époque d’une conception très moderne. 72 584 exemplaires de Type E seront produits, constituant ainsi l’un des plus grands succès commerciaux de Jaguar.

Voitures anciennes par François Clerget

Et pour terminer, une voiture « populaire » que tout le monde connait, qui fait partie de l’histoire de l’automobile française : la fameuse Citroën Traction (ici une 11cv).

La Citroën Traction Avant est produite de 1934 à 1957. Son histoire est liée dans la mémoire collective à l'Occupation, tour à tour voiture de la Gestapo et icône de la Résistance. Elle est également le véhicule préféré des gangsters, le fruit de qualités routières exceptionnelles pour son époque.

Cette automobile dispose alors d'une particularité rare sur les automobiles de sa catégorie : les roues motrices sont celles du train avant. La Traction est l'innovation première de cette voiture. Cette technique est rapidement associée en France à la Citroën, ce qui lui vaut son surnom, « Traction », et plus tard le pléonasme « Traction avant ». La vraie nouveauté est d'associer sur un même véhicule les solutions les plus modernes de l'époque : en plus du mode de transmission, une structure monocoque, des freins hydrauliques et une suspension à roues indépendantes sur les 4 roues. Toutes ses qualités lui valant une longue carrière et une production de 760 000 exemplaires.

Voitures anciennes par François Clerget
Lire la suite

Aimé Calandri rend hommage à Jean Pieters

17 Juin 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Notre doyen Jean Pieters a fêté ses  95 ans en mai dernier.

Ils étaient 56 autour de lui, à dire à renouveler leur amitié.

Aimé Calandri nous dit : « Ce fut un grand moment que j’aimerais faire partager aux membres du réseau car beaucoup l’ont connu. »

 

Aimé Calandri et Jean Pieters

Aimé Calandri et Jean Pieters

Oui Aimé, Jean avec son expression joviale qui donne l’impression de toujours sourire à la vie est « Un grand ! »

En novembre 2014, je vous signalais la sortie du livre qui raconte des faits historiques, mais surtout les fabuleuses aventures de Jean et d’Aimé Calandri. Ce que fit Aimé au Vel d’hiv, je n’en parlerai pas ici…Lisez le livre (p 126 & plus…). 

Quant à Jean, c’est un Titi de Belleville, avec son franc parlé. Après avoir enthousiasmé le public du Vel d’Hiv, il rentrera au BHV où il soutiendra avec force l’US BHV.

Au temps du Vel d'Hiv. Auteur Dominique Grandfils. Edition Gremese.

Formidable livre où nous apprenons des choses bien sympathiques sur ces deux personnages qui firent carrière au BHV

Jean Pieters et Dominique Grandfils étaient présents à la rencontre du Réseau de fin 2014

Place à Aimé !

Jean Pieters et Dominique Grandfils
Jean Pieters et Dominique Grandfils
Jean Pieters et Dominique Grandfils

Jean Pieters et Dominique Grandfils

A mon Ami Jean

Soixante-sept ans !!! Ce n’est hélas plus notre âge à l’un et à l’autre. C’est le nombre d’années qui me séparent de mes premières rencontres avec Jean.

A cette époque, adolescent, je trainais dans les vélodromes parisiens en quête de petits boulots. Lui avait 28 ans. Il était au faîte de sa gloire sportive, une vedette au Vel’ d’Hiv.

Ses adversaires dans les courses à l’américaine se nommaient : Shulte-Boein, Kint-Vanstembergen, Bruyland-Adrienssens, Rigoni-Teruzzi, Koblet-  Vonburen, Carrara-Goussot, Seres-Lapebie. Une victoire sur tout ce beau monde lui ouvrira les portes des célèbres « 6 Jours ».

A ce moment-là je ne me doutais pas que je serais un jour son équipier et ferais quelquefois la course en tête avec lui.

Son équipier à l’époque était Georges Roux qu’il surnommait «  le séminariste » tant il était ascète dans sa préparation sportive.

Jean sacrifiait volontiers une victoire contre une nuit d’amour ; il  aimait raconter ses « safaris » avec un luxe de détails !!!

