Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

2012 01 17 Cofinoga supprimerait des emplois...

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

Cofinoga s'apprête à supprimer des centaines d'emplois (presse) 

Lu sur Cbanque,  PARIS, 17 jan 2012 (AFP)

 

L'établissement de crédit à la consommation Cofinoga, filiale du groupe LaSer (Galeries Lafayette/BNP Paribas), s'apprête à supprimer "plusieurs centaines d'emplois" sur son site de Mérignac rapporte Les Echos dans son édition à paraître mercredi.

La société "souffre d'une baisse d'utilisation des crédits et d'une hausse des risques" (impayés), croit savoir le quotidien.

La Loi Lagarde, votée en 2010 mais dont les derniers textes d'application ont été publiés au printemps 2011, a profondément bouleversé le modèle même du crédit à la consommation en France.

Les établissements dont c'est la spécialité ont donc été contraints d'opérer une profonde mutation, toujours en cours.

Cofinoga est filiale de LaSer, lui-même contrôlé à parité par le groupe Galeries Lafayette et la banque BNP Paribas.

"Sans que cela soit forcément lié" aux suppressions de postes prévues, Les Echos indiquent également que deux des principaux adhérents du programme de fidélisation S'Miles, la SNCF et la banque Caisse d'Epargne, ont décidé d'en sortir.

Ce programme est commun à un groupe d'enseignes, dont Galeries Lafayette qui y associe Cofinoga, et permet de bénéficier d'avantage liés à des achats réalisés chez un des partenaires.

La SNCF et la Caisse d'Epargne étaient les seuls établissements membres de S'Miles à ne pas faire partie des groupes de distribution Galeries Lafayette ou Casino.

Lire la suite

2011 02 Fondation d'Art GL dans des anciens locaux BHV

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

 

Lu dans les échos.fr

Les Galeries Lafayette devraient créer leur fondation d'art avant l'été

21/02/11 | 07:00 | Martine Robert

Ecrit par  Martine ROBERT Journaliste

Voilà un moment que l'on en parle, mais cette fois le projet se précise. La fondation des Galeries Lafayette, qui fera le lien entre création contemporaine, mode et design, devrait être créée avant l'été. Un espace de 2.500 mètres carrés devrait lui être attribué au sein d'un ancien bâtiment du BHV situé dans le Marais, lequel pourrait ouvrir en 2013 ou 2014. La fondation est portée par Guillaume Houzé, directeur du mécénat et directeur adjoint du marketing des Galeries Lafayette. Ce collectionneur n'est pas seulement l'héritier d'une saga entrepreneuriale, mais aussi celui d'une réelle passion familiale pour l'art. Son arrière-grand-père et ses grands-parents collectionnaient les œuvres impressionnistes ou les artistes de l'école de Paris.

Guillaume Houzé soutient déjà la scène artistique française, via ses expositions « Antidote », organisées dans la Galerie des Galeries, au 1 er étage du magasin du boulevard Haussmann à Paris. Là encore, ce n'est pas une première puisque les Galeries Lafayette avaient accueilli en 1946 le Salon de mai. L'entreprise, qui a octroyé son soutien aux expositions de Mathieu Mercier et Didier Marcel au musée d'Art moderne de la Ville de Paris et à l'aventure versaillaise de Xavier Veilhan, est le sponsor principal de la Fiac et partenaire du Centre Pompidou.

A chaque exposition « Antidote », Guillaume Houzé a acquis les œuvres présentées. La dernière édition a élargi les accrochages à la scène internationale. A la tête de 250 œuvres, ce jeune dirigeant de trente ans envisage la fondation des Galeries Lafayette comme un laboratoire et un lieu de production autant que d'exposition, ouvert sur des partenariats européens dans le domaine de l'art, de la mode et du design.

MARTINE ROBERT, Les Echos

 

 

Tous droits réservés - Les Echos 2011

Lire la suite

2011 10 10 Qu'est devenu le BHV Rosny?

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

Lu dans la presse:

La Fnac double sa surface à Rosny 2

 

L’enseigne culturelle, présente depuis 2001, va emménager sur 4500 m2 à la place du BHV déco, aux cotés de Desigual, la marque de mode espagnole

 

Il va y avoir du changement au centre commercial Rosny 2.

