Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV
Articles récents

Le Blog fête ses 10 ans!

21 Novembre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news

Le temps passe si vite que j'avais oublié la création du réseau, en mars 2018 ainsi que la création du Blog, il y a 10 ans aujourd'hui, lorsque j'ai reçu le message ci-dessous d'Overblog !

Nous remercions à cette occasion, tous ceux qui nous aident dans ce réseau et vous tous, les lecteurs de ce Blog.

Nous sommes de tout cœur avec vous.

Bonne fin d'année 2018

CD

Votre blog a 10 ans aujourd’hui    

Bonjour Les fédérateurs du réseau Bazar,

Votre blog fête ses 10 ans aujourd’hui !

Toute l'équipe d'Overblog est heureuse de souhaiter un joyeux anniversaire à votre blog : Le blog du Réseau Bazar BHV.

 10 ans, ça se fête !

Dites-le à tout le monde             L'équipe OverBlog

Le Blog fête ses 10 ans!
Lire la suite

Lu dans la Presse pour vous : Les deux BHV lyonnais vont fermer en 2019

16 Novembre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV news, #Lu dans la Presse

Pour mémoire :

1979  13 Juin : Ouverture du BHV Limonest : Le « Parly »Lyonnais ! . La clientèle choisit des produits de haut de gamme

1979 : 19 septembre : Ouverture du BHV au Centre Commercial de Lyon Part-Dieu en décembre.

Comme à Limonest  on y découvre 25 rayons de Bricolage-Décoration et 25 000 références. C’est le premier magasin qui ouvre en gestion unitaire totale. Une batterie de 8 caisses est installée en sortie.

Limonest en 1984 et en 2004
Limonest en 1984 et en 2004

Limonest en 1984 et en 2004

BHV La Part-Dieu

BHV La Part-Dieu

Ci-dessous les sites internet de BHV Limonest et de la Part-Dieu, lisez-les; 

 les textes de présentation sont fort sympathiques .... et pourtant dans quelques mois, ce sera fini !

"LE BHV LIMONEST est sans conteste le rendez-vous incontournable de la région lyonnaise. De 9h30 à 20h, nous vous invitons à découvrir des produits haut de gamme dans ce lieu de rencontre et de partage.

Fidèle aux valeurs et à l’esprit généraliste du bazar, ce grand magasin de 4 800 m² saura répondre à chacune de vos envies de décoration, loisirs créatifs, épicerie, luminaires… Une sélection de produits de qualité qui saura ravir les habitués et les novices.

N’hésitez plus et venez découvrir l’esprit chaleureux du BHV LIMONEST !"

"LE BHV de LYON est le grand magasin référent de la maison du centre commercial LA PART DIEU. De 9h30 à 20h, venez découvrir nos univers : L’univers de la décoration, La cuisine avec l’épicerie fine et la diversité de l’offre Bricolage.

 Fidèle aux valeurs et à l’esprit généraliste du Bazar, ce grand magasin de 2 800 m² saura répondre à chacune de vos envies de décoration. N’hésitez plus et venez découvrir l’esprit chaleureux du BHV LA PART DIEU.

BHV LA PART DIEU, un magasin avec des services et des conseils spécialisés : l’encadrement sur mesure, la peinture à la teinte et la livraison. Une raison supplémentaire de faire votre shopping déco au BHV LA PART DIEU !

Les deux BHV lyonnais vont fermer en 2019

 LSA PUBLIÉ LE 01/10/2018 par JEAN-NOËL CAUSSIL

Les magasins BHV de Lyon Part-Dieu et de Limonest vont fermer leurs portes au premier trimestre 2019.

Le BHV, après les fermetures annoncées des magasins lyonnais, disposera de deux points de vente, dans le Marais et à Parly 2.

Les deux magasins BHV de Lyon Part-Dieu et de Limonest vont fermer leurs portes au premier trimestre 2019, a annoncé la presse régionale. En vérité, tout sauf une surprise tant ces deux points de vente, fruits de l’histoire (ils ont été ouverts dans les années 1970), apparaissaient désormais comme iconoclastes dans le réseau BHV. Un réseau qui sera donc limité à deux magasins, celui du Marais et celui de Parly 2. Deux établissements qui, ces derniers années, ont bénéficié de lourds investissements pour les remettre à niveau, quand les deux BHV lyonnais, eux, restaient un peu à l’écart du mouvement.

Soixante-six employés à reclasser

Pour dire les choses autrement : les enveloppes budgétaires ne sont jamais illimitées et le groupe Galeries Lafayette doit faire des arbitrages. Les magasins de Lyon-Part Dieu et de Limonest, non rentables, en font assez logiquement les frais. Soixante six emplois sont concernés par ces prochaines fermetures (32 à Limonest et 34 à Part-Dieu) et feront l’objet d’une procédure de reclassement, assure le groupe Galeries Lafayette.

Le magasin de Limonest a d’ores et déjà trouvé repreneur puisque GiFi devrait remplacer le BHV dans les murs, tandis que le bail du magasin de Part-Dieu a été dénoncé auprès du promoteur du centre commercial, Unibail-Rodamco, ainsi que l’explique le journal Le Progrès.

Lire la suite

Hommage à nos héros de la guerre 1914-1918

8 Novembre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

Jean-Pierre Franssens m'avait donné l'occasion de lire un recueil de notes,  du vécu de la guerre 14-18 de son grand-père.

Jean-Pierre a complété les notes et ce livre est impressionnant de réalité.

