Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV
Articles récents

Très bonne année à vous, fidèles lecteurs

31 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

Noël est passé, l’année 2019  s’achève et nous commençons une nouvelle année.

C’est avec quelques photos des illuminations de Bordeaux que les ambassadeurs du réseau et moi-même vous souhaitons :

« Une excellente année de joies, sérénité, bonheur, santé, prospérité et réussite de vos projets. »

Un peu d'histoire...

Jules César décide en 48 avant JC, de commencer l’année un 1er janvier. Ce mois est alors dédié au Dieu Janus.

Ce Dieu des ouvertures, qui garde la porte du ciel, avait deux visages, l’un tourné vers le passé et l’autre vers l’avenir !

Cette célébration fut fluctuante au cours des siècles ! L’année pouvait débuter en mars dans le calendrier romain ou plus tard à Noël ou à Pâques.

En 1622, le pape  Grégoire XV décide pour le monde chrétien, de commencer l'année le 1er janvier. Ceci simplifie le calendrier des fêtes religieuses.

Mais la révolution, pour une courte période institue le calendrier républicain, très différent de 1792 à 1806.

Il faudra attendre la décision, en 1805, de l’empereur Napoléon pour rétablir le calendrier Grégorien.

Donc le 1er janvier devient le 1er jour de l’année.

En 1810, le Conseil d’état vota pour que ce jour soit férié, pour votre plaisir à tous !

Alors profitons bien de cette belle journée  et encore belle année!

«  Oui, seul le temps présent est réel, les autres sont virtuels : le futur n’existe pas encore, le passé n’existe plus ». (Christophe André dans Trois minutes à méditer).

CD

Un petit canelé Baillardran.... cela vous dit ?

 

Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Très bonne année à vous, fidèles lecteurs
Lire la suite

Joyeux Noël

24 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

JOYEUX NOEL A TOUS !

Noël, ce mot est un cri de joie, de paix et de bonheur.

Crèche ND de Paris en 2009

Bien que fête Chrétienne, c’est une fête respectée par toutes les religions, ce n’est pas simplement une fête commerciale. Les enfants ont ouvert les calendriers de l’Avent, qui signifie « Venue ». Les quatre semaines  de l’Avent  sont une période d’attente et d’espérance.

Pourquoi faire une crèche ?

On la réalise pour rappeler les textes bibliques, Jésus a été déposé sur la paille d’une mangeoire, les premiers avertis furent les bergers.   La crèche installée chaque fin d’année dans tant de foyers, suscite toujours un émerveillement. 

La première crèche fut vivante, à Greccio en Italie, en 1223, réalisée par François d’Assise.

On verra apparaître des crèches dans  les églises à partir du XVe siècle.

Belles crèches à voir à Paris que nous avions visitées ! ( photos 25 décembre 2018) 

A la chapelle Notre Dame de Nazareth, rue Lecourbe, sous un chapiteau, vous voyagerez en faisant le tour du monde  !

 

Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe
Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe
Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe
Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe

Crèche du monde à ND de Nazareth rue Lecourbe

Exceptionnel! à voir absolument : la Crèche à St François Xavier.

Une merveille. Les enfants y restent des heures en contemplation!

C'est une crèche de 950 santons : 700 personnages et 250 animaux.

Elle mesure 8 m de long et 7 m de profondeur. Impressionnante par les scènes représentants tous les corps de métiers : artisans, fermiers, bergers, vignerons, enseignants, médecins, infirmières, notaires, avocats, religieux, maraîchers, boulangers, poissonniers, pompiers, militaires etc.…

 

Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël
Joyeux Noël

Belle et classique : St Sulpice dans le 6e arrondissement

 

Dans sa lettre apostolique pour Noël, le pape François écrit :

« Je voudrais soutenir la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche. Tout comme la coutume de l’installer sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur les places publiques… C’est vraiment un exercice d’imagination créative, qui utilise les matériaux les plus variés pour créer de petits chefs-d’œuvre de beauté.

On l’apprend dès notre enfance : quand papa et maman, ensemble avec les grands-parents, transmettent cette habitude joyeuse qui possède en soi une riche spiritualité populaire.

Je souhaite que cette pratique ne se perde pas ; mais au contraire, j’espère que là où elle est tombée en désuétude, elle puisse être redécouverte et revitalisée. »

« La naissance d’un enfant suscite joie et émerveillement, car elle nous place devant le grand mystère de la vie »

Que de belles crèches! Merci de m'envoyer celles que vous photographierez en cette fin d'année.

En attendant passez de belles fêtes.

En supplément ... De Croatie ... Quelques belles crèches de Noël à Zadar et Split.

Au plaisir de vous retrouver très vite!

CD

 

Joyeux Noël
Joyeux NoëlJoyeux Noël
Lire la suite

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

20 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news, #Fêtes ou Saisons

C’est toujours un plaisir de se promener à Paris à Noël, les vitrines ravissent toujours petits et grands.

Comme il est bien difficile avec les grèves,  de vous déplacer, j’ai demandé à nos reporters Nicole K et Bernadette B ainsi qu’à Philippe B de nous faire le plaisir de prendre quelques photos. Merci beaucoup, à eux pour leur gentillesse et leur participation.

Aux Galeries Lafayette, le thème de la Ruche de Noël avec la Reine des abeilles qui surveillent du haut du grand sapin. Les vitrines avec des sapins ornés de fleurs divertissent les grands enfants et les plus jeunes. De petites scènes avec des automates bien sympathiques.

 

 

 

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

Au Printemps, le spectacle des vitrines est un peu décalé dans une ambiance de joyeuses fêtes. La reine des Reines, les dindes qui ne cuiront pas, les ours mal léchés et d’autres petits animaux.

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

Au BHV, nous sommes sur le thème Marché de Noël, la façade illuminée est superbe.

Le thème veut reconstituer le vrai marché de Noël de Strasbourg ! Le magasin brille de mille feux.

 

Alors en attendant un dernier article 2019 sur Noël et les crèches… Régalez-vous au marché de Noël du BHV.

Angle Rivoli-Archives

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.
Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

Ambiance intérieure

 

Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.Tradition de Noël : Vitrines des Grands Magasins.

 

A bientôt et bonnes vacances aux actifs qui prennent des congés et de la détente pour les autres.

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°30 La France de 1918

13 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Nous voilà à la veille de 1919, et lorsque nous voyons, les années difficiles vécues par nos doyens, il y a un siècle, je crois que nous avons bien de la chance!

Je voudrais préciser, que le but n'est pas de vous écrire un récit historique du conflit de la guerre 14-18. mais de reprendre avant tout, en France:  les avancées sociales, le côté humain,  les grands magasins, le BHV et son quartier.

CD

L’hiver 2017-2018 est identique aux mois précédents, on se bat dans cette maudite guerre…

A Paris, les grands magasins ont sorti des catalogues de jouets très marqués. On y trouve des panoplies de soldats et des armes.

