Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

france ile de france

Découvertes à Paris et en Ile de France avec notre guide Didier Bouchard

31 Mai 2021 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture, #France Ile de France

C'est avec joie que notre guide peut reprendre ses visites, n'hésitez pas, il y en a pour tous les goûts!

De très belles visites à ne pas manquer! Heureux ceux qui seront sur la Région Parisienne à ces dates là .

Merci à Didier pour ce super programme !

CD

 Conférences Didier bouchard, 

Conférencier national, diplômé de l’institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne

Ancien élève de l’école du Louvre

Boite 17 bât. D, 8, rue cannebière 75012 Paris.

Conferences.bouchard@orange.fr Tel: 06 43 63 35 73  

Programme prévisionnel, dates confirmées et dates en attente de confirmation

(visites annulées de 2020 : Cézanne : remboursement ou avoir,

Les autres visites seront toutes reportées)

 

Jeudi 10 juin

9h20 exposition Signac (et ses amis) au musée Jacquemart-André.

Date sous réserve de confirmation. Préinscription : 06 43 63 35 73  

11€+entrée. (Nombre limité)

 

 

Vendredi 11 juin

14h30 après-midi à chantilly : deux expositions, « Carmontelle, dessinateur des Orléans »et « l’or blanc » (porcelaines de Meissen et de chantilly d’inspiration chinoise dans le décor rocaille des grands appartements : prolongation) puis quelques chefs-d’œuvre du musée condé.

18€ +entrée.

Quelques places seulement sur inscription au 06 43 63 35 73  

Carmontelle (1717-1806), de son vrai nom Louis Carrogis, est un officier au service des Orléans qui croque les portraits des hôtes du Palais-Royal à la pierre noire, à la gouache et à l’aquarelle.

 

Samedi 12 juin

16h15 le château de Saint-Ouen (report de la visite du 7-11-2020)

 

Une villa palladienne aux portes de paris. Evocation de zoé du Cayla, la dernière des favorites. Et de l’affaire Favras : le secret de Louis XVIII.

Sous réserve de confirmation. 12€

Préinscription au 06 43 63 35 73  

 

Mardi 15 juin

Qu’est-ce que l’heure bleue ?

L’heure bleue a lieu 2 fois par jour : au crépuscule et au lever du soleil. Ce moment d’environ ½ heure, pour photographier est extraordinaire, car le ciel se colore d’un bleu intense. Il en est de même en peinture.

9h40 : exposition « l’heure bleue, l’art de Peder Severin Royer »

Au musée Marmottan. Le musée Marmottan Monet présente la première exposition monographique jamais consacrée en France à l’un des plus grands maîtres de la peinture danoise Peder Severin Royer (1851-1909). Contemporain de Vilhelm Hammershøi (1864-1916), Peder Severin Royer est au plein air ce que son contemporain fut à la scène d’intérieur.

Rendez-vous : 2 rue louis Boilly.12€+entrée. (9 pers. Maximum : autre visite le 22-06 à 18h)

Sur inscription au 06 43 63 35 73  

 

 

Mercredi 16 juin

11h : le musée de l’ile de France dans le château de Sceaux restauré, le pavillon de l’aurore et sa coupole de le brun, le nouveau jardin a la française. 16€+ entrée .sur inscription au 06 43 63 35 73. Rendez-vous : à la grille d’honneur.

Jeudi 17 juin

14h30 : la chapelle expiatoire, chef-d’œuvre néo-classique.

Nouvelles découvertes sur l’histoire du cimetière de la Madeleine. Statues de Louis XVI et Marie-Antoinette.

Rendez-vous : 29 rue Pasquier (square louis xvi) 11€+entrée (19pers.).

Inscription. Au 06 43 63 35 73. Visite reportée du 18-12-2020

Mardi 22 juin

14h30 : le « Beaupassage » : art, gastronomie et vestiges d’un couvent. Puis les anciens potagers des filles de la charité et des incurables, et la chapelle des lazaristes (tombeau de saint vincent de paul) Rendez-vous : devant la fontaine de grenelle, 57-59 rue de grenelle.11€

Sur inscription au 06 43 63 35 73  

 

 

Mardi 22 juin (suite)

18h (Rendez-vous : à 17h45) exposition « l’heure bleue, l’art de Peder Severin Royer»

Au musée Marmottan.

Rendez-vous : 2 rue louis Boilly.12€+entrée. (9 pers. Maximum : 2ème groupe)

Sur inscription au 06 43 63 35 73  

Samedi 26 juin

15h : le village des Batignolles et la cité des fleurs, sur les pas des impressionnistes et de leurs amis: Monet, Bazille, Sisley, Manet, Mallarmé, Zola. Rendez-vous .métro Rome. 12€

Sur inscription au 06 43 63 35 73  

Vendredi 2 juillet

15h : hôtels particuliers, ateliers d’artistes et maisons closes du quartier de l’Europe, sur les traces de Manet, Caillebotte, et zola.

Rendez-vous : métro Europe.11€. Sur inscription au 06 43 63 35 73  

 

Samedi 3 juillet

14h30 : Chapelle et parc des Augustines de Picpus, tombeau de la Fayette, et cimetière révolutionnaire.

Rendez-vous : 35 rue de Picpus. 11€°entrée.

Sous réserve de confirmation. Sur inscription au 0143070969

 

La Fayette a demandé à reposer au cimetière de Picpus près de son épouse Adrienne, née de Noailles, décédée en 1807.(qui  repose auprès de sa sœur, sa mère et sa grand-mère, toutes trois guillotinées sur la place du Trône en 1794, pendant la Terreur)

Dimanche 4 juillet

15h promenade architecturale et historique dans la plaine Monceau.

Hôtels particuliers, ateliers d’artistes, salons littéraires et Grandes cocottes

Rendez-vous : métro Malesherbes, sortie côté place du général Catroux.

11€ sur inscription au 06 43 63 35 73  

                                                      -=-=-=-=-=-=-=-=-=-

(Pour fin juillet, et début et fin août : se renseigner au 06 43 63 35 73  ou par courriel : conferences.bouchard@orange.fr

AVANT-PROGRAMME ET PROJETS POUR L’AUTOMNE ET L’HIVER :

Jeudi 23 septembre

14h  : après-midi a Yerres : 2 expositions a la propriété Caillebotte, Paul Durand-Ruel et les postimpressionnistes (œuvres méconnues d’Henri Moret, Gustave Loiseau, Maxime Maufra, Gorges d’Espagnat, Albert André), et Martin-Guillaume Biennais, orfèvre de Napoléon, tabletier et ébéniste.

18€ +entrée. Préinscription au 06 43 63 35 73  (accès possible par le RER)

Lundi 11 octobre

15h : exposition « A table, tout un art » au musée national de la céramique de sèvres.

L’exposition retrace l’histoire du repas gastronomique des français, de l’antiquité à nos jours. Elle évoque la préparation des mets et leur consommation, les arts de la table et celui de la conversation. Elle convie le visiteur à un tour de tables mettant en scène près de 1 000 œuvres.

Elles proviennent en majorité des riches collections du musée national de céramique de sèvres et du musée national Adrien Dubouché de limoges. Les prêts prestigieux d’institutions et de grandes maisons françaises comme Christofle ou Saint-Louis complètent le propos.

Les exceptionnelles créations de la manufacture de sèvres en ponctuent le parcours.