A l’occasion du 100e anniversaire. Je lui fais la surprise de publier quelques extraits et ainsi, de les partager avec vous. (toutes les photos proviennent de  Jean-Pierre). 

C'est pour nous un bel hommage que nous rendons au courage de nos ancêtres, à l'occasion de cette commémoration du 11 novembre.

Cette affiche remarquable fut éditée l'année du décès de Henri-Jacques Hardouin

Cette affiche remarquable fut éditée l'année du décès de Henri-Jacques Hardouin

Extrait des notes d’Henri-Jacques le Poilu (grand-père de JP),

Les conditions de vie du soldat 1914- 1918.

 

Le 20 mai 1916

Chers parents,

Reçu votre lettre du 11 mai mais pas encore le colis. la lettre a mis trois jours. les provisions seront les bienvenues, car ici on a la crève.... Envoyez-moi une paire de chaussettes, trois mouchoirs, une serviette, une flanelle, une chemise, pas plus car je ne saurai pas où le mettre car on ne peut changer de linge que deux fois par semaine, comme vous le supposez, c'est pas facile et ça nous importe peu.

Tels des mineurs nous faisons des "sapes colossales" ( des tranchées) à perte de vue. C'est humide, mais on y dort bien quand même...

Mon ancien régiment a du prendre quelque chose hier pour son rhume.

C'est la vie! Je vous embrasse tous quatre.

Henri-J.

Le jour où Henri-Jacques fut blessé par un obus :

…. Les ordres…chaque sergent, chaque caporal, devait sortir le premier à la tête de ses hommes et,….tandis que les obus sillonnaient l’espace depuis un bon quart d’heure, l’un de ceux-ci qu’on devinait mal attaché, sembla se diriger vers notre groupe. Je remarquais doucement, dans un sourire: «-Celui là est sûrement destiné pour nous!…»

Le bolide arrivait à une vitesse vertigineuse. Un sauve-qui-peut général. Le geste pour entrer dans la sape qui s’ouvrait à deux pas et je sentis aussitôt comme un poids de cent kilos au bout du bras gauche. Ma main qui ne tenait plus que par un tendon pendait lamentablement, recroquevillée.

Le coup était si rude que je croyais étouffer. Il me fallait de l’air…Je m’asseyais sur un tronc d’arbre en serrant de toutes mes forces mon poignet d’où le sang s’échappait en abondance par l’artère coupée nette. «Ah! Les vaches!…».

«- Serre vite mon poignet» dis-je à un «bleuet» près de moi. Inerte, pâle et hébété, je ne pouvais pas compter sur lui. Heureusement un «pépère» qui passait défit un de ses lacets et garrotta mon avant-bras. Ma main s’alourdissait de plus en plus et mon avant-bras au dessus du garrot me faisait mal. Le caporal Boyer me tendit un quart de rhum-du vrai- puis un deuxième que j’avalai coup sur coup. ..Devant l’irréparable, je demandais à la ronde «Coupez le bout de chair!..»

Le caporal prit sa cravate et me fit un deuxième garrot, puis essaya de couper le nerf. Ce brave, ne put terminer ce travail et s’en alla vers son abri où il s’évanouit devant l’effort.

«-coupez! Je ne sentirais rien….»

L’aide-Major et se brancardiers se contentèrent de rattacher la main provisoirement avec une bande de pansement. Sur le front on ne distribue que les premiers soins. …Avant de quitter ces braves soldats du 31ème que j’avais appris à aimer, une crise de larmes, vite réprimée, m’empoigna.

«-Qu’avez-vous? remarqua le capitaine, vous avez la vie sauve. Estimez-vous heureux de ne laisser qu’une main dans cette guerre!…

«- Merci, mon capitaine, pour vos bonnes paroles. Mais la peine qui m’étreignait tout à l’heure, c’était simplement la perspective de voir ma vie brisée; de me trouver désormais dans l’impossibilité de continuer le seul métier manuel que j’ai appris…»

«-Oh! je suis bien tranquille pour vous à ce sujet, répliqua-t-il. Vous vous débrouillerez bien!…»

Je serrais alors toutes ces mains amies tendues. Allongé sur la civière, les quatre brancardiers m’enlevèrent à hauteur de leurs épaules. Dominant les êtres et les choses du haut de mon perchoir, je tendais le poing droit fermé dans la direction de l’ennemi en l’invectivant de la seule phrase qui résumait toute ma pensée, toute ma vengeance: «- Bande de salauds!….»

Ci-dessous le courrier envoyé à ses parents suite à l'amputation de sa main.

 

Extrait de la bataille de l’Oise 1918

 

Nos héros :

 

Enfin le 11 novembre: nouvel extrait

 

Le 7 novembre 1918, Mathias Erzberger, représentant du gouvernement allemand passe la ligne de front jusqu’à la villa Pasques de la Capelle, pour préparer les négociations. Wilson et Pershing étaient opposés à l’armistice immédiat. Ils préféraient chasser l’allemand des pays occupés, avant.

Mais Clemenceau est pressé.

Il veut que les combats et les carnages cessent.

L’armistice est signé à 5h 15 du matin, au milieu du carrefour de Rethondes en forêt de Compiègne, dans le wagon de Foch. Le cesser le feu à 11 heures.

Le premier clairon à sonner le 1er Cessez le feu, s’appelait Pierre Sellier.

C’était le 11 novembre 1918-

Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE
Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE
Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE
Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE
Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE
Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE
Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE

Le 11 novembre PHOTOS DE PRESSE

L’armistice est signé pour 36 jours renouvelables.

