Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Le tatou et la tortue... de Jean de Nerville

28 Septembre 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Soyons tout à la fois Tortue et Tatou nous dit notre poète Jean... Fable judicieuse applicable pour petits ou grands en cette période de reprise d'activité.

A méditer ! ... Bonne lecture!

 de-Nerville.jpg

Le Tatou et la Tortue

 Tortue Léa 005-copie-1  

« Arrête-toi Tatou », dit la Tortue à bout

« J’attrape le tournis et me tords le cou

À suivre tes détours et ta course de fou.

Pourquoi tant te presser ; te faufiler partout ?

 

Pourquoi ne pas rester à l’abri dans ton trou,

Donnant du temps au temps, faisant le rêve doux

Qu’on peut l’amadouer, le dompter peu ou prou,

N’être plus obsédé par son cri de coucou ?

Tortue Léa 003 

Isole-toi un peu à l’abri des remous.

Essaie de réfléchir, courir ne fait pas tout.

Évalue le danger, apprécie tes atouts.

Puis reprends ton chemin, prudent à pas de loup.»

 tatou 2

« Je crois bien que de moi, tu te moques, Tortue !

Si tu me vois courir cette course éperdue,

C’est afin d’échapper au péril inconnu

Qui à chaque moment, peut me sauter dessus.

 

Mes écailles n’ont pas la solide vertu

De ta carapace cadenassée, trapue,

Où tu te réfugies, loin du tohu bohu.

Mais parfois tu n’as plus ce flegme prétendu.

tatou 1 

Retournée sur le dos, l’autre jour, je t’ai vue.

Tes pattes battaient l’air, s’agitant tant et plus,

Tu comptais plus sur elles que sur ton occiput,

Comme je fais quand je cours à bride abattue.

 

Tu pédalais sur place, tous muscles tendus,

Cherchant à prendre pied pour trouver le salut.

Rien d’autre ne comptait que cet unique but :

Retrouver le bon sens, et le ciel par-dessus.»

 

Soyons tout à la fois Tortue et Tatou.

Réfléchir ou courir, il est un temps pour tous.

 

Merci Jean pour cette merveilleuse fable!

 

Lire la suite

Le château de Saint-Germain en Laye

18 Septembre 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France Ile de France

Nous avions envisagé avec Philippe Bénadiner de vous parler du chateau de St Germain à l'occasion des journées du Patrimoine. Nous avons demandé à notre reporter Antoine Eminian de nous faire quelques photos.

Antoine a eu la gentillesse de nous faire parvenir les photos et nous a  décrit le château et son histoire dans l'article ci-dessous.

 1-Vue-generale-copie-1.jpg

Je ne sais pas si vous connaissez Saint-Germain-en-Laye, mais vous devriez. Ne serait-ce que pour sa forêt ou encore le parc du château avec la terrasse qui domine la Seine mais plus encore pour son musée d’archéologie nationale installé dans les murs du château. Je sais que pour certains, l’archéologie ça sent le renfermé et la sortie forcée avec les gamins un jour de pluie et qu’on ne sait qu’en faire. Funeste erreur ! Le musée de Saint-Germain est bien au-dessus de tout cela et bien que je sois passé devant de nombreuses fois, il n’y a que un ou deux ans que j’y sois entré et je ne le regrette pas.

Vue de côté

Mine de rien ce musée est un des plus riches au monde en collections archéologique.

Il est admirablement installé dans le château qui vit sa construction vers 1122 sous Louis VI le Gros pour en faire sa résidence royale mais dont il ne subsiste rien aujourd’hui puisqu’il fut entièrement détruit en 1346 pendant la guerre de Cent ans. 

Philippe nous ajoute : De 1230 a 1238 Saint Louis construit a  l'intérieur de son enceinte une chapelle, chef d’œuvre de l'architecture gothique, elle est souvent attribuée a Pierre de Montreuil, architecte de la Sainte Chapelle de Paris 1240 A1248 ; Agrandie à la fin du XIIIème siècle, la résidence royale est alors dotée d'une tour .

 C’est Charles V qui le fait reconstruire entre 1364 et 1367.

Vue de côté 2

Chapelle   Louis XIV y naquit, y passa une partie de son enfance et il s’en fallût de peu que la Cour ne s’y installe, avant que Versailles n’ait le destin qu’on lui connaît.

Vue côté parc 3

Désaffecté le château vieux abrite, nous dit Philippe, de 1689 a 1701: la cour en exil de Jacques II Stuart cousin de Louis XIV pour devenir prison pour suspects lors de la révolution, puis ecole de cavalerie sous Napoléon 1er de 1804 a 1814 et enfin pénitencier sous Louis Philippe (1830  a 1848). 

  Devenu en très mauvais état, Napoléon III voulait le raser mais grâce à la reine Victoria, en visite officielle en France pour l’exposition universelle de 1855 et qui désirait visiter l’endroit ou vécu en exil Jacques II, elle obtint de l’empereur que le château ne soit pas détruit.

Celui-ci féru d’archéologie décida d’y rassembler ses collections ce qui permit par un décret du 8 mars 1862 d’y créer un « Musée d’Antiquités celtiques et gallo-romaines ».

Chapelle intérieur 2Chapelle intérieur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De nombreuses rénovations menées périodiquement en font aujourd’hui un musée très agréable à visiter où les salles permettent  de voyager à travers les époques du paléolithique à la Gaule mérovingienne en passant par les âges du bronze et du fer. Outils, armes, bijoux, vestiges sont admirablement mis en valeur. Comme souvent dans les Chapelle vue de la cour interieuremusées de ce type, il n’y a pas une affluence énorme, aussi profitez-en pour vous cultiver dans un décor superbe.
En sortant vous irez vous oxygéner dans le parc et en longeant l’un des murs extérieurs du château, vous y découvrirez une plaque rappelant qu’à cet endroit eu lieu en 1547 le fameux duel entre le baron de Jarnac et François de Vivonne qui fut vaincu par un coup imprévu au jarret, d’où l’expression coup de Jarnac !
Vue de côté avec douves Douves et pont d'entrée 
  

 

 

 

 

 

 

 

 

Musée National d’Archéologie  Château de Saint-Germain-en-Laye  Accès par le RER A juste devant le château      

Merci Antoine et à bientôt.

