Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

2012 03 01 Plus de 200 reclassements pour les salariés de Cofinoga

1 Mars 2012 Publié dans #Lu dans la Presse

Plus de 200 reclassements pour les salariés de Cofinoga

Lu sur Aqui.fr, le site d'Informations Régionales de l'Aquitaine et de bien au-delà. 

http://www.aqui.fr

Rédacteur : Nicolas César

 Mardi 28 février, une table ronde a été organisée entre la direction de Cofinoga, les syndicats et des élus locaux autour du préfet de la Gironde. Fin janvier, la direction de LaSer Cofinoga, détenu à parts égales par BNP-Paribas et Les Galeries Lafayette a annoncé la suppression de 433 postes, dont 397 à Mérignac, justifiant sa décision par "une situation de crise économique sans précédent" et "des évolutions législatives" défavorables au crédit à la consommation. Une annonce qui a suscité une vive inquiétude sur l'impact de cette décision sur l'économie régionale. Cette réunion a permis d'apprendre que 250 postes de reclassements vont être proposés aux employés de Cofinoga.

Les salariés du site girondin vont bénéficier d'environ 250 offres de reclassement, alors qu'une centaine de salariés seraient prêts à un départ volontaire, a annoncé mardi le préfet de Gironde, Patrick Stéfanini. Trente postes de reclassement en interne sur le site de Mérignac ont été proposés, 50 dans des entités des Galeries Lafayette, 130 dans des entités de BNP-Paribas, dont 40 à Mérignac et l'agglomération bordelaise, a détaillé le préfet. Quelque 10 à 20 salariés pourraient être également embauchés dans deux entreprises locales. A noter, que le préfet de la Gironde a indiqué qu'il s'entretiendrait prochainement à Paris avec des responsables des deux actionnaires pour leur demander "d'élargir leur proposition de reclassement". "Il s'agit de faire en sorte que les employés retrouvent un emploi, que cela soit chez les actionnaires, chez nous ou dans d'autres entreprises", a confirmé Raffaele Cecila, directeur général délégué de l'entreprise.

 

250 reclassements

"C'est une première base mais on sent encore qu'il y a d'un côté la rentabilité et le profit et, de l'autre, des suppressions d'emploi que nous ne voulons pas", a réagi Jacques-Olivier Drouard, délégué syndical CGT. En outre, le préfet a précisé qu'un "certain nombre de salariés souhaitaient quitter l'entreprise, parfois depuis plusieurs mois", évoquant "une centaine de personnes", un chiffre qui n'était toutefois pas confirmé par les syndicats. Une mission d'accompagnement de ces salariés a été confiée à la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation du travail et de l'emploi) qui s'appuiera sur le dispositif Afpa transition. Un dossier, que les élus et syndicats vont suivre de près.

                                                                                                                          Nicolas César

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article