11€ +entrée. Inscription au 06 43 63 35 73  (accès par métro pont de sèvres, ou tramway)

L’exposition retrace l’histoire passionnante du repas gastronomique des Français, de l’Antiquité à nos jours évoquant  la préparation des mets et leur consommation, les arts de la table et celui de la conversation.

Elle rappelle l’importance du repas gastronomique qui accompagne en France tous les grands événements de la vie. Ci-dessous la sélection de 92 assiettes qui représente la cour centrale de l'Elysée, œuvre de Evariste Richer. (ce service à l'Elysée comporte 1200 assiettes et 300 assiettes à pain . A voir absolument !

19 octobre :

14 h :  chapelle et cloitre-mémorial de l’incendie du bazar de la charité,

Et (sous réserve) cathédrale arménienne.

Report de la visite du 10-12-2020. Sous réserve de confirmation.

Rendez-vous. 23 rue jean goujon. 11€+entrée

Sur inscription au 06 43 63 35 73  

Autres expos :

Expositions : Napoléon n’est plus, aux invalides, et Botticelli au musée Jacquemart-André

Ouverture et réouvertures ; musée Carnavalet, hôtel de la marine,

La collection François Pinault dans la bourse du commerce

Lire la suite

Noel en France : 5 Région Ile de France 2 suite

27 Décembre 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons, #France Ile de France

Gérard Strobel en direct de Puteaux vous présentent ses meilleurs voeux.

Noel en France : 5  Région Ile de France 2 suite
Noel en France : 5  Région Ile de France 2 suiteNoel en France : 5  Région Ile de France 2 suiteNoel en France : 5  Région Ile de France 2 suite
Noel en France : 5  Région Ile de France 2 suiteNoel en France : 5  Région Ile de France 2 suite

Nadine Pignol-Fortin est heureuse de vous souhaiter beaucoup de santé pour 2021

 

Madeleine Suchaud  de Montrouge vous souhaite beaucoup de joies pour 2021

 

Christiane Goret vous envoie ses vœux de bonheur pour 2021

Pontault CombaultPontault Combault

Pontault Combault

C'est de Paris que vous recevez, plein de bons vœux de joies en famille de Monique Lahoste

 

C'est de Jouy le Moutier que Claude Habert nous souhaite Joies et Santé pour 2021.

 

Noel en France : 5  Région Ile de France 2 suite

Merci à tous nos parisiens qui ont bien voulu participer à ses vœux du réseau en photos.

Rendez-vous demain pour les vœux des Hauts de France !...

CD

Lire la suite

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

22 Mai 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture, #France Ile de France

Un dernier épisode de ce superbe château .... Histoire de vous changer les idées et vous faire revivre un mélange de mythologie et d'Histoire ...

L’antichambre d’Hercule 

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

 

Au mur la 6e tapisserie d'Aminte et Sylvie dont je vous ai déjà parlé, et le tableau du Duc du Luxembourg sur son cheval

On voit une fois de plus que la mythologie est à la mode à cette époque

Ici plafond, murs décoration : Tout est sur le thème d’Hercule !

On adorera les sculptures admirables de bronze (A.L Barye) qui  représentent Hercule terrassant Acheloos * et Hercule vainqueur de Nessus**

*Acheloos ou Achélous, fils du soleil et de la Terre, vaincu par Hercule, il prit la forme d'un serpent, ensuite celle d'un taureau, mais Hercule le prit par les cornes et lui en arracha une. Depuis ce temps il dut se cacher dans le fleuve Thoas. Les naïades remplirent la corne du vaincu de pétales de fleurs et en firent la CORNE D'ABONDANCE !

** Quand à Nessus qui voulut violer la femme d'Hercule, Dejanire,  il reçut par une flèche empoisonnée dans la cuisse envoyée par Hercule

 

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Sur la cheminée : la statue en marbre de Neptune.(Dieu des eaux et de la mer)

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Un tableau de Lazzaro Baldi : Agar chassé par Abraham (récit biblique)

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Mais le plafond du Triomphe d’Hercule accueilli à Olympe, après avoir réussi les 12 travaux, de Charles Lebrun symbolise la force et la réussite de Nicolas Fouquet.

 

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Dans les angles sont représentés 4 des 12 travaux : comme le lion de Némée sur cette photo 

 

La Bibliothèque 

 

Au fond, la tapisserie portière : " La portière des renommées", avec l’emblème de la famille Fouquet : l'écureuil.

Voir le détail, ci-dessous. On s'arrêtera au passage pour regarder ce superbe bureau, à six pieds. (André Charles Boule)

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Le plafond

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Passons à la chambre du Roi

 il est d’usage de prévoir la chambre du Roi dans les châteaux du 17 e.

, peut-être reviendra t’il ce soir? 

Statue équestre de Louis XIV,  tableau équestre du roi 

le même en habit de sacre, ainsi qu’Henriette d’Angleterre, sa cousine.

 

Décor de la chambre du roi : Bureau, pendule Cartel
Décor de la chambre du roi : Bureau, pendule Cartel

Décor de la chambre du roi : Bureau, pendule Cartel

Le plafond de Le Brun : La vérité soutenue par le temps ou le "Triomphe de la Vérité"

Au centre, on y voit une jeune femme enlevée par un vieillard ailé portant une faux (le temps)

Les 4 demi-cercles qui l'entourent représente à droite Mercure ou la vigilance, en bas Jupiter ou la Puissance  à gauche  l'abondance ( Mars ou la valeur n'est pas présent sur cette photo)

Le cabinet du Roi  :

Cabinet en marqueterie d’étain et d’ivoire sur ébène  et un buffet d’exception !

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Portrait du roi Louis XV 

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Ici, le portrait allégorique de l’épouse du Maréchal de Villars.

C'est le Maréchal de Vilars qui racheta le domaine de Vaux à la veuve de Nicolas Fouquet . Mais il n'y fit rien pour l'améliorer.

Puis César Gabriel de Choiseul, marquis de Choiseul puis Duc de Praslin se porta acquéreur, mais n'y fit rien non plus

 plafond sculpté

 

Une photo de la cheminée où sur la plaque, figure au centre l’emblème de Nicolas Fouquet avec l’écureuil 

 

Décors de la salle de Bain

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Nous découvrons la salle à manger ou salle des buffets

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

 Émerveillement du sol au plafond

Le buste est celui de Charles Lebrun

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Nous descendons au sous-sol et nous entrons dans les cuisines ;Tout ce qu'il faut pour préparer: pain confiture, produits de la chasse et grande cuisine!

La table du personnel et la cave.

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Enfin, avant de nous quitter, une représentation historique du masque de fer qui fut le voisin de cellule en prison de Nicolas Fouquet  à la forteresse de Pignerol.

En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 4 L'intérieur...deuxième partie.

Le Château de Vaux-le-Vicomte, est aujourd’hui la propriété de la famille de Vogüé.

Lors d’une vente aux enchères en 1875, Alfred Sommier  riche industriel dans les sucreries, se porte acquéreur du domaine de Vaux-le-Vicomte.

Il épouse en 1872 Jeanne de Barante, fille d’un  baron.Ils auront trois enfants

 Edmé Sommier qui épouse en 1902 Germaine Casimir-Périer , fille de JC Perier, président de la République française de 1894 à 1895.

Lucie Sommier qui épouse en 1897 Robert de Vogüé dont les enfants perpétueront la réhabilitation du domaine.