J’évitais son premier cercle afin d’échapper à ses railleries mais néanmoins j’écoutais avec attention pensant que çà pourrait me servir un jour

Si Jean avait un gros cœur de cycliste, il a toujours eu un grand cœur d’homme. La vie ne l’a pas ménagé : des chutes à vélo, des accidents, des deuils tragiques et douloureux dont le dernier le laisse encore ébranlé.

Toujours digne et courageux il fut pour ses proches en difficulté toujours prêt à apporter son aide : une démarche pour l’un, un transport et des courses pour tant d’autres… « C’est normal de rendre service » répondait-il !

Tous ceux qui sont ici aujourd’hui sont heureux de t’avoir rencontré un jour ou l’autre et ne peuvent que te dire

MERCI MONSIEUR JEAN PIETERS

Jean Pieters : un champion!Jean Pieters : un champion!

Jean Pieters : un champion!

Lire la suite

Ils ont du talent...suite, Guy Claud ... par Michel Bindault

11 Juin 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Ils ont du talent...suite,  Guy Claud ... par Michel Bindault

Comment as-tu découvert le sport cycliste ?

 A cette époque le vélo était un moyen de transport très répandu et j'ai vite remarqué que j'étais plus à l'aise que mes camarades de promenade.                                        

 

Tu as connu des succès aussi bien sur piste que sur route.

Laquelle des deux spécialités préférais-tu ?

Bien qu'ayant plus de qualité sur la piste que sur la route je préférais la route, jugeant beaucoup plus agréable l'entraînement dans la campagne plutôt que de tourner sur une piste. 

                                

La piste et la route me semblent bien différentes.

Quelle était ta méthode d'entraînement pour réussir dans ces 2 spécificités ? 

C'était bien là le problème, j'ai été obligé de mener conjointement ces 2 entraînements, ce qui ne m'a vraisemblablement pas aidé à devenir un vrai spécialiste dans l'une ou l'autre de ces 2 disciplines.

 

 Enfin quels sont les coureurs qui t'ont le plus marqué dans ta carrière ?

En carrière professionnelle, indéniablement JACQUES ANQUETIL sur la route et sur la piste MICHEL ROUSSEAU champion Olympique et champion du Monde en vitesse.

                                                                                    

Enfin quels sont tes meilleurs souvenirs de sportif ?

Je n'en citerais qu'un : Ma deuxième victoire dans la première année de compétition : la Finale des Espoirs de France qui était une course fin d'année réservée aux coureurs qui avaient acquis au moins une victoire dans leur première année de compétition.

J'ai reçu comme prix une coupe en métal argenté. J'en ai gagné de nombreuses autres, mais c'est la seule que j'ai conservée et que je possède toujours.

Ils ont du talent...suite,  Guy Claud ... par Michel Bindault

Merci Guy, à-travers cet article et tes réponses à nos questions, de nous avoir permis de connaitre un moment intense de ta vie de sportif de haut niveau.

Tu nous as ainsi révélé ton grand talent.

 Michel B

 

Nous te remercions Michel de nous avoir fait découvrir Guy Claud sous un côté que nous ignorions.

Bravo à ce grand sportif !

 
Lire la suite

Ils ont du talent... Guy Claud ... par Michel Bindault

9 Juin 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Voici plus de 7 ans que Christine D. anime avec compétence et talent le réseau des anciens cadres du BHV.

Le succès de ce groupement ne se dément pas et il faut souligner ce remarquable phénomène de continuité et de participation.

Le bulletin annuel et les nombreux articles que beaucoup d'entre-nous font paraître sur le blog permettent de découvrir d'anciens collègues dans un contexte nouveau où leur expression libre et spontanée révèle des personnalités riches dévoilant de réels talents dans des domaines variés.

Ainsi nous avons pu remarquer que nombre de nos amis possédaient des talents de poètes, écrivains, peintres, critique littéraire, comédiens ou encore miniaturiste, spécialistes culinaires, grands collectionneurs etc...

Dans cet esprit je voudrai vous parler aujourd'hui d'un ancien collègue, talentueux, avec qui j'ai eu le plaisir de travailler pendant plus de 10 ans : Guy CLAUD.

