Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Articles récents

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°32 La France de 1920

7 Février 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Si vous avez manqué les articles précédents " le BHV à travers l'histoire"  vous pouvez les retrouver dans la catégorie "BHV d'hier". 

La guerre est finie mais les stigmates sont présents : le ravitaillement est encore difficile, et des grèves éclatent en janvier dans les transports et chez les cheminots en février.

Un nouveau Président « Paul Deschanel » est élu dans ce contexte, il a battu  "le tigre" G Clémenceau.

Ce président fera un court mandat. Malade, il perd l’équilibre en ouvrant une fenêtre d’un train et tombe sur la voie. A la mi-septembre, suite à son état de santé, il démissionne et son ancien Ministre Alexandre Millerand, à la présidence du Conseil, le remplacera.

La France doit faire face à une crise économique liée à la reconversion de son industrie.

Le climat social est tendu : Inflation, Hausse des prix et perte de pouvoir d’achats.

 Le petit journal exprime en images avec un humour caustique les étrennes  1920 ! Augmentation des tramways, autobus et métro, des chemins de fer,  du timbre des télégrammes, du tissus et du cuir et surtout les impôts,

Une semaine plus tard le petit journal ajoute par quelques dessins moqueurs, des remèdes contre la vie chère!....

   Ne gaspillez pas le pain, mettez de l'eau dans votre vin, fumez moins, même plus du tout, contentez-vous d'un seul plat, faîtes retaper vos vieux vêtements, privez-vous des plaisirs superflus, renoncez aux voyages de pur agrément, faîtes ressemeler vos vieilles chaussures !

Des grèves sporadiques seront suivies par les fonctionnaires en mars, les mineurs, en avril, puis ceux du Bâtiment et de la métallurgie, du gaz et de l’électricité en mai.

Les grèves des cheminots commencées en février  paralysent les transports pendant plusieurs semaines, du 9 mai au 5 juin. Avec son caractère révolutionnaire, la CGT tentent de déclencher de nouvelles grèves avec les cheminots, mais le gouvernement ne lâche rien à Léon Jouhaux leader CGT, (Pour conduire les trains, le gouvernement Millerand fait appel à l’armée ainsi qu’aux élèves des grandes écoles et à certains citoyens.)

 La grève est brisée ;(200 000 cheminots furent révoqués).

Le 22 mai, la CGT est donne l’ordre de reprendre le travail

L’échec de ce dernier mouvement a bien affaibli le syndicalisme. Pour la confédération, cet échec est lourd de conséquences. Le nombre des adhérents va diminuer sensiblement. La CGT sera finalement scindée en 1921.

Aucune politique familiale :

Le constat est accablant, la France n’a plus assez de jeunes et le taux de natalité est descendu en dessous d’un enfant par foyer ; pourtant aucune politique de natalité sera mise en vigueur, seule une loi interdisant la vente de matériel contraceptif et sa propagande sera votée !...

Dans le monde artistique :

En littérature, on citera : Chéri de Colette, la Relève du Matin de Montherlant et Cimetière Marin de Paul Valéry et pour les enfants le journal de Lisette.

En peinture, architecture, nous sommes en plein Dadaïsme, dont Marcel Duchamp fera partie.

Dans le monde du commerce

Même si les moyens sont difficiles, les clients sont pris d’une frénésie d’achats. Les grands magasins sont là pour y répondre.

Les secteurs équipements de la personne et de la maison et loisirs se développent bien. 

Affiche atelier Jean Andres

Mais l’espace dédié à la femme  est de loin le plus diversifié. La femme affirme de plus en plus son indépendance.

Les clientes qui fréquentent ces lieux magiques deviennent des mannequins par leur élégance et poussent les femmes au foyer vers cette émancipation. Les robes sont plus courtes  et les femmes se font couper les cheveux.

 

La Samaritaine crée un rayon d’alimentation non périssable. Tous les grands magasins se lancent dans la vente par correspondance.

Pour les nouveau-nés, on arrête d’emmailloter  serré et de faire porter des robes aux filles et aux garçons jusqu’à l’âge de deux ans. On tricote… aux aiguilles…brassières, culottes… Et voilà la grande décision ! Le bleu sera pour les petits gars et le rose pour les filles !

Dans le commerce, apparaissent les premières sucettes au caramel emballées qui précéderont les premiers bonbons emballés.

Au rayon jouets, on découvre les baigneurs en celluloïd.

Il existe un écart important entre l’invention d’un produit et sa mise en vente sur le marché.

Le modernisme, l’objet industriel, l’électroménager va s’introduire que petit à petit dans la vie quotidienne des foyers. Le fer à repasser devient électrique et le moteur remplace la manivelle !

A bientôt !

CD

Lire la suite

Visites guidées 1er semestre 2020 avec Didier Bouchard

5 Février 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture

Le  06/ 02 Réédition du programme suite à des modifications de dates et ajouts

( voir en rouge ci-dessous)

Nous sommes heureux de retrouver notre guide Didier Bouchard pour des visites guidées remarquables en ce 1er semestre 2020 à Paris. Regardez ce programme, il y en a pour tous les goûts artistiques. N'hésitez pas à le contacter, pour les parisiens et les provinciaux qui passent à Paris.

Conférencier national, diplômé de l’institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne. Ancien élève de l’école du Louvre

Boite 17 bât. D, 8, rue cannebière   75012 paris. Tel: 06 43 63 35 73

Conferences.bouchard@orange.fr

 

 Jeudi 9 janvier

15h exposition « le Douanier Rousseau, Séraphine, et les peintres naïfs » au musée Maillol.

