Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°73 l'année 1954 1/3 Le BHV

28 Octobre 2021 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Dans le Monde

Sur le plan international l’Europe et les USA fondent l’Eurovision pour échanger les émissions télévisées.

Bataille meurtrière de Dien Bien Phu, l’armée française capitule le 7 mai.

Début de la guerre d’Algérie.

Faisons un point rapide : En 1954, l'Algérie compte environ 8 millions d'habitants.

Un peu plus de 7 millions sont des berbères arabisés de religion musulmane en grande majorité agriculteurs. Le million restant descend de colons d'origine européenne (les pieds noirs) présents depuis un siècle et des juifs berbères et séfarades.

Dans la nuit de la Toussaint 1954, des nationalistes algériens organisent 70 attentats dans les montagnes au nord-est de l’Algérie.

Après l’attaque de bâtiments publics, d’assassinats de civils, les rebelles, « fellagas » créent le FLN, mouvement partisan de l'indépendance de l'Algérie et une armée.

La gendarmerie et l'armée françaises réagissent  au mouvement insurrectionnel FLN algérien....Ils parviennent à remettre de l’ordre, avec le soutien du gouvernement français. (Mendès-France) : « L’Algérie restera Française ! ».

La France veille alors au développement de l'économie de l'Algérie. Elle crée des écoles, des hôpitaux et scolarise les enfants.

On prévoit une politique d'intégration : le FLN n’en veut pas ! (suite en 1955)

 

En France :

Médical : Découverte du vaccin contre la Polio. Premier test de greffe d’organe.

Le nouvel impôt indirect sur la consommation créé en 1952 : la fameuse TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA), est enfin appliquée.

 

1954 : Lors de l’hiver rigoureux (-15°), une femme meurt de froid, Boulevard Sébastopol.

L'abbé Pierre, Pierre Henri Grouès, fait appel à la radio, aux bonnes volontés afin d’aider les sans-logis. Il réclame des couvertures, des poêles à catalyse, et des tentes.

Un grand  élan de solidarité est lancé où les Français répondent généreusement.

 

Le Samu social était né, l’abbé Pierre est devenu populaire, il suscite un immense élan de solidarité pour aider les sans logis et donner des abris et des vêtements. (500 000 familles vivent dans des taudis ou des bidonvilles

Quand le  BHV répond présent !

Parmi les grands donateurs : Georges Lillaz, va intervenir.

Rappelons-nous qui est Georges Lillaz : c’est le petit fils de Pauline dont nous avons beaucoup parlé.

Georges Lillaz  est connu pour être une personnalité extrêmement humaine :

Directeur Général, il travaille aux cotés d’Henri Viguier, PDG.

Il aide et prête des camions pour livrer les dons du magasin et les dons extérieurs  à l'abbé Pierre .

L’organisation logistique incombe à Roger Staffe qui dirige Ivry ;

(Georges Lillaz, marié à Suzanne Perrin Hally Smith en décembre 1932, divorce en 1940. Il se remarie le 16 novembre 1942 avec Ketty Andrée Parizot. (Décédée en 2008) et inhumée au cimetière de Tréboul commune de Douarnenez.)

Le BHV en 1954 :

Description d’ A Dégranges : Le magasin n’a pas en cette fin des années 1950 la structure que nous lui connaissons aujourd’hui.

Les façades Temple, Verrerie et Archives qui ont été construites un peu avant la guerre de 1914-1918, à la place des Hôtels particuliers qui occupaient l’ilot existaient dans leur forme actuelle.
La façade Rivoli était telle que l’avait connu Monsieur Ruel et les chambres de bonne situées sous les toits, servaient de réserves entre autres, pour la parfumerie.

Au centre de l’ilot se trouvent des cours intérieures couvertes de verrières, à la hauteur du 2éme étage. Un seul escalator en bois situé à proximité de la rotonde, permet aux clients d’accéder facilement aux étages.

 Trois volées d’escalier placés, rue du Temple, au centre Verrerie et à l’angle Archives – Verrerie permettraient en cas de besoin d’évacuer le magasin. Si nous ajoutons les 3 ascenseurs qui sont encore aux emplacements actuels, mais qui ne montent qu’au 5éme, les batteries de monte-charge qui vont du 2éme sous-sol au 5éme étage, nous avons un schéma des moyens d’accès nécessaires à la circulation du magasin.

Rayon disparu

Certains rayons étonnent aujourd’hui, mais il faut savoir que nous avions un rayon « enseignes funéraires » où étaient vendues les fleurs artificielles, les couronnes mortuaires, les plaques de marbre et autres objets de porcelaine destinés au cimetière. Ce rayon a disparu depuis bien longtemps.

