Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV
Articles récents

Le bouquin de l'été : "L'anomalie" d'Hervé Le Tellier, vu par Antoine Eminian

5 Août 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

Hervé Le Tellier : L’Anomalie, nous est proposé par notre collègue Antoine, 

Comme toujours, l'analyse est bien faîte et je crois que certains vont le commander rapidement.

Bravo et merci Antoine.

Bonnes vacances à ceux qui en profitent et bel été aux autres !

Hervé Le Tellier, né en 1957, est un écrivain français. Mathématicien de formation, puis journaliste  diplômé du Centre de formation des journalistes à Paris, il est docteur en linguistique et spécialiste des littératures à contraintes. Il a obtenu le prix Goncourt en 2020 pour son roman L’Anomalie qui vient d’être réédité en poche.

Printemps 2021, un Boeing Air France assurant la liaison Paris-New York approche de la côte Est des Etats-Unis quand il est pris dans un monstrueux orage. Tandis qu’il entame les procédures d’atterrissage la tour de contrôle l’informe qu’il est détourné sur un aéroport militaire. Au sol c’est la consternation incrédule, ce vol s’est déjà posé à New York il y a quatre mois, même immatriculation, mêmes pilotes, mêmes passagers !

Quel extraordinaire roman ! Quelle habilité dans la narration, quelle imagination et une belle culture générale. Tout est décoiffant dans ce bouquin, qu’on le prenne dans un sens ou dans un autre. 

L’Anomalie, roman d’Hervé Le Tellier est aussi le titre du livre que va écrire Miesel, un écrivain passager du mystérieux vol, une mise en abîme qui ne manque pas de sel. A cela, ajoutez un mélange des genres littéraires, le livre débute comme un vrai polar, avec un détective sur la brèche et une entame qui en fin d’ouvrage est qualifiée par Miesel de référence à Mickey Spillane. Le thriller succède avec de petits détails qui alertent le lecteur, quelque chose de louche se trame et ne tarde pas à débouler sur la scène, ce qu’on peut qualifier de S.F. puisque l’avion et ses passagers se retrouvent dupliqués sur le sol américain, chacun des hommes et des femmes ayant son alter ego, génétiquement identique, seuls ces quatre mois de vie les différenciant.

FBI, cellule de crise et scientifiques se creusent les méninges pour tenter de comprendre l’origine de cette anomalie et garder au secret ces humains ; personnages dont l’auteur nous fait revivre leur vie d’avant, leur vie du moment puis plus tard les conséquences sur leur avenir.

Le récit très actuel met en scène les présidents Trump (« présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde ») et Macron, se glissent des réflexions sur nos sociétés et le monde comme il va avec ses shows télé et ses exaltés religieux. Les clins d’œil abondent, littéraires comme par exemple avec le roman de Luke Rhinehart (L’Homme-dé) mais surtout, me semble-t-il, hommage à P.K. Dick qui a passé sa vie à s’interroger sur qu’est-ce que le réel ? L’une des théories développées par les scientifiques estimant que notre monde n’existerait pas en tant que tel, nous ne serions que des simulacres évoluant dans un méga jeu de rôles dicté par un programmeur supérieur ! Personnellement, j’adore cette idée qui ouvre de multiples pistes de discussions enflammées sur les religions, la philosophie et tout le reste.

Un bouquin terriblement captivant, plein d’allusions, très cultivé, vous poussant à activer vos neurones et vous hâter d’en connaitre le dénouement qui s’avère une jolie pirouette très drôle, dans la lignée du film « Le Jour sans fin ».

« Ce mal, c’est Elpis, l’Espérance. C’est le pire de tous les maux. C’est l’espérance qui prolonge le malheur des hommes, puisque, n’est-ce pas, contre toute évidence, « tout va s’arranger ». Ne peut pas être ce qui ne doit pas être… La vraie question que nous devrions chaque fois nous poser est celle-ci : « En quoi est-ce qu’accepter un point de vue donné m’arrange ? » »

 

Hervé Le Tellier   L’Anomalie   Folio  - 397 pages –

Lire la suite

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

26 Juillet 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 4 Sud-Ouest, #Randonnée-Week-end

Angoulême

Du haut de sa vieille enceinte de fortifications transformées en boulevards, Angoulême, bénéficie d’un point de vue, étendu et varié . Au nord et à l'ouest, la Charente, coule, au milieu des prairies, avec sa belle couleur d'argent .

Ce plateau,  offrait aux premiers hommes qui ont décidé de s’y établir la facilité de surveiller les abords et de se défendre contre les ennemis. Lorsque les habitants travaillaient aux champs, ils pouvaient revenir se réfugier derrière les remparts. L'ensemble des fortifications,  faisait d'Angoulême, une place de premier ordre, dans l’histoire.

Les remparts, à la muraille crénelée, sont devenus des parapets où on a plaisir à se promener.

 

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Angoulême, jusqu'au 19e siècle, a manqué d'eau. Même les romains n’ont pas réussi à créer un aqueduc, parce qu’il n’y avait pas de source au débit suffisant et à une altitude adéquate ; la plupart des habitants étaient obligés de descendre puiser au pied du coteau, y laver leur linge et abreuver leur bétail.

Le nouvel Hôtel-de-Ville a été bâti de 1858 à 1861, d'après les plans de M. Paul Abadie, sur l'emplacement de l'ancien château, dont les deux tours, conservées de mauvaise grâce, jurent un peu avec l'ensemble.

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Cathédrale

Il y a dans ce monument des parties remarquables, telles que la façade méridionale .

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Au temps où les Goths ariens occupaient Angoulême, la cathédrale était, dit-on, sous le vocable de saint Saturnin, et on ajoute que, rebâtie vers le milieu du VIe siècle, elle fut alors dédiée à saint Pierre et à saint Paul. Le bois entrait sans doute pour une bonne part dans sa construction, et un incendie la détruisit en 981.  Plusieurs fois reconstruite, car il eut 3 cathédrales disparues sur cet emplacement  : la première saccagée par les barbares, la seconde incendiée par les normands en 981, une 3e en forme de croix grecque et enfin celle-ci,  que nous reprendrons par les informations livrées dans la cathédrale.

Saint-Pierre est une des plus belles églises romanes de l'Ouest, où le Style Roman a laissé un bon nombre d’églises remarquables.

On remarquera les contreforts.