Cour intérieure

 

Lire la suite

Journées du Patrimoine et un extrait du livre de Martine Mallein

15 Septembre 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

 

Vous trouverez un extrait de l'article de Martine ci-dessous, mais je vous invite à lire la totalité du texte dans la rubrique  Culture: livres, films, Théatre en  cliquant sur l'article à droite, sur le Blog.

"Les journées européennes du patrimoine des 18 et 19 septembre prochains ont pour thème cette année « Les grands Hommes : quand femmes et hommes construisent l’Histoire ». Le Ministre de la culture Frédéric Mitterrand  a voulu « saluer ainsi la mémoire des figures de notre Histoire ».

Le patrimoine que j’ai eu la chance de découvrir dans mon village du Berry m’a donné le plaisir de rencontrer dans le temps, sorte de dialogue intemporel, une famille de grands architectes du XVIème siècle et du début du XVIIème, les Androuet du Cerceau et de lier connaissance, si je peux dire, avec l’épouse du roi Henri IV,  la florentine, Marie de Médicis. ..."

 "...Je vous entraîne avec plaisir dans leur sillage, occasion de réunir l’Homme et les Lieux. Je vous invite tout d’abord à nous rendre à l'enseigne du Cerceau, rue des Petits Augustins, à Paris !

 Sous François ler …..À  23 ans, le jeune Androuet, un petit pécule en poche, ses carnets de croquis à la main, va traverser la péninsule…

 Les années passent…… son ouvrage « Les plus excellents Bastiments de France », recueil très précieux, photographie de la France au XVIe siècle, parvenue jusqu’à nous. …

Louvre

Le livre "Les Plus excellents bâtiments de France" de Jacques Androuet du Cerceau prolifique créateur et architecte,  est le summum de la culture de la Renaissance Ce recueil de 116 dessins reproduits pour la première fois à la plume par l’auteur décrit les 30 plus célèbres châteaux de la Renaissance : Chambord, Blois, Chenonceau, Amboise, Fontainebleau, le Louvre, Chantilly, St Germain en Laye dont nous parlerons prochainement etc…

Amboise le chateau 2

…Si je vous ai convaincu sur l’importance de cet architecte, un peu oublié certes, mais qui a fait récemment l’objet d’une très belle exposition à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture au Palais de Chaillot, vous pourrez par un bel après-midi vous rendre à Verneuil, tout près de Chantilly et faire une agréable promenade. La petite ville située en Blois chateau courlisière de la forêt d’Halatte vous permettra de découvrir des vestiges gallo-romains, un musée, unique en Europe, qui retrace l'histoire en relief rapportant les traces et la mémoire de la pierre du néolithique jusqu'à la seconde guerre mondiale, mais vous pourrez surtout aller voir les restes du château de Verneuil, seuls les soubassements n’ont pas été détruits par les Condé, jaloux de la beauté du site, faisant concurrence à Chantilly et le Manoir de Salomon de Brosse.  

 

Je me tiens à votre disposition si cette aventure à Verneuil vous tente.

Martine MalleinEh ! Oui, la maison de Salomon de Brosse existe encore, alors suivez-moi dans cette direction. Qui est Salomon de Brosse, cet architecte protestant dont on ne parle pas souvent et dont je me suis fait le défenseur avec mes amis Mr et Mme Sarrazin qui ont créé l’association des Amis du Vieux Verneuil.

Pourquoi le défendre me direz-vous ? Il est en fait l’architecte de la petite ville nouvelle d’Henrichemont, créée en 1608 par Sully, dont ma famille est originaire. J’ai eu la curiosité de mieux le connaître ou plutôt de le découvrir et pendant deux ans avec Gérard nous avons sillonné la France, jusqu’à Sedan. Pas de chance pour les châteaux, ils sont presque tous détruits, mais, il reste encore quelques merveilles architecturales. ……

 

Et la suite, me direz-vous, vous la découvrirez dans le livre que j’ai écrit « L’architecte et sa reine » et qui reprend la vie de ces trois personnages, Jacques ler Androuet du Cerceau, Salomon de Brosse et la Reine Marie de Médicis...

  .... Je conclurais en reprenant les propos de M. le Ministre de la Culture à l’occasion des ces 27ème journées européennes du patrimoine :

« Le temps n’efface pas les traces des grands hommes » « l’Andromaque d’Euripide déjà portait cette conviction intime et fondamentale, dont le patrimoine porte jusqu’à aujourd’hui le témoignage. »

 

 

Tous nos remerciements,  Martine,  pour cette partie d'Histoire ignorée de beaucoup

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Extrait de: " l'architecte et la reine" de Martine Mallein-Leguédois ; Les Androuet du Cerceau

15 Septembre 2010 Publié dans #France 5 Centre

Les journées européennes du patrimoine des 18 et 19 septembre prochains ont pour thème cette année « Les grands Hommes : quand femmes et hommes construisent l’Histoire ». Le Ministre de la culture Frédéric Mitterrand  a voulu « saluer ainsi la mémoire des figures de notre Histoire ».

 

Le patrimoine que j’ai eu la chance de découvrir dans mon village du Berry m’a donné le plaisir de rencontrer dans le temps, sorte de dialogue intemporel, une famille de grands architectes du XVIème siècle et du début du XVIIème, les Androuet du Cerceau et de lier connaissance, si je peux dire, avec l’épouse du roi Henri IV,  la florentine, Marie de Médicis.

Je vous entraîne avec plaisir dans leur sillage, occasion de réunir l’Homme et les Lieux.

 Je vous invite tout d’abord à nous rendre à l'enseigne du Cerceau, rue des Petits Augustins, à Paris  !

Sous François ler, autour des années 1535, on vient boire chez ce cabaretier, marchand de vin,  dénommé Androuet, dont l'enseigne est un cerceau de tonneau. On vient s'y amuser, rencontrer les amis de toujours, des compagnons de passage et discuter du « petit » qui a tiré sa révérence pour découvrir l’Italie. Sa besace sur le dos, à  23 ans, le jeune Androuet, un petit pécule en poche, ses carnets de croquis à la main, va traverser la péninsule, par étapes, et y demeurera en tout 7 ans à la découverte des trésors antiques dont il a tant entendu parler.