Les anciens locaux du BHV déco, situé au niveau 1, ont enfin de nouveaux locataires, deux ans après le départ de l’enseigne. La Fnac va y ouvrir ses portes en avril 2012 tandis que la marque de vêtements Desigual accueillera ses clients à la fin de mois de novembre.

 Deux autres boutiques sont encore à commercialiser dans le même espace. 

 « Ces aménagements ont pris du temps car Unibail Rodamco a dû acheter les murs aux Galeries Lafayette  détaille-t-on à Rosny 2.  Ensuite, la Fnac a pris le temps de mener des enquêtes pour adapter son offre à la clientèle. » Le mail central sera ainsi prolongé pour permettre l’accès à l’ensemble de ces nouvelles offres.

source : Sébastien thomas | Publié le 04.10.2011. Le parisien

 

Lire la suite

2011 06 30 retraites complémentaires

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

Retraites complémentaires : plus de 350 millions d'euros de déficit en 2010

LEMONDE.FR avec AFP | 29.06.11 | 19h27

Les régimes de retraites complémentaires Agirc-Arrco des salariés du privé ont enregistré en 2010 un déficit global de plus de 350 millions d'euros, selon des résultats présentés mercredi 29 juin.

L'Arrco, régime de retraite complémentaire des salariés, a enregistré un résultat global excédentaire de 355 millions d'euros. Ce résultat global est obtenu après prise en compte d'un transfert financier vers l'Agirc (régime complémentaire des cadres) et des produits financiers du régime (plus de 1,5 milliard d'euros).

En ne tenant pas compte de ces transferts, le résultat de l'Arrco est déficitaire de 139 millions d'euros (contre un excédent de 900 millions d'euros en 2009). Cette dégradation est liée à une progression des dépenses du régime plus rapide que celle de ses ressources.

L'Agirc a de son côté enregistré un déficit global de 709 millions d'euros. Mais en ne tenant pas compte des transferts financiers en provenance de l'Arrco et des produits financiers du régime, le déficit enregistré par l'Agirc apparaît bien plus élevé, à 2,52 milliards d'euros en 2010 (contre 2,03 milliards en 2009).

Au total, le résultat global (après différents transferts) de l'ensemble Agirc-Arrco est donc déficitaire de plus de 350 millions d'euros en 2010.

Les partenaires sociaux, qui assurent conjointement la gestion de l'Agirc-Arrco, ont signé un accord en mars dernier pour tenter de limiter le creusement prévu de ces déficits dans les prochaines années.

Ce texte (que la CGT et la CFE-CGC ont refusé de signer) a notamment aligné les bornes d'âge des régimes complémentaires sur celles du régime de base après la réforme de novembre 2010 (reculs progressifs de l'âge légal de départ à 62 ans et de l'âge du taux plein à 67 ans à partir du 1er juillet 2011).

Il a aussi baissé le rendement du régime des cadres (ce que rapporte en termes de pension les sommes cotisées) et prévu que les rendements des deux régimes, en chute ces dernières années, seraient stabilisés jusqu'en 2015.

L'accord a aussi revu à la baisse les majorations de pension pour les familles nombreuses à l'Agirc et introduit un plafond de 1 000 euros par an pour ces majorations dans les deux régimes.

 

Lire la suite

2011 06 30 Agirc Arrco

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

 

 Agirc ARRCO

 COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 11 avril 2011

Retraite complémentaire Agirc et Arrco

Nouvelles valeurs des points de retraite Nouveaux salaires de référence

Conformément à l’accord du 18 mars 2011, les représentants des organisations syndicales et patronales réunis en Commissions paritaires le 11 avril 2011, ont décidé d’augmenter les valeurs des points de retraite Agirc et Arrco respectivement de 0,41 % (soit une moyenne annuelle de 0,49%) et de 2,11 % (soit une moyenne annuelle de 1,76 %) à effet du 1er avril 2011.

Elles sont portées :

- pour l’Agirc à 0,4233 €,

- pour l’Arrco à 1,2135 €.