La façade : un chef d’œuvre roman (conçue dès 1118). Elle comprend 5 arcades aux rdc . On s’arrêtera pour admirer la superbe frise de Roland, neveu de Charlemagne . En s’inspirant de la Chanson de Roland, elle voulait illustrer la reconquête des royaumes musulmans par des souverains chrétiens)

  1. A gauche, l’évêque Turpin transperce le flanc du sarrasin Abime.
  2. 2 au centre Coiffé d’une couronne d’où s’échappe un voile, Roland tranche avec son épée Durandal, le poing droit de Marsile (Roi de Saragosse.
  3. C) Le roi s’effondre sous les murailles de la ville.

 

Au rez-de-chaussée, le tympan du grand portail représente le Christ bénissant d'une main et présentant les Évangiles de l'autre.

De chaque côté, deux arcades renferment chacune trois apôtres.

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Sur l’arcade supérieure,  on découvre le retour du Christ triomphant entouré des symboles des 4 évangélistes : en haut à gauche, l’aigle de St jean, en haut à droite : l’homme pour st Mathieu ; en bas à gauche le lion de St Marc et à droite le bœuf de St Luc

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Sur cette belle façade :  Une cinquantaine de personnages symétriquement sont enfermés trois par trois, deux par deux ou séparément dans des arcades, et vingt-cinq autres logés dans de petits médaillons.

en bas, Saint Georges terrassant le dragon et  saint Martin partageant son manteau.

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Une belle tour clocher de 59 m sur 6 étages sur l'arrière

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Intérieurement :

L’édifice se compose d’une nef unique, d’un grand transept et d’un chœur semi-circulaire entouré de quatre absidioles

Le plan et l'effet intérieur de Saint-Pierre sont des plus remarquables.

Il en est de même de la partie de l'ornementation qui a emprunté ses motifs au règne végétal ou qui ne relève que de la fantaisie. Les moulures de la plupart des archivoltes  sont d'une extrême élégance.

 

 

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Découvrons les sculptures des enfeus.

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

L'autel et son chœur

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Regardons de plus près la coupole, à la croisée du transept.

 

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Les chapelles du transept. Quelle grâce !

 

La grande tribune et le grand orgue (1781)

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Autres détails d'architecture...  comme les fonds baptismaux, un animal... St Michel patron de la France et de l'armée ou la peinture de la vierge du Perpétuel secours

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Quittons la cathédrale  pour un petit tour dans le centre ville, sans oublier que c'est ici qu'a lieu le festival de la bande dessinée.

 

En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...
En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...En passant par Angoulême... sur la route des vacances...

Au plaisir de vous retrouver pour vos découvertes à partager.

Lire la suite

1969 L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse. 4/ 4

13 Juillet 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Souvenirs inoubliables de ce magasin où régnait un esprit d'entr'aide et de camaraderie, de la direction à l'encadrement et pareil pour les vendeurs et démonstrateurs.

Comment ne pas se souvenir, qu'après avoir déjeuné au self du 1er étage, l'encadrement, jouait au ping-pong sur des longues tables prévu pour la cantine, jusqu'au jour où l'US BHV les remplaça par de vraies tables de tennis de table. 

C'est donc en 1969, qu'eut lieu l'ouverture du BHV de  Garges lès Gonesse au Centre Commercial du Pont de Pierre sur 5500 m², auquel s'ajoutait un « garden-center » qu’on nommera « l’anneau » : On y vend des tentes de camping et autres produits de jardin.

Le Bhv offre 1350 places de Parking.

Le 1er Directeur, fut Monsieur Touzé, mai d'autres suivirent : G Fradin, C Vérant, R Lebec...

Les bureaux de la Direction (surnommé : l'aquarium") étaient situés à l'étage, où celle-ci avait la vue sur tout le magasin.

Le centre fonctionnait avec Carrefour et Mammouth.

Le BHV Garges, en 1972 : le BHV est à gauche; au fond, un hyper, Mammouth

Le BHV Garges, en 1972 : le BHV est à gauche; au fond, un hyper, Mammouth

Nous sommes en 1969. Le centre commercial du Pont de Pierre à Garges lès Gonesse ouvre ses portes :

Monsieur Grandjean, client du BHV nous fait part de ce descriptif, du  magasin où il aimait se rendre

« Garges voit ainsi s’implanter en 1969 le premier hypermarché Cora de France, ainsi qu’un hypermarché Mammouth et un grand magasin BHV, de part et d’autre de la route. Cette zone commerciale d’une quinzaine d’hectares ne manque pas de faire de l’ombre aux centres secondaires et de nuire au démarrage des centres principaux. Lors de l’inauguration, les petits commerçants ont protesté en semant des clous sur le parking, pour crever les pneus des voitures des invités… »

1969 L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.  4/ 4

Le BHV était un immeuble bas, rectangulaire, d'un étage. Peint en blanc, avec quelques parements vert clair, la couleur de l'enseigne. Il était placé le long de la route de Gonesse, du côté de l'école Jean Jaurès. Une petite rue, qui venait des bords de la rivière, un champ, tranquille, qui demeurait encore. Puis un échangeur, un vaste parking. Le "BH", comme on l'appelait, était là.

Depuis le nouveau pont, sur lequel la grande route passait, on avait un escalier de ciment, à la rambarde verte. En voiture, et à pieds aussi, les gens allaient par dessous le pont. On suivait alors au pied de cet escalier, longeant le bas du talus de la route, par la voie réservée aux fournisseurs.

En auto, on faisait tout un grand cercle, autour d'un terre-plein où étaient vendues des tentes et des caravanes... Ceux qui venait de l'autre côté, d'Arnouville, devait faire tout le tour. Ceux qui venait du Vieux-Garges, ou de la rue Carnot, l'amorçaient juste, mais tournaient vite à gauche, pour rejoindre le parking, sur le devant.

Le Drug'B

Le Drug'B était de style Western, avec des chaises en bois sculptées, des tables de bois sombre, et des panneaux coupant la salle, en lattes semblables...

 On pouvait déjeuner dehors, quelques tables accueillaient nos plateaux. Sur le devant de la cafét', on pouvait, aux beaux jours, grignoter en regardant le parking, puis les champs, derrière la haie de peupliers des bords du Croult… Au fond, le terrain du Bourget, tout au loin, avec quelques gentils avions qui passaient… C'était chouette !

Le Drug'B : cette si sympathique cafétéria de style Western du BHV. J'y avais pris la carte d'abonnement, rouge et noire. Un repas = un ticket gris, à coller. Carte pleine = repas gratuit ! 

