Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Réseau Bazar BHV
Articles récents

Ma passion de Figuriniste par Georges GUYOT 2/3

13 Novembre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Georges, nous savons que tu t’intéresses à la préhistoire.

Je suis  passionné de la préhistoire avec sa  période la plus  primitive. Ma période préférée est  celle des  magdaléniens  inférieurs  - 20 000 ans et  surtout les magdaléniens supérieurs – 17 000 à -12 000 ans avant notre ère .

 Ma passion de Figuriniste  par Georges GUYOT 2/3

Georges peux-tu en dire plus, car nous ne savons pas grand-chose.

L’art magdalénien est  particulièrement riche et diversifié, les peintures et les  gravures se  comptent par milliers et se  caractérise par un fort naturalisme avec un sens aigu du détail et des  proportions d’où le nom  d’art pariétal

L’art magdalénien est remarquable : les armes et les  objets de la vie quotidienne sont  souvent décorés de motifs géométriques ou de  représentations figuratives (animaux, humains)

La découverte d’instruments de musique comme la  flûte et la  conque, laisse entrevoir une  société organisée dont les représentants  avaient le  temps de s’adonner à  l’art.

 Ma passion de Figuriniste  par Georges GUYOT 2/3

Georges, Comment t’est venu, l’idée de créer une grotte sur cette époque ?

En juin 1998, je rencontre dans le Périgord Madame Marinette RAVIDAT  épouse de celui qui découvrit la  grotte  de LASCAUX le 12 septembre 1940.  Cet après- midi  de  juin 1998 fut  mémorable  avec  la  découverte  du  fac-similé  de  Lascaux : le  Lascaux II.

Ce que les  magdaléniens de Lascaux ont laissé en héritage, m’ont envahi d’une sensation étrange. Je décide alors de  leur  rendre  hommage à  ma  façon en associant à leur  mémoire, les  inventeurs (ceux qui ont découvert)  la grotte  de Lascaux.

Je réalise alors un diorama de LASCAUX, non pas une  reproduction mais  une  représentation. « Restons  modeste ! »

Durant des  heures et des jours, je  cherche comment m’y prendre et comment me procurer des  figurines sur  la  préhistoire pratiquement inexistantes  et  réaliser  la  grotte.

Après des mois de recherche je me  procure enfin quelques  figurines et je  commence la création de la grotte !

 Ma passion de Figuriniste  par Georges GUYOT 2/3

Georges, explique nous un peu la réalisation des figurines, car c’est toute une technique !

Les figurines sont  réalisées en résine moulée par  injection sous pression  , ensuite il  faut  découper les  carottes de résine , redonner les  formes aux  parties ainsi traitées et assembler les  pièces par collage , boucher les  fissures avec un produit à deux composant : le « Milliput » et ensuite poncer. Les figurines une  fois  assemblées  mesurent  54 mm. Il  faut  entre  10 et  12 heures  de  travail par figurine

La peinture  des figurines

Les pinceaux  avec lesquels je travaille sont des pinceaux en poils de  martre 

La figurine est  en un premier temps peinte  dans son entier  avec une  peinture  d’apprêt  mat genre  « Humbrol »  car ensuite la figurine est  peinte à la peinture  à l’huile et  celle - ci n’accrocherait  pas  sur  la  résine brute .

Certaines couleurs  de  peinture prennent une  quinzaine  de jours pour  sécher.

Une certaine  technique consiste à poser une  couche  d’une  couleur  attendre  quelques  jours qu’elle  commence  à sécher pour  ensuite y poser une   autre  couche d’une  autre  couleur les  couleurs  alors  se  fondent ( elles  ne  se  mélange pas ). Il faut  ensuite à l’aide d’un pinceau brosse faire un DRY BRUSH cela consiste à sec de permettre d’appliquer une  couleur claire sur des endroits en relief ce qui a pour effet de donner un vieillissement et  de  faire ressortir  les ombres. 

Le rayon   Beaux-Arts  du BHV où mon collègue  Christian  O. en était le responsable m’avait souvent comme client pour  l’achat des pinceaux et  des  tubes de peinture. (Mais quelques rares personnes  du  BHV  étaient informées de ma passion)

La peinture des figurines
La peinture des figurinesLa peinture des figurines

La peinture des figurines

A suivre pour la dernière partie passionnante!

Lire la suite

Article : Ma passion de Figuriniste par Georges GUYOT 1/3

12 Novembre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Echos des membres

Georges, à quand te remonte, cette envie de créer ?

Mon enfance  (dans les années 50) fut marquée par une fréquente promenade dominicale familiale où nous admirions les vols des avions d’un club d’aéromodélisme.

Dès mon jeune âge (8 ans) j’adorais créer de mes mains.

Je me souviens avec émotion, récupérant des bouts de planches, contre-plaqué, et toutes sortes de matériaux et utilisant en douce les outils de mon père je coupais, sciais, assemblais, collais, clouais.