 

Cette différence de revalorisation entre l’Agirc et l’Arrco est inscrite dans l’accord du 18 mars, qui prévoit un alignement des rendements* des deux régimes en 2012. Ceux-ci seront ensuite stabilisés jusqu’en 2015. Objectif : rééquilibrer la situation des deux régimes alors que le régime des cadres, au rendement un peu plus élevé, fait face à une situation financière plus difficile.

Les retraites versées trimestriellement au 1er juillet 2011 prendront en compte cette augmentation, ainsi que la régularisation due au titre de l’échéance versée début avril.

Concernant les salaires de référence ou prix d’achat du point, ils ont été augmentés de 2,2 % pour 2011, soit un montant :

- pour l’Agirc de 5,1354 €,

- pour l’Arrco de 14,7216 €.

 

*rendement brut effectif = valeur de service du point

salaire de référence x taux d’appel

CONTACT PRESSE

dc.presse@agirc-arrco.fr

 

 

Lire la suite

2011 05 21 Système U a racheté Telemarket

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

 

Système U a racheté Telemarket

 

 Antoine BOUDET, Les Echos, le 18/05/2011

 

Système U, le troisième groupementde commerçants indépendants français, a annoncé, hier, l'acquisition de « la totalité des titres » de la société Telemarket, pionnier de la vente en ligne de produits alimentaires sur Internet. Le montant de l'opération, bouclée le 13 mai, n'est pas précisé pour le rachat du cybermarché dont le chiffre d'affaires hors taxes, réalisé principalement en Ile-de-France, a atteint 49 millions d'euros en 2010 généré grâce à plus de 300.000 commandes par an.

Bien connu des Parisiens, Telemarket est à l'origine du premier supermarché à domicile lancé dans la capitale en 1983, via le téléphone puis le Minitel. Contrôlé par les Galeries Lafayette de 1989 à 2005, Telemarket a ouvert son premier site Internet en 1998.

Cherchant depuis 2001 à sortir du capital de sa filiale commune avec Monoprix et Casino, le groupe Galeries Lafayette a cédé Telemarket en 2005 à Roland Coutas, fondateur et ancien dirigeant du site de voyages en ligne Travelprice.fr, et Olivier Le Gargean, directeur général de Telemark, et depuis 2002 soutenus par les fonds d'investissement gérés par AGF Private Equity et Cita Gestion.

Telemarket, qui n'aurait jamais été bénéficiaire, était approvisionné depuis 2009 par la centrale d'achats de Casino, qui avait remplacé alors celle de Monoprix. « Du fait de cette acquisition, Telemarket bénéficiera du savoir-faire de l'enseigne en matière d'offre commerciale, de prix et de communication », explique Système U dans un communiqué.


Le marché parisien

Pour le groupe d'indépendants, ce rachat réalisé au travers d'Expan U, une structure dédiée au financement des reprises et filiale à 100 % de la coopérative, « s'inscrit en cohérence avec la stratégie multi-canal du groupement et contribue à son ambition de représenter 12 % de part de marché de la distribution alimentaire en 2015 ». En 2010, Système U avait une part de marché de 9,1 %.

Telemarket, rebaptisé U-Telemarket, sera présidé par Serge Papin, président de Système U. Tout en se félicitant, par ailleurs, du succès des U-drive (ces points de retrait d'ores et déjà accolés à quelque 380 magasins et permettant de retirer les commandes passées par Internet), il estime que cette acquisition va accélérer le développement de l'e-commerce dans le groupe et aussi permettre à Système U « d'attaquer le marché parisien ».

 

 

Lire la suite

2011 04 12 Articles sur les résultats GL-BHV 2010

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

 

3   Les Galeries Lafayette en pleine forme

Par Florentin Collomp
05/04/2011 |  Le figaro

 

Sortis de la crise, les grands magasins renouent avec la croissance. Et notamment celui du boulevard Haussmann dont les recettes ont bondi de 24%.

Le groupe Galeries Lafayette affiche une croissance de 8 % en 2010, ses ventes TTC au détail atteignant 5,47 milliards d'euros (le chiffre d'affaires consolidé hors taxes, qui exclut les ventes des stands en concession, atteint 4,9 milliards d'euros). Le groupe a dégagé un résultat opérationnel courant de 354,8 millions d'euros (+8,3 %).