Affiche Hiver 1917-1918 : Regardez ce père-Noël moitié soldat avec ses 2 poupées représentant l'Alsace et la Lorraine et dans ces poches, des soldats, avions et ambulance militaires et...des armes!  Étonnant !...il faut oser ce côté patriotique alors que nous sommes encore en guerre.

 

 

 

En mars 1918, les troupes allemandes avancent en Flandre et en Champagne, elles arrivent à 65 km de paris. Fin  mars, les allemands qui ont testé leur nouveau canon : la Grosse Bertha, sur la Picardie, envoie à plus de 100km  des bombes sur Paris …

Les premiers obus sont tirés sur la Capitale, le 23 mars 1918 depuis la forêt de Crépy dans l’Aisne . Ces tirs atteindront une partie de la rue de Rivoli.

 

Le bombardement du 29 mars atteindra l’église Saint Gervais-Saint Protais, à côté du BHV. Les canons s’étaient tus depuis 2 jours et à l’heure où tous les chrétiens respectent la commémoration de la mort du Christ, moment des vêpres du vendredi Saint, un canon envoie sur une église une bombe faisant de nombreux morts (75) et blessés.

St Gervais, St Protais vu du BHV
undefined
St Gervais, St Protais de nos jours

Erreur de positionnement, des bombes avaient déjà atteint la rue François Miron, était-ce l’Hôtel de Ville qui était visé ? Le grand Bazar de l’Hôtel de Ville fut épargné !

 

 

après la bombe .après la bombe .

après la bombe .

Au mois de mai des grèves dans les usines d’armement, de manifestations pour la Paix sont organisées, à Paris, Saint Etienne, Bourges, Lyon.

A  la mi-juillet, la seconde bataille de la Marne oblige les Allemands à se replier.

A la mi-septembre, aidée par les alliés,  une partie du Pas-de Calais de la Somme et de l’Aisne est libérée, puis ce sera le Nord.

Le 11 novembre à 11 h après avoir repousser les allemands, les combats ont cessé. L’armistice est signé, comme vous le savez tous dans un wagon en forêt de Compiègne  dans la clairière de Rethondes.

Les cloches sonnent à toutes volées dans toute la France, elles étaient interdites de sonner depuis longtemps. Des larmes de joies coulent sur les visages, c’est l’euphorie dans toutes les villes et villages ! 

Mais contrairement à ce que pensent certains, ce n’est pas la fin de la guerre ! C’est la fin des hostilités pendant 36 jours, en attendant la signature du Traité de paix.

La démobilisation durera encore 18 mois. Les plus jeunes resteront mobilisés.

Des troupes partiront en Alsace et en Lorraine qui étaient annexées depuis 1871 à l’Allemagne. Là, les hommes et les femmes ont revêtu leur costume folklorique pour les accueillir, ils sont partagés entre des sentiments d’espoir et d’inquiétude. Les anciens combattants de 1870 acclament les forces françaises. 130 000 soldats allemands seront évacués en Allemagne. Une nouvelle carte d’identité sera établie (une classification sera établie entre les origines française ou allemandes et ceux qui parlent le Français ou non.

Des troupes d’occupation 120 000 soldats français pénètrent en Allemagne, début décembre, puis 10 000 soldats des troupes coloniales arrivent en Rhénanie.

475 000 prisonniers français regagneront la France par des convois de l’armée et de la Croix Rouge.

En France, chaque ville construira son monument aux morts

Les allemands ont tout détruit sur leur passage avant la signature de l’Armistice, laissant des territoires dévastés, des villages en ruine et des arbres fruitiers coupés. Les 300 000 prisonniers allemands serviront de main d’œuvre pas chère pour reconstruire notre pays.

Se nourrir :

Depuis le début de la guerre certaines denrées sont rationnées (pain, sucre) mais fin février, les parisiens iront en mairie chercher des cartes d’alimentation. en novembre, les Français peuvent lire :

« L'armistice qui vient d'être conclu ne saurait être considéré comme susceptible de mettre un terme au régime de la répartition équitable des denrées essentielles, à la base duquel se trouve la Carte Individuelle d'Alimentation : la nécessité de ravitailler les populations retrouvées, exige un soin vigilant et une méthode précise. 

La paix elle-même ne mettra pas fin immédiatement aux mesures de sage économie que la France victorieuse a le devoir d'appliquer pour faire face à ses charges nouvelles. Quelque temps encore, les terres fertiles du Nord demeureront en jachère; longtemps le fret sera indispensable pour le transport des matières premières nécessaires à la reconstitution des régions dévastées; le blé n'affluera pas immédiatement sur le marché.

Il est donc prudent de ne pas laisser naître des espoirs irréalisables et de préparer les esprits aux nécessités de l'après-guerre.

Lorsque le calme sera complètement revenu, lorsque la vie normale aura repris sa marche, chacun pourra ainsi jeter un regard en arrière, mesurer la part qu'il aura prise dans l'effort commun, s'en réjouir sans réserve et s'en enorgueillir à bon droit. »

L’état décide d’une répartition de la population en 6 catégories, pour la mise en place de tickets de rationnements.

E: Enfants de moins de 3 ans révolus.

J : Enfants âgés de 3 ans, jusqu'à 13 ans révolus.

A : Enfants de plus de 13 ans et les adultes de  moins de 70 ans,  ne se livrant pas à des travaux de force.

T : De 13 ans à moins de 70 ans se livrant à un travail pénible, nécessitant une grande dépense de force musculaire.

C : Les enfants âgés de 11 ans au moins et les adultes et vieillards se livrant personnellement et professionnellement aux travaux agricoles  et fermiers.

V : Les plus de 70 ans, dont les occupations ne peuvent autoriser la catégorie C.

La France gagne la guerre, la grippe espagnole sévit, mais combien d'hommes a-t'on perdus ?

10 millions d’hommes furent tués dont 1,4 million de Français et comme si cela ne suffisait la vague d’épidémie de  grippe espagnole sévit à partir de la fin juillet ; elle gagne en virulence et de 300 décès en septembre, elle atteint son paroxysme au mois d'octobre où le nombre des victimes est proche de 7000 victimes en France. Médecins et hôpitaux surpris sont complètement submergés.

 A Paris, on fait le choix d'hospitaliser tous les grippés. Il faut créer des salles spéciales pour eux et augmenter le nombre de lits. Mais le manque de personnel est grave car les infirmiers et médecins sont encore mobilisés. Des médecins militaires aideront. 

Le personnel soignant est atteint à son tour ! Il y a pénurie de médicaments, de linge, de matériel... Les pharmaciens sont en rupture de quinine, d'aspirine. On manque d’ambulances… Et bien sûr, il est difficile d’organiser autant d'enterrements, en si peu de temps !