Tout cela déboucha sur un projet, je réalisais : un hydroglisseur (engin révolutionnaire à cette époque).

Je fouillais aussi dans la boite à couture de ma mère, vraie caverne  d’Ali Baba, pour y trouver tout ce qui pouvait servir à embellir mes constructions et  y ajouter des  détails.

J’aimais aussi beaucoup le dessin et la peinture, alors  sur des feuilles de cahier, je dessinais, je créais mon petit univers.

Lorsque j’arrivais à créer un engin du futur, content de moi, je le montrais à mes parents. J’avais peur de me faire gronder, pour  avoir  utilisé les  outils  du  père. A ma grande surprise,  mes  parents étaient  émerveillés et fiers de voir ce qu’un de leurs enfants était capable de réaliser.

Mon père montrait  à  tout  le  monde mes créations, mais cela me  gênait un peu. Je considérai que c’était mon jardin secret !

Entre  8 et 12 ans, créant toujours, je sentais une amélioration dans mes œuvres.

Georges artiste!

Georges artiste!

Georges, comment t’est venu cette passion de maquettiste?

Vers 14 ans, je me suis vu  offrir mes  premières maquettes à construire (Heller). Ce fut pour  moi un immense plaisir, mais  surtout une  grande  découverte, car  je  commençais dans  le  sérieux !....

Cette passion d’être maquettiste ne m’a plus  jamais quitté.

J’ai construit beaucoup de  bateaux et d’avions…

Puis, dans le début  des  années 80, je me  suis  lancé dans les maquettes  de camions américain à l’échelle 1 /24  (ils sont  beaux, puissants, grands et  surtout  magnifiquement décorés.) A cette  époque, c’était  une  mode  dans le monde  de la  maquette !

Je  connaissais et  fréquentais toutes les  boutiques de maquettes de  Paris aujourd’hui disparues, ainsi que  tous  leurs salons.

Pour mes 30 ans, je reçois en cadeau, une  petite  panoplie du  parfait  maquettiste :  limes,  pinces Brucelles , couteau X ACTO , pinceaux etc…

Les maquettes de camions  mesurent  entre  80 cm et 90 cm avec leur  remorque et cela prend  terriblement de place.

Avec les années, je m’améliore dans la qualité de mes réalisations en transformant même les maquettes d’origine.

Je  commence à  fréquenter aussi  les  concours   et  expositions  régionales comme visiteurs, au  début, puis après comme participant .

 
Tous genres de figurines!
Tous genres de figurines!
Tous genres de figurines!

Tous genres de figurines!

Georges, OK, mais alors pourquoi figuriniste ?

Dans les  années 90, je  découvre les concours  de  figurines.

Après avoir trouvé d’immenses plaisirs dans le domaine de la maquette, je me sens attiré par celui de me lancer dans la figurine, j’étais autodidacte dans cette passionnante discipline.

Je me lance un défi, celui de réaliser des figurines et surtout de m’y faire une place grâce à mon  expérience passée. Projet ambitieux car la figurine est  beaucoup plus compliquée à réaliser que les maquettes.

Les difficultés résident à travailler avec une échelle beaucoup plus réduite au 1/35 ou  1/72  au lieu de 1/24 pour les camions et de s’appliquer minutieusement sur les personnages. (Mes figurines mesurent : 120  ou 54 mm).

Une autre difficulté est d’apprendre et de maitriser la  peinture à l’huile.

Pendant 7 ans, j’ai construit et peint des figurines. Satisfait du résultat puisque je ne pouvais pas me comparer.

En 1997, un concours de maquettes et  figurines, ouvert à tous, est organisé à Bourg La Reine.

 

Dans les  années 90, je  découvre les concours  de  figurines.

Après avoir trouvé d’immenses plaisirs dans le domaine de la maquette, je me sens attiré par celui de me lancer dans la figurine, j’étais autodidacte dans cette passionnante discipline.

Je me lance un défi, celui de réaliser des figurines et surtout de m’y faire une place grâce à mon  expérience passée. Projet ambitieux car la figurine est  beaucoup plus compliquée à réaliser que les maquettes.

Les difficultés résident à travailler avec une échelle beaucoup plus réduite au 1/35 ou  1/72  au lieu de 1/24 pour les camions et de s’appliquer minutieusement sur les personnages. (Mes figurines mesurent : 120  ou 54 mm).

Une autre difficulté est d’apprendre et de maitriser la  peinture à l’huile.

Pendant 7 ans, j’ai construit et peint des figurines. Satisfait du résultat puisque je ne pouvais pas me comparer.

En 1997, un concours de maquettes et  figurines, ouvert à tous, est organisé à Bourg La Reine.