La palme de la performance revient au navire amiral parisien du boulevard Haussmann: le plus grand magasin du monde a vu ses recettes bondir de 24 % l'an passé, grâce à une fréquentation touristique en hausse. Les établissements de province ont enregistré une croissance de 5 %. Au total, l'enseigne réalise un chiffre d'affaires de 2,8 milliards d'euros (+12 %).

En difficulté depuis plusieurs années, le BHV (489,5 millions d'euros) inverse la tendance. La chaîne déco progresse de 2,9 %, le magasin historique de la rue de Rivoli de 3,1 %.

Monoprix, détenu à moitié par le groupe Galeries Lafayette (à parité avec Casino), a vu son activité progresser de 4,6 %, soutenu par une politique d'expansion, notamment Monop et Naturalia. A périmètre comparable, la croissance atteint 2,5 % grâce à la bonne santé du rayon alimentation. Enfin l'enseigne d'horlogerie Louis Pion a connu une croissance de 4,8 %.

«Au premier trimestre 2011, l'activité du groupe poursuit sa progression active», précise Philippe Houzé, président du directoire.

 

Groupe Galeries Lafayette : une année 2010 positive

 Par Christine Galimant

06/04/2011 -  Fashion Daily News

 

Les magasins Galeries Lafayette ont surperformé l'an dernier avec une hausse de leurs ventes de près de 12 %. Toutes les enseignes du groupe ont enregistré une progression de leur activité, à l'exception de LaSer, le pôle crédit et services.

L'année 2010 a été placée sous le signe de la croissance pour le Groupe Galeries Lafayette. Le résultat opérationnel courant s'est apprécié de 8,3 %, à 354,8 millions d'euros tandis que les ventes au détail TTC se sont accrues de 8 %, à 5,47 milliards, soit + 7 % en comparable. L'activité des grands magasins Galeries Lafayette a été particulièrement soutenue puisqu'elle affiche une progression de 11,9 % portée par la performance « historique » du vaisseau amiral du boulevard Haussmann (+ 24,1 %). Les ventes dans les magasins de province affichent pour leur part une augmentation de 5,1 %. Le BHV a également enregistré une hausse de ses ventes de 2,9 % (+ 3,1 % pour le magasin de la rue de Rivoli, à Paris). Les enseignes du pôle montres Louis Pion et Royal Quartz ont renoué avec la croissance l'an dernier grâce à une hausse de 23,8 % de l'activité du luxe et des boutiques d'aéroports.
Quant à l'enseigne de magasins populaires Monoprix détenue à parité avec le groupe Casino, elle a vu ses ventes s'améliorer de 2,5 %. In fine, le chiffre d'affaires consolidé hors taxes du groupe (qui n'inclut pas notamment les ventes réalisées par les stands en concession ou en commission à la vente) présidé par Philippe Houzé s'est établi à 4,92 milliards d'euros (+ 3,8 %) : 4,12 milliards (+ 5,2 %) pour le pôle distribution et 797,4 millions (- 2,7 %) pour les activités de crédit et services de LaSer (détenu à 50/50 par Groupe Galeries Lafayette et BNP Paribas).


 

Challenges.fr   06 04 2011

Bond historique des ventes pour les Galeries Lafayette Haussmann

 

Le groupe Galeries Lafayette (Galeries Lafayette, BHV, Louis Pion, Monoprix, LaSer), non coté, a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires hors taxes en hausse de 3,8% à 4,9 milliards d'euros.

Le groupe Galeries Lafayette (Galeries Lafayette, BHV, Louis Pion, Monoprix, LaSer), non coté, a annoncé, mardi 5 avril, avoir réalisé en 2010 un chiffre d'affaires hors taxes en hausse de 3,8% à 4,9 milliards d'euros,.
Les activités de distribution ont progressé de 5,2% à 4,1 milliards d'euros, tandis que les activités de crédit et services de LaSer ont reculé de 2,7% à 797,4 millions d'euros.
Les ventes au détail TTC, qui intégrent les ventes réalisées par des stands en concession ou en commission à la vente, ont crû quant à elles de 8% à 5,47 milliards d'euros.
Pour la branche grands magasins (+10,2%), les ventes des Galeries Lafayette ont progressé de 12% à 2,86 milliards d'euros et celles du BHV ont engrangé une hausse de 0,7% à 489 millions d'euros.
A noter, le bond "historique" de 24% des ventes du magasin des Galeries Lafayette Haussmann à Paris qui "profite d'une activité touristique très soutenue".
Les ventes du groupe de distribution Monoprix, détenu à parité avec Casino, ont progressé de 4,6% à 2 milliards d'euros.

