Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

5: Le BHV de sa naissance à nos jours : 1968-1970

14 Novembre 2011 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 Cet article a été enrichi de quelques photos sur Parly et GargesIvry

Les entrepôts : A Ivry, je découvre « Zébulon » ! Encore une réussite du BHV, toujours précurseur! Un tracteur électronique télé programmé, avançant tout seul dans Ivry et capable de fonctionner sur 2 niveaux.  Des ingénieurs du monde entier venaient visiter les entrepôts pour découvrir ce fabuleux tracteur capable de s’arrêter devant un obstacle.

D’autres que moi pourront vous parler de cet homme prodigieux : Bruno Lussato qui inventa ce projet plein d’audace et fit avancer à grand pas la gestion de l’Entrepôt.  B.Lussato fut recruté dans les années 60 par Roger Staffe et Monsieur Grouillier qui dirigeaient Ivry, sur les recommandations de Georges Lillaz, PDG du BHV qui fut le Mécène de SOS amitié.

DSCN4195

 

Commentaire de Jean de Nerville réintégré :

 Zébulon était filoguidé c'est-à-dire qu’il était suivi et guidé par un fil noyé dans le sol. Sa programmation c'est-à-dire sa destination finale était faite à partir du tableau de bord du tracteur.

Sa vie à l’entrepôt fut relativement courte car il portait en germe dans son principe 2 handicaps majeurs : conçu au départ par les Allemands pour circuler sur un seul niveau, on lui demandait de franchir des rampes à la montée et à la descente. Un convoi trop chargé stoppait le tracteur à la montée et à la descente les roulants trop lourds se mettaient en accordéon derrière lui et le faisaient dérailler.

Son autre handicap était qu’il se mettait en concurrence avec la confrérie des caristes dont il été chargé de diminuer les effectifs.

Au rez-de-chaussée de l’entrepôt, avait été aménagé un centre de contrôle qui permettait de suivre le trafic des tracteurs dans l’entrepôt sur un tableau pourvu de petites lampes vertes correspondant aux différentes sections du circuit. Elles se mettaient à clignoter dès qu’un incident se manifestait sur le circuit : déraillement sur une rampe dû à des roulants accordéonistes, arrêt devant un obstacle malencontreusement placé sur son trajet, soupentes arrachées par un chargement débordant.

Il y a des jours où ce tableau se transformait en arbre de Noël.

En fin de compte ces handicaps ont eu raison du système. Il a fallu ranger le petit train qui avait promené tant de personnes pour sa promotion.


 1968 Novembre : Georges Lillaz vend ses actions Aux Nouvelles Galeries . Celles-ci détiennent désormais 38 % du Capital.

NG 05 66-rue-des-Archives

 Boulot-G-copie-1.jpg

  

 La  Société des Nouvelles Galeries nomme Gérard Boulot à leur tête pour présider les NG, aidé d’Alfred Lombard Directeur général.

 Jean-Paul Piedelièvre devient Président du BHV. Il sera secondé par Jean-Pierre Boulot comme Directeur général et Jean-Bernard Noyère comme Directeur Administratif.

 JPP-etJPB.jpg

 

André Benoit Directeur de la Chaîne, responsable de l’expansion prépare les grandes ouvertures du BHV.  Michel Bigey, avec qui il avait ouvert les premiers magasins dits : A (Flandre et Parly) et B (Garges et Montlhéry) passe Directeur de la Publicité.

1969   Le BHV qui ouvrait 5 jours par semaine décide d’ouvrir le lundi.

1969 : Le BHV crée une Direction de l’informatique : Yann de Lambilly ajoutera cette fonction à celles de responsable Directeur de la Comptabilité et de FIGEST, Les ordinateurs Bull sont des machines immenses, impressionnantes au dernier étage du Bâtiment Marchand.

H1969: Ouverture de Parly II , un BHV tout beau de 11 000 m² dont l’ouverture est prévue pour le printemps 1970, est avancée à novembre 1969.

Directeur: Michel Bigey

                                                 Images d'époque.

