Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV
Articles récents

1969 L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4

22 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

 1969 fut une année importante et nous avons beaucoup de choses à vous raconter...

Nous la diviserons donc en 4 parties.

1) L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service.

2) Les Halles de Paris, année de son déménagement

3) L’ouverture du BHV Parly 2 et agrandissement Montlhéry.

4) L’ouverture du BHV  Garges lès Gonesse.

Dans le monde :

Le 21 juillet Neil Armstrong a marché sur la lune. Les Français comme le monde entier ont les yeux fixés sur leur téléviseur.  On réalise que l’homme peut maitriser la nature !

En France :

 

Le 27 avril les Français sont appelés aux urnes par référendum sur une réforme visant la régionalisation.

Le projet est rejeté à 52,4% des suffrages exprimés.

Le lendemain le Général De Gaulle décide de démissionner. Momentanément le Président du Sénat Alain Poher exerce l’intérim.

Le 16 juin, Georges Pompidou est élu 19e président de la République.

 

Social :

1969 Les français bénéficient de la 4e semaine de congés payés. C'est une grande nouvelle qui réjouit les Français.

Ecole : Il est décidé que les enfants n’iront plus à l’école le samedi après-midi.

Les enfants suivent la classe 27 h par semaine pour 24 h depuis 2008. !

On notera au passage que c’est à partir des années 69/70 que l’on supprime les punitions, le piquet, les coups de règle sur les doigts , bonnets d’âne !...

BHV

Exposition :

C’est la 4e exposition Chine au BHV sur 1600 m². (CA 2 000 000 NF)

Ce type de manifestation attire beaucoup de monde au BHV.

 

Le Logo du BHV est encore une fois modifié. Le petit toit sur la maison voit le jour, dès l'ouverture du BHV Garges.

1969 : le magasin est climatisé, des détecteurs de fumée « sprinkler » : tête d’extinction automatique d’incendie, sont posés pour la sécurité du magasin.

Passage à 4 semaines de congés Payés.

Le BHV qui ouvrait 5 jours par semaine décide d’ouvrir le lundi.

Une salle de repos est mise à disposition du personnel.

Un restaurant d’entreprise en Libre-Service est créé pour le personnel .

 

De Technica à Installations Service BHV

En 1929 une société filiale fut créée : TECHNICA composée de plusieurs ateliers. Elle comprenait : menuiserie, serrurerie, maçonnerie, plomberie pour l’équipement et l’entretien du magasin….ateliers de fabrication : literie, tapisserie, horlogerie, encadrement et enfin un atelier « décoration-installations ».


 

 Au lendemain de la guerre, la partie décoration fut abandonnée et l’installation s’orienta vers la plomberie et le chauffage central. Comme vous l’aviez vu dans les articles précédents, nombreux logements ne possédaient pas de salle de bain et  tous les parisiens rêvaient de se doucher !

L’activité de Technica, petite filiale BHV,  dégageait une trésorerie importante. On y comptait 20 ouvriers de chantiers et 6 administratifs. (Il était installé rue des Archives avec un somptueux magasin d’exposition et un accès « magasinage » côté square  Ste Croix de la Bretonnerie .

 A cette époque la commercialisation du matériel de chauffage central  par les  deux seuls fabricants : Idéal Standard et Chappée se faisait exclusivement par le biais des entreprises du bâtiment et Technica en était une !

 

 

Par un ou deux  tours  de passe- passe, chaudières et radiateurs se retrouvaient au rayon chauffage du B.H.V.qui était alors le seul et unique revendeur sur la place de Paris !!!

Les rayons recevaient de plus en plus de demandes pour des petits travaux de branchements et de poses diverses  et devant l’affluence des demandes, un essai fut alors fait avec deux artisans extérieurs pour effectuer une partie des  interventions.

En 1969, « Installations Service »  avec un bureau d’accueil  au 3ème  étage du magasin remplaça Technica afin de pouvoir gérer un  pool d’artisans sélectionnés et contrôlés par nos soins.

Au départ, il fut géré par un chef de Service : Aymé Calandri,   un contremaître de chantier  et une secrétaire, et  pour faire face aux demandes : 5 artisans, essentiellement plombiers et électriciens.

En 1971, C’est une soixante d'artisans; plombiers, chauffagistes, serruriers, maçons, carreleurs, menuisiers poseurs, peintres, poseurs d’accessoires et de revêtements de sols, storistes, antennistes…qui travaillaient pour ce Service.

 

Les premiers accords avec le Nouvelles Galeries ouvriront la porte aux produits de Chauffage Nogamatic.

Nous voyons avec plaisir le rayon Chauffage, hiver 1969/ 1970.

1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4
1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4 1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4
1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4 1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4
1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4 1969  L’Histoire, le BHV Rivoli et Installations Service. 1/4

 1969 : Le BHV crée une Direction de l’informatique : Yann de Lambilly ajoutera cette fonction à celles de responsable Directeur de la Comptabilité et de FIGEST, Les ordinateurs Bull sont des machines immenses, impressionnantes au dernier étage du Bâtiment Marchand.

Nouveautés dans le commerce commerce :

A la Télévision on peut voir une Campagne de publicité Gilac

Pour les petits gourmands : En confiserie : La fraise Tagada.

A suivre.

CD

Lire la suite

Au BHV marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

15 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news

Cette année, du 8 juin au 17 juillet,

le BHV Marais vous présente une exposition sur l’Indonésie, baptisée

 « De Java à Bali ».

Pour ceux qui ne pourront  aller....ni à Bali, ni au BHV....

je vous laisse donc découvrir cette expo, qui vous plongera dans un univers dépaysant!.

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

Bali en bordure de la rue de Rivoli! de quoi rêver !

Vitrines
VitrinesVitrines
VitrinesVitrines

Vitrines

Rappelons-nous : l’Indonésie compte 270 millions d’habitants, 18 306  Iles, dont 6.000 habitées La capitale Jakarta compte 10 millions d’habitants.

BALI, (L’ile des Dieux) est un véritable paradis par son charme et sa beauté. Elle mesure 80 km de large sur 120 km de long et compte un peu plus de 4 millions d’habitants.

Des reliefs volcaniques remarquables, couverts de forêts, des collines riantes, sur lesquelles les rizières étagées, profilent de belles courbes. De jolies plages, qui vous donnent envie d’y rester.

Les photos ci-après représentent les sites du Patrimoine Indonésien inscrits à l'UNESCO et sont à voir au 5e étage. Les textes photographiés sont clairs, sans ajouter de commentaire.

A l'entrée une pancarte vous annonce la thématique....

 

Parc national de Lorentz
Parc national de Lorentz

Parc national de Lorentz

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

 

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Parc national de Komodo
Parc national de Komodo

Parc national de Komodo

Parc de Prambanan
Parc de Prambanan

Parc de Prambanan

Des soieries et des objets sont présentés.

 

soies tissées à la main
soies tissées à la main

soies tissées à la main

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

La vente des produits : vaisselle en faïence, objets d'art et vannerie,  a lieu au RdC

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

La nourriture est typique :

Le plat préféré à Bali est le Nasi Goreng : riz frit dans lequel sont mélangés des œufs, de petits morceaux de viande et des petits légumes. On y mange aussi des mélanges de noix de coco, haricots et piments hachés. Vous pourrez déguster aussi du canard, du cochon farci ou les produits de la pêche locale.