Le bilan de ce conflit se place dans l’irréalité, compte tenu des résultats. Plus de 8 millions de morts dont 1,4 million, de Français, plus, des millions d’Invalides et mutilés.

C’est George Clemenceau qui est chargé d’annoncer au pays les conditions de l’armistice du 11 novembre.

«L’Allemagne doit livrer tout son armement, son aviation et sa marine. «Les allemands doivent passer, le Rhin sous 30 jours»

Clemenceau le surnom de «Père la victoire» se transforme ironiquement en «perd la victoire» et l’on dit de lui qu’il «avait gagné la guerre et perdu la paix.».

Le 28 juin 1919, suite à l’armistice, Le traité de Versailles. Galerie des glaces.

Pas d’Allemands, pas d’Autrichiens et pas de Russes (qui avaient arrêtés la guerre en 1917), le 18 janvier 1919 à Paris lors du début des travaux au Ministère des Affaires étrangères.

Le 19 février 1919, en plein travaux, un anarchiste, EmileCottin, né à Saragosse, militant anarchiste tire 3 balles de revolver sur Clemenceau.

 Il va en garder une à vie (près de l’aorte). Solide comme un roc, 6 jours après, il reprend les travaux. Il fait commuer la peine de mort pour Cottin, en 10 ans de réclusion. Cottin en 1936, meurt engagé à la révolution espagnole.

Pour la forme, les représentants de 27 pays alliés font face aux allemands. Le 11 avril, adoption de la charte internationale du travail.

Chacun a pu apporter ses idées et ses souhaits. Mais le traité a été concocté par 4 personnes, en cercle fermé. Le français Georges Clemenceau, souhaitait récupérer l’Alsace et la Lorraine. Le britannique David Lloyd George, lorgne sur les colonies allemandes et sur le marché intérieur des vaincus.

L’Italien, Vittorio Orlando, souhaite des annexions autour de l’Adriatique au détriment de l’Autriche –Hongrie.

L’Américain Thomas Woodrow Wilson, son commerce avec l’Europe. Il apporte 14 propositions pour le traité.

-Fin de la diplomatie secrète.

-Liberté de navigation et de commerce.

-Réduction des armements.

-Règlement des rivalités coloniales.

-L’évacuation de la Russie de la France et de la Belgique.

-La restitution de l’Alsace et la Lorraine à la France.

-La rectification des frontières italiennes.

-L’autonomie des peuples d’Autriche-Hongrie.

-L’évacuation de la Roumanie, Serbie et Monténégro.

-L’autonomie des peuples non-turcs de l’Empire Ottoman.

-La refondation d’une Pologne indépendante.

-La création d’une association des Nations.

Ce n'est qu'en 1925 que le grand-père de Jean-Pierre fut appareillé. Nous trouverons le courrier et le modèle ci-dessous.

 

Hommage à nos héros de la guerre 1914-1918

   

 

Cet homme fit de la peinture

Clemenceau peint Henri Jacques Hardouin

Clemenceau peint Henri Jacques Hardouin

et écrivit plusieurs livres de guerre... des poésies comme cet extrait :

La descendance a suivi dignement avec Jean-Pierre Franssens membre du réseau, artiste peintre qui aime écrire.

Merci Jean-Pierre !

CD

Petit additif du commentaire de Jean-Luc  L :  A cette occasion je vous rappelle un des nombreux romans sur ce massacre inimaginable : " La peur " de Gabriel Chevallier

Lire la suite

11 novembre : Souvenirs de nos écrivains de la guerre 14-18.

7 Novembre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar

Nous célébrons le 100 ème anniversaire de l'Armistice et  puisque l'actualité est à la littérature, je vous propose de compléter ...

Un autre article prochain à paraître avec des extraits de cette guerre cruelle vécue et écrit par le grand-père de Jean-Pierre Franssens.

La guerre : pour des millions d’hommes quatre ans d’existence dans le froid, la poussière, la boue, la soif, l’éloignement de la famille. Ils étaient révoltés, dévoués, enthousiastes et héroïques…blessés, mutilés et voyaient leurs amis, mutilés ou mourir.

Plus de 18 millions de morts.

(1,7 million de Français . 9,3 millions pour la France et les alliés et 9,2 pour l'ennemi)

11 novembre : Souvenirs de nos écrivains de la guerre 14-18.

De grands écrivains se révélèrent durant cette guerre.

Henri Barbusse (1873- 1935)  avec « le Feu » prix Goncourt 1916.

Livre très pessimiste qui parle de la guerre du Poilu avec ses souffrances, ses angoisses, ses peurs et ses révoltes.

Maurice Genevoix, (1890- 1980) mis à l’honneur cette année, puisqu’il devrait rentrer au Panthéon.

Il avait 24 ans quand il part à la guerre comme sous-lieutenant d’artillerie. Il participe à la bataille de la marne, se bat aux Eparges et sur la route des tranchées de Calonne. Il est blessé le 25 avril 1915.

C’est alors que ce jeune convalescent se met à écrire des récits colorés d’une guerre réaliste :

Sous Verdun, nuit de Guerre, la Boue, les Eparges, Ceux de 14 et Au seuil des Guitounes.

11 novembre : Souvenirs de nos écrivains de la guerre 14-18.11 novembre : Souvenirs de nos écrivains de la guerre 14-18.
11 novembre : Souvenirs de nos écrivains de la guerre 14-18.11 novembre : Souvenirs de nos écrivains de la guerre 14-18.