Vaillamment, je m’y inscris ; j’y présente des  figurines et un diorama sur la  préhistoire. Là, j’y rencontre des Maîtres de la  figurine et les  critiques sur mes œuvres furent sévères !... J’appris plus, en cette journée de concours, que durant  les dix années précédentes à peindre laborieusement mes figurines seul, dans mon coin.

Les petits morceaux sont coupés collés dans la position que l'on souhaite, enfin la figurine est peinte et accessoiriséeLes petits morceaux sont coupés collés dans la position que l'on souhaite, enfin la figurine est peinte et accessoirisée
Les petits morceaux sont coupés collés dans la position que l'on souhaite, enfin la figurine est peinte et accessoiriséeLes petits morceaux sont coupés collés dans la position que l'on souhaite, enfin la figurine est peinte et accessoiriséeLes petits morceaux sont coupés collés dans la position que l'on souhaite, enfin la figurine est peinte et accessoirisée

Les petits morceaux sont coupés collés dans la position que l'on souhaite, enfin la figurine est peinte et accessoirisée

Article : Ma passion de Figuriniste  par Georges GUYOT 1/3
Article : Ma passion de Figuriniste  par Georges GUYOT 1/3

Vaillamment, je m’y inscris ; j’y présente des  figurines et un diorama sur la  préhistoire. Là, j’y rencontre des Maîtres de la  figurine et les  critiques sur mes œuvres furent sévères !... J’appris plus, en cette journée de concours, que durant  les dix années précédentes à peindre laborieusement mes figurines seul, dans mon coin.

Article : Ma passion de Figuriniste  par Georges GUYOT 1/3
Lire la suite

Le Salon National des Artistes Animaliers par Paule Briday

9 Novembre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France Ile de France

Le  Salon National des  Artistes Animaliers par Paule Briday

En retraite nous avons du temps libre et  j’en profite pour aider la secrétaire générale d’une association. Je suis aussi :...."élève"... en peinture…

A Bry sur Marne, existe une association :  le Salon National des Artistes Animaliers qui organise un salon annuel.

C'est agréable lors des inscriptions de découvrir une copie des œuvres proposées, d'assister à la réunion du jury  et ensuite de préparer l'exposition et de rencontrer les artistes.

Cette exposition originale le  Salon National des  Artistes Animaliers présente les œuvres : photos,  peintures et sculptures, d'une centaine d'artistes

C’est  à Bry sur Marne dans les salons de l'Hôtel de Malestroit.

1 Grande rue Charles De Gaulle (94360)

du 15 novembre au 14 décembre 2014

L’idée : "Développer et mettre en valeur l'art animalier sous toutes ses formes "    

Tous mes collègues du réseau qui habitent en région parisienne sont les bienvenus, vous pouvez consulter tout le site   www.artistes-animaliers.com

ou l’expo 2013 pour vous donner une idée :

http://www.artistes-animaliers.com/galerie/#/2013/

C’est superbe !

 

Le  Salon National des  Artistes Animaliers par Paule Briday

Merci Paule et bonne visite !

Lire la suite

11 novembre et histoire des coquetiers militaires

5 Novembre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Fêtes ou Saisons

11 novembre et histoire des coquetiers militaires
Dans quelques jours nous célébrerons le 11 Novembre 1918 : Armistice qui célèbre la fin de cette guerre meurtrière commencée il y a 100 ans, qu’ont connu nos aïeux.

Enfin : « cessez le feu » crie-t-on à 11h en forêt de Compiègne, c’est la capitulation, c’est la délivrance !

Paris tire un coup de canon, les cloches des églises retentissent; La foule est en liesse... On chante, on danse, on s’embrasse, on hurle de joie des « Vive la France »….

Horrible guerre ou sur une soixantaine de millions de soldats mobilisés, on dénombrera plus de 15 millions de blessés et 9 millions de morts (1 394 000 Français sur 8,5 millions mobilisés).

Emouvant : le 10 novembre 1920, André Maginot demande à un soldat de déposer sur un des huit cercueils de soldats inconnus un bouquet de fleurs tricolores. Le jeune soldat (le plus jeune engagé de 1918) dépose le bouquet sur le 6éme cercueil. Le cercueil fut d’abord emmené au Panthéon puis à l’Arc de Triomphe en janvier 1921.

Le 11 novembre 1923, André Maginot, ministre de la Guerre allume le 11 novembre 1923, cette flamme éternelle ravivée chaque année à l’Arc de Triomphe : Flamme du souvenir, flamme de l’espérance.

Voyons à présent, un côté plus sympathique avec Alain Dégranges  qui possède une collection de coquetiers impressionnante et vient nous parler de ceux de cette guerre.

 

Coquetiers faits à partir d'amorce d'obus.