Au BHV Marais,

Avis aux gourmands ! Offre de thés et cafés !... et même chocolats...

 

Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."
Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."Au BHV  marais, Exposition à voir.... "de Java à Bali..."

Et boissons locales !

liqueur de café ou boisson de courge aux fruits liqueur de café ou boisson de courge aux fruits

liqueur de café ou boisson de courge aux fruits

Merci à notre reporter... "Sans frontières"... Bernadette, qui nous aide par ses photos à partager cet événement.

Voilà une excellente idée!

Autrefois le BHV faisait régulièrement des expositions pour le grand plaisir de sa clientèle.

Bravo !

CD

Lire la suite

Notre collègue, Marie-Christine Kieffer nous a quittés.

12 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Chers collègues,

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès de notre collègue, le 17 mai dernier.

Marie-Christine Kieffer.

Une célébration a eu lieu le 20 mai, là où elle vivait  dans l’Ain, à Saint-Benoît.

Marie-Christine avait atteint ses 72 ans le 1er janvier 2022.

C’était une femme de caractère, très courageuse.

Marie Christine souffrait depuis quelques années, et son état n’était pas brillant.

Une pneumopathie l’a emportée.

Elle rejoint sa sœur jumelle que beaucoup ont connue au BHV : Marie Edith-Leménahéze

Elle avait été très affectée par la disparition de notre collègue « Jojo » Lagrafeuille qu’elle appelait fréquemment. Pour ma part, je l’ai eu au téléphone, il y a environ un mois.

Marie-Christine avait travaillé à Flandre, Belle-Epine, Rivoli...

Ceux qui voudraient écrire un petit mot à sa fille Karine peuvent me demander en privé l’adresse postale ou l’adresse courriel.

Merci d’avance.

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968 3/3

9 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

1968 Novembre :

Georges Lillaz  nommé PDG du BHV au décès d’Henri Viguier en 1967  le restera jusqu’à la fin novembre. Déçu par les événements de 1968, il se retire juste avant la dévaluation du Franc .

 Georges Lillaz vend ses actions Aux Nouvelles Galeries. Celles-ci détiennent désormais 38 % du Capital.

il partira habiter en Suisse et optera pour la nationalité Suisse en 1986

Photos des Nouvelles Galeries, rue des archives

 

 

 Nous ne reverrons jamais Georges Lillaz. Ce sera la fin d’une époque !

 

Rachat du BHV par les Nouvelles Galeries.

Les Nouvelles Galeries viennent de prendre 38% de participation dans le capital du Bazar de l'Hôtel de Ville.

Deux " grands " de la distribution s'allient ainsi.

Le chiffre d'affaires des Nouvelles Galeries (1,86 milliard de F en 1967) le place au premier rang des grands magasins français, le B.H.V. se situant à la troisième place des grands magasins parisiens (après le Printemps et les Galeries Lafayette), avec un chiffre d'affaires de 480 millions de F.

Le groupe familial devient minoritaire : les Nouvelles Galeries ont acquis les actions détenues par certains membres de la famille, et notamment celles de M Georges Lillaz, président du conseil d'administration du B.H.V

Les deux entreprises sont complémentaires et comptent garder leur propre physionomie.

Le B. H V. qui commercialise 250 000 articles différents va pouvoir profiter des services de la centrale d'achats des Nouvelles Galeries, notamment dans le domaine du gros électroménager et surtout du textile, qui ne représente actuellement que 17 % de son chiffre d'affaires.

Les Nouvelles Galeries, peuvent se diversifier en Bricolage : articles d'outillage et de jardinage, domaines où le BHV a une expérience de longue date.

Des marques communes pourront être créées. D'autres possibilités de coopération verront le jour en ce qui concerne l'informatique, qu'il s'agisse des contrôles de stock ou de la comptabilité, où les Nouvelles Galeries sont plus pointues.

La  Société des Nouvelles Galeries nomme Gérard Boulot à leur tête pour présider les NG, aidé d’Alfred Lombard Directeur général.

Jean-Paul Piedelièvre devient Président du BHV. Il sera secondé par Jean-Pierre Boulot comme Directeur général et Jean-Bernard Noyère comme Directeur Administratif. Monsieur Gaudin est le directeur commercial.

 

Jean-Pierre Boulot et Jean-Paul Piedelièvre

André Benoit Directeur de la Chaîne, responsable de l’expansion prépare les grandes ouvertures du BHV.  Michel Bigey, avec qui il avait ouvert les premiers magasins dits : A (Flandre et Parly) et B (Garges et Montlhéry) passe Directeur de la Publicité.

En conclusion sur cette année 1968 en France:

 Mai 68, c’est avant tout : un grand moment de conquêtes démocratiques et sociales.

Sur le plan social, le salaire minimum, qui concernait alors 16% des travailleurs, a augmenté de 35% en un seul coup et le salaire moyen de 10%.

Les droits syndicaux ont été reconnus dans l’entreprise.

Cette période de mai 68, si difficile : plus de transports, d’essence, de courrier, de production,  a été pourtant été vécue par beaucoup, comme un moment de grâce. On croyait en une société plus humaine, plus fraternelle.

 La vie routinière- "métro, boulot, dodo"  ne convenait plus !

 Je crois que les Français ont  exprimé le  désir d'une autre civilisation, soucieuse de la dignité et de l'accomplissement de soi, dans leur travail et dans leur vie familiale.,

Dans les entreprises,  les universités, les Magasins  occupés, les Français ont vécu, une période difficile, mais extraordinaire et  exaltante.

 Les soixante-huitards d’hier  ont gardé le souvenir de cette période.

N'hésitez pas à en parler avec eux !

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968 2/3

2 Juin 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Rappelons-nous :

Ce mois de mai à Paris

est inscrit pour toujours dans les mémoires et

dans l'Histoire qui situe la période d'agitation

en réalité  du 14 mai au 24 juin.

Cohn Bendit

Tout commence par la révolte des jeunes étudiants : Tout est parti de l'arrestation de 7 étudiants qui avaient désapprouvés la guerre du Viet-Nam devant l'American Express; 400 étudiants de Nanterre manifestent, certains groupuscules sont prêts à tout casser.

La Fac est fermée et c'est là qu'à la Sorbonne que les différents courants communistes et révolutionnaires passent à l'action. Les forces de l'ordre interviennent pour faire évacuer la Sorbonne et la révolte commença le 11 mai: insurrection et barricades.

Je ne vous en dirais pas plus, beaucoup de personnes connaissent pour l'avoir vécu ou avoir vu les reportages.

Les barricades à Paris
Les barricades à ParisLes barricades à Paris
Les barricades à ParisLes barricades à ParisLes barricades à Paris

Les barricades à Paris

Le 20 mai La CGT appelle les entreprises à la grève

France-Soir : Usine Renault en grève

Entre le 18 et le 22 mai : un salarié sur 2 se met en grève soit 8 millions de personnes. La France va être paralysée.