Toute son existence sera marquée par les souvenirs qu'il rapportera de ses deux voyages italiens. Il gardera toujours en mémoire ces édifices qu'il a contemplés, sources de son inspiration future. Il fera donc partie de ceux qui initièrent la Renaissance en France et tout particulièrement en architecture. Le style gothique sera remis en cause, on parla même de "vilaine et folle carapace faite par et pour un monde barbare".

Dès lors, il va mener une vie très active et bien remplie entre Tours, Orléans et Paris. Il obtient du roi François ler, le 28 juin 1545 des lettres patentes lui accordant pour 3 ans une complète protection contre la vente de copies non autorisées de ses « … ouvraiges  et figures d’architectes, corniches, moresques et compartiments… ». C’est  dire qu’il est bien en cour ! Il est vrai que son amie, Renée de France, duchesse de Ferrare, entretient des relations privilégiées avec la duchesse d’Angoulême, mère du Roi. Jacques Androuet du Cerceau sera très vite séduit par la Religion prétendue réformée.

 Les années passent, il devient incontournable en tant qu’architecte, créateur d’ornements, publie des recueils ayant trait aux arts décoratifs, il sera surtout un extraordinaire descripteur et illustrateur de 30 châteaux français, à la demande de Catherine de Médicis et de Charles IX, ce dont témoigne avec un raffinement certain son ouvrage « Les plus excellents Bastiments de France », recueil très précieux, photographie de la France au XVIè siècle, parvenue jusqu’à nous.

 Le siècle d’Androuet du Cerceau fut aussi celui des guerres de religion. Jacques Androuet se trouve au milieu de la tourmente. Il quitte Orléans pour Verneuil-en-Halatte, petite ville de l’Oise,  centre de ralliement protestant. Il s'y réfugie un premier temps. La petite communauté de Verneuil regroupant architectes et artisans représentant tous les corps de métier, vit tranquillement au pied du magnifique château en cours de construction commandé par Philippe de Balainvilliers.

Ainsi fut créé à Verneuil un véritable « cabinet d’architectes » bâti sur les Antiques, préconisant une meilleure distribution des espaces : « Commodités du dedans et symétrie du dehors ».

 Sa plus belle réussite, trois fils, une fille mariée à Jehan Brosse et pour leur plus grande gloire, nous ne retiendrons de leur immense travail, que :

            Baptiste et le Pont-Neuf à Paris

            Jacques et la Grande galerie du Louvre

            Charles et le pont Henri IV de Chatellerault   

 

Trois petits-fils célèbres :

            Jean et Fontainebleau

            René, voyer fidèle de Sully, en Poitou

            Salomon de Brosse et le Palais du Luxembourg

           Et, toujours Verneuil pour eux tous.

 

Jamais il n’abandonnera sa religion.  La vieillesse venue, il part dans le pays de Calvin, à Genève. Il s’éteindra en 1585 ou au début 1586 à Genève ou Annecy

 L’histoire de Jacques ler Androuet du Cerceau ne s’arrête pas à sa mort, en 1586. Il a formalisé les grands principes qui fondent l’architecture à la Française.

 

Si je vous ai convaincu sur l’importance de cet architecte, un peu oublié certes, mais qui a fait récemment l’objet d’une très belle exposition à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture au Palais de Chaillot, vous pourrez par un bel après-midi vous rendre à Verneuil, tout près de Chantilly et faire une agréable promenade. La petite ville située en lisière de la forêt d’Halatte vous permettra de découvrir des vestiges gallo-romains, un musée, unique en Europe, qui retrace l'histoire en relief rapportant les traces et la mémoire de la pierre du néolithique jusqu'à la seconde guerre mondiale, mais vous pourrez surtout aller voir les restes du château de Verneuil, seuls les soubassements n’ont pas été détruits par les Condé, jaloux de la beauté du site, faisant concurrence à Chantilly et le Manoir de Salomon de Brosse.

 

Martine MalleinJe me tiens à votre disposition si cette aventure à Verneuil vous tente.

Eh ! oui, la maison de Salomon de Brosse existe encore, alors suivez-moi dans cette direction. Qui est Salomon de Brosse, cet architecte protestant dont on ne parle pas souvent et dont je me suis fait le défenseur avec mes amis Mr et Mme Sarrazin qui ont créé l’association des Amis du Vieux Verneuil.

 Pourquoi le défendre me direz-vous ? Il est en fait l’architecte de la petite ville nouvelle d’Henrichemont, créée en 1608 par Sully, dont ma famille est originaire. J’ai eu la curiosité de mieux le connaître ou plutôt de le découvrir et pendant deux ans avec Gérard nous avons sillonné la France, jusqu’à Sedan. Pas de chance pour les châteaux, ils sont presque tous détruits, mais, il reste encore quelques merveilles architecturales.

 

Né à Verneuil-en-Halatte en 1570,  très tôt, il va travailler avec son grand-père puis ses oncles, son père et toute leur parentèle à la construction du château de Verneuil.

A la suite du décès du roi Henri IV, Brosse va grandir en notoriété.  En fait, il bénéficiera de la manne de la régente, Marie de Médicis, de la réputation qu’elle lui a faite et les Grands suivront. Après Henrichemont, ce seront six beaux hôtels parisiens, puis les châteaux de Blérancourt, de Coulommiers et bien d’autres encore, comme le Parlement de Rennes, la façade de Saint-Gervais-Saint-Protais à Paris, la salle des Pas perdus au Palais de justice de Paris. En quinze ans, Salomon, architecte à la mode, a considérablement travaillé s’appuyant largement sur Charles du Ry, le fidèle des fidèles, « rationalisant » le style des demeures, ouvrant la porte à l’architecture qui s’épanouira avec François Mansart et Jacques Lemercier.

 Hôtels et châteaux dégagent les mêmes caractéristiques, la symétrie, l’horizontalité, le corps de logis ouvre sur cour et jardin, l’équilibre est donné par les pavillons. Il  joue avec la superposition des trois ordres, abandonnant l’ordre colossal, il ornemente les murs entre les pilastres par de simples panneaux. Il crée des galeries en demi-cercle, surmontées de terrasses, invente le pavillon d’entrée qui devient porte-cochère dans ses réalisations parisiennes. Progressivement, il voudra oublier la brique au seul profit de la pierre qui deviendra le matériau privilégié utilisé à l’époque de Louis XIV.