Coquetiers faits à partir d'amorce d'obus.

réalisé avec l'aluminium des ceintures d'obus

réalisé avec l'aluminium des ceintures d'obus

« Des commémorations nationales et internationales du centenaire de la première guerre mondiale se sont déroulées tout au long de cette année et je vais vous parler de ces  coquetiers à connotation militaire ou patriotique, souvent marqués « objet de tranchée ».

Certains furent réalisés par les poilus dans les tranchées, d’autres le furent à l’occasion des permissions, par des décorateurs de céramiques ou bien furent réalisés à l’arrière de la ligne de front.

Pourquoi les soldats de la Grande guerre se mirent-ils à fabriquer des objets ? La réponse est évidente, même derrière les premières lignes, on finit par s’installer et le courrier terminé, on s’ennuie ferme. Alors ceux qui se sentent un peu artistes vont s’occuper en fabriquant des objets décoratifs pour les offrir à leur famille, leurs enfants, leur fiancée à la première permission. C’est ce qui explique que de très nombreux objets de tranchée sont surtout des objets souvenirs, souvent gravés d’un nom de femme ou d’un lieu.

coquetier en faïence réalisé par un soldat lord d'une permission : le message complet sur cette oeuvre : "Ne vous en faîtes pas, on les aura "!

coquetier en faïence réalisé par un soldat lord d'une permission : le message complet sur cette oeuvre : "Ne vous en faîtes pas, on les aura "!

Les soldats récupéreront tout ce qu’ils peuvent trouver sur les champs de batailles : aluminium, cuivre des étuis de balle ou douilles d’obus, sabots de chevaux morts pour en faire des encriers.

Ainsi les objets les plus divers furent fabriqués : crayon, porte-plume, couvertures de carnet, boîtes, avions miniatures etc…

Mais la guerre de 1914-1918 n’a pas eu le monopole des coquetiers patriotiques, comme nous le voyons sur ces 2 coquetiers datant de la seconde guerre Mondiale.

En ces temps de restrictions, un œuf à la coque bien frais était un festin pour les gamins dont j’étais. »

Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.
Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.
Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.

Coquetiers britanniques fabriqués par les femmes et les filles de soldats. L'argent récolté permettait l'envoi de colis.

En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent   et le dernier présenté ici comporte  la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent   et le dernier présenté ici comporte  la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent   et le dernier présenté ici comporte  la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.

En 1939 .... 1944... les coquetiers guerriers continuent et le dernier présenté ici comporte la croix de Lorraine et les drapeaux de pays alliés.

Lire la suite

Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault

28 Octobre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #France 2 Nord Normandie

 L'air de la mer vous manque.... Allez revoir la Normandie!  

Ce mois de septembre si beau et clément dans l'Ouest nous a incité à sortir de notre Alsace pour nous ressourcer quelques jours dans le Calvados.

Aussi Doris et moi avons plaisir à partager avec vous ces quelques photos qui vous inciteront, peut-être, à connaître ou redécouvrir cette belle et attachante région.

Nous voici tout d'abord à Vierville-sur-mer ( ou Omaha-beach ), village niché entre les ports de Grandcamp et Port-en-Bessin.

 

Plage à marée haute   - Plage basse mer   - Les étendues de sable
Plage à marée haute   - Plage basse mer   - Les étendues de sable
Plage à marée haute   - Plage basse mer   - Les étendues de sable

Plage à marée haute - Plage basse mer - Les étendues de sable

Le monument " Les Braves " érigé pour le 60e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944 en l'honneur des troupes alliées

Le monument " Les Braves " érigé pour le 60e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944 en l'honneur des troupes alliées

 Le manoir du Vaumicel ( et ses chambres d'hôtes )
 Le manoir du Vaumicel ( et ses chambres d'hôtes )

Le manoir du Vaumicel ( et ses chambres d'hôtes )

A une encablure du village, découvrons la commune de Louvières où nous résidons l'été.

Son église et son très beau clocher effilé, en pierres, typique du Bessin.

  

Eglise Notre-Dame de Louvières, classée aux monuments historiques (Liste de 1840.)
Eglise Notre-Dame de Louvières, classée aux monuments historiques (Liste de 1840.)

Eglise Notre-Dame de Louvières, classée aux monuments historiques (Liste de 1840.)

       - Ses chemins creux bordés de murs.

Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault

      Plus au nord, en dépassant Cabourg puis Deauville nous voici à Honfleur.

      Découvrons le " Vieux bassin "

 

      Plus au nord, en dépassant Cabourg puis Deauville nous voici à Honfleur.

      Découvrons le " Vieux bassin "

      ( photos 10-11-12-13-14 )

 

      On peut comprendre que ce cadre, ces lumières et reflets aient pu inspirer de nombreux peintres, dont Eugène Boudin,et continuent d'en attirer.

      La Vieille ville avec ses boutiques typiques, ses très nombreux restaurants (fruits de mer et crevettes ) sauront vous retenir si vous visitez cette cité pittoresque, pleine de charmes et unique.

Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault
Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault
Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault

On peut comprendre que ce cadre, ces lumières et reflets aient pu inspirer de nombreux peintres, dont Eugène Boudin,et continuent d'en attirer.

La Vieille ville avec ses boutiques typiques, ses très nombreux restaurants (fruits de mer et crevettes ) sauront vous retenir si vous visitez cette cité pittoresque, pleine de charmes et unique.

Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault
Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault
Petite escapade en Normandie, par Michel Bindault

Merci Michel.

Nous attendons vos témoignages sur vos escapades, invitations aux voyages!...

Lire la suite

La femme: Avenir de l'Art Contemporain !

22 Octobre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Art & Culture

Hommage au couturier YOHJI YAMAMOTO de Gine Goma Delauney

La FIAC 2014 ouvre ses portes ce jour, au Grand palais où sont exposées des œuvres de femmes de renom, tandis qu’aux Docks - Cité de la Mode et du Design est présentée une autre version de la FIAC avec des talents qui n’ont pas à rougir.

Mais lorsque l’on réside ou qu’on se promène en Normandie, on découvre la galerie de notre collègue Gine Goma Delauney :

Pas de doute… la femme est l’avenir de lArt contemporain!...

La femme: Avenir de l'Art Contemporain !

Le tableau de Gine est un hommage au grand couturier japonais : YOHJI YAMAMOTO qui s’inscrit comme Gine l’a ressenti et vécu lors de sa carrière dans la MODE ! …

YOHJI YAMAMOTO est aussi célèbre qu’un Karl Lagerfeld, Calvin Klein, Azzedine Alaïa, JC de Castelbaljac….

Gine nous dit :

" Styliste japonais créateur de mode comptant parmi les designers les plus rigoureux du monde de la mode, les vêtements qu'il crée peuvent être considérés comme intellectuels, parfois difficiles, mais toujours beaux. J'ai peint cette toile en 2007. Hommage à mon styliste préféré. Aujourd'hui, il est toujours mon créateur de mode préféré.

Dans sa collection 2015 : La ligne est structurée, assumée, c'est l'encrage. Les pans du vêtement coupés-destructurés sont mobiles, l'ensemble donne une impression de fluidité, de légèreté. Le mannequin défile maîtrise son corps, seul le vêtement est en mouvement ' mystère, sensualité, émotion ' C'est magnifique! C'est de l'art."

Pour en savoir plus et voir le défilé 2015 :

http://www.delauney.canalblog.com/

SUPERBE !..... BRAVO !..... Gine.

La femme: Avenir de l'Art Contemporain !
Quelques oeuvres de Gine
Quelques oeuvres de Gine
Quelques oeuvres de Gine

Quelques oeuvres de Gine

Lire la suite

Découvrez Paris cet automne, grâce à notre conférencier Didier Bouchard

21 Octobre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #Randonnée-Week-end

Encore de bonnes idées!

Revivez Paris, avec notre guide Didier Bouchard en ce 4 ème trimestre 2014

Bonnes découvertes et nos remerciements à Didier .

Conférences Didier Bouchard

Conférencier national, diplômé

de l’institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne

Ancien élève de l’école du Louvre

Boite 17 bât. D, 8, rue cannebière

75012 paris. Tel: 01.43.07.09.69.

Découvrez Paris cet automne, grâce à notre conférencier Didier Bouchard
Découvrez Paris cet automne, grâce à notre conférencier Didier Bouchard
Découvrez Paris cet automne, grâce à notre conférencier Didier Bouchard
Découvrez Paris cet automne, grâce à notre conférencier Didier Bouchard
Découvrez Paris cet automne, grâce à notre conférencier Didier Bouchard

Dimanche 26 octobre

15h Ménilmontant  méconnu : la maison des saint-simoniens, le pavillon carre de Beaudouin (1771, une villa palladienne en plein paris),  et quelques villas et hameaux bucoliques et fleuris..

Rendez-vous. angle des rues des Pyrénées et de Ménilmontant. 11€.sur inscription Au 0143070969

 

Lundi 27 octobre

14h30 : Parties fermées au public de la Sorbonne, salons du rectorat, grand-amphithéâtre, chapelle et tombeau de Richelieu ; puis cour-jardin d’un collège méconnu.

Rendez-vous. 46 rue Saint-Jacques. 11€+entrée

Sur inscription Au 0143070969

 

Jeudi 30 octobre

14h30 la propriété Caillebotte à Yerres (Casin, chalet suisse, ferme ornée, glacière, vaste parc a l’anglaise, rives de l’yerres, potager…)

Evocation de la vie et de l’œuvre de Gustave Caillebotte.

Quelques places sur inscription Au 0143070969, confirmée par l’envoi du règlement.

(12€). Accès possible par rer.

 

Vendredi 31 octobre

14h30 l’hôtel de Camondo, ses exceptionnelles collections. Ses décors intérieurs, et ses communs.