E n novembre, la baisse s’amorce à Paris mais il faudra attendre juin 1919, pour en voir le bout ! La seule constatation  est que cette grippe n'atteint que peu les jeunes enfants et les vieillards, mais d’une façon très importante les adultes dans la force de l’âge.

On ne pouvait pas fermer les usines ou les administrations. Certaines écoles, et salles de spectacles, reconnues comme foyers de contamination durent fermer leurs portes provisoirement. Des soldats ou des prisonniers libérés en novembre 1918, moururent de cette grippe quelques jours après avoir regagné leurs foyers.

Cette pandémie de 1918, fut un grand défi au corps médical qui croyait en avoir fini avec les grands fléaux des siècles précédents. (La grippe espagnole a tué 50 millions de personnes dans le monde.)

Sur le plan Economie :

Faute de liquidité, la poste est mise à contribution et crée les Chèques Postaux.

Le 30 novembre 1918 le roi Georges V se rend à Paris pour quelques jours.

Cette photo a été prise lors de sa visite à l'Hôtel de Ville.

 

En route pour 1919.... à bientôt, avec cette belle affiche !

.

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°29 La France de 1914 à 1917

7 Décembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1915

Création du diable : Charrette à bras qui envahira les marchés et les Halles de Baltard

d'après Photo Louis Vert, musée Carnavalet

Par la Loi Dalbiez 350 000 militaires mobilisés ou (mobilisables) reviennent du front pour faire face au manque d’employés qualifiés et répondre à la fabrication en armes et munitions. 150 000 autres hommes se rendront dans les mines et l'industrie métallurgique.

 

 

L’état lance un emprunt à court terme de défense nationale sous forme de bons du trésor.

Ces affiches furent placardées sur les façades des édifices publics dans les villes et les villages.

Regardez ce magnifique coq qui sort de la pièce d’or et qui se lance, bec en avant sur le soldat allemand, baïonnette  à la main.

Les deux messages de cette affiche sont un appel au civisme

et au patriotisme. 

Pour ces braves hommes les permissions sont très rares.

En août 1915 un soldat pouvait compter sur 6 jours de permission avec un roulement de 5 % des effectifs!

Avec les difficultés de transport pour rejoindre leur famille, le moral était au plus bas!

Le 3 juillet 1915 extrait du journal Les Hommes du Jour

 

 Les zeppelins, ballons dirigeables allemands transportant des bombes, bombardent 3 villes d’Angleterre, puis en mars les gares du Nord et St Lazare à Paris. Londres sera bombardé le 31 mai.

En avril, les allemands utilisent un gaz toxique à base de chlore, des milliers de soldats sont asphyxiés. Puis on passera au stade des armes chimiques…

Au printemps, nos soldats « les poilus » changent d’uniformes, la couleur est moins voyante (bleu-gris), le képi sera remplacé par un casque en métal et ils reçoivent des maques à gaz.

Poilu 1914-1918

Le 26 avril, l’Italie change de camp, elle quitte la Triple Alliance pour rejoindre la Triple –Entente

En septembre les français avancent mais n’arrivent pas à percer la ligne de Front : 27 000 morts, 98 000 blessés et de nombreux prisonniers.

Le chemin des dames
Les tranchées (d'après agence Rol)

 

1916 :

C’est  la première année au passage à l’heure d’été

BHV :

Du 7 août 1915 au 28 octobre 1916, la façade est réalignée au RDC et à l’entresol et travaux divers. Surélévation du Hall central de l’angle Archives-Rivoli. Elle consiste en une reconstruction de 2 étages. Les ventes continuent...

Social :

Un appel est fait aux femmes afin de remplacer les hommes dans certains travaux. Les femmes se font embaucher dans les sociétés d’armement «  les Munitionnettes ». On les retrouve aussi en usine métallurgique, automobile, employées de banque, conductrices de tramway, factrices…

fabrication d'obus
fabrication d'obus, d'après agence Rol

 

 

conductrice de Tram( d'après agence Meurisse)
Femme facteur (d'après agence Rol)

André Citroën qui a construit en 1915 une usine d’obus quai de Javel, fabrique plus de 20 000 obus par jour pour l’armée et ses alliés ;

La guerre se poursuit, des combats très violents éclatent.

L’enfer de Verdun : Le 21 février, 1 million d’obus sont tirés sur Verdun, les allemands avancent et prennent le fort de Douaumont. Le 25 février le maréchal Pétain est nommé aux  commandes des forces armées.C’est une guerre terrible où les combats violents se succèdent. Imaginez : 50 millions d’obus sont lancés en 10 mois… Que de morts, blessés, brûlés au lance-flammes.

Les français reprennent le fort  fin octobre.

A la mi-décembre, nous avons repoussé l’ennemi, la victoire est là !

Pour la première fois en septembre 18 tanks britanniques ont surpris les allemands.

Renault fabriquera son premier char de combat, le F 17, 6 mois plus tard.

 

1917

Le BHV

 

Henry Viguier fils de Georges Viguier a épousé en 1906 Marie-Claire Renée Normant, issue d’une riche famille de drapiers de Romorantin qui fournissait le tissu pour les uniformes de l’armée

Cette année 1917, ils décident d’acheter le château de Bouges dans l’Indre. Il sera décoré sur les conseils  de l’épouse du coûturier Jacques Doucet.

Henry viguier se partage entre son appartement de l’avenue Foch, son château de Bouges, son manoir à Houlgate et sa villa à Grasse.

Il sera élu maire de Bouges en 1919.

Photo extraordinaire où le BHV porte les drapeaux Français et expose sur sa rotonde le slogan: L'union fait la force.

 

Les affaires sont difficiles, mais le Grand Bazar de l'Hôtel de Ville s'est mis à la vente d'objets militaires.

 

Le catalogue se permet des fantaisies, on peut lire.. sur un chapeau : en avant ! ou Pétain !

A Paris, il fait très froid, la Seine est gelée, et il est difficile de se chauffer car le charbon est rare.

Seine gelée Janvier 1917 (d'après ag Rol)
Champs Elysées Janvier 1917 (d'après ag Rol)

 

 

On peut lire dans la presse que la période fut glaciale du 20 janvier au 15 février. A Paris la Seine charriait des glaçons... -15° à Paris, -18° à Lyon.

On y trouve aussi une note d'humour!

On ne perd pas le moral... sur le front !

En janvier, des grèves courtes  éclatent à Paris, chez les petites mains de la couture puis les transports, ainsi que des usines travaillant dans l’armement. Le motif du mécontentement est la vie chère  et l’augmentation des salaires. (la rareté des produits frais ont fait flamber les prix.)

Tandis que la production d’automobiles se réduit chez Renault, l’usine se diversifie dans la fabrication de camions, de moteurs d’avion, des obus, des canons, les chars à chenille et enfin des vrais tanks !