 Mais son fleuron sera le Palais du Luxembourg. Je ne peux que vous inviter à vous promener en cette période automnale dans les jardins de notre Sénat, vous trouverez bien l’occasion de le visiter.

 Petit histoire des deux contrats signés pour « la maison » de Marie de Médicis.

… L’accord passé entre la Reine et de Brosse prévoit un contrat d’architecte, classique, rémunéré selon la somme forfaitaire annuelle convenue de 2400 livres. Rien à dire à ce sujet.

 Par contre, aucune entreprise ne veut  répondre à l’adjudication lancée au prix de 750 000 livres. Des proclamations sont faites, des affiches de l’appel d’offres sont apposées à Paris, l’architecte relance l’adjudication en septembre puis en décembre 1614. En vain. Les entrepreneurs généraux connaissent le sous-sol, ce sont des carrières qui le jonchent, ce qui explique leur prudence. Ils ne savent pas ce qu’ils vont trouver pour arrimer sérieusement au sol la future construction. L’architecte, qui lui aussi a fait office de maçon  et a connu tous les corps de métier pendant sa jeunesse  lors de sa formation auprès de

son grand-père, est plus téméraire. A plusieurs reprises lorsqu’il lance les chantiers, il ne tient pas compte de la qualité du sol. Il imposa ses plans.

Faute d’entreprises, il décide de devenir lui-même le maître d’ouvrage du chantier. Il crée à cet effet une association entre son neveu, Jean, son fils, Paul, et lui-même. Il assumera ainsi la faisabilité de son projet, arrêtera  l’enveloppe financière, son coût d’investissement est ferme et définitif. Grosse erreur ! Sa responsabilité d’entrepreneur est majeur et couvre tous les corps de métier.

 

Les travaux commencent et la Reine vient poser la première pierre, le 2 avril 1615. Il déménage et s’installe au Petit Luxembourg pour coordonner les travaux.

 A son grand dam, ce qu’il ignore encore dans l’euphorie de l’ouverture du chantier, c’est qu’il devra subir d’une part, un arrêt non programmé des travaux pendant les trois années d’exil de la souveraine à Blois, puis, d’autre part, à la reprise du chantier, l’intransigeance de Richelieu qui fera pression sur la Reine-mère, pour ne lui octroyer aucun crédit supplémentaire en dépit de l’augmentation flagrante des prix, et qui plus est, ira jusqu’à lui faire un mauvais procès.

 Marie de Médicis, nous la connaissons souvent d’une manière scolaire. C’est l épouse italienne d’Henri IV. Ses crises d’autoritarisme sont fréquentes, les disputes avec le roi innombrables, Sully se doit souvent d’intervenir pour calmer le jeu, on la connaît jalouse, et il y a de quoi. Bref, à quoi correspondent ces trois ans d’arrêt du chantier du Luxembourg ? On peut parler de la tragi-comédie de Blois !

Concini et son épouse Léonora Galigaï sont morts. C’est la première crise entre Louis et sa mère. Les négociations vont bon train. Marie, par l’intermédiaire de Richelieu adresse un certain nombre de suppliques au Roi. Il demeure implacable. Luynes lui confirme la position irréversible du Roi. Il va même jusqu’à interdire à ses sœurs, à Gaston, de dire adieu à  leur mère. Il lui signifie qu’elle doit se retirer à Moulins et, en attendant que le château y soit  remis en état, qu’elle aille à Blois !

L’ex-régente part en vaincue à Blois, grossièrement bafouée par la foule. Elle laisse Paris, le 3 mai 1617.

 Elle a pris soin de cacher ses bijoux, tout près d’elle. Elle ne verra plus son cher « Meller » comme elle l’appelle, son bijoutier qu’elle a fait venir de Florence, tout spécialement, Mellerio, qui lui a dessiné et exécuté tant de merveilles. Ses cassettes sont avec elle, elle y veille personnellement.

A Blois, elle s’ennuie. Elle a fait appel à Salomon de Brosse pour lui construire une petite extension du château. Elle intrigue. Dans la nuit du 21 au 22 février 1619, un simple valet de chambre s’insinue dans le château, convainc Marie de le suivre. Telle une héroïne de roman, elle s’échappe par sa fenêtre du second étage, atteint péniblement, grâce à une échelle, la terrasse, et, de là, attachée par des cordes » - elle a le vertige, elle a trop d’embonpoint -, on la pousse, on la tire pour passer par la fenêtre, mais néanmoins se fait glisser le long du terre-plein jusqu’au sol. A son grand dam, elle perd au cours de cet exercice périlleux, l’une de ses précieuses cassettes de bijoux qu’elle avait cachée dans son lourd manteau. « Enfin, bras dessus, bras dessous, entre deux compagnons, comme une grosse ribaude en bonne fortune, elle traverse la ville, » puis le pont sur la Loire. Un cocher l’attend, son carrosse file sur Loches où elle retrouve le duc d’Epernon.

 Et la suite, me direz-vous, vous la découvrirez si je vous en ai donné envie, dans le livre que j’ai écrit « L’architecte et sa reine » et qui reprend la vie de ces trois personnages, Jacques ler Androuet du Cerceau, Salomon de Brosse et la Reine Marie de Médicis.

 Je conclurais en reprenant les propos de M. le Ministre de la Culture à l’occasion des ces 27 èmes journées européennes du patrimoine : « Le temps n’efface pas les traces des grands hommes » « l’Andromaque d’Euripide déjà portait cette conviction intime et fondamentale, dont le patrimoine porte jusqu’à aujourd’hui le témoignage. »

 



[1]  Les 750 000 livres représentent en gros le vingtième du budget de la France à cette époque.

Lire la suite

Jean Pieters, notre doyen, grand sportif a fêté ses 90 ans.

14 Septembre 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Remerciements à son voisin Dominique, pour l'introduction et les photos qui illustrent cet article.

Pieters PelotonJean fut coureur cycliste dès 1936.