Alexandre Sommier, meurt hélas, très jeune

Alfred Sommier fait réaliser les travaux importants de restauration du domaine, laissé à l’abandon pendant 30 ans, afin de retrouver son âme initiale.

L’ouverture est faite au public en 1968, grâce à Patrice de Vogüé,

Il est décédé à l'âge de 91 ans le 26 mars 2020.

La cinquième génération: en 2012 Jean-Charles et Alexandre de Vogüé succèdent à leur père à la direction du domaine. En 2015, Ascanio de Vogüé, rejoint ses frères et le château.

Souhaitons que ses 3 enfants s'entendent pour conserver et entretenir une telle splendeur!

Félicitations à cette famille!

Je vous quitte sur cette dernière partie de Vaux le Vicomte et j'espère avoir donné l'envie aux parisiens et provinciaux de passage en Île de France, de venir visiter ce beau domaine .

A bientôt !

CD

 

Lire la suite

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

15 Mai 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture, #France Ile de France

L'intérieur du Château est magnifique. Tant de splendeurs méritaient que nous prenions notre temps pour le visiter. Donc, nous n'aborderons qu'une partie et la suite de la visite est prévue par un prochain article!....

Il est étonnant de découvrir le contraste entre la rigueur et la sobriété extérieure du Château et le faste et le luxe des décors intérieurs. On est émerveillé par les plafonds !

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Entrons au rez-de-chaussée dans le grand salon d’apparat, qui donne sur les jardins. Le décor de la coupole ovale est plein de légèreté : un ciel où vole un aigle.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Entre les fenêtres de l’étage supérieur, vous admirerez les cariatides (Girardon) représentant les 12 signes du zodiaque;

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

au RDC, sur des colonnes divers empereurs.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Entrons dans l'Antichambre du surintendant Fouquet.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Le bureau est en marqueterie de cuivre et d’ébène.

Le cabinet d’ébène (estampillé Jean Macé), très en vogue au XVIIe siècle contient des tiroirs secrets !

Le tableau de la princesse éthiopienne Androméde sauvée par Persée, dont elle deviendra l'épouse...

Tableau (campagne) Paysage : David et les trois héros.(Claude Gellée)

Et enfin ci-dessous : Vénus et l’amour 

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Le Cabinet du surintendant

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Cette pièce permettait au  surintendant Fouquet de se retirer pour y travailler

Dans un angle : cette statue en bronze patinée : l’Orant ou l’Ephèbe (jeune garçon en prière) dont l’original est présent dans un musée de Berlin.

Son bureau en marqueterie, la pendule de voyage ,

sur la cheminée le buste de Sénèque. (Philosophe romain du 1 er siècle) dont nous citerons au passage :

"c'est la vie qui nous apprend et non l'école" ou le plus grand obstacle à la vie est l'attente qui espère demain et néglige aujourd'hui"

Au dessus de la cheminée, une copie du tableau : « la Fidélité coupant les ailes à l’amour pour qu’il ne s’envole pas» portrait de la seconde épouse de Nicolas Fouquet peint par Le Brun

Quelle finesse aussi ce cabinet en ébène noir.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Nous arrivons dans la chambre du surintendant 

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

les 120 tapisseries d’origine fabriquées dans le village voisin furent confisquées par le roi.

Nous retrouvons ici quelques copies fabriquées aux Gobelins. 

En haut une des tapisseries des 12 mois
En haut une des tapisseries des 12 mois

En haut une des tapisseries des 12 mois

Grande admiration pour ce plafond ! 

Tableau du Sépulcre de T Bigot

Et s’il revenait !... tout est prêt !

 

 

Les appartements de  Madame Fouquet

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Marie Madeleine de Castille la seconde femme du surintendant Fouquet s'y reposait.

Cette chambre devint  pour les propriétaires suivants :  la chambre d'invités pour le Maréchal de Villars ou des ducs de Pralins avant de devenir chambre d'enfants dans la famille Sommier

Le cabinet en écaille rouge, orné de 3 potiches et 2 vases japonais du 18 e  et au dessus, un beau miroir.

Sur la cheminée la pendule forme tête de poupée en écailles de tortue, ébène, bronze et laiton

Son lit de repos de jour.

Un tableau superbe, « l’annonce faîte à Manué » (par Le Brun).

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Le cabinet de Jean de la Fontaine 

Ce poète fut un grand ami de Nicolas Fouquet , il composa "Adonis" en 1658 (590 alexandrins sur les amours de Vénus et d'Adonis le chasseur évoquant la fragilité du bonheur humain; le songe de Vaux ( l'auteur nous raconte le Dieu sommeil endormi dans son palais entourés de pavots et une multitude de songes personnifiés.) ce long poème restera inachevé. Elégie aux nymphes de Vaux, où il cherche à défendre Fouquet auprès du Roi Louis XIV, ce dernier lui en voudra et "cassera " sa carrière, puis il devint fablier et conteur et perdra sa fortune.

"Nymphes, qui lui devez vos plus charmants appâts,
Si le long de vos bords Louis porte ses pas,
Tâchez de l'adoucir, fléchissez son courage.
Il aime ses sujets, il est juste, il est sage ;
Du titre de clément rendez-le ambitieux :
C'est par là que les rois sont semblables aux dieux."

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Le buste en terre cuite du fablier (JA Houdon) et regardez au fond la représentation de fable de La Fontaine dont le corbeau et le renard à votre gauche  ou le loup et la cigogne à droite.

La chambre Louis XV coffre en laque de Chine... Une pendule dite « Cartel »

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

La chambre Louis XVI. Le portrait est celui du Duc de Praslin. 

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

La chambre carrée est impressionnante pour celui qui aime les tapisseries. Elles racontent  l’Histoire de Diane.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Le buste en marbre : Louis XIV ( du sculpteur Le Bernin) .

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

et ci-dessous celui en bronze : le cardinal de Richelieu.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

La  chambre des muses du nom des neuf muses peintes au plafond; Vous y verrez Clio,

dans le cercle central : " le triomphe de la Fidélité." peint par Le Brun.

Elle représente la Fidélité de Fouquet à Mazarin (donc au Roi) pendant la Fronde/

(Au centre cette femme en blanc : La Fidélité, accompagnée de la Prudence,; Minerve, une lance à la main incarne la Vertu; soutenue par Clio en orange, muse de l’Histoire.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Les 8 autres muses se trouvent autour, comme celle-ci, muse de la comédie facilement reconnaissable par le masque qu'elle tient à la main !

Les 5 tapisseries racontent l’histoire d’Amyntas et de Sylvie :

Drame pastoral écrit par  l'Italien le Tasse  en 1573 : Aminte

Le livre,  narre les aventures de deux héros, élevés ensemble. Amyntas, petit-fils du dieu Pan, aime Sylvie, petite-fille du fleuve. Il croit que Sylvie a été tuée à la chasse par des  loups. De désespoir, Il songe à se  suicider.  Sylvie vivante pense qu'Amyntas s'est jeté du haut d’un rocher. L’histoire s’achève bien les deux amants se retrouvent

Beau Cabinet en ronce de noyer.