La SNCF, RATP, PTT reprendront le 5 juin.

L'automobile reprendra progressivement entre le 18 et le 24 juin.

On aboutira aux accords de Grenelle, le premier ministre est Georges Pompidou.

On retiendra une revalorisation du Smig qui deviendra le SMIC.

L'ensemble des salaires sera revalorisé de 10% en 2 étapes.

Les sections syndicales sont désormais reconnues dans l'entreprise et bénéficient de locaux  (15 Verrerie pour le BHV) et la moitié des jours de grève seront payés.

Grands magasins : Que s'est-il passé ?

Les grands magasins ont décrété la grève, dès le 21 mai :  au Bazar de l'Hôtel de Ville, au Bon Marché, à la Samaritaine, aux Galeries Lafayette et au Printemps.

Samaritaine Mai 68Samaritaine Mai 68Samaritaine Mai 68

Samaritaine Mai 68

Galeries Lafayette

Galeries Lafayette

 

AU BHV

Le magasin n’échappe pas aux mouvements syndicaux qui suivent et accompagnent le mouvement étudiant.

Voici des récits qui nous font vivre cette période...

Récit de Alain D

Un matin, les portes sont fermées et des piquets de grève empêchent employés et cadres de pénétrer dans le magasin pour prendre leur travail.

Au 18 rue de la Verrerie, porte par laquelle entrent les cadres, le piquet ne fait pas le poids et la plus grande partie de l’encadrement rejoint son poste dans un magasin désert. Après une heure de flottement et de discussions, tous les cadres sont invités à se rendre à la Cafétéria au 6éme étage où Monsieur Gérard Boulot entouré de la Direction, nous explique la situation et nous demande, (alors que beaucoup proposent de bousculer les piquets de grève afin d’ouvrir le magasin) de rentrer chacun chez soi sans faire d’histoires. Gérard Boulot nous dit que nous serions payés et que nous recevrions des directives individuelles ultérieurement pour reprendre le travail.

Chacun rentre chez lui et attend, en suivant le développement des événements à la radio et à la télé.

Récit de  Jean d N  quelques temps après Alain

La France  est paralysée par les grèves, le magasin Rivoli est occupé par le personnel et son accès contrôlé par des piquets de grève.

Depuis quelques jours, on sentait monter une certaine tension dans le magasin.

Des cortèges de vendeurs grévistes parcouraient bruyamment les couloirs du 7ème.

Un matin, en arrivant à la porte du 15 Verrerie, porte d’entrée des services à cette époque, nous avons été accueillis par un piquet de grève.

On apprenait que le magasin était sous le contrôle du personnel et que le mieux que nous avions à faire, était de retourner chez nous et d’attendre la suite. 

 Ce jour-là, pour la même raison, la Direction s’était vue interdire l’accès de ses bureaux du 7ème étage. Elle s’était alors repliée dans un local situé dans un bâtiment annexe dont l’entrée donnait sur le square Sainte Croix de la Bretonnerie, là où se trouve actuellement le Département médical, car personnel gréviste campait dans le magasin.

Pour garder le contact avec ses cadres, la Direction avait organisé dans cette pièce une permanence tenue par des cadres supérieurs. Chacun pouvant venir s’informer sur l’avancement des discutions sur les revendications du personnel gréviste et aussi, pour ceux qui pouvaient se trouver en difficulté financière, toucher une avance sur salaire en  espèces.

 Un beau matin, les grévistes me laissèrent passer  et  je pus rentrer dans le magasin pour rejoindre le seul photocopieur du magasin et reproduire en plusieurs exemplaires,  un document faisant le point sur l’avancement des discutions entre la Direction et les délégués du personnel afin qu’il soit distribué aux cadres à l’occasion d’une réunion d’informations prévue, à la Maison de la Chimie.

 Quelle ambiance !

En pénétrant dans le magasin, j’ai la curieuse impression que le temps s’est brusquement arrêté et qu’un mauvais sort a pétrifié le magasin. Sous l’éclairage blafard des lampes de secours règne un oppressant silence.

 Les comptoirs sont recouverts de leurs housses ainsi qu’il était d’usage à cette époque à la fermeture des portes, pour les mettre à l’abri de la poussière et des tentations du personnel d’entretien. C’était aussi un signal, une manière de signifier aux clients retardataires qu’il était temps de prendre le chemin de la sortie!...

Au passage, à un étage, dans une semi-obscurité, je crois apercevoir quelques lits de camp recouverts de duvets et un groupe tapant la carte sur une table empruntée comme les lits et les duvets au rayon Sport-Camping. Le magasin est bien sous contrôle !

Je mets la photocopieuse en route, je range les photocopies. L’opération est terminée, la machine est débranchée en attendant des jours meilleurs !

Même itinéraire de retour, même impression pénible d’un magasin à la dérive.

Arrivé dehors... Le bruit, les odeurs, le soleil…. la vie !

Je dépose mon carton dans le bureau du square Sainte Croix, pour la direction ! Mission accomplie !

 

Cette situation va durer vingt jours pendant lesquels, il n’y aura bientôt plus de bus, plus de Métro, plus de cigarettes dans les tabacs, plus d’essence, etc…

La foire de Paris a lieu quand même et la foule désœuvrée se presse à la porte de Versailles. Enfin la vie reprend son cours et le magasin rouvre ses portes.

 

Photos BHV juste après la grève de 68 : réouverture.

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968  2/3Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968  2/3

Photo Publicité BHV 1968: La tondeuse RIVOLIA, sous la marquise.


Le magasin comme tous les magasins parisiens a subi une grève de 3 semaines perdant ainsi un chiffre de 30 millions de Francs. Cette perte avec l’augmentation des charges aurait pu faire mal augurer les résultats du BHV. En réalité la reprise générale s’est accompagnée d’une forte demande de la clientèle.

Pour y faire face, la Direction :

Georges Lillaz  et Gérard Boulot  comptaient sur la collaboration de leurs cadres et du personnel avec lesquels, ils s’efforçaient de tenir un dialogue confiant et ouvert.

En comparant le 2e semestre 1968 au 2e semestre 1967, on constate un accroissement de 19,60%. Ces résultats ont permis d’absorber les pertes de la grève et de supporter les frais généraux.

Social :

Cette période  de l’après 68 permettra au personnel de bénéficier d’une salle de repos.

Le restaurant d’entreprise en libre-service remplacera la cantine semi-self.

 A Rivoli :

Exposition Mexique : Du 19 octobre au 9 novembre remporte un vif succès.

 

 

Nous nous retrouverons, au prochain article en  Novembre 1968 , avec la participation des Nouvelles Galeries dans le Capital du BHV. 

A bientôt !

 

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968 1/3

27 Mai 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Année  révolutionnaire !...    Mais  les Petits anges de la façade veillent!

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968  1/3Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°93 1968  1/3

1968 Mai Révolte des jeunes étudiants, entre le 18 et le 22 mai : un salarié sur 2 se met en grève soit 8 millions de personnes., nous en parlerons l'article 94 ( 1968 2/2)

Dans le monde : en Bref ...