 

 

Parly-1969.jpg

01 Parly 1979 E 01 Parly 1979 Fjpg

01 Parly 1979 C 01 Parly 1979 D

 

P2 AE004

 

P2 AE 001b   P2 AE002

 

P2 AE 002b      P2 AE003

A droite la porte entrée du personnel

P2 AE006   P2 AE008

 

P2 AE009   P2 AE010

P2 AE007

H1969: Ouverture de Garges lès Gonesse au Centre Commercial du Pont de Pierre (fermé), sur 5500 m² et un « garden-center » qu’on nommera « l’anneau » : On y vend des tentes de camping et autres produits de jardin. Le Bhv offre 1350 places de Parking.

Vu de l'escalator central qui montait au Bricolage et Meubles sur 1/2 étage en mézanine.

garges les G 60's

Directeur : Monsieur Touzé. Le centre fonctionnait avec Carrefour et Mammouth.

garges les g2 60'sLa clientèle locale n’était pas très aisée. Or, Carrefour partit pour ouvrir à Parinor Aulnay sous Bois, Cora le remplaça ; Mammouth fut remplacé par Conforama, un inconditionnel de l’ouverture du Dimanche. Des mouvements importants eurent lieu le dimanche pour interdire l’accès aux Clients de Confo. Le BHV périclita et finit par fermer.

Garges 10001

Garges 10002

 

Ceci-dit la transaction de fin fut bonne pour la trésorerie du BHV.

03 garges 01

H1969 : Agrandissement du BHV Montlhéry, la surface passe de 2500 à 5300 m2.

1970 Les travaux d’un nouveau Parking : Lobau, avec accès direct au Métro débuté avec retard en février 1969 est ouvert. Encore une fois, le BHV se distingue dans son innovation !

 

A suivre....

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean de Nerville 30/11/2011 11:30

Zébulon était filoguidé c'est-à-dire qu’il était suivi et guidé par un fil noyé dans le sol. Sa programmation c'est-à-dire sa destination finale était faite à partir du tableau de bord du
tracteur.

Sa vie à l’entrepôt fut relativement courte car il portait en germe dans son principe 2 handicaps majeurs : conçu au départ par les Allemands pour circuler sur un seul niveau, on lui demandait de
franchir des rampes à la montée et à la descente. Un convoie trop chargé stoppait le tracteur à la montée et à la descente les roulants trop lourds se mettaient en accordéon derrière lui et le
faisaient dérailler.
Son autre handicap était qu’il se mettait en concurrence avec la confrérie des caristes dont il été chargé de diminuer les effectifs.
.
Au rez de chaussé de l’entrepôt, avait été aménagé un centre de contrôle qui permettait de suivre le trafic des tracteurs dans l’entrepôt sur un tableau pourvu de petits lampes vertes correspondant
aux différentes sections du circuit. Elles se mettaient à clignoter dès qu’un incident se manifestait sur le circuit : déraillement sur un rampes du à des roulants accordéonistes, arrêt devant un
obstacle malencontreusement placé sur son trajet, soupentes arrachées par un chargement débordant.
Il y a des jours où ce tableau se transformait en arbre de Noël.

En fin de compte ces handicaps ont eu raison du système. Il a fallu ranger le petit train qui avait promené tant de personnes pour sa promotion.

paris françois 28/11/2011 13:22

Merci Mme la présidente du réseau pour ces précisions.Mais je sens qu'il va s'en passer de belles avec cette nouvelle génération de jeunes loups;soit de promotion interne et par moitié environ de
sélection externe au BHV. Leur formation assurée par Jean Degruson,Alain Beaujoin,supervisés par Alain Bourdy ne pouvait que mettre ces stagiaires sur une bonne rampe de lancement pour contribuer à
l'évolution de la société.Amitiés à tous.

BENADINER 28/11/2011 10:19

Bravo Christine pour ces docs super intérèssants qui nous rappellent tant de souvenirs Amitiés Philippe Benadiner

Martine Parent 28/11/2011 10:12

Bravo ,de nous rappeler tous ces souvenirs et des noms oubliés
Capeau bas

fargier 28/11/2011 00:26

Passionant,merci.