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

un détail de la chambre des muses

 

Le Cabinet de jeux 

Salle de jeux avec cartes, jacquet, billard : "Trou madame", le lansquenet (ancien Black Jack)

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Un plafond  splendide : "le sommeil" de Charles le Brun

Qui inspirera J de la Fontaine ... extrait

« Les merveilles de Vaux me tiendront lieu d'Aminte :
Fait que par ces démons leur beauté me soit peinte.
Tu sais que j'ai toujours honoré tes autels ;
Je t'offre plus d'encens que pas un des mortels :
Doux Sommeil, rends-toi donc à ma juste prière. "

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Et que voit-on par ces belles fenêtres, aux murs décorés...Les jardins de Le Nôtre, bien sûr !

En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.
En ballade à Vaux le Vicomte... 3 L'intérieur...première partie.

Nous nous retrouverons très vite pour la suite de cette visite ... La Chambre d'Hercule...la chambre du roi, la bibliothèque, la salle à manger, les cuisines ..... Mais croyez-moi, dès que vous le pourrez, ne passez pas en région parisienne, sans visiter ce lieu mythique ! Trop beau !...

CD

Lire la suite

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

7 Mai 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture, #France Ile de France

EXTERIEUR Les jardins

Je commencerai par le Dôme dont je ne vous ai pas parlé, car il offre une vue imprenable sur les jardins
Si vous visitez le château, allez au dôme 

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

La charpente avec poutres en chêne et lattes en châtaignier est impressionnante, nous montons un petit escalier étroit jusqu’au lanternon où une vue extraordinaire s’offre à nous. 1  6 7 jardins et dépendances.

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Difficile de vous exprimer une telle beauté ! Redescendons , voici le côté Nord par lequel nous sommes entrés ! 

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Du haut du perron, côté sud, vous contemplez le paysage avec ces larges allées, ces parterres de gazon bordés de buis et de fleurs, plans d’eau où fontaines.... et hélas, lors de cette visite tous les bassins et jets d’eau n’étaient pas remis en action.
 

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Nous restons admiratifs de ces jeux de perspectives, symétries, figures géométriques  décorés de vasques, statues, d’arbustes persistants afin de nous offrir de la verdure toute l’année.

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Les chiffres :

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

On se plait à avancer sur ces différentes terrasses, où naissent des bassins et des fontaines; des statues antiques, mythologiques, dieux et déesses se dévoilent pendant tout votre cheminement dans les jardins

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Vous arrivez au canal invisible de loin,

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

vous le contournez pour  découvrir les grottes avec encore des sculptures monumentales ou des Atlantes comme

Hercule au repos et Neptune

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Les jardins de Vaux le Vicomte, œuvres de Le Nôtre.

Fils d'un jardinier de Louis XIII,  il se qualifiait de « surintendant des jardins des Tuileries ». Il avait étudié la peinture avec Simon Vouet.  La première manifestation de son œuvre fut Vaux le Vicomte avec cet art nouveau créé par lui.

 

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Le goût artistique de Le Nôtre transforma les jardins. Il inventa le jardin à la française : belle composition où se mêlent des motifs décoratifs, de parterres, des bassins et des statues  en marbre et en bronze d’animaux, de dieux ou des déesses.
S’il vous reste un peu de courage, vous marchez jusqu’à la statue d’Hercule !

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Et puis, on se retourne pour penser au retour et,  d’un coup d’œil, votre vue embrase avec un sentiment profond la splendeur et la grandeur d’un tel paysage avec le château au fin fond.

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Versailles et les Gobelins sont d'inspiration de Vaux-le-Vicomte et de la création des tapisseries de  Maincy.

 Louis XIV, s’entoura  pour construire et embellir Versailles des grands artistes de Vaux : Le Brun, Puget, Le Nôtre, Le Vau. Comme quoi, Nicolas Fouquet a contribué sans le savoir à développer chez le roi  Louis XIV, le goût des arts.

Mme Fouquet, séparée de biens d'avec son mari,  put racheter Vaux aux créanciers.

En 1705, à la mort de son fils, elle vend le château au maréchal de Villars qui négligea complètement les jardins de Vaux.

En 1764, Villars cède Vaux à Gabriel de Choiseul, duc de Praslin, qui ne fit rien non plus!

Photo dans le château


 

Heureusement pour Vaux et pour l’Art, un homme de bon goût, M. Alfred Sommier, en 1875, en  devient le nouveau propriétaire.

Grâce à lui, le château redevient ce qu’il était au temps de Fouquet, à l'intérieur comme à l'extérieur.

Les cascades et les bassins, en état de ruines recouverts de broussailles, furent remis en eaux. Les jardins retrouvèrent des statues et des groupes de marbre.

L'héritier d'Alfred sommier est son fils Edmé . Cet homme meurt en 1945 sans héritier direct.

C'est donc le neveu Jean de Vogüé qui le transmet à son fils Patrice de Vogüé, qui vient de décédé le 26 mars 2020 . Ses enfants assurent à présent la gestion du Château.

Un petit tour du coté des dépendances que l'on peut visiter comme les équipages ! Il faut savoir que de nombreux films furent tourner dans ce château. (la Folie des grandeurs, la fille de d'Artagnan, James Bond : Moonraker, le Pacte des loups, Vidocq.... et bien d'autres)

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...
En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

Ainsi s'achève cette ballade dans les jardins de Vaux le Vicomte, mais nous nous retrouvons pour une superbe visite de l'intérieur du château, dans le prochain épisode.

Je chausse mes bottes de 7 lieues et à bientôt !.....

CD

En ballade à Vaux le Vicomte... 2 les jardins...

 

Lire la suite

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

1 Mai 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture, #France Ile de France

Pendant cette période de confinement, je viens vous aérer par une promenade historique et artistique à Vaux le Vicomte. Je suis obligée de vous parler du surintendant des Finances de Louis XIV : Nicolas Fouquet, fondateur de ce superbe palais !

( Situé à 50 km au sud-est de Paris, proche de Melun.)

Le reportage étant assez long, je suis obligée de le diviser en 3 parties (peut-être 4)

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

VAUX-LE-VICOMTE  est certainement un des châteaux les mieux réussis du XVIIe siècle. Son concepteur et propriétaire fut Nicolas Fouquet, le surintendant des Finances sous Louis XIV, dont nous apprenons dans les livres d’histoire de France, qu’en tant que Trésorier du roi, il dut relever le défi de redresser les finances publiques en banqueroute (après la guerre de 30 ans).

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

 

gravure de Nanteuil

Né en 1615, cette nomination intervient en 1653.

L’homme : Politique, juriste, financier, intelligent, cultivé, galant, il aime le raffinement.

Nicolas Fouquet a toujours du goût pour les belles demeures. Il achète, à Paris, l'hôtel d'Émery, qu’il agrandit. De même, à Saint-Mandé, il achète une belle maison et en fait une résidence très élégante. Il y ajoute à des jardins remplis de plantes rares, et d'immenses serres où on compte plus de deux cents orangers.

1641 : Il a vingt-six ans lorsqu’il prend possession du domaine de Vaux, ayant hérité d’une grande fortune par son père( qui avait acheté ces terres de Vaux),  et d’une autre fortune au décès de sa première femme.

1653:  Nicolas Fouquet décide de transformer le manoir médiéval.

Vaux le Vicomte et les dépendancesVaux le Vicomte et les dépendancesVaux le Vicomte et les dépendances

Vaux le Vicomte et les dépendances

Mais tout commence en 1656, où il s’entoure d’hommes d’exception :

l’architecte Le Vau, le décorateur Le Brun, et le paysagiste Le Nôtre.

Le Vau
Le Brun
Le Nôtre

 

On peut penser qu’il a été leur collaborateur car Il revoit et corrige les plans, il y apporte sa touche personnelle en matière d’Art.