Le Printemps de Prague : Entre janvier et août 1968, le nouveau président Alexander Dubček tente de réformer le pays : libéralisation économique, nouvelle politique plus humaine, plus de liberté de paroles et de presse, pour les hommes.La population est libre de circuler .. Il prend ses distances avec Moscou.

Ce n'est pas du goût de Léonid Brejnev. Les armées du Pacte de Varsovie, composé de l'URSS, de la Pologne, de la Bulgarie, de la Hongrie et de la RDA, font irruption en Tchécoslovaquie dans la nuit du 20 au 21 août 1968. Prague est rapidement prise, signant la fin du Printemps de Prague.

USA, Assassinat du Pasteur Martin Luther King en avril. 

Le 7 novembre Nixon devient le 37e Président des USA

 France : Lors des Jeux olympiques de Grenoble en février 1968, Jean-Claude Killy remporte les trois médailles d'or de la descente, du slalom géant et du slalom aux Jeux olympiques d'hiver de Grenoble .

Mexico : Les jeux olympiques d'été y sont célébrés (112 pays + de 5000 athlètes)

La France n'aura que 7 médailles d'or (athlétisme, cyclisme, équitation et escrime), 3 d'argent et 5 de Bronze

URSS,Soljenitsyne publie son livre " Le Pavillon des Cancéreux"

 En Europe :

1er juillet : Ouverture du Marché Commun, les Six adoptent une politique agricole commune. Suppression des barrières douanières.

Commerce

Ouverture du 1er Darty à Bondy.

 

BHV

Montlhéry se transforme  : 2 photos plus récentes

André Benoit et Michel Chammah après avoir étudié un nouveau projet pour Montlhéry un nouveau projet  d’agrandissement avec un maximum de rayons traditionnels.

Le magasin est fermé pendant 2 mois en janvier et février pour travaux .On supprime les anciennes chambres froides du marché  et la surface de vente atteint alors 2800 m². Le 7 mars voit sa réouverture. Un nouveau virage est pris avec le Bricolage et l’électroménager.

Mars 1968 

Montlhéry ouvre de nouveau en mars. Même s’il ressemblait fort à un entrepôt, ce magasin resta longtemps la poule aux œufs d’or du BHV. Une clientèle locale fidèle avant que la concurrence n’arrive : Carrefour, Castorama, Leroy Merlin, Monsieur Bricolage etc…

Pendant les grèves de mai 1968(dont nous parlerons plus loin) : Le personnel ne fait pas grève.

L’essence manque et est rationnée, André Benoit Directeur, réussit un tour de passe-passe exceptionnel : la station-service du Parking a réussie à être réapprovisionnée des entrepôts de Gennevilliers.  Les 60 000 litres d’essence permettront de livrer les clients, au personnel de se déplacer et comme nous dit-il « d’aider la Mairie… en cas de besoin : Pompes Funèbres… Urgences… 

 

 Point sur le BHV Rivoli

Le magasin est climatisé, de nombreux travaux de rénovation sont entrepris dans le magasin. Sa  surface au sol est de 6000m², la surface de vente passe de 25 000 à 32 000 m² et les cours intérieures ne sont pas encore fermées… La modernisation des locaux, de la sécurité (sprinkler) et de l’éclairage en font un beau  magasin ! 

Sa surface de stockage est de 65 000 m².

Le BHV dans sa rénovation intérieure a créé un second escalator et le remplacement de trois monte-charges.

Le magasin a le meilleur rendement au m² du monde avec 16 000F au m². Ce résultat n’est pas réalisé par le meilleur bradeur aux USA.

Employés : on compte  2700 personnes dont 1400 vendeurs auquel vient s’ajouter 80 à 200 débiteurs par jours : « les extras » ( : souvent des étudiants) payés à raison d’une enveloppe à 30F par jour.

Le personnel est encore payé en espèces, les chèques sont édités à partir de 1000F.

Ivry :

Le BHV livre entre 5200 et  7500 commandes par jour à raison de 120 à 200 camions.

 

La gestion sur le terrain : Pas d’informatique ! Les cartons de stock : Manuels dit "cartons roses" et les Taverniers (du nom de celui qui l’a créé) appelés "Cadenciers" dans les autres entreprises,  étaient tenus par des secrétaires de rayon. Tout était écrit à la main : les stocks et les cadences de vente, nos secrétaires savaient compter, sans machine à calculer !

Les bons de commandes étaient tapés dans un service au 7éme étage. Bien sûr, il ne fallait pas être trop pressé, mais une solution manuelle alternative : «  la note de commande » existait pour les urgences.

Et, enfin ne vous méprenez-pas, la Gestion était rigoureuse et nos crédits étaient suivis  tous les jours !

Parking : Les clients du BHV disposent alors de 3 parkings : 1 à Lobau, 1 en colimaçon au 34 Verrerie et toujours celui de Pont-marie. Les clients pouvaient venir aisément en voiture

Positionnement BHV :

Le BHV rajeuni, climatisé a pu augmenter son nombre de rayons.

Le BHV traite alors l’équipement de la maison, cuisine, sanitaire, cave, grenier, loisirs, sports et même la chasse, le plein air, jardinage, outillage et bricolage  qui représentait alors 80% de son chiffre d’affaires et  que 20% pour la nouveauté.

Les autres Grands magasins : Samaritaine, Bon Marché, Louvre, Printemps, Galeries Lafayette réalisaient alors 33 % de leur CA en Bazar et 67% en Textile, confection etc…

Un exemple de rayon :

Je me souviens encore du rayon Bâtiment, où je venais travailler en " Extra", avant mon entrée officielle.

On y  exposait des fenêtres, des persiennes, des portes et des portails  au 3éme étage du magasin!

Dans le brouhaha de la scie à découper le bois, la poussière du Carrelage : la déco-maison à la mode, aujourd’hui presque disparus

Ls stratifiés Polyrey et  Formica, les panneaux de Panolac offrant un revêtement isorel décoré bois ou carrelage, les carreaux en plastique Nonyplast, les revêtements et dalles plafond en Robex…

Les éviers en grès, en inox, les siphons, les portes de placards Western ou accordéons KZ lancées par le BHV et tout cela sur un ton marketing de l’époque :

« Faîtes-le, vous-mêmes ! »

A cette époque, le BHV avait la réputation justifiée d’offrir l’assortiment le plus large et de vendre des articles insolites qu’il était difficile de se produire ailleurs.

Au BHV  de 1968  nous pouvons décomposer le CA comme suit :

28% pour le jardinage, outillage, quincaillerie, chauffage.

23% pour le ménage, l’équipement cuisine et électro + l’éclairage.

22% pour l’ameublement

12% pour le jouet et le sport.

2% pour le divers

17% pour la nouveauté.

 

Plus de 300 000 articles différents sont offerts à notre clientèle.

C’est ainsi qu’à l’outillage, on y trouve 230 types de marteaux,

3000 types de tringles à rideaux,

91 modèles de grillage,

140 modèles de tondeuses.

Le rayon Peinture vend 1500 tonnes de Peinture par an

Le rayon revêtement adhésif : 800 km

350 000 m² de revêtement de sol.