Sur inscription préalable  (accompagnée d’un numéro de téléphone)  au 06 43 63 35 73.

RdV. 61 rue de grenelle. 11€+entrée

En cas de poursuite de la grève a la RATP, report possible à la dernière semaine de janvier

 

 

 

 

 

Vendredi 10 janvier

17h45 exposition El Greco, au Grand-Palais. Quelques places.

Se renseigner au 06 43 63 35 73

 

Mardi 14 janvier

15h30 exposition « le Douanier Rousseau, Séraphine, et les peintres naïfs » au musée Maillol.

 Sur inscription préalable  (accompagnée d’un numéro de téléphone)  au 06 43 63 35 73.

 RdV. 61 rue de grenelle. 11€+entrée .quelques places seulement

 

Mercredi 15 janvier

11h30 et 14h30 exposition « Degas et l’Opéra » au musée d’Orsay. (6 personnes maximum – et minimum) sur inscription préalable, au 06 43 63 35 73, et sous réserve de confirmation.

RdV. à l’entrée de l’exposition, billet pris.

12€+entrée

Samedi 25 janvier

15h l’atelier de Guillaume Dubuffe (musée  Henner), et ses récentes restaurations. Un atelier de peintre mondain dans la plaine monceau, l’œuvre méconnue de Jean-Jacques Henner.

Salon mauresque, jardin d’hiver ; évocation de Sarah Bernhardt et de la belle Otéro.

 RdV. 43 av. De Villiers. 11€+entrée 20 pers.)Quelques places, sur inscription  au 0143070969

 

 

Mardi 28 janvier

15h30 les fastes de l’hôtel Gaillard (1882) et la cité de l’économie de la banque de France. Décors intérieurs (boiseries gothiques et renaissance en remploi, salle des coffres entourée de douves etc.) Et muséographie de Citeco + collection numismatique de la Banque de France. Il reste une ou deux places. Se renseigner au 06 43 63 35 73

11€+entrée

Samedi 1er février  (sous réserve de confirmation)

15h le château de Saint-Ouen : une villa palladienne aux portes de paris (1821, décor intérieur). Evocation de Zoé du Cayla, la dernière favorite royale. L’affaire Favras : un secret de louis XVIII.

RdV. Sortie du métro mairie de Saint-Ouen, côté mairie.11€. Sur inscription au 06 43 63 35 73, accompagnée d’un numéro de téléphone

Mardi 4 février

15h45 exposition Luca Giordano, la gloire du baroque napolitain, au musée du Petit Palais.

 RdV. Entrée des groupes. Quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

vendredi 7 février (2éme visite

15h45 exposition Luca Giordano, la gloire du baroque napolitain, au musée du Petit Palais.

 RdV. Entrée des groupes. Quelques places sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

Vendredi 6 mars : 11h30 et 15 h : additif à la liste initiale)

Exposition Otto Wagner, le Maître de l'Art-Nouveau Viennois ala cité de l'Architecture et du patrimoine.

Architectures, peintures Mobilers et objet d'Art.

RdV 1place du Trocadéro

12€+entrée

 Inscription. Au 06 43 63 35 73

Mardi 10 mars (prévu initialement le 25/ 02 /2020

15h salon impérial, chapelle et jardin de la fondation Eugène-Napoléon, ou « le collier d’Eugénie ». Et cour de l’industrie restaurée architecture d’Hittorff (1856), mobilier, portraits de Napoléon III et Eugénie, fresque de Barrias, histoire de la « maison du collier »

 RdV. 254 rue du faubourg-Saint-Antoine. 11€+entrée. Carte d’identité.

 Inscription. Au 06 43 63 35 73

Mardi 24 mars

15h exposition Cézanne et les maîtres, rêve d’Italie, au musée Marmottan.

RdV. 2 rue louis Boilly. Sur inscription au 06 43 63 35 73, confirmée par l’envoi du règlement

11€ + entrée.

Mercredi 1er avril

15h45 exposition « La vie moderne » au musée d’Art-Moderne de la ville de Paris.

(Nouvel accrochage, histoire du musée, classiques modernes de Derain, Picasso, Braque, Delaunay, Foujita, etc. Puis la fée électricité de Dufy.

RdV. Sur inscription au 06 43 63 35 73, (11€ +entrée)

Jeudi 2 avril

14h30 le musée Pissarro (œuvres de Camille et Lucien Pissarro et de leurs amis) à  Pontoise,

et la cathédrale saint-Maclou (importante mise au tombeau Renaissance)

Sur inscription au 06 43 63 35 73. 18€+entrée

 

Samedi 04 avril :

15h :  le château de Saint-Ouen : une villa Palladienne aux portes de Paris (1821, décor intérieur).

Évocation du Zoé du Cayla, la dernière des Favorites royales. L’affaire Favras : un secret de louis XVIII.

Rdv. sortie du Métro mairie de Saint-Ouen, côté mairie.

12€. Sur inscription au 01 43 07 09 69

Jeudi 16 avril

14h30 une visite par an : les salons 17e et 18e  de l’Hôtel du Grand-Maître de l’artillerie, bibliothèque de l’Arsenal. Plafonds peints et  boiseries rocaille.

RdV. Métro Sully-Morland, côté rue de Sully.15 pers. (12€ +entrée 2€). Sur inscription au 0143070969 confirmée par l’envoi du règlement.

Vendredi 15 mai

15h15 le musée de Rodin de Meudon (villa les brillants : important ensemble de sculptures de Rodin, mobilier, tableaux, jardin et tombeau  de Rodin

RdV. Sur inscription au 06 43 63 35 73. Tarif 16€+entrée

 

Jeudi 28 mai

14h30  Cloître-mémorial de l’incendie du Bazar de la Charité, chapelle baroque et cathédrale Arménienne.