En juin, des volontaires américains viennent aider l'armée, ils sont formés  et participent aux combats.

En avril, une grande attaque est lancée « au Chemin des Dames »  à Craonne, entre Soissons et Reims. Les soldats tombent, morts ou blessés.  30 000 militaires sont las, un mouvement de contestation naît, ils ne supportent plus les morts inutiles, ils se révoltent, il y a des mutineries et 48 hommes seront passés par les armes.

De là, on entend la Chanson de Craonne qui fut interdite par l’Armée. (En fin d’article)

L’armée allemande utilise le gaz moutarde, le 12 juillet à Ypres en Belgique.

Le 16 novembre Georges Clémenceau devient président du Conseil et Ministre de la Guerre

La chanson de Craonne  interdite :

Quand au bout d'huit jours, le r'pos terminé,
On va r'prendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile.
Mais c'est bien fini, on en a assez,
Personn' ne veut plus marcher,
Et le cœur bien gros, comm' dans un sanglot
On dit adieu aux civ'lots.
Même sans tambour, même sans trompette,
On s'en va là haut en baissant la tête.

Refrain
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes.
C'est bien fini, c'est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C'est à Craonne, sur le plateau,
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
C'est nous les sacrifiés !

C'est malheureux d'voir sur les grands boul'vards
Tous ces gros qui font leur foire ;
Si pour eux la vie est rose,
Pour nous c'est pas la mêm' chose.
Au lieu de s'cacher, tous ces embusqués,
F'raient mieux d'monter aux tranchées
Pour défendr' leurs biens, car nous n'avons rien,
Nous autr's, les pauvr's purotins.
Tous les camarades sont enterrés là,
Pour défendr' les biens de ces messieurs-là.

Au Refrain

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l'espérance
Que ce soir viendra la r'lève
Que nous attendons sans trêve.
Soudain, dans la nuit et dans le silence,
On voit quelqu'un qui s'avance,
C'est un officier de chasseurs à pied,
Qui vient pour nous remplacer.
Doucement dans l'ombre, sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

Refrain
Ceux qu'ont l'pognon, ceux-là r'viendront,
Car c'est pour eux qu'on crève.
Mais c'est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève.
Ce s'ra votre tour, messieurs les gros,
De monter sur l'plateau,
Car si vous voulez la guerre,
Payez-la de votre peau !

A bientôt ! en 1918....

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°28 La France entre en Guerre 1914

30 Novembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier


1914: Un grand progrès social :

Loi du 10 janvier : Les femmes qui ont accouché bénéficieront d’un mois de congés après la naissance.

En Mai, Léontine Zanta est la première femme Docteur Es lettre à soutenir sa thèse à la Sorbonne.

Culture :

La Presse, est représentée par 4 Quotidiens : Le journal, le Petit Journal, le Matin, le Petit Parisien.

Cette année, de grands écrivains seront tués par l’ennemi : Charles Péguy, Alain Fournier, Ernest Psichari, (petit-fils de Ernest Renan)

Inventions :

Les premières machines à laver non automatique sont mises en vente dans le monde.

Le fer à repasser devient électrique.

Création de la pile électrique Wonder. Connue sous le nom de Wonderful fabriquée pour l’armée

Politique :

En avril : Georges V et son épouse Mary se rendent à Paris pour fêter les 10 ans de l’Entente Cordiale.

Vote de l’Impôt sur le revenu à l'assemblée le 15 juillet 1914 : Le but est de frapper les riches à un taux très bas. Seulement 1,7% des 15 millions de ménage est concerné. (11 tranches d’imposition et) la tranche la plus forte est à 12,5%. ...Non, on ne rêve pas !...

Grands magasins

De 1914 à 1918, le commerce fonctionne au ralenti ; Un grand nombre d’ateliers de mode et de commerces ferment ; le personnel est au chômage.

A Noël les jouets prennent des allures guerrières (Jouets mitrailleuses)

 

Le nouvel aliment à la mode fabriqué à Courbevoie : Banania : farine de banane avec cacao, crème d’orge et sucre. Facilement transportable, c’est le produit idéal pour les jeunes enfants et les poilus.

Cette affiche verra le jour en 1915.

BHV : le 20 septembre 1914, c’est le décès de Madame Veuve Xavier Ruel, l’épouse du fondateur. Nous reviendrons plus tard sur l’histoire de cette famille. 

Le 30 octobre, décède à son tour  Madame Viguier (fille Ruel)

Historiquement :….Et c’est là que tout commence !...

La tension entre la France et l’Allemagne  montent depuis quatre ans. La France souhaite toujours reprendre l’Alsace et la Lorraine, tombées aux mains des allemands en 1871.

Nos alliés de la Triple Entente sont la Russie depuis 1897 et le Royaume-Uni depuis 1907. En face nos ennemis : La Triple Alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie)

28 juin  Assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo par un étudiant Serbe.

Le 28 juillet, l’Autriche-Hongrie soutenue par l’Allemagne déclare la guerre à la Serbie

Le 31 juillet, l’Allemagne adresse un ultimatum à la France et à la Russie.

Le 1er août : Ordre de mobilisation en France. 3, 5 millions  de Soldats Français,  âgés de 21 à 48 ans sont concernés sur 6 millions  en Europe.

L’Allemagne déclare la guerre à la Russie

2 août L’Allemagne occupe le Luxembourg, lance un ultimatum à la Belgique  et déclare la guerre à la France, le lendemain : 3 août.

 

 

Le 4  août : Obsèques de Jean Jaurès assassiné par un étudiant en archéologie(Villain)

Sur  le plan Social et commercial :

Paris est en Etat de Siège, le 4 août. Des gens saccagent ou pillent des boutiques et des cafés, prétendant que le propriétaire est allemand ou autrichien. Ce fut le cas pour Maggi (Bouillon Kube à Neuilly).

Par conséquence de nombreux magasins qui restaient ouverts faubourg st Antoine, rue de Charonne, rue de la roquette, Boulevard Beaumarchais, rue Amelot, arboraient des drapeaux français, belges, américains ; Certains ajoutaient des panneaux: « Maison Française ou Archi-française ou Alsace-Lorraine ».

Services publics : Dans les transports certaines lignes de tramway sont perturbées et de nombreuses stations de Métro sont fermées.

Sur le plan ravitaillement, les arrivages de viande ont diminué et la préfecture a fait réglementé la vente de la pomme de terre, les prix flambèrent par manque d’approvisionnement, particulièrement les fruits et légumes secs où la population s’était stockée en faisant de grandes réserves de précaution.

Difficile est la Guerre en ce mois d’août ! (résumé rapide...)