A l'issue de sa carrière pro, il a été engagé au Bazar de l'Hotel de Ville et a remporté de nombreuses victoires sous les couleurs de l'entreprise.

En 1960, il est devenu directeur sportif de l'équipe, tout en poursuivant sa carrière au Bazar.

Depuis, le début des années 80, il coule une retraite tranquille au Plessis Trévise et a gardé sa passion pour la "petite reine" intacte.

Portrait JP

Portrait Aimé Calandri  Et maintenant, Jean Pieters vu par Aimé Calandri

Jean PIETERS, je l’ai connu à la fin des années quarante lorsque, adolescent, je faisais de « petits boulots »dans les quartiers des coureurs des vélodromes parisiens. Il faisait partie du gotha du cyclisme français. Il avait remporté « la Roue d’Or Internationale » autour du lac Daumesnil et  avec divers équipiers de nombreuses courses à l’américaine : Vanstenbergen, Schulte, Carrara, Coppi sont épinglés  à son palmarès. Il participa également plus qu’honorablement aux célèbres « 6 Jours de Paris ».

PietersJean[1]Je l’admirais…et l’évitais : il parlait des « choses » de la vie d’une façon qui ne choque plus aujourd’hui …je rougissais. Un jour un grand manager m’a dit : « tu est dans l’équipe de Pieters ? Ah ! Celui-là s’il avait eu la langue et la… moins longues il aurait été champion de France ». Il a toujours dit crûment ce qu’il pensait, cela lui a nuit parfois, mais il est comme çà Jean !

 Fin 1951 grâce à Marcel Laloyau nous sommes rentrés au B.H.V. Lui par la grande porte, moi par une plus petite. Vous pensez, il venait de chez les pros !!! En plus de la piste il avait couru sur route, à peine 2 ans plus tôt Paris-Roubaix entre autres.

Dès la saison 1952 il a engrangé les succès dans les classiques corporatives, remportant plusieurs titres de champion interentreprises tout en continuant à gagner sur piste. Dès le début il fût attentif à mes participations ; il m’encourageait « accroches toi Grand Fusil » ! Moi dans mon rôle de « gregario » comme disent les italiens je lui passais ma roue lorsqu’il crevait. Peu à peu je me suis  hissé à son niveau… quelquefois ! Il était heureux je crois que je réussisse à vélo et dans la vie professionnelle.

Pieters 1

 

La vie ne l’a pas épargné : de nombreuses « gamelles » à vélo qui l’ont laissé couturé comme un vieux Sioux. Les deuils ne l’ont pas non plus épargné. Courageux à vélo, il le fut dans la vie : digne dans le malheur et réaliste dans le présent.

 

Mais si Jean avait un gros cœur de sportif, je peux dire qu’il a toujours eu un grand cœur d’homme. Sa valeur sportive, puis sa fonction professionnelle auraient pu le rendre imbu. Ce ne fut jamais le cas. Je ne puis citer ci tous les menus et grands services qu’il rendit à des proches en difficulté  notamment à la fin de leur vie. « C’est normal », répond  t’il lorsqu’on lui en parle « cela fait partie de moi-même ! » et il ajoute : « Effectivement que j’ai un beau palmarès à vélo mais celui auprès des filles n’est pas mal non plus ! ».

Sacré INDIEN  tu ne changeras jamais ! Longue vie à toi.

Quand on te connait bien, on ne peut que t’aimer.

 Aimé CALANDRI  

  Bon anniversaire Jean !

 

anniversaire JEAN bis

Merci beaucoup Aimé, pour cette magnifique description de Jean Pieters.

J'ajouterai qu'en plus de son oeil affirmé sur les jolies femmes, on lui connait un tempérament très taquin!

 

Lire la suite

11 septembre, Une journée mémorable par Antoine Eminian.

10 Septembre 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Antoine Eminian, écrit remarquablement des nouvelles. Inscrit depuis peu sur le rezo-bazar, Antoine nous fait partager  ici une courte nouvelle en mémoire du triste anniversaire des attentats du 11/09 contre les «  Twin Towers » de New York. Vous apprécierez le style, le sujet est traité avec humour et  aussi beaucoup de respect.

L'action se passe à New York

 

070501 NY 09070401 NY 04070201 NY 42070201 NY 44

Une journée mémorable

Tout s’était bien passé, le beurre avait été étalé avec succès sur la biscotte sans qu’elle ne lui éclate dans les doigts, puis la cuillère de miel avait nappé la tartine sans que le liquide sucré et épais ne lui coule sur la main ou ne s’égoutte sur la table. Satisfait de son ouvrage il contempla son festin un court instant avant de plonger l’objet de son désir dans son bol de café noir. La trempette fut courte mais suffisante hélas ! pour qu’alourdie par le poids du liquide, la moitié de la biscotte retombe dans le liquide alors que d’un geste rapide il se préparait en l’enfourner dans son gosier avide. Le choc brutal annula tous les aspects positifs de cette entame de petit-déjeuner. Le café violemment expulsé avait maculé sa manche de pyjama et le dessus de ses cuisses alors que sa main se cramponnant au morceau rescapé eut un effet inverse à celui recherché, la pression s’accentuant sur la tartine l’explosa en morceaux collants et gluants qui se répandirent sur la table, certains comme animés d’un esprit diabolique poussant le vice à rebondir sur ses genoux avant de s’écraser sur la moquette. Un voile de contrariété traversa son regard ; dieu merci ! Il était sous Euphytose depuis plusieurs semaines et il contint son exaspération mais il n’avait plus faim et son petit-déjeuner tourna court. Il se leva de sa chaise, écrasant et collant sous ses chaussons les éclats de biscotte répandus précédemment et se dirigea vers la cuisine avec le plateau maculé des restes de son repas matinal avorté. Le court trajet fit souffrir la moquette et l’arrivée dans la cuisine se fit dans les craquements de la biscotte collée sous ses semelles entrant en conflit avec le carrelage. La vaisselle fut torchée, le beurre et le miel rangés dans leurs placards avec brusquerie et les sols récurés avec une éponge qui y rendit l’âme. Il prendrait un café plus tard, dans un établissement dédié à la chose quand il sortirait.