Georges Duhamel (1884- 1966), décide de rejoindre le corps médical de l’armée. Il a trente ans, médecin parisien, poète et auteur dramatique. Il devient très vite chirurgien dans les postes de l’avant.

Il décrit la souffrance dans un style bouleversant, les opérations à vif, l’épuisement des médecins.

Il écrit : la vie des Martyrs en 1917, puis Civilisation : prix Goncourt 1918.

 

Roland Dorgelès : (1885- 1973) .

Journaliste, il veut rejoindre le front. Caporal qui sait témoigner de la vie d’un poilu.

Il publie en 1919 : les Croix de Bois décrivant la misère et la grandeur des soldats de la guerre de 1914-1918

« Nous avons appris à devenir des hommes avec tout ce que ce mot peut suggérer de misère et de grandeur. Cela m’a rendu philosophe. La paix signée, ces êtres ont repris leurs idées de « Civils », en même temps que leur veston et sont redevenus à peu près ce qu’ils étaient avant la guerre. Ils connaissaient un peu mieux leurs semblables, ils conservaient dans leur façon une certaine rudesse, mais tout compte fait, ils ressemblaient encore plus à leur image d’avant guerre qu’à celle du soldat insouciant ou farouche qui pour un temps, avait fixé leurs traits. ».

 

Enfin, un livre sur cette guerre, écrit par un allemand Erich Maria Remarque paru en 1929, mérite d’être cité : A l’ouest, Rien de nouveau.

L’auteur fut déchu de la nationalité allemande en 1933, lors de l’avènement du nazisme.

Son roman imprégné de pacifisme fut considéré comme un crime. L’auteur raconte la vie de son héro dans les tranchées et le côté abominable et sanglant de cette guerre.

Il émigrera en Suisse, puis aux Etats-Unis.

Ossuaire de Douaumont

Ossuaire de Douaumont

Lire la suite

Pierrefonds : Du passé au présent…

27 Octobre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France Ile de France

S’il est une promenade agréable à faire en famille, c’est celle des châteaux de l’Oise et l’Aisne. Aujourd'hui, situés près de Compiègne : Une ville et un château : Pierrefonds.

Pierrefonds : Du passé au présent…
Pierrefonds : Du passé au présent…Pierrefonds : Du passé au présent…

Il faut savoir que Pierrefonds connut son heure de gloire comme station thermale et lieu de villégiature sous le second empire.

La ville et l'église vue du châteauLa ville et l'église vue du château

La ville et l'église vue du château

Si le château fut construit à la fin du XIVe siècle pour le frère de Charles VI, Louis de Valois, il fut hélas détruit au XVIIe siècle.

  Au début du XIXe siècle Napoléon III tombe sous le charme de ce château en ruines.

Pierrefonds : Du passé au présent…Pierrefonds : Du passé au présent…

L’empereur acquit, avec sa fortune personnelle et pour un prix dérisoire : 5 millions de francs, ce château en ruines. Il voulait en faire un lieu de résidence et commanda donc à Viollet-le-Duc, la restauration de ce lieu.

Cet architecte possède à  son actif des grandes restaurations dont pour n’en citer que quelques unes :

  • Les Cathédrales : Saint-Étienne d'Auxerre, Notre-Dame d'Amiens, Saint-Michel de Carcassonne, Notre-Dame-de-l'Assomption de Clermont, Notre-Dame de Lausanne
  • La Cathédrale Notre-Dame de Paris et la Sainte-Chapelle (Paris),aidé de JB-Antoine Lassus
  • Les Basiliques de Saint-Denis, Saint-Nazaire de Carcassonne, Saint-Sernin de Toulouse.
  • Les Hôtels de ville  de Narbonne  et de Compiègne …
  • Et quelques Châteaux comme la Cité de Carcassonne, le Château de Coucy (Aisne) et celui dont nous parlons aujourd’hui : le Château de Pierrefonds.

Viollet-le-Duc a respecté l’allure générale de la forteresse médiévale mais a laissé libre cours à son imagination pour rénover certaines parties du château

Du haut de la petite colline, cette forteresse a la forme d’un quadrilatère flanqué de 8 grosses tours de défense et elle domine le bourg.

Chaque tour est décorée d'une statue abritée dans une niche qui représente un héros légendaire de l'antiquité ou du moyen-âge.

Au sud les tours Charlemagne et Jules César défendent l’entrée du Château.

A l’est : La Tour Judas Macchabée est collée à la chapelle.

 

Pierrefonds : Du passé au présent…

Les autres tours Arthus ( le roi Arthur), Alexandre et Godefroi de Bouillon protègent l’ouest 

Pierrefonds : Du passé au présent…

tandis que la Tour de Josué et la Tour d’Hector regarde vers le Nord.

 

 

Tour Josué et sa statue
Tour Josué et sa statue

Tour Josué et sa statue

Ce fut le premier travail de l’architecte 1857-1859, que de reconstruire les tours et les courtines, afin de donner l’apparence actuelle vue de l’extérieur.

Vers les années 1861-62, il y crée à l’intérieur une résidence fastueuse pour Napoléon III et Eugénie.

Un grand fossé fut creusé sur une partie du château.

Un grand fossé fut creusé sur une partie du château.

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrons dans le château, par la porte au pont levis

Nous arrivons dans la cour, nous sommes étonnés par la longue galerie portée sur des piles basses et  sa voûte. 