 L’armée française ne résiste pas à l’offensive et bat en retrait. Après des échecs sur les trois grandes batailles en Lorraine, en Alsace et dans les Ardennes, la France qui a perdu 80 000 hommes se replie derrière la Marne.

Début septembre, l’armée allemande est à 40 km de Paris.

Le conflit devient mondial lorsque le 23 août, le Japon déclare la guerre à l’Allemagne.

Le 2 septembre, le gouvernement Français se replie à Bordeaux et laisse Paris au général Gallieni.

 La grande bataille de la Marne (de Paris à Verdun) avec 700 000 soldats français et 75 0000 anglais a lieu contre 7000 000 allemands. C’est là que le général Gallieni réquisitionne  les autobus et les taxis de la Capitale  « Les Taxis de la Marne » destinés à transporter les troupes vers Meaux, en renfort. Cette bataille est gagnée.

Les familles quittent la ville et leur village …C’est l’exode

Le 20 septembre, libération de Reims, la Cathédrale est incendiée.

UN ACTE DE VANDALISME : «Les Allemands se sont acharnés, sans raison militaire, à tirer sur la cathédrale de Reims, qui est en flammes. 

Le bombardement de la cathédrale de Reims, commencé depuis plusieurs jours, a enfin réussi, hier, à mettre le feu à l'édifice. Il n'en reste plus que quelques murs. Au cours du bombardement ont été détruits également la sous-préfecture, le musée et le lycée. On signale aussi que plusieurs rues, les plus anciennes de la ville, ont été la proie des flammes.

La Gazette de Francfort écrivait le 8 septembre: « Respectons tes cathédrales françaises, celle de Reims, notamment, qui est une des plus belles basiliques du monde. Depuis le moyen âge, elle est particulièrement chère aux Allemands, puisque le maître de Bamberg s'inspira des statues de ses portiques pour dessiner plusieurs de ses figures…. »

La guerre s’enlise, dans l’hiver. On creuse des tranchées de 2 à 3 m de haut. Nos poilus vivent dans des conditions épouvantables d’hygiène et attrapent les maladies dues aux conditions. Ils vivent dans la boue,avec près d'eux des morts non enterrés, et les rats qui grouillent ! Les blessés par des éclats d’obus sont difficiles à évacuer.

d'après une photo agence Rol 1915

 

A bientôt ...

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°27 avant la guerre de 1914

22 Novembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Santé Hygiène

En ce début de siècle le grand fléau reste la tuberculose, mais on vaccine depuis quelques années contre la variole. L’hospitalisation se généralise. Moins de nourrissons décèdent en couches. On stérilise les biberons, on surveille le poids du nouveau-né.

Bébé sort en landau…

Les enfants vont à l’école où le maître préside sur son estrade !

On écrit avec un porte plume qu’on trempe dans l’encrier. Les enfants vont à l’école 5 jours par semaine du lundi au samedi, mais le jour de congé est le jeudi.

Les enfants lisent : le tour de la France par deux enfants, la semaine de Suzette, l’Intrépide…Les friandises sont rares (Sucre d’orge, berlingots ou pommes d’amour à la fête foraine)

Je reviens sur ce livre : Le tour de la France par deux enfants.

Livre très ancien, l'original a été écrit en 1877, puis corrigé  en 1904, en raison de la séparation de l'église et de l'état, le texte et les gravures ont été modifiés et toutes les références à la religion ont été retirées.

On verra une réédition 1920 actualisée après guerre.

(Disponible sur Amazon) Le thème: 
"Au lendemain de la guerre de 1870, deux enfants orphelins , André et Julien,parcourent la France. Sur les pas de ces deux jeunes Lorrains patriotes, le lecteur découvre la vie des métiers et les nouvelles techniques de la première révolution industrielle. Un témoignage extraordinaire sur une époque, à travers "le livre de lecture" de nombreuses générations de Français.".

C'est un livre de base extraordinaire qui a été lu pendant 50 ans dans les écoles et qui devrait être lus par tous nos chérubins d'aujourd'hui, Une éloge au patriotisme, l'histoire, la géographie, les sciences, les découvertes et la morale!

Quelques exemples de Thème Morale parmi tant d'autres! .... Ce n'était pas si mal!...à philosopher pendant les longues soirées d'hiver!

"Le travail fait renaître le bonheur et l'aisance là où la guerre ne laisse que deuil et misère.

Les beautés de la nature doivent élever notre pensée

Ayons tous un même cœur pour aimer la France.
C'est l'amour de la science et le courage des savants qui ont fait faire de nos jours tant de progrès à l'humanité.
Ce qu'il y a de plus heureux dans la richesse, c'est qu'elle permet de soulager la misère d'autrui... 
Ce que la patrie admire dans ses grands hommes, ce n'est pas seulement leur génie, c'est encore leur travail et leur vertu.
Celui qui accomplit une œuvre utile ne doit point se laisser décourager par la jalousie ; tôt ou tard, on lui rendra justice.
Celui qui se fait reconnaître pour un honnête garçon trouve aide et sympathie partout où il passe.
Combien il est facile de se faire aimer de tous ceux qui nous entourent ! Il suffit pour cela d'un peu d'obligeance et de bonne volonté."

 

Au début de ce XXe siècle le médecin scolaire fait son apparition. Son rôle est multiple, il veille à l’hygiène scolaire des locaux scolaires, et aux conditions sanitaires. Il s’occupe aussi de l’hygiène physique et psychique des écoliers.

Le maître d’école éduque les enfants par des leçons de chose. L’enfant apprend l’utilité du savon, du brossage des dents.

Et enfin, il y a l’éducation sportive. N’oublions pas qu’il faut former les garçons en patriote prêts à se battre, avec une bonne santé mentale ; quand aux jeunes filles la gymnastique adaptée, prépare la future épouse à ses devoirs de mère au foyer.

Nettoyer son linge sans machine !

Jusqu’au début des années 1900 les femmes lavaient leur linge au bateau-lavoir en bord de Seine, ou au à la rivière. C’est l’époque où chaque jeune femme qui se mariait, était dotée d’un trousseau de linge de maison prévu pour lui servir longtemps.

La femme des années 1910-1913, n’a toujours pas de machine à laver, alors on  lave à la main des petites choses mais on utilise surtout  les services des industries de Blanchisserie près de Paris (Boulogne Billancourt, Rueil, Courbevoie, Pantin). Chaque blanchisserie  comptait  6 à 700 employés.

Le principe est le suivant :

  • Le linge est ramassé chez les clients.
  • Arrivage, triage du linge

     

  • Arrivé à la blanchisserie, il est marqué et désinfecté..
  • Puis c’est l’essangeage ou 1er mouillage et décrassage du linge
  • La mise en cuvier construits en tôle galvanisée ou cuivre, pour faire bouillir le linge.
  • Puis passage dans des essoreuses
Les essoreuses
  • Enfin : le séchage,( difficile à l’air libre !)