Rendez-vous. 63 rue de monceau. 11€+entrée (20pers.) Sur inscription Au 0143070969

 

Samedi 1er novembre

10h : Escalier d’onyx et baignoire d’argent : les salons de l’hôtel de la Paiva.

Un chef-d’œuvre du style napoléon III, et l’étonnant destin d’une courtisane.

Rendez-vous. 25 av. Des Champs-Elysées.11€+entrée. Sur inscription Au 0143070969

 

14h30 somptueux décors XVIIIe et XIXe du conseil d’état, au sein du palais royal : appartements des ducs d’Orléans et du prince Napoléon.

Histoire du palais, présentation du conseil d’état.

Rendez-vous. 1 place du palais royal. 11€+entrée. (Sur inscription au 0143070969, confirmée par l’envoi du règlement)

 

Vendredi 7 novembre

13h50  les salons de l’hôtel de ville (grand décor 19: Puvis de Chavannes, Dalou, Bonnat, histoire de la municipalité depuis Etienne Marcel.)

Rendez-vous devant l’entrée du  5 rue Lobau

(30pers.) Carte d’identité. Inscription au 0143070969  (11 €+entrée)

 

Lundi 10 novembre

14h30 parties fermées au public de la Sorbonne, salons du rectorat, grand-amphithéâtre, chapelle et tombeau de Richelieu ; puis cour-jardin d’un collège méconnu. Rendez-vous. 46 rue Saint-Jacques. 11€+entrée. Inscription Au 0143070969 

 

Mardi 18 novembre

15h50 les Borgia et leur temps. Botticelli, Melozzo da Forli, Perugin, Raphael, Leonard de Vinci, Michel-Ange. Turpitudes et mécénat à Rome autour de l’an 1500. Evocation d’Alexandre vi Borgia et de ses enfants, César et Lucrèce.

20 pers. Sur inscription Au 01 43070969, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

Rendez-vous. 61 rue de grenelle.

 

Jeudi 27 novembre

14h50 les Borgia et leur temps. Botticelli, Melozzo da Forli, Perugin, Raphael, Leonard de Vinci, Michel-Ange. Turpitudes et mécénat à Rome autour de l’an 1500. Evocation d’Alexandre vi Borgia et de ses enfants, César et Lucrèce.

20 pers. Sur inscription Au 01 43070969, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

Rendez-vous. 61 rue de grenelle.

 

Vendredi 28 novembre

14h30 rare visite du pavillon des indes de l’exposition universelle de 1878,

Et du pavillon de Suède-Norvège, avec les collections du musée Roybet-   Fould. (Sculptures de carpeaux,  peintures de F. Roybet))

Rendez-vous. 178 boul. Saint-Denis à Courbevoie. (Accès, à 8mn à pied : gare SNCF de Bécon)

17 personnes, sur inscription au 0143070969. (11€)

 

Jeudi 4 décembre

16h exposition « Viollet le Duc », à la cite de l’architecture et du patrimoine. Peintre, théoricien, restaurateur, bâtisseur, décorateur : à la découverte d’un génie, à travers dessins, mobilier…

Rendez-vous. dans l’entrée. Sur inscription Au 0143070969

1 place du Trocadéro.11€+entrée

 

Lundi 8 décembre

15h45 exposition « Saint-Louis » dans les salles gothiques de la Conciergerie.

Rendez-vous.  8 boul. Du palais. Sur inscription Au 0143070969

(20 pers.) 11€+entrée

 

Lundi 22 décembre

14h30 le Palais du Luxembourg, siège du Sénat.

Grand décor intérieur 17e et 19egalerie du trône de Napoléon III. Evocation de Marie de Médicis.

Rendez-vous. 15 rue de Vaugirard .carte d’identité.11€

Sur inscription au 0143070969

 

Mercredi 14 janvier 2015

16h15 exposition « le Pérugin, le maitre de Raphael » au musée Jacquemart-André.

Quelques places sur inscription au 0143070969, confirmée par l’envoi du règlement. 11€+entrée

Rendez-vous. 158 boul. Haussmann

Lire la suite

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 17/22 par JP Franssens.

15 Octobre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Pour mémoire : 1936, année de crise, de nombreuses inondations dans toute la France et Paris n'est pas épargné. Mais place à Jean-Pierre....

Janvier 1936

Janvier 1936

Je terminerais cette présentation sociale, par les extraits de textes écrits par Jean-Damien dans son exposé de 2011. Ses conclusions me semblent correctes et elles comportent une certaine logique.

1936, année fatale, année de bouleversements. Le climat social devient tendu. Le patronat, la gestion paternaliste des entreprises étaient menacés par une volonté manifeste de changement qui vint du bas de l'échelle, des employés et ouvriers. C'est la crise...Les principales causes du déclenchement de la grève de juin 36 sont liés à des revendications salariales et syndicales. La demande est ; hausses de salaires, élaboration de contrats collectifs, liberté syndicale et absence de sanctions pour faits de grèves...