La galerie et l'escalier au fond

La galerie et l'escalier au fond

La cour est lumineuse : la chapelle au centre et à droite un escalier qui n'a rien de médiéval.

Pierrefonds : Du passé au présent…

Sur quelques arcades des décors.

Pierrefonds : Du passé au présent…Pierrefonds : Du passé au présent…

Pour la visite intérieure… Chapelle, salons, chambres...

Allez-y et vous en serez ravis.

Je tiens à dire que c'est avec émotion que j'ai préparé cet article en pensant à Jean-Jacques H. qui fut un sympathique collègue de l'informatique au BHV, adjoint au maire à Pierrefonds et qui est décédé en 2017. Nous espérions le rencontrer, lors d'un passage dans cette ville.

Lire la suite

De la pomme de terre à la frite !

19 Octobre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end, #Cuisine

Je vous l'ai promis, voici donc l'article sur la frite!....

A Bruges vous pouvez découvrir le musée de la frite !

Jolie maison de la nation des Commerçants génois, construite à partir de 1399.

Agrandie en 1441 avec la maison du Consul. En 1551 les génois quittent la ville, la Loge sera reprise par des artisans tisseurs.

L'extérieur et l'intérieur : magnifique bâtiment.
L'extérieur et l'intérieur : magnifique bâtiment.

L'extérieur et l'intérieur : magnifique bâtiment.

L’origine de la pomme de terre reste un sujet délicat : Pérou ou Chili ?

De la pomme de terre à la frite !

Ce que nous apprenons au musée : dans les Andes, au Pérou les indiens chassaient des Alpacas et des Guanacos qui extirpaient du sol des tubercules, non comestibles.

Par hasard, les indiens découvrirent qu’en les exposant au soleil et au gel en alternance, le gout amer disparaissait. Le chiño était né.

outils et tubercules
outils et tuberculesoutils et tubercules

outils et tubercules

Pendant les mois de gel : juin/juillet, les pommes de terre sont soumises au gel nocturne pendant quelques jours, alors que dans la journée, elles sont exposées au soleil, mais paillées pour ne pas noircir. Mises à tremper dans l’eau d’une rivière, on les maintiendra dans l’eau pendant 3 semaines, toujours paillées.

Après des milliers d’années de culture et de croisement, le chiño est devenu la pomme de terre d’aujourd’hui.

L’arrivée en Europe : Ce sont les Espagnols voyageant en Colombie en 1538, qui découvrent la patate et l’amène en Espagne.

En 1567, certain Juan de la Molina expédie des pommes de terre à son frère en Belgique.

Au XVIIe siècle, la pomme de terre remplace le pain de seigle, responsable de la terrible maladie : l’ergotisme. Elle devint donc une base de nourriture.

Mais alors… Notre Monsieur Parmentier !

Apothicaire, n’ayant pas les moyens d’ouvrir une officine, Parmentier s'enrôle dans l'armée qui a besoin d'apothicaires. Il tombe plusieurs fois dans les mains de l’ennemi mais il est

C’est au cours de la guerre de Sept Ans (17756-1763), comme prisonnier militaire en Allemagne que Parmentier découvre la pomme de terre. De retour en France, il va promouvoir sa culture qui sera appréciée des riches et des pauvres.

 

Ce qu'en disent les naturopathes:

 

Au musée de la frite, on peut voir les divers coupe-frites dont certains furent commercialisés au rayon ménage du BHV

 

De la pomme de terre à la frite !
De la pomme de terre à la frite !De la pomme de terre à la frite !
De la pomme de terre à la frite !

L’origine de la frite est belge !

 La petite histoire raconte qu’autour des années 1750, au bord de la Meuse, les hiver étaient très rudes, on ne pouvait pêcher car les rivières étaient gelées, les habitants eurent l’idée de frire des lamelles de pommes de terre pour remplacer le poisson.

Pour faire de bonnes frites !...

La pomme de terre doit être ferme, de bonne taille, ronde ou ovale et plate.

En France, vous choisirez  « la spéciale frites » ou la Bintje.

La frite belge est coupée en bâtonnets de 10 à 13 mm ( les frites surgelées font souvent 7 mm et les pommes allumettes : 5 mm.

Matériel professionnel de restauration

Matériel professionnel de restauration

Dans les friteries Belges, les pommes de terre sont en principe pelées et coupées sur place.

La graisse utilisée est en principe de la graisse de bœuf non raffinée, le blanc de bœuf.

La cuisson se fait toujours en 2 fois :

Une pré-cuisson à 140° (4 à 8 mn)

Une cuisson finale à 170° (2 à 3 mn), elles doivent être dorées.

Ci-dessous friteuses d'une friterie ancienne classique.

Les conseils :

  • Sécher les frites coupées avant de les frire dans un torchon ou un papier absorbant.
  • Ne pas chauffer l’huile à + de 170°
  • Remplacer l’huile ou la graisse au bout de 10 utilisations.
  • Ne pas ajouter de l’huile dans l’ancienne.
  • Changer l’huile au bout de quelques mois si vous ne faites pas souvent des frites car l’huile s’oxyde.
  • Ne pas mettre d’autres aliments.
  • Penser à débarrasser de votre friture les petits résidus de frites.

Accompagnements :

Bien que non nécessaire, vos frites peuvent être accompagnées de mayonnaise, Piccalili, sauce andalouse (mayo/tomates/épices), moutarde, ketchup, ou vinaigre

Voilà la friterie 2018!
Voilà la friterie 2018!Voilà la friterie 2018!