La quincaillerie vend 48 tonnes de visserie et clous.

Nouveautés Produits et Fournisseurs

Les Arts ménagers font toujours des heureux !

La première Moulinette electrique verticale :

Le 37ème Salon des Arts ménagers ouvre ses portes au CNIT, à la Défense, le 5 mars 1968.

 Les clients se ruent sur les friteuses et les grills...

Téfal est racheté par le groupe SEB.

C’est le lancement commercial des premiers lave-vaisselle au BHV avec Miele.

(Si le produit avait bénéficié d’un brevet en 1886, c’est seulement vers cette époque qu’arrivent les premiers lave-vaisselle des USA)

100 000 Lave-vaisselle vendus cette année-là !

Ariel , 1ère lessive aux enzymes.

Sortie en  1967 la Super friteuse Seb est vendue en grand nombre au BHV

Au rayon Ménage, Développement des casseroles décorées en émail Aubecq, Léopold, Tournus, Hild ...

ainsi que des casseroles Inox.

Dans le prochain article , nous parlerons de mai 68 et du BHV pendant la grève et des autres événements de l'année.

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°92 1967

19 Mai 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Social

La loi Neurwirth est présentée à l’assemblée nationale  afin d'autoriser la contraception féminine (pilule, diaphragme, stérilet) . Mais les décrets d'application n'entreront en vigueur qu'en 1972 et il faudra attendre 1974 pour voir la pilule, rembourser par la sécurité sociale.

La scolarité passe de 14 à 15 ans à la rentrée 1967 et elle passera de 15 à 16 ans à la rentrée des classes 1968.

En juillet : Création de l'agence nationale pour l'emploi. ANPE !

Commerce  et Industrie:

 

Une campagne de publicité intriguera toute la population ! Cette nouvelle approche publicitaire fit grand bruit.

Pendant plusieurs jours, on découvre des panneaux publicitaires en grand nombre : « Les ronds rouges arrivent »

Cette campagne excite la curiosité des Français, jusqu’à la conférence de presse du 27 avril 1967, qui annoncera la naissance du groupe pétrolier Français : ELF.

Développement des 3 Suisses.

Commercialisation de la friteuse SEB, sans odeur, ainsi que de la petite machine à laver Calor

 

BHV Rivoli :

2 belles expositions Extrême-Orient :

Chine 3 : du 4 février au 3 mars ( CA :1 872 000, contribution 419 000 NF, la meilleure de toutes les expos).

Japon 5 : du 21 octobre au 11 novembre sur 1000 m² ( Ca 1 230 000NF)

 

1967 mars:

Ouverture de Montlhéry,

Pourquoi avoir choisi ce lieu pour créer un BHV ?

Il est situé 60, route Nationale 20, au nord de la ville en direction de Paris

La région et Montlhéry ont une tradition maraîchère connue depuis le 10ème siècle. Les marchés aux fruits et légumes y sont d’une importance économique vitale. On notera la foire à la tomate de Montlhéry inaugurée en 1908 qui dura jusque dans les années 2010 ou la foire aux haricots d'Arpajon qui existe encore!

A la fin des années 1950, la ville de Montlhéry a fait construire, sur ce lieu, un bâtiment destiné à abriter un marché aux légumes locaux : le « marché gare ».

Son but : devenir le plus important marché d’Ile-de-France. Très vite, cet édifice apparaît inutile car l’état prend la décision dès 1960 de construire les nouvelles Halles de Rungis qui ouvriront en 1969.

La ville a emprunté 200 millions de francs au Crédit Agricole mais le loyer le loyer payé par la SICAD, censé rembourser les annuités de l’emprunt contracté par la ville de Montlhéry apparaît nettement insuffisant. La hausse d’impôts, a aidé dans un premier temps à rembourser les échéances bancaires. Le Conseil municipal de Montlhéry démissionne devant la colère des administrés, en signe de protestation et un nouveau maire fut élu.

C’est là que la ville proposa la location de l’entrepôt au BHV.

Ainsi, en mars 1967, le BHV de Montlhéry ouvre ses portes en remplacement et à l’emplacement du " marché-gare"  dite la Halle aux Quadrants pour les ventes de fruits et légumes.

Bravo M Provost pour ce dessin très réussi!

Le BHV peint les murs en blanc; On y ajoute des guirlandes et fanions pour embellir la voûte, et avec quelques gondoles, le magasin est installé sur 1200 m². Au fil des semaines le magasin ajoute des rayons  dont  le rayon jouet  en fin d’année et les résultats sont surprenants.

Un nouveau projet est alors créé sur 2500 m² avec un maximum de rayons traditionnels.

Le directeur est M Chammah et le sous-directeur Monsieur Perbost.

 En cette période, c’est le plein air et le jardinage qui prévaut. 

 

Messieurs Chammah et PerbostMessieurs Chammah et Perbost

Messieurs Chammah et Perbost

Dans les années 2000Dans les années 2000

Dans les années 2000

Le magasin s'agrandira progressivement voici une vue du ciel de 2012 année de la fermeture.

Le 23 décembre 2011, le groupe "Galeries Lafayette ", rachète les terrains que possèdent la mairie de Montlhéry pour un coût de 3 millions d’euros. Début février 2012, le groupe Galeries Lafayette annonce la fermeture de son magasin à Montlhéry pour juillet 2012. Nous y reviendrons sur l'article 2012.

Que s'est-il passé depuis ?

4 ans après on peut voir le magasin  tagué, dont le parking est parfois squatté par des centaines de caravanes : Le BHV est loin de ce qu'il était, avant la fermeture du magasin. 

On annonce dans la presse que d’ici 2019, le site de 16 000 m2, devrait avoir un tout nouveau visage. 

Le projet prévoit la construction de 320 logements dont 90 sociaux, Une résidence pour personnes âgées est également annoncée. Un cabinet médical sera créé juste à côté.

Qu'en est-il aujourd’hui ?

 

A Rivoli

 Henri Viguier , à la tête du BHV depuis 1911 décède au mois d’août.

A son décès René et Georges Boulot vendront son Château de Bouges à l’état afin de s’acquitter des droits d’enregistrements

Ceux qui voudraient lire à nouveau, les articles sur le château écrit par Martine Mallein, trouveront le lien en fin d'article

Georges Lillaz le remplace comme PDG, Gérard et René Boulot sont alors co-directeurs, attachés à la Direction Commerciale du BHV, le Directeur Commercial étant Monsieur Clavel.

Gérard et René Boulot, Georges Lillaz et Mme Marchand

Gérard et René Boulot, Georges Lillaz et Mme Marchand

Le rayon épicerie du BHV géré par Monsieur de Villeneuve s’est arrêté, les Halles de Paris étant appelées à disparaître début 1969.

On met en marche de nouveaux escalators, jusqu'au 6e étage.

Un restaurant ouvre au 6e étage du magasin : « La Rivolière » ;

La gestion était confié à un Grand Brasseur « Le  Moulin de Skansen »  des Grands Boulevards (M Viallet) .

Sous forme de self, il plaisait beaucoup et accueillait près de 1800 clients par jour !

Sa vie se prolongea jusqu’en 1985, où prendra place un Flunch.