            Légèrement agacé il entra dans la salle de bain.  La mousse parfumée et délicatement étalée sur ses joues lui rendit sa sérénité un court instant, jusqu’à ce que le rasoir ne lui arrache sournoisement un minuscule bouton dissimulé sous l’onctuosité blanche qui devint rapidement rouge. Abandonnant rageusement l’outil à lame au fond de l’évier il s’empara d’une serviette pour éponger l’hémorragie qui en prenait à son aise. Aussitôt le linge se transforma en une chose infâme et humide mêlant le sang et la mousse en une boue gluante qu’il jeta prestement dans le panier à linge sale en osier. Il s’engouffra dans la cabine de douche et s’abandonna au jet brûlant qui le purifia des souillures du couteau malintentionné. L’odeur du savon parfumé à l’huile de coco, la vapeur qui s’accumulait dans l’espace étroit, la chaleur apaisante et le ruissellement de l’eau reconstituaient inconsciemment un environnement prénatal qui l’apaisait. Malheureusement le temps passait et il dût interrompre cet instant de bonheur parfait et régénérant. Il décrocha le pommeau pour se rincer méthodiquement mais l’objet métallique dans sa main savonneuse lui échappa et s’abattit sur son arcade sourcilière qui ne put résister au choc. Une nouvelle fois le sang jaillit, en gros bouillons cette fois, inondant la cabine de flots moussus et rougeâtres qui disparaissaient dans la bonde sous ses pieds. Un remake d’un film d’Hitchcock pensa-t-il un court instant alors qu’il hurlait in petto sous le coup de la douleur soudaine. Le drap de bain lui aussi finit dans le panier en osier. Un sparadrap sous la gorge, un autre au coin de l’œil, une barbe mal rasée, son reflet dans la glace témoignait des combats qu’il avait livrés depuis son réveil. Ses collègues de bureau pourraient jaser toute la journée il n’en avait que faire.

            Séché mais amoché il entreprit de se vêtir,  pantalon,  chemise puis la cravate. Le nœud lui résista longtemps mais il s’y attendait. Néanmoins cette résistance farouche causa l’arrachement du bouton de col et il commença à s’énerver un peu. Le temps passant inexorablement il n’avait plus le loisir de changer de chemise et donc de cravate assortie qui l’aurait obligé à repasser par la séance du nœud. Il enfila sa veste, prit ses papiers et ses clés sur le guéridon de l’entrée ainsi que son attaché-case avant de quitter son appartement.

            Il appela l’ascenseur mais au bout de cinq minutes quand il constata que le voyant lumineux indiquait que la cabine stagnait au rez-de-chaussée, il se lança dans l’escalier dont il dévala les marches. Erreur funeste car dans sa hâte il avait mal fixé un  lacet et le gag éculé frappa encore ; c’est sur le ventre qu’il descendit les dernières marches. Le costume en avait souffert plus que lui, veste froissée et genou taché. Son calme fondait à mesure que les évènements fâcheux s’empilaient. Le portier le salua quand il émergea de l’immeuble non sans lui adresser un regard où l’étonnement se mêlait à la contrariété. Il ne l’avait jamais vu dans une telle tenue ; son allure négligée et son look général contrastaient avec l’image du cadre dynamique tiré à quatre épingles qui était la sienne habituellement. D’ailleurs tous les habitants de cet immeuble affichaient des manières et des moyens en harmonie avec le standing de cette résidence et le portier dans son uniforme impeccable était la vitrine de cette respectabilité et il entendait bien la faire respecter. Si cet incident de parcours devait se répéter il devrait aborder le sujet avec ce locataire.

063001 NY 05            Sur son injonction un taxi jaune se gara immédiatement devant le trottoir et s’engouffrant dans le véhicule il donna l’adresse au chauffeur, un Jamaïcain en dreadlocks qui écoutait en sourdine, dieu merci, une cassette de Bob Marley. Le véhicule s’engouffra dans le flot de circulation qui de Central Park ouest jusqu’au sud de Manhattan promettait d’être dense. Calé au fond de la banquette, il consulta son agenda électronique, un « cadeau » de la direction de son entreprise à tous les cadres supérieurs.

070201 NY 24 

070301 NY 02

 La boite ne lésinait pas sur les cadeaux quand sa rentabilité en dépendait se dit-il. L’alarme électronique lui indiqua que la réunion de direction allait débuter dans cinq minutes et qu’il y serait en retard. Arriver en retard à cette réunion extrêmement importante aujourd’hui puisque l’organigramme général allait certainement se trouver bouleversé, dans cet accoutrement pas très reluisant, l’excéda au plus haut point. Se penchant vers le conducteur il lui promit un pourboire alléchant contre une prouesse de conduite en milieu urbain. 063001 NY 24

L’œil du black s’alluma et le moteur ronfla ce qui obligea un livreur en vélo à faire un écart acrobatique tout en jurant contre ces cabs qui prenaient la ville pour leur jardin. Le chauffeur monta le son du lecteur de cassettes et les basses du reggae couvrirent tous les bruits venant de l’extérieur, « Rastaman vibrations oh ! yeah ! …. » hurlait Bob dans l’habitacle du taxi qui filait sur Broadway.

 070601 NY 05           Le cadran de sa montre indiquait la date du onze septembre 2001 et il était 8h45, la réunion venait de débuter ponctuellement comme toujours, il en était certain.

 C’est alors que levant les yeux vers le sud il aperçut comme tous les new-yorkais une immense fumée noire en provenance des tours du World Trade Center où se tenait cette foutue réunion dont il avait raté le début.          

 

  twins in fire

Bravo et merci Antoine, de nous avoir écrit cette Nouvelle à l'occasion de ce triste anniversaire.

Cet attentat restera longtemps gravé dans nos mémoires!

Lire la suite

Le roman « l'Architecte et sa Reine » écrit par Martine Mallein-Leguédois

6 Septembre 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Martine MalleinMartine Mallein réputée pour son intégrité et son sérieux lorsqu’elle travaillait au BHV et bien connue  par les Henrichemontais pour son investissement dans l'histoire de la Principauté de Sully, nous invite à une lecture-détente en publiant son premier roman historique, captivant et dramatique:

« l'Architecte et sa Reine ».