Voilà la friterie 2018!

N'oublions pas cette formule ancienne :  des frites servies dans un cornet en papier !

A vous de jouer!... et bon appétit.

Lire la suite

Ostende

12 Octobre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages, #Randonnée-Week-end

Reine des plages belges et aussi Plage des Rois, je gardais un souvenir d’enfance de cette belle plage de sable fin, bordé d’une grande digue. J’ai eu l’occasion de la revoir en allant à Bruges.

OstendeOstende

Ostende est une superbe station Balnéaire. Moins fréquentée par les anglais, car le Ferry n’y arrive plus. La partie ancienne des thermes, au Casino et du Casino au Port est toujours aussi plaisante. Après le Port d’un côté ou les Thermes de l’autre, les immeubles immenses ont pris place en front de mer.

En 1834, le roi Léopold 1er et son épouse Louise-Marie d’Orléans y prenaient leurs quartiers d’été. Cette dernière y décédera en 1850.

Ostende
OstendeOstende
OstendeOstendeOstende

La situation géographique d’Ostende est intéressante.

En 1846 est créé une ligne maritime entre Ostende et Douvres.

En 1839 : une ligne ferroviaire relie Bruxelles à Ostende fut inaugurée en 1839. N’oublions pas la bataille de Waterloo (1815) et de nombreux Anglais alliant la curiosité au plaisir veulent se rendre à cet endroit en passant par Ostende.

En 1933 Le roi Albert 1er inaugure le grand complexe des thermes, conçu par son oncle le roi Léopold II, « le roi bâtisseur », superbe palais, avec les galeries royales extérieures aux colonnes à chapiteau toscan.

Trop coûteuse dans les années 1980, l’exploitation des thermes fut transformée en un superbe complexe hôtelier.

1936 annonça le début des congés payés. La foule se précipite l’été à Ostende. Chaque été, les plages regorgent de touristes venus profiter de la grande esplanade et de ses grandes étendues de sable fin.

Ostende est pour un grand nombre de Français (surtout les « Ch’tis », les Belges et les Anglais un lieu de souvenirs de jeunesse.

On complète le souvenir par une bonne glace ou une gaufre.

 

Ostende
OstendeOstende

Son port…n’est plus ce qu’il était, mais il reste un port de plaisance au cœur de la ville où le modernisme architectural colle aux anciennes bâtisses !

Ostende
Ostende

En vous rendant à l’estacade (origine XVIIe siècle): grand ponton où la habitants comme les touristes aiment à se promener, vous longerez le long du quai des pêcheurs des petits stands de poissons : restauration rapide avec des barquettes de toutes sortes de poissons chaud ou froids. Dans mon enfance, nous y trouvions des stands de moules frites !...

OstendeOstende
Ostende

Autrefois, il y avait 2 estacades supplémentaires très étroites avec un parapet d’un seul côté !... Le temps où on ne voyait pas le danger !...

Ostende
Ostende

Sur la place des héros de la mer ce monument aux 2 marins, celui d’en haut semble défier la mer et l’autre en bas pleure ses amis péris en mer !

Lors de la rénovation de la Place des Héros de la Mer, la ville d'Ostende a opté pour l'intégration d'une œuvre d'art monumentale permanente à cet endroit. «Rock Strangers», la première installation métallique d'Arne Quinze.

 Onze rochers de couleur orange contrastent avec l’environnement naturel. (Créés par Arne Quinze, petit génie belge de l’art contemporain et acheté par la ville d’Ostende pour… 400 000 euros.)

 

Le cuistax, inventé depuis un siècle, amuse jeunes et moins jeunes, Je l’ai connu dans les années 1960, et cela n’a pas changé. Il reste toujours source de sport  et de plaisir.

 

OstendeOstende

Que l'on soit jeune, vieux, seul ou en groupe, vous louerez avec plaisir un cuistax sur l’esplanade.

 

Le Fort Napoléon situé à l’est de la ville  est le monument militaire datant de l’époque napoléonienne le plus important de Flandre.  À la fin du 18ème siècle, le port d’Ostende avait une importance stratégique Le bâtiment est de forme pentagonale et est entièrement entouré par des douves sèches et un mur de soutènement.

 A partir de 1814, le fort Napoléon servit d’arsenal et de cantonnement pour les troupes françaises.

Note d'humour belge: ce panneau.

Rien ne sert de vouloir suivre la côte en voiture pour voir la mer, vous n’y verrez que du béton ! Par contre, un tram longe la mer et ses mouettes...

 

OstendeOstende
Ostende

Vous pourrez toujours vous remémorez Jacques Brel, Léo ferré ou A Bashung  qui ont chanté « Ostende ».

Bonne lecture ou bon weekend!....

Lire la suite

Hommage à Charles Aznavour

5 Octobre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Livres et poésies

La presse, les médias, les politiques vous en parlent…

Il a été un compagnon de chansons de notre vie et nous l’avons aimé avec son humour et son sourire. 

Je lui rendrai hommage sur ce blog en vous faisant découvrir notre poète et chanteur : Charles Aznavour vu par lui-même, à travers des extraits choisis de son livre :

« Le temps des avants », imprimé en 2003, (Édition Flammarion).

je ne saurai que trop, vous inviter à le lire.