Vous connaissiez son dévouement à notre Entreprise, ses compétences, son sens de la diplomatie. Mais ce n'est pas de cette époque dont je vais vous entretenir mais d'une période, précédant son arrivée au BHV durant laquelle il a exprimé un grand talent dans le domaine du sport de haut niveau.

Guy m'a manifesté quelques hésitations lorsque je lui ai confié mon intention de rédiger un article, avec son assentiment, sur une partie riche et passionnante de sa vie que beaucoup ignorent et que sa discrétion lui interdisait de mettre en avant.

Seuls quelques initiés savaient...

Aussi merci, Guy, de me permettre d'écrire quelques lignes sur ces quelques années de ta jeunesse durant lesquelles tu as été un talentueux coureur cycliste de niveau international.

Ils ont du talent... Guy Claud ... par Michel Bindault

Deux faits me semblent importants pour situer ton talent et ton rang dans la hiérarchie nationale cycliste de l'époque : tout d'abord ta participation aux Jeux Olympiques de Rome en 1960 dans le tournoi de poursuite par équipes de 4 coureurs.

L'équipe de France est battue en demi-finale par le team russe qui remportera la finale et l'Or Olympique. Mais vous terminiez l'épreuve à 3 coureurs contre 4 Russes, votre équipier Nédélec ayant décroché à mi-parcours sur crevaison !

Elle n'était pas loin la médaille...peut-être d'Or !

Egalement ta sélection au championnat du monde cycliste à Zandvoort (Pays-Bas) où une chute, hélas, brisa ton élan.

J'ai retenu ces deux épreuves pour préciser que tes talents cyclistes s'exprimaient aussi bien sur piste que sur route.

Guy assis au milieu, la tête haute.

Guy assis au milieu, la tête haute.

Citer ton palmarès tiendrait du marathon tant il est fourni.

Aussi j'indiquerai, par année, le nombre de victoires et places d'honneur avec quelques commentaires.

1955- 1ere inscription à un club cycliste : l'U.V du XIVe.  2 victoires dans cette première année de compétition

1956- Amateur 2e catégorie.

Déjà une moisson importante de succès : 5 victoires et 3 places d'honneur 3e-4e-6e.

 

1957- Amateur 1ere catégorie.

L'année est prolifique :

- 3 titres de champion de France des Sociétés : route, poursuite et vitesse.

- Champion d'Ile-de-France des Sociétés.

- 2 titres de champion d'Ile-de-France : vitesse et poursuite (devant Michel Vermeulin ).

- 1er de 2 américaines à la Cipale (Vincennes).

- 1er de Paris-Forges-les-Eaux (devant Camille Le Menn, une « pointure »).              

  • 1er du tournoi de vitesse au Vel d'Hiv.
  • 2 succès en poursuite Olympique.
  • 2e du championnat de France de poursuite.
  • 2e de la Médaille au Vel d'Hiv.
  • 2e de 2 courses en ligne- 3e de Paris-Evreux.
  • 4e du critérium de poursuite par équipes de Leipzig ( ex R.D.A ).
  • 4e et 6e de 2 courses en ligne.

 

1958- Champion de France de vitesse par équipes.

  • 2e du championnat de France individuel de vitesse.
  • Sélectionné pour les championnats du monde de vitesse .                                                                            

1959- Champion d'Ile-de-France sur route.

- Champion de France de poursuite par équipes.

- Champion d'Ile-de-France de poursuite des Sociétés.

- Vainqueur de Paris-Rouen, Prix de Zaandam (Pays-Bas ), Puteaux, Houdan, Chartres.

- 1er du kilomètre et de l'Américaine de Sofia (Bulgarie ).

- 2e de l'épreuve préolympique, 2e du championnat de France militaire de poursuite (derrière Joseph Velly, un « avion » à l'époque).        

-2e du championnat d'Ile-de-France des Sociétés sur route et de la poursuite olympique aux Jeux Méditerranéens.                   

- Finaliste de la Médaille au Vel d'Hiv.                                         

- 2 places de 4e, 3 places de 6e en courses en ligne.                    

- Participe au championnat du monde sur route à Zandvoort ou une chute le contraint à l'abandon.                                              

Guy, 1 er à gauche.