      La carte de fidélité du Drug'B en 1975

La devanture du B.H.V. justement, était en vitrage, du sol au plafond, à part quelques forts piliers de soutien.  Un large trottoir, un auvent plat, qui protégeait les abords des intempéries

Avec le temps, une voie « pompiers » sera créée, qui séparera par des plots allongés rouge et blanc le parking du trottoir. Il ne fallait pas se tromper. Le parking était double : un vaste, au fond, vers les rivières et la haie de peupliers, puis une montée, brève mais sèche, pour rejoindre un second, plus petit, juste devant le magasin. Les deux séparés par un petit peu d'herbe. Rien qu'à l'œil, le magasin était accueillant !

Dans l'ordre, on y trouvait, en arrivant, d'abord une jardinerie, grillagée. Sur le devant, des brouettes, des pots, des rouleaux de fil de fer, de grillages, des échelles... A l'arrière, c'était une sorte de serre, ouverte au public, avec des plantes, des paquets, des engrais...

A l'approche de Noël, le devant était complètement noyé de sapins de toutes tailles, certains avec des racines, et de bonhommes en blouse bleue chargés de couper les liens, de préparer les arbres, qui s'affairaient dans le noir du jour tombé...

Après, c'était le magasin lui-même. De dehors, on ne voyait pas tout : vaisselles et bazar, balais, éponges, puis, très vite, aspirateurs. Ce qui était caché était derrière le grand mur blanc, au coin du bâtiment. Là, c'étaient les "gros blancs" : cuisines, machines à laver, frigos, alignés, côte à côte... Au fond, côté jardinerie, on trouvait une oisellerie, puis les rayons des jeux, des jouets, et du sport.

Au milieu du magasin, une grande caisse centrale, à côté de deux escalators. Montant à droite, descendant à gauche, face à une large allée.

1969 L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.  4/ 4

Sur la droite,  une partie plus fermée, plus basse  comme un grand kiosque.   L'un des côtés  avait des présentoirs de disques 33 tours. Juste avant, un passage, puis la succession : classique, variétés. Dans le renfoncement, côté parking, des vitrines avec des postes de radio, tandis qu'un mur d'images occupait tout le fond : les téléviseurs. ...

Derrière nous, donc maintenant vers le milieu du magasin, étaient les livres, en petits rayons bien rangés. Histoire au bout, poches le long des murs, best-sellers sur les gondoles centrales, le long de l'allée principale. Un passage redonnait sur l'avant du magasin, avec les rayons Faïence-Verrerie, ménage et Brosserie Nettoyage.

De l'autre côté du mur de la librairie se trouvaient les rayons Papeterie, et les Beaux Arts : Cadres et Dessins.. Un petit rayon Voyage : sacs et valises sur de grands présentoirs montaient jusqu'au plafond.

Enfin, tout au bout, le rayon Literie et Sièges avec, au fond, le rayon Eclairage . A sa gauche derrière l'escalator, le rayon Rideaux et Tissus. Ensuite vous retombiez sur l'immense surface : "Saisons".

Les meubles divers dont chambres d'enfant étaient présentés au 1er étage après le Bricolage.

Nos clients appréciaient le magasin et ses services. 

1969 L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.  4/ 4

A l'étage

L'étage était différent. C'était une simple mezzanine.

La mezzanine commençait par des petits box, partant du mur de gauche : zones clients, prêts, réclamations, crédits etc... La partie devant les escalators donnait à gauche sur les papiers peints, juxtaposés à la Peinture.

Sur la droite, les rayons Quincaillerie, QiAM, Robinetterie, Electricité, Outillages à main et électrique et le rayon auto.  Sur le rebord du "vide" de la mezzanine, était disposée une partie du rayon Bâtiment-Décoration :  les meubles en kit, les portes, les étagères.

Enfin au fond  :  le bois, les carrelages... , les baguettes et les planches. Et dans un carré sécurisé la machine pour la découpe du bois. 

mars 1976, avec le BHV peu visible, sur la gauche, mais avec l'anneau, couvert de matériel de camping; et au fond, un concurrent, Conforama.

mars 1976, avec le BHV peu visible, sur la gauche, mais avec l'anneau, couvert de matériel de camping; et au fond, un concurrent, Conforama.

 La fin

… hélas, la bonne époque prendra fin dans les années 85, suite aux attentats terroristes, et aux vols, de plus en plus fréquents, car le quartier se détériorait…

1969 L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.  4/ 4

La clientèle locale n’était pas très aisée.

Cora remplaça Carrefour parti, pour ouvrir à Parinor Aulnay sous Bois ; Mammouth fut remplacé par Conforama, un inconditionnel de l’ouverture du Dimanche.

Des mouvements importants eurent lieu le dimanche pour interdire l’accès aux Clients de Confo.

Le BHV périclita et finit par fermer en 1990.

1969 L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.  4/ 4
1969 L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.  4/ 4

Ceci-dit la transaction de fin fut bonne pour la trésorerie du BHV. Une page venait de se tourner 

Le blog va espacer les articles durant cette période de congés d'été ... je souhaite de belles journées à nos collègues à la retraite et de bonnes vacances à ceux qui travaillant prennent leurs congés !

Bon weekend de 14 juillet à tous.

Au plaisir de recevoir un reportage sur un de vos petits coins de paradis d'été !

CD

Lire la suite

1969 L’ouverture du BHV Parly 2 et agrandissement de Montlhéry 3/ 4

6 Juillet 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Quand les Centres commerciaux naissent en triplés ...

Rappelons-nous que c’est  le 27 mars 1969 qu’ouvre le premier centre commercial de France  Englos. De nombreux cadres de Direction du BHV se sont déplacés pour découvrir cette réalisation gigantesque avec Auchan qui nommait  ses allées : des « avenues ».

Cela nous changeait bien sûr du premier Auchan au lieu dit les « Hauts-Champs » à Roubaix où les robes étaient stockées au-dessus de l’alimentation ! Ce centre fut une révélation !

Quelques mois plus tard c’est Cap 3000 qui ouvrait près de Nice.

Mais, le 1er centre commercial de Région Parisienne fut Parly. ( né de la contraction PARis-marLY)

Un nouveau comportement des consommateurs est né; On cherche le « rationnel », faire ses courses en un minimum de temps !

source D.R

Ce centre commercial de 56 000 m² avec 150 enseignes s’agrandira pour passer à 107 000 m² en 1987. Les 2 magasins leaders sont le Printemps et le BHV, qui n’hésiteront pas à se copier l’un, l’autre, parfois en bien, parfois en « loupé » !

1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4

 Ouverture du BHV  Parly II ,

Le BHV ouvre ses portes  le 4 novembre 1969 : un BHV, tout beau de 11 000 m² dont l’ouverture était  prévue pour le printemps 1970, et qui fut  avancée à novembre 1969. On y compte 225 personnes.

Le magasin était ouvert du lundi au vendredi de 11h à 22h, et le samedi 10H à 20h.  