RdV. 23 rue Jean Goujon. 11€+entrée

Sur inscription au 06 43 63 35 73

 

Mercredi 10 juin

14h30 exposition Turner au musée Jacquemart-André.

(Unique visite) sur inscription au 06 43 63 35 73, confirmée par l’envoi du règlement.

11€+entrée

 

De belles expositions pour une belle année 2020 !...

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°31 La France de 1919

31 Janvier 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Nous voici en 2020... nous reprenons le BHV à travers l'Histoire là où nous l'avions laissé en 2019.

Voici Les grands magasins, à la fin de la guerre,  en 1919.

CD

 En janvier 1919 commencera la Conférence de la Paix en vue du Traité de Versailles, Il sera signé en juin 1919. Il oblige l’Allemagne à rendre l’Alsace et la lorraine, laisser son armement  et à payer des dommages de Guerre.

Le 14 décembre 1918, le président démocrate américain Wilson arrive à Paris. Il recherche la Paix et un désarmement mondial. La foule parisienne l’acclame. Il rencontre  « le Tigre » : Georges Clémenceau.

 

 

Discours du Président Wilson le 23 février 1919 « ... Nous savions, avant cette guerre, que la France et l’Amérique étaient unies par des liens d’affection….  : « Nous pourrions, si nous arrivions à nous faire entendre par les peuples libres de l’univers, emprunter le langage du général Pershing, et dire : ‘‘…nous sommes ici vos amis... Nous allons faire un monde pour vous dans lequel il fera bon de  vivre et au milieu duquel toutes les nations pourront jouir de l’héritage de liberté que la France et l’Amérique et l’Angleterre et l’Italie ont si chèrement payé ! »

Très difficile année, il faut se remettre au travail des champs, pour nourrir la population. A Paris, il y a pénurie : charbon, cigarettes, alimentation. Le coût de la vie a beaucoup augmenté, les salaires sont basés sur ceux de 1914 et le retour des soldats démobilisés a multiplié par huit le chômage.

Les usines d’armement se reconvertissent : Citroën arrêtera la fabrication d’obus et Peugeot, celle de ses moteurs d’avion. Toutes deux se consacreront à l’automobile.

Un mouvement humanitaire mérite d’être cité : La femme du banquier américain JP Morgan est bouleversée et crée au château de Blérancourt dans l’Aisne : Le comité Américain pour les Régions Dévastées. 350 volontaires américaines aident au logement, à la santé et à l’éducation.

Le 25 mars 1919 : loi sur les conventions collectives. C’est un progrès social, mais la convention ne s’applique qu’aux signataires : 557 entreprises en 1919 et 845 en 1920 !

Le 31 mars, la loi sur les pensions de guerre est votée. Pour avoir le Statut de Veuve de guerre, encore faut-il prouver le décès de son défunt mari militaire. Elles parcourent les cimetières, les fosses communes, les champs de bataille … La pension versée sera de 800 F + 1 machine à coudre.

A propos des femmes… Sans avoir encore le droit de voter, elles pourront passer le Bac !!!

Pour les enfants, l’état recueillera et s’occupera des enfants orphelins jusqu’à leur majorité. (Pupille de la nation)

Le 23 avril 1919, la journée de 8 h est votée au parlement, assortie d’une durée du travail de 6 jours maximum par semaine ;

Le 27 avril, parait la Loi sur les dommages de Guerre ;

On calcule les dommages, mais dans la zone rouge (l’Aisne est le département le plus meurtri) comment ne pas réagir devant 120 000 ha de terres dévastées, témoignage de la barbarie ennemie...

Il faut décontaminer les plans d’eau et le sol jonchés de cadavres humains et d’animaux. Il faut ôter les munitions non explosées. Tout est à reconstruire : Ecoles, mairies, Eglises. On voit la population qui avait fui, revenir là où ils habitaient, et s’abritaient dans des cabanes en bois, en tôle ou des troglodytes.

 L’état de la cathédrale de Reims, dont nous avons parlé est un « Crime contre la Culture ».

Le 24 juin, une Loi sur les réparations aux victimes de guerre est votée. On crée l’Office des Mutilés de Guerre, on leur verse une pension d’invalidité. Ils sont aidés par toutes sortes de prothèses, afin de pouvoir retrouver une vie acceptable et du travail. Les Gueules cassées, peuvent reprendre goût à la vie grâce à la chirurgie réparatrice. Jamais la chirurgie n’avait fait autant de progrès qu’en ce temps de guerre.

C’est à ce moment là, que l’Etat crée la Loterie Nationale.

Le 28 juin est enfin signé le Traité de Versailles. Une délégation allemande et les alliés sont présents. Il sera décidé des sanctions et des réparations économiques dues par l’Allemagne.

Littérature : Le prix Goncourt est décerné à Marcel Proust avec « A l’ombre des jeunes filles en fleurs »

 

Grands magasins :

Aux Galeries Lafayette un événement notable le 20 janvier l'aviateur Védrines se pose sur le toit des GL.

 Aux galeries Lafayette, on crée les vitrines et on l'annonce dans le figaro du 30 janvier.

 Après une période où les clients semblaient désorientés, ce retour à la paix accélère les ventes, et on ressent comme une frénésie d’achat. Il faut oublier, cette période difficile.

 

 

Étonnant communiqué du BHV  dans le Gaulois du 31 01 1919!

 

Les grands magasins fêtent la victoire , en voici un superbe moment illustré aux galeries Lafayette l'été 1919.