« En juin 36, les directeurs de magasins virent, sidérés, leur monde s'effondrer. Depuis des dizaines et des dizaines d'années, rien n'avait changé dans leur monde. Le modèle patronal de leurs pères et grands-pères était le leur, ce qui leur semblait fort naturel et dans l'ordre des choses. Ils aimaient leur personnel, leurs employés, ils avaient pour eux une certaine affection....et jusque- là, les problèmes s'étaient réglés en interne...une grève...pas vu depuis 1869.

Tout cela leur semblait appartenir au  passé, mais le régime politique du front populaire et l'arrivée au pouvoir de Léon Blum allaient changer l'ordre des choses ».

Il ne faut pas ignorer que les patrons des Grands Magasins n'aimaient pas beaucoup les syndicats et des sanctions directes ou indirectes étaient prises à l'encontre du personnel qui s'engageait dans cette voie.

L'après-grève va apporter la victoire syndicaliste alors....Conséquence indirecte, l'abandon par les directions de leur politique paternaliste envers leurs employés. Un désengagement par rapport à la vie sociale.

En 1928, la Loi Loucheur (Habitation Low Cost… pardon à Bas-Coût), en 1930 les parlementaires mettent en place les Assurances Sociales et un Ministère de Santé Publique est mis en place (déjà en 1920 existait un ministère de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance).

En 1932, le patronat doit verser 4% des salaires à une caisse d’Allocations familiales. Octobre 1935, par décret-Loi, l’État s'engagea à garantir une assistance hospitalière communale. Ce qui pouvait dès lors dégager les magasins de cette assistance).

1939, les Assurances Sociales devraient être généralisées et une prime de salaire unique devait être  créée.

L'état  était donc amené par diverses mesures à remplacer les initiatives privées.

L'ère du paternalisme est révolue. La politique a fait brutalement irruption au sein des magasins et désormais, ce sont les syndicats qui vont plus ou moins orienter les mesures sociales prises par les diverses directions.

Vous ne trouverez ici aucun commentaire personnel...je laisse chacun réagir selon sa sensibilité. Il y aurait bien sûr matière à un passionnant débat.

 

Georges Duhamel : congrés

Georges Duhamel : congrés

Additif : La France s'interroge sur l'avenir de sa jeunesse.

La session de médecine de 1936, présidée par Georges Duhamel, homme de lettres eet médecin,  s'interroge sur un très gros problème : l'enfant à l'âge scolaire et la double orientation qu'il peut subir entre onze et treize ans au moment où on l'aiguillera soit vers une profession intellectuelle , soit vers un métier dont il commencera l'apprentissage.

Un arrêté de septembre 1933 complété en février 34 prescrit un exament en fin de septième : CM2: l'élève qui n'a pas la moyenne ne passe pas dans le secondaire.

Cet examen divise l'opinion médicale car trois causes peuvent influencer les résultats de l'enfance : la croissance, le surmenage les maladies (endocriniens, cardiaques insuffisances alimentaires, les pulmonaires, les sourds et les insuffisants visuels)  ....

On créera les ateliers- école où des enfants de 12 à 16 ans pourront découvrir différents métiers de la vie courante :vendeurs, tailleurs, ajusteurs, carrossiers, cuisiniers...En cinq ans 15 000 enfants de région Parisienne sont passés par ces ateliers,beaucoup ont postulés à un emploi.

Voici un sujet de presque 80 ans....

Lire la suite

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 16/22 par JP Franssens.

8 Octobre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Tout d'abord, un grand merci à tous ceux qui ont répondu positivement ou négativement, pour le rendez-vous du 17 novembre, merci aussi à ceux qui ajoutent des petits mots d'encouragement pour ce réseau.

Il nous manque encore des réponses.....

Merci aussi, à Jean-Pierre pour ce sujet si bien traité qui nous rappelle les débuts de la politique familiale en France au moment où nos politiciens remettent en cause leurs fondements.

Suite des bonnes œuvres des Grands Magasins :

Les Grands Magasins du Louvre vont  apporter un soutien financier à une fondation nommée « Léopold Bellan».

En priorité à l'Hôpital du même nom dans le 14ème, mais pour y apporter l'accueil, en ce que l'on appelle « lits perpétuels », de patients qui n'avaient pas les moyens de payer leur hospitalisation.

Dons de 2500frs en 1936.                                           

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 16/22 par JP Franssens.

Il serait bien long de citer tous les établissements dans tous les domaines médicaux, sociaux, éducatifs, ouverts en Seine, Seine et Oise,  Seine et Marne et une dans les Vosges, par la fondation Bellan. Ils sont au nombre de 21.