Celles de Louis Pion/Royal Quartz ont augmenté de 5,8% à 112,8 millions d'euros.
Le résultat opérationnel courant du groupe a atteint 354,8 millions d'euros, en hausse de 8,3%.

(Challenges.fr)

 

 

 

Lire la suite

2011 03 31 Léone Meyer offre un voilier pour les mousses

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

Source : Le télégramme.com  Bretagne

31 mars 2011 - par Stéphane Jézéquel

Mécénat. Un voilier pour les mousses

Léonne Meyer &mousses

«Moi aussi, un jour, j'ai eu la chance de ma vie», a expliqué aux mousses Léone Noëlle Meyer, héritière du groupe des GaleriesLafayette. Sans en dire davantage, la petite dame les a regardés droit dans les yeux en leur souhaitant bon vent sur le voilier qu'elle a mis à la disposition de l'École des mousses à Brest.

La vie de Léone Noëlle Meyer est un roman. Comment la petite orpheline d'une modeste famille juive émigrée à Paris a-t-elle pu se retrouver à la tête d'un des plus grands groupes commerciaux français? Elle a 3ans lorsque sa mère, son frère et sa grand-mère sont déportés en 1942, à Auschwitz. Elle ne les reverra plus. Miraculeusement, la petite Léone échappe à la rafle du Vel d'Hiv, est cachée jusqu'en 1944 avant d'être placée dans un orphelinat. En 1946, elle est adoptée, tout à fait par hasard, par l'épouse du président des Galeries Lafayette, groupe dont elle prendra les rênes un demi-siècle plus tard, aux côtés de 40.000 employés (Nouvelles Galeries, BHV, Monoprix, Cofinoga...).

Pas marin pour un sou

Les bateaux et la Marine lui étaient complètement étrangers. Léone Noëlle Meyer ne se souvient pas d'avoir eu un seul marin, ni même un militaire dans sa famille. C'est en lisant un article de presse sur le redémarrage de l'École des mousses, à Brest, qu'elle apprend que l'institution cherche à financer un voilier afin d'aguerrir et de fidéliser ses élèves. En priorité ceux que le système scolaire et le milieu familial n'ont pas favorisés, ces mousses à qui l'on tend la main pour un avenir meilleur. Sensible au concept, Noëlle Meyer joint immédiatement le Centre d'instruction naval (CIN) de Brest et passe une journée entière auprès des apprentis marins. «J'ai assisté à des cours, j'ai même suivi un entraînement au feu sur un bateau. J'ai essayé de sentir ce qu'il se passait dans cette école. Et ça m'a plu. J'ai vu que certains jeunes n'étaient manifestement pas issus des milieux les plus favorisés, qu'ils avaient une véritable chance à saisir». Convaincue, elle se retrouve, en fin de journée, dans le bureau du capitaine de vaisseau Bernard Riou. «Bon, de quoi exactement avez-vous besoin?». «D'un voilier!». «Oui mais de quelle taille?». «De quinze mètres pour embarquer une dizaine de mousses». «C'est bon, vous pouvez le commander!».