Cette œuvre ne lui a pas coûté, seulement une somme considérable, mais comme vous allez le lire un peu plus loin, il va le payer de ses biens, de son honneur et de sa liberté.

Cet homme soutient les Arts, les lettres, il sera très proche de Jean de La Fontaine. C’est un artiste, épris de tout ce qui est beau.

Avant de mourir en 1661, Mazarin  a desservi le surintendant Fouquet dans l'esprit du roi.

Le roi Louis XIV n'a que 22 ans et décide de gouverner le pays. 

Il oblige Nicolas Fouquet à utiliser Colbert, qui heureux d’avoir été remarqué par le roi n’a de cesse, à dévaloriser Fouquet, en mettant sous les yeux de Louis XIV les preuves des dilapidations et de l'irrégularité des comptes de Fouquet!

Aurait t’il confondu ses deniers personnels et fait bourse commune avec les finances de l'État ? Aujourd’hui on parlerait de détournement de fonds publics ! Nul ne le sait vraiment !

 Il semble aussi que Fouquet avait adressé une lettre étrange à  Louise de La Vallière, maîtresse du roi qui profondément blessée, aurait tout raconté au roi, qui fut très en colère et jaloux.  

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

Le 17 août 1661,  Nicolas Fouquet organise une grande fête pour le roi. Six mille invitations sont lancées. Louis XIV en arrivant est étonné de tant de splendeur. Il visite les jardins et reste très admiratif de la création de Le Nôtre; le souverain serait- il envieux de tant de réussite ?

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

Dix-neuf jours après la fête de Vaux, le 5 septembre 1661, la cour est rassemblée à Nantes pour la tenue des États de Bretagne; Nicolas Fouquet, souffrant y participe, et à la sortie du conseil, le mousquetaire d'Artagnan le fait arrêter sur ordre du roi.
Le procès dure trois ans. Au jugement, neuf voix le condamne à mort et treize au bannissement.
Fouquet méritait un châtiment, mais la colère du roi, les manœuvres de Colbert, les lenteurs et les péripéties du procès, ont concouru à retourner l'opinion et à gagner à l'accusé de la pitié.
Les juges ont voté le bannissement, mais le roi est au-dessus des lois et il décide que Nicolas doit être condamné à la prison.

Fouquet, alors âgé de cinquante ans, fut transféré au château de Pignerol, où il resta treize ans sans aucune communication avec l’extérieur. Il avait pour voisin de cellule le Masque de fer.

Il décède le 23 mars 1680 après seize ans de captivité, au moment où il semblait que sa grâce allait lui être accordée.

Si l'histoire a fait le procès du financier peu scrupuleux, les poètes et les artistes qui l’ont soutenu, protégeront à jamais sa mémoire.

Regardons ce château et ses jardins qui l'entourent : Quelle belle harmonie des lignes et quelle pureté du style.
 

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

Le jour où tout a commencé !

On rase le village de Vaux et deux hameaux qui en dépendent, on capte les eaux de la petite rivière d'Anqueuil pour faire le grand canal, et on creuse un réservoir de plus de deux mille mètres cubes dans la partie supérieure des jardins, pour alimenter les vasques, les jets d'eau, les miroirs...

Enfin Fouquet s'attache Le Brun qui arrivait d'Italie, pas seulement comme peintre mais comme décorateur et metteur en scène. Il conseille Le Vau et Le Nôtre, il donne les dessins des vasques et des fontaines, il fait les maquettes des statues, il dessine le modèle des ornements, entrant dans le détail d'une rampe d'escalier, d'une serrure, d'un tapis et d'un meuble.

Vaux fut bâti en cinq ou six ans

L'entrée est d'un aspect grandiose, avec sa première grille dont les pilastres sont formés par douze dieux taillés en façon de gaines de la plus grande allure.

 

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

Quand on se trouve dans l’avant-cour, nous voyons des grands fossés. Passons le petit pont et au fond, attardons nous sur la façade majestueuse du palais, le perron occupe toute la largeur de la seconde cour.

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

La façade Nord :

Le fronton est une pure merveille :

A gauche Apollon, Dieu de la musique et protecteur des Arts. A droite Rhéa, « mère des Dieux »

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

Les douves font tout le tour du château.

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

La façade sud est très belle, d'un goût épuré et simple, presque sans ornements.

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

Quatre statues sur la façade nous interpellent. Elles représentent les quatre vertus :

 

De gauche à droite : La patience, la vigilance, la Fidélité et la force (de Michel Anguier)

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

De chaque côté de la façade : 2 fois 2 bustes  et sur le devant deux sphinx et deux statues féminines.

En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieurEn ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur
En ballade à Vaux le Vicomte... 1 l'extérieur

Nous nous retrouvons pour visiter les jardins, la semaine prochaine,  puis nous visiterons l'intérieur dans un autre article; Ce château est un véritable musée de l'art du XVIIe-XVIIIe siècle...

A bientôt 

CD

Lire la suite

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

24 Avril 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #France Ile de France

La Cathédrale de Soissons, nous évoque Notre Dame de Paris car son unique tour lui ressemble étrangement et parce qu’elle a su malgré sa destruction, par les bombardements, être reconstruite…

Nous voici dans une des six grandes cathédrales picardes. "Saint Gervais-Saint Protais"

La façade dissymétrique est incomplète, mais elle ne fut jamais achevée. La grande guerre l’a mutilée et elle a su renaître de ses cendres.

De style gothique (classique), nous la découvrons ci-contre

Voici la tour sosie de Notre Dame de Paris, côté sud et à sa droite, le jardin du haricot .

Tour Cath Soissons
undefined
Cath ND de Paris

 

Le jardin du haricot

Le jardin du haricot

Le transept est élégant, le chevet qu’on peut voir du centre ville laisse apparaître les contreforts et les arcs-boutants qui soutiennent la partie supérieure.

Quelle histoire !

En 1175, l’évêque de Soissons fut l’instigateur de cette cathédrale bâtie sur d’autres cathédrales primitives.

Avant 1190 on réalise le chœur et le transept avec ses deux bras en hémicycle, mais pour continuer la nef, on décide de lui donner plus d’élan vers le ciel en adoptant un style nouveau, le gothique à trois étages. Elle sera achevée en 1230.

Entre 1230 et 1240, on construit la façade….

La Cathédrale est prête le 25 avril 1479.

Hélas en 1567 les protestants (Huguenots), la détruisent et saccagent des objets acquis au cours des siècles...  Puis on la restaure !

On l’améliore en construisant des chapelles, on édifie un nouveau maître-hôtel.

Pendant la révolution de 1789, la voilà transformée en grange à fourrage, quel destin !

En 1799 la Cathédrale redevient lieu de culte.

Mais en 1815, une poudrière proche explose et détruit des vitraux, on la restaure à nouveau !..

Mais arrive la guerre de 14-18, la cathédrale est bombardée et bien ébranlée ! (heureusement, on avait démonté les vitraux, emballés et cachés précautionneusement.)

A la fin de l’année 1937, la Cathédrale est reconstruite et ouverte aux fidèles!

Entrons  à l'intérieur :

Nous la découvrons d’un coup d’œil : 100 m de long, 24 m de large et entre 23  à 31  m de haut selon les parties.

Voici le vaisseau central.

 

Croisée du transept.

Croisée du transept.