Photo GL d'après agence Rol.

 

Faute de tissus, les robes ont raccourci et laissent découvrir les mollets ou les genoux ! C’est un scandale…

Même la robe de mariée est plus courte et pour ne pas ressembler à une robe de demoiselle d'honneur, on lui ajoute plein de frivolités!

 

Mais la mode est plus sobre, simple, le port du tailleur pratique, avec ses poches et élégant,  se généralise.

Les tissus deviennent plus faciles d’entretien, les vêtements sont plus pratiques et trouvent une certaine souplesse.


 

 

14 07 1919 Magasin du Louvre d'après agence Rol

14 07 1919 Magasin du Louvre d'après agence Rol

En novembre des mouvements de grève affectent certains grands magasins.

5 novembre 1919
8 novembre 1919

 

L'arrivée des américains à St Nazaire et Nantes en 1918, nous a laissé des éléments culturels inoubliables.

Le Jazz qui déconcerte, mais dont le rythme plait beaucoup aux Français.

3 sports qui sont très prisés des civils et des soldats :  La boxe, Le base-ball et aussi le foot-ball.

Les soldats Américains ont offert à la population du chocolat, des cigarettes blondes, des savons ou encore des chewing-gum-gum. Ces fameux chewing-gum, envoyés par la Croix rouge américaine à ses soldats, connus un tel succès qu'après la guerre, les commandes affluèrent de tous les pays d'Europe.

A bientôt pour la suite de 1920.... à 2020 ! 

CD

 

Lire la suite

Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV

26 Janvier 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news

Antoine E. avait eu la gentillesse de me prendre des photos au moment de l’Ouverture d’Eataly que j’ai complétées, en montant à Paris fin septembre, afin de faire découvrir… à ceux qui n'ont pas l'occasion de venir à Paris.

Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHVEataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV

Sur l’emplacement de votre ancien restaurant d’entreprise, square Ste Croix de la Bretonnerie où vous aviez le choix entre le sous-sol, le RDC ou le 1er étage, nous vous invitons à la découverte d’Eataly.

Les travaux ont duré 3 ans.

 

Passons par les petites cours intérieures qui vous emmenaient aux services Technique et Travaux. Là vous ne reconnaissez plus rien !...

Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV

Cet espace commercial alimentaire de 2600 m²  est partagé à 40% pour le marché et les articles de cuisine et 60% à la restauration.

Ce sont les GL qui  exploitent en franchise cette enseigne Eataly, vitrine de la gastronomie italienne. Elle trouve son origine à Turin avec le créateur Oscar Farinetti.

Le rez-de-chaussée accueille un petit marché fruits et légumes, une boulangerie, un fromager, un boucher- charcutier-traiteur avec de sublimes "antipasti" .Un comptoir de mozzarella et des pâtes fraîches.

Un comptoir sert le vin au verre ou un petit café italien.

Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV

Au premier étage deux restaurants : l'un spécialisé dans les  pâtes, l'autre dans les pizzas. On regrettera le côté sonore !

 Un rayon d’article pour la maison spécialisé dans la cuisine

 

Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV

Au sous sol une immense cave à vin, avec des vins blancs, rouges, rosés, à bulles de toutes les régions d’Italie

Du jamais vu !....S’ajoutent bières et alcools.

Vous y découvrirez aussi une belle cave à Parmezan!

Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV
Eataly ou votre ancien restaurant d'entreprise BHV

Bref, cela ne peut pas vraiment se raconter, il faut y passer et déguster !

Lire la suite

ALIENOR D’AQUITAINE ET LES BARONS BERRICHONS par Martine Mallein-Leguédois

16 Janvier 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres, #Livres et poésies

Vous aimez l’Histoire de France…Vous connaissez le Berry  ou vous êtes un passionné d’Aquitaine… Ce livre est fait pour vous.

Nous avons déjà édité des articles sur notre collègue Martine Mallein Leguédois, et  en ce début d'année nous venons la féliciter car elle manie la plume à la perfection!

Martine vient de publier son nouveau Carnet d’histoire : Aliénor d’Aquitaine et les Barrons Berrichons. Elle nous relate l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine dans la première partie de sa vie…. Chut !...

Martine va vous narrer quelques passages de ce carnet… que vous aurez envie de lire. (90 pages)…. La suite, on vous en reparlera.

ALIENOR D’AQUITAINE ET LES BARONS BERRICHONS

Deux cents ans après l’écroulement de l’Empire bâti par Charlemagne, la France comprend une dizaine de grands fiefs, un assemblage disparate lui-même fragmenté et morcelé. Entre 1122 et 1126, Louis VI sort du cadre de sa principauté capétienne, franchit la Loire et mène une première campagne contre Guillaume IX d’Aquitaine. Cette équipée, après l’incendie de Montferrand, sera un échec. Louis VII, son fils, va poursuivre la même politique, son mariage avec la jeune héritière, Aliénor, en 1137, permettra au souverain d’agrandir son territoire jusqu’aux Pyrénées avec l’assujettissement des fiefs de Limoges, Poitiers, Angoulême, Bordeaux et des droits sur le comté de Toulouse.

Ce succès ne sera qu’éphémère car au retour de la deuxième Croisade, les époux se séparent, décision actée au concile de Beaugency en 1152.

La partie occidentale du royaume, soit environ un tiers de sa superficie, est perdue au profit des Plantagenêts. Le remariage d’Aliénor a lieu à Poitiers le 11 mai 1152 avec Henri et le couronnement des époux à l’abbaye de Westminster en 1154. L’empire d’Henri II d’Angleterre s’étend désormais de l’Ecosse jusqu’aux Pyrénées. Le souverain anglais devient vassal du roi de France pour ses possessions françaises.