C’est la première fois que le BHV ouvrait un magasin périphérique sur 3 niveaux.

Le Directeur du magasin fut Mr Bigey. D’autres noms bien connus suivront comme Mr De Montbron, Mr Basso, Mme Gosse. 

Le sous directeur fut Mr Bourgeac que l’on retrouvera plus tard Directeur de la Vente sur Entrepôt, puis suivront entre autres : Mr Burdelot, Mr Lions, Mr Lhuillier.

Le DRH : Mr Masson, Mme Lardin,

Au standard Mme Riet surnommée  (la chouette, car elle collectionnait cet oiseau nocturne, dans son bureau).

Secrétaire de direction Mme Troy Denise.

Client-service : Mme Rousseau.

PRDI : M Paltrié,  Mr Poulain.

Sur le quai de réception : Mr Magné, Mr Privat, Mme Biron. 

Quelques noms de chefs de rayon que l’on ne saurait pas oublier : Mme Hennebert, Mr Bessonneau, Mr Lang, Mme Francois, Mr Mantisi, Mr Bontemps, Mr Jean, Mr Ferro, Melle Allard, Mme Fleuret, Mme Vartagnian. Melle Guemmeche, M Saissy, M Habert.

1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4
1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4

Parcourons ce nouveau BHV

Au niveau bas : Au Sous-sol se trouvaient les rayons : Hifi, Photos, Disques Librairie, Papeterie et cadres et dessins.

Le secteur ameublement : Rayon Eclairage, Canapés, Literie, Déco Ameublement.( Tissus, rideaux, papier-peints).

Quelques chanteurs, acteurs, actrices écrivains côtoyaient le B.H.V pour leur dédicace où leurs emplettes. (Lino Ventura, Gérard Depardieu, Zanini, Marie José Nat, Roger Lanzac, Guy Beart, Eddy Mittchel etc…)

Au rez de chaussée :

On y trouvait les services à la clientèle et  le S.A.V. 

Les rayons de nouveauté : Homme, Femme, Lingerie, Enfants, Puériculture et un rayon Beauté animé par des démonstratrices.

 En période d’hiver,  le rayon Sports prenait place à coté de Client-Service et était animé pour la période du ski par un super technicien.

On ne saura pas pourquoi, les Arts de la Table avec la Faïence-verrerie étaient implantés à ce niveau. Curieux ?

A l’étage supérieur, soit le 1er étage, face à l’escalator, était implanté le secteur Arts Ménagers :

le  rayon petit -électroménager avec ses démonstrateurs (trices) toujours en effervescence pour leur chiffres d’affaires,  Seb, Cadillac, Mors, Hoover, Moulinex, Tornado . etc… , au fond le gros électroménager :  Brandt Vedette, Arthur-Martin, Miele, Rivolia, Nogamatic, Zanussi, etc…Les meubles de cuisine MOBITUB ,  les rayons Ménage, Brosserie-nettoyage et Animalerie ainsi que le chauffage et la climatisation en saisonnier.

Le secteur Bricolage tenait une place très importante : Outillage à main, outillage électrique, Robinetterie Quincaillerie et Peinture....Découpe du bois et du verre.

La surface « SAISONS » : En période de Noël,  le rayon Jouets s’agrandissait avec de nombreuses démonstrations couvrant un grand choix de marques.

Puis prenait place, le rayon jardinage avec ses outils de jardin et ses tondeuses. Sur la terrasse se tenait une exposition de barbecues, chaises,  tables, tentes.

Bien sûr, il y avait les « coups de feu ».Aux " 6 jours du BHV " Une grosse affluence  de clients mobilisait  où  tout le personnel afin de remplir les bacs, et les gondoles ou pour aider à l’encaissement.

 Des expositions de produits locaux de différents pays étaient organisées. (Iran, Maroc...)

Anita, qui a fait carrière au BHV,  précise et ajoute : " Nous étions proches de nos responsables, toujours dans la bonne humeur et le dynamisme!"

Faute d’animateur, on n’hésitait pas à former le personnel pour animer les ventes flash avec un micro. (Anita a fait parti du lot)

 Sur notre petit quai de réception, on constatait un ballet incessant des semi-remorques venant tous les jours d'Ivry où d'Alfortville.

Les secrétaires  de rayon travaillaient avec des taverniers pour les stocks et relevaient le chiffre d’affaires afin de le communiquer pour la guelte des démonstrations.

 Tous les matins, le C.A était communiqué par les responsables aux équipes de vente.

Le pointage du personnel se faisait : « A vue ».  Avant d’arriver au vestiaire, des contrôleurs étaient là avec leur petit cahier pour noter notre arrivée et notre sortie.

Dans les années 75, ce fut la pointeuse avec les fiches cartonnées. »

Un gros problème pour le BHV et le Centre Commercial de Parly  se traduisait par un manque de places de parking, particulièrement en période de Noël.

Vers les années 80, Le personnel devait utiliser un parking déporté, à environ 800 m du  magasin, 6 semaines avant Noël, afin de laisser de la place à la clientèle

Nous pouvons remercier chaleureusement Anita D. et Renée H. qui m’ont aidée en rassemblant leurs souvenirs très réalistes du magasin de 1969.

Photos plus récentes, En bas à droite la porte entrée du personnel.

1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 41969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4
1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4
1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 41969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4

Côté centre Commercial

1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 41969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4
1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4
1969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 41969 L’ouverture du BHV Parly 2  et agrandissement de Montlhéry  3/ 4

1969 : Agrandissement du BHV Montlhéry:

 A nouveau, les travaux se sont effectués en janvier et février, sans fermeture du magasin. Le magasin passe alors de 2 800 m² à 5 310 m² .

Ainsi à l’équipement ménager et au Bricolage implantés l’année précédente, s'ajoute l’Ameublement et le Loisir Intérieur.

Le Chiffre d'affaires du magasin ne cesse d’augmenter : 3,1 million de F en 67, 18,8 millions en 1969....25 millions en 1970.

A bientôt.... On se retrouvera au BHV de Garges lès Gonesse.

CD

Lire la suite

1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4

29 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Les Halles de Paris

Zone de chalandise très importante pour le BHV et la Samaritaine. Nous ne pouvions pas passer sous silence ce grand événement.

C’est en 1969, que les Halles de Paris déménagèrent sur Rungis. Les pavillons étaient voués à la démolition. C’est tout une zone attractive qui disparait jusqu’au remplacement par le Forum des Halles.

Remémorons « le Ventre de Paris » comme écrivait E Zola :

Entre 1852 et 1870, 10 des 12 pavillons imaginés par Napoléon III, dont l’architecte Baltard fut le concepteur, furent construits. Les deux derniers en 1935-1936.