Voici le chœur élancé vers le ciel: 31 m , avec ses colonnes en pierres calcaires des carrières de la région:

 

le Maître Hôtel

le Maître Hôtel

La contre allée et la grille du chœur : superbement décorée.

 

Sur la gauche du chœur :

Le transept nord, de style gothique rayonnant,  sa voûte est aussi haute que celle du Chœur. Elle laisse apparaître une superbe rosace et un bel autel

C'est dans cette chapelle du Rosaire (photo ci-dessous) que nous découvrons l'oeuvre de Rubens, l'adoration des bergers, qu'il offrit en 1635 en remerciements de soins reçus à Soissons.

D'autres très grands tableaux :

La cène et

le lavement des pieds sont exposés,

mais on n'en connait pas l'origine.

 

La chapelle
La chapelle

La chapelle

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale
Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa CathédraleSoissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

Un autre tableau dans cette chapelle nous interpelle : Le Martyr de St Crépin et St Crépinien.

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

J'ai cherché le pourquoi cette illustration et je vous livre ma recherche:

Crépin et Crépinien, venus de Rome, étaient chrétiens et cordonniers à Soissons. Ils fabriquaient des chaussures pour les pauvres, qu'ils ne faisaient pas payer, et pour les riches qui appréciaient leur production.

En 285 , dénoncés comme chrétiens, ils ne veulent pas nier leur foi, L’empereur Maximien les fait alors torturer. (Légende : source Wikipédia) « on leur fit enfoncer des roseaux pointus sous les ongles, mais les roseaux jaillirent des mains des saints et vinrent blesser les bourreaux. On les précipita ensuite dans une rivière, avec une meule attachée à leur cou mais ils flottèrent à la surface sans se noyer. Puis l'empereur les fit jeter dans une citerne remplie de plomb fondu, mais une goutte de plomb rejaillit dans l'œil de l'exécuteur qui fut éborgné, tandis que Crépin et Crépinien en sortaient indemnes. Finalement, après qu'ils eurent résisté à plusieurs autres supplices, on les fit jeter dans de l'huile bouillante d'où deux anges vinrent les sortir... Crépin et Crépinien furent finalement décapités le lendemain."

Voilà pourquoi ces deux frères Saints martyrs sont les saints patrons des Cordonniers,  Gantiers et Tanneurs

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa CathédraleSoissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

Dans une Chapelle une relique de St Crépin : son fémur.

Mais mon coup de cœur va au transept sud de style gothique primitif, sur le plan architectural.

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

Élévation sur quatre niveaux, les tribunes à 3 arcades et cette magnifique galerie ( triforium).

 

Dans une chapelle, nous découvrons un Gisant  en marbre blanc du Christ.

Bien sûr, il en existe d'autres en France (Auray, Saverne...) mais cette représentation est particulièrement belle et nous expose un Christ apaisé qui semble dormir.

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

Toujours dans ce transept sud :

- Une statue de vierge en majesté romane déposée en 1940

- un beau baptistère en marbre 

 

D'autres sculptures sont à citer, mêmes si elles ne m'ont pas séduites.

En premier, citons Saint Gervais et Saint Protais les jumeaux, à qui cette cathédrale est dédiée.

(Souvenez-vous, membres du réseau, que l'église à côté du BHV, place Lobau, leur est dédiée aussi)

 

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa CathédraleSoissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

Enfin,2 abbesses en marbre de l'époque Louis XIV pour vous accueillir à la porte d'entrée :

Henriette de Lorraine Delbeuf et Gabrielle de la Rochefoucault.

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa CathédraleSoissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale
Quelques vitraux.
Quelques vitraux.
Quelques vitraux.
Quelques vitraux.
Quelques vitraux.
Quelques vitraux.

Quelques vitraux.

Face à la Cathédrale le presbytère, une jolie fontaine et la maison diocésaine (siège de la Gestapo pendant la guerre 39/40.

Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale
Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale
Soissons, une ville à découvrir 2/2 : sa Cathédrale

Je finirai par ces quelques photos de l'état de la Cathédrale à la fin de la grande guerre.

une partie de la voûte, des arc-boutants, des contreforts furent détruits , la tour, fut fendue .

Soissons se trouvait devant un chantier colossal, sans aide de moyens numériques.

Il fallut presque 20 ans pour la remettre en état.

C'est exceptionnel!

Nous ne pouvons que garder l'espoir pour Notre-Dame de Paris.

Ainsi se termine notre ballade à Soissons, espérant vous avoir distraits !

CD

Photos Rol, Cathédrale de Soissons
Photos Rol, Cathédrale de Soissons

Photos Rol, Cathédrale de Soissons

Lire la suite

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

17 Avril 2020 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #France Ile de France

Besoin de sortir : Une petite sortie visuelle à Soissons, Ville  de 28000 habitants, sympathique à découvrir et ses anecdotes...

Nous pensons tous à la célèbre phrase : « Mais qui a cassé le vase… » et bien.... suivez-moi...

Cette ville est entourée d’espaces verdoyants, champs et forêts Vous aurez plaisir à faire une petite ballade en forêt de Retz.

C'est une ville tranquille, comme on les aime!...

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Cette ville existait déjà à l’Antiquité.

Étonnant ; elle devint le première Capitale des Francs en 486, grâce à Clovis après avoir gagné la victoire contre les Romains !

On retrouve en visuel, l’anecdote du vase. sur la place Fernand Marquigny, depuis 1935.

Mais, j'ai pu retrouver la version historique de l'Historien Grégoire de Tours  et je vous la livre ci-après.

Reims: Clovis baptisé par Saint Rémi

"Dans ce temps, l'armée de Clovis pilla un grand nombre d'églises, parce que ce prince était encore plongé dans un culte idolâtre.

Des soldats avaient enlevé d'une église un vase d'une grandeur et d'une beauté étonnante, ainsi que le reste des ornements du saint ministère.

L'évêque de cette église envoya vers lui des messagers pour lui demander que, s'il ne pouvait obtenir de recouvrer les autres vases, on lui rendit au moins celui-là. Le roi, ayant entendu ces paroles dit au messager :

« Suis-moi jusqu'à Soissons, parce que c'est là qu'on partagera tout le butin; et lorsque le sort m'aura donné ce vase, je ferai ce que demande le pontife. »

Étant arrivés à Soissons, on mit au milieu de la place tout le butin, et le roi dit  :

« Je vous prie, mes braves guerriers de vouloir  bien m'accorder, outre ma part, ce vase que voici » en montrant le vase dont nous avons parlé ci-dessus.

Les plus sages répondirent aux paroles du roi :

« Glorieux roi, tout ce que nous voyons est à toi, nous- mêmes, nous sommes soumis à ton pouvoir. Fais  donc ce qui te plaît car personne ne peut résister  à ta puissance. »

Lorsqu'ils eurent ainsi parlé un guerrier présomptueux, jaloux et emporté, éleva sa francisque et en frappa le vase s'écriant :

 « Tu ne recevras de tout ceci rien que ce que te donnera  vraiment le sort.».

A ces mots tous restèrent stupéfaits.

Le roi cacha le ressentiment de cet outrage sous un air de patience. Il rendit au messager de l'évêque le vase qui lui était échu gardant au fond du cœur une secrète colère.