Soit dans des étuves « Calorifères »,

Soit  pour le linge plat un passage dans des cylindres, ainsi il  ressort parfaitement sec pour être plié ; 

Le linge délicat ou amidonné sera traité par des repasseuses.

Presse pour linge plat
Les repasseuses pour le linge fin

Les restaurants et hôtels ont opté pour la location du linge.

Le linge propre et  emballé sera ensuite livré chez les clients.

 

Nous nous retrouverons en 1914.... la grande Guerre!...

Dans les Grands magasins  : Louvre, Bon Marché, Samaritaine, on prépare Noël...

Mais au Grand Bazar de l'Hôtel de Ville ... On bricole!

 

Un clin d’œil pour le repas de Noël!... C'était en 1913 !.....

 

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°26 avant la guerre de 1914

15 Novembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Nous suivons allègrement l'avancée du Grand Bazar de l'Hôtel de Ville dans l'Histoire,  depuis quelques temps. Mais vous êtes-vous posé la question, sur l'approvisionnement en produits frais à Paris. De toute évidence, cela semble facile à la campagne...mais à Paris ...

La France développe sa réputation de  Pays  de la bonne chère. Il faut manger pour subsister,  pour vivre et aussi pour le plaisir.

En ce début du XXe siècle, nous vivons sans grand moyens de transport, sans avion, sans TGV, sans grand transporteur routier... L'imagination et les innovations vont permettre une vie plus gourmande, agréable, comme nous allons en juger ci-après....

La France resta le principal fournisseur de blé de l'Europe occidentale, avec une production considérable. Certaines régions agricoles françaises se spécialisent : Charente et Normandie dans le beurre, Vaucluse et Roussillon dans les primeurs et la vallée du Rhône pour la culture des fruits et légumes. Ces produits seront acheminés vers Paris et les grandes villes.

On fréquente les Bistrots ou les restaurants:

Vers 1900,  le régime alimentaire était presque exclusivement végétarien :

- farines cuites provenant de diverses céréales ; le pain contient beaucoup de sel pour mieux se garder frais.  On mange des  galettes, de blé noir ou sarrasin, des bouillies à base de maïs cuites à l’eau ou au lait, de la soupe de  légumes avec beaucoup de pomme-de-terre

On  consomme des œufs et des fromages quand ils ne sont pas prévus à la commercialisation.

La viande est un luxe et on profite de l’élevage local fermier : poulets, canards ou selon la région Bœuf et porc.

 La boisson principale est l’eau et aussi, du  vin de médiocre qualité (la bonne qualité est réservée à la vente, déjà les entrepôts de Bercy pour le vin existent. le Nord  boira de la bière,  et l’ouest du Cidre.

L’amélioration des transports, les échanges avec la ville et l’amélioration du système de cuisson va permettre de développer la viande saisie, remplaçant occasionnellement la viande bouillie de longues heures.

Que mange t'on ?

Les plats d’un repas s’étoffent :

Le  café au lait est une nouveauté du matin. on peut trouver des magasins spécialisés dans le café.

On cultive et on mange  des légumes verts, en plus des pommes-de-terre .

On voit apparaître des desserts,  comme des pâtisseries ou des  bouillies sucrées,

Le dimanche, la viande de  volailles ou le lapin réjouit la famille.

On commence à goûter du bon vin

 La  mode bourgeoise  en terme d’alcool est  l’absinthe, qui  devient la « fée verte », (Verlaine, Rimbaud, Baudelaire, Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Degas)

La viande des bouchers en ville provient des abattoirs

A Paris,  les abattoirs de la Villette, ont regroupé tous les anciens abattoirs  pour nourrir la Capitale. Chaque jour, on tue plus de 6000 bestiaux.

Le Marché aux bestiaux se situe du côté de la Porte de Pantin et l’abattage,  plus au fond vers le Canal.

La bête est vérifiée par un vétérinaire qui contrôle 15 marqueurs. La bête marquée peut partir à l’abattoir. « Le nombre des animaux amenés et vendus est généralement supérieur le lundi…  En 1 journée  prise au hasard, il fut vendu 3800 bovins, 14000 moutons et 3000 porcs)

La villette : le dépeçage de moutons
Boucherie traditionnelle

On se plait à cuisiner : Des recettes culinaires apparaissent dans journaux.

Auguste Escoffier crée un livre de recettes pour améliorer le quotidien ; c’est fabuleux !

Rappelons que cet homme est le créateur de la pêche Melba. 

Légumes et fruits dans nos assiettes

La France, douée d'un climat exceptionnellement tempéré, voit pousser sur son sol les produits les plus divers. La fertilité de sa terre est une richesse nationale, culture et élevage s'y sont développés de façon prodigieuse. Les progrès de la culture intensive furent encouragés (Midi et Algérie)

 Il fallait permettre aux centres producteurs de transmettre rapidement aux centres consommateurs les fruits de leur labeur. Et voilà que les grandes compagnies de chemins ont su régler ce problème d’approvisionnement  alimentaire des  « primeurs ».

Déchargement des trains, gare des Batignolles
Gare de la Chapelle

Avant, les fruits  étaient en grande partie consommés sur place, la lenteur du transport leur permettant difficilement d'arriver dans les grandes villes. Le chemin de fer devenu plus rapide répond aux demandes croissantes chaque jour, ils permettent d’obtenir des  fruits, légumes frais, transportés avec une rapidité extraordinaire, et, grâce aux précautions prises, dans un état de conservation parfaite, gardant toute leur saveur et leur aspect délicat,

Chargement des fraises

Les fruits délicats tels que  les fraises ou les pêches sont protégées dans des cageots. Pendant le trajet la ventilation intérieure des fourgons est assurée d'une façon absolument parfaite.

A l’arrivée, souvent la nuit, des hommes déchargent  les lourds fardeaux pour que les Halles de Paris puissent prendre le relais.

Pour le vin et les alcools : Les entrepôts de Bercy

Ils ont, en quelque sorte, une vie autonome. Ils sont administrés par le service des perceptions municipales, que représente un conservateur, secondé par un vérificateur et deux employés. Deux brigadiers et vingt gardes, portant un costume spécial, assurent la police des entrepôts, avec le concours d'une meute de chiens policiers.

 En effet, Bercy n'est point habité, si ce n est que par les fonctionnaires. La nuit, on ne rencontre que les gardes portant un révolver à  la ceinture qui effectuent des rondes incessantes, accompagnés d'un ou deux chiens,

Le conservateur dirige le tout. Il s'occupe surtout des locataires qui apportent  une coquette somme dans les caisses municipales.

Bercy, qui couvre une superficie de 42 ha est divisé en trois zones: le Grand-Bercy, le Petit-Château et la Berge.