On découvrait ainsi  les pavillons de la Boucherie, de la Charcuterie-Triperie, celui du Gibier-Volailles, 3 autres étaient destinés aux légumes, fruits, fleurs, puis celui de la Marée.

Les deux plus récents étaient BOF : Beurre-Œufs-Fromages. Leur architecture était de piliers en fonte et de couverture en verre

Un des 12 pavillons fut sauvé, démonté et reconstruit à Nogent sur Marne. Les anciens cadres se souviendront d'une réunion avec JL Servent.

Les Halles de 1856

 

Une certaine nostalgie s’empare de moi. J’y ai vécu des moments extraordinaires lorsque petites, ma sœur et moi, rendions visites à nos grands–parents.

Nous étions au 2 rue St Honoré, les fenêtres de chambres donnaient sur la rue des Halles. Autant vous dire que nos nuits se transformaient en spectacle grandiose; nous nous levions vers 2 h du matin, pour regarder l’agitation de la rue, camions, diables, ces hommes très forts qui criaient, mais on ne comprenait rien, marchands de lapins, de légumes...

1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/41969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4

Les cagettes de fruits d’Omer Décugis qui étaient situés au rez-de chaussée montaient presque sous nos fenêtres du 1 er étage. A l’occasion, le patron nous donnait une orange lorsqu’il nous voyait : «  Tiens : c’est bon pour les petites !.. ».

A côté du 2 Saint Honoré

Sur les trottoirs les cageots déchargés s’étendaient du mur de l’immeuble à la chaussée.

Vers 5h du matin, tous les fruits colorés, vendus repartaient et les piles baissaient, au milieu des clameurs des Halles.

Nous repartions nous coucher !

Représentations église St Eustache
Représentations église St Eustache

Représentations église St Eustache

Le jour, nous allions parfois faire des courses aux Pavillons Baltard, près de l’église Saint Eustache. Fruits, poissons : des soles excellentes, et mêmes des fleurs.

1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4
1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/41969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4

Quelques fois nous rejoignions un membre de la famille qui tenait une boutique de location de diables : « Le diable jaune », il existait aussi « le diable bleu ».

Ces boutiques se trouvaient de l’autre côté du Bd Sébastopol : rue de la Reynie, près de la rue des Lombards, à côté du magasin de Peintures Thomlac.

Un homme sandwich avec sa publicité Thomlac sur le dos,  déambulait jusque devant le BHV. Il saluait le marchand de Lavande avec son âne devant la porte principale de la Rotonde et repartait.

Rangement des diablesRangement des diables

Rangement des diables

 La location de diable était pratiquée avant tout pour transporter les fruits et légumes des grossistes à leurs véhicules. Dans un deuxième temps, ils servaient à livrer les cours des Halles et épiciers.

Enfin, beaucoup de locataires s'en servaient comme étal pour vendre sur les marchés. Je me souviens de celui du marché d’Aligre qui était typique, où les diables étaient loués à l’année.

1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4
1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/41969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4
1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4

Cette vie des Halles était extraordinaire, il régnait une atmosphère très particulière. Nous nous arrêtions à la Boucherie Branly à l’angle de la rue Nicolas Flamel et Lombards.

L'ambiance aller bon train dans les cafés...

1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/41969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4

Et bien sûr, si nous apercevions sur le chemin « ces dames de petite vertue » devant les Hôtels du quartier. Nous baissions la tête et poursuivions pour faire un tour au BHV, acheter quelques articles de bricolage.

Au retour, en passant rue des Halles, j’étais impressionnée par la boutique qui vendait des raticides, pièges etc, cette boutique existe encore et je la revois identique à mes jeunes années.

En face, à l’angle de la rue de Rivoli et de la rue des Halles, devant la terrasse d’un café : un marchand de marrons à l’ancienne, qui n’hésitait pas à faire déborder le cornet en papier journal, lorsque c’était pour un enfant. 

Plus loin sur le même trottoir, le magasin de lunettes Lissac et encore plus loin à l’angle de la rue de la Bourdonnais, un grand magasin de vêtements : Esders remplacé par C&A, de nos jours.

1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/41969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4

Continuons jusqu’à la rue du Pont-neuf, vers la Seine nous trouvions la Belle Jardinière et sur la rue de Rivoli : les impressionnants magasins de la Samaritaine.

1969 Les Halles de Paris, année de son déménagement 2/4

Question Hygiène, il fut bien que les Halles déménagent, les rats se multipliaient dans ce secteur.

Mais quand-même, ce quartier qui allait en triangle du BHV à la Samaritaine et de la rue de Rivoli aux Halles et l’église St Eustache, avait je ne sais quoi, de magique, les couleurs des fruits et légumes, leur fragrance de fruits frais, leur senteur sucrée de fruits trop murs, l’ambiance peut-être... Puis il y avait le grand nettoyage du matin, qui durait quelques heures !...

Emile Zola nous l’a décrit, à lire ou à relire : le ventre de Paris.

Voici un extrait décrivant la halle aux poissons : « Ce tohu-bohu de paniers, de sacs de cuir, de corbeilles, toutes ces jupes filant dans le ruissellement des allées, l'occupaient (…), heureux de l'eau qui coulait, de la fraîcheur qui soufflait, passant de l'âpreté marine des coquillages au fumet amer de la saline. (…) les caisses de harengs saurs, les sardines de Nantes sur des lits de feuilles, la morue roulée, s'étalant devant de grosses marchandes fades (...) ».

On se retrouve pour Parly, la semaine prochaine.CD

Lire la suite

1969 L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4

22 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 1969 fut une année importante et nous avons beaucoup de choses à vous raconter...

Nous la diviserons donc en 4 parties.

1) L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service.

2) Les Halles de Paris, année de son déménagement

3) L’ouverture du BHV Parly 2 et agrandissement Montlhéry.

4) L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.

Dans le monde :

Le 21 juillet Neil Armstrong a marché sur la lune. Les Français comme le monde entier ont les yeux fixés sur leur téléviseur.  On réalise que l’homme peut maitriser la nature !

En France :

 

Le 27 avril les Français sont appelés aux urnes par référendum sur une réforme visant la régionalisation.

Le projet est rejeté à 52,4% des suffrages exprimés.

Le lendemain le Général De Gaulle décide de démissionner. Momentanément le Président du Sénat Alain Poher exerce l’intérim.

Le 16 juin, Georges Pompidou est élu 19e président de la République.