 Un an s'étant écoulé, Clovis ordonne à tous ses guerriers de venir au Champ-de-Mars revêtus de leurs armes, pour faire voir si elles étaient brillantes et en bon état. Tandis qu'il examinait tous les soldats en passant devant eux, il arriva auprès de celui qui avait frappé le vase, et lui dit :

« Personne n'a des armes aussi mal tenues que les tiennes, car ni ta lance, ni ton épée, ni ta hache, ne sont en bon état.» et lui arrachant sa hache il la jeta à terre.

Le soldat s'étant baissé un peu pour la ramasser, le roi levant sa francisque, la lui abattit sur la tête en lui disant :

 « Voilà ce que tu as fait au  vase à Soissons. » !

 Celui-ci mort, il ordonna aux autres de se retirer. Cette action inspira pour lui une grande crainte. Il remporta beaucoup de victoires dans un grand nombre de guerres. …"

Voici le Bas-relief du vase

Voici le Bas-relief du vase

Ce bas relief se situe sur le monument aux morts que je préfère appeler Monument d’Histoire, car s'il porte la liste des morts, il évoque bien d'autres signes des temps. ( sur la place Fernand Marquigny au centre de la ville.)

En haut, 4 allégories portent une flamme

Au centre une femme ailée protège 2 poilus

Sur 2 angles des poilus, un Carolingien de l'an 923 défenseur de la ville et un homme avec un parchemin (1181 abolition des servitudes féodales)

Les autres bas reliefs présente Jeanne d’Arc

ou les Soissonnais en peur, pendant la guerre.

La dernière façade présente non photographiée, la commémoration des morts de la guerre 14-18.

Mais souvenons-nous, de la première Guerre Mondiale dont je vous ai parlé.

Ci-dessous le monument des anglais.

Les bombardements étaient incessants dans cette région, Soissons en subira les préjudices, car détruite aux trois-quarts.

La ville sera reconstruite laissant apparaître ça et là, des façades Arts-Déco.

 

Pour les gourmets : Il existe le fameux haricot de Soissons connus depuis longtemps.

En effet, pendant la guerre de 100 ans, (1337- 1453) , lorsqu’une terrible épidémie de peste (1349-1355) arrive, les Soissonnais s’enfuient rapidement, en emportant leur récolte… mais des graines tombent au sol  et l’humidité du sol les fera germer. Ces haricots permettront de nourrir la population à leur retour !

Autre anecdote : Une légende d'un livre de Soissons  : «  Au siècle dernier, le guetteur de la Cathédrale, nommé le Paon, égaya le haut de la tour en semant des haricots. » Il surveillait la ville et les incendies. Comme il s’ennuyait, il sema dans des caisses des haricots . Ses plantations volubiles s’accrochèrent aux garde-fous de la Cathédrale. Les gens voulaient voir de plus près cette couronne de verdure en haut de ce lieu saint.

Il distribuait ainsi quelques graines aux touristes. Il disait avec humour : « Dieu créa la fleur et lui dit Sois Rose !... Il créa le haricot et lui dit Sois Son ! et va en Paix (Pets) »

Les jardins de Pontarcher à Ambleny

Les jardins de Pontarcher à Ambleny

Vous voulez en cueillir où en acheter en bocaux, pour un repas

ou pour l'apéro ... c'est original et très bon! : Haricot de Soissons apéritif harissa, au vinaigre de cidre et pommes, au piment d'Espelette, ail et fines herbes ou paprika et colombo.

Je vous recommande l'adresse :  les jardins de Pontarcher à Ambleny, mais vous en trouverez aussi en ville!

l'abbaye saint jean des Vignes

l'abbaye saint jean des Vignes

A Soissons en dehors de la Cathédrale pour laquelle je vous dédierai un article, deux tours s’élancent dans le ciel, ce sont celles de l’abbaye Saint Jean des Vignes.

 

A côté l’Arsenal  L'arsenal témoigne de la présence militaire .

Revenons, au centre près du monument aux anglais, on aperçoit la vieille église Saint Pierre qui a fait partie de l'abbaye Notre-Dame de Soissons. La 2e photo nous montre les ruines de l'abbaye.

 
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Intéressant dans ce centre ville, un marché couvert bien actif le samedi où se mêlent sur les étals beaucoup de produits de la région ainsi que des volatiles.

 

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Ancien Palais de l'intendance, de  style néo-classique construit entre 1774 et 1775, il est devenu l'Hôtel de ville de Soissons en 1834. puis vous vous découvrez les berges de l'Aisne.

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

En parcourant la ville vous passerez devant l'abbaye St Léger.

Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!
Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!Soissons, une ville à découvrir 1/2 : Mais qui a cassé le vase!

Bien sûr la région Soissonnaise est le pays de la pomme de terre, des chips Vico, de la betterave et de ses fabriques de sucre! (Blé, orge...)

 

Une sucrerie

Une sucrerie

Vous découvrirez la vallée d'Automne, le château d'Alexandre Dumas, Notre-Dame du Lieu restauré, qui cache quelques mystères!.... 

Château d'A. Dumas et abbaye du lieu restauréChâteau d'A. Dumas et abbaye du lieu restauré

Château d'A. Dumas et abbaye du lieu restauré

PierrefondsPierrefonds

Pierrefonds

Nous nous retrouverons prochainement pour visiter la Cathédrale et son quartier! 

Profitez bien de cette sortie en photos...

CD

Lire la suite

Nouvelles découvertes avec notre guide Didier Bouchard

13 Mai 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France Ile de France, #Randonnée-Week-end

Il va faire beau... C'est le moment de découvrir notre superbe patrimoine d'Ile de France avec Didier Bouchard. C'est avec plaisir qu'il vous guidera...

Conferences.bouchard@orange.fr

Conférencier national, diplômé de l’institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne

Ancien élève de l’école du Louvre

Boite 17 bât. D, 8, rue Cannebière 75012 Paris.

Tel: 06 43 63 35 73

 

Jeudi 16 mai

11h30 :  exposition Franz Marc et August Macke, l’aventure du cavalier bleu, au musée de l’orangerie. Pour 6 personnes seulement.

Sur inscription au 01 43 07 09 69 , et sous réserve de confirmation. 12€+entrée.

 

Mardi 21 mai

14h30 : Décor classé d’une ancienne maison close, hôtel de Saint-Chamond, passage du Caire, maison égyptienne.

Rendez-vous : 2 place du Caire.

Sur inscription au 01 43 07 09 69. 11€+entrée

 

Mardi 28 mai

15h : Les Joyaux de la couronne de France au musée de Minéralogie de l’école des Mines (+nouvelle vitrine de gemmes)

puis le décor peint de l’escalier, et

la façade 18e, côté jardin, de l’hôtel de Vendôme.

Sur inscription au 01 43 07 09 69 : 11€+entrée.

Rendez-vous : 60 boulevard  Saint-Michel.

 

Lundi 3 juin

14h30 : Exposition Henri II au château de Saint-Germain en Laye, puis architecture et histoire du château.

Henri II et sa cour : tableaux, sculptures, objets d’art, exposés dans les salles renaissance et la chapelle gothique.

Puis l’histoire du château, de François Ier à Napoléon III.

Unique visite.

13€+entrée. Sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement.. Rendez-vous : sortie du RER, côté château.

 

 

Mercredi 5 juin

13h45 : la collégiale de Mantes, petite sœur de Notre Dame de paris, puis aux Andelys : le Château-Gaillard, le petit-Andelys, et le musée Nicolas Poussin.