J’ai eu plaisir à le ressortir du rayonnage de ma bibliothèque, ainsi que son livre de chansons et de musiques. Certaines chansons furent composées par d’autres auteurs, mais il en composa la musique :  L’amour c’est comme un jour (texte d’Y Stéphane), la Mama (texte de Robert Gall), Camarade, For me formidable, les Comédiens et la Bohème (textes de Jacques Plante,) Que c’est triste Venise (texte Françoise Dorin)

Hommage à Charles Aznavour
Hommage à Charles Aznavour

 

Sa jeunesse:

« Pour ce qui est de mes débuts difficiles, j’ai été grandement servi, et pour ce qui est de m’être battu, je ne dois rien à personne. Des coups de poing  en tout genre, il me reste encore quelques bleus à l’âme et au menton…

J’ai voulu chanter. On m’a dit qu’il valait mieux m’abstenir, que je n’avais aucune chance dans cette voie-ci avec cette voix-là… J’ai voulu écrire et composer des chansons : on a tout fait pour me décourager.

Pourchassés, malgré le passeport Georgien de mon père, mes parents réussirent à embarquer à Istanbul sur un bateau italien. Ils débarquèrent à Salonique où ma sœur vint au monde. On lui donna pour remercier l’Italie, le nom de Aïda, le nom d’un opéra italien…

Arrivés à Paris, la famille voulait partir aux USA, mais...la vie en décida autrement.

Nous nous installâmes dans une pièce de 20 m ²au deuxième étage d’un meublé au 36 rue Monsieur le Prince… une pièce sombre avec un coin toilette composé d’’une espèce de commode bancale sur laquelle, il y avait une cuvette et un broc ; à côté, une sorte d’alcove où se trouvait le lit de mes parents avec un rideau qu’ils tiraient à l’heure du coucher, comme au théâtre. Tu parles d’une intimité.

Mon arrière grand-mère dormait sur un divan défoncé, ma sœur, et moi tête bêche dans un petit lit en fer...la chambre était agrémentée –quel agrément- d’un poêle Godin qui faisait office de chauffage et de cuisinière.

On prenait l’eau sur le palier et les WC se trouvaient à l’étage au dessus…

(je vous passe le détail du travail des parents mais ils ouvrirent un restaurant Caucase, là où se trouve aujourd’hui le théâtre de la Huchette))

Sa vie défile dans le livre au fil des souvenirs, des rencontres, des artistes E Piaf, C Trenet.

Sa sœurette :

Aïda et moi sommes nés à seize mois d’écart, nous avons été élevés pour ainsi dire comme des jumeaux, partageant les mêmes jeux, aimant les mêmes choses….

En 1957 Aïda lui présente Georges Garvarentz, compositeur qui deviendra son époux …

Lorsqu’après avoir terminé un texte, je ne trouvais pas la musique appropriée, je la donnais à Georges. Il a composé pour moi de véritables petits bijoux tels que : Paris au mois d’août, Non  je n’ai rien oublié, Et pourtant, Les plaisirs démodés, Ave Maria et tant d’autres.

(On peut ajouter :  Retiens la nuit   pour Johny,  La plus belle pour aller danser  pour Sylvie Vartan, Hier encore, Une vie d'amour  pour Mireille Mathieu)

La vie :

 Ne m’aurait-on pas volé vingt ans, sans que je m’en aperçoive ? Je n’ai pas vu ce temps passer,*(voir additif) j’ai l’impression d’avoir vingt ou trente ans de moins, lorsque je suis en scène.

Aîe, aïe, aïe, mes doigts qui commencent à ressembler à des ceps de vigne me rappellent à l’ordre…

La vie, c’est la vie et la mort en fait partie, faut faire avec ! … mais ma mort ne m’effraie plus. Elle est devenue quelque chose de naturel, dont je parle et plaisante fréquemment ; car, quand je jette un regard par-dessus mon épaule, évaluant le chemin parcouru, mesurant la chance que j’ai eue malgré tout dans la vie, je me dis que les miracles, ça existe et la mort, je finis par la noyer dans un sourire.

La mort:

Entre quatorze et quinze ans, l’idée seule de devoir affronter la mort un jour ou l’autre me faisait dresser les cheveux sur la tête….

...Puis vient l’âge où, lorsque l’automne arrive, on se surprend à poser un regard attendri sur les feuilles des arbres qui virent du vert au jaune en passant par le pourpre, avant de tomber et d’être balayées par le vent.

C’est l’âge où l’on commence à compter les quelques années qu’il peut nous rester à vivre. L’idée de la mort devient alors la compagne de nos jours, ou plutôt de nos nuits….

… je ne souhaite pas mourir en scène …je préfère m’éteindre si Dieu l’exige, chez moi …entouré de mes enfants, de leurs enfants.

Je ne tiens pas à être le plus célèbre du cimetière de Montfort-l’Amaury, où j’ai acquis un charmant caveau pour douze personnes. En se serrant on pourrait même y tenir à quatorze.

Non, j’ai déjà composé mon épitaphe : « Ci-gît, l’homme le plus vieux du cimetière ». Et quand je dis vieux, c’est vieux, vraiment vieux, avec des rides, des cheveux argentés, le visage décharné, mais l’esprit clair, l’humour alerte et des ongles pour m’accrocher le plus longtemps à cette putain de vie, qui jusqu’à preuve du contraire, est encore ce que je connais de mieux.