Grosse fortune, grand coeur

«Après un tel entretien, vous vous pincez pour vous assurer que vous n'avez pas rêvé», commente, un an après, le commandant du CIN. La capitaine d'industrie (aujourd'hui détentrice d'une partie de Publicis) a débloqué les fonds. La commande et les aménagements spécifiques du voilier pour embarquer douze personnes n'ont pas traîné. Celle qui, malgré sa fortune colossale, n'a jamais quitté la France et a continué d'y payer ses impôts (151millions d'euros réglés en 2006 après la vente de ses parts!) a enchaîné les actions humanitaires et de mécénat. Du temps où elle exerçait comme médecin pédiatre, elle multipliait déjà les opérations humanitaires dans les pays en crise, Colombie, Salvador, Cambodge, Mozambique, Birmanie... Et a participé à diverses campagnes de vaccination en Amérique du Sud et en Asie. «J'ai été marquée par la guerre civile au Cambodge», explique-t-elle sur le pont du voilier. «Cette violence insoutenable a été bien trop forte pour moi.Je me suis mise à aider les gens différemment». Mais à 70 ans passés, Léone Noëlle Meyer n'a rien perdu de sa ténacité. «Prenez votre destin en main! Faites le meilleur usage qu'il soit de ce bateau baptisé "Atout Chance". Et dites-vous que les plus belles chances ne se représentent pas deux fois dans une vie!», adressait-elle aux jeunes mousses prêts à larguer les amarres à bord de cet Ovni 495, un bijou mis à disposition pendant cinq ans, pour un budget total de 500.000€.

  • Stéphane Jézéquel

 

Lire la suite

2011 01 Vente du BHV Médical à Coubray

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

 

Lu sur Coubray.com

Outplacement : mon retour d’expérience.

07/01/2011

Fin 2009, j’ai quitté la Direction Générale des Éditions ATLAS. La séparation d’avec mon entreprise de 13 ans s’est passée entre adultes consentants. Ses responsables ont fait preuve d’équité.

Au titre des conditions de départ, j’ai bénéficié d’un accompagnement en transition de carrière, un outplacement.

Via Astremis, je viens de reprendre le BHV Médical. Je commence une nouvelle étape de vie professionnelle.

Nous sommes environ un an après le début de mon outplacement. Je souhaite partager cette expérience, vous dire ce que sont pour moi les valeurs ajoutées d’un tel service et de manière déterminée les recommander.

Au moment de publier ce post, j’ai conscience de mon statut de privilégié. J’étais cadre dirigeant. J’étais en situation de construire avec mon ancienne entreprise mes conditions de départ.
Toutefois, ce type de service tend à se généraliser. Il est offert à de nombreuses catégories de salariés. Il peut même être apporté dans le cadre de l’accompagnement Pôle Emploi. Il est donc intéressant de dire ce que sont ces avantages et comment on peut en tirer parti au mieux pour construire sereinement sa suite de parcours professionnel. Témoignage.

Une condition préalable : choisir son partenaire

J’ai choisi mon partenaire. J’ai eu la chance de pouvoir comparer plusieurs sociétés prestataires : Altedia, Groupe 3C, Leroy Consultants (groupe BPI). C’est cette entité que j’ai sélectionnée.

Les méthodologies et les services sont proches. Ce qui fait la différence ce sont les hommes qui animent les entités, ceux qui nous aiguillonnent.

J’avais donc posé une condition : rencontrer mon futur consultant. Je voulais choisir une société, une méthodologie et surtout un partenaire humain. J’attendais de cette personne qu’elle m’apporte son expertise mais surtout que sa psychologie soit à même d’aller au choc constructif avec la mienne. Chez Leroy Consultants, j’ai donc collaboré avec Francis Girard. Le partenariat a produit les effets escomptés : constructifs, stimulants.

Si vous passez par une telle phase, demandez à choisir votre consultant. Suivant votre profil, osez le partenaire à même de vous stimuler pour vous faire découvrir de nouveaux horizons personnels et professionnels.

4 valeurs ajoutées de l’outplacer pour faciliter votre recherche

Le business model de ces sociétés repose sur la durée la plus courte de présence de votre part dans leurs effectifs. Bien souvent, elles facturent un forfait. Moins vous restez, moins vous consommez, en particulier du temps homme, plus elles margent.

Elles déploient donc des valeurs ajoutées, des services pour vous faire sortir le plus vite possible.

Jouez le jeu : consommez tout ce qu’il vous faut pour séjourner juste le temps nécessaire à la réalisation d’une étape suivante à même de vous rendre heureux.

Après ce passage, j’identifie 4 valeurs ajoutées principales.

Valeur ajoutée 1 : le métier de l’outplacer, son quotidien, est notre exception

Avant cet épisode, je n’avais jamais connu Pôle Emploi, sauf mon premier poste, je n’avais jamais cherché de travail. Je ne disposais donc d’aucune expérience, encore moins d’expertise en cette matière.