Quelques places sur inscription (et sous réserve de confirmation) au 01 43 07 09 69.

16€+entrées.

 

Vendredi 7 juin

15h : Parties fermées au public de Bicêtre : grand-puits, réservoir et manège de Boffrand (18ème siècle). Puis, la force et les loges de Pinel.

L’hôpital du grand renfermement (1656) et le complexe hydraulique spectaculaire créé par Germain Boffrand sous le règne de louis xv. La force et son histoire révolutionnaire.

Rendez-vous : au métro Kremlin-Bicêtre.

Sous réserve de confirmation et sur inscription au 01 43 07 09 69 , 11€+entrée

 

Samedi 8 juin

15h : Le château de Saint-Ouen : une villa Palladienne aux portes de Paris (1821, décor intérieur). Evocation de Zoé du Cayla, la dernière favorite royale.

L’affaire Favras : un secret de louis XVIII

Rendez-vous : sortie du métro mairie de Saint-Ouen.

11€. Sur inscription au 01 43 07 09 69, et sous réserve de confirmation

 

Jeudi 13 juin

14h : après-midi à Auvers sur Oise : sur les pas de Daubigny, Corot et Van Gogh.

Visite de l’atelier de Daubigny (décor intérieur), de l’exposition Corot , du musée Daubigny (les Corot du musée des Beaux-arts de Reims), puis de la maison et du jardin du docteur Gachet, ainsi que les lieux de Vincent van Gogh : la mairie et l’église d’Auvers, et de Cézanne : la maison du pendu.

16€+entrées. Sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement.

 

Vendredi 14 juin

15h30 : l’Arc de Triomphe et la place de l’Etoile.

Sous réserve de confirmation.et sur inscription au 01 43 07 09 69.

11€+entrée

 

Lundi 17 juin

15 h : Exposition les Nabis et le décor, au musée du Luxembourg..

(Unique visite).

Ensembles décoratifs cloisonistes et japoniants  (paravents, panneaux muraux, plafonds peints) de Bonnard, Vuillard, Maurice Denis, KX Roussel etc...

Rendez-vous : 19 rue de Vaugirard.

20 pers. Maximum.

Sur inscription au 01 43 07 09 69, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

 

 

Avant-programme :

 

Vendredi 5 juillet

15h  :hôtels particuliers, ateliers d’artistes et maisons closes du quartier de l’Europe, sur les traces de Manet, Caillebotte, et Zola.

Rendez-vous : Métro Europe.11€

 

Samedi 6 juillet

15 h : le village des Batignolles, et la cité des fleurs, sur les traces des peintres impressionnistes et des écrivains: (Mallarmé, Zola, Manet, Sisley, Bazille). Rendez-vous : métro Rome.11€.

 

Lundi 8 juillet

15h : salon impérial, chapelle et jardin de la fondation Eugène-Napoléon, ou « le collier d’Eugénie ». Et cour de l’industrie restaurée

Architecture d’Hittorff (1856), mobilier, portraits de Napoléon III et Eugénie, fresque de Barrias, histoire de la « maison du collier ».

 Rendez-vous. 254 rue du faubourg-Saint-Antoine. 11€+entrée. Carte d’identité. Inscription. Au 01 43 07 09 69 .

Lire la suite

Pierrefonds : Du passé au présent…

27 Octobre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France Ile de France

S’il est une promenade agréable à faire en famille, c’est celle des châteaux de l’Oise et l’Aisne. Aujourd'hui, situés près de Compiègne : Une ville et un château : Pierrefonds.

Pierrefonds : Du passé au présent…
Pierrefonds : Du passé au présent…Pierrefonds : Du passé au présent…

Il faut savoir que Pierrefonds connut son heure de gloire comme station thermale et lieu de villégiature sous le second empire.

La ville et l'église vue du châteauLa ville et l'église vue du château

La ville et l'église vue du château

Si le château fut construit à la fin du XIVe siècle pour le frère de Charles VI, Louis de Valois, il fut hélas détruit au XVIIe siècle.

  Au début du XIXe siècle Napoléon III tombe sous le charme de ce château en ruines.

Pierrefonds : Du passé au présent…Pierrefonds : Du passé au présent…

L’empereur acquit, avec sa fortune personnelle et pour un prix dérisoire : 5 millions de francs, ce château en ruines. Il voulait en faire un lieu de résidence et commanda donc à Viollet-le-Duc, la restauration de ce lieu.

Cet architecte possède à  son actif des grandes restaurations dont pour n’en citer que quelques unes :

  • Les Cathédrales : Saint-Étienne d'Auxerre, Notre-Dame d'Amiens, Saint-Michel de Carcassonne, Notre-Dame-de-l'Assomption de Clermont, Notre-Dame de Lausanne
  • La Cathédrale Notre-Dame de Paris et la Sainte-Chapelle (Paris),aidé de JB-Antoine Lassus
  • Les Basiliques de Saint-Denis, Saint-Nazaire de Carcassonne, Saint-Sernin de Toulouse.
  • Les Hôtels de ville  de Narbonne  et de Compiègne …
  • Et quelques Châteaux comme la Cité de Carcassonne, le Château de Coucy (Aisne) et celui dont nous parlons aujourd’hui : le Château de Pierrefonds.

Viollet-le-Duc a respecté l’allure générale de la forteresse médiévale mais a laissé libre cours à son imagination pour rénover certaines parties du château

Du haut de la petite colline, cette forteresse a la forme d’un quadrilatère flanqué de 8 grosses tours de défense et elle domine le bourg.

Chaque tour est décorée d'une statue abritée dans une niche qui représente un héros légendaire de l'antiquité ou du moyen-âge.

Au sud les tours Charlemagne et Jules César défendent l’entrée du Château.

A l’est : La Tour Judas Macchabée est collée à la chapelle.

 

Pierrefonds : Du passé au présent…

Les autres tours Arthus ( le roi Arthur), Alexandre et Godefroi de Bouillon protègent l’ouest 

Pierrefonds : Du passé au présent…

tandis que la Tour de Josué et la Tour d’Hector regarde vers le Nord.

 

 

Tour Josué et sa statue
Tour Josué et sa statue

Tour Josué et sa statue

Ce fut le premier travail de l’architecte 1857-1859, que de reconstruire les tours et les courtines, afin de donner l’apparence actuelle vue de l’extérieur.

Vers les années 1861-62, il y crée à l’intérieur une résidence fastueuse pour Napoléon III et Eugénie.

Un grand fossé fut creusé sur une partie du château.

Un grand fossé fut creusé sur une partie du château.

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrons dans le château, par la porte au pont levis

Nous arrivons dans la cour, nous sommes étonnés par la longue galerie portée sur des piles basses et  sa voûte. 

La galerie et l'escalier au fond

La galerie et l'escalier au fond

La cour est lumineuse : la chapelle au centre et à droite un escalier qui n'a rien de médiéval.

Pierrefonds : Du passé au présent…

Sur quelques arcades des décors.

Pierrefonds : Du passé au présent…Pierrefonds : Du passé au présent…

Pour la visite intérieure… Chapelle, salons, chambres...

Allez-y et vous en serez ravis.

Je tiens à dire que c'est avec émotion que j'ai préparé cet article en pensant à Jean-Jacques H. qui fut un sympathique collègue de l'informatique au BHV, adjoint au maire à Pierrefonds et qui est décédé en 2017. Nous espérions le rencontrer, lors d'un passage dans cette ville.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>