1ere couv architec reine

S de Brosse palais luxembourgElle nous entraîne à la suite de l'architecte Salomon de Brosse dont la vie bien remplie fut un long chemin prestigieux, souvent cocasse, riche en tribulations, mais aussi âpre et bouleversant.

Nous sommes au début des guerres de religion lorsque naît en 1571, le fils de Julienne Androuet et de Jean Brosse, ce petit-fils du grand architecte Jacques Androuet du Cerceau, connu pour son recueil de dessins des châteaux, maisons de plaisance, jardins intitulé « les Plus excellens bastiments de France», véritable recensement des belles demeures du XVIè siècle réalisé à la demande de Catherine de Médicis et Charles IX.

Ci-dessus :Salomon de Brosse au Palais du Luxembourg

L'histoire commence loin de Paris, à l'écart des premiers massacres entre Huguenots et Catholiques, au petit hameau de Mont-la-Ville qui se révèle, pour cette famille de protestants, un havre de paix.

Salomon de Brosse travaille dès son plus jeune âge avec son grand-père, Jacques Androuet du Cerceau, ses oncles et son père à la construction du château de Verneuil en Halatte en Picardie où il naquit.

chateau de verneuil coté entrée S DE Brosse gravure XVIIVerneuil en Halatte le chateau de S de Brosse 

gravure du Chateau de Verneuil en Halatte et le Chateau de Salomon de Brosse

St Gervais, St Protais

C’est le même homme dont nous avions parlé sur le blog qui de 1617à 1621 travailla sur le plan de la façade de l’église st Gervais-St Protais à côté du BHV. 

 Martine nous raconte  que des années plus tard, la vie de Salomon de Brosse, aux côtés de l'épouse d'Henri IV, Marie de Médicis, se révèlera particulièrement mouvementée lors de la construction du Palais du Luxembourg.

 St Gervais-St Protais ci-dessus

 Son talent apprécié par les Grands lui vaudra la mission de créer Henrichemont (Cher), la petite capitale protestante de Sully, près Berry. 

maison de Sully à Henrichemont

Henrichemont maison de Sully Nous en avions parlé récemment avec la sortie des premiers « Carnets d'histoire de la Principauté ».

Salomon de Brosse a réalisé une oeuvre gigantesque, c'est l'homme qui créa le lien entre l'architecture de la Renaissance et la 1ère partie du classissisme.

  Des exemples comme:

  Le Palais du Luxembourg créé à la demande de Catherine de Médicis, (ci dessous la nuit et le jour)

Palais luxembourg de nuit

palais luxembourg 2 

 

 

 

    le chateau de Blérencourt pour le duc de Gévres, les plans du Parlement de Rennes

 

 

vestiges Chateau de Blérancourt 1010038 (22)  parlement de Rennes

ou le palais des Princes à Sedan.

Sedan chateau des princesCette architecture prend un côté harmonieux, solennel, il ne laisse pas de place aux floritures ou au Baroque; Il privilégie les lignes droites, la symétrie, la rigueur géométrique, on se réfère aux oeuvres gréco-romaines.

 

Le roman : « L'Architecte et la Reine » est vendu au prix de 25 € + 5 € de frais de port. Vous apprécierez  cette lecture-détente  de Martine qui pourra aussi faire l’objet d'une promenade-découverte d'Henrichemont ; C’est le moment idéal avec les journées du patrimoine.

Vous pouvez  prendre contact avec Martine et Gérard, pour savoir comment vous le procurer. Courriel.  martinegerard.mallein@yahoo.fr

 

Martine nous fera la joie de nous sélectionner quelques extraits de son livre à paraître sur ce même blog,

Nous parlera t’elle de la famille: des  «Androuet du Cerceau » ou du chantier du Luxembourg  ou peut-être de la folle équipée de Marie de Médicis à Blois où l'architecte était venu lui construire un pavillon.

Surprise ! Surprise !

Le numéro 2  des Carnets de l'Histoire, (Nous avions déja parlé sur ce même blog du numéro 1) est paru :

« L'Urbanisme et l'architecture d'Henrichemont au XVIIe siècle»

Ce livret invite le lecteur à une promenade-découverte autour de la cité de Sully, et par là-même il permet de mieux appréhender l'urbanisme de cette ville nouvelle dont le concepteur fut vraisemblablement Claude de Chastillon, topographe, dessinateur, ingénieur du roi et à en détailler l'architecture conçue par Salomon de Brosse.  première de couv carnet 2

Renseignements par Courriel : martinegerard.mallein@yahoo.fr

C'est remarquable! C'est passionnant!  

L'Histoire  écrite par Martine Mallein-Leguédois, on adore!....

Lire la suite

Rencontre du Réseau-Bazar le 12 octobre 2010

3 Septembre 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Rencontres

Philippe Benadiner et les ambassadeurs de la région parisienne lancent une rencontre sur le thème : le meilleur de Paris sur la Seine.

IAN3242C'est donc en bateau, sur une "vedette de Paris " que s'effectuera cette rencontre.

Que vous soyez provincial ou Parisien, venez retrouver vos collègues autour d'un pôt de l'amitié. (Pour les provinciaux, il est encore temps de prendre des billets à tarif réduit)

Nous aurons la joie d'accueillir notre ami canadien Alfred Andrieu, qui a vécu une longue carrière au BHV. Les nouveaux Bordelais A & C Douchet seront bien sûr présents. Avec un peu de chance, certaines visites pourraient nous surprendre.

Cette rencontre aura lieu le 12 octobre à 17h45 précises: Heure de départ du bateau.

Prévoyez donc d'être là au moins 30 à 45 minutes avant, vers 17h.

Une terrasse est à votre disposition s'il fait beau.

C'est improbable, mais s'il devait pleuvoir, l'embarcadère est abrité, mais vous attendrez debout.

La participation demandée comprendra la croisière et une boisson : Kyr, Champagne ou 2 boissons non alcoolisées.

ORGANISATION

L'embarquement a lieu au pied de la Tour Eiffel.

"Les vedettes de Paris"

plan d'accès

La participation de 15 € par personne, sera envoyée de toute urgence, par chèque à l'ordre de : Philippe Benadiner et envoyé à son adresse :

1 bis rue Boileau

92500 Rueil Malmaison.

 Philippe devra recevoir les chèques, au plus tard le 1er octobre.