 

Social :

1969 Les français bénéficient de la 4e semaine de congés payés. C'est une grande nouvelle qui réjouit les Français.

Ecole : Il est décidé que les enfants n’iront plus à l’école le samedi après-midi.

Les enfants suivent la classe 27 h par semaine pour 24 h depuis 2008. !

On notera au passage que c’est à partir des années 69/70 que l’on supprime les punitions, le piquet, les coups de règle sur les doigts , bonnets d’âne !...

BHV

Exposition :

C’est la 4e exposition Chine au BHV sur 1600 m². (CA 2 000 000 NF)

Ce type de manifestation attire beaucoup de monde au BHV.

 

Le Logo du BHV est encore une fois modifié. Le petit toit sur la maison voit le jour, dès l'ouverture du BHV Garges.

1969 : le magasin est climatisé, des détecteurs de fumée « sprinkler » : tête d’extinction automatique d’incendie, sont posés pour la sécurité du magasin.

Passage à 4 semaines de congés Payés.

Le BHV qui ouvrait 5 jours par semaine décide d’ouvrir le lundi.

Une salle de repos est mise à disposition du personnel.

Un restaurant d’entreprise en Libre-Service est créé pour le personnel .

 

De Technica à Installations Service BHV

En 1929 une société filiale fut créée : TECHNICA composée de plusieurs ateliers. Elle comprenait : menuiserie, serrurerie, maçonnerie, plomberie pour l’équipement et l’entretien du magasin….ateliers de fabrication : literie, tapisserie, horlogerie, encadrement et enfin un atelier « décoration-installations ».


 

 Au lendemain de la guerre, la partie décoration fut abandonnée et l’installation s’orienta vers la plomberie et le chauffage central. Comme vous l’aviez vu dans les articles précédents, nombreux logements ne possédaient pas de salle de bain et  tous les parisiens rêvaient de se doucher !

L’activité de Technica, petite filiale BHV,  dégageait une trésorerie importante. On y comptait 20 ouvriers de chantiers et 6 administratifs. (Il était installé rue des Archives avec un somptueux magasin d’exposition et un accès « magasinage » côté square  Ste Croix de la Bretonnerie .

 A cette époque la commercialisation du matériel de chauffage central  par les  deux seuls fabricants : Idéal Standard et Chappée se faisait exclusivement par le biais des entreprises du bâtiment et Technica en était une !

 

 

Par un ou deux  tours  de passe- passe, chaudières et radiateurs se retrouvaient au rayon chauffage du B.H.V.qui était alors le seul et unique revendeur sur la place de Paris !!!

Les rayons recevaient de plus en plus de demandes pour des petits travaux de branchements et de poses diverses  et devant l’affluence des demandes, un essai fut alors fait avec deux artisans extérieurs pour effectuer une partie des  interventions.

En 1969, « Installations Service »  avec un bureau d’accueil  au 3ème  étage du magasin remplaça Technica afin de pouvoir gérer un  pool d’artisans sélectionnés et contrôlés par nos soins.

Au départ, il fut géré par un chef de Service : Aymé Calandri,   un contremaître de chantier  et une secrétaire, et  pour faire face aux demandes : 5 artisans, essentiellement plombiers et électriciens.

En 1971, C’est une soixante d'artisans; plombiers, chauffagistes, serruriers, maçons, carreleurs, menuisiers poseurs, peintres, poseurs d’accessoires et de revêtements de sols, storistes, antennistes…qui travaillaient pour ce Service.

 

Les premiers accords avec le Nouvelles Galeries ouvriront la porte aux produits de Chauffage Nogamatic.

Nous voyons avec plaisir le rayon Chauffage, hiver 1969/ 1970.

1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4
1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4 1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4
1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4 1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4
1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4 1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4

 1969 : Le BHV crée une Direction de l’informatique : Yann de Lambilly ajoutera cette fonction à celles de responsable Directeur de la Comptabilité et de FIGEST, Les ordinateurs Bull sont des machines immenses, impressionnantes au dernier étage du Bâtiment Marchand.

Nouveautés dans le commerce  :

Sortie du Robot Marie :

1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4

A la Télévision on peut voir une Campagne de publicité Gilac

Pour les petits gourmands : En confiserie : La fraise Tagada.

A suivre.

CD

Lire la suite

Au BHV marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

15 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news

Cette année, du 8 juin au 17 juillet,

le BHV Marais vous présente une exposition sur l’Indonésie, baptisée

 « De Java à Bali ».

Pour ceux qui ne pourront  aller....ni à Bali, ni au BHV....

je vous laisse donc découvrir cette expo, qui vous plongera dans un univers dépaysant!.

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

Bali en bordure de la rue de Rivoli! de quoi rêver !

Vitrines
VitrinesVitrines
VitrinesVitrines

Vitrines

Rappelons-nous : l’Indonésie compte 270 millions d’habitants, 18 306  Iles, dont 6.000 habitées La capitale Jakarta compte 10 millions d’habitants.

BALI, (L’ile des Dieux) est un véritable paradis par son charme et sa beauté. Elle mesure 80 km de large sur 120 km de long et compte un peu plus de 4 millions d’habitants.

Des reliefs volcaniques remarquables, couverts de forêts, des collines riantes, sur lesquelles les rizières étagées, profilent de belles courbes. De jolies plages, qui vous donnent envie d’y rester.

Les photos ci-après représentent les sites du Patrimoine Indonésien inscrits à l'UNESCO et sont à voir au 5e étage. Les textes photographiés sont clairs, sans ajouter de commentaire.

A l'entrée une pancarte vous annonce la thématique....

 

Parc national de Lorentz
Parc national de Lorentz

Parc national de Lorentz

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

 

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Parc national de Komodo
Parc national de Komodo

Parc national de Komodo

Parc de Prambanan
Parc de Prambanan

Parc de Prambanan

Des soieries et des objets sont présentés.

 

soies tissées à la main
soies tissées à la main

soies tissées à la main

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

La vente des produits : vaisselle en faïence, objets d'art et vannerie,  a lieu au RdC

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

La nourriture est typique :

Le plat préféré à Bali est le Nasi Goreng : riz frit dans lequel sont mélangés des œufs, de petits morceaux de viande et des petits légumes. On y mange aussi des mélanges de noix de coco, haricots et piments hachés. Vous pourrez déguster aussi du canard, du cochon farci ou les produits de la pêche locale.

Au BHV Marais,

Avis aux gourmands ! Offre de thés et cafés !... et même chocolats...

 

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

Et boissons locales !

liqueur de café ou boisson de courge aux fruits liqueur de café ou boisson de courge aux fruits

liqueur de café ou boisson de courge aux fruits

Merci à notre reporter... "Sans frontières"... Bernadette, qui nous aide par ses photos à partager cet événement.