.

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°92 1967

Sous la rue Lobau,  s'ouvre un parking en accès direct avec le magasin et la ligne de métro n°1.

Loisirs

Première émission TV en couleur sur la 2e chaîne.. La demande va s’accélérer au rayon RTV.

Du 16 février au 4 novembre, l'exposition au Petit-Palais de Toutankhamon remporte un vif succès.

Lancée en 1966, après avoir concouru à la Télévision, Mireille Mathieu devient la chanteuse préférée des Français!

 

Cinéma :

Une année exceptionnelle avec des films cultes ... on ne peut tous les citer .

La grande Vadrouille sortie en décembre 1966

Les Grandes Vacances, Oscar, avec Louis de Funès

Les Douze Salopards,

James Bond : On ne vit que deux fois

Fantômas contre Scotland Yard, avec Jean marais et Louis de Funès

Les Risques du métier avec Jacques Brel

Les Aventuriers, avec Alain Delon et Serge Reggiani

 Vivre pour vivre de Claude Lelouch avec Yves Montand et Annie Girardot,

La Religieuse de Diderot

Le Vieil Homme et l'Enfant de Claude Berri avec Michel Simon

Le Grand Meaulnes

Belle de jour de Luis Buñuel avec Catherine Deneuve et Michel Piccoli

La Nuit des généraux avec Jean Piat et Philippe Noiret

Le Samouraï avec Alain Delon et François Perrier

Indomptable Angélique avec Michèle Mercier et Robert Hossein

 

 

Médecine

Le Professeur Barnard en Afrique du sud réalise sa première transplantation Cardiaque.

Vaccin contre les oreillons.

Pour le plaisir, une publicité de nos cousins Galeries Lafayette!

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°92 1967
Lire la suite

Notre guide vous propose quelques belles visites...

17 Mai 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture, #Randonnée-Week-end

Nous sommes heureux de vous proposer quelques sorties agréables en compagnie de votre guide Dididier Bouchard. de fin mai à début juillet. Parisiens... profitez bien

CONFÉRENCES DIDIER BOUCHARD,  conferences.bouchard@orange.fr

Conférencier national, diplômé de l’Institut d’Art et d’Archéologie de la Sorbonne

Ancien Élève de l’École du Louvre

Boite 17 Bât. D, 8, rue Cannebière 75012 Paris. Tel: 06 43 63 35 73.

PROGRAMME DES VISITES-CONFÉRENCES

LUNDI 23 MAI

14h30 ET 16h EXPOSITION « LES DÉCORS IMPRESSIONNISTES» AU MUSÉE DE L’ORANGERIE. (Deux groupes de 6 personnes).R.V. à l’intérieur, billet pris.12€+entrée

SUR INSCRIPTION PREALABLE AU 0643633573.

Notre guide vous propose quelques belles visites...

MERCREDI 25 MAI

11h30 (Heure du R.V.) EXPOSITION « LE THEÂTRE DES ÉMOTIONS, DE DÜRER ET LE BRUN A PICASSO ET DALI ». L’expression des sentiments et des passions dans l’art, de l’âge classique aux temps modernes.

R.V. 2 rue Louis Boilly. 15 pers. 12€+entrée. Sur inscription au 06 43 63 35 73.

Jean-Baptiste Greuze Jeune Fille à la colombe

 

 

MARDI 7 JUIN

11h30 (R.V. à 11h15) EXPOSITION « ALBERT EDELFELT, LUMIÈRE DE FINLANDE, AU MUSÉE DU PETIT-PALAIS » Paysagiste naturaliste ou symboliste et portraitiste de Louis Pasteur ; le 1er grand peintre finlandais.

12€+ entrée. Quelques places : SUR INSCRIPTION AU 06 43 63 35 73.

14h30 LES SALONS DE L’HOTEL GAILLARD ET LA CITÉ DE L’ÉCONOMIE DE LA BANQUE DE FRANCE. (2ème groupe)

R.V. 1 place du Général Catroux. 11€+entrée. Quelques places sur inscription au 06 43 63 35 73.

VENDREDI 10 JUIN

11h45 (heure du R.V.)EXPOSITION « GIOVANNI BOLDINI, LES PLAISIRS ET LES JOURS » AU MUSÉE DU PETIT-PALAIS. Le monde de la Recherche du Temps perdu portraituré

par le pinceau virtuose de Giovanni Boldini. 12€ +entrée. Sur inscription au 0643633573

R.V. entrée des groupes

LUNDI 13 JUIN               A ne pas manquer !

14h30  APRÈS-MIDI A FONTAINEBLEAU : EXPOSITION « LES FÊTES A LA COUR DES VALOIS» -Tapisseries dessins, tableaux, armes de parade : accès, dans le cadre de l’exposition à la Cour ovale ; appartement des reines mères et grands-appartement avec focus sur les décors de la Renaissance. Plus visite de la petite exposition Oudry, portraitiste des chiens de Louis XV.

18€+entrée. Sur inscription au 06 43 63 35 73.

Fontainebleau fait revivre les somptueuses fêtes données à la cour des Valois, du règne de François Ier à celui d'Henri III. Une centaine d'œuvres, venue des plus grands musées d’Europe, permettront de comprendre le déroulement de ces réjouissances et d’en saisir tout l’éclat. Au XVIe siècle, le château de Fontainebleau fut un lieu de fêtes incontournable. Mascarades dans la cour Ovale, spectacles nautiques sur l’étang aux Carpes, joutes et tournois dans la cour du Cheval Blanc, banquets et représentations dans le parc du château ont marqué les mémoires. Cette exposition,  rassemble une centaine d’œuvres réalisées pour préparer ou évoquer ces réjouissances. Peintures, tapisseries, armes de parade, dessins de costumes et livrets commémoratifs ouvriront sur les coulisses des fêtes du XVIe siècle. Cette exposition montre également la place centrale occupée par Catherine de Médicis dans la mise en place d’une véritable diplomatie par le divertissement.

Léonard de Vinci, Rosso Fiorentino, Primatice, Philibert Delorme, Antoine Caron, les plus grands artistes de la Renaissance s’emploient à concevoir décors, programmes et costumes, des plus solennels aux plus extravagants : c’est l’art de la fête. Ces festivités éclatantes font la gloire de la France au-delà de ses frontières durant tout le siècle .

VENDREDI 17 JUIN

14h30 PROMENADE DANS LES QUARTIERS DU PARC ET DE LA PLAINE MONCEAU, AUTOUR DE QUELQUES ADRESSES PROUSTIENNES. (2ème CIRCUIT). A la recherche de Mme Verdurin au fil de 4 salons fréquentés par Marcel Proust. Evocation d’Anatole France et de Robert de Montesquiou. Hôtels particuliers, immeuble de la famille Proust de 1900 à 1906. R.V. sortie du métro Malesherbes, côté place du Général Catroux. 12€ Sur inscription au

06 43 63 35 73.

SAMEDI 18 JUIN

15h SOUS LA COUPOLE ET DANS LES COURS DE L’INSTITUT DE FRANCE

(Avec, sous réserve, un accès à la bibliothèque Mazarine).