Quelle sera alors la position d’Aliénor vis-à-vis de ses terres françaises, quelle sera l’attitude adoptée par ses Barons Berrichons, nous le découvrirons lors de la sortie prochaine d’un nouvel ouvrage en cours de rédaction.

Pour l’heure, prenons connaissance de cette princesse devenue Reine de France.

Une si belle princesse, la plus riche, la plus spirituelle du royaume !

Son héritage est énorme.

Il faut le découvrir et prendre connaissance de l’immense étendue de ses fiefs.

Si l’on confiait la parole à Aliénor, elle aurait certainement une faiblesse pour le comté de Poitou intimement lié à l’Aquitaine, avec sa capitale, Poitiers.

Elle rappellerait que, de 828 à 902, le comté de Poitiers était disputé entre les deux familles des Guilhelmides et les Ramnulfides. Ce sont finalement ces derniers qui parviennent à conserver le comté et à le réunir au duché d'Aquitaine. Ramnulf ler de Poitiers est le premier à cumuler les deux titres : Poitou-Aquitaine.

Cette carte donne la dimension des territoires d’Aliénor.

ALIENOR D’AQUITAINE ET LES BARONS BERRICHONS par Martine Mallein-Leguédois
  • Il faut noter le Bas-Berry qui comprend les seigneuries de Déols et d’Issoudun qui lui appartiennent, face aux terres franques, en bleu, de Bourges et Dun-le-Roi.

Aliénor connut l’amour, le pouvoir et le désamour !

Son  père est le duc Guillaume X (1099-1137), marié, à Aénor de Chatellerault (1103-1130).

Quant à sa grand-mère maternelle, Amauberge de l’Isle Bouchard  surnommée, la Dangereuse, femme de tempérament à qui l’on donna ce sobriquet en faisant allusion à son charme. Elle fut la maîtresse de Guillaume le Troubadour. Ne cherchons pas plus loin, on comprendra qu’Aliénor ait pu lui ressembler.

Aénor donna naissance, quelques années plus tard, à Pétronille en 1125, puis à un fils, Guillaume Aigret mort à 4 ans. Elle décèdera à Talmont-sur-Gironde.

Le lieu de naissance d’Aliénor reste un mystère. Dans la région bordelaise, très certainement, au château de Belin-Béliet peut-être, ce qui est avéré, c’est qu’elle a favorisé ce village en lui octroyant une charte avantageuse. On évoque une autre possibilité, le Palais de l’Ombrière à Bordeaux, palais détruit aujourd’hui. Sa date de naissance est vague 1122 ou 1124.

La jeune aristocrate fut intronisée héritière à 12 ans. A la mort de son père, elle n’a que 15 ans.  Elle reçoit une excellente éducation à la cour d'Aquitaine, l'une des plus raffinées de son époque, celle qui voit naître l’amour courtois (le fin amor)[1].

Les troubadours, à sa cour, seront les chantres d’une véritable religion de l’amour en langue occitane, il va se diffuser à la cour des ducs d’Aquitaine.

Pour l’heure, Aliénor est belle, enjouée, pleine d’esprit, cultivée, avec des goûts luxueux. Elle plaît aux hommes[2] de son entourage et à ses vassaux de l’Aquitaine.  Elle va faire preuve d’un tempérament de feu, d’une volonté de fer.

Ci-contre, seul portrait d’Aliénor représenté sur un vitrail de la cathédrale de Poitiers

Aliénor va apporter une dot très particulière à Louis VII. Il était écrit que le duché aquitain ne s’absorberait pas immédiatement dans le royaume de France. L’union devait rester purement personnelle, le duché ne revenant à la Couronne qu’à la génération suivante.

Le jeune Louis a quitté Paris pour Bordeaux à la tête de 500 chevaliers pour rejoindre le bordelais. Les Barons Berrichons prendront le même chemin.

Le mariage entre Aliénor et le prince héritier, Louis, le 25 juillet 1137 se déroule publiquement dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

 Suger conduit le jeune Louis vers sa future épouse.

La grande nef, de style gothique angevin, est plus que remplie, l’autel est merveilleusement fleuri.

Ce mariage est un événement. Vont suivre, comme de coutume, les festivités profanes de mariage et durer plusieurs jours. Barons et chevaliers participent à cette cérémonie et seront invités au palais de l’Ombrière pour participer à des banquets pantagruéliques.

Ils jugent leur princesse magnifique.....

[1] Il consiste pour un homme de se comporter de belle façon avec une dame pour laquelle on éprouve du désir et des sentiments, il s’agit là d’une attitude tout à fait conventionnelle. La littérature et la poésie évoquent cet amour qui se vit hors mariage où la vénération de la dame conduit le chevalier à se dépasser pour sublimer son désir

[2] Elle saura se montrer fort jalouse lorsque son époux, Henri II, la trompera avec Rosemonde de Clifford.

Martine présente ses vœux de bonheur et santé à tous les membres du réseau.

Martine nous en dira plus dans quelques semaines!

Merci Martine

CD

Lire la suite

Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun

10 Janvier 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Membres info

Chers collègues,

Je vous souhaite une excellente année 2020, la santé et tout ce qui peut vous faire plaisir.

 Depuis mon départ du BHV, je n'ai eu de cesse d'explorer les quatre coins de la Planète tout en souhaitant pouvoir échanger avec nos amis terriens et en œuvrant pour essayer d'améliorer à mon échelle la condition des plus défavorisés.                                                                                                                  

Aussi depuis quelques années je fais partie du Conseil d'Administration de l'Association Echanges Solidarité qui a pour but de mettre en œuvre des séjours solidaires, construits sur la base de projets proposés par les adhérents en France et à l’étranger, où il lui est possible d’agir, en privilégiant l'écoute, la compréhension et les échanges avec les populations, dans le strict respect de celles-ci.