Ce sujet, exceptionnel pour nous, est le quotidien du coach.

Souvent les consultants ont une longue expérience en la matière. Toujours, ils ont mis au point des outils pour aider leurs clients à passer au plus vite à l’étape suivante.

La collaboration est donc intrinsèquement vertueuse. Vous êtes engagé avec un tiers qui détient un savoir-faire sans équivalent avec le vôtre.

Son métier est notre exception. J’ai donc décidé de tirer parti avec confiance, j’ai accepté l’expertise et les figures imposées qui vont avec.

En début d’accompagnement, j’ai fait mes devoirs : administration de questionnaires tiers, « parcours de réflexion pour agir ». Pendant environ 3 semaines, j’ai rédigé un document de référence. Son objectif était de faire le point sur mon parcours, mes réalisations, mes aspirations pour finalement dégager un scénario d’avenir et une façon de le communiquer.

Je suis devenu le produit à vendre pour lequel j’établissais un SWOT, une stratégie de lancement, un plan de communication.

Dans cette phase de définition de l’offre, la valeur ajoutée de l’outplacer est pleinement perceptible.

Ensuite, et seulement à partir du moment où l’objectif était clair, je suis parti en prospection. À compter de ce moment, je suis passé en mode « business development ». L’outplacer m’a alors aidé en fournissant quelques sessions d’entraînement à la présentation et surtout en me servant de miroir à quelques moments clefs de ma démarche. Dans cette phase, le consultant est un tiers spécialisé avec lequel vous pouvez dialoguer pleinement. Je n’avais pas d’autre interlocuteur avec qui pratiquer ce type d’échange.

Valeur ajoutée 2 : des modules d’accompagnement, des services associés vous aident dans votre démarche de prospection

Les supports au diagnostic évoqués ci-dessus, des modules de formation individuels et/ou collectifs (communication, préparation à l’entretien et/ou à la prise de parole en public, pratique du réseau…) font partie de l’offre de services des sociétés spécialisés dans l’accompagnement des salariés en transition. Ces formations sont autant de moments supports à la réalisation de votre nouvel objectif de vie. Là aussi, identifiez le catalogue des formations et sessions proposées, partagez avec votre consultant sur celles à valeur ajoutée pour vous et profitez.

Ayant choisi de me concentrer à 100% sur la reprise d’entreprise, j’ai finalement assez peu consommé les modules standards destinés recherche d’emploi. Par contre, j’ai profité pleinement d’un service apporté par Leroy Consultants : un club de repreneurs. Animé par Alain Bloch et Marie-Hélène Boyer-Duberga, ce groupe fédère un ensemble de personnes en recherche d’entreprise à reprendre. Ceux qui le souhaitent ont accès à la formation d’HEC Entrepreneurs. Tous se retrouvent une fois par mois pour échanger autour des meilleures pratiques en matière de reprise d’entreprise. De tels services sont les clefs de succès d’un projet de transition.

En toutes ces occasions, vous rencontrez d’autres personnes dans la même situation que vous. Vous partagez sur vos réalités et vos façons de traverser au mieux la période de transition. Vous n’êtes pas seuls.

Valeur ajoutée 3 : la documentation est une fenêtre sur vos secteurs et entreprises cibles

Parmi leurs services, les sociétés importantes d’outplacement apportent l’accès à une documentation professionnelle. Animé par des documentalistes professionnelles, ce service vous met à disposition des ressources documentaires clefs : études de marchés, bases de données entreprises et personnes, presse professionnelle…

Au moment de s’aventurer vers de nouveaux horizons, le balisage de l’itinéraire futur aide à la prise de décisions.

Valeur ajoutée 4 : les infrastructures de l’outplacer peuvent être votre nouveau bureau

Mon domicile est inadapté à une pratique professionnelle. Mes 3 enfants sont plein de vie et encore heureux de me voir. Il en est de même pour mon épouse. Dans les premiers temps, j’ai essayé le bureau à domicile. Mon rythme, mon besoin de silence, souvent d’isolement pour réfléchir ou téléphoner n’allait pas avec les mouvements familiaux.