Chapelle 17e du Collège des 4 Nations, tombeau du cardinal de Mazarin. Histoire des 5 académies de l’Institut.

R.V. 23 Quai Conti. 12€. SUR INSCRIPTION AU 06 43 63 35 73.

 

DIMANCHE 19 JUIN

11h SOMPTUEUX SALONS DE L’HOTEL PAÏVA. Escalier d’onyx, baignoire d’argent. L’écrin d’une courtisane, et peut-être d’une espionne.

R.V. 25 av. des Champs Elysées. 12€+entrée. Sur inscription au 06 43 63 35 73.

DIMANCHE 26 JUIN

10h50 DANS LA COLONNE DE LA BASTILLE : ACCÈS AU SOUBASSEMENT ET AUX DEUX CRYPTES, VUES DEPUIS LA VOUTE SUR LE CANAL SAINT-MARTIN RECOUVERT

La nécropole des victimes des révolutions de juillet 1830 et février 1848, ouverte au public depuis quelques mois. Histoire de la colonne, et de son socle d’époque Empire…

R.V. Devant les marches de l’opéra-Bastille. 18 pers. maximum. 12€+entrée.

SUR INSCRIPTION AU 06 43 63 35 73.

VENDREDI 1er JUILLET

15h HÔTELS PARTICULIERS, ATELIERS ARTISTES ET MAISONS CLOSES DU QUARTIER DE L’EUROPE, SUR LES TRACES DE MANET, CAILLEBOTTE, ET ZOLA.

R.V. métro Europe.12€. Sur inscription au 0643633573

SAMEDI 2 JUILLET

15h CHAPELLE, COUVENT ET PARC DES MISSIONS ETRANGÈRES, ET ANCIENS POTAGERS DES FILLES DE LA CHARITÉ ET DE L’HÔPITAL DES INCURABLES.

12€+entrée. Sur inscription au 06 43 63 35 73.. Rendez-vous angle rue du Bac et rue de Babylone.

Nous vous souhaitons de beaux moments.

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°91 quelques services1966-1967

13 Mai 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Les articles se suivent et ne se ressemblent pas ! En voici un avec peu de photos et des souvenirs à lire !

 Certains services sont décrits ici par la mémoire de ceux qui y ont travaillé. Aucune photo à l'époque !

Vue du 7e étage sur la rue Lobau

En route pour le Bureau des Nomenclature ...

Jean de Nerville fut un des concepteurs du fichier articles.  Il s’inspira donc de celui des Nouvelles Galeries. La Direction lui demanda de créer et de prendre en compte ce nouveau service.

Il nous livre ses souvenirs sur le BUREAU de NOMENCLATURES ou BDN

" Nous contrôlions l’envoi des bordereaux de saisie du fichier articles en provenance des acheteurs ( Pour les créations d'articles), et au retour, nous classions les fiches signalétiques et nous portions, celles destinées aux rayons, au service courrier.   Pour ces classements, j’avais commandé et distribué une centaine de classeurs non seulement aux secrétariats de rayons de Rivoli mais aussi dans tous les bureaux d’achats des magasins.

Sur instruction de la Direction, il m’avait été demandé de mettre en place le principe du réassort automatique, principe qui consistait à rééditer automatiquement un réassort dans le cas où la quantité demandée par le rayon n’avait pas été fournie par la réserve, intégralement ou partiellement.

 C’était à mon avis mettre en place une machine infernale car j’avais constaté que les magasins sans connaissance de la réalité du stock, envoyaient des réassorts à l’aveugle. S’ajoutait, qu’informés d’un arrivage en réserve, certains siphonnaient la totalité du stock au détriment du petit copain qui passait derrière."

   (Est-ce possible ?🤣 et oui, à l'époque, c'était de bonne guerre!)

 "Malgré mes observations, j’ai reçu l’ordre de mettre la machine infernale en marche. Ce que je fis.

Après son passage en réserve, chaque réassort saisi par l’informatique pour débiter le rayon de la quantité fournie, générait un nouveau ORO  pour les lignes qui n’avaient pas été fournies intégralement par les réserves.  

 Chaque réassorti pouvait  ainsi générer des dizaines d’autres à l’image de ce pauvre Mickey dans l’Apprenti Sorcier, la musique de Paul Ducas en moins. L’informatique s’était transformée en une grande imprimerie avec un centre de tri rapidement débordé.

L’affaire dura une quinzaine de jours jusqu’à ce que j’entraine mon supérieur hiérarchique dans les couloirs de l’informatique pour constater l’encombrement de ses couloirs de cartons prêts à la distribution et bloqués depuis 2 jours sur ma demande pour faire impression (mot pris dans tout son sens). C’est mon ami Gérard de C. qui me remplaça un peu plus tard... "

Vue du 6 e étage sur l'arrière de l'Hôtel de ville

Sélection d’un reportage d’Antoine Eminian où nous revivons parfaitement le travail et l’ambiance de ce bureau.

Le " Service des Stocks " dirigé par Gérard de C…..  était divisé en deux entités distinctes, le Contrôle Factures et le BDN.

Revenons un instant sur le Contrôle Factures, archétype du service administratif d’une époque totalement oubliée de nos jours et qui ne connaissait pas l’informatique.

C’est quand je me remémore d’avoir connu ces temps d’avant l’informatique – comme on dirait avant JC – que je mesure combien j’ai vieilli et comme le temps est passé à une vitesse hallucinante.

Cette entité était dirigée par Mme V qui régnait sur une population d’une trentaine de jeunes femmes, chargées de vérifier la conformité des factures reçues.

Le travail était entièrement fait à la main bien entendu, les calculs effectués avec d’antiques calculatrices mécaniques en métal vert, à manivelle !

L’implantation des bureaux me rappelait mes salles de classe encore récentes dans mon esprit, Mme V, petite femme lunettée et sévère à son bureau, face à quatre rangées de bureaux regroupés par deux et les uns derrière les autres.

Juste devant elle, ses trois adjointes, femmes de sa génération, Mme H…. agitée de tics nerveux et toujours en suées, Mme M…., chignon gris, toujours souriante et agréable et une autre dame, Mireille dont l’expression favorite et gouailleuse quand elle avait un problème ardu à résoudre, était d’avoir à « démêler des queues de singes » qui ne manquait pas de faire rire toute la salle ! Comme à l’école, Mme V devait ramener le calme par des « Mesdames ! Mesdames ! », qui en général calmait les ardeurs buissonnières

Lorsque j’ai intégré, le BDN, mot mystérieux sonnant comme KGB ou SDN, signifiant tout simplement Bureau Des Nomenclatures, car figurez-vous qu’entre-temps, un service informatique venait de voir le jour au BHV.

Si l’informatique est sensée réduire les éditions de papiers, pour être franc, tout au long de ma carrière j’ai souvent entendu ce credo mais rarement vu ses applications, et des papiers, en cette période pionnière il y en avait !

 Nous ne faisions que ça, trier et distribuer des tonnes de documents édités par l’informatique. La nomenclature articles, quelle affaire !