 

Contrairement à de nombreuses ONG, les Participants aux différentes missions  prennent personnellement en charge toutes les dépenses liées aux transports, aux repas et à l’hébergement seul le coût des travaux fait l’objet d’un financement associatif.

Nous avons initié une première mission solidaire en octobre 2018 à TCHALA Quartier de BAYANGAM village de l’Ouest  CAMEROUN où 13 volontaires ont participé à la 1ère phase de réhabilitation d'un centre de soins et organisé, avec l'équipe médicale nous accompagnant, des dépistages du diabète et de l'hypertension ainsi que des ateliers ludiques et éducatifs pour les enfants.                                    

Nous rentrons d'une deuxième mission qui du 1 au 15 novembre 2019, fort de ses 14 participants, a achevé les travaux de réhabilitation du Centre de soins et procédé à la mise en place et à l'organisation d'une Médiathèque Municipale avec dotation de livres, CD et DVD.  

Cependant rien n'est jamais terminé en matière de solidarité et nous envisageons de repartir en cette année 2020 pour une nouvelle page de notre mission en acheminant des médicaments et du matériel médical, (lit, table d’accouchement et tables de consultation, berceaux...)  et en entreprenant la réhabilitation du foyer rural, lieu de vie communautaire , qui est à ce jour dans un réel état de délabrement du fait du manque d’entretien faute de moyens des populations concernés.

Pour ce faire, nos dotations budgétaires sont insuffisante et nous aurons besoin de fonds complémentaires . Dès finalisation de ce nouveau projet je ferai appel à votre générosité sachant que vos dons feront l’objet d’un avoir fiscal. 

Vous pouvez me contacter, et cela me fera plaisir, pour échanger ou obtenir de plus amples informations.

Avec tous mes remerciements    

Patrick Richard

tél : 06 88 99 09 09            

patesriches@yahoo.fr

Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun
Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun
Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun
Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun
Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun
Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun
Patrick Richard notre collègue et ses missions au Cameroun
Lire la suite

Très bonne année à vous, fidèles lecteurs

31 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

Noël est passé, l’année 2019  s’achève et nous commençons une nouvelle année.

C’est avec quelques photos des illuminations de Bordeaux que les ambassadeurs du réseau et moi-même vous souhaitons :

« Une excellente année de joies, sérénité, bonheur, santé, prospérité et réussite de vos projets. »

Un peu d'histoire...

Jules César décide en 48 avant JC, de commencer l’année un 1er janvier. Ce mois est alors dédié au Dieu Janus.

Ce Dieu des ouvertures, qui garde la porte du ciel, avait deux visages, l’un tourné vers le passé et l’autre vers l’avenir !

Cette célébration fut fluctuante au cours des siècles ! L’année pouvait débuter en mars dans le calendrier romain ou plus tard à Noël ou à Pâques.

En 1622, le pape  Grégoire XV décide pour le monde chrétien, de commencer l'année le 1er janvier. Ceci simplifie le calendrier des fêtes religieuses.

Mais la révolution, pour une courte période institue le calendrier républicain, très différent de 1792 à 1806.

Il faudra attendre la décision, en 1805, de l’empereur Napoléon pour rétablir le calendrier Grégorien.

Donc le 1er janvier devient le 1er jour de l’année.

En 1810, le Conseil d’état vota pour que ce jour soit férié, pour votre plaisir à tous !

Alors profitons bien de cette belle journée  et encore belle année!

«  Oui, seul le temps présent est réel, les autres sont virtuels : le futur n’existe pas encore, le passé n’existe plus ». (Christophe André dans Trois minutes à méditer).

CD

Un petit canelé Baillardran.... cela vous dit ?

 

Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Lire la suite

Joyeux Noël

24 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

JOYEUX NOEL A TOUS !

Noël, ce mot est un cri de joie, de paix et de bonheur.

Crèche ND de Paris en 2009

Bien que fête Chrétienne, c’est une fête respectée par toutes les religions, ce n’est pas simplement une fête commerciale. Les enfants ont ouvert les calendriers de l’Avent, qui signifie « Venue ». Les quatre semaines  de l’Avent  sont une période d’attente et d’espérance.

Pourquoi faire une crèche ?

On la réalise pour rappeler les textes bibliques, Jésus a été déposé sur la paille d’une mangeoire, les premiers avertis furent les bergers.   La crèche installée chaque fin d’année dans tant de foyers, suscite toujours un émerveillement. 

La première crèche fut vivante, à Greccio en Italie, en 1223, réalisée par François d’Assise.

On verra apparaître des crèches dans  les églises à partir du XVe siècle.

Belles crèches à voir à Paris que nous avions visitées ! ( photos 25 décembre 2018) 

A la chapelle Notre Dame de Nazareth, rue Lecourbe, sous un chapiteau, vous voyagerez en faisant le tour du monde  !

 

Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe
Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe
Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe
Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe

Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe

Exceptionnel! à voir absolument : la Crèche à St François Xavier.

Une merveille. Les enfants y restent des heures en contemplation!

C'est une crèche de 950 santons : 700 personnages et 250 animaux.