Voilà une excellente idée!

Autrefois le BHV faisait régulièrement des expositions pour le grand plaisir de sa clientèle.

Bravo !

CD

Lire la suite

Notre collègue, Marie-Christine Kieffer nous a quittés.

12 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Chers collègues,

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès de notre collègue, le 17 mai dernier.

Marie-Christine Kieffer.

Une célébration a eu lieu le 20 mai, là où elle vivait  dans l’Ain, à Saint-Benoît.

Marie-Christine avait atteint ses 72 ans le 1er janvier 2022.

C’était une femme de caractère, très courageuse.

Marie Christine souffrait depuis quelques années, et son état n’était pas brillant.

Une pneumopathie l’a emportée.

Elle rejoint sa sœur jumelle que beaucoup ont connue au BHV : Marie Edith-Leménahéze

Elle avait été très affectée par la disparition de notre collègue « Jojo » Lagrafeuille qu’elle appelait fréquemment. Pour ma part, je l’ai eu au téléphone, il y a environ un mois.

Marie-Christine avait travaillé à Flandre, Belle-Epine, Rivoli...

Ceux qui voudraient écrire un petit mot à sa fille Karine peuvent me demander en privé l’adresse postale ou l’adresse courriel.

Merci d’avance.

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968 3/3

9 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1968 Novembre :

Georges Lillaz  nommé PDG du BHV au décès d’Henri Viguier en 1967  le restera jusqu’à la fin novembre. Déçu par les événements de 1968, il se retire juste avant la dévaluation du Franc .

 Georges Lillaz vend ses actions Aux Nouvelles Galeries. Celles-ci détiennent désormais 38 % du Capital.

il partira habiter en Suisse et optera pour la nationalité Suisse en 1986

Photos des Nouvelles Galeries, rue des archives

 

 

 Nous ne reverrons jamais Georges Lillaz. Ce sera la fin d’une époque !

 

Rachat du BHV par les Nouvelles Galeries.

Les Nouvelles Galeries viennent de prendre 38% de participation dans le capital du Bazar de l'Hôtel de Ville.

Deux " grands " de la distribution s'allient ainsi.

Le chiffre d'affaires des Nouvelles Galeries (1,86 milliard de F en 1967) le place au premier rang des grands magasins français, le B.H.V. se situant à la troisième place des grands magasins parisiens (après le Printemps et les Galeries Lafayette), avec un chiffre d'affaires de 480 millions de F.

Le groupe familial devient minoritaire : les Nouvelles Galeries ont acquis les actions détenues par certains membres de la famille, et notamment celles de M Georges Lillaz, président du conseil d'administration du B.H.V

Les deux entreprises sont complémentaires et comptent garder leur propre physionomie.

Le B. H V. qui commercialise 250 000 articles différents va pouvoir profiter des services de la centrale d'achats des Nouvelles Galeries, notamment dans le domaine du gros électroménager et surtout du textile, qui ne représente actuellement que 17 % de son chiffre d'affaires.

Les Nouvelles Galeries, peuvent se diversifier en Bricolage : articles d'outillage et de jardinage, domaines où le BHV a une expérience de longue date.

Des marques communes pourront être créées. D'autres possibilités de coopération verront le jour en ce qui concerne l'informatique, qu'il s'agisse des contrôles de stock ou de la comptabilité, où les Nouvelles Galeries sont plus pointues.

La  Société des Nouvelles Galeries nomme Gérard Boulot à leur tête pour présider les NG, aidé d’Alfred Lombard Directeur général.

Jean-Paul Piedelièvre devient Président du BHV. Il sera secondé par Jean-Pierre Boulot comme Directeur général et Jean-Bernard Noyère comme Directeur Administratif. Monsieur Gaudin est le directeur commercial.

 

Jean-Pierre Boulot et Jean-Paul Piedelièvre

André Benoit Directeur de la Chaîne, responsable de l’expansion prépare les grandes ouvertures du BHV.  Michel Bigey, avec qui il avait ouvert les premiers magasins dits : A (Flandre et Parly) et B (Garges et Montlhéry) passe Directeur de la Publicité.

En conclusion sur cette année 1968 en France:

 Mai 68, c’est avant tout : un grand moment de conquêtes démocratiques et sociales.

Sur le plan social, le salaire minimum, qui concernait alors 16% des travailleurs, a augmenté de 35% en un seul coup et le salaire moyen de 10%.

Les droits syndicaux ont été reconnus dans l’entreprise.

Cette période de mai 68, si difficile : plus de transports, d’essence, de courrier, de production,  a été pourtant été vécue par beaucoup, comme un moment de grâce. On croyait en une société plus humaine, plus fraternelle.

 La vie routinière- "métro, boulot, dodo"  ne convenait plus !

 Je crois que les Français ont  exprimé le  désir d'une autre civilisation, soucieuse de la dignité et de l'accomplissement de soi, dans leur travail et dans leur vie familiale.,

Dans les entreprises,  les universités, les Magasins  occupés, les Français ont vécu, une période difficile, mais extraordinaire et  exaltante.

 Les soixante-huitards d’hier  ont gardé le souvenir de cette période.

N'hésitez pas à en parler avec eux !

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968 2/3

2 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Rappelons-nous :

Ce mois de mai à Paris

est inscrit pour toujours dans les mémoires et

dans l'Histoire qui situe la période d'agitation

en réalité  du 14 mai au 24 juin.

Cohn Bendit

Tout commence par la révolte des jeunes étudiants : Tout est parti de l'arrestation de 7 étudiants qui avaient désapprouvés la guerre du Viet-Nam devant l'American Express; 400 étudiants de Nanterre manifestent, certains groupuscules sont prêts à tout casser.

La Fac est fermée et c'est là qu'à la Sorbonne que les différents courants communistes et révolutionnaires passent à l'action. Les forces de l'ordre interviennent pour faire évacuer la Sorbonne et la révolte commença le 11 mai: insurrection et barricades.

Je ne vous en dirais pas plus, beaucoup de personnes connaissent pour l'avoir vécu ou avoir vu les reportages.

Les barricades à Paris
Les barricades à ParisLes barricades à Paris
Les barricades à ParisLes barricades à ParisLes barricades à Paris

Les barricades à Paris

Le 20 mai La CGT appelle les entreprises à la grève

France-Soir : Usine Renault en grève

Entre le 18 et le 22 mai : un salarié sur 2 se met en grève soit 8 millions de personnes. La France va être paralysée.

La SNCF, RATP, PTT reprendront le 5 juin.