Une autre fondation « L’œuvre de Villepinte » est financée par le Louvre avec un lien pour la Samaritaine. Cette association était destinée a fournir des lits pour leurs employés au sanatorium de Champrosey. Il ne s'agissait donc pas d'une pure politique d'aide à une fondation caritative.

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 16/22 par JP Franssens.

Le Printemps a eu une très nette politique d'aide et en particulier à la Croix-Rouge Française.

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 16/22 par JP Franssens.

Le « gros coup » a été en 1924 avec la mise à disposition des locaux du magasin à la Croix-Rouge pour organiser une vente de charité- au profit de la section de la jeunesse et du foyer des infirmières- suivie d'une Kermesse avec tombola.

Chaque étage était porteur d'un thème:  les provinces française, au 2ème les colonies...orchestres divers, visiteurs célèbres.

La tombola tirée, le gros lot, une Citroen de 6cv fut gagnée par une ambulancière de la Croix-Rouge..pas mal !

Trois jours de fête extraordinaire que nul ne revit dans un Grand Magasin.

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 16/22 par JP Franssens.

Il y a eu d'une manière certaine une politique d'aide envers des associations du type Croix-Rouge, au niveau des Trois Quartiers et peut-être par le biais de l'Union Sportive.     

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 16/22 par JP Franssens.

 Mais lors du rachat du magasin les archives ont presque toutes été détruites.

 
Lire la suite

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 15/22 par JP Franssens.

1 Octobre 2014 , Rédigé par Les federateurs du reseau Bazar Publié dans #BHV d'hier

Les Bonnes œuvres des Grands Magasins

                                                                                                                

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 15/22 par JP Franssens.

Nous sommes dans les années 29/35 et le Bazar de l'Hôtel de Ville soutient financièrement de nombreuses œuvres de Bienfaisance, avec la particularité de mener une politique caritative auprès de municipalités. Des communes comme Verberie, St Vast et Meulan en bénéficièrent. C'est d'ailleurs Meulan qui fut choisie pour accueillir les fêtes champêtres organisées par le magasin.    

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 15/22 par JP Franssens.

Par ailleurs, les nécessiteux de ces villes ont été aidés, Un courrier du Maire de Meulan, remerciant le BHV, en atteste. Remerciements pour la générosité apportée aux œuvres de bienfaisance et pour les dons de jouets pour les enfants de Meulan. L'on pouvait se rendre aux fêtes de Meulan par le train et dans le wagon spécial qui était au couleur du magasin.

L'US BHV était très engagé lors de ces fêtes qui eurent lieu dans les années 1920-22. Cette année-là, en Mars l'orchestre était dirigé par Monsieur Pineau vendeur au rayon chaussures. Mademoiselle Mathieu du rayon Mode est élue Reine avec 2 demoiselles d'honneur, mademoiselle Vau de la maroquinerie et mademoiselle Bouillotte de la papeterie.

1926, 1927 et 1929.( Pour les sapins de Noël se référer aux textes 5 et 6/6 « BHV d'Hier » en Mai et Juin 2013).

Dans les années 30, des aides financières furent allouées aux enfants des Chemins de Fer français lors d'une vente de charité. Aides aussi à l'association des anciens Mutilés et anciens combattants du Louvre ou encore à l’œuvre des orphelins des forts de Halles lors de la fête annuelle de cette structure d’entraide en novembre 1937.

 

Le Bon Marché n'était pas en reste, 1923 : fête avec tout le personnel, en 1924, c'est l'US BM qui organise comme en 1927 et 28 dans le cadre prestigieux de l'Hôtel Lutétia.

Il y eut encore les trois années suivantes. Le Bon Marché a aidé les scouts et leur a permis de paraître et se faire connaître à travers les publicités du magasin, ce qui était rare.

Il se peut aussi que la Croix-Rouge ait connu les bontés du magasin, mais peut-être dues au fait que la Croix-Rouge était porteuse d'actions dans les années 30, Elle a même vendu ses actions des autres enseignes pour en racheter BM. Nous sortons du caritatif.

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 15/22 par JP Franssens.

Aux Galeries Lafayette, c'est l'US GL qui, sur la même période organise des fêtes de jour et de nuit, Il y eut particulièrement un « Rallye lâcher de ballons » par 5000 enfants sur les toits de GL en 1921. Des cartes postales étaient écrites et attachées aux ballons, Elles comportaient l'adresse de l'enfant.                                                                                        

Du Grand-Magasin Parisien à leurs œuvres sociales 15/22 par JP Franssens.

Le gagnant de ce rallye  a gagné un jouet d'une valeur de 500 francs. Son ballon avait parcouru 1043kms jusqu'à Villafranca en Espagne.

 

Merci Jean-Pierre pour ce récit passionnant et le temps et l'énergie passés pour nous le partager sur ce blog.

CD

 

 

Lire la suite