Merci de répondre au plus vite afin de faciliter l'organisation.(L'an dernier nous avons été génés par les grèves de courrier).

Appelez vos connaissances du réseau pour leur faire part de cette rencontre, certains lisent plus tard ce blog ou n'ont pas internet. IAN3148 BD

Transports :

Métro : ligne 6 : Station BIR HAKEIM

RER : Station CHAMPS de MARS

BUS : Lignes : 44, 69, 82, 87 arrêt Champs de mars ou

lignes 22, 30, 32, 63, 72 arrêt Trocadéro

Parking: Celui des vedettes de Paris a toutes les chances d'afficher "complet".

Attention les autres ne sont pas très prôches.

 A bientôt !

 

Lire la suite

Bientôt les journées du patrimoine :18 et 19 septembre 2010.

31 Août 2010 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

Si la rentrée rime avec travail,  elle ne doit pas nous faire oublier les bons moments à passer à sortir et découvrir votre région, le week-end!

Quelle chance avons-nous de vivre à proximité de belles villes, au patrimoine extraordinaire ! 

Venant de quitter Paris pour habiter près de Bordeaux, je suis émerveillée par la richesse et la beauté de cette dernière.

Le thème 2010 des journées du patrimone traite du sujet suivant :

1 Jours patrimoineLes grands hommes : quand femmes et hommes construisent l’Histoire

 Ce sont : des artistes, hommes politiques architectes, artisans, écrivains qui ont participé à la mise en valeur des monuments agissant ainsi à construire l’Histoire

C’est donc l’illustration de lieux ou monuments de notre patrimoine public ou privé : villes, villages, cathédrales, églises, châteaux marqués par l’empreinte «de ces grands hommes » que nous célébrerons.

Souvenez-vous les sujets traités sur le blog et dans le bulletin sur : les citadelles de Vauban, le château de Malmaison et Joséphine, la Cathédrale de Metz, l’Isle sur Sorgue, Dax, Nantes, le Pont du Gard, Carcassonne, Landerneau ou le Limousin etc…

Nous aurons une pensée admirative pour Martine Mallein Leguédois qui écrit et fait vivre remarquablement l’atmosphère d’Henrichemont sous Henry IV et Sully.

Nous aurons l’occasion de parler de son livre dans un prochain article !

Paris Pat Hotel de ville 01

Si la région d’Ile de France compte près de 3800 monuments historiques, la Bretagne en revendique 3000, tout comme la Normandie (Haute+ Basse)  et l’Aquitaine près de 2800.

L’année dernière : plus de 12 millions de visiteurs ont visités 16 000 sites ouverts en France lors des journées du Patrimoine.

Paris opéra

A Paris, les sites les plus visités furent : Le Musée de l’armée (aux Invalides), le Sénat  et le Palais de l’Elysée.

Nous vous suggérons quelques idées pour ce Week-end des 18 et 19 septembre :

Visiter des quartiers où vous aimiez vous retrouver .

A Paris :

HOTEL DE VILLE
Visite libre des salons, de la salle du conseil, du bureau du maire et de la crèche, samedi et dimanche de 09h30 à 18h30.

Paris Pat Hotel de ville 02

Paris pat VH MAISON DE VICTOR HUGO

Visite libre samedi et dimanche de 10h à 18h.
Visite contée « L’art d’être grand-père », d’une durée d’1h30, samedi à 10h et 11h30, inscription au 01 42 72 69 49.
6 place des Vosges Hôtel de Rohan-Guéménée 75004 Paris

www.musee-hugo.paris.fr

VISITE GUIDÉE : HISTOIRE D’UN QUARTIER PARISIEN, DÉCOUVRIR
Visite-conférence samedi et dimanche à 10h au tarif de 6 €/pers.
Rendez-vous à 10h, Place du marché Sainte Catherine 75004, parcours d’1h30 environ / Tél. : 0624912557

LA SORBONNE
Visite
libre samedi et dimanche de 10h30 à 17h30.
45 rue des Ecoles 75005 Paris / Tél.: 01 40 46 20 19
www.sorbonne.fr

GALERIES LAFAYETTE HAUSSMANN
Visite commentée sur le patrimoine architectural et artistique des galeries Lafayette, samedi de 11h à 18h (toutes les 30 minutes).
29 bis rue de la Chaussée d’Antin 75009 Paris
www.galerieslafayette.com/content/magasins/france/haussmann.html

PROMENADE « LE 10e EN POÈMES : PROMENADE GUIDÉE A LA DÉCOUVERTE DES POÈTES AYANT CHANTÉ LE 10e
Promenade guidée dimanche à 14h, limitée à 40 personnes.
Rendez-vous à La Bourse du Travail, 3 rue du Château d’Eau 75010 Paris / Tél. : 01 53 72 12 97

MUSÉE DE LA MUSIQUE
Visite libre samedi de 12h à 18h et dimanche de 10h à 18h.
Cité de la Musique 221, avenue Jean Jaurès – 75019 Paris / Téléphone : 01 44 84 44 84
www.cite-musique.fr
  

A Bordeaux

Bordeaux Temple Ha

Bordeaux St MichelVisites de l'orgue Dom Bedos à l’abbatiale Ste Croix,

 

de la basilique Saint-Seurin,

de l'Hôtel de Poissac,

 

 

 

du Temple du Ha, du quartier et de la basilique Saint-Michel, 

du Grand-Théâtre,

Bordeaux Gd Théatre

 du Palais Rohan (Hôtel de Ville),

Bordeaux Mairie

 de la tour Pey-Berland et de la Cathédrale Saint André et présentation de son grand orgue.

Bordeaux Cathédrale

Bordeaux Orgue stAndré

 Vous préférez le plein air : visites du Jardin botanique de  la Bastide, du cimetière de la Chartreuse et pourquoi pas : Visite de la Société d'horticulture, d'arboriculture et de viticulture de Caudéran .

Dans toutes les villes de France, vous trouverez une visite à réaliser sur notre patrimoine, renseignez-vous et prenez des photos.

Bon week-end de journées européennes du patrimoine.

Lire la suite