Elle mesure 8 m de long et 7 m de profondeur. Impressionnante par les scènes représentants tous les corps de métiers : artisans, fermiers, bergers, vignerons, enseignants, médecins, infirmières, notaires, avocats, religieux, maraîchers, boulangers, poissonniers, pompiers, militaires etc.…

 

Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël

Belle et classique : St Sulpice dans le 6e arrondissement

 

Dans sa lettre apostolique pour Noël, le pape François écrit :

« Je voudrais soutenir la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche. Tout comme la coutume de l’installer sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur les places publiques… C’est vraiment un exercice d’imagination créative, qui utilise les matériaux les plus variés pour créer de petits chefs-d’œuvre de beauté.

On l’apprend dès notre enfance : quand papa et maman, ensemble avec les grands-parents, transmettent cette habitude joyeuse qui possède en soi une riche spiritualité populaire.

Je souhaite que cette pratique ne se perde pas ; mais au contraire, j’espère que là où elle est tombée en désuétude, elle puisse être redécouverte et revitalisée. »

« La naissance d’un enfant suscite joie et émerveillement, car elle nous place devant le grand mystère de la vie »

Que de belles crèches! Merci de m'envoyer celles que vous photographierez en cette fin d'année.

En attendant passez de belles fêtes.

En supplément ... De Croatie ... Quelques belles crèches de Noël à Zadar et Split.

Au plaisir de vous retrouver très vite!

CD

 

Joyeux Noël
Joyeux NoëlJoyeux Noël
Lire la suite

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

20 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news, #Fêtes ou Saisons

C’est toujours un plaisir de se promener à Paris à Noël, les vitrines ravissent toujours petits et grands.

Comme il est bien difficile avec les grèves,  de vous déplacer, j’ai demandé à nos reporters Nicole K et Bernadette B ainsi qu’à Philippe B de nous faire le plaisir de prendre quelques photos. Merci beaucoup, à eux pour leur gentillesse et leur participation.

Aux Galeries Lafayette, le thème de la Ruche de Noël avec la Reine des abeilles qui surveillent du haut du grand sapin. Les vitrines avec des sapins ornés de fleurs divertissent les grands enfants et les plus jeunes. De petites scènes avec des automates bien sympathiques.

 

 

 

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

Au Printemps, le spectacle des vitrines est un peu décalé dans une ambiance de joyeuses fêtes. La reine des Reines, les dindes qui ne cuiront pas, les ours mal léchés et d’autres petits animaux.

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

Au BHV, nous sommes sur le thème Marché de Noël, la façade illuminée est superbe.

Le thème veut reconstituer le vrai marché de Noël de Strasbourg ! Le magasin brille de mille feux.

 

Alors en attendant un dernier article 2019 sur Noël et les crèches… Régalez-vous au marché de Noël du BHV.

Angle Rivoli-Archives

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

Ambiance intérieure

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

 

A bientôt et bonnes vacances aux actifs qui prennent des congés et de la détente pour les autres.

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°30 La France de 1918

13 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Nous voilà à la veille de 1919, et lorsque nous voyons, les années difficiles vécues par nos doyens, il y a un siècle, je crois que nous avons bien de la chance!

Je voudrais préciser, que le but n'est pas de vous écrire un récit historique du conflit de la guerre 14-18. mais de reprendre avant tout, en France:  les avancées sociales, le côté humain,  les grands magasins, le BHV et son quartier.

CD

L’hiver 2017-2018 est identique aux mois précédents, on se bat dans cette maudite guerre…

A Paris, les grands magasins ont sorti des catalogues de jouets très marqués. On y trouve des panoplies de soldats et des armes.

Affiche Hiver 1917-1918 : Regardez ce père-Noël moitié soldat avec ses 2 poupées représentant l'Alsace et la Lorraine et dans ces poches, des soldats, avions et ambulance militaires et...des armes!  Étonnant !...il faut oser ce côté patriotique alors que nous sommes encore en guerre.

 

 

 

En mars 1918, les troupes allemandes avancent en Flandre et en Champagne, elles arrivent à 65 km de paris. Fin  mars, les allemands qui ont testé leur nouveau canon : la Grosse Bertha, sur la Picardie, envoie à plus de 100km  des bombes sur Paris …

Les premiers obus sont tirés sur la Capitale, le 23 mars 1918 depuis la forêt de Crépy dans l’Aisne . Ces tirs atteindront une partie de la rue de Rivoli.

 

Le bombardement du 29 mars atteindra l’église Saint Gervais-Saint Protais, à côté du BHV. Les canons s’étaient tus depuis 2 jours et à l’heure où tous les chrétiens respectent la commémoration de la mort du Christ, moment des vêpres du vendredi Saint, un canon envoie sur une église une bombe faisant de nombreux morts (75) et blessés.

St Gervais, St Protais vu du BHV
undefined
St Gervais, St Protais de nos jours

Erreur de positionnement, des bombes avaient déjà atteint la rue François Miron, était-ce l’Hôtel de Ville qui était visé ? Le grand Bazar de l’Hôtel de Ville fut épargné !

 

 

après la bombe .après la bombe .

après la bombe .

Au mois de mai des grèves dans les usines d’armement, de manifestations pour la Paix sont organisées, à Paris, Saint Etienne, Bourges, Lyon.

A  la mi-juillet, la seconde bataille de la Marne oblige les Allemands à se replier.

A la mi-septembre, aidée par les alliés,  une partie du Pas-de Calais de la Somme et de l’Aisne est libérée, puis ce sera le Nord.

Le 11 novembre à 11 h après avoir repousser les allemands, les combats ont cessé. L’armistice est signé, comme vous le savez tous dans un wagon en forêt de Compiègne  dans la clairière de Rethondes.

Les cloches sonnent à toutes volées dans toute la France, elles étaient interdites de sonner depuis longtemps. Des larmes de joies coulent sur les visages, c’est l’euphorie dans toutes les villes et villages ! 