J’ai donc trouvé les box mis à disposition des outplacés, la salle de documentation adaptés à mon besoin.

Pendant notre période de recherche, nous avons enchaîné 8 à 10 rendez-vous par semaine. Entre deux rencontres, j’utilisais donc les infrastructures de Leroy Consultants comme une base arrière. Sur place, je disposais des ressources nécessaires à un travail de bureau : poste de travail, téléphone, connexion internet, documentation.

Être sans emploi est un métier à plein temps

Pendant toute ma période de recherche, j’ai considéré que mon travail était de me créer le métier suivant. Dans un tel contexte, je partais le matin et rentrais le soir comme à l’accoutumée. Je déployais la même énergie à mon service qu’à celui de mes employeurs précédents.

Une fois l’objectif clair, reprendre une entreprise et exploiter mes savoir-faire en relation directe au client, mon métier consistait à identifier, négocier, reprendre la société cible.

Mon partenaire outplacer n’a jamais pris la plume, le téléphone… pour moi. Il n’a jamais cherché à ma place. Il était seulement mon conseil. Sa fonction a été de m’aider à progresser à travers les étapes de mon itinéraire personnel. Pour vivre une période inédite, j’ai été appuyé par un expert. Je le remercie de son soutien. J’invite toute personne qui vit une telle phase à chercher la manière de profiter d’un tel support.

 

Lire la suite

2010 11 Monoprix en Syrie et au Liban

26 Avril 2013 Publié dans #Lu dans la Presse

 

 

Lu dans France-Moyen Orient

publié le 2 novembre 2010

Le groupe Monoprix annonce la signature d’accords de franchise avec le groupe ADMIC en Syrie et au Liban

Communiqué de presse

Monoprix poursuit son développement à l’international en signant des accords de franchise avec le Groupe libanais ADMIC pour les territoires du Liban et de la Syrie, avec une extension possible en Jordanie. Le premier magasin Monoprix issu de ce partenariat a ouvert le 24 septembre 2010 à Damas en Syrie.

Ces accords, signés pour une durée initiale de 10 ans, fondent un véritable partenariat reposant sur la connaissance des marchés locaux et l’expérience internationale d’ADMIC, d’une part, et la performance des concepts commerciaux, le dynamisme des marques propres et le savoir-faire de Monoprix en matière d’assortiment et d’organisation des magasins, d’autre part. ADMIC exploitera un parc de magasins Monoprix et Monop’ en exclusivité dans les pays concernés, selon un plan de développement concerté. Des produits alimentaires et non-alimentaires, aux marques propres de Monoprix, y seront commercialisés. Le groupe Monoprix accompagnera ADMIC depuis la conception des magasins jusqu’à leur exploitation. Un premier magasin Monoprix à prédominance alimentaire a ouvert le 24 septembre 2010 à Damas, capitale de la Syrie. Un second ouvrira à Alep, dans le nord du pays, fin octobre 2010. Avec le rachat de Naturalia en juillet 2008 et le fort développement de ses enseignes en France1, Monoprix poursuit sa stratégie de croissance et fait de l’international un axe de développement. Les enseignes du groupe sont déjà présentes, avec plusieurs partenaires, en Tunisie, en Andorre, à l’île Maurice et demain au Qatar.

A propos du groupe Monoprix :

Leader du commerce de centre-ville, Monoprix est présent dans 85% des villes de plus de 50 000 habitants. Le groupe possède près de 400 magasins et compte près de 20 000 collaborateurs. Son chiffre d’affaires en 2009 était de 3 665 M€ HT consolidé (Normes IFRS). Le groupe Monoprix est détenu à 50/50 par les groupes Galeries Lafayette et Casino.

A propos du groupe ADMIC :

Le groupe ADMIC a développé au Liban, aux Emirats Arabes Unis et en Syrie, de grands magasins avec le groupe Galeries Lafayette sous les enseignes, BHV, Monoprix et Galeries Lafayette. Le groupe Admic, aussi propriétaire du plus grand centre commercial au Liban, Le Citymall, consolide son développement sur les pays du Levant et les EAU en développant des chaînes de magasins spécialisés avec le groupe Galeries Lafayette dans le commerce du détail et des centres commerciaux.

Lire la suite
1 2 > >>