L'automobile reprendra progressivement entre le 18 et le 24 juin.

On aboutira aux accords de Grenelle, le premier ministre est Georges Pompidou.

On retiendra une revalorisation du Smig qui deviendra le SMIC.

L'ensemble des salaires sera revalorisé de 10% en 2 étapes.

Les sections syndicales sont désormais reconnues dans l'entreprise et bénéficient de locaux  (15 Verrerie pour le BHV) et la moitié des jours de grève seront payés.

Grands magasins : Que s'est-il passé ?

Les grands magasins ont décrété la grève, dès le 21 mai :  au Bazar de l'Hôtel de Ville, au Bon Marché, à la Samaritaine, aux Galeries Lafayette et au Printemps.

Samaritaine Mai 68Samaritaine Mai 68Samaritaine Mai 68

Samaritaine Mai 68

Galeries Lafayette

Galeries Lafayette

 

AU BHV

Le magasin n’échappe pas aux mouvements syndicaux qui suivent et accompagnent le mouvement étudiant.

Voici des récits qui nous font vivre cette période...

Récit de Alain D

Un matin, les portes sont fermées et des piquets de grève empêchent employés et cadres de pénétrer dans le magasin pour prendre leur travail.

Au 18 rue de la Verrerie, porte par laquelle entrent les cadres, le piquet ne fait pas le poids et la plus grande partie de l’encadrement rejoint son poste dans un magasin désert. Après une heure de flottement et de discussions, tous les cadres sont invités à se rendre à la Cafétéria au 6éme étage où Monsieur Gérard Boulot entouré de la Direction, nous explique la situation et nous demande, (alors que beaucoup proposent de bousculer les piquets de grève afin d’ouvrir le magasin) de rentrer chacun chez soi sans faire d’histoires. Gérard Boulot nous dit que nous serions payés et que nous recevrions des directives individuelles ultérieurement pour reprendre le travail.

Chacun rentre chez lui et attend, en suivant le développement des événements à la radio et à la télé.

Récit de  Jean d N  quelques temps après Alain

La France  est paralysée par les grèves, le magasin Rivoli est occupé par le personnel et son accès contrôlé par des piquets de grève.

Depuis quelques jours, on sentait monter une certaine tension dans le magasin.

Des cortèges de vendeurs grévistes parcouraient bruyamment les couloirs du 7ème.

Un matin, en arrivant à la porte du 15 Verrerie, porte d’entrée des services à cette époque, nous avons été accueillis par un piquet de grève.

On apprenait que le magasin était sous le contrôle du personnel et que le mieux que nous avions à faire, était de retourner chez nous et d’attendre la suite. 

 Ce jour-là, pour la même raison, la Direction s’était vue interdire l’accès de ses bureaux du 7ème étage. Elle s’était alors repliée dans un local situé dans un bâtiment annexe dont l’entrée donnait sur le square Sainte Croix de la Bretonnerie, là où se trouve actuellement le Département médical, car personnel gréviste campait dans le magasin.

Pour garder le contact avec ses cadres, la Direction avait organisé dans cette pièce une permanence tenue par des cadres supérieurs. Chacun pouvant venir s’informer sur l’avancement des discutions sur les revendications du personnel gréviste et aussi, pour ceux qui pouvaient se trouver en difficulté financière, toucher une avance sur salaire en  espèces.

 Un beau matin, les grévistes me laissèrent passer  et  je pus rentrer dans le magasin pour rejoindre le seul photocopieur du magasin et reproduire en plusieurs exemplaires,  un document faisant le point sur l’avancement des discutions entre la Direction et les délégués du personnel afin qu’il soit distribué aux cadres à l’occasion d’une réunion d’informations prévue, à la Maison de la Chimie.

 Quelle ambiance !

En pénétrant dans le magasin, j’ai la curieuse impression que le temps s’est brusquement arrêté et qu’un mauvais sort a pétrifié le magasin. Sous l’éclairage blafard des lampes de secours règne un oppressant silence.

 Les comptoirs sont recouverts de leurs housses ainsi qu’il était d’usage à cette époque à la fermeture des portes, pour les mettre à l’abri de la poussière et des tentations du personnel d’entretien. C’était aussi un signal, une manière de signifier aux clients retardataires qu’il était temps de prendre le chemin de la sortie!...

Au passage, à un étage, dans une semi-obscurité, je crois apercevoir quelques lits de camp recouverts de duvets et un groupe tapant la carte sur une table empruntée comme les lits et les duvets au rayon Sport-Camping. Le magasin est bien sous contrôle !

Je mets la photocopieuse en route, je range les photocopies. L’opération est terminée, la machine est débranchée en attendant des jours meilleurs !

Même itinéraire de retour, même impression pénible d’un magasin à la dérive.

Arrivé dehors... Le bruit, les odeurs, le soleil…. la vie !

Je dépose mon carton dans le bureau du square Sainte Croix, pour la direction ! Mission accomplie !

 

Cette situation va durer vingt jours pendant lesquels, il n’y aura bientôt plus de bus, plus de Métro, plus de cigarettes dans les tabacs, plus d’essence, etc…

La foire de Paris a lieu quand même et la foule désœuvrée se presse à la porte de Versailles. Enfin la vie reprend son cours et le magasin rouvre ses portes.

 

Photos BHV juste après la grève de 68 : réouverture.

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968  2/3Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968  2/3

Photo Publicité BHV 1968: La tondeuse RIVOLIA, sous la marquise.


Le magasin comme tous les magasins parisiens a subi une grève de 3 semaines perdant ainsi un chiffre de 30 millions de Francs. Cette perte avec l’augmentation des charges aurait pu faire mal augurer les résultats du BHV. En réalité la reprise générale s’est accompagnée d’une forte demande de la clientèle.

Pour y faire face, la Direction :

Georges Lillaz  et Gérard Boulot  comptaient sur la collaboration de leurs cadres et du personnel avec lesquels, ils s’efforçaient de tenir un dialogue confiant et ouvert.

En comparant le 2e semestre 1968 au 2e semestre 1967, on constate un accroissement de 19,60%. Ces résultats ont permis d’absorber les pertes de la grève et de supporter les frais généraux.

Social :

Cette période  de l’après 68 permettra au personnel de bénéficier d’une salle de repos.

Le restaurant d’entreprise en libre-service remplacera la cantine semi-self.

 A Rivoli :

Exposition Mexique : Du 19 octobre au 9 novembre remporte un vif succès.

 

 

Nous nous retrouverons, au prochain article en  Novembre 1968 , avec la participation des Nouvelles Galeries dans le Capital du BHV. 

A bientôt !

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>