Mais contrairement à ce que pensent certains, ce n’est pas la fin de la guerre ! C’est la fin des hostilités pendant 36 jours, en attendant la signature du Traité de paix.

La démobilisation durera encore 18 mois. Les plus jeunes resteront mobilisés.

Des troupes partiront en Alsace et en Lorraine qui étaient annexées depuis 1871 à l’Allemagne. Là, les hommes et les femmes ont revêtu leur costume folklorique pour les accueillir, ils sont partagés entre des sentiments d’espoir et d’inquiétude. Les anciens combattants de 1870 acclament les forces françaises. 130 000 soldats allemands seront évacués en Allemagne. Une nouvelle carte d’identité sera établie (une classification sera établie entre les origines française ou allemandes et ceux qui parlent le Français ou non.

Des troupes d’occupation 120 000 soldats français pénètrent en Allemagne, début décembre, puis 10 000 soldats des troupes coloniales arrivent en Rhénanie.

475 000 prisonniers français regagneront la France par des convois de l’armée et de la Croix Rouge.

En France, chaque ville construira son monument aux morts

Les allemands ont tout détruit sur leur passage avant la signature de l’Armistice, laissant des territoires dévastés, des villages en ruine et des arbres fruitiers coupés. Les 300 000 prisonniers allemands serviront de main d’œuvre pas chère pour reconstruire notre pays.

Se nourrir :

Depuis le début de la guerre certaines denrées sont rationnées (pain, sucre) mais fin février, les parisiens iront en mairie chercher des cartes d’alimentation. en novembre, les Français peuvent lire :

« L'armistice qui vient d'être conclu ne saurait être considéré comme susceptible de mettre un terme au régime de la répartition équitable des denrées essentielles, à la base duquel se trouve la Carte Individuelle d'Alimentation : la nécessité de ravitailler les populations retrouvées, exige un soin vigilant et une méthode précise. 

La paix elle-même ne mettra pas fin immédiatement aux mesures de sage économie que la France victorieuse a le devoir d'appliquer pour faire face à ses charges nouvelles. Quelque temps encore, les terres fertiles du Nord demeureront en jachère; longtemps le fret sera indispensable pour le transport des matières premières nécessaires à la reconstitution des régions dévastées; le blé n'affluera pas immédiatement sur le marché.

Il est donc prudent de ne pas laisser naître des espoirs irréalisables et de préparer les esprits aux nécessités de l'après-guerre.

Lorsque le calme sera complètement revenu, lorsque la vie normale aura repris sa marche, chacun pourra ainsi jeter un regard en arrière, mesurer la part qu'il aura prise dans l'effort commun, s'en réjouir sans réserve et s'en enorgueillir à bon droit. »

L’état décide d’une répartition de la population en 6 catégories, pour la mise en place de tickets de rationnements.

E: Enfants de moins de 3 ans révolus.

J : Enfants âgés de 3 ans, jusqu'à 13 ans révolus.

A : Enfants de plus de 13 ans et les adultes de  moins de 70 ans,  ne se livrant pas à des travaux de force.

T : De 13 ans à moins de 70 ans se livrant à un travail pénible, nécessitant une grande dépense de force musculaire.

C : Les enfants âgés de 11 ans au moins et les adultes et vieillards se livrant personnellement et professionnellement aux travaux agricoles  et fermiers.

V : Les plus de 70 ans, dont les occupations ne peuvent autoriser la catégorie C.

La France gagne la guerre, la grippe espagnole sévit, mais combien d'hommes a-t'on perdus ?

10 millions d’hommes furent tués dont 1,4 million de Français et comme si cela ne suffisait la vague d’épidémie de  grippe espagnole sévit à partir de la fin juillet ; elle gagne en virulence et de 300 décès en septembre, elle atteint son paroxysme au mois d'octobre où le nombre des victimes est proche de 7000 victimes en France. Médecins et hôpitaux surpris sont complètement submergés.

 A Paris, on fait le choix d'hospitaliser tous les grippés. Il faut créer des salles spéciales pour eux et augmenter le nombre de lits. Mais le manque de personnel est grave car les infirmiers et médecins sont encore mobilisés. Des médecins militaires aideront. 

Le personnel soignant est atteint à son tour ! Il y a pénurie de médicaments, de linge, de matériel... Les pharmaciens sont en rupture de quinine, d'aspirine. On manque d’ambulances… Et bien sûr, il est difficile d’organiser autant d'enterrements, en si peu de temps !

E n novembre, la baisse s’amorce à Paris mais il faudra attendre juin 1919, pour en voir le bout ! La seule constatation  est que cette grippe n'atteint que peu les jeunes enfants et les vieillards, mais d’une façon très importante les adultes dans la force de l’âge.

On ne pouvait pas fermer les usines ou les administrations. Certaines écoles, et salles de spectacles, reconnues comme foyers de contamination durent fermer leurs portes provisoirement. Des soldats ou des prisonniers libérés en novembre 1918, moururent de cette grippe quelques jours après avoir regagné leurs foyers.

Cette pandémie de 1918, fut un grand défi au corps médical qui croyait en avoir fini avec les grands fléaux des siècles précédents. (La grippe espagnole a tué 50 millions de personnes dans le monde.)

Sur le plan Economie :

Faute de liquidité, la poste est mise à contribution et crée les Chèques Postaux.

Le 30 novembre 1918 le roi Georges V se rend à Paris pour quelques jours.

Cette photo a été prise lors de sa visite à l'Hôtel de Ville.

 

En route pour 1919.... à bientôt, avec cette belle affiche !

.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>