Guy, 1 er à gauche.

1960 - Remporte les Prix de St Maur et Fontenay.                              

- 2e de Paris-Verneuil, 3e du G.P de Boulogne.                            

- 4e de la poursuite par équipes aux Jeux Olympiques de Rome avec Delattre, Nédélec et Suire.                                              

     

1961- Débuts professionnels dans l'équipe ACBB-HELYETT.             

Et déjà de belles performances : 3e du GP de Grasse et du  critérium de Felletin, 5e du critérium de Ploerdut et du Prix de Plougastel.                                                                           - 7e du GP du Parisien ( contre la montre par équipes ).              

- 10e du GP d'Orchies, 12e du GP d'Antibes.    

Participe à Rome-Naples-Rome, Critérium National, ainsi qu'aux classiques Paris-Tours, Paris-Bruxelles et à la course par étapes des 4 jours de Dunkerque.                                              

 

 

Ils ont du talent... Guy Claud ... par Michel Bindault

1962- Intègre l'équipe HELYETT-St RAPHAEL dont le leader était

Jacques Anquetil.                                                                     

- 4e du critérium de Montceau-les-Mines.                                   

- Participe aux GP d'Aix-en-Provence et de Monaco.              

                                                                           

1963- Participe au Critérium National et au Championnat de France   de vitesse.  

Ce brillant palmarès, probablement incomplet, illustre le talent de Guy aussi bien pour les courses sur route que les épreuves sur piste. S'il n'avait décidé d'arrêter sa carrière en 1964, nul doute qu'il aurait pu glaner d'autres victoires, titres et places d'honneur pendant quelques saisons encore...

 
Guy, ici à droite

Guy, ici à droite

Trop beau ce palmares! On reste admiratif!

Suite demain avec l'interview de Michel à Guy.

Lire la suite

De retour de la Ville Rose… par Antoine Eminian

5 Mai 2015 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Encore une fois, on adore le style d'Antoine, sa présentation de Toulouse, mêlée aux impressions...Vous allez vous délecter à lire ce qui suit!

Quand on regarde rapidement le plan de Toulouse fourni par l’Office du Tourisme, ce qui saute aux yeux (aux miens en tout cas), c’est que la ville ressemble à une tête de canard tournée vers la gauche ! Celui dont on fait les confits certainement. La pointe du bec est à la jonction du canal du Midi et de celui de Brienne, tandis que l’œil serait la coupole du Palais des Sports. Maintenant, si on se contente d’un regard plus géographique qu’humoristique, Toulouse est cernée par « l'eau verte du canal du Midi »* et la Garonne.

N’ayant séjourné dans la Ville Rose que le temps d’un week-end, je n’ai pas la prétention d’en avoir tout vu, bien évidemment, et je n’en donnerai qu’un avis de touriste de passage. Point de chute obligatoire dès qu’on arrive, « voici le Capitole, j'y arrête mes pas ». (Citation Nougaro)

Place du Capitole

Place du Capitole

La célèbre grande place toulousaine et rectangulaire est ornée d’une immense croix occitane entourée des signes du zodiaque. 

Place du Capitole

Place du Capitole

Le grand côté opposé au bâtiment de l’Hôtel de Ville, accueille les terrasses des restaurants et salons de thé, où l’on s’attable à l’ombre des parasols devant une boisson fraiche ou une énorme glace, tandis que le plafond de la Galerie des arcades, dans votre dos puisque logiquement vous êtes assis à mater les jeunes filles  qui déambulent sur la place, est décoré d’œuvres très colorées de Raymond Moretti illustrant l’histoire de la ville.

Place du Capitole

Place du Capitole

Quand j’étais jeune, les petits trains touristiques sur pneus me semblaient le comble de la ringardise, réservé à des petits vieux pas très costauds sur leurs jambes. Ayant transité d’une catégorie d’âge à l’autre, comme les choses sont étranges, je ne vois plus cela du même œil. Je trouve même un intérêt certain à ce mode de locomotion qui permet, dès qu’on arrive dans une ville inconnue, d’en avoir une vue d’ensemble rapide éclairée par les commentaires du guide. Libre à vous ensuite, d’aller explorer plus profondément, tel ou tel quartier.