Les prix de location varient, suivant la zone choisie. Cinq francs le mètre pour Les caves de la berge ; dans les autres, de 6 à 9 francs pour les magasins, de 2 à 4 pour les terrains servant de dépôts de futailles.

La " berge ", c'est te port naturel de Bercy. Le quai magnifique, sorte de digue que la ville fit construire en 1888, le sépare des entrepôts.

Le long du fleuve, les rangées de tonneaux s'alignent à l'infini ; à chaque heure du jour, des bateaux en apportent d'autres. C'est là que les courtiers-gourmets viennent examiner les produits et préparer les transactions auxquelles ils président.

Les 115 caves de la berge peuvent contenir au-moins de 140 a à 150 demi muids.

L'accès de la berge aux entrepôts est assuré par quatre tunnels percés dans le quai et muni, de portes-écluses, lesquelles, pendant les plus fortes crues de la Seine, suffisent à préserver  Bercy contre tout risque d'inondation.

Dans les  entrepôts proprement dits, on trouve des caves, bien aménagées. Dans certaines on un admire la majesté des foudres monumentaux dont la contenance varie entre 150 et 230 hectolitres.

D'autre négociants; sont fiers de leurs citernes en ciment vitrifié dans, lesquelles ils logent jusqu'à 280 000 litres de vin.

Le travail sur les tonneaux, le lavage des bouteilles, le remplissage et le bouchage est fait sur place.

Les coupages et assemblages sont l’affaire des négociants, dans une maison surnommée « le parloir » ou la petite Bourse de Bercy.

C’est là aussi que marchands et courtiers gourmets s’entretiennent pour fixer le cours du vin. On y traite 1 800 000 hectolitres.

La liqueur à la mode reste l'absinthe.

Prochain article sur l'Hygiène et l'entretien du linge au début de ce XXe siècle

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°25 1913

10 Novembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1913, Encore une année intéressante !

En Politique : Raymond Poincaré est élu Président en remplacement du Président Fallières.

 

Le 7 août le retour au service militaire de 3 ans est adopté après que le conseil supérieur de la Guerre l’ait proposé en mars.

Le 1er mai, parution du 1er journal de Georges Clémenceau : «L'Homme libre ».

Le numéro 2 (Mai 2013)

Le président du Conseil : Louis Barthou propose à son homologue britannique (Aqsuith) de construire un tunnel sous la Manche !... 75 ans plus tard le tunnel commencera pour être achevé en 1994 !

Economie  et Social:

Électrification des premières lignes de chemin de fer dans le midi.

Nous sommes là dans une période de progrès social étonnant !

Hier, la circulation entre les grandes villes se faisait en diligence. Le pays peut être  fier des progrès accomplis.

La première toile est née ! Non celle d’internet !... Mais celle du réseau ferré ! Nuit et jour des locomotives à vapeur traînant des wagons de 1ere, 2e et 3e classe circulent. La vitesse moyenne est de 70 km/h, mais de grosses locomotives Compound peuvent aller à 120/130 km/h

Le Paris-Bordeaux qui se parcourait entre 11h30 et 16 h en 1862  passe de 7h20 à 8h30 en 1913.

Pour Lille : 3h40, Nantes : 6h  et Strasbourg : 8h environ.

Roland Garros réussit la première traversée en avion, de la Méditerranée.

Industries : En 1913, 45 000 autos sont produites en France.

Une grève de 44 jours (10 février au 26 mars) sévit chez Renault. Les ouvriers luttent contre la mise en place du Taylorisme, basé sur le chronométrage des tâches. En 1913, Renault emploie 44000 ouvriers, c’est le premier constructeur avec 4200 voitures par an.

La consommation électrique augmente : 7000 communes reçoivent l’électricité sur 38000, soit 40% de la population.

Invention notoire : Un métallurgiste anglais Harry Brearly découvre en  recherchant un métal résistant à la corrosion pour les armes et les canons, un acier « sans rouille » qu’on appellera acier inoxydable.

Sur le plan culturel:

Ouverture du Théâtre des Champs Elysées d’Auguste Perret qui a fait le choix du béton.

Marcel Proust publie «  Du côté de chez Swan », tandis qu’est édité « les Copains » de Jules Renard.

Les mots croisés font leur apparition !

Après une brève apparition en BD dans "La semaine de Suzette" en 1905, le personnage de Bécassine : Annaïk Labornez, d’abord Amiénoise devenue la Bonne Bretonne, sera diffusé plus largement , dans des Albums à grand succès.

Alain Fournier publie le Grand Meaulnes. Proust : du côté de chez Swann sort en novembre. Guillaume Apollinaire édite son recueil de poèmes :" Alcools" dont certains furent mis en musique plus tard, en particulier par Léo Ferré.

 

Picasso expose à New York, tandis que Georges Braque rejoint Picasso dans le domaine du Cubisme, avec le principe du Coller papier ou bois pour donner du relief ! On découvre les peintures abstraites de Fernand Léger.

Une chanson fait fureur « Avec l'ami Bidasse »: Ce terme, qui veut dire « Soldat » trouve son origine dans une chanson créée par Louis Bousquet ; Son refrain est resté connu : « Avec l’ami Bidasse, on ne se quitte jamais, attendu qu’on est, tous deux natifs d’Arras-se, chef-lieu du Pas-de-Calais »…

Au cinéma, le public découvre le fameux Fantomas dans"Le mort qui tue".Le cinéma est encore muet et un pianiste accompagne en musique.Il faudra attendre 1927 pour connaître le 1er film parlant ! (le chanteur de Jazz)

Les Grands magasins sont toujours aussi actifs avec leurs catalogues et bénéficient d'une large clientèle.

 

avant l'inauguration

avant l'inauguration

Le Grand Bazar de l'Hôtel de Ville:

Les images parlent parfois mieux que les textes!

undefined
Le premier logo BHV

Octobre 1913. Après 21 mois de travaux dirigé par l’architecte A Roy, le magasin est sain : un système de pompage à air comprimé pour éviter les remontées des eaux de la Seine a été installé au sous-sol.

Le magasin a été réaménagé, la superbe rotonde apparaît !

Le magasin flambant neuf est prêt; la rotonde est surmontée d’un dôme et de sculptures, les architectes en sont Graner et Roger.

Le 6 octobre, a lieu la grande réouverture du Grand Bazar de l’Hôtel de Ville.

Carton d'invitation

 

Catalogue octobre 1913
Intérieur du magasin

 

undefined
Carte publicitaire de A. Willette, Bibliothèque historique de la Ville de Paris

 

 

 

Affiche 1913

Affiche 1913

Personne ne peut imaginer la tournure des événements qui va suivre en une guerre atroce qui laissera des millions de morts....

Mais avant de parler de 1914, nous reviendrons sur la santé et l’approvisionnement dans cette dernière période.