 

Hommage à Charles Aznavour
Hommage à Charles Aznavour

Additif :

Chanson : je n'ai pas vu le temps passer

Plus je m'enfonce dans ma vie 
Plus je ne peux que constater 
Qu'au vent léger de mes folies 
Je n'ai pas vu le temps passer 

Entre les draps de la jeunesse 
Quand je dormais à poings fermés


A l'horloge de mes faiblesses 
Je n'ai pas vu le temps passer 

Je n’ai pas vu le temps courir 
Je n’ai pas entendu sonner 
Les heures de mon devenir 
Quand je fonçais tête baissée 
Vers ce qu'était un avenir 
Et qui est déjà du passé 

Aux mille questions que se pose 
Mon esprit souvent perturbé 
Seule une réponse s'impose 

Je n'ai pas vu le temps passer 

A faire le tour de moi-même 
Dans un rayon très limité 
Dans le miroir de mes « je t'aime » 
Je n’ai pas vu le temps passer 

Et d'ouverture en ouverture 
Au tempo des amours pressées 
J'ai dû sauter quelques mesures 
Je n'ai pas vu le temps passer 

Quand je rêvais les yeux ouverts 
En pensant que j'avais le temps

Je n'ai pas entrepris le tiers 
Des choses dont je parlais tant 
Et j'ai vu s'installer l'hiver 
Dans la folie de mes vingt ans 

Et puis soudain la cinquantaine 
Le demi-siècle consommé 
À la table de mes fredaines 
Au moment où les jeux sont faits 
Que tous mes atouts sont jetés 
Je ne peux dire qu'à regret 

Je n'ai pas vu le temps passer

Lire la suite

Bruges 6 Le quartier de la Hanse

28 Septembre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages, #Randonnée-Week-end

Enfin, nous poursuivons dans le quartier de la Hanse.

Suivons le canal Spiegelerei

 

 

 

 

 

 

 

 

N’oublions pas que la Hanse était le regroupement des principales villes marchandes de la mer Baltique et de la mer du Nord, qui permettait de contrôler le commerce d’une corporation, comme les drapiers, ici à Bruges.

Nous pouvons ainsi nous reposer sur la Place Jan Van Eyck, riches en monuments : face au canal où les navires de commerce étaient amarrés avant de décharger leurs biens au 15e siècle,

la statue du Peintre primitif Van Eyck.

 

Derrière se dresse une jolie tourelle accolée à la Loge des Bourgeois. (Elle abrite les archives de l’état à présent) construite à la fin du XIVe siècle, elle servait de lieu de réunion :

Les grands bourgeois y rencontraient les marchands, afin de négocier leurs affaires.

Sur cette place,  une grande bâtisse blanche : Le Tonlieu, où on payait les droits de douane.au moyen-âge.

Il date  de 1477, à sa droite, la maison étroite était le siège des dockers

 

 

Détail du Tonlieu avec les armes des Seigneurs du Luxembourg, membres de l'ordre de la Toison d'Or

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le côté de la loge des bourgeois, la statuette de l'ours fait référence à l'ours qui aurait été le premier habitant de la ville, selon la légende!

En effet, lorsque Louis Bras de fer,comte de Flandre se  rendit dans la région en 862, c'est un ours qu'il vit en premier

 

 

 

 

 

 

 

Dans le même quartier la loge des génois abrite le musée de la frite (1399). Sur la droite : la loge des florentins.

Nous parlerons une autre fois de la frite belge et des chocolats…

Voici bien des détails à découvrir ou redécouvrir à Bruges et pour ceux qui ne peuvent se déplacer, un bon moyen de la connaître!

Lire la suite

Bruges 5 : Moulins, remparts et Sainte Anne

21 Septembre 2018 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Voyages, #Randonnée-Week-end

Un petit tour vers les moulins et les remparts.

Les moulins à vent ont disparu au 19e siècle. Tourisme oblige...On les a remplacés. Seul le moulin st Jean ci-dessous à droite est d'origine.

 

 

 

 

 

 

Les 2 côtés de la porte Sainte Croix 

 

 

 

 

 

 

 

Autre curiosité que nous n’avons pas  visitée : l’Eglise de Jérusalem, achetée par de riches marchands, l’un d’eux revenu de Terre Sainte au 15e siècle décide de la faire ressembler à l’église du St Sépulcre de Jérusalem.

La tour octogonale est surmontée d’un globe terrestre et de la croix de Malte.

 

A deux pas de là, l’église Sainte Anne, consacrée en 1621.

Ne vous fiez pas aux apparences car si son extérieur est assez quelconque, son intérieur est un bijou.

Rien que pour l'Art, découvrons la...

De style baroque, sa décoration surprend : ses panneaux travaillés en chêne, le marbre noir et blanc au sol et un autel monumental.

Superbes bancs de communion sculptés.

 

Les confessionnaux sont sculptés et la chaire mérite votre attention.

 

 

 

 

 

 

 

Au-dessus de la porte, un tableau peint dans l’esprit du baroque italien.(1685) représente le jugement dernier. Les justes s’élèvent vers le Christ tandis que les damnés sont écrasés par des monstres.

Curiosité : Les fonds Baptismaux, avec le socle en marbre, ont la forme d’un calice avec un couvercle de cuivre.

Sainte Anne, statue ornée (ph 19) est représentée avec sa fille Marie et l’enfant Jésus. Vénérée en tant que grand- Mère protectrice de la vie. Patronne des couturières, dentellières, marins, pêcheurs.

Elle fut implorée aussi contre le pouvoir maléfique des sorcières qui nuisent à la vie !

 

 

Sur le tableau derrière l’autel le tableau représente  Sainte Anne instruisant sa fille.

Nous reprenons la promenade le long des canaux... Tout est calme et paisible !

 

A suivre...

Lire la suite