L'implantation du magasin

Le sous-sol bien qu’ayant changé a conservé son caractère de l’époque. Les bureaux des acheteurs étaient installés dans les caves des immeubles de la rue de Rivoli dont certaines servaient de réserves. De longs couloirs sombres parcouraient toute la longueur du magasin.

Au rez-de-chaussée, la parfumerie, la bijouterie, le ménage… et surtout le rayon Librairie qui est, disait-on, la première librairie de France, avec le « Furet du Nord ».

Les rayons de nouveauté : hommes et femmes sont placés au 1er étage ; il y a même un rayon Chaussures pour Hommes dont Monsieur Parizot était l’acheteur.

Un grand escalier à encorbellement monte du Rez-de-chaussée au 2éme étage. Cet escalier sera détruit lors des travaux d’agrandissement et remplacé par un escalator presque au même emplacement.

Alain nous dit aussi :" En1954, le BHV est une entreprise familiale, le grand patron s’appelle : Henri Viguier que l’on peut croiser dans le magasin où il connait un grand nombre d’anciens employés.

C’est un grand commerçant et on voit son épouse, faire régulièrement ses courses dans le magasin. C’est ainsi  qu’il me fut raconté par un électricien, qu’un jour, désireux de mettre un nouveau fil à une lampe de chevet comme le lui avait conseillé le chef électricien, il demande un métrage qui parait bien court. Le vendeur fait remarquer à Monsieur Viguier que 50 cm de plus lui semblerait nécessaire, mais notre grand patron qui était très économe lui fait remarquer que « si le fil est vraiment trop court, on peut aussi rapprocher le chevet de la prise de courant ".

Avec messieurs Georges Lillaz, René et Gérard Boulot, la famille est propriétaire de la plus grande partie des actions du magasin. A la direction du magasin, nous y trouvons Monsieur Marchand.

Le BHV crée un bureau de conseils familiaux.(éducation , sécurité sociale, entraide familiale)

Le but de ce service familial est d’aider les clients dans leurs démarches personnelles, administratives, juridiques ou sociales.

Nous consacrerons un peu plus loin,  un article sur le souvenir d’une fête de fin d’année, narré par la fille d’un employé ! C’est un moment extra.

Publicité au BHV

Grande Innovation : on lance la publicité Institutionnelle. « Le BHV pense à votre confort », « Vivez mieux, dépensez moins »,  « Le BHV devient le plus grand magasin du plein air ».

Le but est de persuader  le client qu’il trouvera tout ce dont il a besoin au BHV, tout en profitant des conseils et des services.

 On propose aux dames de s’adresser au BHV pour tous les choix de peinture parce que « le BHV loue des pistolets, met à disposition des conseillers spécialistes, dispose de toutes les peintures, pinceaux, matériels dont vous pouvez rêver. »

Soucieux d’être toujours le premier en matière d’innovation, le BHV inaugure son premier escalator.

Autre Grand magasin : Le Louvre.

Le Louvre subit de lourdes pertes financières, il sera racheté en 1955 par Taittinger (Champagne et immobilier)

On continue sur une suite de 1954 au prochain article

CD

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
merci Christine pour ce bel article intéressant comme les précédents. Il me semble qu'il y a une confusion entre l'abbé Pierre, fondateur d'Emmaus et le père Michel Jaouen qui faisait naviguer les jeunes en rupture de ban pour les aider à se réinsérer.
Amitiés
Olivier
Répondre
L
Oh la la, en effet, merci, j'ai corrigé ! Bien amicalement. Christine
G
Bonjour Christine Bonjours à tous , encore un récit passionnant avec beaucoup d'informations , et comme le dit notre collègue les souvenirs pour ceux qui étaient présent à cette période ( Pour ma part j'ai connu l'installation de l'escalator qui allait du sous sol au 6éme côté librairie ) A cette époque j'étais au rayon parfumerie acheteuse Madame Flippo sincère amitié
Répondre
L
Merci fidèle lecteur ! c'est important d'écrire les souvenirs du BHV!
C
Bravo pour cet article plein d'excellents détails mais surtout que de souvenirs pour ceux qui, comme moi ,. sont entrés dans cette maison à cette période Merci à vous de nous faire revivre celà Amicalement
Répondre
L
Merci Sylvie, quand la mémoire du BHV peut être écrite par des anciens, c'est génial. Amicalement