J’ai visité rapidement ou admiré quelques monuments incontournables. L’église Notre-Dame du Taur, la Basilique Saint-Sernin telle « une fleur de corail », l’une des plus importantes basiliques romanes conservées en Europe, le couvent des Jacobins au gothique méridional, remarquable par ses voûtes intérieures nervurées et très hautes dont la plus renommée est appelée palmier, une colonne formant une étoile de onze clés de voûtes. 

 

Saint Sernin et le Palmier
Saint Sernin et le Palmier

Saint Sernin et le Palmier

Difficile de ne pas aller voir la Basilique Notre-Dame-de-la-Daurade – qui attire certainement les pêcheurs, mais ne doit son nom qu’à un terme signifiant, recouverte d’or – car on peut y admirer une Vierge noire vêtue d’une luxueuse robe (il en existe huit, utilisées selon les évènements liturgiques ou autres, crées par des couturiers célèbres comme Jean-Charles de Castelbajac). 

Vierge noire

Vierge noire

Mais une ville, se sont aussi ses rues et la déambulation piétonne pour mieux humer l’atmosphère locale. Ici les cyclistes, nombreux, m’ont paru moins respectueux du code que les parisiens, ce qui n’est pas peu dire, à moins que les piétons, entre ceux qui glandent sur place et ceux qui marchent le nez en l’air, ne soient responsables de ce gentil foutoir ?

Ce qui m’a le plus frappé, ce sont les commerces de bouche extrêmement présents, trop peut-être, entre les kébabs innombrables, pizzérias, vendeurs de sandwiches-frites divers et bars à tapas au coude à coude, il y en a pour tous les goûts et petits budgets ce qui tombe bien car les étudiants y sont nombreux ainsi que les SDF et tendeurs de sébiles. Pas besoin d’être devin pour imaginer une vie nocturne intense. Heureusement, on peut aussi ailleurs, se sustenter d’un cassoulet, une étape obligatoire à Toulouse, y a pas d’pet !

De retour de la Ville Rose… par Antoine Eminian
De retour de la Ville Rose… par Antoine Eminian

De petites rues piétonnes et « je revois ton pavé, ô ma cité gasconne » (Nougaro), des maisons austyle architectural diversifié, cariatides en façade d’un bel hôtel particulier ici, balcons en fer forgé évoquant l’Espagne par-là, des volets bleus là-bas.

Vue de la terrasse de GL

Vue de la terrasse de GL

et de la terrasse des Galeries Lafayette, une belle vue sur les toits de tuiles et les murs de briques donnant cet aspect rosé à la ville. Sans oublier les plaques des rues en deux langues, français et occitan (Rue de Périgord/Carrièra de Peiregord). Langues chères à Claude Nougaro, le toujours vivant poète sous forme d’une statue derrière la place du Capitole ou en photo murale près du pont Saint-Pierre.

Nougaro

Nougaro

La Ville Rose sait aussi se faire verte. Les vélos mis à disposition par la mairie, des tramways, le métro tout neuf avec ses deux lignes A et B, dans le même esprit que la ligne parisienne n°14, entièrement automatique et ses énormes tickets jaunes, format carte de visite ou presque. 

 

Le métro

Le métro

Nombreux espaces verts dans les quartiers et surtout les bords du canal du Midi ou de la Garonne, aménagés pour la promenade ou le jogging. Et puisqu’il est question de Garonne, évoquons le Pont Neuf, ce vieux pont astucieusement conçu avec ses dégueuloirs, d’énormes trous dans les piles du pont qui laissent passer l’eau quand la crue accroit la pression sur l’édifice.   

De retour de la Ville Rose… par Antoine Eminian

Voilà ce qu’on peut voir à Toulouse en peu de temps et encore, j’ai oublié mille choses, la place Wilson et son square grouillant de monde, les rues commerçantes avec toutes les enseignes internationales, la boutique de marchandising du Stade Toulousain, les rues désertes du dimanche matin, les marchés bio ou genre puces, mais les heures tournent et le train en gare Matabiau ne m’attendra pas…

Toulouse

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>