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°24 1912

1 Novembre 2019 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Calendrier  BHV 1912
Calendrier  BHV 1912

Calendrier BHV 1912

Dans le monde :

Aux USA, un nouveau président est élu : Woodrow Wilson. 28e pdt des USA, on retiendra de lui son prix Nobel de la Paix en 1919 et le droit de vote aux femmes en 1920.

En avril, le 16, exactement, au large de Terre-Neuve le Titanic se heurte sur la banquise créant le décès de 1500 personnes sur 2200 passagers

Le 22 avril,  Le paquebot «  France » part officiellement en croisière.

En France :

Politique : C’est le 10 juillet qu’est votée la représentation proportionnelle à la chambre des députés.

Jean Jaurès côtoie dans les grands rassemblements les leaders du socialisme mondial. Par ses talents d’orateur, sa force de conviction, il devient un des plus grands, de l’Internationale.

Lors du rassemblement de Bâle, les 24 au 25 novembre 1912, il marquera le peuple européen socialiste.

Dans le conflit qui naît en Europe, l’Internationale s’est réunie dans un congrès extraordinaire dans le but de mener des actions en faveur de la paix. Ils sont des dizaines de milliers, venus du monde entier, à la manifestation qui clôt le congrès de l’Internationale socialiste.

Citant le grand Schiller, Jaurès conclut : "J’appelle les vivants… je pleure sur les morts… je briserai les foudres de la guerre qui menacent dans les nuées !"

« Dans tous les pays il y a des courants contraires. Les uns sont contre la paix, les autres sont contre la guerre. La balance du Destin oscille dans les mains des gouvernements….. Ici, à Bâle, les chrétiens nous ont ouvert leur cathédrale. Notre but répond à leur pensée et à leur volonté : maintenir la paix. Mais, puissent tous les chrétiens, qui suivent encore sérieusement les paroles de leur maître, nourrir le même espoir que nous. Ils s’opposeront avec nous à ce que les peuples soient saisis par les griffes du démon de la guerre…..

Et rappelant l’inscription que Schiller avait gravée sur sa cloche symbolique : Vivos voco, mortuos plango, fulgura frango ! Vivos voco : j’appelle les vivants pour qu’ils se défendent contre le monstre qui apparaît à l’horizon. Mortuos plango : je pleure sur les morts innombrables couchés là-bas vers l’Orient et dont la puanteur arrive jusqu’à nous comme un remords. Fulgura frango : je briserai les foudres de la guerre qui menacent dans les nuées. »

 Sciences :

Médecine Alexis Carrel, prix Nobel de Médecine ; on lui doit la suture des vaisseaux et les premières greffes d’organes sur les animaux !)

Arts :

Claude Debussy a écrit le Martyre de saint Sébastien

Guillaume Apollinaire …. C’est l’année du Pont Mirabeau… poème très célèbre !

"Sous le pont Mirabeau coule la Seine
            Et nos amours
       Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine
 
     Vienne la nuit sonne l'heure
     Les jours s'en vont je demeure ...."

Au Théâtre on joue l’annonce faîte à Marie de Paul Claudel

Peinture : C’est le début du Cubisme avec Picasso et Braque

Dans la chanson populaire, on écoute la Valse brune, créée en 1909 et l’hirondelle du faubourg.

Aux folies Bergères : Mistinguett, débute en 1911 et y rencontre Maurice Chevalier.

La mode :

Coco Chanel réinvente la Marinière !

Commerce: tendance et nouveautés:On peut acheter facilement de nouveaux produits.

 

Lancement du savon Cadum  avec la photo du bébé joufflu et fabrication du Synthol

 

Transports : Un petit tour en omnibus à chevaux! ou en automobile.

Nous parlerons du train dans un autre article.

Omnibus d'après photo agence Rols

 

Les Grands magasins: Octobre 1912

On ne peut pas oublier la réouverture des Galeries Lafayette dont les travaux avaient commencé en 1910.

Superbe magasin avec ses balcons, son escalier d'honneur et sa célèbre coupole.(Maître verrier : Jacques Gruber, créateurs de nombreux vitraux; on retrouve ses oeuvres à Notre-dame du Rosaire dans le 14e)

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°24  1912Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire  n°24  1912

Le Grand  Bazar de l’Hôtel de Ville :

Le 15 janvier 1912 commencent les travaux de sous sol, en avril le terrain est nu sauf, sur la rue de Rivoli où la vente continue. 13 m ont été creusé au dessous du niveau de la chaussée. La mise hors d’eau est difficile et tous garde en mémoire les grandes inondations de 1910. Il faut drainer l’eau, la conduire dans des puisards, il faut éviter toute infiltration.

On ferme une partie du magasin jusqu’au 6 octobre, les murs sont alors montés.

Le grand Bazar de l'Hôtel de ville en journée classique et en journée de Carnaval
Le grand Bazar de l'Hôtel de ville en journée classique et en journée de Carnaval

Le grand Bazar de l'Hôtel de ville en journée classique et en journée de Carnaval

Création de la charpente en fer  pour  la rotonde.

Le 1er décembre : le rayon jouet prend sa place au rez-de-chaussée et les premiers rayons s’installent dans les sous-sols. Superbe exposition le 15 décembre!

Le Grand bazar de l'Hôtel de ville  a été réaménagé, la superbe rotonde commence à prendre forme!

 

la rotonde en construction, 1912-1913

 

 « En janvier 1912 débutent des travaux de grande envergure, sous la direction d'Auguste Roy. Dans cette zone inondable, une excavation de treize mètres de profondeur est pratiquée, dans laquelle on coule un double plancher et une double cloison de ciment armé, créant ainsi un caisson étanche dans lequel est ancrée la construction. L'élément porteur est une gigantesque charpente métallique, conçue indépendamment de la maçonnerie qui n'aura qu'un rôle de remplissage, éventuellement décoratif. Les travaux ne concernent pas les immeubles de la rue de Rivoli où la vente continue. … » Citation d’I. Dérens  dans le Dictionnaire des monuments de Paris.

Les fouilles exécutées en janvier 1912, rue de la Verrerie, pour l'agrandissement du Grand Bazar de l'Hôtel de Ville, ont permis de découvrir une stèle funéraire hébraïque du XIIIe siècle, sans en connaître l’origine . (Conservée au musée Carnavalet)

Pour mémoire : la maison des coquilles angle de la rue du Temple et de la rue de Rivoli, qui sera absorbée par le magasin.

 

Affiche BHV 1912

 

 

Jeu et Puzzle 1912 sur le Grand Bazar de l'Hôtel de Ville
Jeu et Puzzle 1912 sur le Grand Bazar de l'Hôtel de Ville

Jeu et Puzzle 1912 sur le Grand Bazar de l'Hôtel de Ville

On se retrouvera  bientôt ....en 1913.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>