 Chaque article, codifié et complété de ses attributs, libellés et prix, était édité sur une fiche de papier regroupant six articles par page, page de format paysage 30x10cm (grosso modo) perforée.

Ces documents édités en double exemplaire nous parvenaient par le courrier interne, un exemplaire devait être distribué aux rayons, un autre restait en notre possession et nous devions le ranger dans les classeurs prévus pour. Notre service archivait donc, l’ensemble de la nomenclature, des milliers de pages qui devaient être échangées à chaque création, modification, suppression d’un article par l’Acheteur, c'est-à-dire chaque jour !

Un boulot de dingue qui dans la pratique ne servait pas à grand-chose, car si chez nous certains s’appliquaient à classer méthodiquement ces fiches, d’autres s’en moquaient totalement, auxquels s’ajoutaient les erreurs bien pardonnables, ce qui aboutissait à un archivage peu fiable auquel nous n’avions jamais recours, par ailleurs.

Autres documents, les ORO ou Ordre de Réassort Orange.

Un document édité sur du papier orange, of course, dont chaque feuille avait une souche carbonée, qui servait au magasin à formuler sa demande de marchandise auprès de l’entrepôt.

Sur les feuilles, la liste des articles du rayon, on y inscrivait la quantité demandée et les exemplaires accompagnaient la camelote en transit. Là encore, des cartons pleins de papiers, que nous distribuions aux rayons, avec notre petit chariot qu’on promenait dans les couloirs du septième étage, jusqu’aux cases du courrier situées dans les bureaux des Chefs de groupe.

 Après notre passage, les cases débordaient de toute part et les secrétaires montées des rayons pour ramasser leur courrier, faisaient des tronches d’enterrement devant ces charges qu’elles devaient rapatrier dans leurs locaux.

 Le bruit de notre chariot dans le couloir, doit être resté dans la mémoire des témoins de l’époque. Cette tâche de tri, pénible et sans intérêt n’était qu’une partie de mon boulot, heureusement!   

vue du 6e étage sur Saint Gervais, Saint Protais

 

Mais comment se passait l'encaissement ?

Et maintenant, Georges Ehleringer, est venu nous éclairer sur l’encaissement de l’époque :

"Dans les années 60  et ceux jusqu’en 1977...

Ce sont les vendeurs/euses qui enregistraient les ventes sur une machine enregistreuse. Chaque vendeur/euse avait sa propre machine, un ticket en deux parties était édité, ce ticket était d’une couleur spécifique à son rayon.

Le client présentait ce ticket à la caissière qui validait le paiement à l’aide d’une perforeuse «  les perforeuses avaient un n° à trois chiffres spécifique pour chaque caissière».

La caissière remettait la moitié du ticket au client qui le redonnait au vendeur/euse en échange de la marchandise. L’autre moitié était conservée en caisse.

Lorsque la caissière rassemblait ses éléments de la journée dans son sac de caisse, avec les espèces, se trouvaient l’enveloppe avec les chèques et les feuillets Carte Bleue qui avait été créé par une machine surnommé «  le fer à repasser »

La recette de la caissière était vérifiée en caisse centrale par le rapprochement des paiements et du montant des tickets.

La recette vendeur était calculée grâce à la relève machine et le rapprochement des tickets, c’était le contrôle des ventes qui effectuait ces taches.

Le rapprochement des recettes caisse et des recettes vendeurs était fait au service comptabilité : Le bureau du Contrôle, qui se trouvait au 14 rue du Temple, dirigeait par Monsieur Q.

Le client n’avait aucun reçu, c’était le sac BHV qui justifiait le paiement.

Il arrivait que des petits malins imitent la perforation du ticket, ils se servaient d’un ticket normalement perforé et à l’aide d’une aiguille reproduisaient la perforation. Si le vendeur n’était pas attentif « cette imitation était souvent grossière », il remettait à tort, la marchandise non acquittée. 

(Il faut dire que les inspecteurs "La Spéciale" étaient leur surnom, arrêtaient souvent des clients malveillants)

Les ventes flash nécessitaient une organisation spéciale : les caisses enregistreuses ne savaient pas calculer une remise,

Le contrôle des ventes installait dans le rayon concerné des rouleaux de tickets de couleur rose, ce qui indiquait aux caissières que celui-ci bénéficiait d’une remise qu’elle calculait manuellement.

Voilà le BHV d'hier !.... Merci à tous ceux qui participent à ces souvenirs!

CD

Lire la suite

Mémoires : Le BHV à travers l'Histoire n°90 l'année 1966

5 Mai 2022 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar

Politique :

 En mars 1966 La France se retire de l’OTAN

Du 20 juin au 1er juillet 1966, le général de Gaulle accomplit un voyage officiel en URSS. Il rencontre le Président Nicolas Podgorny. Il soulignera l'importance de l'amitié franco-russe pour le devenir de l'Europe et l'équilibre du monde entier.

L’importance de cette rencontre réside dans les circonstances du moment.

- Elle suit de près, la décision française de quitter l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et de faire partir de France toutes les bases et installations militaires de cette Organisation.

- Un autre fait est le refroidissement des rapports soviéto-américains survenu à la suite de l’intervention militaire des Etats-Unis au Vietnam.

- Depuis le retrait des fusées soviétiques de Cuba, les USA et l’URSS se sont rendu compte de l’intérêt à éviter un conflit armé (Nucléaire)

- En ce qui concerne le règlement du conflit de la guerre du Viet-Nam, la position de la France est assez proche de celle de l’U.R.S.S ; les deux pays souhaitent voir la paix se rétablir au plus tôt au Vietnam par un accord entre tous les intéressés.

BHV :

Une seule exposition  du 23 octobre au 13 novembre pour la 2e fois sur la Chine.

Sur 1000 m² avec un CA de 1 428 000 et une superbe contribution de 313 000 NF.

Fin des travaux de surélévation du magasin de Rivoli libérant 5400 m² de surface de vente complémentaire.

Et voici donc la nouvelle façade achevée !

 

Nous parlerons dans un prochain chapitre 1966/1967 du développement de services du BHV.

Grands magasins : la Samaritaine se lance dans la VPC, on y trouve tout... mais le magasin commence à décliner ; C’est la plus grande surface de Paris. On y compte 80 rayons 

Le magasin du Louvre est en grandes difficultés ! Il ne s’est pas redressé après la guerre.

Nouveautés :

Couteau électrique Moulinex 1966 puis modernisé !dans les années 70 le modèle SEB.

 

1 ère rôtissoire Moulinex et beaucoup de publicité Chez Moulinex

Sortie par Miele du premier sèche-linge électronique d’Europe. (Le premier fut conçu aux USA en 1938, mais ne connut jamais le développement des électroniques.)

 

Médecine :

On vaccine DTPC

(Diphtérie, tétanos, polio, Coqueluche)

Le médecin de famille est une personne très considérée.

La médecine progresse à grands pas ; on voit de grandes avancées chirurgicale, en particulier : la prothèse de hanche. On opère le cœur, mais il faut attendre décembre 1967 pour voir la première transplantation cardiaque.

 

Radio Luxembourg devient RTL rebaptisée par son patron Jean Prouvost, le ton est rajeuni.

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>